L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Coincé entre "La Gueule" - un trou noir supermassif - et l'espace Hutt, Kessel est un monde mort qui sert de bagne à l'Empire. Le seul intérêt de cet astre désolé est le Glitterstim, une épice minée en abondance.
Gouvernement : Empire
#27509
L'espace d'un instant, Drakell crut qu'elle ne bougerait pas. Hayley était immobile, sans réaction, comme absente. Bientôt, il serait trop tard. Il suffisait qu'Oxious trouve un stratagème, qu'il utilise un pouvoir à pleine puissance, et il pouvait mettre fin à ce combat en une poignée de secondes.

Mais il n'en fut rien. Alors que le Khommite pointait une nouvelle attaque d'estoc, Oxious para de sa lame courte, mais aussitôt elle se désactiva. Chose singulière que Drakell n'avait encore jamais vue. Puis le bras tomba. Ce membre artificiel, noir, satiné, élégant, à la puissance impressionnante, ce membre tomba au sol avec un bruit mat, inanimé.

Oxious cria sa douleur. Bien que le bras fut cybernétique, le réseau neural Synthennet relié à ses propres nerfs transmit une sensation de brûlure envahissante. Il tomba à genoux, et la lame blanche éclatante de Hayley se glissa sous son menton. C'était bien Hayley R'izzan, la Jedi rousse. Celle qu'il avait blessée sur Paradise. Celle qui lui avait opposé une farouche résistance sur Corellia. Celle qui avait combattu son apprentie sur Nar Shaddaa avant de trouver son père sans vie. C'était elle qui avait juré la mort de Darth Oxious, celle qui avait voué son existence à devenir plus puissante. Et maintenant, elle se tenait là, prête à trancher la tête qu'elle avait honni.


    « Je me suis préparé tellement de temps pour cet instant. Tellement de temps…
    Elle semblait vivre l'instant hors du temps, comme s'il n'arrivait pas dans cette réalité. Sans doute l'avait-elle rêvé maintes fois sans jamais réussir à voir quand ou comment il aurait lieu.
    Ce serait si facile…
    Fais-le. Fais-le et toute ta vie n'aura servi qu'à assouvir ta vengeance. N'est-ce pas ce que tu voulais ? Tuer l'assassin de ton père ? »

La lame se rapprochait lentement de la peau rouge tatouée, mais ne vint jamais la toucher. Oxious sentait sa chaleur intense tout près. Un simple geste pour mettre fin à une vie. Si facile, et pourtant si dur à esquisser. Avait-elle jamais pris une vie ? Oxious en doutait, maintenant.
Encore une fois, Hayley se trouvait dans un état second, comme plongée dans quelque contemplation. Drakell connaissait ce regard. C'était celui de quelqu'un à qui la Force confie ses secrets. Elle communiait avec les Avenirs. Que voyait-elle qui puisse la faire hésiter ? Que lui montrait la Force qui puisse lui faire prendre une décision ?

Drakell, lui, observait la scène. Il n'arrivait pas à y croire. Elle tenait là, juste sous sa lame, celui qu'ils étaient venus chercher. Celui qui avait contribué au déséquilibre toute sa vie durant. Celui qui avait ruiné tant d'existences, celui qui avait asservi, celui qui avait tué, massacré, menti, trahi. Et celui qui avait faibli. Ils étaient là, à deux doigts de finir ce pour quoi ils étaient venus jusqu'ici, et elle renonçait.
Elle donnait son sabre à Drakell.

Le Khommite s'avança, gardant Oxious à l'œil. Il ne désactiva son arme qu'une fois la dent de krayt en main et la lame blanche brandie. Il comprenait, maintenant, pourquoi elle ne pouvait pas le faire. Le Simurgh n'était qu'une incarnation de sa haine, une personnalité qui n'était pas la sienne. Maintenant que Hayley était revenue, elle ne pouvait pas s'abaisser à tuer, pas même cet être sombre. Si elle le faisait, elle assouvissait son besoin de revanche, comme l'avait dit Oxious. Si elle le faisait, elle succomberait à l'une des émotions qui signeraient définitivement sa chute dans l'Obscur. Si elle tuait Oxious de ses mains, il ne pouvait y avoir de retour pour Hayley R'izzan, et elle serait condamnée à se recroqueviller dans un minuscule coin de son cerveau, aveugle, sourde et muette, et à laisser toute la place au Simurgh. Ce serait une vie d'esclave, un corps pour une conscience qui ne serait pas la sienne et qui accéderait à un grand pouvoir, qui pourrait reproduire où bon lui semblerait les atrocités commises sur Têta ces derniers temps.

Non, elle ne pouvait pas.

Impassible, Drakell leva les yeux sur le Zabrak.


    « Alors c'est ça ? Tout ce que tu portes comme crédit à ton Maître ? Est-ce là la seule manière que tu auras trouvé pour m'éliminer ? Crois-tu avoir atteint la puissance nécessaire pour te proclamer Seigneur, pour devenir Maître à ma place ?
    Ça n'a aucune importance. Drakell ne servira plus l'Ordre. Il ne servira plus jamais personne. Il reprend son nom de naissance, celui de sa lignée.
    Tu étais promis à un pouvoir conséquent, sans mesure avec ce que la Galaxie a pu connaître, et tu lui tournes le dos ? Tu abandonnes ton nom sith, tu reprends ton nom d'esclave, celui dont nous t'avons libéré ?!
    Drakell n'a pas choisi son nom sith, il lui a été donné. Il ne voit pas de libération, s'il ne peut pas choisir lui-même qui il veut être. Naître esclave et devenir l'esclave de quelqu'un d'autre… C'est ce que vous avez fait. À la différence, je ne ferai pas la même erreur. Plutôt mourir. »

Drakell leva la lame blanche. Aucune émotion sur son visage, aucune dans son regard. Le néant, le vide. La neutralité. L'Équilibre.

    « Vous n'êtes pas dignes de porter la Force en vous. Vous n'êtes Seigneur de rien, Ma'k Vaa'rm. »

Le sabre s'abattit. La lame traversa sans effort la peau, les muscles, les tendons, l'os, la moelle épinière… et la tête roula au sol.

C'était la fin de Darth Oxious.
C'était la fin du Simurgh. C'était la fin de Darth Voïdh. Il ne restait plus que Hayley R'izzan et Drakell 82.
Ce dernier cligna des yeux en semblant revenir à lui. Il tendit à Hayley le sabre éteint. Ils avaient accompli ce qu'ils étaient venus faire.


    « Il nous faut maintenant partir. Nous n'avons plus beaucoup de temps... »

Il s'approcha d'un panneau dans le mur, l'arracha à son support et tira le levier qu'il cachait. L'alarme incendie retentit aussitôt. Il leur aménageait une porte de sortie, une diversion. Dans peu de temps, ça grouillerait d'impériaux ici, et on trouverait le corps sans vie du Zabrak. Le temps que l'agitation retombe, ils seraient loin.

____________________________________
King Nothing - Metallica
#27511


      - Il nous faut maintenant partir. Nous n'avons plus beaucoup de temps...

    Elle avait laissé son regard se poser sur le sabre que Drakell lui avait rendu après qu’il ait séparé la tête du zabrak de son corps. Et alors que Drakell passait à l’action, elle était restée là pendant une demie seconde à admirer le manche. C’était fini. Elle était traversée par une myriade d’émotions. Doute et soulagement, Peur et joie, elle avait l’impression d’être lâchée dans le vide devant l’immensité de l’inconnu qui se présentait devant elle. Passer dix années à se préparer à ça et finir par l’atteindre… C’était vertigineux.

    Mais déjà Drakell avait activé un panneau mural et se précipitait vers le hangar qu’ils avaient quitté quelques temps plus tôt. Le pilote était là, à regarder certaines des prisonniers décharger le vaisseau en fumant une clope, Drakell fonçait vers le vaisseau et un regard d’Hayley suffit pour comprendre que le pilote avait comprit ce qu’il se passait. Il n’y avait plus le temps pour ça. Elle se précipita sur lui et lui colla un bon coup de poing dans le nez, le laissant s’effondrer à terre, complètement sonné. Pas très propre, mais nécessaire. Avec un peu de chance cela le disculperait si jamais ils étaient filmés. Elle se rua dans le cockpit du vaisseau et démarra les réacteurs. Ce vieux coucou n’était pas au niveau d’un Havoc ou d’un Faucon Millenium, mais il ferait l’affaire. C’était ça ou rester sur place.

    Au bout d’un moment qui lui parut terriblement long, les voyants lui indiquèrent que tout était paré. A ses côtés Drakell s’agitait, visiblement impatient de filer lui aussi. Il prit place dans le second siège du cockpit et Hayley lança les gaz, quittant rapidement le hangar. Hayley et Drakell savait par le pilote que la navette se poursuivait jusqu’à Formos.

    Ils parvinrent à quitter les environs proches de Kessel sans encombres. Et cela permit à Hayley de souffler un peu. Elle avait peine à réaliser que cela s’était passé. C’était trop irréel. Tout cela semblait si proche et si loin à la fois, que cela semblait impensable. Elle éclata en sanglots, partagée entre peine et joie. Ca y est. Enfin. Elle était libre. Libre de ce poids qui l’accablait depuis tant de temps. Libre d’une émotion néfaste qui avait dicté sa vie de bout en bout. Libre de l’influence corruptrice du Simurgh, cet être qui l’avait dominée de bout en bout. D’une certaine manière, elle s’était libérée de ses chaînes, elle avait prit un nouveau départ dans une vie qui pouvait encore déceler des promesses. Drakell posa sa main sur l’épaule de la femme et elle-même superposa sa main sur celle de l’alien, le gratifiant d’un regard plein de gratitudes. Il l’avait aidé à s’en sortir. Enfin. Elle déposa un baiser sur la main du khommite et reprit les commandes.

    Il était temps de repartir vers de nouvelles aventures...
Le Palais de Cendre

CT-01823 venait de se faire reprendre par l’Empe[…]

----------- Bureau de la Sécurité Impériale […]

État major de la nouvelle république, 3 heur[…]

Mairie Sanglante

Chapitre IX : Un heureux accident ... […]

Signaler une absence

Présent en demi teinte suite à une grosse blessure[…]

QUE LA FORCE SOIT A METELLOS

Vassily Mattah alias Vito Altobello jedi vague […]

Colonel Juan Paquito Marinette Lilianna[…]

La parole fut donnée alors à monsieur le ministr[…]