L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Bakura est une planète agréable au climat tempéré. Son économie repose sur l'exportation de générateurs de champs anti-gravitationnel et de fruits exotiques. Autrefois, la planète abritait une prison orbitale de l'Empire, mais celle-ci se crasha sur la surface lorsque la Nouvelle République reconquit la planète.
Gouvernement : Neutre - Grandes affinités avec Nouvelle République
#28116
PAIX A BAKURA


Image




Suite aux échanges holonet

En réalité les impériaux n'avaient pas complètement tord en questionnant la réalité de la volonté de la Présidente Organa à signer la Paix avec l'Empire.
De manière évidemment absolue Leia Organa était bien-sûr favorable à la paix, à la fin des souffrances et des morts, cependant tant que la dictature existait, au fond d'elle même elle croyait qu'il fallait continuer de l'affronter et de permettre à tous de s'en libérer. Alors pourquoi avait-elle parfois soutenus le projet de paix ? En réalité Leia ne changeai pas, c'était l'Empire et sa nature profonde qui était changeants.
La première fois qu'elle avait considérer la paix, en travaillant sur ce projet avec Maya Tega, l'Empire était en pleine mutation, il sortait d'un énième coup d'Etat, et l'esclavage venait d'être abolis, le caractère dictatoriale semblait réellement en disparition.
Puis les attentats au Sénat pendant ces les débats concernant la Paix en avait refroidis.. S'en suivis alors la montée au pouvoir succéssives de deux empereurs Steele et Harlon Astellan, ces phases de pouvoir du chef unique étant chaque fois entre-coupées de phase de libéralisation de la vie politique impérial, créant des espoirs de rapprochement pour le camps républicain.

Puis le Sénat lui-même changea, Maya Tega et une centaine de planète des colonies Nord firent sécession, l'équilibre des forces politiques avaient évolué, et l'idée de paix pesait désormais largement près 50% dans la rotonde. L'invasion Sith et l'Union également rendait dans l'esprit de beaucoup la fin de la guerre civile galactique de plus en plus nécessaire.

Selon la Princesse Leia, si l'Union était nécessaire pour vaincre les Sith, en revanche signer la fin définitive de la lutte avec l'Empire était un geste selon elle, naïf, elle n'avait aucune confiance en ce régime, qui avait la capacité incroyable de produire des tyrans et des oppresseurs très régulièrement. Elle ne pensait pas l'Empire capable de réellement posée les armes, et était persuadé qu'une trêve ou une paix serait utilisé par eux, en vue de tout simplement se réarmer pour prendre leur revanche.
Mais certains au contraire croyait vraiment en la Paix, en cette chance.

Au nombre desquels notamment Mon Mothma, l'autorité morale suprême dans la République, l'icône fondatrice de l'Alliance et de l'actuel gouvernement. Selon elle la Nouvelle République avait atteint ses principaux objectifs, l'esclavage était abolis et la majorité de la Galaxie libre. Et surtout trop de vies avaient été gâchés à cause de la guerre. Certes elle n'ignoraient pas les risques de signer la Paix avec un Etat aussi changeant et "malin" que l'Empire, mais selon elle, c'était de leur responsabilité de mettre un terme à la guerre civile, d'entrer dans une nouvelle phase de l'histoire galactique et de tourner la page.

Elle était celle qui poussait le plus pour la Paix, forte de nombreux soutiens au Sénat, d'une partie importante de nouveaux politiciens plein d'espoir, mais aussi d'autre fondateurs dont le Haut Conseillé Borsk Fey'lya, le Roi Lee-Char II de Mon Calamari et même Garm Bel Iblis de Corellia, qui entre deux crises de rage contre l'Empire estimait leur mission principale en tant que rebelle, achevée depuis la libération de Coruscant et l'abolition de l'esclavage.
Leia ne pouvait que s'incliner, les forces politiques face à elle, était évidement plus "convaincantes" que son simple sentiment personnel, aussi elle lança le message de proposition de négociation, un message rédigé quasiment sous la plume de Mon Mothma. Seul L'Amiral Ackbar et une poignée d'autre "non-convaincu" partageait le point de vue sceptique de la princesse. Mais ils étaient trop peu nombreux, pour...résister.
Elle se résigna sans entrain, elle avait encore beaucoup de colère en elle contre les "bourreaux d'hier", et surtout elle avait un "mauvais pressentiment" vis à vis de l'Empire, de son empereur et de l'idée de baisser les armes, ce n'était ni dans son caractère ni conforme à sa vision des choses.

On proposa d'organiser les négociations de Paix sur Bakura, un monde neutre, qui accepta généreusement d'héberger le huit clos, secret, toutes les mesures de sécurité furent prises, fort des leçon tirée de la douloureuse expérience du sommet de l'Union sur Arkania. Les grands noms des fondateurs de l'Alliance partisans de la Paix (cités plus haut) furent présents.
Leia elle, devait surtout venir "signer" comme la Constitution l'exigeait. Mais Mon Mothma et les autres Républicains mènerait les négociations, ils écartèrent assez sagement "l'insolente" princesse par crainte que son caractère ne ressorte pendant les négociations et que tout tombe à l'eau. Elle obéis, chose rare, mais c'était Mon Mothma. Elle serait discrète, Borsk Fey'Lya membre du Haut Conseil de la NR et chargé des négociations mènerai le tout avec Mon Mothma, garant moral de l’événement.


Pnj : Mon Mothma
Image

[Leia Organa] - Madame, quelque chose ne va pas, je le sens. Rappellez moi encore pourquoi nous faisons cela ?!

[Mon Mothma] - Parce que c'est la raison principale pour laquelle votre père et moi nous sommes battus ! Bail Organa ne s'est résigné qu'aux derniers instants à la lutte armée contre l'Empire. Gram Bel Iblis, Nash Tor et même moi, à la fin, faisions tout pour l'y convaincre plus tôt. Il avait une foi inébranlable dans la possibilité de négocier, de dialogue, de comprendre les partisans de l'Empire, qu'il respectait beaucoup, malgré leur idéaux. Il pensait que la raison, l'acceptation des pensées différentes et le respect de toutes les opinions même les plus opposés aux siennes, étaient les vrais signe de la civilisation et non la sauvagerie de la guerre et de la violence. Il voulait changer l'Empire de l'intérieur, et éviter la guerre à tout prix.
Si je peux honorer sa mémoire, en mettant fin à cette guerre que nous avons commencer, j'en tirerai une grande fierté, et vous le devriez également, altesse. Il n'aurait pas voulue que vous passiez votre vie à faire la guerre, celle qu'il n'a pas pu éviter.
Votre temps est venue aussi de vous construire, Bail, votre père, aurait voulu que vous vous trouviez un gentil Prince pacifique pour perpétué son héritage et votre lignée, et non que vous vous donniez corps et âmes à une vie d'escarmouche et de résistance.


"Ressortir" la figure paternelle pour Leia était forcément très malin de la part de la chandrillenne, et Leia lui en voulait pour cela évidemment. Elle ne pu qu’acquiescer, néanmoins sans grande conviction, puis les deux entendirent le signal donné par les bakurans qui avaient prévu de faire entrer les deux délégations ensemble et en même temps dans la salle de rencontre.
Républicains et impériaux entrèrent en même temps et s'installèrent à une table ronde, on se salua, parfois on se toisa du regard, Mon Mothma et Borsk au centre, Leia à côté d'eux.
La Chandrilienne, qui avait été désignée porte parole de la Nouvelle République aux négociation, débuta avec émotion, de son ton rassurant, monotone néanmoins très affirmé...


- Votre altesse impériale, délégué et membres de la délégation de l'Empire Galactique, nous vous remercions d'avoir accepter de prendre part à ces négociations historiques.
Nous assurons les autorités bakurans de notre éternelle gratitude pour avoir accepté que ces négociations se tiennent sur leur monde.

Sans plus attendre, je propose de fixer ensemble le cadre de ses négociations : A chaque proposition faite, l'autre partie doit pouvoir avoir l'occasion de commenter, critiquer et proposer une contre-proposition le cas échéant, et ce jusqu'a ce qu'un accord soit trouvé.
Si un accord sur un point particulier ne pouvait être trouvé, le principe est d'écarter ce point, et de n'y revenir qu'a un moment où la négociation sera plus fructueuse et plus opportune.
Nous sortons de deux décennies de guerre civile, il serait peu sage de penser qu'une première négociation et un premier traité résoudront tout les différents points de contentieux, nous avanceront par étape, et plusieurs rencontres seront probablement nécessaires avant que l'ensemble soient traité.

Pour cette première rencontre, voici les points que nous proposons d'aborder avec votre consentement, à charge pour vous d'en ajouter ou d'en proposer la mise de côté :


  • La reconnaissance mutuelle par les deux parties de leur qualité d'Etat souverain et légitime
  • La cessation des hostilités militaires
  • La reconnaissance du tracé des frontières principales (sans préjudice pour les négociations concernant le cas particulier des planètes dîtes "contestées").
  • L'exposé des conditions respectives (différents points qui seront abordés au fil de toute la phase des négociations).


Voilà ce que nous proposons pour commencer, si vous approuvez à votre tour.
Si c'est le cas voici nos positions concernant ces points :


  • La Nouvelle République reconnait l’existence légitime de l'Etat souverain de l'Empire Galactique, elle lui reconnait ainsi tout les droits et privilèges attaché aux prérogatives de tout état souverain.
  • La Nouvelle République renonce à toute hostilités, agressions et entreprises militaires dirigées contre l'Empire Galactique.
  • Sans préjudice pour les négociations concernant les planètes "contestés" la Nouvelle République reconnait les frontières actuelles de l'Empire Galactique comme légitimes, légales et immuables.
  • Voici les premières conditions réciproques que nous vous soumettons pour cette première phase des négociations :
    * Armistice et remise réciproques de tout les prisonniers, détenus et internés militaires et politiques.
    * Acceptation du principe du droit aux planètes dont la culture et l'attachement majoritaire est acquise à une des partie, de rejoindre librement l'autre (sous réserve des cas particulier qui nécessite une négociation plus encadrée).


Ces deux points sont déjà assez lourds pour des négociations, je propose de m'interrompre ici dans la liste de nos conditions pour vous laisser la parole, nos autres points seront abordés par la suite ou lors d'autres rencontres.

On laissa les impériaux s’exprimer, le moment était forcément historique, Mon Mothma ne pouvait s'empêcher de repenser à toutes ces années de guerres, et à l'immense privilège d'être là ce jour précisément avec la chance de pouvoir tenter d'y mettre enfin un terme.
#28200
Un accord de principe semblait avoir été approuvé. Les services rebelles avaient envoyé une première invitation, l'Empire y avait répondut favorablement. Maintenant venait la première étape qui allait mener à une rencontre historique : choisir le lieu et la date. Les rebelles avaient fièrement annoncé leur envie de se rencontrer sur Yaga Minor, "capitale" impériale et berceau de nombreux services de prestige. Toutefois, on se doutait bien qu'aucun état n'accepterait d'être reçu dans le territoire de l'autre partie signataire, sauf en cas de position de force.

Les Rebelles avaient volé de nombreuses terres, mais depuis, ils semblaient avoir compris que cela ne suffirait plus. Il allait falloir de la malice et une préparation exemplaires.

Mais peut-être que ceci n'était qu'un fantasme martial dont se nourrissait les plus virulents des militaires. Si avant, l'idée d'une paix aurait fait se gausser les plus sombres praticiens et assassins de service serviles, germait maintenant une idée de pouvoir concentrer ses efforts vers une tâche plus utile. La Nouvelle République était en capacité de mourrir de démocratie. Une démocratie qui ne verrait le jour que sous ses plus beaux atours, à savoir libérés du carcan militaire que revêtait une futile guerre de position à laquelle plus personne ne croyait vraiment. Peut-être même que l'Empire, loin de profiter de la chance, lui laisserait le temps de germer et de cacher la vieille rancoeur, pour peu que la branche centenaire soit suffisamment étendue. Un nouveau combat pourrait peut-être même voir le jour... comment savoir ? On ne savait même pas avec certitude quelle forme allait revêtir cet éventuel combat de substitution. Offrir un ennemi à écraser n'était pas chose facile.

En attendant, les secrétariats des deux partis commençèrent à travailler de concert pour discuter des modalités de rencontre. Mais tout d'abord, il fallait s'accorder sur des sujets d'apparence triviale, mais en réalité d'une grande pertinence politique.

Les premiers points envoyés à la Nouvelle République pour la rencontre de Yaga Minor furent les suivants :

- Les dignitaires aptes à signer le traité seront les deux Chefs d'Etat, qui seront présents physiquement sur les lieux
- Ils auront jusqu'à 4 conseillers à leurs côtés, qui ne seront apte à signer qu'en cas d'empêchement physique, politique ou mental d'un des Chefs d'Etat, et sur désignation préalable par celui-ci dans un testament politique approuvé par les instances exécutives des Etats représentés
- La liste des conseillers sera soumise à approbation de la déléguation réceptrice de la-dite liste.
- La déléguation réceptrice sera libre de poser un veto unique sur un conseiller, et ce sans besoin de se justifier. Le conseiller devra alors être remplacé par un conseiller laissé au choix de la délégation émettrice de la liste d'origine. Le veto sera alors perdu.

Après cela venaient d'autres sujets à traiter. Mais déjà, vallait mieux commencer petit.
#28292
Hj : Bon je pensais pas que tu voudrai revenir sur ces points, du coup tu répond pas du tout à mon dernier poste, ce qui fait que j'ai pas des masses de choses à mettre dans le miens. Ça sera plus fournis quand on commencera vraiment à échanger.

[Petit retour dans le passé, avant l'arrivée des délégations sur Bakura]

Lors de la préparation de la première rencontre, le gouvernement de la Nouvelle République échangeait déjà sur tout les points qui allait quadriller la rencontre elle-même.
Premièrement sur le lieu, Yaga Minor avait été avancé comme idée potentielle, cependant pour des raisons de sécurité et de cadre plus neutre et impartial on proposa Bakura au gouvernement impérial.

Puis les impériaux à leur tour proposèrent de préciser la composition des différentes délégations. La Nouvelle République envoya sa liste de délégués, trouvant normal que chacun soit informé des personnes avec qui il allait négocier, de même les républicains consentirent à limiter la délégation à 4 délégués en plus du Chef d'Etat, selon les demandes impériales.
Cependant la possibilité de mettre un "Véto" absolu fut bien entendu écartée dans la mesure où un véto constiturai en lui-même un jugement de valeur sur des citoyens de l'autre faction, contraire à l'esprit même d'une négociation sur un pied d'égalité, et surtout parce que le gouvernement de la Nouvelle République ne pouvait pas, sans violer sa propre constitution désigné arbitrairement les personnes aptes ou non à représenter l'Etat. La Diplomatie Républicaine était encadré par des règles et un protocole particulier qui n'aurait pas été compatible avec l'idée d'un véto extérieur, les règles de la souveraineté imposaient le respect de la dignité des diplomates.
L'idée même des négociations était de se rencontrer, écarter des membres ne revenaient qu'a écarté un problème qui seraient tôt ou tard nécessaire d'aborder au cours des négociation. L'objectif de tout cela était justement le problème co-existence pacifique des deux états, problème que les négociation de paix visaient à résoudre.
On envoya la liste suivante :


- Mon Mothma
- Jim Antilles
- Crix Madine
- Borsk Fey'lya

On attendait désormais qu'a son tour l'équipe diplomatique communique la composition de leur délégation.
#28478
En respect de l'accord, fut envoyé la liste des délégataires impériaux servant de conseillers à l'Empereur pour les négociations.Les noms logiques eurent été de prime réflexion Carnor Jax, Rhedatt Fanrel, son fils éventuellement... En réalité, il n'en fut rien, ou presque.

La liste se voulait étendue, et Leia aurait de quoi tomber en syncope devant les noms évoqués.

  • Général Bentilais san Sk'ar
  • Amirale Natasi Daala
  • Grand Amiral Pellaeon
  • Moff Ishin Il Raz

De l'utilité de ne jamais refuser un droit de véto... Harlon avait joué son coup finement et avait imposé quelques lascars parmi les plus méprisables de l'Empire - y compris à ses yeux - mais la représentativité était idéale :

Bentilais san Sk'ar, l'alien... Daala, la femme, Pellaeon, le loyal et respecté, et Raz... ancien Grand Amiral issu de la société civile, redevenue "simple" Moff sur proposition d'Harlon, qui avait vu dès le départ que ce poste ne lui satisfaisait pas de par son incompétence. Raz en avait presque parut soulagé d'avoir un salaire identique pour moins d'yeux tournés vers lui. Mais Raz avait un pedigree bien plus aguichant.

Il fut, et était encore aujourd'hui, Grand Leader du COMité pour la Préservation de l'ORdre Nouveau. Dit COMPORN.




Après le passage sur les délégataires, furent abordés les points suivants :

  1. Lieu de rencontre
  2. Escorte maximale des délégataires
  3. Horaire, durée maximale du rendez-vous
  4. Lieu privé ( à louer ) ou Lieu public ( à négocier avec gouvernement local )
  5. Médiatisation
  6. Temps de parole partagé
  7. Arbitrage d'un Etat Neutre

L'Empire proposa ces points, communs à toute réunion diplomatique, en mettant ses avis propres sur les sujets :

  1. Lieu de rencontre
      Les planètes neutres, bien que nombreuses, sont toujours en général situés dans des confins mitoyens à l'une des deux puissances émettrices de la-dite réunion. Aussi l'Empire propose, à titre de planète situé à proximité relative des deux puissances sans rapport de voisinnage direct, la planète de Oseon VII, située à l'entrée Ouest de La Centralité.
  2. Escorte maximale des délégataires
      Afin de montrer les intentions pacifiques, mais pour se prémunir des actes de détournement et/ou de piraterie, l'Empire propose la composition fixe ci-dessous :
        - Un Destroyer de tonnage lourd comme seul vaisseau capital
        - 4 escadrons de Bombardiers
        - 5 escadrons de Chasseurs
        - Une Compagnie ( 128 troupiers ) composée de Soldats d'Elite, pour des mesures de contre-abordage uniquement
        - Une escorte personnelle des Chefs d'Etat et des Conseillers de 6 Soldats d'Elite à proximité de la réunion
        - Deux navettes d'usage diplomatiques, aux systèmes d'armement coupés, pour le convoyage des dignitaires.
  3. Horaire, durée maximale du rendez-vous
      L'horaire sera fixée en dernière instance, pour une durée de rendez-vous allant jusqu'à 12 heures par jour avec interruptions toutes les 2 heures, durant une semaine standard.
  4. Lieu privé ( à louer ) ou Lieu public ( à négocier avec gouvernement local )
      Lieu privé hautement sécurisé privilégié, réservé peu de temps à l'avance en intégralité pour éviter l'espionnage.
  5. Médiatisation
      Il est suggéré que non pendant les négociations, afin d'éviter une attaque ou l'exposition de discussions trop sensibles et/ou confidentielles. Les finalités seront en revanche accessible librement dans la presse galactique.
  6. Temps de parole partagé
      Il est suggéré que oui, sous arbitrage quelconque. Les deux puissances se reconnaissent alors le droit mutuel à une parole équivalente.
  7. Arbitrage d'un Etat Neutre
      L'Empire souhaite un arbitrage d'une Nation Neutre afin de montrer sa volonté de reconnaître, en sus des actes républicains, les agissements des politiques qui ne s'impliquent pas. L'Empire porte ses volontés sur : Arkania, le Secteur Corporatif, Le Consortium de Hapès ou la Fédération d'Eskyrt.

Le cabinet présidentiel était maintenant attendu. Sa réponse, espérait-on, ne tarderait guère.

#28486
La liste arriva au bureau présidentiel, Leia ne fit aucune objection et à dire vrai elle n'y prêtait aucune attention particulière. C'était sans doute pour cela que l'Empereur ne devait clairement pas encore comprendre la fille du sénateur Organa.
Leia méprisait les gradés impériaux, tous, et elle ne faisait que très peu voir aucune différence entre eux. Les stigmates de la pensée rebelles : "Tant qu'il porte l'uniforme, il est la cible !". On aurait pu lui amener Tarkin en personne que tout cela ne ferait que peu de différence, elle était contre ce projet, mais elle n'avait pas le choix et politiquement ses idées ne faisaient plus assez mouches au Sénat pour lui permettre de s'opposer franchement à l'Empereur qu'elle sentait être déjà la prochaine menace pour la liberté...du moins après les Sith...tout avaient une net moindre importance lorsqu'on mettait ses monstres dans l'équation. Y compris une brochette de gradés de l'Armée impérial, fidèle et loyaux à Palpatine ou Delavièl et maintenant à leur successeur Astellan.
Dès que la liste arriva, et qu'on nota qu'elle était estampillée "Siège impérial" la "délégation diplomatique pour la Paix" pris le relais sur le bureau présidentiel, qui était finalement réduit à enregistrer les décisions de cette délégation ad hoc. Une délégation marchant sous les ordres de Mon Mothma inutile de le préciser.

On accusa réception de la liste des délégués impériaux, et la liste des points suivants fut traitées, le tout suivait assez classiquement le protocole habituel des rencontres diplomatique...


  1. Lieu de rencontre
      La proposition d'Oseon fut jugée intéressante, cependant la planète était surtout une petite planète de villégiature, et une curiosité touristique, la quasi-inexpérience du gouvernement local pour "accompagner" la tenue de cette rencontre historique était à craindre. On communiqua également au siège impériale les différentes inquiétudes quant à la proximité quasi mitoyenne de la frontière de l'espace Hutt, alors même que le Chef d'Etat Républicain personnellement en inimitié avec les Hutts avait fait l'objet d'une attaque personnelle de leur part il y avait de cela quelque mois à peine. On expliqua le fait que le chef d'Etat Républicain était en "délicatesse" avec les Hutts et qu'une rencontre si proche de leur frontières ne permettait pas un cadre serrein pour des négociations de ce niveau.
      Impossible d'émettre une réserve à une proposition de l'interlocuteur impérial sans faire une proposition constructive en retour. Aussi on proposa quelque planètes neutres, aux quatre coins des régions Nord et Nord-Ouest, on attira l'attention des homologues impériaux sur la planète de Bakura un monde éloignés des frontières tant républicaine qu'impériale, sans pour autant les isolés complètement. Les impériaux avaient la forteresse du Senex-Juvex d'un côté, les républicains avaient le Bastion de Malastare, ces deux points quasi équidistant de Bakura, bien que les impériaux avait un léger avantage de proximité.
      Tout autour de Bakura était une région relativement déserte et assez peu fréquentée même par la piraterie. On invita les homologues impériaux à considérer la richesse de la planète ainsi que la profondeur et la robustesse de son système politique. Le gouvernement bakuran était rôdé à la politique de haut niveau et saurait assurément prendre toute la mesure de l'importance de cette rencontre tout en sachant s'effacer pour ne pas la parasiter.
      On attendait le retour des impériaux sur cette question.
  2. Escorte maximale des délégataires
      Pas de difficulté sur ce point, les impérieux était traditionnellement les plus "démonstratifs" en terme de force brut, si ils étaient soucieux d'une telle escorte, cela conviendrait assurément à l'Etat Major républicain qui avait appris à faire bien plus que l'Empire ne ferai jamais et ce avec deux fois moins.
  3. Horaire, durée maximale du rendez-vous
      Le principe de la semaine, plaisait, bien qu'on ajouta qu'il était possible au vue de l'importance de la tension et des sujets lourd à aborder que la rencontre se fasse en plusieurs fois espacé sur plusieurs semaines. On invita les homologues impériaux à considérer l'importance des temps de "pause" et de réflexion nécessaire, pour ne pas étouffer le projet de négociations, tout devait aller à un rythme sain, malgré l'urgence de l'invasion Sith, l'Union se chargerai de l'urgence...si celui-ci arrivait à naître finallement.
  4. Lieu privé ( à louer ) ou Lieu public ( à négocier avec gouvernement local )
      On signifia une préférence pour le public pour des raisons de pur confort surtout sur les planètes comme Bakura qui disposaient d'infrastructures optimales pour ce genre de rencontre, alors même que les lieux privés, théâtre, auditorium ou autre nécessitait des mise en place coûteuse en temps et en fond. Mais sur ce point on signifia que la délégation républicaine serait flexible.
  5. Médiatisation
      Le contenu des échanges devaient absolument demeurer secret, en revanche la publicité des thèmes abordés et bien sûr des différentes avancés et difficultés rencontrées devaient être assurée du moins uniquement à l'issus des négociations ou pendant les temps de "pause", sans toute fois révélé le lieu publiquement. On expliqua que constitutionnellement les républicains étaient tenu de rendre des comptes aux citoyens et au Sénat en vertus du principe démocratique de transparence.
  6. Temps de parole partagé
      Pas de difficulté sur ce point, le principe de parole égales étaient un fondement pour toute négociation.
  7. Arbitrage d'un Etat Neutre
      Concernant l'arbitrage d'un Etat tiers, là-dessus, la Présidente elle-même émis de vives réserves, impliquer un Etat tiers était dangereux autant pour cet Etat que pour les négociations elle-même. La guerre n'avait épargné quasiment aucun des "grands états neutres" qui existaient aujourd'hui et bien souvent leur neutralité était même le fruit et la conséquence direct de la guerre ou de leur rapport particulier avec l'une des deux grandes puissance.
      Leia insista sur le fait que les rebelles et les impériaux avaient commencé cette guerre, ils devaient apprendre à y mettre un terme par eux même, "si tant et qu'une telle chose soit possible" pensait la Présidente. Les négociations se devaient d'être réglée dans un face à face sans tiers extérieure qui quoiqu'il arrive aurait son propre agenda politique et sa propre vision subjective de ce qu'il retirait personnellement de cette paix en devenir.
      On proposa donc, des négociations dites classique sans présence de tiers.
Appelons ça une divergence d'opinion !

Et beh ? Je parle de … de noblesse d’âme ! Les […]

[Dxun] L'appel de l'Ombre

Vrad suivait toujours le Mandalorien quand souda[…]

Emporté par la force de ses coups, l’esclave fut […]

Armé d’une torche et d’une épée, le guerrier s’a[…]

Purge

J'accepte votre invitation. Elle le […]

https://cdn.discordapp.com/attachmen[…]

Dhevad Hsyrn

http://www.swagonline.net/sites/defa[…]

L e jeune chasseur de primes posa son livre sur[…]