L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Bien qu'assez excentrée dans la Galaxie, Tatooine occupe une position stratégique au croisement de plusieurs routes hyperspatiales. De ce fait, la planète s'est trouvée au centre de nombreux conflits. Sa surface est jonchée d'épaves d'anciens vaisseaux, la plupart ayant depuis été pillées par les Jawas.
Gouvernement : Neutre - Affinité avec les Hutts
#39551
Image



La situation sur Tatooine était inquiétante et pour cause, des informations sur un arrangement entre les Hutts et les Siths semblaient avoir transpiré. Le Maître Jedi Qinlan Vos était déjà sur place avec plusieurs hommes afin d’infiltrer le Kadijic Trinivii mais bon, la source principale d’information restait Grakkus. La réputation du Maître Jedi le poussait à la prudence et pour cause, dans l’entourage immédiat de Grakkus, certains pourraient peut-être le reconnaître. Avec ses dix rangers et un duo chevalier-padawan, il effectuait donc des missions pour le compte des Trinivii afin de gagner leur confiance. Dans cette idée de prudence afin de découvrir l’objectif des Siths, le Nouvel Ordre Jedi envoya La Chevalière Jedi Jem Treboh et sa padawan Renu Kuolor afin d’entrer dans le cercle de Grakkus. Les deux jeunes femmes n’avaient pas vraiment de réputation contrairement à Qinlan Vos et par conséquent, il était nettement plus simple de se fondre dans le paysage.

C’est dans cette optique que les deux Jedis atterrirent en toute discrétion et en pleine nuit dans un des nombreux hangars de Mos Eisley. Habillées de vêtements en cuir noir toutes les deux, Jem et Rena dissimulèrent leurs sabres lasers en les fixant dans leur dos. Sous leur chevelure et cachés dans un étui, il y avait peu de chance que quelqu’un y prête vraiment attention. Evidemment, elles allaient devoir être plus prudentes en présence de Grakkus et sans doute trouver un autre stratagème comme en faire des blasters factices dont il ne se méfierait pas. Quoi qu’il en soit, elles se devaient de rejoindre Maître Vos le plus rapidement possible. Si leurs informations étaient bonnes, il revenait d’une mission d’escorte pour les Trinivii mais bon, il n’avait pas encore réussi à trouver grâce à leurs yeux et donc, il était cantonné aux missions de faibles importances. Il faut dire qu’en voulant se faire discret, cela peut être aussi bien bénéfique que préjudiciable. Leur présence allait certainement permettre une plus grande facilité de mouvement et d’infiltration. Si les deux Jedis parvenaient à approcher Grakkus, elles pourraient également promouvoir Vos et ses hommes.

Calmement, elles parcoururent les rues de Mos Eisley jusqu’à se retrouver dans un coin à l’écart de tout, une sorte d’entrepôt dont la Maître Jedi avait fait son repaire le temps de la mission. Plusieurs Rangers surveillaient les lieux et ne manquèrent pas d’intercepter les deux femmes. Evidemment, dès qu’ils reconnurent Jem et Rena, ils les laissèrent passer afin qu’elles puissent voir Maître Vos. Une fois la mission entamée, ils allaient sans doute éviter les contacts inutiles et par conséquent, toutes les informations qu’elles recevraient aujourd’hui était d’une importance cruciale. Jem comptait également sur Qinlan Vos pour récupérer des armes comme des blasters et des vibrolames afin qu’elles puissent se défendre plus efficacement. Les Rangers devaient certainement avoir leur stock à ce niveau et ce n’est pas deux ou trois armes qui changeraient grand-chose.

Jem entra la première dans l’entrepôt, son sourire aux lèvres comme toujours alors qu’au fond d’elle, elle s’imaginait déjà jouer un peu au pazaak histoire de passer le temps. Déjà lors de la mission d’infiltration du Syndicat Tenloss, elle avait laissé Rena se débrouiller en surveillant de loin mais bon, cette fois-ci les circonstances étaient bien différentes, surtout si les Siths étaient impliqués dans tout ça. Pour cette mission, la Chevalière avait pris le parti de jouer sur un duo féminin et donc en plus de leur tenue presque identique, les deux Jedis arboraient un maquillage noir autour de leurs yeux, rendant leur visage bien plus sinistre, chose indispensable sur Tatooine. Le paraître faisait souvent la plus grosse partie du boulot dans le monde criminel. C’était d’ailleurs comme ça que des légendes se formaient sans réellement que quelqu’un ait pu y assister. Il suffit parfois de bien peu pour que les gens y croient. Une fois devant Maître Vos ainsi que l’autre duo de Jedi, Jem et Rena s’inclinèrent poliment. Histoire d’être prudente, Jem ne prononça aucun nom afin que personne ne puisse soupçonner le statut de l’homme qui se trouvait face à elle.

« Bonsoir. On a mis un peu de temps, mais nous voilà. Avez-vous des informations à nous donner avant qu’on commence ? On nous a parlé d’entrer dans les bonnes grâces de Grakkus afin d’avoir des informations. Toutefois, le Conseil a été assez vague sur ce que nous devons chercher. »

Cette mission était confidentielle et le secret entourait celle-ci afin de ne pas exposer inutilement les membres de l’Ordre Jedi y participant. A cause de cela, les briefings pré-missions avaient été assez réduits et le seul qui avait réellement une idée de la situation était Maître Vos. Si Jem et Rena avaient déjà tronqué leurs identités pour celles des sœurs Corbob, il leur restait encore à pouvoir s’approcher suffisamment de Grakkus pour tendre l’oreille. A ce niveau, le plus important était sans doute de parvenir à entrer dans son repère mais bon, avec des gardes résistants à la persuasion de Force, toute infiltration discrète semblait compromise. Fort heureusement, le Hutt était du genre à confier régulièrement des missions à des mercenaires et autres chasseurs de primes, il suffisait donc d’en approcher un afin qu’il leur ouvre les portes. Une fois les informations de Maître Vos obtenues, les deux JEdis ne manqueraient pas de commencer à peaufiner leur couverture et se mettre en chasse de la clé nécessaire à la réussite de leur mission.
#39580
RP en tant que Quinlan Vos


Quinlan Vos attendait dans le hangar avec son équipe. Un petit groupe de dix rangers et deux autres Jedi. Bientôt, deux autres allaient se joindre à leur troupe pour l’aider dans sa mission. Et elles arrivaient au bon moment. Sa mission stagnait et avec ces renforts il allait enfin avoir de quoi continuer et progressait. D’autant plus après les informations qu’il venait de recevoir de l’ordre Jedi. Dashel Nelievar, qui leur avait donné un piste sur Tatooine suite à son combat avec un site et son aventure dans les arènes de Grakkus avait trouvé de nouvelles informations. Kyle Katarn aussi avait fait de nouvelle découverte concernant les Hutts et leur rencontre avec les Sith. Les nouvelles venues auraient besoin de connaitre ces informations avant de partir en mission. Elles venaient d’ailleurs d’arriver dans le hangar.

Elles se fondaient dans le décor facilement. Elles avaient troqué leurs bures de Jedi pour des tenus plus appropriées au monde des mercenaires de la planète désertique. Elles comprenaient les enjeux. Il leur serait facile de se fondre dans la masse. Et c’était exactement ce que le Jedi espérait. Il s’avança vers elle, alors qu’elles arrivaient entouré de deux Rangers. Il les salua, respectant la même discrétion qu’elles.

    - Bonjour Jem, Rena. Merci de nous avoir rejoins. En effet, nous évitons toutes fuites. Il faudra rester discret. Autant pour notre propre bien que pour celui de la mission. Les Hutts n’aiment pas les espions et les Sith aiment encore moins les Jedi… Malheureusement, je n’ai pas grand chose de concret pour l’instant. Depuis que nous sommes arrivés, nous avons cherchez à nous intégrer aux Hutts et notamment le clan de Grakkus. Nous avons effectué quelques missions pour lui, mais il est méfiant et ne laisse pas n’importe qui entrer dans ses bonnes grâces. Nous ne savions pas vraiment où chercher. Mais de nouvelles informations ont fini par fuiter. Nous ne sommes toujours pas certains que les Sith soient présent. Mais des utilisateurs du côté obscure ont été vu sur Tatooine. Dashel Nelievar a fait leur rencontre dans une arène de Grakkus. Il semblerait que l’homme masqué qu’il a rencontré, travaille sous les ordres d’une femme qui serait également sous l’emprise du Côté Obscure. Pourtant nous ne les avons pas trouvé ici. Kyle Katarn nous a informé qu’ils ont essayé de rentrer en contact avec le Kadijic Trinivii. Apparement Grakkus serait leur point d’entrée. Nous allons donc travailler sur deux fronts. Nous avons deux missions. Une pour moi et une pour vous. Je resterais ici pour travailler pour les Trinivii. Vous, vous travaillerez pour Grakkus directement.

Deux missions, deux équipes, un plan simple qui multipliait leur chance de succès. Mais il ne s’agissait là que de la partie « facile ». Les missions, ils pouvaient les mener à bien. Il avait confiance en ses alliés. Mais une fois réussies, il faudrait entrer au service des Hutts. Et c’était là que tout se corserait.

    - Pour l’instant, concentrez vous uniquement sur votre mission. Vous partirez avec 2 rangers. Grakkus a donné un contrat pour retrouver un artefact gardé par les Hommes des sables. Je ne sais pas de quoi il s’agit exactement. Mais le connaissant, cela pourrait avoir un lien avec la Force. La mission est déjà en cours. Un Mandalorien travaille dessus. Ce n’est pas la première fois que vous avez à faire à eux. Il est porche de Grakkus. Trouvez le, aider le, gagner sa confiance et il vous aidera peut être à rencontrer notre Hutt. Une fois réussi, revenez me voir. C’est là que nous devrons agir avec précision.

Il avait dit tout ce qu’il savait aux deux Jedi. Maintenant, il fallait se mettre en route et accomplir leur mission. Il avait confiance. Il ne pouvait en être autrement. Son combat contre le côté obscure était trop important. Ils ne pouvaient pas échouer.

    - Prenez tout l’équipement dont vous aurez besoin. Que la Force soit avec vous.
#39603
Image



La rencontre avec Maître Vos leur permit de prendre un peu plus connaissance des éléments entourant cette affaire. Grakkus était un chef méfiant qui ne laissa pas les gens s’approcher trop facilement de lui et pour y parvenir, il fallait entrer dans ses bonnes grâces ou s’associer avec une personne y étant déjà. Si Grakkus et les Siths étaient de mèche, cela n’inspirait rien de bon. Selon les informations que les jedis détenaient, on pouvait supposer que le sith masqué n’était que l’apprenti et que le Maître était cette femme mystérieuse. Si ce dernier était toujours dans les parages, s’approcher de Grakkus risquait d’être particulièrement dangereux et elles devaient être prêtes au pire. En même temps, si le Nouvel Ordre Jedi parvenait à empêcher ce rapprochement, cela repousserait un peu plus le retour des Siths sur le devant de la scène et cela ne pouvait qu’être bénéfique.

S’approcher d’un Mandalorien, c’était un peu comme vouloir faire lire un livre à un aveugle. Ce peuple n’était pas réputé pour sa sympathie et même si les deux jedis avaient déjà eu affaire avec les Mandaloriens sur Concord Dawn, il y avait à parier qu’un mercenaire solitaire ne serait pas des plus simples à approcher. Evidemment, Jem ne manqua pas de prendre cela à la rigolade, cherchant clairement à détendre un peu l’atmosphère qui était un peu trop tendue à son goût.

« Qui pourrait résister à deux jolies filles comme nous ? Je suis sûre que même ce Mandalorien parviendra à apprécier ma charmante personnalité. En tout cas, je vous remercie pour ces informations. Elles nous seront précieuses pour la suite de la mission. Que la Force soit avec vous également. »

Rena et son Maître furent rejointes dans le stock d’armes par les deux rangers. L’idée était d’apparaître comme une équipe hétérogène. Rena et Jem seraient la force de frappe au corps-à-corps, armées de blasters légers et de vibro-lames, tandis que les deux rangers seraient sniper et un utilisateur d’armes lourdes. Ils s’équipèrent tous en conséquence afin de correspondre à leur poste dans la mission à venir, avant de quitter les lieux sans se retourner. Il fallait limiter au maximum les contacts entre Maître Vos et eux, histoire qu’aucun des deux groupes ne soient grillés. Désormais, les deux jedis devaient parvenir à trouver des informations sur ce fameux Mandalorien qui avait obtenu les faveurs de Grakkus. Dès le lendemain, elles se mirent en quête d’informations et elles ne durent pas attendre longtemps pour apprendre qu’il s’agissait du célèbre tueur de Jedi. Cette information ne manqua pas de provoquer un froid certain chez Rena qui se demanda immédiatement qui avait pu être sa victime. Son Maître se montra nettement moins décontenancé par cette information.

« Si tu savais le nombre de fois où des débiles se sont vantés de m’avoir tué … Il s’agit certainement encore d’un vantard qui a abattu un homme à capuche, déclarant qu’il soulevait des rochers avec sa pensée. »

Malgré ses paroles, Jem devait admettre que si Grakkus avait confiance en cet homme, il y avait peu de chance que son histoire soit aussi simple que ce qu’elle prétendait. Il allait falloir se montrer particulièrement méfiante à son contact et surtout, ne pas éveiller ses soupçons. La petite équipe passa son temps à observer les mouvements du fameux Sareth et finalement, c’est lorsqu’il se rendit dans une cantina que Jem décida de tenter une approche. Vu qu’il s’agissait d’un homme, une approche uniquement féminine pourrait peut-être se révéler plus productive que si les deux Rangers étaient avec elles. C’est donc Rena et son Maître qui allèrent à la rencontre du Mandalorien, entrant dans la cantina et attirant l’attention immédiatement. Il faut dire que les deux Jedis, toute de cuir vêtues, du maquillage noir sur le visage, faisaient leur petit effet. Il ne fallut pas longtemps pour qu’un idiot au gosier trop alcoolisé se lance dans une quête perdue d’avance. Malgré sa carrure imposante, dépassant facilement les deux femmes de trois têtes, ses muscles cherchant à s’échapper de ce qui lui servait de haut, les deux Jedis ne lui accordèrent même pas un regard. Jem était totalement focalisée sur le Mandalorien si bien que l’abruti pensa pouvoir l’attraper.

« Viens ici ma belle ! Viens voir Hurik ! »

Malheureusement pour lui, c’était sans compter sur Rena qui se lança dans une sorte de danse de combat. Sa maîtrise du Sholân Kha s’était grandement améliorée et à chaque mouvement, un coup était porté au géant qui s’écroula à terre inconscient après que son talon ait frappé sa nuque violement. De son côté, Jem n’avait même pas daigné observer la scène, se dirigeant d’un pas décidé vers le Mandalorien. Rena réajusta sa tenue qui était un peu trop moulante à son goût et suivi son Maître, laissant Hurik au sol dans l’indifférence la plus totale. Après ce petit interlude, la musique reprit comme si de rien n’était et évidemment, les regards suivirent discrètement les déplacements de ces deux femmes jusqu’à la table de Sareth. Sourire aux lèvres et l’air avenant, Jem engagea la conversation tout à fait naturellement, alors que Rena restait silencieuse et froide, tel un iceberg.

« Bonjour Mandalorien ! Tu es bien le tueur de Jedi qui travaille pour Grakkus ? Sareth c’est ça ? Je suis Jem et voici Rena. »

Sans demander son accord, la brune prit place à la table et Rena fit de même, s’asseyant en face du chasseur de primes.

« S’il y a bien un truc que je déteste, c’est les gens qui tournent autour du pot alors je vais être honnête avec toi. On est nouvelles ici et on a appris que Grakkus t’avait mis sur un contrat. On aimerait en être afin de se faire un nom plus rapidement et décrocher des meilleurs contrats. On n’est pas des gourmandes, en tout cas niveau honoraire ! On se contentera de dix pourcents si tu nous présentes à Grakkus après la mission. C’est lui qui paie le mieux ici. Tu en dis quoi ? »

Les deux Rangers arborant des tenues similaires à celles de Rena et Jem, en masculin bien sûr, étaient rentrés dès qu’elles s’étaient assises à la table de Sareth. Dans un coin de la cantina, ils observaient la scène de loin afin de voir s’ils devaient intervenir pour les aider. Sans vraiment se faire prier, Jem commanda deux bières épicées corelliennes et la même chose que ce que le Mandalorien buvait déjà. Elle reprit la discussion toujours très avenante et souriante, comme si tout cela l’amusait grandement. Il faut dire que c’était le cas. Sa vie avant l’Ordre Jedi était très ressemblante à celle d’un contrebandier et par conséquent, elle connaissait ce genre de milieu sur le bout des doigts.

« Dans notre milieu, la confiance se gagne difficilement et je peux comprendre que tu sois réticent. Aussi, voici ce que je te propose. Tu peux placer une charge explosive sur moi et si on essaie de te trahir d’une quelconque façon, boum je ne suis plus là. Je t’assure qu’on veut juste se faire un nom. »

Jem jeta un regard à sa padawan et en voyant qu’elle avait ressorti son attitude de la Reine des glaces, lui mit un coup de coude.

« Souris un peu pour le tueur de Jedi qu’il voit que tu es une gentille fille ! »

Surprise, Rena jeta un regard à Sareth et péniblement, elle esquissa un léger sourire avant de l’effacer totalement de ses lèvres.

« Ce n’est pas la plus souriante, mais ma sœur a de nombreux talents qui te seront utiles. Evidemment, égayer une soirée n’en fait pas partie comme tu peux voir. »

#39604
Image


Mos Poti, Tatooine, 15 ABY, 14h40 heure universelle.

Quelle idée à la noix d'avoir accepté cette mission, pensait-il à cet instant précis... Sareth avait peut être rendu service à Dashel en plus de toucher un beau paquet de crédits et de se faire un nom dans le milieu du crime, mais devoir être redevable envers un décérébré comme Grakkus n'était pas une sinécure. Les Hutts étaient de bons clients qui payaient bien, mais être endetté auprès d'eux était une des pires choses qui pouvaient arriver à un homme, et Sareth venait de s'endetter auprès d'un des plus siphonnés d'entre eux. Grakkus Jahibatki Tingi, membre d'un clan quelconque originaire d'un îlot quelconque de Nal Hutta... Cette famille n'avait rien d'exceptionnel, elle n'avait ni le prestige des Besadii et encore moins la puissance des Desijilics, pourtant Grakkus avait un petit truc en plus qu'aucun n'avait : De la mobilité et de la force dans les bras. Avec ces deux petits détails simplissimes, il avait réussi à se créer une réputation de montagne de muscles à ne pas aller ennuyer, car contrairement aux autres qui restaient oisifs dans leurs sièges, lui n'avait pas peur de se salir les mains... Mais outre ses pattes mécaniques et sa forme olympienne, il avait aussi une autre caractéristique frappante : Une passion unique, une obsession diraient certains. Contrairement à bon nombre de limaces, l'argent ne l'intéressait pas tant que ça, les danseuses non plus, la drogue encore moins. Non, seul l'Ordre Jedi et ses connaissances l'intéressaient, nul ne sait d'où lui est venu cette lubie, mais elle ne l'a jamais quitté, au plus grand dam de ses collaborateurs qui finissaient toujours à se traîner dans de vieux temples à la recherche de babioles susceptibles de calmer ses ardeurs... Et justement, si Sareth se trouvait dans le palais secondaire de Grakkus sur Tatooine, c'était pour une de ces babioles, une tablette de pierre aux inscriptions énigmatiques venant de Tython pour être exact... Une tablette perdue.

    - Aaaaaah ! Sareth, Dobra kolka bai neu uba maee ! Déclara l'hologramme du Hutt au beau milieu du vieux palais plein de sable et de lourdauds.
    - Ouais... Plaisir partagé, répondit Sareth sans l'ombre d'une émotion.

Quatre magna-gardes surveillaient chaque faits et gestes de Sareth... Un peu plus loin derrière lui, hommes et femmes se mouvaient en nombre dans le hall du palais pour se remplir le gosier de boissons alcoolisées, pour discuter de leurs futures primes ou pour admirer des Twi Lek en train de se dandiner pour appâter le chaland. C'était un palais Hutt tout ce qu'il y a de plus classique... Sombre, sableux, sale, décoré par un forain amoureux des couleurs vives. Le genre d'endroit auquel n'allait pas le Mando pour son plaisir, d'autant que ces cantinas étaient de véritables nids d'espions de voleurs à la tire.

    - Bu bahkawopka uba doth ye wanya ah ukana dhepaka... Wa ulwan boonowa fa du bu wahuota, um bu bodua camai killee jen an moocha bu dhepaka doi jen. La banag mi bai "jot twa planeeto hiee"... Ah ah ah ah ah ah ah ! Haku wa baha see uahlaciua ! Hurla-t-il de rire sur le coup.
    - J'imagine que vous voulez que je récupère l'artefact sur les cadavres des Tusken ?
    - Uba yoieu da saptkhe... An ateema Jee bakanu uba bai koose bu hih dhepaka, tee ritke wa cohka see fa.
    - Sinon quoi ? Demanda le Mandalorien avec un sourire amusé.
    - Koumi tee uba banag bai doth douapkhesa bai kahka. A ces mots, les magnagardes dégainnèrent leurs armes.

Un silence glacial emplit le palais en un court instant, pourtant Sareth ne semblait pas effrayé outre mesure, il se permit même un discret ricanement.

    - Calmez vous boss... A moins que votre tablette soit armée d'un sabre laser et accompagnée d'un Zabrak fou, d'un cyborg sautilleur et d'une nautolan gueularde, elle devrait vous être remise intacte.
    - Ree mebenbe. Um Dobra tee du bu kau bai meu, Konbouaheon.
    - Parlons sérieusement dans ce cas... Si j'ai pu tuer un Jedi accompagné de ses amis, vous pensez vraiment que j'ai peur de quelques tas de boulons qui remuent leurs bâtons comme des majorettes ? Je vous ramènerai votre babiole, pas la peine de me menacer.
    - Tsssssk... Heai jansee peai mah bahkawopka doth bata, uba caiot doth peee bahasonh peee uba banag, um doth ree carefull, bukee.
    - Je le serai... Bon, si vous voulez bien m'excuser, j'ai des Tusken à aller traquer.
    - Dan nyowkee, Konbauaheon. cha hhacs mi.
    - Vous ne le regretterez pas, messire Grakkus.

Il quitta le palais sans plus de marques de politesse... Cette mission l'ennuyait, plus vite il aurait réglé sa dette avec cette vieille limace et plus vite il pourrait avoir l'esprit tranquille. Cela étant dit massacrer des natifs ne lui plaisait pas plus que ça... Certains prenaient peut être les Tusken pour des imbéciles et des sauvages qu'il fallait exterminer, mais Sareth n'était pas de ceux là. Ils étaient peut être agressifs et très stricts sur leurs frontières, mais pour peu qu'on sache discuter avec eux ils savaient se montrer serviables. M'enfin, cette mission allait être longue et la nuit du Mando avait été un peu agitée, un peu de caféine pour maintenir le tout debout pourrait servir après des heures à arpenter le désert. Il s'accorda donc une petite pause méditative dans une cantina avant de partir pour la mer de dunes et ses deux soleils étouffants. Mais à peine eut-il le temps de s'asseoir pour commander son café salvateur que deux sacrés numéros s'approchèrent, passant à tabac un ivrogne au passage... Ça n'avait rien de bien impressionnant, il suffisait de quelques secondes pour constater que ses muscles étaient de la gonflette, mais la cantina, elle, avait bien remarqué les deux jeunes femmes et le bruit qu'elles faisaient, de manière à ce que TOUS les regards soient tournés vers Sareth et ses interlocutrices, ça commençait bien. D'abord, la plus âgée demanda à Sareth s'il s'agissait bien de lui... C'était une première ça, se faire appeler par son nom au lieu de se faire appeler "Mando", sa réputation le précédait elle à ce point ? Il avait du mal à se le figurer, la célébrité n'avait jamais été son truc, en même temps. Toujours casqué, il se contenta de jeter un regard vers la plus entreprenante des deux puis vers sa sœur qui semblait bien moins souriante pour jauger une première fois leur regard puis répondit d'une voix un peu hésitante, ne s'attendant pas vraiment à être abordé aussi prestement.

    - Ouaiiiis, c'est bien moi... ? Heureux de faire votre connaissance, je suppose... ? Demanda le Mandalorien qui avait du mal à se figurer ce que ces deux filles lui voulaient.

A peine eut-il le temps de finir sa phrase que les deux jeunes femmes prirent place, non pas que Sareth allait leur refuser de s'asseoir mais c'était à noter que la politesse était pas leur fort... A vue de nez celle qui avait le décolleté plongeant et le sourire narquois devait approcher de sa trentaine tout comme Sareth, là où la plus jeune devait à peine sortir de sa majorité, le Mando ne lui aurait pas donné plus que vingt balais à tout casser. Apparemment elles étaient nouvelles, et nouvelles, elles avaient l'air de l'être... Jem, c'était son nom, causait à tue tête avec un accent à couper au couteau sans la moindre once de subtilité, toute la cantina pouvait entendre son franc parler. Sareth devait peut être s’emmêler les pinceaux mais ça ressemblait à du Corellien, après tout elle avait une tête à être Corellienne vu à quel point elle ne mâchait pas ses mots... A moins que cet accent ne vienne d'ailleurs... Il était sûr de l'avoir entendu quelque part, enfin, qu'importe, apparemment elles voulaient rejoindre la mission.

    - Pour quelqu'un qui ne veut pas tourner autour du pot tu parles beaucoup... Souligna-t-il en retirant son casque pour révéler son visage borgne et siroter le café qu'on lui avait servi.

Si la première phrase de Jem avait laissé Sareth dubitatif et curieux, la seconde provoqua un ricanement du Mandalorien qui s'excusa la seconde d'après, prétextant que c'était nerveux et en aucun cas une moquerie. (C'en était une.)

    - Une bombe collante, c'est bien la première fois qu'on me l'a faite celle là... Il reprit un air professionnel peu de temps après. J'ai mieux à faire que de coller un détonateur thermique à 1000 crédits l'unité sur des débutantes. Non non... Si vous cherchez du boulot et que vous voulez faire vos preuves pas la peine de faire tout ce numéro, demandez simplement. Et arrêtez de m'appeler "tueur de Jedi", Sareth ou Mando ça suffit largement.

Il ne voulait pas qu'on l'appelle comme ça car à ses yeux cela sonnait comme du cirage de pompes... Mais surtout il n'avait pas vraiment tué de Jedi et d'ailleurs il ne se sentirait pas fier pour autant s'il en avait réellement tué un. Était-ce un genre de syndrome de l'imposteur ? Peut être. Pouvait-on appeler ça un syndrome étant donné qu'il était effectivement un imposteur ? Peut être également. En tous les cas, bien que Sareth était un poil agacé à cause de ce service qu'il devait rendre à Grakkus, il ne se sentait pas d'explorer le désert tout seul, peut être qu'un peu de compagnie lui changerait les idées, et puis c'était de la traque de Tusken, c'était à la portée de deux débutantes, s'il pouvait leur filer un coup de pouce au passage ça serait sa bonne action de la journée.

    - Des Tusken ont volé un truc au patron... On doit le récupérer, peu importe comment du moment que la babiole revient intacte. Si ça semble dans vos cordes vous pouvez me suivre, mais vous évitez de faire du bruit quand il faut pas en faire et surtout vous ne tirez que si l'ennemi tire le premier ou que j'en ai donné l'ordre, j'aime pas jouer au petit chef mais avec les peuplades locales je suis intransigeant, ces gens sont peut être hostiles envers nous mais c'est nous qui sommes des intrus sur leur territoire. Pour la question du pognon on verra après, mais ça m'étonnerait qu'avec dix pourcents de mes gains vous puissiez manger à votre faim... Surtout si les deux timides à la table de derrière sont avec vous, termina-t-il avec un mouvement de tête en direction des deux rangers.

Le café terminé, il se sentait déjà un peu plus de bonne humeur... Le bonheur, ça tenait à peu de choses. Il remit son casque sur sa tête et attendit une réponse de la part de des sœurs, cherchant un air de famille chez les deux filles et peinant à en trouver un. Non, rien à faire, il ne voyait pas beaucoup de similitudes entre cette femme sûre d'elle qui mettait tous ses charmes en avant et cette jeune fille renfermée passant son temps à relever son pantalon pour essayer, vainement, de cacher son fessier pourtant joliment rebondi... Chacune des deux était jolie à sa manière, elles formaient un drôle de duo, si leurs compétences étaient aussi trempées que leurs caractères elles avaient de l'avenir. Malgré tout, une dernière condition s'imposait.

    - Oh, et un dernier détail... Je veux bien être le gentil Mando qui laisse deux pauvres soeurs en manque d'argent rejoindre son groupe sans trop sourciller au bout de deux minutes de conversation, mais si jamais vous abusez de ma gentillesse, que vous me la mettez à l'envers ou que la mission capote par votre faute... Je vous présenterai à Grakkus, mais pas d'une façon qui va vous plaire, okay ? Trop bon, oui, mais trop con, non, pensa-t-il alors que son ton jusque là plutôt chaleureux devint d'un coup bien plus froid.
#39611
Image



Si le Mandalorien sembla surpris au début de se faire aborder de la sorte, il ne manqua pas de lui mettre une bonne petite claque en lui lançant au visage qu’elle parlait beaucoup trop. Cette remarque ne manqua pas de faire rire Jem qui n’était pas du genre à prendre ombrage des petites piques de ce genre. L’idée de la bombe ne sembla pas trouver un écho très positif chez le chasseur de primes et c’était tant mieux car au final, cela n’était pas très plaisant pour elle non plus. En quelques échanges, la Chevalière Jedi avait déjà pu un peu cerner cet homme mystérieux et le fait qu’il ne veuille pas qu’on l’appelle « Tueur de Jedi » pouvait signifier deux choses, soit cet événement ne lui procurait aucune fierté, soit il préférait éviter que cela s’ébruite. La deuxième solution semblait peu probable vu le nombre de personnes qui connaissait son exploit sur cette planète. Il était presque sûr que même dans d’autres mondes Hutts, son nom y soit associé.

« Et bien Sareth, tu peux considérer notre demande comme déposée dans ce cas ! »

Rena et Jem écoutèrent avec attention les explications du Mandalorien sur la mission confiée par Grakkus. Si les informations de Maître Vos étaient correctes, la babiole à récupérer devait être un artéfact jedi ou sith. Il serait donc intéressant de voir si cela n’était pas trop dangereux de permettre à cette crapule de mettre la main dessus, surtout s’il travaille effectivement avec les Siths. Sa dernière phrase ne manqua pas de faire sourire Jem. Rena de son côté resta imperturbable, comprenant qu’il n’était pas à prendre à la légère vu l’instinct qu’il pouvait avoir. Quoi qu’il en soit, la mission consistait à approcher Grakkus et non pas d’arrêter un tueur de Jedi, il n’y avait donc rien à gagner en trahissant ce type maintenant.

« Ils sont plus du genre à rester à l’écart et à distance. Pour le partage, libre à toi de nous offrir plus si tu considères que notre contribution le mérite. Tu as l’air d’être un homme de principe donc je ne m’en fais pas trop à ce sujet. Notre collaboration actuelle n’a pour but que d’améliorer nos finances à l’avenir. Je suis du genre à miser sur le long terme que sur le gain immédiat. En tout cas, tu peux être sûr que nous respecterons tes consignes. S’il y a moyen de récupérer ce truc sans devoir se battre, je préfère largement ça. »

Les deux Jedis burent une gorgée de leur bière mais bon, cela semblait un peu plus pénible pour Rena. Il faut dire qu’elle n’était pas une habituée de la chose et donc, cette boisson ne passait pas si bien. D’un geste, la brune fit signe aux deux Rangers d’approcher, histoire de faire les présentations. Il valait mieux faire en sorte que chacun connaisse sa place. Jem commença par l’homme à la peau d’ébène qui devait facilement faire deux mètres pour plus de cent kilos de muscles.

« Sareth, voici Maav. Il est spécialisé dans les armes lourdes en tout genre. Suivant ce qu’on a besoin, il peut venir avec un lance-flamme, une mitrailleuse blaster ou un canon blaster lourd. A toi de voir ce que tu trouves le plus utile. »

Maav salua d’un hochement de tête le Mandalorien, avant que la Chevalière Jedi passe à l’homme aux cheveux roux. D’une corpulence normale, il portait un fusil de sniper sur le dos, dévoilant déjà sa spécialité.

« Et lui, c’est Potri. Comme tu t’en doutes, c’est un sniper. Je crois que je ne l’ai jamais vu rater sa cible. »

Et pour cause, elle ne l’a jamais vu tirer mais bon, ce n’était donc pas un mensonge. L’homme salua à son tour le Mandalorien, avant que Jem ne finisse par sa spécialité à Rena et elle.

« Ma sœur et moi, on est plus pour les combats rapprochés. D’ailleurs, je suis une experte du corps à corps si un jour tu veux t’entraîner avec quelqu’un. »

Cette remarque ne manqua pas de faire réagir Rena qui lança un regard appuyé en direction de son Maître qui se mit à rigoler. Il n’était pas rare que la brune drague des hommes lors des missions mais bon, c’était un peu direct et surtout pour un type qui avait vraisemblablement tuer un Jedi. Voyant que son Maître faisait les yeux doux au Mandalorien, la jeune padawan prit la parole pour recentrer la discussion.

« Pour en revenir à la mission, ton plan est de parler aux Tuskens pour qu’il te remette le machin que veut Grakkus ? C’est pas un peu simple comme plan … En plus, s’ils l’ont volé à la base, il y a fort à parier qu’ils ne le cèdent pas si facilement. Il est sans doute préférable que Maav et Potri restent en retrait sur les hauteurs afin de nous couvrir si ça tourne mal. »

Dans son rôle de femme un peu libre et désinvolte, Jem fit un clin d’œil à Sareth, avant de continuer le développement de Rena.

« Si tu es aussi impressionnant que ce que racontent les histoires qui circulent, on ne devrait pas avoir de mal à faire face si les négociations ne se passent pas comme prévu. J’ai hâte de voir Sareth le Mandalorien en action, il faudra faire attention à pas trop m’éblouir. »

A cette remarque, Rena ne put s’empêcher de soupirer alors que les deux Rangers esquissèrent un sourire. En tout cas, personne n’irait suspecter que Jem était une Chevalière Jedi vu sa façon d’agir. La couverture était parfaite mais bon, c’était finalement dans les situations tendues que les masques tomberaient le plus facilement.

« De notre côté, on est prêt au départ. On attend juste notre leader pour nous mener à la victoire. »
#39613
Image


Deux petits nouveaux rejoignirent la conversation, le Mando les salua d'un poli signe de tête... Plus la discussion avançait et plus le contraste entre les deux sœurs se faisait ressentir, l'une ronronnait comme un Nexu et se faisait la plus aimable et la plus chaleureuse possible alors que l'autre, à l'inverse, regardait Sareth dans les yeux à la manière d'un Reek en colère et prêt à charger. Était-elle comme ça avec tout le monde ou bien était-ce uniquement dirigé vers Sareth, ce regard colérique ? Peut être qu'au départ cette froideur n'avait rien de personnel, mais maintenant que Jem commençait à faire les yeux doux à Sareth, elle commençait à prendre des tournures plus jalouses et possessives ? C'était également possible... Enfin, bien que c'était toujours agréable de se sentir désiré et taquiné, le Mandalorien tâchait de rester professionnel et de ne pas trop jouer le jeu de son interlocutrice, on était dans un milieu où l'affection et l'amour existaient rarement mais où la traîtrise et la manipulation étaient monnaie courante. Cela étant dit, si Sareth était captivé par Jem ce n'était pas seulement à cause de ses beaux yeux, même s'ils pesaient dans la balance, c'était plutôt à cause de cet accent si caractéristique dont il voulait absolument trouver l'origine... Où diable l'avait-il entendu déjà ? Cela lui restait sur le bout de la langue et il détestait cela... Tout d'un coup, ses réflexions furent interrompues par une remarque un peu plus graveleuse que les autres. Une invitation à aller au corps à corps.

    - Qu'est-ce que tu viens de... ? Un clin d'oeil suivi d'un rire de la part de Jem le firent soupirer un grand coup. Tsssssssssk... Je vois le genre. Bon, ce n'est pas contre toi mais est-ce qu'on peut se recentrer sur la mission, les gens qui mêlent trop travail et passion durent pas longtemps dans ce métier... Ce n'était pas vraiment une réprimande, d'ailleurs lui même en riait un peu.

Exauçant ses prières, Rena revint sur le sujet principal, émettant des doutes quand au plan émis par Sareth... Comme si le plan consistait à simplement aller demander gentiment aux Tuskens de rendre l'artefact. Non, Sareth ne comptait pas sur la bienveillance des locaux pour récupérer l'artefact, il comptait sur un échange de bon procédé dans le meilleur des cas, sur la ruse dans un cas moins favorable et sur la violence dans le pire des cas... Mais la violence ne lui semblait vraiment pas une option souhaitable, jusqu'ici il était parvenu à entretenir des relations stables avec les hommes des sables, il ne sentait pas d'humeur à jeter tout ça à la poubelle juste pour s’acquitter d'une dette envers un grand baveux.

    - On ne vas pas gentiment leur demander de nous rendre la tablette, on va proposer un échange... Tout fonctionne comme ça avec eux, et ces règles sont sacrées, si on leur rend un service, ils payeront leur dette à coup sûr. Et puis si vraiment ça ne marche pas on emploiera les négociations musclées et vous pourrez faire joujou avec vos flingues, ne vous en faites pas...

Alors que Sareth se préparait à partir, il reçut un nouveau compliment de la part de Jem... Qui semblait forcé au possible, à moins qu'elle fut sincère mais le Mandalorien doutait que cette femme soit stupide. Elle lui semblait au contraire parfaitement au courant de ce qu'elle faisait et des bénéfices qu'elle pouvait en tirer... Pour autant, de la même façon que le surnom "tueur de Jedi" ne lui plaisait pas outre mesure, ce nouveau compliment ne sonnait pas agréable à son oreille, il faisait juste son boulot, un point c'est tout, pas de quoi s'en émerveiller, il n'avait rien à prouver et rien à valider non plus ! Faisant une fois de plus preuve d'une honnêteté et d'une langue bien pendue, il stoppa donc net cette avalanche de flatteries.

    - C'est gentil de ta part Jem mais arrête de cirer mes pompes, je fais juste mon taff... M'enfin, je crois qu'on a tout dit, on peut y aller. On va devoir traverser la mer de sable, autant dire qu'on y va pas à pied à moins de vouloir mourir. Habituellement j'y serai allé en jetpack mais si je m'envole vous aurez un peu de mal à me suivre, on va donc aller louer des speeders, un pour les deux sœurs et un pour Maav et Potri, ça vous ira ?

Alors que le groupe sortait pour aller louer lesdits speeders, le quatuor d'espions républicains constata que Sareth ne prenait pas de speeder pour lui... Il se contenta simplement d'appuyer sur quelques boutons sur ses gantelets avant de patiemment attendre les bras croisés contre un récolteur d'eau. Après une petite minute à attendre, un molosse mécanique de facilement deux mètres de haut accourut jusqu'à Sareth... Un droïde massif au blindage de duracier, aux griffes composées de vibrolame et doté d'un canon de TB-TT dans la bouche... Poussant des genre d'aboiements graves et grinçants. Il était temps pour le vieux Rex de sortir de la cale du vaisseau ! Le Mandalorien grimpa sur le dos de sa monture et jaugea du regard tout le monde... Maav et Potri étaient silencieux, comme à leur habitude, ils semblaient concentrés et parés, Rena continuait à fusiller Sareth du regard et Jem, quand à elle, semblait profiter de se trouver un peu plus bas que le Mando pour lui exposer toute la profondeur de son décolleté... A moins qu'elle n'y fit même pas attention ? C'était dur de distinguer le voulu du non voulu avec elle. Il poussa à nouveau un soupir et se prépara à partir.

    - Voici Rex... En hommage au Capitaine, évidemment. Il n'a peut être que quatre pattes mais croyez moi il cavale aussi vite qu'un speeder, si jamais vous êtes en mauvaise posture appelez le, il peut vous servir de couvert. Bon... Tout le monde est prêt à démarrer ?

Une fois tout le monde paré, la traversée de la mer de sable commença... L'objectif ? Rencontrer des Jawas afin de les interroger sur le clan Tusken qui avait volé la tablette. Faire affaire avec ces petits fouineurs ne lui plaisait pas beaucoup, mais ces types là savaient tout ce qui se passait dans le désert, ils étaient la meilleure piste que le Mandalorien avait... Et puis on repérait facilement leurs chars des sables dans l'immensité du désert. Il ne faudrait pas plus d'une demi heure de route pour en trouver un, ils étaient si nombreux à sillonner la grande mer dorée... Enfin, malgré ces estimations, on ne pouvait pas vraiment dire que Sareth était si concentré sur la route que ça, il continuait à rechercher la planète où il avait entendu cet accent rustre presque paillard... Où diable l'avait il entendu, pourquoi cette charmante jeune dame lui rappelait autant un environnement, un endroit familier ?
#39618
Image



Visiblement, les petites taquineries de Jem ne semblèrent pas vraiment au goût du Mandalorien car il tenta d’y mettre fin dans l’œuf. Malheureusement pour lui, c’était mal connaître le spécimen et lorsqu’elle ne devait pas se montrer comme une noble et fière jedi, elle n’hésitait nullement à user de ses charmes pour parvenir à ses fins. A dire vrai, cela faisait même un certain temps qu’elle n’avait pas profité d’un casse-croute mais bon, son petit dessert semblait bien plus difficile à apprivoiser que prévu. Quoi qu’il en soit, le plan de Sareth était finalement d’offrir un service en échange du truc qui semblait donc être une tablette suivant l’information qu’il venait de laisser filtrer. Cette idée semblait assez basique et pourtant, Rena émit quelques doutes sur ce que pourrait leur demander les Tuskens.

« On ne peut pas dire qu’ils sont considérés comme un peuple pacifique. Qui nous dit qu’ils ne vont pas nous demander d’éliminer des intrus de leur territoire. Il y a de nombreux colons installés sur ce qu’ils considèrent comme leurs terres. »

D’un air parfaitement blasé, Jem regarda Rena comme pour lui faire passer un message subtil sur la raison de leur présence ici et surtout, sur la couverture qu’était la leurs actuellement. Protéger des innocents n’était pas vraiment l’apanage des gens travaillant pour Grakkus et par conséquent, exposer cette facette n’était qu’une façon de plus d’exposer leur véritable identité. En comprenant qu’elle en avait peut-être trop dit, la jeune padawan fit une pirouette explicative afin de retomber sur ses pieds.

« C’est que je n’ai pas envie de jouer aux dératiseurs pour les Tuskens. En plus, si Grakkus est si malin, on ne sera certainement pas les seuls à être envoyés à la recherche de ce truc qu’il convoite. »

Cet interlude terminé, Sareth exposa la première partie de son plan qui consistait à traverser la mer de sable en speeder. Jem ne manqua pas de sourire à la remarque du Mandalorien, sans relever plus que ça. Il était clair qu’il allait être amusant de le taquiner un peu tout au long de la mission.

Une fois les speeders loués et chacun installé sur sa monture, le chasseur de primes fit venir un truc particulièrement laid, mais qui devait être particulièrement efficace. Rex, c’était un drôle de nom pour une machine. S’il était assez attirant, il n’avait pas réellement bon goût, ce qui expliquait peut-être son attitude face à une femme aussi séduisante qu’elle. Inspectant sa tenue pour voir si elle était toujours bien à sa taille, elle finit par tapoter l’épaule de Rena qui s’était mise aux commandes du speeder.

« On est parée au départ ! »

Le petit groupe se mit donc en route pour la mer de sable afin de trouver les Jawas. Ces créatures étaient épuisantes avec leur marchandage incessant. Lors d’une précédente mission sur Tatooine, Jem avait même dû racheter des pièces de son propre vaisseau qu’ils avaient dépouillé pendant qu’elle était partie. En tout cas, ils n’eurent pas à chercher bien longtemps pour trouver les traces d’un char Jawa. Il ne restait plus qu’à les suivre pour les rattraper. Au bout d’une vingtaine de minutes, ce fut chose faite. Le char était à l’arrêt et les Jawas étaient occupés à récupérer deux vieux droïdes en mauvais état. A première vue, il n’y avait rien à tirer de ces machines mais bon, à la vue du petit groupe, les petites bestioles furent rapidement sur leur garde. Rena et Jem furent les premières à descendre de leur speeder, dévoilant leur visage et assurant les Jawas qu’elles n’étaient pas là pour les voler.

« On se calme, on vient pour affaire ! »

Toutefois, la Chevalière Jedi ne manqua pas d’asséner un puissant coup de pied à un curieux qui s’approcha un peu trop de son speeder. Maav et Potri restèrent en retrait, n’ayant aucun intérêt à tout ce blabla. L’action de Jem passa assez mal mais bon, cela éviterait sans doute qu’ils ne dépecent leur speeder. C’est finalement Rena qui engagea la conversation vu que Jem semblait avoir un peu de mal avec eux.

« On veut juste des informations et nos speeders ne sont pas à vendre. On veut juste des informations sur les Tuskens qui ont volé un objet à Grakkus. Si vous nous aidez, on pourrait se débarrasser de ce problème pour vous ? »

Les Jawas avaient pas mal de problème avec les Tuskens et par conséquent, les affronter ne pouvait que leur être bénéfique. Maintenant, il restait à savoir si cela suffirait pour obtenir des informations de leur part sans qu’ils ne demandent une contrepartie plus conséquence. Ces petits fouineurs étaient des commerçants rusés et ils ne manqueraient pas une occasion de soutirer plus que ce qui leur était offert. Les Jawas se réunirent entre eux pour parler de la proposition et finalement, ils se retournèrent vers Rena pour demander plus, comme elle s’y attendait. A ce moment, il était temps de voir le grand Mandalorien à l’œuvre et la brunette se tourna vers le chasseur de primes.

« Bon je suppose qu’on va devoir les bousculer un peu ? Si on en tue quelques uns, les autres parleront. Tu en penses quoi Mando ? »

Evidemment, cette déclaration de Rena ne manqua pas de tendre la situation, les Jawas sortant leurs blasters ionisants au cas où ces individus commençaient à se montrer menaçant.
#39619
Image


Oui, Rex n'était pas très beau, il était même d'une facture particulièrement brute qui ne laissait pas beaucoup place à la subtilité et à la poésie... En revanche, et c'était au final le plus important, il était diablement efficace et se mouvait à une vitesse de pointe qui n'avait rien à envier à celle des speeders... Il était particulièrement plaisant d'être sur son dos alors que le paysage autour de soi défilait à toute vitesse ! Sareth aimait beaucoup se sentir aussi rapide, ne faire qu'un avec les éléments et ressentir le frisson du danger à chaque virage, chaque bosse, chaque relief... C'était peu ou prou pour les mêmes raisons que voler en jetpack était un loisir dont il ne se lassait jamais. D'autant que le paysage valait le détour... Depuis le ciel, l'on ne voyait que trois points noirs peinant à avancer, peinant à lutter contre une immensité de dunes dorées, soulevant derrière eux des nuages et des nuages de poussière. Tatooine était une planète rude, mais elle avait cette petite touche de beauté qui la rendait parfois incroyablement envoûtante, surtout pour un néophyte photographe dans son genre qui ne pouvait s'empêcher de prendre en photo les deux soleils de la planète dès qu'il en avait l'occasion. Et pourtant... Le vernis solaire et doré de la géante de sable disparaissait bien vite lorsque l'on connaissait les éternelles luttes entre colons et Tusken qui avaient lieu sur la planète. Et contrairement à ce que Rena insinuait, c'était bien leurs terres à eux... L'étranger s'était installé sur le territoire des hommes des sables et des jawas sans leur demander leur avis, et à présent ils en payaient le prix. Sareth n'allait pas légitimer les chasses à l'homme des hommes masqués, mais il les comprenait dans un certain sens, se demandant si lui aussi ne deviendrait pas agressif si on cherchait à détruire sa culture et sa terre. Enfin, il n'était guère temps de philosopher, car voilà que les Jawas furent à portée de vue, et à peine les mercenaires eurent-ils le temps de descendre que les petits nabots commencèrent leurs petits numéros d'arnaqueurs émérites... Mais Sareth posa directement les bases du dialogue.

    - Non, mon droïde n'est pas à vendre, et quand bien même il le serait, ça serait à environ dix fois le prix que vous m'avez proposé.
    - Ma chutta na hutta ! Da na woola di tori !
    - C'est pas la question... On vient pour des infos et c'est tout.
    - Tsssssk... Uttini...

Les filles prirent le relais et démarrèrent les négociations... Leur tentative ne mena pas à grand chose de concret, mais là dessus Sareth ne leur en voulait pas trop, tout le monde avait envie de s'arracher les cheveux dès qu'il s'agissait de communiquer avec ces petits fourbes. Aussi, après quelques échanges, Rena proposa directement la solution offensive, tuer quelques Jawas pour les calmer... Très mauvaise idée. Sous estimer les ferrailleurs du désert a coûté la vie à beaucoup de gens, ils n'étaient peut être que cinq à rester dehors, mais il y avait au moins le triple qui attendait dans le char des sables pour intervenir, et leurs armes à Ion ne feraient pas bon ménage avec l'armure du Mandalorien... Aussi, il leva la main, faisant signe à Rena de ne pas en dire plus puis il se mit accroupi devant le chef de la troupe pour être à sa hauteur.

    - C'est toi le chef de cette petite compagnie ?
    - Wa !
    - Okay... Dis à tes amis de baisser leurs armes, ma collègue a la gâchette facile mais elle sait se tenir.
    - Na !
    - Bon, tu veux qu'on négocie oui ou non ? Dis leur de baisser leurs armes, de toute façon je sais très bien qu'à l'intérieur du char ils sont vingt au minimum, attaquer n'a jamais été une option.
    - Grrrrrr... Sutta, sutta ! Répondit il alors que les Jawas baissèrent leurs armes.
    - Merci, j'apprécie. On cherche un artefact qui a été volé à un contrebandier par des Tusken qui l'ont embusqué alors qu'il se dirigeait vers le palais de Grakkus, est-ce que tu sais de quel clan il s'agit ?
    - Hmmm... Wa ! Dana toota yo !
    - Et comment tu le sais ?
    - Suissi na to iga nagawa !
    - Vous avez désossé son speeder à la minute où les Tusken sont partis ? Je vois que vous ne perdez pas le nord... Il ricana sans pouvoir s'en empêcher, trouvant la situation très comique.

L'attaque avait donc eu lieu non loin de leur route commerciale principale... Ces Jawas devaient être bien vaillants pour se rapprocher autant du territoires de leurs rivaux en date ! Pourtant, d'aussi loin que Sareth s'en rappelait, les deux tribus tâchaient toujours de ne surtout pas établir leurs routes et leurs territoires au même endroit pour éviter des conflits inutiles. D'autant que malgré de très nombreuses tentatives de se comprendre, la culture de ces deux peuples était beaucoup trop incompatible, ils s'étaient donc mis d'accord sur cet échange de bon procédés pour éviter de faire empirer la situation.

    - Depuis quand vous empiétez sur le territoire de vos voisins ? Je croyais que vous évitiez de vous croiser.
    - Ba ! Naniska na choota demo no yuissa !
    - Non, je ne te crois pas, un clan Tusken ne change JAMAIS de territoire, il préférerait mourir plutôt que de quitter ses terres. Sort le baratin de la victime qui s'est faite piquer sa route à quelqu'un d'autre.
    - Naga watta wutta ! Dchinki ! Dchinki no tabawa yo taga !
    - Vous avez été en guerre il y cinq ans... ? Purée... On quitte la planète cinq minutes et voilà ce qu'on retrouve quand on revient, vous étonnez pas qu'on vous prenne pour des barbares.
    - Wooska ! Nala woota di tori nagaaa ! Juchi... Juchi woosh woosh !
    - Hein ?! Non non, là t'essayes clairement de m'embrouiller. C'est quoi encore cette histoire de chef Tusken avec des sabres rouges ?
    - Dafi dafi !
    - C'est ça, fous toi de ma bouche... Les Tusken savent pas chevaucher autre chose qu'un bantha et maintenant ils auraient réussi à fabriquer des sabres laser ? Oh, je sais ! A moins qu'ils aient réussi à vaincre un seigneur Sith à l'aide de leurs terrifiants bâtons pointus pour lui voler ses sabres !
    - UTTINNI !
    - Rooooh ça va je rigole, détends toi... M'enfin... Elle est bien jolie ton histoire mais elle me dis pas où est-ce que je trouve le clan qui a volé la babiole de mon client.
    - Creedits ! Creedits !
    - J'ai pas de crédits, tu perds ton temps.
    - Na creedits, na shutta ! Sutta na woola da soocha !
    - ... Il poussa un soupir. Bon... Soit. J'ai pas de crédits avec moi, mais je peux vous en ramener plus tard... Comment est-ce que je fais pour retrouver votre char des sables ?
    - Oh ! Nawi ! Jutta na... Sooda olla da suchi !
    - Ooooh... Très bien, eh bien dans ce cas je repasserai, merci quand même !

Ainsi, après quelques minutes, le char disparut et les membres du groupe attendirent une explication de leur chef... Une fois les Jawas assez éloignés, le Mandalorien sortit de son mutisme et ricana avant de s'expliquer, remontant sur le dos de Rex avant d'énumérer les étapes de son plan improvisé sur le tas grâce à d'habiles phrases glissées ci et là dans la conversation avec le chef des Jawas.

    - Selon eux l'attaque a eu lieu tout près d'une de leurs routes commerciales... Et ça tombe très bien vu que leur itinéraire est toujours le même, ils font une longue boucle dans la mer de dunes, c'est le chef qui me l'a dit. Donc il nous suffit de suivre les traces du char sur le sable pour retrouver le clan Tusken qu'on cherche. Et vu les traces qu'il laisse sur son passage je doute que le vent ait eu le temps de les effacer... Si on a de la chance on trouve notre village Tusken dans une heure, si on a moins de chance... Quatre ou cinq heures.

Pas de crédits dépensés, bagarre évitée, information récoltée ! Parfois parler un peu de la pluie et du beau temps suffisait largement pour avoir ce que l'on voulait plutôt que de directement passer à l'offensive.
#39622
Image



Si la tension était montée d’un cran à l’évocation d’une persuasion musclée, le Mandalorien sembla disposé à calmer le jeu. En même temps, ces Jawas étaient des êtres particulièrement portés sur le commerce et tout pouvait se marchander pour peu qu’on avait de quoi obtenir ce qu’on veut. Evidemment, ils étaient ceux qui fixeraient le prix de l’information que le petit groupe désirait et dans ce cas, cela allait certainement dépasser largement sa réelle valeur marchande. Trois des acolytes du chasseur de primes étaient sur leur garde, chacun gardant la main sur leur arme, prêt à riposter à la moindre escalade. Seule Jem semblait assez détendue, même si elle avait été la première à frapper un Jawa du groupe. Une fois la discussion engagée avec le chef, il y avait peu de chance que cela dérape à moins que Sareth s’énerve. De leur côté, les Jawas ne s’énervaient que si on leur volait quelque chose ou qu’on les menaçait donc à ce niveau, il n’y avait pas grand risque.

La discussion se passa sans trop de difficulté et finalement, pas mal d’informations furent données. Evidemment, l’évocation des sabres lasers rouges ne manquèrent pas de surprendre Rena et Jem mais bon, cela ne semblait pas être le cas actuellement. Peut-être une des sombres histoires que les deux Jedis avaient entendu par le passé au sujet d’un Sith ayant soumis les Tuskens. Quoi qu’il en soit, le Mandalorien semblait disposé à payer plus tard pour l’information mais bon, combien ces gnomes venaient réclamer ? Il était surprenant que sous son armure, il n’y ait pas le moindre crédit, surtout qu’il savait parfaitement à quel genre de personnage ils allaient faire face. Ce n’est qu’une fois les Jawas remit en route que Sareth se décida à expliquer les choses à ses compagnons de route. Malgré tout, Rena sembla assez perplexe sur le plan du chasseur de primes et pour cause, si les jawas passaient régulièrement sans être attaqué par les tuskens et qu’ils avaient embarqué les restes du speeder des hommes de Grakkus, le campement des hommes des sables ne devait pas être à proximité du site de l’attaque. Sans les restes du speeder, retrouver l’endroit exacte allait se révéler très compliqué.

« On va plus tabler sur cinq à dix heures vu la zone à inspecter. Si les Jawas ont embarqué le speeder, il ne restera même plus de traces de l’attaque. On peut juste espérer que les tuskens nous attaquent … »

La jeune padawan ne comprenait pas pourquoi le chasseur de primes n’avait pas tout simplement payé les Jawas pour l’information, leur évitant ainsi du temps perdu. Son visage blasé observant le Mandalorien en disait long sur cette pensée qui l’habitait mais bon, c’est finalement une tape derrière la tête de la brune qui perturba l’ambiance. L’intervention de Jem fut un peu surprenante, même pour Rena qui la regarda pleine d’incompréhension. Telle une grande sœur, elle sermonna la jeune femme sur son attitude.

« Rena ! Essaie d’apprendre un peu de ce qui t’entoure. Sareth a de l’expérience et une réputation à toute épreuve. Qui te dit que les Jawas ne nous auraient pas indiqué un endroit plus dangereux afin de récupérer nos speeders et notre équipement après une embuscade des tuskens ? On va se mettre en route et ça prendra le temps qu’il faut. »

Ces paroles ne semblaient pas être ouvertes au dialogue et par conséquent, le trio resta silencieux et se mit en route en suivant les traces du char des sables. Afin de ratisser large, les trois unités se déplacèrent à une certaine distance les unes des autres, le point central restant Maav et Potri qui suivaient scrupuleusement les traces des Jawas laissées dans le sable. Durant des heures, ils cherchèrent la moindre trace pouvant indiquer un affrontement ou même la présence des Tuskens mais bon, ce n’était pas des plus simples. Jem et Rena scrutaient chaque dune, chaque montagne ou amas de roches mais bon, rien n’était visible. Les heures passèrent et les cinq heures furent largement dépassées comme l’avait supposé Rena. Toutefois, peu de temps avant la huitième heure de recherche, Jem aperçut un objet dépassant du sable. D’un coup, elle avertit les autres, le temps qu’elles vérifient. Les deux Jedis s’arrêtèrent et c’est Rena qui sortit le casque du sable.

« Un casque ? Tu peux voir à qui il appartenait ? »

Rena acquiesça en regardant autour d’elle avant de se concentrer sur l’objet. Son pouvoir de psychométrie allait lui permettre de voir le passif de l’objet et évidemment, la première vision qui lui vint fut le moment où le propriétaire de ce dernier eut la malchance de tomber sur les Tuskens. Malgré leur embuscade, il était parvenu à résister un peu, mais un tir en pleine fuite avait fini par l’avoir dans le dos. Les Tuskens en avaient certainement profité pour l’embarquer lui et ses biens, laissant le casque perdu dans la chute sur place. Les Jawas s’étaient occupés du speeder et par conséquent, il ne restait plus grand-chose comme trace de l’embuscade. Grâce à son pouvoir, la jeune padawan parvint à retrouver un rocher touché par un tir de Tusken. Le campement ne devait donc pas être très loin. Jem ne manqua pas d’avertir Sareth et les autres, histoire de s’organiser pour la suite.

« On a retrouvé un casque et il y a eu des tirs échangés ici. Vu l’impact sur le rocher, ça doit être une arme tusken. On peut supposer que l’attaque a eu lieu près d’ici. Toi qui semble connaître les Tuskens, comment on procède ? »

A peine débarqué que déjà Maav et Potri préparaient leurs armes pour un éventuel affrontement. Rena observait les alentours en se demandant si un guetteur n’était pas déjà sur eux actuellement, surtout vu comment s’était passé l’embuscade précédente. Quoi qu’il en soit, ils étaient à l’entrée du territoire Tusken ou totalement dedans suivant les définitions de chacun, et par conséquent, ils pouvaient être partout.
#39624
Image


L'Improvisation n'avait pas que du bon, il fallait bien l'admettre... Sareth s'était senti malin en ne passant pas par les prix exorbitants des Jawas pour trouver le lieu de l'attaque, mais en définitive tout ceci avait pris pas mal de temps. Certes, passer des heures de recherche était l'apanage du professionnel, on ne s'amusait pas toujours dans ce métier, mais tout de même... A bien y réfléchir le plan final du Mandalorien tenait avec des bouts de ficelle. Cela étant dit, est-ce que faire confiance à des Jawas était une meilleure idée tout en sachant qu'ils étaient déjà sur le qui vive à cause des menaces de Rena et des frappes de Jem ? Rien n'était moins sûr, mais ce qui devenait clair, c'est que Rena semblait toujours plus dubitative et remettait en question le plan bancal du chasseur de primes... Non pas que Sareth ne comprenait pas les raisons des reproches, mais il se demandait légitimement si elle ne l'aurait pas boudé de la même façon s'il avait choisi de faire confiance aux Jawas. Les attaquer aurait pu être également une solution, c'était ce que proposait Rena à la base, mais ça lui semblait inutile et surtout dangereux... Quoi qu'il en soit il fallait se ressaisir et retomber sur ses pattes pour ne pas récidiver, cette bêtise avait fait perdre du temps, les prochaines risqueraient d'être bien plus coûteuses si elles arrivaient de nouveau.

Sareth se recentra donc sur la mission et réfléchit à la suite avec plus de sérieux et de professionnalisme... Suivre la piste du char des sables allait être long mais, pour peu que le groupe soit attentif, cela finirait par porter ses fruits, en revanche une fois en territoire Tusken il faudrait faire preuve de beaucoup de prudence car la moindre erreur et c'était la rixe à coup sûr. Il valait donc mieux y aller plus doucement et réfléchir à chaque action posément que de foncer comme il avait pu le faire précédemment. Après plusieurs heures de recherche, Jem arriva finalement avec un casque déterré et un impact de tir sur un rocher, pas de doute, le lieu de l'attaque n'avait pas dû être loin. Bon, au moins le plan foireux du Mando avait mené à quelque chose, il fut rassuré de ne pas avoir mené le groupe vers une fausse piste...

    - Vous avez trouvé le lieu ? Demanda-t-il à voix basse. Bien joué... Est-ce que tu peux me guider à l'endroit où vous avez trouvé le casque s'il te plaît ? J'ai besoin de vérifier quelque chose... Et pendant que je vérifie, essayez de trouver un endroit où on peut discuter sans craindre d'être tiré dessus, on arrive dans un coin où il y a beaucoup de rochers, de montagnes et de canyons, l'endroit idéal pour un traquenard. Oh, et faites tout ça à voix basse, je ne sais pas si on a déjà été repéré mais si on ne l'est pas encore, autant en profiter.

Une fois guidé près du lieu en question, le Mandalorien, de son côté, commença à observer attentivement les lieux... Pas d'empreintes sur le sol, soit le vent s'était chargé de les effacer, soit ils s'étaient eux même chargés de faire disparaître leurs traces. Pas d'autres objets perdus ne semblaient dépasser du sable, le Contrebandier avait dû se faire avoir d'un seul tir sans pouvoir... Mais c'était tout de même étrange, il y avait le casque mais pas le corps alors que le speeder avait été laissé tel quel selon les Jawas. Un piège peut être ? Faire disparaître le corps mais laisser le speeder en guise d'appât ? C'était peut être possible, après tous les Jawas n'avaient pas précisé s'ils s'étaient fait attaquer ou non en emportant la ferraille du speeder. Mais alors pourquoi laisser le casque ? L'avaient-ils fait tomber avant d'emporter le corps ? Non... Un Tusken n'emporterait pas le corps d'un étranger dans son clan. Et si le casque avait été déterré par les vents... ? Il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir, d'un signe de main, le mercenaire invita Rex à se rapprocher et lui tendit le casque. Il était maintenant temps de mettre à profit un autre des nombreux talents du droïde molosse, à savoir ses talents de fin limier.

    - Je veux que tu scanne les odeurs, les germes et les traces de sang sur le casque, regarde dans le sol pour voir si tu retrouves quelque chose qui y ressemble.

Le droïde se contenta d'hocher la tête et passa au scanner l'équipement perdu avant de passer au peigne fin de l'infra rouge le sol sableux où le casque avait été trouvé... Puis, après plusieurs longues secondes durant lesquelles Sareth observait longuement autour de lui en espérant ne pas être visé par un fusil blaster, le scanner révéla qu'une trace similaire se trouvait dans le sol. Le molosse usa de ses griffes vibrolame pour creuser dans le sol, et là où plusieurs hommes auraient pris de longues minutes à déterrer ce qui se trouvait sous le sable, Rex ramena le corps du contrebandier en une dizaine de secondes.

    - Erk... Tu fais peine à voir, constata-t-il en auscultant le corps.

Il était à demi décomposé, rempli de sable et complètement desséché mais pas de doute, il s'agissait bien du Contrebandier envoyé par Grakkus... Un blondinet, un jeunot à peine en page de conduire un speeder sans doute avide de sensations et d'aventures qui avait sous estimé la dangerosité des hommes des sables et dont le blouson en cuir avait été transpercé par un tir de blaster, tout comme sa peau et sa cage thoracique. Mais, heureusement pour lui, Sareth ne l'auscultait pas dans le but de déterminer la raison de sa mort, il avait un autre plan en tête... Car avec un corps entier, le scanner de Rex pourrait révéler bien plus de détails et même révéler une piste, qui sait. Une fois le scan terminé, le Mando remit le pauvre garçon au fond de son trou et reboucha ça rapidement avant de faire un topo avec Jem, Rena, Maav et Potri, espérant qu'ils aient trouvé un endroit relativement hors de portée d'un tir ou d'une arme de lancer.

    - Bon... Grâce à l'analyse de Rex, je peux suivre la piste de tout ce qui été en contact avec l'odeur corporelle, les germes ou les fluides corporels de notre pauvre pilote de speeder. Il y a deux pistes bien distinctes... Une qui suit les traces du char des sables, je pense qu'il s'agit du speeder emporté par les Jawas, et une qui s'enfonce dans les canyons, à part la cargaison volée je ne vois pas de quoi il pourrait s'agir. Le problème... Et je pense que vous le ressentez aussi... C'est que j'ai pas confiance. Le lieu a été nettoyé de fond en comble pour que toute trace d'un passage ait été effacée... Et connaissant ces fourbes de Tusken ils pourraient très bien être cachés à attendre qu'on commette une erreur. Tel que je vois les choses, ils pourraient être sur les hauteurs avec leurs fusils, ils pourraient aussi s'être cachés dans le sable ou bien derrière un rocher...

Alors que le Mando s'expliquait à voix bosse, il continuait de jeter des regards autour de lui, toujours plus anxieux à l'idée d'être potentiellement en danger, et d'ailleurs tout le monde semblait de plus en plus mal à l'aise à mesure que l'ambiance s'alourdissait. Peut être était-ce la paranoïa ou peut être était-ce fondé, mais en tous les cas avancer bêtement sans se préoccuper de rien n'était clairement pas une bonne idée.

    - Personnellement j'ai une vision thermique dans mon casque, mais avec la chaleur des deux soleils j'ai peur que ça ne suffise pas... A ces mots il détacha la lunette de son fusil A280. Potri, toi et moi on va utiliser les lunettes de nos armes pour observer les hauteurs et les canyons, les autres j'aimerais que vous observiez en détail le chemin qu'on va devoir emprunter, soyez plus paranos que de raison, le moindre truc qui dépasse du sable peut être un Tusken très bien camouflé. Si vous repérez quelque chose... Transmettez le message silencieusement, j'essayerai d'établir un dialogue. Quelqu'un a quelque chose à redire ? La question était surtout pour Rena, car il se demandait avec amusement si elle aurait quelque chose à redire à ça... D'autant que la petite avait beau être désagréable, elle avait de la suite dans les idées.
Grades et Influences

------ Légions Mandaloriennes, Akaan'Ade […]

SWOR AWARDS 2021

Bonjour SWOR, il est maintenant tant pour moi de […]

[Dromund Kaas] Couronnement

Ce post contient des scènes explicites ou de[…]

Collaboration

Collaboration Vide Spatial Fais-moi […]

Rena et Jem étaient parties pour une mission ass[…]

Au nom du bien commun [Partie 2]

https://i.pinimg.com/564x/7d/1d/90/[…]

https://i.pinimg.com/originals/3c/7[…]

Un acheteur tout trouvé !

Il n'avait pas fallu longtemps à Sareth pour[…]