L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Jusqu'à ce que Tyber Zann n'en prenne le contrôle, Ylésia était dominée par le Hutts du clan Besadii. Les trois petits continents de la planète sont la terre d'origine des Reeks. Ylésia est une escale importante des trafiquants d'épices entre Ryloth et Nar Shaddaa.
Gouvernement : Hutts
Avatar de l’utilisateur
By Kurt Werner
#33461
Image

Depuis 6 mois maintenant tout se passait bien : l'équipe de chasseurs d'esclaves avaient réussis à se faire une place dans le milieu tout en abattant des concurrents énervés, et en libérant un rythme régulier d'esclaves, une petite affaire qui marchait comme sur des roulettes et qui offrait régulièrement des nouveaux passeports à des esclaves en fuite leur permettant une nouvelle vie.

Les progrès étant trop lents pour une activiste idéaliste anti-esclavagiste, Lilianna décida de monter en gamme en rentrant dans le Marché aux esclaves en devenant elle même marchande d'esclaves.


Elle décida ainsi de créer une agence de commerce aux esclaves sur Ylésia mais se heurta nettement à un problème d'oligopole : ses concurrents n'étaient pas décidés à lui faire une petite place.

Elle loua des petits locaux et y fit des travaux pour aménager des cellules, embaucha deux locaux un twilek et un Gamoréen pour gérer l'administratif, et faire geôlier. Elle fit travailler sous fausse identité 5 gars parmi ses soldats chargés de la sécurité de la zone et de sa personne..dans ce milieu, les enfants de chœur se font rares.

Elle effectua plusieurs transactions positives pour ses finances et réinvestit les bénéfices pour acheter de plus en plus de "biens" pour en avoir un maximum à la fois dans la balance.


Ce jour elle fît embarquer dans le cargo moyen la centaine d'esclaves enchaînés en surnombre dans le vaisseau destiné à faire un voyage très court pour les emmener au lieu de RDV avec la frégate Nébulon B où tous embarquèrent et purent trouver le chemin de la liberté par le chemin habituel.

Ils reçurent la procédure d'urgence, et l'appliquèrent immédiatement : sauvetage des esclaves, évacuation temporaire de la base, repli sur le point de retraite et organisation d'un éventuel sauvetage.

Laissée seule avec avec ses employés locaux, elle dut faire face à l'arrivée de la police locale, qui lui reprochait d'avoir vendu des esclaves à une autre planète et qui lui demandèrent le nom de ce nouvel acquéreur.

D'ailleurs le Twi'lek leur fit remarquer que les livres de compte ne mentionnaient pas cette transaction, que lui-même devait théoriquement enregistrer...


« "Où as tu fais amener ces esclaves?" » demanda le sergent envoyé de la milice locale.

« "Sur ma planète, pour s'occuper de mes champs et de mon Domaine" » répondit Lilianna.

« "Tu ne peux pas extraire les esclaves de notre planète, dans le droit de notre planète, il s'agit des ressources de notre planète, tu peux les posséder, mais pas les sortir de la planète !" »

« "Je ne savais pas... on peut peut-être s'arranger si je paye une sorte de taxe ?" » dit-elle avec un beau sourire charmeur...

« "ça n'existe pas ! impossible" »

« "Où alors si je paye une autre taxe..." » Elle insista en se collant à lui..

Elle passa alors sa main sur le torse du sergent en lui faisant les yeux doux, ce qui faisait craquer une bonne part des sondés...
Le voyant hésiter un instant sa seconde main remonta à l'intérieur de sa cuisse jusqu'à son entrejambe

Mais le sergent la repoussa en voyant deux gardes revenir :


« "On les a pas trouvés dans les cellules Chef.." »

Devant les preuves ou plutôt le manque de preuves disculpabilisante elle fut Blastero paralysée sur le champ et emmenée à la forteresse de Zornin, truand local qui travaillait pour les Hutt et maintenait la paix locale, sans avoir répondu à toutes les questions classiques en vigueur sur la plupart des planètes..
« "Embarquez la et méfiez vous, si elle s'échappe Zornin aura votre tête au bout d'une pique !" »

Interrogé, le Gamoréen soupçonnait lui un futur massacre pour une divinité sanglante ou un truc du genre...il soupçonnait un mauvais coup.


Elle se retrouva enchaînée en attendant un jugement définitif qui la mènerait à devenir ou redevenir plutôt esclave sexuelle comme par le passé, soit nourriture à rancor ou autre joyeuseté locale destinée à divertir le seigneur Zornin.

Via une communication secrète, le Groupe de chasseurs venu la chercher ne la trouva pas, apprit par les voisins ce qu'il s'était passé, et contacta en sécurisé l'homme de confiance des communications de la G.R.F., qui transmit l'information au Colonel Juan Paquito, qui informa Kurt du un signal d'urgence, Lilianna avait été capturée...

Il reçut immédiatement une consigne de discrétion de vélocité et un budget sur les fonds propres de Kurt.
Modifié en dernier par Kurt Werner le dim. 9 déc. 2018 23:08, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Kurt Werner
#34410



Arrivée depuis presque une semaine l'équipe de l'épervier avait commencé à s'intégrer aux mœurs locales.

La population est contrôlée par des moines bizarres au comportement hégémonique et inquisiteur.

Deux soldats commencèrent à s'initier à cette religion afin de la découvrir et glaner quelques informations importantes sur les comportements tout ces moines, leurs idées leurs valeurs et lauriers générale.


Pour résumer ils sont persuadés qu'arrive la fin du monde, Armageddon...
Ils se préparent et pensent que seuls les croyants pourront y survivre.
Toute la population est croyante ou presque... Ils font tout pour convaincre, intimider, menacer, les gens têtus sont déplacés, enlevés, torturés pour les amener à voir la lumière...
Lorsque cela ne marche pas, c'est la lumière qui vient à eux... à mort !
Il cherche avant tout à convertir de gré ou de force chaque homme espérant que tout le monde finissent par trouver cette lumière de la foi.


Curtis était venu le jour j à l'heure h pas chaud rendez-vous avec le Zabrak dans un petit bar miteux.

Dans ce bar,il y avait un certain nombre de fripouilles, des voleurs des bons à rien et quelques moines seulement car boire n'était pas leur activité préférée ni recommandée.

Il ne sembla pas hésiter le moins du monde, avançant directement vers le bar, commanda quatre bières et alla avec ses deux amis s'installer à une table dans le fond du bar.


Le barman et certains autres les dévisageaient, regardaient bizarrement comme on regarde de nouveaux visages à la campagne...
Les touristes sur Ylésia et encore plus loin de la capitale étaient considérés de base comme suspects par les gens.

Plusieurs jetaient des regards qui se voulaient discrets vers les braves éperviers de la table du fond..


Curtis commença à se demander si dans cette société si cadenassée, il se demandait et s'inquiétait que cela puisse être peut-être des espions à la solde moines.

Discuter dans une foule est assez discret mais discuter dans une foule qui vous écoute est autrement risqué.

Un Zabrak habillé en habits noirs de baroudeur avec deux blasters, il regarda partout puis alla jusqu'à la Table du fond où il salua silencieusement en s'asseyant devant sa bière.

Curtis savait seulement que son interlocuteur serait un Zabrak et que ça ne courrait pas les rues les Zabraks sur Ylésia.. il ne devait pas y en avoir beaucoup surtout dans ce bar miteux et tranquille.


«
Messieurs dites-moi vite, allons à l'essentiel.
»
dit le Zabrak sur un ton anxieux...

«
Liliana est retenue...
»


il s'arrêta pétrifié par la vision qui lui apparut...

L'autre insista :
«
elle sera en retard vous voulez dire?
»
répéta le Zabrak perplexe...
...[/i]

« Monsieur qui vous a donné rendez-vous? qui êtes-vous ? »
«
Mon contact vous savez bien... dites m'en plus...
»
essaya en vain le Zabrak ...
...[/i]



Soudain le zabrak s'énerva jetant sa bière au visage de Curtis et eut un geste en direction de ses blasters...

"D'un coup la Camera, dans ce Space opera effectua un recul instantané jusqu'à la porte d'entrée...jusque derrière un crâne hérissé de petites cornes"

A son arrivée il sentit une confusion à la table du fond, un énervement, il vit un autre Zabrak que lui, le premier qu'il vit depuis son arrivée en train de s'énerver et de dégainer ses blasters...

Au même moment, ses sens jedi lui indiquèrent les 6 autres personnes dont le barman en train de sortir leurs armes pour en finir avec les intrus...
Modifié en dernier par Kurt Werner le dim. 9 déc. 2018 23:12, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Kurt Werner
#34462
Curtis dégaina son blaster et tira deux fois sur le Zabrak, celui-ci répliqua simultanément, blessant un des soldats de l'épervier, avant de s'effondrer lui-même. Le soldat blessé renversa la table pour s'en servir de barricade.

La barricade reçut trois coups de blaster presque instantanément, il y avait plus d'ennemis que prévu et on n'entendait des Speeders allumer des gyrophares et arriver près du bar presque instantanément... Ainsi ils étaient en faction cachés dans l'ombre assez près du bar.


« *C'était un piège ! Rendez vous à l'escale numero 2!* »
leur dit Curtis !

Les adversaires eux aussi renversèrent leurs tables afin de se protéger des tirs de blaster meurtriers des trois éperviers.

Curtis attendit le bon moment et au moment où des renforts arrivaient, tira à deux reprises sur la fenêtre pour se dégager un accès au moment ou l'autre soldat bien valide tira sur le grand lustre le faisant tomber à terre dans un fracas mosntrueux qui détourna quelque peu l'attention...
Ils sautèrent par la fenêtre les trois presque simultanément montèrent sur des Speeders et s'apprêtèrent à s'enfuir.
#34749
Arrivée, depuis presque une semaine, l'équipe de l'épervier avait commencé à s'intégrer aux mœurs locales. La population est contrôlée par des moines bizarres aux comportements hégémoniques et inquisiteurs. Deux soldats commencèrent à s'initier à cette religion afin de la découvrir et glaner quelques informations importantes sur les comportements tout ces moines, leurs idées leurs valeurs et lauriers générale. Pour résumer, ils sont persuadés qu'arrive la fin du monde, Armageddon… Ils se préparent et pensent que seuls les croyants pourront y survivre. Toute la population est croyante ou presque... Ils font tout pour convaincre, intimider, menacer, les gens têtus sont déplacés, enlevés, torturés pour les amener à voir la lumière… Lorsque cela ne marche pas, c'est la lumière qui vient à eux... à mort ! Il cherche avant tout à convertir de gré ou de force chaque homme espérant que tout le monde finissent par trouver cette lumière de la foi.

Curtis était venu le jour «J» à l'heure «H» pas chaud, rendez vous avec le Zabrak dans un petit bar miteux. Dans ce bar, il y avait un certain nombre de fripouilles, des voleurs, des bons à rien et quelques moines seulement, car boire n'était pas leur activité préférée ni recommandée. Curtis ne sembla pas hésiter le moins du monde, avançant directement vers le bar, commanda quatre bières et alla avec ses deux amis s'installer à une table dans le fond du bar.

Le barman et certains autres les dévisageaient, regardaient bizarrement comme on regarde de nouveaux visages à la campagne… Les touristes sur Ylésia et encore plus loin de la capitale étaient considérés de base comme suspects par les gens. Plusieurs jetaient des regards qui se voulaient discrets vers les braves éperviers de la table du fond...Curtis commença à se demander si dans cette société si cadenassée, il se demandait et s'inquiétait que cela puisse être peut-être des espions à la solde moines.Discuter dans une foule est assez discret mais discuter dans une foule qui vous écoute est autrement risqué.

Un Zabrak habillé en habits noirs de baroudeur avec deux blasters, il regarda partout puis alla jusqu'à la table du fond où il salua silencieusement en s'asseyant devant sa bière. Curtis savait seulement que son interlocuteur serait un Zabrak et que ça ne courrait pas les rues les Zabraks sur Ylésia.. il ne devait pas y en avoir beaucoup surtout dans ce bar miteux et tranquille.


    « Faux Zabrak: Messieurs dites-moi vite, allons à l'essentiel. »

    « Curtis Mandrake: Liliana est retenue... »

Curtis s'arrêta en plein milieu de sa phrase, pétrifié par la vision qui lui apparut… D'un coup la Caméra, dans ce Space opera, effectua un recul instantané jusqu'à la porte d'entrée...jusque derrière un crâne hérissé de petites cornes.




Le jour «J», L’heure «-12H», heure locale
Ylésia - Orbite haute...


Le black one était en orbite haute, préparant les derniers détails avant de poser pied à terre. Tout l’équipage disponible était rassemblés dans la salle de réunion, à l’exception des services essentiels, qui suivaient la discussion depuis leur poste, les yeux sur l’horizon, les oreilles attentifs à la réunion.

    « Marak: Bon… tout le monde qui pouvait être là est là ? »

Sam, Yuwee et le Doc accompagnaient Marak dans la salle de réunion, tandis que le pilote et les canonniers demeurèrent en poste, juste au cas, étant donné leur position dans le territoire Hutt…

    « Marak:... tout ceux qui sont en devoir vous gardez une oreille attentive sur ce qui se dit... »

Marak laissa passer quelques secondes de silence afin que tous se concentre sur le discours d’introduction de la mission...

    « Marak: À priori c’est assez simple… C’est un « Code: Jaune »... Trouver et rapatrier une personne disparu sur le terrain. Voici la cible Messieurs, Major Lilliana, allégeance NR... »



Des petits sifflements, en signe d’approbation de faisait entendre autant dans la salle que dans les comlink…

    « Marak: Ouais je sais… mais on pourrais pas faire ça expéditif comme à l’habitude, y’a 2-3 trucs chiants dont faut je vous fasse part…

    La cible est une amie de Kurt Werner, Le président planétaire de «La petite Coruscante»… Apparement elle ne devait pas se trouver là, ni se faire prendre d’ailleur… Si le commandement de la NR l’apprend, elle est foutue, jamais elle n’aura d’appui de la NR pour un sauvetage de peur que les Hutt aillent prêter main forte à l’Empire et briser cette simili-trève… On doit faire le plus discret possible pour que seul les personnes au courant présentement de la situation ne s'agrandissent pas.

    Nous avons eu un
    Go pour des dommages collatéraux, seulement si ça peux contribuer au succès de la mission.

    Pour le reste, des équipes sont déjà sur place, plus ou moins 25 specforce , 75 soldats, une vingtaine de chasseurs sur une frégate Medicale Nebulon B et quelques cargos classiques. en fait c’est qui étaient déjà déployés avec le Major, pour leurs missions humanitaires, qui s’affairent au travail de défrichages pour nous.

    • Prendre contact
    • Assimiler l’information
    • Gestion des ressources
    • Sauvetage sans bavure, ni vu, ni connu !

    Donc en pratique c’est relativement simple, compte tenu du peu d’info qu’on a pour l’instant, mais plus on aura d’info, plus ça va se compliquer… D’ailleur en parlant de complications… La rumeur prétend qu'une bande de fanatique contrôlent la planète et serait bien armée… Faudra les garder à l’oeil, ils sont un peu partout sur chaque colonie, et de concentration plus intense à la capitale… Si ça nous avantage, y’aurait peut-être de quoi à faire pour s’en servir comme outil !

    L’autre mauvaise nouvelle, c’est ma face… Les Zabrak sont pas si nombreux sur cette planète… y’a que 190 Millions d’habitants, si je me fis aux derniers recensement connus, dont 50% sont humains, 25% regroupe les Rodian, Twi’lek et Nikto, 1.5% des T’landa Ti, 0.5% de Grosses larves Hutt… et les 18% qui restent, c’est tout le reste. Yuwee et moi, on va être facilement identifiable selon moi, alors le gros de notre boulot sera délégué soit à vous, soit à l’équipe qui nous supportera… pendant qu’on fait diversion, du moins c’est le plan de base !

    Des questions ?
    »

Silence… il n’y avait pas grand chose de plus à dire, tout savait à quoi s’en tenir, chacuns avait son rôle à jouer en terme de préparation d’équipement à embarquer… Un fois prêt, le Black one amorça sa descente vers le spatioport



Le jour «J», L’heure «H, +5 minutes», heure locale
Ylésia - Bar du coin désigné comme point de rendez-vous...


    « Marak via Comlink: Attention Black one, j’arrive au point de rendez-vous… »

Marak passa l’entrée, Yuwee camouflée dans la carrure de ses larges épaules … Curtis Mandrake le vit et le doute s’installa… D'un coup la Caméra, dans ce Space opera, effectua un retour à sa position de départ dans un slow motion jusqu'à Curtis Mandrake… La lumière qui passait par la porte encore ouverte, contournant la silhouette du colosse faisait en sorte qu’on ne pouvait voir le visage de Marak clairement, à moins d’être près de lui... et son ombre s’étirait lentement, comme extension de sa volonté posant le regard sur chacunes des personne dans ce bar, prêt à commettre l’attaque sournoise...

    « Faux Zabrak: ...elle sera en retard vous voulez dire? »

    « Curtis Mandrake: Monsieur... Qui vous a donné rendez-vous? Qui êtes-vous ? »

    « Faux Zabrak: Mon contact vous savez bien... dites m'en plus... »

Sentant sa couverture compromise, le zabrak s'énerva jetant sa bière au visage de Curtis et eut un geste en direction de ses blasters…

À son arrivé avec Yuwee, elle sentit tout de suite une confusion à la table du fond, un énervement, qu’elle transmis l’info à Marak... Qui vit un autre Zabrak, le premier qu'il vit depuis son arrivé, en train de s'énerver et de dégainer ses blasters… Entretemps, Yuwee lui indiqua que 6 autres personnes dont le barman avait l’intention de sortir leurs armes pour en finir avec ses contacts...

Curtis dégaina son blaster et tira deux fois sur le Zabrak imposteur, celui-ci répliqua simultanément, blessant un des soldats de l'épervier, avant de s'effondrer lui-même. Le soldat blessé renversa la table pour s'en servir de barricade. La barricade reçut trois coups de blaster presque instantanément, il y avait plus d'ennemis que prévu et on n'entendait des Speeders allumer des gyrophares et arriver près du bar presque instantanément...


    « Curtis Mandrake: C'était un piège ! Rendez vous à l'escale numéro 2! »

    « Marak, pour lui-même:Bon… Prendre contact… Tcheck ! Discrétion ? Fail ! Mai pour une fois... c’est pas ma faute ! »

Les adversaires eux aussi renversèrent leurs tables afin de se protéger des tirs de blaster meurtriers des trois éperviers. Curtis attendit le bon moment et au moment où des renforts arrivaient, tira à deux reprises sur la fenêtre pour se dégager un accès au moment ou l'autre soldat bien valide tira sur le grand lustre le faisant tomber à terre dans un fracas monstrueux qui détourna quelque peu l'attention… Ils sautèrent par la fenêtre les trois presque simultanément montèrent sur des Speeders et s'apprêtaient à s'enfuir.

    « Marak:Ils s’en vont… Marquez leurs transports, on les trouvera plus tard. »

Alors que les 3 éperviers embarquait sur les speeders… Un des canonniers marqua 1 un des 3 véhicules d’un projectile traceur… Maintenant, il fallait faire le ménage, tout s’étant passé relativement vite, personne n’avait eu vraiment le temps de porter son attention sur Marak qui venait de passer le pas de la porte, que les tables se renversaient, que tout ce beau monde se blastaient les uns face aux autres, que le lustre s’effondra pour permettre une sorti improvisée à la va-vite des gentils pour sauver leur peau, mais surtout leur couverture ! C’est ici que Marak, son acolyte, et son apprenti prirent le relais…

    « Marak: MESSSIEURS !? »

    « Barman: C’est qui lui ? »

Le zabrak, l’imposteur, blessé par Curtis, s’effondra par terre dès le début du combat, sans pour autant mourir de sa blessures dans les secondes suivantes… Malgré tout, il était mal en point… atteint à bout portant, crachant son propre sang par la mâchoire, il déglutit une réponse au barman...

    « Zabrak imposteur: C’est lui !! Le Zabrak ! Le vrai ! »
    « Marak: Allons allons, restons calme, et règlons cet, erreur de parcours, comme il se doit, dans les règles de l’art... »

Deux silhouettes de dégagèrent de l’angle mort que provoquait la stature de Marak, d’une créature exotique, une boule de poil lévitant dans les airs, et celle d’un jeune ado venait s’aligner aux côtés du géant, pour former une formation triangle.

La créature ne semblait pas pouvoir dire un mot dû à l’absence d’une bouche, mais elle avait d’autres qualités, dont comprendre les langages, lire dans les pensées de surfaces sans problèmes, parler dans la tête des gens, se mouvoir par la lévitation… Ce qui faisait d’elle une excellente interprète, et pouvait contribuer à désamorcer nombre de situations qui auraient normalement été résolu au terme d’une démonstration de la supériorité physique…

Le gamin lui, Sam… humain, jeune ado, début puberté, pas aussi musclé massivement comparé à son maître, mais tout de même semblait-il très en forme, le genre plus nerveux que massif… de petites étincelles rayonnait dans ses yeux, l’air sérieux, n’attendant qu’un signe de son maître pour passer à l’action.


    « Zabrak imposteur: Butez-le, s’c#?%!d ! »

Tous les blaster ennemis se rivèrent sur les 3 étrangers.. alors que Marak levait les mains devant lui se préparant à encaisser toute cette belle mise en scène avec son bouclier de force...

    « Marak: Wo-là… il y a eu assez de sang versé aujourd’hui, »

Tous ouvrirent le feu sur Marak, qui s’offrait en cible ouverte, difficile à manquer, à bout portant, restant statique dans toute sa largeur d’épaule… évidemment personne n’était au courant de ses intentions, sauf Yuwee et Sam, dans les toutes dernières secondes, lisant ses pensées de surface pour l’une, et sentant son bouclier de force s’activer pour l’autre… ce qui offrait une réaction authentique des deux collègues, ajoutant au réalisme, lorsque sous l’impact des tirs, Marak alla s’effondrer contre le mur, en partie pour mieux dissiper l’énergie des blaster, se laissant propulser par la force des impacts, ajoutant quelques mètres de distance, mais aussi pour la jouer convaincante !

    « Sam: NON ! …. »

À cet instant précis, au moment où Marak percuta le mur et se laissa choire au sol, soi-disant fatalement flingué et inconscient… Alors qu’en fait, Marak profita de la réaction de Sam comme diversion pour canaliser ses émotions et celles de son unité, à travers l’esprit de bataille, vers une séries d’actions qui ferait en sorte d’assurer sa survie et celle de son groupe...

Sam vint voire si Marak avait encore un pouls, Marak discrètement fit pression d’un doigt sur la cheville du jeune, pour faire signe que tout allait bien…


    « Yuwee via télépathie: Il a rien de grave, t’en fais pas, joue le jeu c’est tout... »

Sam se retourna lentement vers les flingueurs, les yeux étincelant de haine...

    « Sam: Ce c#?%!d !! …. C’est mon père !!! »

C’était plus fort que lui, Sam senti la pression lui monter à la tête, déjà qu’il était à fleur de peau dû à l'excitation du moment, il réussissait assez facilement à garder le contrôle dans l’action quand Marak demeurait proche de lui, son sentiment de sécurité était assez fort pour désamorcer toute crainte… On dira ce qu’on voudra de cette brute aux dimensions hors-normes, Marak devint très vite le mentor et grand protecteur du jeune Sam, il y a déjà 3 ans, et sans s’en rendre compte, le lien entre les deux était fort.

    « Zabrak imposteur: Ton PÈRE !! Allez !! Butez-moi ce Fils de Pu... »

Pour qui pouvais voir la cantina et entendre sommairement les exclamations qu’on y criaient, on pouvait entendre une voix de gamin gueuler intensément pendant plusieurs secondes, voir des flash d’arc électrique, d’abord dans un coin de la cantina, par la suite c’est devenu un peu comme un show de lumière bleuté allant de droite à gauche de la salle, des bruits de mobilier se faisant malmener… Puis soudain plus rien…

Pour qui pouvait voir et entendre l’action de l’intérieur, Le Zabrak imposteur, n’a pas pu terminer sa demande d’exécution sommaire, qu’il se faisait gueuler dessus par Sam qui projetait une horde d’éclair bleuté sur la carcasse déjà blessée du Zabrak… Un fois qu’il semblait immobile et qu’il en avait pour son compte, Sam bougea dans un autre coin de la pièce et relâchant sa colère vocalement, les éclairs suivaient… Ils fît les 4 coins de la cantina rapidement, et l’énergie dégagé par les éclairs avait endommagé et propulsé le mobilier de plusieurs petits éclats. Les arcs touchèrent également les 6 hommes et le barman, mais dans une moindre mesure, le zabrak eut été sincèrement grillé, tandis que les autres ne furent que choqués et étourdi par les arcs électrique projetés par Sam.

Tout cet émoi de la part de l’apprenti, avait permis au Mentor de se relever discrètement, non sans peine, il venait quand même d’encaisser le peloton d’exécution, au bas mot, où tout le monde avait la salve capable de le tuer… Yuwee se tint à côté de lui comme pour lui servir de béquille au cas où… Il marchait lourdement


    « Marak: Finissons-en avec cette mise en scène, veux-tu ! »

    « Sam: Ça t'ennuierais de nous avertirs quand tu fais un truc à l’improviste ?? »

    « Marak: Bah j’voudrais bien… mais dans ce cas là, ça ne serait plus improvisé ! J’pensais que tes talents divinatoire aurait pris le dessus sur mes intentions frivoles ! »

    « Sam: T’es vraiment con tu sais ! »

    « Marak: J’adore nos conversations, j’te jure, mais là, on manque de temps pour tes pleurnicheries… Puis du reste, tu t’en es bien sorti, bon faudra raffiner certains trucs, mais dans l’ensemble c’est une belle amélioration, ça fait changement de ton stress qui te fait figer comme avec Jeny… »

    « Sam: Je sens qu’elle va être longue cette $%?/!” d’mission... »

    « Marak via comlink: Allez… vous tous, terminez le boulot ici, on va pas y passer la journée non plus ! Yuwee et moi on part sur les traces de nos contacts... »

Les hommes fraîchement affaiblis d’une décharge d’,éclair de force se réveillèrent tous avec un bon mal de bloc, grâcieuseté de l’équipage du Black one, par s’accorder plus de temps et mettre en scène le début d’une gigantesque diversion… ou pas ! À leurs réveils, sur l’un des murs intérieurs de la cantina, un énorme graffiti de peinture rouge sang inscris «LA FIN EST PROCHE !!»... Évidemment le Zabrak imposteur n’avait pas survécu à ses blessures et s’était vidé de son sang passé le point de non-retour, avant que le doc du Black one ne puisse lui porter assistance… Sam, aidé des autres membres de l’équipage, déguisa sommairement sa mort en mélangeant le sang du cadavre encore chaud au graffiti, qui donna une ambiance glauque au message, avant de retraiter vers la direction général du vaisseau, en attente d’instruction de Marak. Avec un peu de chance, peut-être mordraient-ils à l’hameçon, ne voyant que ce qu’il désirait bien voir…

Marak et son Bouncer quant à eux étaient sur les traces de ses contacts, grâce au marquage d’un projectile traceur qu’un des canonniers avait réussi à loger sur un de leurs speeders. Lentement mais sûrement il se dirigeait discrètement à leur rencontre, quelque part dans la jungle…


Avatar de l’utilisateur
By Kurt Werner
#34779
La caméra flottante suivit les 3 acolytes sautant par la fenêtre sautant et s'enfuyant dans le crépuscule en "fonceurs" à travers les ruelles de Bakura city.

Les agents arrivés sur place en renfort, tout juste sortis de leur véhicules, durent remonter immédiatement pour les prendre en filature à travers les ruelles de la ville sur leurs Speeders.

Les fonceurs en fait décrivirent un double huit double cercle et repassèrent dans la rue de leur départ, ils ralentirent en tournant puis accélérèrent à nouveau.


Au bout de quelques minutes, ils avaient complètement semés leurs poursuivants alors les fonceurs sortirent de la ville et disparurent dans la forêt toute proche...

Après la petite affaire du bar, Marak et Yuwee se dirigeaient tranquillement, selon son instinct et selon ce que lui indiquait son équipage grâce à leurs senseurs.

Il prit donc là ruelle qui partait en direction du Nord vers où les motojets avaient commencé à partir.


À la troisième interdiction, on dit de continuer tout droit mais il sentait quelque chose ...une présence est encore mais presque il était pas loin de ce qu'il cherchait Quand tout à coup...

Image

Il vit derrière une caisse un mendiant en capuche allongé par terre dos au mur avec un petit chapeau dans lequel se disposer quelques pièces.

Il se leva et se rapprocha doucement en direction du Zabrak en tendant son petit chapeau :
« une petite pièce général Koress... »

Plus doucement et il lui dit ; suivez-moi général j'ai un speeder dans la cour derrière..
Avatar de l’utilisateur
By Marak Koress
#35035
Après la «petite affaire du bar», Marak et Yuwee se dirigeaient, selon leurs instincts, les conversations silencieuses que Yuwee entendait bien involontairement dans l’esprit des gens et selon ce que leur indiquait le matos de son équipage grâce à leurs senseurs. Ils prirent donc la ruelle qui partait en direction du Nord vers où les motojets avaient détallées. À la troisième intersection, on dit de continuer tout droit mais Marak sentit quelque chose ...une présence, ils étaient pas loin de ce qu'il cherchait. Quand tout à coup, au détour de cette ruelle qui déboucha sur un trou encore plus creux, ils virent derrière une caisse un mendiant en capuche allongé par terre dos au mur avec un petit chapeau dans lequel on pouvait s’apauvrir de quelques pièces, à son grand bénéfice. Le mendiant se leva et se rapprocha doucement en direction du Zabrak et sa bête en tendant son petit chapeau

    « Mendiant: une petite pièce M’sieur Koress ?... »

Plus doucement et il lui dit...

    « Mendiant: Suivez-moi, j'ai un speeder dans la cour derrière.. »

YUwee observa l’homme et écouta ses pensées, puis tourna son regard vers Marak, qui se dévisagèrent un instant...

    « Yuwee via télépathie: C’est un des leurs, de ceux qu’on devait rencontrer... -- «Discrètement» -- dois-je te le rappeler !? Sam avait pas tort tu sais... »

    « Marak via télépathie: j’dis pas l’contraire, mais on passe notre temps à s’entraîner en simulations contrôlés, j’voulais juste voir ce que le gamin avait dans l’ventre maintenant qu’il commence à gagner un peu en contrôle et en assurance... »

    « Yuwee via télépathie: On dirait presque que t’as fais exprès, tu cours toujours après les embrouilles juste pour te battre... »

    « Marak via télépathie: … Qu’est-ce que tu veux que je te dise… j’ai grandi dans cet environnement, la violence, le mépris, le dédain… Bon ok peut-être que j’en fais trop parfois… Mais pour Sam, c’est bon pour ce qu’il a. il a jamais eu à tester son instinct de survie réellement, là au moins on sais un peu plus ce qu’il a dans le ventre… Parler c’est facile, agir par contre, pas mal plus difficile quand ça compte ! »

Le duo retournèrent leurs regards sur le mendiant...

    « Marak: Bon allez… mène-nous là où tu dois nous amener, que je puisses finir pas commencer à faire ce pourquoi on m’a fait venir sur cette planète, mon boulot !... »
Avatar de l’utilisateur
By Kurt Werner
#35732
Curtis mena derrière dans la cour Uwee et Marak montèrent à l'arrière du Speeder et surtout les mena à travers les Ruelles discrètement vers un quartier plus rural de la capitale de la ville et continua jusqu'à dépasser la dernière maison et s'engouffrer doucement dans la forêt.

Cela avait été relativement discret car Curtis roulait doucement et tous, comme eux, portaient dans cette ville des capuches.

On se dirigea dans la forêt toujours vers le nord pendant une vingtaine de minutes puis on contourna une colline forestière et, à la base de celle-ci, entre les rochers et la forêt en trouvait une petite clairière dans laquelle on trouva et un petit vaisseau, dissimulé par des branchages amassés et une bâche spéciale qui masque la signature du métal sur les radars.




Arrivé à la lisière de la forêt, où un expert, après un vol discret en rase-mottes est passé derrière une colline et s’est logé sous des arbres hauts près du flanc de la colline, à un endroit où le petit vaisseau pouvait se positionner le plus discrètement.

Le seul côté qui semblait visible était l’avant du vaisseau, qui avait été masqué par 4 ou 5 arbres feuillus des alentours qui avaient été coupés à la Vibro-scie puis ramenés à mains nues pour ne pas trop abîmer les feuilles afin qu’une fois posés en équilibrent sur le vaisseau ils puissent pendant quelques semaines, parfaire l’immersion dans la forêt du petit vaisseau de l’équipe de l’épervier.




Juste avant d’arriver, Curtis dans sa radio régla sur proximité et imita deux bruits comme s’il y avait un bug dans la radio.

Deux secondes plus tard, le Zabrak senti et vit furtivement, tout en haut d’arbres d’une trentaine de mètres, deux soldats armés de fusils Snipers postés dans des plateformes construites à cet effet.

Le Speeder s’arrêta à 10 mètres du vaisseau à un endroit qui servait de garage, qui était une masse touffue de ronces, masquant le speeders et les deux motojets.

Ils s’approchèrent et alors qu’ils montaient dans le vaisseau par la passerelle, ils furent accueillis par 3 Soldats armés, qui vérifiaient silencieusement que c’était bien Curtis et ses invités.


Tout était ordonné et bien réglé dans ce camp, Le Général en Koress se disait qu’ils étaient professionnels déjà sur ce plan là.



Curtis fit entrer ses hôtes et demanda à ce qu’on leur amène des rafraichissements.


« Que souhaiteriez-vous boire Général Koress ? »


Si vous le permettez, afin qu’il n’y ait plus de confusions, je vais demander à l’un de mes hommes de vous regarder de plus près…

Un homme s’avança alors et voyant la musculature, la puissance, la détermination du Zabrac confirma…


« oui c’est bien lui ».

« Vous comprenez Général, marc était d’une Mission sur Métellos, où il Chassait les Squeeds, chose que nous faisons toujours à la sortie de notre formation, pour limiter leur nombre et pour parfaire nos formations et nos réflexes dans les couloirs obscurs que vous connaissez bien vous aussi. Il vous y a croisé deux fois.. » dit Curtis.

Il les invita à s’assoir autour d’une table de la salle centrale et déplia un holo-plan de la ville qu’ils avaient pu se procurer.

Ils furent chacun servis de leurs boissons communes qu’ils avaient sur le vaisseau.

Un de mes hommes a pu devenir un novice de cette secte bizarre qui afin de nous procurer des informations sur leurs us et coutumes, mais à première vue il s’agit de vrais illuminés apprentis dictateurs dont le seul but est de contrôler à terme toute la population et les fanatiser.


« Ils ont déjà convaincu au moins 30% de la population, 30% autres sont complétement fanatisés, et les 30% qui restent essaient de suivre mais une bonne part n’y croit pas, mais fait semblant pour éviter les persécutions, enfin 10% sont persécutés soit parce qu’ils ne croient pas et résistent, soit car ils croient en autre chose…

L’oppression n’est pas sauvage, mais elle est constante, ce qui rend cette emprise chaque jour de plus en plus importante.
»
Avatar de l’utilisateur
By Kurt Werner
#35733
Situé tout près du spacio-port, le palais du boss Nada était impressionnant.

Image


En plein centre-ville qui possédait un tel jardin et une telle demeure...

C'était une bâtisse 100 m de large sur 50 m de profondeur et sur 4 étages.

Tout autour de chaque côté s'étendait un mur d'enceinte de 3 mètres de haut à 200 mètres de chaque mur de la maison. On eût dit que la ville était construite autour du palais.

Entre la porte d'entrée le portail d'accès s'étendait une route qui traversait le sous-bois.

Le portail d'accès et la porte principale était gardée en permanence par 4 mercenaires, armés et reliés par des comlinks.


On devinait aisément un nombre de gardes important dans la maison.


Dans le garage sur le côté il y avait plusieurs véhicules dont certains blindés.


Pour ça le boss n'avait aucun scrupules à payer de choses sur sa sécurité et sur le nombre impressionnant d'esclaves notamment d'esclaves sexuelles qui l'entourait.
Modifié en dernier par Kurt Werner le lun. 1 juil. 2019 21:32, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Kurt Werner
#35734
Plan des étages :

Image


Image

Image

Image
Modifié en dernier par Kurt Werner le ven. 5 juil. 2019 21:58, modifié 4 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Kurt Werner
#35735
.
Modifié en dernier par Kurt Werner le ven. 5 juil. 2019 22:37, modifié 1 fois.
Cet enfant n'a aucune patience [Privé]

https://d13ezvd6yrslxm.cloudfront.n[…]

Tel Angor

Je ne pense pas pouvoir pousser plus les améliorat[…]

L'approche de Vassily commençait à concorder […]

[Mytaranor]Après l'effort...

Le District 6 n'avait pas attendu longtemps[…]

Quand le berger n'y est pas

La modération est rendue en tenant compte des in[…]

Oseon 2795 Du coup … je … euh … je prépar[…]

Présentation d'Arlen Rhyme.

Bonjour, Arlen, Merci d'avoir patienté pendant l[…]

[Terminé] Cad Bane

Fiche terminée ! Merci !