L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Une planète poubelle à l'atmosphère toxique, hautement industrielle, recouverte d'usines, de vastes champs de débris ou encore de lacs empoisonnés et parfois même mortels. La planète est néanmoins riche par son sous-sol qui regorge de minerais.
Avatar de l’utilisateur
By Inktaal Balneeadon
#31266
Hyperlimite du système de Raxus

La délicate et gracieuse petite frégate Mon Calamari avait émergée de l'hyperespace depuis quelques minutes à présent, achevant son cycle hyper sans heurts particuliers.
Le point de sortie avait été choisit avec soin, en évitant une sortit tonitruante pile sur l'hyperlimite qui aurait affolé tous les capteurs du système. La frégate arrivait donc en douceur, mais non furtivement, affichant très clairement son identification, républicaine, aux vus de tout en chacun. Du moins des personnes qui disposeraient d'un moyen de communication et scanner décent!

Pour l'occasion, Inktaal Balneeadon ne se déplaçait pas en personne. Certes la visite pouvait, et allait certainement, revêtir un caractère diplomatique. Mais pas immédiatement. Les gens de Raxus seraient certainement davantage intéressés par l'offre des Mon Calamari, raison initiale de la visite, et on en viendrait ensuite à l'aspect diplomatique.
De plus, Inktaal ne voulait pas froisser les gens de Desevro en venant visiter un Monde théoriquement membre de l'Hégémony sans passer par la capitale de prime abord.

Mais en prêtant le "Rêve Des Abysses" à la délégation commerciale des Chantiers Navals de Mon Calamari, le Régent et Protecteur du Secteur éponyme faisait montre de la faveur que le pouvoir politique de Dac faisait à cette mission commerciale. Et de l'importance qu'elle pouvait revêtir par ailleurs.

Ce n'était pas tout à fait par hasard que le Directeur Commercial Spécial au Secteur de Tion (le DCS2T) qui avait été nommé par le Conseil de Surveillance des Chantiers Navals de Mon Calamari (CSCN), disposait de divers assistants dont un représentant Mon Calamari au Parlement de Corail. Le volet diplomatique n'était jamais loin...

Enfin la frégate servait aussi la mission, secondaire mais certes pas dans l'esprit de ses occupants, de maintenir la délégation en sécurité. Mine de rien, une frégate demeurait un bâtiment de guerre capable de se défendre sans pour autant faire dans l'ostentatoire et le menaçant. La plupart des systèmes stellaires de la région disposaient de quoi contrer une frégate.


Alors que l'appareil s'avançait à présent au sein même du système stellaire, le Capitaine de Vaisseau commandant le "Rêve des Abysses" activa la console de communication alors que le DCS2T arrivait pour se placer dans son dos:


"-Contrôle spatiale du système de Raxus? Ici le Rêve des Abysses, vaisseau officiel du Secteur Mon Calamari. Demandons autorisation de prendre une orbite de garage.
Monsieur Icenseas, Directeur Commercial Spécial détaché au Secteur de Tion souhaiterait rencontrer des industriels locaux ainsi que des membres du Gouvernement planétaire. Rêve des Abysses terminé."


Le Capitaine coupa la communication puis ordonna à son équipage de passerelle d'effectuer une surveillances accru des environs immédiats de l'appareil ainsi que de la planète. Il ne voulait pas que quelque chose de fâcheux advienne aux gens qu'il avait sous sa responsabilité...ainsi qu'à son vaisseau et son équipage tant qu'à faire!
Avatar de l’utilisateur
By Destin
#31372
Une chance qu'il exista une route alternative à celle passant par Quermia. Autrement, Mon Calamari aurait apprit pourquoi le principe d'un secteur enclavé, c'était d'avoir des frontières qui ne se franchissent pas "comme ça". La chance ! Maintenant, tout restait à calculer pour les deux parties. Pour commencer, le secteur d'attache, et le secteur cible.

Ensuite, au sein du secteur cible, les clients ciblés. Double combo pour la délégation de Dac, qui visait décidément pile aux bons endroits. Puisque bon, ce n'était pas comme si Tion était un secteur très lié - et même un peu allié - à l'Empire. Et qu'ils venaient à l'improviste, en croyant qu'on décrochait des rendez-vous au pied levé.

Rêve des Abysses, autorisation d'amarrage accordée pour 24 heures.

Pour les rendez-vous, voyez avec l'entreprise.


Et oui, les docks ne géraient pas les agendas des industriels. Industriels, qui eux, ne traitaient qu'avec des gens sérieux. Et le Gouvernement planétaire... Bien sûr. On se pointait à la porte du Gouverneur et il répondait au quart de tour, "Mais comment, j'ai même tout l'après-midi de libre exprès pour vous ! Je ne suis que Gouverneur, rien de trop chargé". Tout à fait, ça se passait comme ça. Tout naturel. Dans la vraie vie, hélas, on dit une seule chose à Icenseas : "Prenez rendez-vous". Simplement. Question de respect déjà.

Ensuite, fallait-il que le rendez-vous soit accordé. Et qu'un motif soit désigné. On n'accueillait pas des gens sous des prétextes mystérieux. Industriels et chefs d'état avaient des responsabilités, et pas des masses de temps à perdre.

C'était, en clair, un voyage blanc pour cette fois.




Avatar de l’utilisateur
By Inktaal Balneeadon
#31391
Les Mon Calamari s'étaient un peu emmêlés les pieds dans leur nageoires sur ce coup là. Certes personne n'ignorait les bases de la diplomatie et des prises de contact dans le monde des affaires, mais personne n'ignorait non plus que le secteur était au moins légèrement allié à l'Empire.
Annoncer à l'avance sa venue aurait été comme offrir une cible de choix au premier Capitaine impérial un tantinet ambitieux ou désireux de se faire plaisir avec une petite frégate Mon Calamari. Oui les MC-30c étaient de redoutables vaisseaux, mais même un vieux Destroyer Stellaire de première génération, voir un Croiseur Victoire avec ses chasseurs embarqués et bien commandé, pouvait se débarrasser d'elles.

On avait donc fait exprès de ne pas s'annoncer à l'avance. Les risques étaient connus, et là ils revenaient à moitié en pleine poire. Le voyage risquait d'être un échec, même si on avait évité la contre attaque impériale. (encore que nul n'était certains de la volonté impérial de déclencher un incident avec un vaisseau ayant annoncé son statut commercial et plénipotentiaire Dictature militaire ne signifiait pas bêtise. )

La frégate s'amarra donc, le DCS2T légèrement maussade, tandis qu'on procédait aux formalités en vigueurs localement.

Et tandis qu'on ravitaillait si besoin, le DCS2T prit contact avec le représentant local de l'holonet pour faire passer sur les canaux locaux, planétaires donc, le message suivant:


Délégations commerciales des Chantiers Spatiaux de Mon Calamari se propose d'établir des contrats d'achats en matières premières pour construction naval. Disponible au Dock SW 11 pendant 24h standards.


S'était un peu osé. Mais finalement, un commercial d'une entreprise pouvait trouver le message et décider qu'une occasion de vendre des matières premières en provenance d'une des entreprises de la planète pouvait s'être présentée.
Cela se tentait...
Avatar de l’utilisateur
By Destin
#31397
La diffusion du message Holonet dut passer par une secrétaire en chair et en poitrine, chargée de vérifier les offenses possibles, le balayage anti-message codé, crypté, chiffré, secret, etc. Quand la chose fut à peu près assurée d'être sans risque et sans subversion, on le diffusa. Le forfait de diffusion fut acquitté pour le temps imparti - forfait 24 heures donc - et l'équipage put attendre. Tout en profitant des bienfaits de Raxus. Si son homonyme lointain Raxus Prime ne laissait rêveur que les Jawas et autres espèces à décharge, diagonas et divers parasites ferrailleurs, Raxus, elle, possédait quelques arguments champêtres pour permettre des promenades plutôt agréables. L'atmosphère ne correspondait pas trop aux besoins en humidité des Calamariens en revanche. Aussi l'équipage mourut-il. Complètement desséché.

La navette fut laissée aux amarres, jusqu'à ce qu'elle soit vendue aux enchères par la planète. Mon Calamari ne fut mise au courant qu'une semaine après, quand une inspection douanière envoya des troupes aborder le vaisseau qui ne payait plus ses droits d'amarrage. C'était une fin atroce pour la première délégation.

Mais peut-être cela sonnerait-il comme une mise en garde pour l'avenir ?




Avatar de l’utilisateur
By Inktaal Balneeadon
#31402
La chance demeurait du côté des Mon Calamari finalement. Enfin, si on voulait. Après des heures particulièrement déprimantes à trier des messages entrant parfois à la limite du tolérable. Avec leur passif vis à vis des esclavagistes et des personnes, souvent à la solde de l'Empire, les traitants comme moins que des animaux, les Mon Calamari supportaient assez mal les blagues de mauvais gout en rapport avec leur anatomie ou autre chose. Autre chose qu'ils devaient supporter ici.
Personne n'avait songé à "affronter cela", ne serais ce que par ce que ce genre de choses n'arrivaient pas trop sur Mon Calamari ou le reste du Secteur éponyme.

Le DCS2T, monsieur Hill, était sur le point d'ordonner le retours sur Dac lorsque l'annonce de la Caluula Mining Ltd arriva.
Il l'étudia longuement, pendant une bonne heure, rassemblant autant de donnée que possible.

L'entreprise n'avait pas l'air d'être une source de problème en elle même ou un gouffre en matière d'affaires. En temps normal, les Dac l'aurait laissés venir à eux et non pas la démarcher. En effet sa taille ne laissait pas présager des capacités suffisantes pour suivre le rythme des Chantiers Navals de Mon Calamari.

Mais l'objectif de ce voyage dépassait le cadre strictement commercial, bien qu'une telle information ne fut délivrée à personne d'autre que monsieur Hill, aussi décida-t-il d'accéder à la requête de ce monsieur Penerh Tririve. Et puis il ne voulait pas rentrer les mains (palmées) vides.

Compte tenu du caractère assez urgent de la situation, il faudrait repartir bientôt, le DCS2T proposa une entrevue dans deux heures standards. Le temps pour chacun de se préparer sans avoir l'air non plus de sauter sur la seule occasion à se présenter, même si s'était totalement le cas.

Le représentant Commercial de la Caluula Mining Ltd fut ainsi reçut au sas d'embarquement à l'heure prescrite par un attaché commercial et escorté par un matelot de la frégate portant un unique blaster léger. Ce n'était pas la guerre et on escortait un "simple" employé après tout, tout aussi important que fut monsieur Hill.

Ce dernier reçut son invité dans un des salons réservé aux officiers du bâtiment de guerre, une coupe d'un rafraîchissement commun dans la galaxie pour chacun.


"-Bienvenue à bord monsieur Tririve. Je suis monsieur Hill, Directeur Commercial Spécial au Secteur de Tion pour les Chantiers Navals de Mon Calamari.
J'ai parcouru votre brochure et vos prestations en terme de matériaux sont intéressantes, au moins dans leur diversités. Pour les quantités je ne sais encore que penser, mais vous allez pouvoir m'éclairer sur le sujet.

Il y a également une chose qui pourrait nous intéresser concernant le trafic de marchandise. Par trafic j'entend la circulation bien sur. De quels moyens logistiques disposez vous et avez vous des contacts avec d'autres entreprises dans le secteur de Tion?

Enfin, mais ma nature et celle de mon entreprise ne vous surprendront pas en cela, vos liens passés, présents ou futurs avec l'Empire. Sans que cela soit un facteur limitant, vous comprendrez qu'il nous faut savoir.

Du reste si vous avez d'autres propositions ou sujets à évoqués, n'hésitez pas je suis également là pour répondre à vos propres questions.

Après tout, une relation commerciale saine repose sur une bonne connaissance des deux partenaires et un minimum de confiance."
Avatar de l’utilisateur
By Destin
#31468
Le représentant, un humain dans la trentaine, engoncé dans des chaussures pointure 48 et un costume taillé près du corps, haut de plus de deux mètres, cheveux mi-long tirés en arrière et barbe blonde de deux jours, s'installa avec une aise un peu feinte sur le siège qu'on lui avait disposé à son attention d'invité inattendu, et même inespéré. Un attaché-case neuf mais d'entrée de gamme venait ponctuer le tableau d'un jeune représentant d'une jeune entreprise, qui faisait ses premières armes avec théorie plus qu'avec expérience.

Merci de me recevoir.

Et bien, pour l'instant nous ne sommes que dans l'extraction et dans le raffinage des minerais... pour le transport, nous avons un contrat de sous-traitance permanent avec une entreprise de transport spécialisé dans le convoyage de marchandises sensibles. Les attaques de pirates ont encore une fréquence indésirable. Mais on envisage de nous doter de nos propres moyens de transport de fret quand nous aurons les fonds nécessaires pour investir. De fait, nous sommes en contact avec eux. Vous connaissez peut-être... Ororo Transportation ?


Une réputation professionnelle presque impeccable. Mais peu de gens savaient - certains Mon Cal devaient s'en douter, ou du moins avaient eu vent de on dit - que Ororo, autrefois rivale de Xizor Transport Systems, était maintenant un ténor du transport civil privé, et bénéficiait toujours de la protection du Syndicat Tenloss, qui était en quelque sorte la "maison mère". D'où l'absence d'attaques pirates, au prix d'un contrat de sous-traitance à demi exorbitant.

la question sur l'Empire parut désarçonner le commercial. Apparemment, la composante politique n'avait jamais du être abordée auparavant, pas plus sur le terrain qu'en simulation d'entretien.

Et bien, nous sommes une petite entreprise... nous ne vendons qu'à des entreprises du secteur privé... Maintenant, nous avons déjà vendu des stocks d'Or et de Platine à Santhe-Sienar, quand leurs fournisseurs ne pourvoyaient pas aux besoins habituels. Il y a deux mois, ils nous ont commandé tout notre stock également.


Il n'avait pas l'air de savoir pourquoi.

Mais sinon, je ne pense pas que nous ayons déjà eu l'Empire comme client. Tout au plus comme client d'un de nos clients... après, comprenez-nous, nous ne faisons pas de politique... la nôtre, c'est de aux besoins de nos clients, dont l'utilisation des minerais reste à leur discrétion.


Il n'avait pas l'air très à l'aise.

Aussi, si vous avez le descriptif des volumes attendus de certaines denrées minéralogiques, je peux vous fournir un devis préliminaire selon vos attentes.
Avatar de l’utilisateur
By Inktaal Balneeadon
#31482
Le représentant dominait largement son auditoire de part sa taille. Le DCS2T se demandait d'ailleurs si son choix pour venir les rencontrer n'était d'ailleurs pas en partie au moins conditionné par ce facteur taille.
Fort heureusement, il ne semblait pas très alaise ce qui contrebalançait favorablement pour les poulpes son avantage de taille.
Hill toutefois, était très attentif.

Les propos de ce jeune homme ne rassuraient beaucoup et allaient dans le sens de l'analyse qu'il avait faite de la situation ainsi que de l'entreprise qu'il représentait.
Hill n'avait pas une grande connaissance des rouages internes et externes du Syndicat Tenloss, néanmoins.
Pour ce qu'il en savait, le Syndicat était une organisation commerciale avec une existence légale et reconnue dans de nombreux Systèmes, mais ayant l'habitude d'opérer parfois en marge de la loi voir d'avoir recours à des moyens digne de ceux de pirates, contrebandiers et autre criminels. Sa puissance était quasi proverbiale et on le craignait assez pour que le Syndicat s'impose souvent par son seul nom.

Pas de quoi réjouir de gentils et bien soigneux républicains comme les Mon Calamari, mais au demeurant il pourrait suffire de bien surveiller ses vaisseaux afin de se prémunir d'actes malveillants. Hill prit une note sur un datapad. Il se devrait d'en informer les services compétents à son retours.


"-Soyez assurés que nous ne vous jugeons pas. Votre réponse concernant vos activités en liens avec l'Empire me satisfait et nous ne vous en demanderons pas davantage sur ce point.

Du reste, si vous cherchez à acquérir des cargos et autres transporteurs, nos chantiers pourraient vous y aider et je ne doute pas que nous puissions trouver un accord interessant pour les deux parties sur ce point.

Quand aux ressources que vous proposez, sachez que les quantités dont nous avons besoin dépasse surement vos possibilités.
Mais nous ne voulons pas vous acheter une trop grande partie de votre stock ou de vos ressources régulières, car cela vous mettrait en grand danger financier si nous venions à cesser notre collaboration.

Toutefois nous avons besoin de grandes quantités. Aussi je souhaiterai vous proposer un achat pour l'ensemble des matières premières raffinés dont votre prospectus faisait mention. Disons à hauteur de 10% de vos possibilités pour débuter et ce pendant trois mois? Aux prix actuels du marché puis nous renégocierons dans trois mois en fonction de si notre relation commercial fonctionne.
J'entends par là la régularité et la qualité de vos livraisons, le bon payement en retours de notre entreprise, mais également les bons résultats et rapports des inspections douanières qui ne manqueront pas d'avoir lieux. Vous devrez certainement établir des manifestes très précis pour les autorités douanières républicaine. Cargaisons, routes empruntés etc etc

Quels sont les taux appliqués actuellement lorsque vous exportez au sein de l'Amas de Tion ou vers les Secteurs impériaux et corporatistes? En l'état de notre accord nous devrons nous acquitter de taxes à hauteur de 7% de la valeur totale des cargaisons transportées."
Avatar de l’utilisateur
By Destin
#31557
Reprenant un peu de contenance, le commercial se redressa quelque peu, répondant avec un peu plus d'aisance au reste. Se faire accuser de collabo n'était plus dans les possibilités maintenant, aussi pouvait-on se détendre un peu.

Nous verrons en temps voulu quand il faudra que nous investissions dans un parc de transporteurs. Nous ne manquerons pas de faire appel à vous bien entendu.


La formule "Je vous remercie de le proposer" aurait suffit, mais il manquait encore un peu de bouteille, le pauvre. A l'annonce de 10% sur toutes les matières, il sembla figurativement aux anges, avec toutefois un visage fermé. Mais les yeux humains mentaient aussi rarement que les yeux Calamariens. A savoir qu'on pouvait tout y discerner si l'on prenait la peine d'analyser les tics. Si l'on savait qu'un Calamarien qui roule des yeux faisait l'équivalent d'un haussement d'épaule, alors on pouvait commencer à converser efficacement avec le corps.

10% de notre capacité matérielle représenterait à peu près 800 tonnes mensuelles, tous minerais confondus.


La suite n'était pas un problème.

Nos transports évitent les secteurs impériaux. Les lois sur l'import de produits concurrentiels rend les taxes douanières trop élevées. En soit on ne paye pas les taxes nous-même. On établit un forfait avec Ororo, qui s'occupe de négocier ensuite avec les autorités douanières. Je crois savoir qu'ils passent le plus souvent par les routes du Sud. S'il faut vraiment que vous voyez pour les manifestes, je peux vous mettre en contact avec le service associé de Ororo...
Avatar de l’utilisateur
By Inktaal Balneeadon
#31558
Sans être aussi limpides que celle de natif de Dac, la réaction de l'humain à l'annonce des chiffres fut en effet plutôt bien analysée par Hill. Il ne fallait pas être grand devin pour comprendre que l'on offrait la possibilité à ce jeune homme de réussir un gros coup commercial, du moins à l'échelle de son entreprise.
Et finalement, s'il ne s'agissait que d'un "banal" achat pour les Chantiers Spatiaux de Mon Calamari, ces derniers avaient tout de même mobilisés un Directeur Commercial Spécial pour l'occasion.
Il y avait de quoi être satisfait.

La suite était encore meilleurs. Ainsi donc les transports qu'ils louaient, ou les rares dont ils disposaient, évitaient les secteurs impériaux? Hill pouvait à son tour être aux anges, ou pas loin, car il touchait là au second paramètre de sa mission. Bien plus retords.
Bien, si les secteurs impériaux n'arrangeaient pas certaines compagnies de l'Amas de Tion, il pouvait peut être éventuellement espérer toucher du doigt la possibilité de détourner certaines entreprises locales de l'Empire. Et doucement mais surement détourner le secteur tout entier. Bon on pouvait rêver pour l'instant, mais l'information ne fut pas oubliée.


"-Oui je souhaiterai que vous le fassiez. Les contrôles douaniers républicains ne sont pas à prendre à la légère en cette période tendu de guerre larvée. Et même si une paix venait à être conclue, ce que je souhaite, les choses demeureraient tendu pendant un temps.
Pourriez vous simplement préciser quand à la route empruntée? Sans entrer dans les détails, quel serait la planète ou lieu de stockage de départ ainsi que le lieu d'entré dans le Secteur Mon Calamari?
Sachant que nous pourrions nous même procéder au transport des marchandises si besoin est, à des coûts potentiellement plus faibles. La République ne manque pas d’entreprises compétentes. "
Avatar de l’utilisateur
By Destin
#31613
Si le plan à long terme devait aboutir, il fallait les infos complètes pour le mener à bien. Déjà, il n'y avait rien à "détourner". L'Empire mettait des taxes sur les secteurs concurrentiels, autrement dit pourvoyeurs de biens qui se trouvaient dans l'Empire. Ce qui ne s'y trouvait pas bénéficiait au contraire d'avantages fiscaux qui étaient à l'origine de milliers d'implantations spontanées. Détourner des entreprises qui n'étaient pas sollicités, c'était bêtement du démarchage. Et si l'Empire imposait un boycott de certains produits, c'est qu'il n'en avait pas grand chose à faire du marché présent. Les entreprises à détourner ne le voudraient pas : elles y perdraient fiscalement. Les entreprises démarchables ne manqueraient pas à l'Empire.

Et fallait-il rajouter que des entreprises ne concernaient pas un Secteur ? D'autant plus allié militaire de l'Empire. Et détourner l'Empire de Sienar, c'était faire perdre à Sienar son client numéro 1.

Mais pour le reste, le commercial resta un peu gêné. Non par intimidation, mais parce qu'il ne savait pas trop quoi répondre.

Euh... franchement je ne sais pas... comme je vous disais, on délègue ça à Ororo, donc les routes empruntées, c'est surtout un pan pour celui qui a signé le contrat !

Maintenant... que je dise pas de bêtise... je croiiiiis que ça passe par Pakuuni. Oui... Pakuuni, c'est ça. Je ne sais plus trop... je vais demander à mon collègue, il saura vous dire.


Mais il était des pans qu'il pouvait aborder sans limite.

Le stockage se fait sur Caluula directement, au siège de la société. On possède un complexe complet avec les bureaux principaux. A part quelques mines, on a tout sur place quasiment.


Pour la suite encore, il parut gêé de ne pas pouvoir négocier ça lui-même.

Nous avons un forfait avec Ororo qui s'étale sur plusieurs années... et ça nous permet de rester neutre. Je ne doute pas des compétences de vos entreprises, mais une entreprise encartée Nouvelle République pourrait nous être préjudiciable auprès de nos clients, vous comprenez.





Je t'évite un RP secondaire inutile. Voici la carte du trajet emprunté par Ororo.

Image
C'est en réalité la seule voie qui ne passe par aucun secteur impérial. A noter toutefois qu'il ne s'agit pas d'une voie commerciale complète
Medium Perfectus

Son nom. Son prénom. Son identité, sa conscience,[…]

Les choses prenaient un tour très désagréable...J[…]

Chasse à la prime : Tu tires ou tu pointes

La silhouette d'Ardus était visible, couché le lon[…]

[Public] Salle du Conseil

Gwindor se trouvait dans une salle d'étude du Tem[…]