L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Bien qu'assez excentrée dans la Galaxie, Tatooine occupe une position stratégique au croisement de plusieurs routes hyperspatiales. De ce fait, la planète s'est trouvée au centre de nombreux conflits. Sa surface est jonchée d'épaves d'anciens vaisseaux, la plupart ayant depuis été pillées par les Jawas.
Gouvernement : Neutre - Affinité avec les Hutts
Avatar de l’utilisateur
By Sareth
#37964
Enfin... Après des mois de lutte et de combat, Sareth avait réuni le Beskar suffisant pour forger une partie de son armure. La route avait été rude, et ce n'était que le début de la longue odyssée du Mandalorien solitaire. Après avoir servi les cruels agents du BSI, fais le sale boulot d'un narcissique audacieux, chassé des esclavagistes, combattu des araignées géantes aux cotés de Bossk et même coopéré, sans le savoir, avec la plus puissante Sith de la galaxie, le jeune homme se sentait prêt à franchir une étape de son périple. Pour ça il devait rencontrer la forgeronne Mandalorienne dont lui avait parlé son père. Ce sacré Tonton Flynt lui avait donné les coordonnées. Pour un Mandalorien normal, il aurait été plus simple d'aller sur Mandalore pour trouver des forgerons et, qui sait, trouver une armure presque gratuite. Mais d'une part, Sareth n'était pas de ceux qui appréciaient les récompenses gratuites, d'autre part, les Daran n'étaient pas des Mando'a ordinaires.

Les Daran étaient malchanceux, exilés, solitaires, et pourtant, ils survivaient et perpétuaient leur idéal de liberté et de rébellion. Tous avaient plié l'échine devant le fantoche qui se faisait surnommer l'Imbattable, mais pas eux. Lorsqu'Era la cinglée fit chuter encore plus bas ce qui restait des Mando'a, les Daran étaient loin, très loin, et n'avaient pas répondu à l'appel. Et si un nouveau fou à lier souhaitait se prétendre Mandalore, aussi bon et bienveillant fut-ce-t-il, les Daran répondraient non à l'appel, à nouveau. C'était leur vie, leur raison d'être, et de fait, Mandalore était peut être la mère patrie des Mando'a, mais les Daran avaient fait de la galaxie entière leur terre d'exil... Et un tel panache face aux traditions originelles du Resol'Nare ne leur avait pas fait de cadeau. Il leur était défendu de revenir un jour sur la planète d'origine du peuple guerrier. Voilà pourquoi Sareth devait chercher une forgeronne sur Tatooine, dans la bordure extérieure, loin de toute civilisation.

Le jeune homme connaissait très bien la planète, anciennement homme de main de choix parmi les Hutt, il avait l'habitude d'y travailler, d'y tuer, d'y combattre, d'y vivre... Cependant, depuis l'arrivée d'une armée de pirates et la disparition de Jabba le Forestier, la planète avait beaucoup moins de travail à offrir. Il y avait cependant toujours des petits boulots pour les débutants, mais rien qui n'intéressait Sareth maintenant qu'il avait rejoint la guilde. L'ambiance était également un peu plus tendue, et la guerre entre les divers Khajilit pour prendre la place du Forestier se déclarait insidieusement, lentement mais sûrement. Une planète faisant transit entre toutes les routes commerciales se trouvant dans une zone de non droit, n'était-ce pas la planète qu'on rêverait tous d'avoir si l'on vendait de l'épice et des esclaves ? Cependant, ce n'était pas en territoire Hutt que le mercenaire allait traîner, non, il allait devoir s'aventurer dans l'infinie et terrifiante Mer des Sables. Territoire des Tuskens, des Dragons Krayt et des Sarlacc, véritable fournaise sans fin où le soleil était le monarque indétrônable, c'était un endroit que l'on explorait pas pour le plaisir.

Image


C'est dans ce lieu infernal, coupé de tout où personne n'allait jamais que la forgeronne se cachait. Visiblement, la dame en question ne voulait VRAIMENT pas être dérangée. Le message était clair, pourtant le mercenaire décida de l'ignorer... Cela faisait maintenant une demi heure qu'il explorait la mer des sables en solitaire, ayant demandé à Rooker de l'attendre patiemment. Cela lui permettait de réfléchir calmement tout en avançant vers les coordonnées données. Pas âme qui vive dans ce coin... Pas un Tusken, pas un Jawa pour distraire un peu la route monotone du jeune homme. Puis finalement, quelque chose d'autre qu'une dune ou qu'un rocher brisa l'horizon. Un bâtiment rond et poli, typique de Tatooine... Cependant, il y avait beaucoup de cadavres, de carcasses et d'ossements tout autour de la résidence. Tous calcinés. Le temps que Sareth ne comprenne pourquoi, il arrêta son pied en l'air et s'en remercia quand il vit une mine antipersonnelle de belle taille apparaitre sur sa route.

La forgeronne tenait à sa sécurité, et qui pouvait lui en vouloir vu la dangerosité de la mer de la sables ? Un piéton aurait sans doute passé de longues minutes, voire des heures, à traverser ce champ de mines s'étendant sur plusieurs dizaines de mètres... Cependant pour quelqu'un ayant un Jetpack, c'était un jeu d'enfant ! Le jeune homme ricana, frappa ses bottes l'une contre l'autre et s'envola. Après s'être amusé à slalomer en tous sens dans les airs, le Mandalorien volant vira à gauche et fonça en direction de la mystérieuse maison blanche. Un salto, un atterrissage parfaitement contrôlé, et voilà que le jeune homme se trouvait devant la porte de la forge. Vu le commité d'accueil, Sareth s'attendait au meilleur comme au pire, aussi eu-t-il un long moment d'appréhension avant de frapper, cependant il n'allait pas venir ici pour rien, il frappa donc trois à la porte et attendit patiemment une réponse.
Avatar de l’utilisateur
By Sareth
#37970
Une dizaine de secondes sans que rien ne se passe, Sareth hésitait déjà entre tourner les talons et détruire la porte à coup de blaster, fort heureusement il n'aurait nul besoin de faire l'un ou l'autre, car la porte finit par s'ouvrir alors que sa main était prête à dégainer un blaster. De l'autre côté de la porte se trouvait une pièce remplie à ras bord d'ustensiles, d'armes et d'armures en tous genre, pour la plupart fabriquées avec de la ferraille de récupération. Au centre de ce dépotoir se trouvait une sorte de four cylindrique de un mètre de haut, lui aussi fabriqué avec les moyens du bord... Et à côté de ce four, assise sur les genoux, une silhouette casquée attendait. Elle se trouvait sur un tapis écarlate, frappé du symbole noir du mythosaure. Vêtue d'un casque doré et d'une tenue mélangeant fourrure et duracier, il était difficile de déterminer l'âge de la dame qui faisait face à Sareth. Elle s'adressa à lui avec une voix grave mais douce.

Image


- Salutations, Mando'a.
- ... Salutations.
- Viens, assieds toi jeune homme.


Sans un mot de plus, le mercenaire se posa à genoux devant son interlocutrice. La dame se leva, apporta un genre de table basse entre les deux et se mit à préparer une mixture à base de plante dans une théière, sans doute un genre de thé local. Alors que l'eau bouillonnait lentement, la forgeronne se tourna vers le chasseur de primes.

- Comment es-tu venu ici ? Pourquoi n'es-tu pas allé sur Mandalore ?
- Le Renard garde rarement le même terrier... Mais il n'a pas beaucoup d'endroits où aiguiser ses crocs.
- Je vois, un Daran... Mais pas Cliff, qui es-tu alors ?
- Son fils, Sareth. Vous connaissez mon père... ?
- Oh, bien sûr... Il m'a beaucoup parlé de toi. Heureuse d'enfin te rencontrer, petit Renard, termina-t-elle avec un ton plus joyeux.


La théière siffla de tout son être pour indiquer que le thé était prêt en crachant de la vapeur par là où elle le pouvait. La dame arrêta donc le feu et posa la théière sur la table basse accompagnée de deux petits ramequins de modeste confection. Ensuite, la femme servit le thé et retira son casque pour révéler un beau visage aux traits sévères et affirmés. Elle n'était plus toute jeune, peut être au maximum avait-elle la quarantaine, pourtant elle était plutôt bien conservée... Les quelques rides, cheveux blancs et cicatrices éparses sur son visage étaient les seuls indices qui trahissaient son âge avancé. Elle était peu souriante, mais les rares fois où elle l'était, elle dégageait beaucoup de bienveillance et de douceur, on se sentait en sécurité face à elle. Elle avait d'intrigants tatouages rouges sur le visage, des cheveux coiffés en de petites tresses et des yeux noisette perçants. Sareth profitait d'avoir le visage caché par un casque pour exprimer pleinement son étonnement et sa fascination pour un visage si beau et sans artifice.

Image


- Retire donc ton casque, c'est impoli de ne pas se dévêtir de son couvre chef quand on va chez quelqu'un, souligna la forgeronne.
- Hum... Oui, pardon, mes excuses, répondit Sareth en retirant son casque confusément.
- Eh bien voilà... Tu n'avais rien de bien affreux à cacher, au contraire, tu peux donc goutter mon thé !
- J'allais y venir, déclara Sareth en portant le breuvage à ses lèvres.


C'était extrêmement amer... Ça dégageait instantanément les naseaux, le jeune homme n'avait pas besoin de connaitre les vertus des plantes présentes dans ce thé pour savoir que son foie et son estomac allaient retrouver une seconde jeunesse suite à cela. Sareth toussa légèrement avant de s'habituer au fort arôme de la mixture et bu de bon cœur. Ainsi, l’hôtesse des lieux et son convive discutèrent tranquillement en buvant l'amer breuvage.

- Bien, pourquoi es tu ici jeune Daran ?
- J'ai avec moi du fer de Mandalore.
- Oh... Puis-je le voir ? Cela fait si longtemps que je n'ai pas revu son doux éclat.
- Bien sûr, répondit-il en sortant le lingot de sa sacoche.
- Magnifique... Est-ce le vil symbole impérial que je vois sur un lingot si pur ?
- Hélas, les Impériaux sont les seul à en posséder, la faute à l'Imbattable et à Era.
- Forcer les Mandaloriens à agir comme des pions de l'Empire pour respecter leur tradition... Quelle tristesse.
- Je ne vous le fais pas dire, bosser avec eux n'était pas de tout repos, ma collègue était sympathique mais elle était bien la seule à l'être un tant soi peu...
- Tu as l'air d'avoir franchi beaucoup d'épreuves, je m'attendais à te voir avec bien moins d'armure !
- J'ai su me faire quelques amis haut placés disons, expliqua Sareth en ricanant.
- Tu veux donc que je forge une partie de ta Beskar'Gam avec ce lingot j'imagine.
- Jusqu'ici c'est tout à fait juste.
- Très bien... Mais il faudra que tu prouves ta valeur avant ça.
- Que voulez vous dire ?
- Tu es un garçon plein de cicatrices, que cela soit au sens littéral comme au figuré, et tu es loin de les avoir toutes refermées, pour me prouver que tu es devenu plus fort, tu dois passer une épreuve. Une épreuve que tu as déjà traversé, mais que tu termineras cette fois ci de la bonne façon. Tuer un Dragon Krayt.
- Comment est-ce que vous savez tout ça... ?
- Une chose à la fois jeune homme. L'heure du réconfort n'est pas encore arrivée, lorsque tu auras fait l'effort que je te demande, tu auras les réponses à toutes tes questions ainsi que ta partie d'armure.
- ... Je le comprends, et je l'accepte. Je me débarrasserais loyalement de ce dragon si cela me permet d'honorer la mémoire de mon père.
- C'est bien, tu es un filou mais tu es un bon garçon, répondit la forgeronne avec un beau sourire. Suis moi en bas, je te présenterai à mon clan et te guiderai jusqu'au Dragon.
Avatar de l’utilisateur
By Sareth
#37972
La Forgeronne se leva, enfila son casque avant de soigneusement tout ranger dans le chaos parfaitement organisé de sa forge. Ensuite, elle déplaça le tapis sur lequel ils avaient bu le thé pour révéler une trappe au sol... Derrière cette trappe, beaucoup de bruit résonnait, quoi qui se passe en dessous, il y avait de l'activité. Une fois la trappe ouverte, le jeune mercenaire et sa guide descendirent pour rejoindre les tréfonds du réseau caverneux caché sous la forge. A force de suivre les nombreux escaliers creusés à même la pierre, le son qui semblait diffus depuis la forge sonnait de plus en plus fort à mesure que le chasseur de prime entamait sa descente. Il s'agissait de chants joyeux mêlés au bruit des instruments que l'on frappe et aux sons de la pioche qui brise la pierre. Un chant pour rendre le travail moins dur et donner du courage aux ouvriers qui semblaient travailler là dessous.

Finalement ils arrivèrent enfin à la pièce principale où avait élu domicile le mystérieux clan caché. Des hommes casqués fabriquant des armes, des armures et des vaisseaux avec de la ferraille de récupération sur des tables, des hangars et des établis disposés chaotiquement dans cet immense hall. Protégés par des armures rudimentaires mêlant dur-acier et ossements de bêtes sauvages, ces guerriers rappelaient à Sareth les tout premiers Mandaloriens de la race des Taungs, apparaissant sur les fresques que son père lui avait montré. Lorsque Sareth, habillé bien différemment de ces guerriers, entra dans la pièce, le silence prit place dans la pièce, et tous les regards furent tournés vers lui et la Forgeronne. La plupart avaient sur leurs capes et leur armure ce symbole familier... Trois lignes hasardeuses liées ensemble par le milieu, le symbole tristement célèbre des Death Watch.

- Sanya... Que fait cet étranger ici ? Demanda l'un des guerriers.
- Il est venu pour se débarrasser du dragon.
- Nous en avons déjà parlé, nous n'avons pas besoin de le tuer, nous trouvons notre dur-acier sur des carcasses de vaisseaux et des speeders échoués, cela suffit amplement.
- Et lorsqu'il n'y aura plus de carcasses à votre portée, comment ferez vous ? Vous ferez un nouveau pacte encore pire que le précédent avec les Hutts ? Vous avez besoin de ces mines de dur-acier, et vous le savez.
- Bon, pardon d'interrompre vos prises de bec qui, j'en suis sûr, sont très intéressantes mais puis-je savoir qui vous êtes et où est ce Dragon ?
- Tu nous adresseras la parole quand on te la donnera étrang-
- Nous sommes les Oubliés. Lorsque notre leader, Drake, a attaqué Tatooine pour se débarrasser de Jabba le Hutt, nous étions à ses côtés. Mais un jour, il a disparu, sans doute mort, nous laissant seul sur la planète sans savoir quoi faire. Nous étions autrefois Death Watch, à présent nous ne sommes plus que des exilés qui vendent des armes à des Hutt pour payer nos rations de nourriture.
- N'insulte pas l'honneur du clan !
- C'est la vérité, et vous le savez autant que moi ! Sauf que voilà, jusqu'ici nous avions de la chance, nous exploitions un filon de dur-acier très prometteur qui n'étais pas prêt de se tarir... Jusqu'au jour où nous avons trouvé la Grotte d'un Dragon Krayt en creusant trop profondément. Bien sûr nous aurions pu faire s'écrouler la mine pour le tuer, mais ça voulait dire réduire à néant ces mines que nous avons creusé pendant des années à la sueur de notre front.
- Vous n'avez pas essayé d'envoyer des hommes pour le tuer ?
- On l'a fait une fois mais ils ne sont jamais revenus... Nous sommes peu nombreux ici Sareth, perdre trois hommes, ça veut dire perdre trois lignées pouvant perpétuer le clan. D'autre part nous avons perdu le savoir millénaire de nos ancêtres, nos capacités au combat ne sont plus ce qu'elles étaient, et nos armes sont rudimentaires, cassantes... Mais toi, toi tu es un Chasseur de Primes entraîné pour vaincre le plus dangereux des ennemis, et ton équipement est mille fois supérieur au notre. Aussi, si tu veux que je forge ton Beskar, tu dois sauver mon clan, c'est donnant donnant.
- Confier le destin du clan à un étranger ? As tu perdu l'esprit ?!
- Bon, est-ce que vous pouvez changer de disque ? Le discours xénophobe je l'ai entendu une ou deux fois de trop. Je vous demande pas de me faire confiance, de m'aimer ou de me congratuler... Juste de me laisser passer pour que je puisse me débarrasser du Dragon, au pire si je meurs vous pourrez récupérer mes restes pour faire un ou deux blasters. Vous n'avez rien à perdre à laisser un étranger crever dans vos mines, je me trompe ?
- ... Bien vu. Si tu veux affronter le dragon je ne m'y opposerai pas, mais personne ici n'ira te sauver si jamais tu es en danger.
- Excellent, de toute façon la seule vie que je comptais mettre en danger c'est la mienne.
- Vous l'avez entendu ? Laissez le passer et remettez vous au travail !


Chaque Oublié se remit lentement au travail et entama de nouveau la comptine de travail pour se donner du baume au cœur. Sanya, souriante suite à la démonstration d'éloquence de Sareth le guida jusqu'aux mines. Ils entrèrent dans un réseau de grottes sinueuses éclairées par des lampes posées au sol... Plus le binôme avançait dans les mines, plus la respiration bruyante et grondante du Dragon se faisait entendre. Visiblement le monstre était encore endormi. Pendant ce temps, la forgeronne discutait encore un peu avec le Chasseur de Primes qu'elle envoyait avec regret vers sa gloire future... Ou sa mort. On sentait une légère appréhension dans sa voix à mesure qu'ils se rapprochaient de l'antre de la bête.

- Je suis désolé de leur comportement... Mais les Death Watch et les Mandaloriens Véritables ont une longue histoire de haine et de rancœur l'un envers l'autre, tu le devines j'imagine. Alors même si les tensions se sont calmées et que chacun des deux camps œuvre pour sa propre survie, la crainte est toujours dans le cœur de chaque Mando'a.
- Oui, je me doute bien... Je ne suis pas vraiment un Mandalorien Véritable cela dit.
- Vraiment ? Crois tu que Mandalore l'Imbattable se serait attiré la sympathie de Jaster Mereel ? Les Death Watch, les Mandaloriens Véritables, les Nouveaux Mandaloriens et tous les ordres alternatifs de Mando'a ont beaucoup changé depuis leur conception originelle. Nous ne suivons plus les codes de Torr Vizsla le fou, nous suivons nos propres règles... Et toi, tu es aussi un Mandalorien à ta manière. Par ailleurs, les Daran sont sans doute les Mando'a les plus en phase avec leur époque, n'en déplaise à certains.
- ... Merci Sanya.
- Mais de rien, je ne t'aurais pas présenté à mon clan si je ne croyais pas en toi et en ton clan.
- Vous semblez troublée... Tout va bien ?
- N-Non... Tout va bien. La bête n'est plus très loin. Je t'observerais, mais je ne pourrais pas t'aider, c'est... C'est la volonté de ton père.
- Je comprends... Merci de m'avoir accompagné et de m'avoir guidé ici Sanya, promis je reviens vite, et en pleine forme qui plus est !


Sans un mot de plus, pour se donner du courage et pour éviter de faire hésiter sa guide plus longtemps, Sareth se mit à courir le long des galeries, suivi un peu plus lentement par la Forgeronne qui, heureusement pour elle, avait un casque pour cacher l'appréhension qui gagnait les traits de son visage. La course du mercenaire déboucha sur un immense Canyon bien plus ouvert et large que les cavernes sinueuses précédentes. Sur les côtés de ce Canyon se trouvait du fer, de l'acier et bien d'autres matériaux en abondance, brillant intensément au contact des rayons du soleil. Et au milieu de ce Canyon... La bête.

Un immense lézard de 10 mètres de long pour 3 mètres de large. Enroulé sur lui même, il avait replié ses pattes dotées d'immenses griffes pour dormir paisiblement. Pas d'ailes dans le dos, en revanche le gésier de l'immense lézard était déjà rougi, prêt à vomir des flammes en abondance. Ses élégantes cornes semblaient capables de transpercer un homme d'un simple revers. Les dents de la bête, aussi aiguisées que des sabres, n'étaient pas tout à fait propres, entre deux de ces lames affutées se trouvait un casque Mando'a calciné. La bête semblait instinctivement passer sa langue entre ces deux pour le retirer, mais rien n'y faisant, la pièce d'armure semblait bien incrustée là où elle était. Chaque écaille de cette bête était assez épaisse pour dévier avec aisance de nombreux tirs de blaster. Cela laissait les yeux, la bouche et les naseaux comme cible prioritaire.

Aussi, dans le but de démarrer le combat avec un avantage, Sareth se posa derrière un rocher, sortit son fusil de précision lourd et se positionna dans le but de tirer, l'immense bestiole dans sa ligne de mire. Les yeux de la bête étaient fermés. Il allait falloir changer ça ! Le mercenaire siffla un coup, le son résonna dans tout le canyon et les alentours. La bête ouvrit un œil de couleur ambre, puis deux, et chercha l'origine du bruit du regard en tendant l'oreille. Tout à coup, le chasseur de primes pressa la détente. Le fusil cracha un puissant laser vert qui fonça à toute vitesse jusqu'à l’œil droit du Dragon Krayt. La bête hurla de douleur en se figurant qu'elle était borgne à présent. Pas d'hésitation quand à l'origine du tir, elle avait très bien vu d'où venait à l'attaque ! La créature fonça donc en direction de la couverture de Sareth en grognant, prête à en découdre !

Image


- Allez... Approche mon grand !
Avatar de l’utilisateur
By Sareth
#37973
Le combat entre le Chasseur de Primes et la bête enragée avait commencé. D'un coup de griffe, la bête balaya le rocher servant de couverture à Sareth, ce dernier esquivant l'attaque de justesse en une roulade arrière. Le jeune homme rangea rapidement son arme dans son dos avant de frapper ses bottes l'une contre l'autre, le propulsant en l'air et lui permettant d'esquiver un deuxième coup de patte tout aussi meurtrier que le précédent. Le Mandalorien virevoltait dans les airs, mais sa sûreté fut de courte durée, voyant qu'il ne pouvait pas atteindre son adversaire, le monstre cracha une gerbe de flammes infernales vers le ciel qui manqua le mercenaire de justesse. Une fois envolé assez haut, le jeune homme désactiva ses propulseurs et atterrit vingt mètres plus loin en un salto, derrière le Krayt, il avait approximativement trois ou quatre secondes avant que le Dragon n'accourt vers lui pour tenter un nouvel assaut.

Hélas, le Dragon décida de ne pas foncer, mais de cracher à nouveau du feu. Le Canyon fut envahi de flammes dans toute sa longueur un court instant. Sareth accourut sur le côté et se cacha derrière un rocher, manquant de se faire brûler vif une fois encore. C'était mauvais, très mauvais, la seule manière de blesser potentiellement cette bête était d'utiliser une arme de corps à corps, mais comment atteindre le corps à corps de ce monstre sans craindre d'être broyé ou brûlé ?! Il n'eut pas le temps d'y réfléchir car voilà que la bête fonçait vers lui avec la ferme intention de le croquer. Une fois encore, le jeune homme activa ses propulseurs et sauta juste au dessus de la bouche de la bête, frôlant ses naseaux et ses cornes, avant d’atterrir sur son dos. En proie à la panique, le chasseur de primes déploya la vibro-lame à son poignet gauche et l'enfonça dans la peau de la créature à sang froid.

La lame en oscillation perpétuelle creusa dans les écailles de la bête avant de s'arrêter et se de bloquer. Sareth avait réussi à percer l'armure, mais pas la chair. Le mercenaire resta accroché quelques secondes au dos du Lézard et lutta pour ne pas se faire éjecter du dos de la bête se débattant comme une folle. Ensuite, lorsqu'il fut plus stable, le chasseur de primes pressa sa paume pour rengainer la vibro-lame, le détachant dans le même temps, pour s'emparer de sa pique de force. Cette fois ci, le guerrier leva son arme vers le ciel avant de l'abattre avec vigueur sur les écailles du Dragon. Une fois, deux fois, trois fois, puis quelques écailles cédèrent et se détachèrent, emportant un peu de chair avec elles.

C'en était trop ! Le Dragon hurla avant de rouler sur lui même pour se débarrasser une bonne fois pour toute du parasite dans son dos. Sareth détacha sa pique de force de la chair de la bête, provoqua un étrange cliquetis avant de sauter et se réceptionner comme il le pouvait, c'est à dire en tombant et en roulant au sol, perdant son casque dans l'opération. Lorsque le combattant se releva, il eut la surprise de se retrouver nez à museau avec le Dragon. La bête le regarda, de la haine et de la colère fusant par son unique œil. Le mercenaire regarda le monstre droit dans l’œil avant d'éclater d'un rire manique et d'écarter les bras en croix comme pour sommer à son adversaire de frapper encore plus fort. Un tel mépris face à la mort donnait l'impression que le guerrier était en plein délire, aveuglé par l'adrénaline.

- C'est tout ce que tu sais faire ?! Remuer et gigoter ?! MONTRE MOI VRAIMENT CE DONT TU ES CAPABLE, MISÉRABLE PETIT DRAGONNET !!!


Cette sommation était rhétorique. Avant même que le Dragon ne puisse hurler, une puissante explosion dans son dos poussa la bête à reculer de manière instinctive. Eeeeeeeeeeeeeet oui ! Le cliquetis métallique provoqué précédemment par le jeune homme était celui d'un détonateur thermique posé en catastrophe à l'endroit exact où Sareth avait détruit les écailles de la bête. A présent, le Dragon avait quasiment un mètre de peau exposée à nu sur le dos ainsi que de nombreuses traces de brûlure sur toutes ses écailles. Les choses sérieuses allaient commencer pour de bon, au départ la bête voulait juste jouer avec le nourriture, maintenant elle se battait pour tuer.

- Deuxième Round.
Avatar de l’utilisateur
By Sareth
#37979
Un rugissement de rage et de haine suivi d'une course droit vers la cause de ses souffrances, voilà ce que la bête avait prévu. Sareth la regarda foncer, une pique de force crépitante dans la main droite, une vibro-lame oscillante au poignet gauche. Il se craqua la nuque, une fois à droite, une fois à gauche et fonça à son tour, un sourire carnassier au visage. Au moment où ces deux forces aussi féroces l'une que l'autre allaient se percuter, le mercenaire vira à gauche, arrivant dans l'angle mort visuel du Dragon précédemment éborgné et glissa en dessous de lui. Et alors que la bête passait au dessus de lui, le mercenaire planta sa pique de force dans le ventre de la bête avant d'utiliser sa vibro-lame au bras gauche pour taillader et trancher le plus d'écailles et de plaques osseuses possible.

Le Dragon ne se ferait pas avoir deux fois par la même technique, il freina sur place en soulevant des montagnes de sable sur sa route. La violence du freinage poussa Sareth à lâcher prise et à valser droit devant le Dragon en roulant sur le sol. Heureusement il eut le réflexe de frapper ses bottes l'une contre l'autre, lui permettant d'esquiver de peu le souffle ardent de la bête qui s'apprêtait à le rôtir sur place. Le mercenaire avait perdu sa pique de force dans le ventre de la bête, mais qu'importe, il irait la chercher plus tard. Pour l'heure il fallait voler.

A présent dans les airs, il était temps que la blessure infligée plus tôt au dragon porte ses fruits. Le chasseur de primes dégaina ses blasters et commença à canarder le Dragon Krayt depuis les airs. A présent les deux combattants échangeaient leurs coups à distance, menant une guerre sans merci, l'un trônant dans le firmament et l'autre piétinant le sol sableux du Canyon, l'un déchaînait le feu vermeil droit au ciel, l'autre invoquait une pluie écarlate en direction du plancher des vaches. Cette guerre de position sans merci dura de longues secondes avant que, finalement, Sareth ne fasse mouche et ne réussisse à toucher la peau nue du Dragon. La bête hurla de douleur alors que sa peau fondait sous l'assaut cruel et appuyé des tirs de blasters bouillonnants.

- Dans le mille, saloperie ! Clama le mercenaire en un éclat de rire.


Hélas pour lui, son orgueil et son assurance le ralentirent et ne lui permirent pas d'esquiver la dernière salve de flammes. Heureusement pour lui il se trouvait trop haut pour craindre que son armure ne fonde, mais le choc thermique était bien là, et le mercenaire tourna de l’œil avant de perdre l'équilibre et foncer droit vers les côtés du Canyon. Sareth percuta un mur, ricocha, se fracassa contre un deuxième mur, ricocha de nouveau et atterrit dans un piteux état au sol, reprenant peu à peu ses esprits.

Son souffle était diffus, incertain, et sa vision oscillait entre le flou et la purée de pois. Dans un combat opposant David à Goliath, le second avait une marge d'erreur et pouvait se permettre de prendre un ou deux coups, mais le premier n'avait pas ce luxe, un seul coup et c'en était fini de lui. Sareth était David, le Dragon était Goliath, mais parfois, souvent même, le héros mourait à la fin. Cependant... Ce n'était pas le genre du cowboy de l'espace d'abandonner. Non. Il riait au visage de la mort, affrontait son destin le sourire aux lèvres et regardait le danger avec un air plein de mépris. Tel était sa vie, telle serait sa mort. Alors que la bête blessée et meurtrie avançait lentement vers lui, n'ayant plus aucune flamme à cracher, Sareth se releva en chancelant, ignorant la douleur et les potentiels os cassés. Les deux adversaires, lessivés, se regardèrent longuement, l'un respectant silencieusement l'autre.

- Dernier Round mon vieux... Donne tout ce que t'as, déclara Sareth en crachant une glaire ensanglantée.
Avatar de l’utilisateur
By Sareth
#37980
Chancelant, épuisé et lessivé, Sareth était sur le point de renoncer. Que faire face à un monstre d'une telle taille dans un état aussi lamentable ? Elle était affaiblie certes, mais ce n'était en rien comparable à ce que le chasseur de primes avait subi. Tout à coup, alors que le combat final allait bientôt démarrer, sans crier gare, des chants en Mando'a envahirent le Canyon et résonnèrent jusqu'au plus haut des cieux. Tout en haut des falaises, observant le combat, le clan des Oubliés se mit à chanter comme un seul homme pour encourager Sareth dans son ultime effort. Déconcentré par tout ce bruit, le Dragon regarda en l'air et grognait en voyant les guerriers de fort crier de si haut, à tel point qu'il en oublia la présence de son adversaire quelques secondes. C'était le moment, le chasseur de primes ignora la douleur qui le tiraillait et courut comme un dératé en dessous du Dragon avant de récupérer sa pique de force toujours plantée dans l'abdomen de la bête.

Dans un état second par la faute de l'adrénaline et la douleur, le Mandalorien prétendument humain ne réfléchissait plus que par instinct et pulsion de violence, comme une bête enragée. Il poussa un cri bestial et utilisa toutes ses forces pour arracher violemment la pique de force de là où elle était coincée. Lorsque l'arme se décoinça enfin de son réceptacle de chair, des flots de sang se déversèrent de la plaie avant d'arroser le visage du mercenaire. Ne souhaitant pas se faire aplatir par tout le poids du Dragon, Sareth ficha le camp de là où il était en une roulade et manqua, de peu, de se faire complètement écraser par la masse de la bête qui, endolorie, se laissa tomber sur le ventre en un bruit peu élégant.

Le monstre n'avait lui non plus presque plus de force pour encore se déplacer, seule sa tête bougeait encore, ses pattes tentant vainement de relever le poids mort qu'était devenu son abdomen suite aux attaques au blaster et à la pique de force. Sareth tournait autour de lui, autrefois proie, c'était maintenant lui le chasseur. Après tout le mal qu'il s'était donné, il avait le droit de savourer la peur de ce monstre géant qu'on disait invincible quelques secondes. Finalement, une fois qu'il eut assez joué, le Mandalorien se retrouva face à face avec la tête du Dragon.

- Tu t'es bien battu mon vieux... Mais il est temps que tu laisses cette mine à ses propriétaires.


Pour seule réponse, un grognement fatigué.

- Je sais... Je sais, mais c'est comme ça.


Le grognement fatigué laissa place à un hurlement de colère.

- Tu étais un adversaire honorable, puisses tu trouver le repos dans cette vie comme dans la suivante.


Dans un baroud d'honneur fou et enragé, le Krayt fit preuve d'une force herculéenne et poussa sur ses pattes avant de foncer vers Sareth pour le mordre et le dévorer, guidé par l'énergie du désespoir. En réponse à cette attaque bestiale et sanguinaire, le mercenaire fit preuve d'une bestialité et d'une violence égale et fonçant droit vers la bouche du Dragon. Mais au moment où les crocs devaient se refermer sur le corps meurtri du guerrier enragé, elles se refermèrent sur du vent, Sareth avait déjà sauté sur le museau du Dragon. La dernière image que put voir la créature fut le visage ensanglanté de Sareth et sa pique de force fonçant droit vers l'œil encore valide de la bête. A présent que l'ennemi était faible et aveuglé, il était temps de l'achever. Le chasseur de primes se mit assis à cheval sur le sommet du crâne de la bête, hurla de toute ses forces, leva son arme vers le ciel et abattit avec le peu de force qui lui restait la pointe de son arme tout au fond de l'orbite sanglante du Dragon Krayt. La bête fut prise de spasmes, mais s'arrêta toute nette lorsque son système nerveux fut enfin touché.

Ça y est... Le combat était terminé, et celui qui aurait dû perdre mille fois cette inégale compétition se tenait victorieux au sommet du crâne de son adversaire... N'ayant plus la force de célébrer, il se laissa tomber sur le côté, alors que l'adrénaline se dissipait et que la douleur regagnait peu à peu ses os et ses muscles contractés. La dernière chose qu'entendit Sareth avant de s'évanouir, c'était les acclamations du clan des Oubliés, tous criaient avec fierté "SARETH DRAHR KURYIDA !!!", autrement dit... "Sareth le tueur de dragon !". Ce titre honorifique laissa sur le visage du jeune homme un rictus d'amusement... Puis ses paupières se fermèrent, et le mercenaire perdit rapidement conscience.

- ... Vic... toire... Par... K.O...
Avatar de l’utilisateur
By Sareth
#37982
Prisonnier de sa boîte crânienne, oscillant entre vie et mort, planant dans les abysses de son propre inconscient... Sareth se trouvait dans le noir complet, dépossédé de son armure et de ses armes... Inapte à l'offense comme à la défense. L'obscurité qui l'entourait n'avait rien de rassurante ou de chaleureuse, il faisait froid, très froid, un blizzard invisible et silencieux qui glaçait jusqu'au cœur et la moelle. Le mercenaire ignorait pourquoi il était là, il ignorait comment il était là... En réalité, il ne se souvenait même pas d'où il était AVANT de se retrouver là. Il savait juste qu'il était ici, dans ce vide sidéral sans étoile ni soleil... Une certitude glaçante enrobée de mystères incisifs. Et hélas pour lui, ses tourments ne faisaient que commencer, car une voix, calme, familière et dangereuse se mit lentement à chantonner, brisant le silence de mort qui régnait en ces lieux inhospitaliers. Ce long chantonnement dura longtemps, avant que finalement, le démon à son origine ne se décide à parler, caché dans les ténèbres.

- Bonjour Sareth.
- Tu... Tu es... Mort.
- Tu délires mon vieux, c'est moi qui t'ai tué la dernière fois, mettant notre score à deux partout. Peut être veux tu que je te rafraichisse la mémoire et les boyaux ?


Une douleur indescriptible tant elle était intense irradia dans le ventre du jeune homme. Il sentait une lame terriblement froide traverser chaque centimètre de son abdomen, parcelle de chair par parcelle de chair, pourtant, lorsque le mercenaire baissa les yeux, il ne vit rien, son ventre n'avait pas changé. Mais la douleur, elle, s'intensifiait, si bien que Sareth habituellement très résistant hurla de tout son être.

- Te rappelles tu mieux, à présent ?
- ... Ordure...
- Merci du compliment, mais je te le retourne, il te va à ravir.
- Qu'est-ce que tu me veux... ? Tu n'existe pas, tu es dans ma tête.
- En effet... J'y suis gravé de manière irrémédiable, comme une cicatrice plus profonde que l'abysse.
- Ça je m'en étais rendu compte.
- Je suis ici pour te rappeler ton passé, tes erreurs, tes doutes, ta douleur... Je suis là pour te rappeler que tu as de nombreuses cicatrices que tu refuses de refermer.
- Et comment est-ce que je suis sensé faire pour les refermer... ?
- C'est simple... Me retrouver.
- Tu es obsédé par moi, pas vrai ?
- Ou bien c'est toi qui est obsédé par moi... Mais je pense, à bien des égards, que nous sommes les deux faces d'une même pièce, et que notre destin est de nous entretuer pour que l'un se libère de l'autre.
- Montre toi alors, j'en ai assez de parler avec un fantôme.
- Comme tu voudras.


Et alors il apparut... Un fantôme d'une autre époque, un vestige du passé, une cicatrice dans l'abysse. Un visage consumé par la folie, plein de cicatrices, barbu et coiffé par une iroquoise noire, un sourire malsain sur le coin du portrait, des yeux marrons, presque noirs. Il regardait Sareth sans un mot.

Image


- Que... Ton visage est dans un trop bon état. Je t'ai jeté dans les flammes.
- Encore une fois tu délires... Tu reste un peu trop accroché au passé. Mon vrai visage, voilà à quoi il ressemble.


Le visage disparut, recouvert par une vitre réfléchissante froide et morbide. Le corps autrefois plein de vie du jeune homme fut remplacé et recouvert par une épaisse tenue de combat cybernétique. Le mercenaire autrefois humain qui faisait face à Sareth était devenu un transhumain, à 90, peut être 95% cyborg. Et tout ça, c'était la faute de Sareth.

Image


- Observe le nouveau corps que tu m'as donné... Une parfaite machine bien huilée pour ôter la vie... Ta vie. Un instrument de ma vengeance parfaitement aiguisé et prêt à l'usage.
- Il est... Affreux.
- Ne sois pas si modeste, c'est toi qui me l'a donné après tout.
- Après que tu aies essayé de me faire cadeau d'une mort au disrupteur, pauvre malade.
- Si nous remontons au tout début de ce petit jeu... Tu sais très bien que tu as tiré le premier. Tu as toujours été impulsif, inconscient et irresponsable, et une fois que tu commet une erreur, l'erreur te poursuit jusqu'à la tombe car tu es incapable d'y faire face. Aaaaaah... Pour combattre des Dragons Krayt il y a du monde, mais pour affronter sa propre culpabilité, tout le monde fait ses valises.
- La ferme !!!
- Tu ne peux faire taire la vérité éternellement. Retrouve moi là où notre dernière bataille a eu lieu... Pas besoin d'une date, lorsque nous devrons nous retrouver, tu le sauras.


***


Tout à coup... Les yeux de Sareth se rouvrirent, mais cette fois ci, dans un environnement bien plus familier et paisible. Il faisait chaud, et la seule présence qui se trouvait dans la pièce était rassurante et bienveillante. Le mercenaire était dans un lit rudimentaire, torse nu, recouvert de nombreux bandages et autres pansements. A son chevet, Sanya la forgeronne, l'air un peu inquiète. Son visage s'illumina de joie en voyant que son protégé s'était réveillé.

- Aaaaah, bien, laisse tes yeux s'habituer à la lumière... Tu étais en tain de rêver ?
- Je... Je crois bien... Mais c'est pas le genre de rêve qu'on prend plaisir à expérimenter.
- Alors dis toi que tu t'en es sorti, répondit-elle avec un doux sourire.
- On est au clan... ? Le Dragon est mort ?
- C'est exact, le Dragon ne nous ennuiera plus, grâce à toi ! Tu n'as vraiment peur de rien, tes os étaient dans un sale état... Heureusement il nous restait du Bacta et des plantes médicinales.
- Merci de m'avoir soigné...
- C'est bien normal... Tu as vraiment impressionné tout le monde, Cliff a toi de toi une vraie machine à tuer on dirait, ricana-telle, une armée composée d'un seul homme !
- Comment connaissez vous mon père... ?
- Oh, bien sûr, tu mérites bien de savoir ! En fait, ton père était engagé par Jabba pour arrêter Drake... Mais lorsqu'il découvrit que nous étions des Mando'a, il m'a épargné et m'a sauvé la vie avant de disparaitre, déclarant qu'il préférait être ennemi des Hutt plutôt qu'ennemi de son propre peuple.
- Ça ne m'étonne pas de lui, ricana Sareth.
- Ensuite on s'est retrouvé bien plus tard, nous sommes devenus de bons amis et je me suis occupée de réparer son armure et son équipement à chaque fois qu'il passait ici. Et puis un jour il a disparu sans laisser de traces durant de longues années, quand il est revenu, il m'a expliqué qu'il avait trouvé un Orphelin et qu'il avait peur que ce petit gars n'ait jamais de figure maternelle, il m'a donc fait jurer d'être sa marraine le jour où je le rencontrerais. Je n'ai pas pu refuser, je lui devais la vie... C'est pour ça que j'avais peur que tu meures face au Dragon, j'avais peur de ne pas pouvoir tenir ma promesse... Mais j'avais aussi promis à ton père de te faire affronter un Dragon Krayt lorsqu'on se rencontrerait, pour boucler la boucle, d'où ma détresse...
- Que... Vous...
- Tu veux un peu de thé ? J'en ai préparé spécialement pour ton réveil !


Un long silence... Sareth regarda dans les yeux la femme qui s'occupait de lui avec tant de bienveillance et de bonté. C'était irréel, depuis si longtemps personne ne s'était occupé de lui de cette façon, aussi, sans vraiment s'en rendre compte, le jeune homme était déjà dans les bras de la forgeronne, à la cajoler dans un instant faiblesse, sans vraiment s'en rendre compte. Sanya fut surprise par la démarche affectueuse mais réagit positivement...

- Sa... Sareth, tu me fais un peu mal...
- Oups, pardon, pardon, répondit Sareth en se recouchant et en rougissant.
- Il n'y a pas de quoi... J'apprécie. Si tu es prêt à te lever, nous pouvons ignorer le thé pour cette fois... Ton armure a été réparée, les parties en Beskar rajoutées, et je t'ai même forgé un petit bonus.
- Oh... Allons voir ça alors !


Le chasseur de primes se leva lentement... Il avait encore un peu mal à ses articulations, mais c'était tolérable. Les deux se trouvaient dans une pièce adjacente à la forge de Sanya, sans doute sa chambre. Ils sortirent donc pour rejoindre la pièce principale. Le tapis rouge, le chaos ambiant et l'étrange forge cylindrique n'avaient pas bougé d'un pouce. Le thé attendait sur une table, bouillant et vaporeux. Sur une table, il y avait tout l'équipement de Sareth, comme neuf ! A une légère différence... Le casque et les épaulettes reluisaient au soleil d'une magnifique couleur de chrome ! La forgeronne les avait blindé au Beskar ! Sur le côté se trouvait un étrange fusil ainsi qu'une grosse perle aux contours blancs et au cœur noir.

- Voilà ton armure comme neuve, blindée avec le Beskar que tu m'as donné, ton équipement, comme neuf lui aussi, ainsi qu'un nouveau joujou pour toi et surtout la perle de Dragon Krayt que nous avons extrait sur sa dépouille ! Vu que c'est toi qui l'a tué, il nous semblait normal que ça soit toi qui la garde !
- Qu'est-ce que c'est que ce fusil ?
- Il s'agit d'un fusil à pompe, une arme typique des Mandaloriens que les Trandoshans on ensuite réadapté au gout du jour. Au lieu de tirer des lasers, tu tires des particules d'acier qui se dispersent sur un large cône, c'est très rudimentaire, mais même un sorcier de la force ne peut pas arrêter un tir comme celui là à bout portant !
- Habile... Merci beaucoup Sanya.
- C'est le moins que je puisse faire après le combat acharné que tu as mené... La perle a de multiples applications et se vend une fortune, mais je serais toi je la garderai, c'est le plus beau cadeau qu'on puisse faire à une femme, termina-t-elle avec un clin d'oeil.
- Je hum... J'y penserai, répondit-il avec en rougissant un brin.
- Le clan des oubliés t'es éternellement reconnaissant, tu pourras revenir ici autant que tu le veux, tu es notre allié et notre ami, Sareth Drarhr Kuryida !
- Merci encore Sanya... Je reviendrais, je vous le promet, prenez soin de vous, et que la force soit avec vous, acheva-t-il.


Une fois rhabillé et équipé, Sareth quitta la forge, profondément touché, libéré d'un énorme poids. Son père avait donc pensé à lui, même après sa mort... Un brave type jusqu'au bout, cela donnait au mercenaire le vertige, comment surpasser son père face à tant d'exploits ? Boarf... Il avait encore du temps pour cela. En tous les cas, il avait un nouveau foyer, une marraine, et un lieu où forger son armure. Mais... Dans l'ombre de Sareth, la menace invisible et sournoise du Cyborg restait éveillée, un jour ou l'autre, il faudrait que cette sombre histoire puisse s'achever.

"Jolie atterrisssssssage, Mando." Un […]

Un Hutt et des Jeux...

"Ha ha ha" Ce petit Sith avait osé […]