L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

La planète Bothawui est au coeur de l'Espace Bothan sur la Bordure Médiane et est la troisième planète du système Both. Le terrain de la planète est caractérisé par de longues chaînes de montagnes couvertes de forêts sur les deux principaux continents .Plusieurs espèces cohabitent sur la planète, mais la principale est l'espèce Bothan.
Gouvernement : Nouvelle République
Avatar de l’utilisateur
By Milo Solana
#37990
Nous étions arrivés au spatioport de la planète Bothawui. Il s'agissait d'un spatioport bien plus petit que celui de la planète Coruscant. A part cela, il s'agissait d'un spatioport tout ce qu'il y avait de plus normal. En revanche, quand nous en sortîmes, l'ambiance était tout autre. Même si nous nous trouvions en pleine zone urbaine, ça n'avait aucun rapport avec Coruscant. Au loin, je pus voir plein de montagnes. Mon maître s'approcha d'un jeune homme qui se tenait debout, appuyé contre un speeder. Ce dernier avait été engagé par mon maître pour nous conduire en speeder jusqu'à chez lui. Nous montâmes alors à bord de l'engin et nous prîmes la route. Après une dizaine de minutes de voyage, le conducteur s'engagea sur une petite route en direction de la forêt et après cinq autre minutes de voyage, il s'arrêta.

"C'est ici que nous descendons." dit alors mon maître. "Merci de nous avoir conduit jusqu'ici, jeune homme."

Mon maître descendit du speeder et je l'imitai mais, j'avais beau regarder autour de moi, aucune trace d'une quelconque maison. Le conducteur nous avait laissé au milieu de nulle part. Mon maître me désigna alors un petit sentier qui continuait au milieu des arbres et par lequel le speeder n'aurait pas pu passer. Je compris que nous ferions le reste du chemin à pied. Mon maître entama sa marche sur un rythme rapide, j'avais peine à le suivre, d'autant plus que contrairement à lui, je portais mon sac comportant toutes mes affaires. Mon sabre d'entraînement était aussi bien plus encombrant qu'un sabre laser accroché à la ceinture. Au début, ce n'était pas trop gênant, car le terrain était plat mais vint un moment où nous dûmes traverser un terrain pentu et alors que mon maître n'avait toujours pas ralenti le rythme depuis le début, moi, je commençais à fatiguer. Nous dûmes marcher deux heures, peut-être trois, enfin c'était ce que je pensais tant ça me semblait long. Je commençais à avoir des ampoules aux pieds et mes affaires me semblaient de plus en plus lourdes à porter. Depuis mes 5 ans passés au Temple, je n'avais plus été habitué à marcher autant et même lors de mon enfance, je me contentais de chasser dans les alentours.

"Dépêche-toi, petit, ce n'est pas le moment de traîner. Le soleil ne va pas tarder à tomber !" me dit-il sévèrement.

Mon maître avait raison. A travers la masse d'arbres, on pouvait distinguer les rayons du soleil. La nuit allait bientôt tomber. Pour ne pas déjà décevoir mon nouveau maître, je me forçai à accélérer le pas et j'arrivai même à arriver à suivre mon maître. Après un peu de marche, nous arrivâmes dans une immense clairière, laquelle comportait un immense lac en son centre autour duquel se trouvaient plusieurs petites habitations. Mon maître me désigna alors des escaliers faits de pierre en haut desquels se trouvaient deux huttes séparées d'une dizaine de mètres. Nous gravîmes les marches et nous arrêtâmes. Les huttes se trouvaient en haut d'une colline, de laquelle nous pouvions voir les autres habitations et le lac. De l'autre versant de la colline était visible un grand terrain clôturé, fait de pelouse et dans lequel on y trouvait une troisième petite hutte. Mon maître me le désigna du doigt.

"Nous nous servirons de cet endroit pour tes leçons quotidiennes." dit-il. Il désigna ensuite le lac et ses habitations. "Comme tu le vois, nous ne sommes pas loin d'un petit village de pêcheurs. Si tu contournes le lac et continue de l'autre côté, tu atteindras un autre village." ajouta-t-il en pointant le lac du doigt. "Ce lac a une superficie de 20 hectares, soit 2 kilomètres sur 2 kilomètres. Dis-moi, petit, est-ce que tu sais nager ?

"Non, je n'ai jamais eu l'occasion d'apprendre."

"Nous commencerons donc par là."

Je me demandais pourquoi j'aurais besoin d'apprendre à nager. Je pensais que j'étais là pour être formé afin de devenir un Jedi, que j'allais donc apprendre des pouvoirs de la Force, apprendre à me battre. C'était comme s'il avait lu dans mes pensées.

"De quel Jedi auras-tu l'air si tu ne sais pas nager ? Se défendre et pouvoir utiliser la Force ne sont pas les seules compétences d'un vrai Jedi, sache-le !"

Mon ventre se mit à gargouiller. Il fallait dire que je n'avais plus mangé depuis un bon moment. Mon maître comprit et m'invita à m'asseoir à sa table, chez lui, pendant qu'il préparait le repas. Ce que j'avais mangé n'était pas très bon, mais j'étais tout de même content de pouvoir me remplir l'estomac et donc, je dévorai tout d'une traite. Après le repas, mon maître repoussa sa chaise et se leva.

"Bien, va dans ta hutte te coucher. Nous attaquerons l'entraînement dès l'aube, demain matin. Je te veux prêt devant ma hutte à ce moment-là. Sache juste que je ne tolère pas qu'on soit en retard. Allez, file !"

Je me rendis dans ma hutte, juste en face, et allai me coucher. Je ne m'étais jamais endormi aussi vite que cette nuit-là.
Avatar de l’utilisateur
By Milo Solana
#37995
Le lendemain, je me levai peu avant l'aube. Je m'habillai et m'armai de mon sabre d'entraînement puis poussai la porte en fer de ma hutte. Je sortis et patientai devant la hutte de mon maître. En attendant, je contemplai le ciel, noir, remplis de petits points blancs qui scintillent. Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu un ciel aussi étoilé. Avant que nous fûmes sauvés de cette horrible planète inhospitalière, je pouvais contempler un ciel pareil chaque soir, mais une fois sur Coruscant, il m'était impossible d'en voir davantage. La luminosité étant trop forte, due au fait qu'un éclairage artificiel était installé partout dans les rues de cette planète, il était impossible de distinguer les étoiles. Cette vue me fit penser à ma famille. Avec ma soeur, nous avions pris l'habitude de regarder le ciel étoilé en nous demandant si l'on pourrait toutes les visiter un jour. Mon rêve était de devenir un Jedi. Celui de Luna était de devenir une grande exploratrice. Je me demandais s'ils allaient bien, ce qu'ils étaient en train de faire. Le début de ma formation avait aussi marqué la séparation avec mon père et ma petite soeur, puisque tout attachement était prohibé chez les Jedi. Ils me manquaient, terriblement.

A l'aube, mon maître sortit de sa hutte. Il me jeta un regard bref et me fit signe sans un mot de le suivre. M'étant assis pour contempler le ciel, je me relevai et m'exécutai. Nous descendîmes la colline par le versant opposé de celui par lequel nous étions venus la veille et nous arrivâmes en bas, dans une grande étendue d'herbe encadrée par des clôtures en bois. Au milieu de la vaste zone se tenaient plusieurs mannequins et dans le coin, directement sur ma droite, il y avait une troisième hutte en pierre, bien plus petite que les deux autres. Je m'interrogeai sur ce qu'il pouvait y avoir à l'intérieur. Mon maître me fit signe de l'attendre ici. Il se dirigea ensuite vers la hutte. Il tira une clé de sa poche et l'introduisit dans la serrure, qui ne résista pas longtemps. Je vis mon maître disparaître à l'intérieur pendant quelques secondes à peine. Il ressortit avec un objet dans chaque main. Dans sa main gauche, il tenait un petit cube, tout ce qu'il y avait de plus banal. Dans sa main droite, par contre, c'était plus intéressant. Un sabre laser, il tenait un vrai sabre laser ! Il me le tendit et je contemplai mon arme. Le manche était entièrement doré avec uniquement deux petites plaques noires sur les côtés, qui étaient ornées d'un symbole de couleur blanc représentant une couronne de laurier. Je décidai d'activer le sabre, mais rien ne se passa. Aucune lame ne jaillit. Mon maître dut voir mon air déçu.

"Ce serait trop facile si je faisais tout le travail à ta place, mon garçon." me lança-t-il. "Tous les composants de ce sabre sont réunis, exceptés ce qui le fait fonctionner: un cristal Kyber. Quand je serai satisfait de tes progrès, tu auras le droit de passer l'épreuve du cristal. Saurais-tu par hasard me dire quelque chose sur cette épreuve ?"

Je fis signe que non. Je savais que cette épreuve était une étape obligatoire pour tous Jedi convoitant un sabre laser, mais je n'en savais pas beaucoup plus, personne ne m'en avait jamais parlé auparavant. Mon maître soupira et changea de sujet.

"Bon, commençons par un exercice simple." il s'éloigna de quelques pas de moi et plaça le petit cube sur le sol, à environ cinq mètres. "Ton but sera de faire léviter ce cube et de le placer sur le petit socle que tu vois là-bas." Il me désigna un petit piquet d'environ un mètre de haut dont le sommet permettait d'accueillir un petit cube aux dimensions très semblables à celles du cube que j'avais près de moi.

Je m'exécutai. Je tendis la main droite et me concentrai pour soulever le petit cube par la pensée. J'avais beau le vouloir de toutes mes forces, le cube ne bougea pas d'un pouce. Je fermai alors les yeux et respirai profondément. Quand je les rouvris, je vis le cube bouger légèrement, mais il n'avait pas décollé du sol. Je relâchai alors mon emprise et baissai mon bras droit.

"Je n'y arrive pas !" dis-je, un mélange de dépit et de colère dans ma voix.

Mon maître s'approcha de moi et alors que je crus qu'il allait simplement déposer sa main sur mon épaule, il me donna une pichenette à l'oreille.

"Tu n'arriveras jamais à rien de cette façon, mon garçon !" me dit-il sèchement. "Tu dois plus te concentrer. Tu ne dois pas juste vouloir soulever le cube pour le faire, tu dois y croire ! Et surtout, tu dois sentir la Force en toi ! Dis-moi, que sais-tu de la Force, exactement ?"
Avatar de l’utilisateur
By Milo Solana
#37997
"C'est un champ d'énergie qui relie créé par tous les êtres vivants. Elle nous entoure et elle lie la galaxie dans un tout uni. C'est la définition qu'on me disait, au temple."

Mon maître mit ses mains dans son dos et commença à tourner autour de moi.

"Et toi ? Qu'en penses-tu ?"

J'avais du mal à croire que la Force était omniprésente et toute puissante. Selon moi, il s'agissait juste de quelques pouvoirs que pouvaient utiliser les Jedi pour se battre ou pour déplacer des objets. Une nouvelle pichenette m'atteignit à l'oreille tandis que mon maître se trouvait désormais dans mon dos.

"C'est la raison de ton échec, mon jeune apprenti !"

Mais qu'est-ce que...? Je n'avais encore rien dit ! Comment pouvait-il savoir le fond de ma pensée ? La lisait-il ?

"C'est exactement ça, mon garçon ! Je peux lire en toi comme dans un livre ouvert. Tu es fermé à l'idée de la Force, voilà pourquoi tu ne peux pas l'utiliser correctement. Assieds-toi dans l'herbe, en tailleur.

Je m'exécutai. Mon maître prit mes deux bras et posa mes mains sur le sol.

"Maintenant, ferme les yeux. Respire profondément et concentre-toi sur ce qui t'entoure."

Je fermai les yeux et pris une profonde inspiration. Je tâchai de me concentrer du mieux que je pouvais. Très vite, je ressentis quelque chose. C'était comme si une fine brise me caressait le corps tout entier. Puis, une chaleur s'empara de mon corps. C'était réconfortant. Cette chaleur, je la ressentis autour de moi, dans la pelouse, dans les pierres qui constituaient la hutte, dans le lac de l'autre côté de la colline, chez mon maître. Une chaleur...Une énergie commune qui me reliait au monde, à cette nature. Je ressentis aussi un froid glacial, la mort, la violence. Je rouvris brusquement les yeux. Je comprenais maintenant ce que signifiait cette définition de la Force. Tout était vrai, elle était présente partout, jusque dans le moindre petit caillou, moindre brin d'herbe. Mon maître me fit signe de me relever puis me désigna le cube du doigt.

"Réessaye, maintenant !"

Je me concentrai et sentis la Force en moi et dans ce cube. Je tendis la main droite et immédiatement, le cube décolla du sol. Une fois à bonne hauteur, je le fis bouger horizontalement vers le socle mais, malheureusement, arrivé à mi-chemin, je le fis tomber. Mon maître utilisa alors à son tour la Force pour le remettre à son endroit initial. Je ne comprenais pas, je n'arrivais toujours pas à réaliser cet exercice. Mon maître dut voir ma mine, puisqu'il rétorqua immédiatement.

"Ce n'est pas parce que tu es capable de t'ouvrir à la Force que tu vas être capable de maîtriser tous tes pouvoirs en un claquement de doigts. La Force donne son pouvoir à un Jedi, mais un Jedi doit pouvoir le contrôler. Pour cela, un entraînement rigoureux est requis. Le petit-déjeuner attendra, mon garçon. Nous n'irons manger que quand je serai satisfait de tes performances. Allez, recommence !"

Je recommençai l'exercice une dizaine de fois. D'abord, le cube tomba à nouveau en plein milieu de son trajet, puis, les essais suivants, j'arrivai à le rapprocher du socle, mais impossible de l'y déposer précisément. A chaque fois que je relâchai le cube, il retombait sur le sol. Quand, enfin j'eus réussis l'exercice pour la première fois, mon maître m'intima de recommencer. Je commençai à fatiguer, cet exercice demandait beaucoup de concentration. Toutefois, je tins bon et j'arrivai à réussi l'exercice plusieurs fois de suite. Quand enfin mon maître se déclara satisfait, il me fit signe de le suivre pour prendre le petit-déjeuner.

"Ceci constituait ton entraînement pré-matinal. Tu auras à le répéter chaque jour. Après le petit-déjeuner, nous attaquerons l'entraînement matinal."

Je déglutis, j'avais peur de ce qui allait venir ensuite. L'entraînement se révélait déjà très dur. Il était sûr que la suite serait aussi intense que ce que j'avais subi en ce début de matinée.

"Jolie atterrisssssssage, Mando." Un […]

Un Hutt et des Jeux...

"Ha ha ha" Ce petit Sith avait osé […]