L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

#37427
Neuvième jour de solitude. À croire que je m’étais habitué à maudire Orken et ses actions. Ses horribles ajouts cybernétiques étaient une insulte à son propre sang. Et sa tendance à boire en grande quantité des boissons de plus en plus fortes nous ont coûté la moitié de nos ressources monétaires. C’était en un sens compréhensif. Je crois qu’il souffrait en permanence et l’alcool humaine a peu d’effet sur nous. D’où sa recherche d’un calmant. Mais tous nos crédits en fille de joie et boisons faillirent coûter la réussite de la mission en un temps record. C’est d’ailleurs ainsi qu’il avait acquis sa sombre réputation. Toutes celles et ceux qui l’approchaient périssaient mystérieusement.

C’était un fou. Un meurtrier sans vergogne. Beaucoup trop de défauts qui, selon lui, étaient la clé de la réussite. « Car on survit à être craint ». Mais on meurt bien plus vite lorsque la haine nourrit ses ennemis. Au moins, tu as participé à la conception d’une éruption solaire. Une bien meilleure cérémonie que celle que tu méritais.

Quant au clan minable de Klatooiniens, heureux et impressionné de mon assassinat sur mon ex-partenaire. Ils m’ont autorisé à être rémunéré en crédits et informations en échange d’un service. Et me voici sur cette planète.

De toutes les sphères habitables de la galaxie, Zeltros fait partie de mes derniers choix. Et encore..

Il fallait bien s’en douter. Les sourires animaux des Klatooiniens en me promettant une mandalorienne riche d’informations fiables et aux autres détails dont je ne citerai pas. Tout cela ne m’inspirait aucunement confiance. Mais le temps joue contre moi, sans Orken pour remplir les multiples contrats, je ne pourrai bientôt plus pouvoir remplir un simple plein de carburant pour voyager. Je n’avais donc aucune autre piste. Mais il faut vraiment que trouve ce contact et qu’elle me partage ses infos.

Je ne peux pas m’imaginer bloqué sur cette planète de malheur. Maudit pour l’éternité à demeurer auprès de la tentation du désordre, du début de la f...

- Salut étranger... Sois le bienvenu. Laisses-nous t’escorter vers les lieux qui te serons agréables. Et en bonne compagnie..
- Tu dois avoir chaud dans ton casque, laisse Goutte, Elen et Claire t’aider.
- Oui, détends toi..


- A S S E Z !

Me concentrer, je dois me concentrer. Si je laisse ne serait-ce une fraction de seconde et une minuscule partie de mon être à l’air libre c’est le début de la fin. Être sous l’influence de leurs phéromones.
Je n’ai que trop besoin de mes moyens, d’avoir l’esprit clair. Alors que le temps s’écoule, que la température monte, je tiendr...

- Tout va bien étranger ? Il te faut quelque chose ?
- Dis-nous ce que tu veux.
- C’est quoi ton nom ?

Même sans leur pouvoir racial, elles sont déterminées et ... Ne regarde pas ! ... très peu couvertes. Bon sang.

- Mon nom importe peu et navré de m’être emporté mais l’air de la planète n’est pas fait pour mon organisme. Je connais tellement peu la région et je ne veux pas vous embêter. Mais peut-être vous sauriez m’aider... vous m’avez l’air toutes de bien connaître les lieux.

- Tu peux nous faire confiance
- Nous savons aider les âmes perdues de la meilleure des façons.
- oh mon pauvre ami.. coincé dans ton casque ... !

Jouer le jeu est difficile tandis qu’elles caressent mes bras. Tenir. Rester calme et garder le contrôle. Il faut me concentrer sur mon objectif et le plus vite possible. Je me redresse donc et annonce:

- Je cherche une gente demoiselle, de votre noble race. Je n’ai que « Jessa » comme nom. Et il semblerait qu’elle soit également Mandalorienne. Ça vous dit quelque chose ?
#37434
Chaud, faim et soif. Une journée entière dédiée à la patience et à l’endurance. Une journée sans enlever la moindre protection. En résistant et repoussant subtilement les assauts du trio qui au fil du temps diminua en nombre. Une seule demeura encore en ma compagnie. Insistant sans relâche de ses charmes.

- Et si tu enlevais ce casque une micro seconde ? Je saurai te rafraîchir.. tu ne le regretteras pas.

J’ai tout essayé, la repousser avec la subtilité des mots puis de la rudesse verbale et même physique ensuite. Mais rien n’y fait. Il faut savoir accorder aux Zeltrons leur incroyable détermination pour parvenir à leurs fins. Même si cela en est terriblement éprouvant. Mais je tiens bon et insiste à mon tours.

- Grr, tu sais bien que je risque une fin effroyable à n’ouvrir qu’un simple instant !

- Hihihi, cette farce marche peut-être sur mes jeunes soeurs, mais je vois à ta posture que tu n’es pas un Kel’dor ou une autre race du genre. Soit tu es inconnu au bataillon soit tu es un vilain timide.. et toujours pas assez trop de races différentes sont déjà passées par ici... Alors ???

Note à soi-même, ne pas sous-estimer les êtres qui ne se concentrent que sur le sexe. Ils ont développés une autre forme d’observation qui est, pour eux, efficace mais pour moi, terrifiant.
Et je n’avais pas prévu qu’elle devine mon stratagème.

Que disait ce stupide Orken sur l’improvisation..

« ..simple. Reprends les mots qu’on te lance. Et balance ce qu’il te vient. Mais n’oublie jamais ce que tu dis sinon t’es mort ! »



- Eh bien, oui. Je suis.. assez.. timide. mais surtout je.. je me réserve pour quelqu’un qui m’est cher. Et pour.. pour elle. Je lui réserve une surprise. Voilà.


- Hmhm, tu sais que tu mens très mal ?

Ça y est. C’en est trop, voilà ce qui arrive à trop agacer un Chiss en mission et à bout.

- NA-1, dose 1.

Que le silence est agréable. Je vérifies une seconde fois dans les environs, personne. je mis ma capuche et enleva mon casque doucement. Sentir de nouveau la brise sur son visage est tellement satisfaisant et rafraîchissant. Bon, la gamine est au sol et légèrement inconsciente. C’était une faible dose après tout. Je me baisse pour récupérer ma fléchette et je l’entends dire dans un souffle.

- J...bandonne... rooop.. izarre.

Elle réussit à me tirer un sourire malgré tout. Mais ce n’est pour ça que je devrai m’occuper d’elle, quelqu’un d’autre l’aidera sûrement. Et puis, j’ai une affaire en cours. J’ai envoyé le message dédié à la mando. Autant l’amadouer un peu en l’invitant à un repas. Si elle est comme les autres de sa planète, un rien lui suffira.

Mais au cas où, je préfère éviter le risque qu’on découvre que je suis un Chiss. Surtout ici.

- Oui ? C’est pour quoi ?

J’y suis. Je remets mon casque rapidement.

- Bien le bonjour, je souhaite faire une surprise à un être cher. Vous savez ce que c’est. Elle aime certains regards et quelques tatouages sur le visage. Vous sauriez m’aider ?

- Romantique hein ? Bien sur ! Nous avons diverses lentilles de contact et de toutes tailles. Et un matériel de maquillage... laissez moi vérifiez ça..

Oui, cette journée aura su me tirer deux sourires. Pour 120 crédits j’en ressors avec son silence, des lentilles de réserves et un matériel de maquillage.
Je me suis renseigné sur les aliens proches physiquement des Chiss. Les Pantorans ont captés mon attention. Sans mon regard écarlate et quelques détails cérémonieux digne d’un Pantoran, je resterai invisible avec ou sans casque.

Il ne manque plus que cette fichue mandalorienne.

Mais en attendant, j’ai terriblement soif.
#37440
“- Bon, quelle est la suite du plan ?”

Sous l’eau battante et la vapeur d’eau, Jessa prenait sa douche depuis déjà une dizaine de minutes. L’eau chaude qui fouette la peau est quelque chose de vivifiant, qui réveille, et après la nuit qu’à passer la chasseuse de primes à profiter de sa victoire, elle en avait bien besoin. Mais maintenant qu’elle avait eu les réponses qu’elle voulait, maintenant qu’elle a obtenu un peu d’argent, que lui fallait-il ? Techniquement, elle n’avait pas de but dans sa vie. Une fois qu’elle aura acheté un vaisseau et de l’équipement… D’ailleurs, à quoi bon acheter tout ça ? Quel est le but de sa vie ? Venger sa famille ? Non, ce sont les risques du métier, et si elle tombait sur ces hommes elle aviserait… Oui.. C’est ça, aviser.
Jessa décida enfin de quitter son petit paradis avant que sa peau ne finisse complètement fripée, toujours perdue dans ses pensées. Elle a toujours vécue en obéissant aux plans élaborés par sa mère et ses amis, et depuis quelques années le fait de devoir travailler seule l’embêtait beaucoup, elle avait horreur de ça, et maintenant voilà qu’elle a enfin travailler avec quelqu’un, et ça s’est très bien passé, mais chacun est reparti de son côté.
Désormais elle vivait sa vie au jour le jour, tant qu’aucune mission ne l’intéresse vraiment.
Elle entra dans sa chambre d’hôtel et s'assit sur son lit. Il était déjà froid, pourtant sa compagnie n’était partie qu’en même temps qu’elle s’était levé; elle prit alors conscience du temps qu’elle avait passée sous la douche. Elle remarqua alors l’état pitoyable de son armure, avec quelques bosses, rayures et traces de brûlures.

“- Hm, faudra que je pense à la changer.” Dit-elle en ricanant.

Le sourire carnassier et regard sombre de tueuse en se rappelant la raison de l’état de sa tenue, elle la revêtit, avant de retomber dans ses pensées. Si elle a tant besoin d’allier, autant engager un acolyte. Ah ! La bonne blague, avec ce qu’elle a et ce qu’elle dépense, elle ne pourra engager que des puceaux peureux ou des pervers. Bon, elle a besoin d’un verre, mais à force de boire elle risque de mourir un jour ou l’autre à cause de ça, mais bon elle a un métier à risque.
En quittant l’hôtel, après avoir payé sa chambre, elle se dirigea vers le bar le plus proche, le casque sous son épaule et l’arme à la ceinture. Elle se posa sur une table ronde seule, avec une magnifique vue sur des strip-teaseuses, les prédatrice au visage. Elle attendait quoi ? Rien du tout, qu’un miracle allait se produire peut-être, qu’un imbécile allait venir la provoquer, histoire qu’elle se dégourdisse les poings, ou qu’une rencontre intéressante allait lui proposer un verre...

C’est alors que vint une zeltronne, un papier à la main. Jessa s’était assoupie, bercée par la musique d’ambiance du lieu. Quand elle sentit une présence près d’elle, elle ouvrit un oeil en haussant un sourcil. La femme à côté de la mandalorienne posa un papier devant elle.

“- Hein ? Quoi ? Qu’est-ce que tu me veux chérie ?
- J’ai un message pour une dénommée Jessa, une zeltronne avec une armure style mandalorienne, tu correspond à cette description.
- Ouaip c’est moi.
- On m’a donné un papier.”
La jeune femme déposa devant la mando un bout de papier avant de repartir. Jessa ouvrit le papier, prit un air perplexe, puis relut plusieurs fois ce qu’elle avait devant ses yeux, avant d’éclater de rire.

“- C’est une blague j’espère ?! J’ai eu des messages de ce genre assez souvent, mais celui-là est une perle ! Ca pu le piège à plein nez, ou alors c’est un client assez atypique…”

Elle finit par se calmer, fit tourner son flingue en se levant, et partit en direction de l’adresse indiquée...
#37441
Comment se reposer en toute tranquillité, rafraîchir ses habits et préparer tout son équipement sans craindre d’être vu ? La réponse est évidente. Retourner à son vaisseau, verrouiller derrière soi et profiter de votre réserve personnelle en boisson et barre énergisante. Et surtout d’un air filtré, juste ce qu’il faut pour se préparer aux assauts de Zeltros. Oui, toutes ces petites choses suffisent à vous apaiser et préparer mentalement aux choses à faire.

Car ce n’est pas un simple repas, que nenni. C’est le début d’une longue suite d’opération. L’action passe après la connaissance. Lorsqu’elle m’aura tout dit, je saurai où m’adresser, quoi dire et quoi faire pour obtenir ce que je désire. Mais surtout ce que L’Ascendance a besoin.
J’achève lentement l’installation de mon rôle. Les derniers traits des tatouages Pantoran se dessinent. J’ébouriffe quelque peu mes cheveux, ce qui me gêne légèrement, et vérifie la bonne présence de mes lentilles de contact. Cela me fait tout drôle mais je dois m’examiner avec attention, ne manquer aucun nouveaux détails de ces traits. Je lis de nouveau la notice du produit.
..indélébile pour une durée de huit heures. Voir consignes au dos pour plus d’informations sur la...

Je me rassure et m’habille. Ma fléchette précédemment utilisée a été remise à niveau lors de mon temps libre. Je remets mon casque et me couvre d’une bure à capuche.

- Allons-y.


Arrivé à l’établissement, je vérifie la table réservée. Zone choisie au préalable et avec précaution pour son mince angle mort des caméras de sécurité. J’observe et mémorise la position de ma place. Et je patiente. L’on demande à me débarrasser de ma bure.

- Plus tard.

J’ai prévu une veste élégante sous la bure. Car certes l’on s’équipe mais l’on prévoit également un minimum de classe. L’avantage de ne plus être sous la tutelle nuruodo.


- Hehehe, en effet. C’est plaisant.

Je quitte soudainement mes pensées, j’entends des pas différents de ceux du serveur approcher derrière moi...
#37443
L’adresse donnait sur un établissement assez chic. Pas hors de prix, mais ça change des cantinas habituelles dont avait l’habitude la jeune mandalorienne.

“- J’aurai peut-être du me changer… Ouais non, soit c’est un piège, soit un potentiel client, donc armure.”

D’ailleurs, pourquoi elle spécifiquement ? Elle n’avait jamais mis les pieds sur Zeltros, jamais. Elle est née dans le vaisseau de sa mère, et personne n’était au courant qu’elle se rendait sur cette planète autres que Bangro ou les autres voyageurs de la navette qui l’a conduite ici-même. Des ennemis elle en avait, que ce soit des anciennes connaissances lorsqu’elle travaillait pour les criminels, ou des coups d’un soir qui en veulent plus, en passant par ceux qu’elle a humilié en combat aux poings.
Elle poussa la porte, une main sur son arme au cas-où, avant de constater que l’établissement semblait également être un restaurant. Pas de gangsters, que des clients qui mangent tranquillement et le personnel. D’ailleurs, l’arrivée d’une femme armée avec un casque de mandalorien sur elle ne passe pas inaperçu, beaucoup arrêtèrent ce qu’ils faisaient pour se retourner vers elle.
Bon, maintenant, l’auteur du message. D’après ce qu’il était écrit, s’il existe bel et bien, il devrait être seul. Ça parlait d’affaires, et la personne n’étais sans doute pas un zeltron, sinon le message serait sans doute moins professionnel dans la forme…
C’est alors qu’elle remarqua à une table légèrement isolée, et une silhouette en armure avec un casque. Il était seul. C’est louche dans ce genre d’endroit, il devait attendre quelqu’un, et sûrement pour des raisons professionnel. Il pourra sans doutes la renseigner, où même avec de la chance être ce fameux client. En regardant la salle, personne d’autres ne pourraient être à l’origine du message.

“- Hey ! Salut, paraît que tu me cherchais.”
#37444
C’est bien elle. Alors qu’elle me lance sa phrase, je demeure immobile. Je crois mes jambes patiemment et jette un oeil à l’horloge holographique du hall central. Sans me tourner vers elle mais en fixant le temps s’écoulant, je lui lance.

- Dommage que vous n’êtes pas connue pour votre ponctualité.

Je laisse passer un fin soupir pour me lever lentement et m’incliner légèrement vers elle. Et, ensuite, l’inviter à s’assoir d’un geste de la main précis.

- Je vous en prie, prenez place. Essayons de profiter de l’instant présent. Peut-être voudriez-vous vous désaltérer ? Ou consommer quelque chose de solide. Garçon !

Cet instant de politesse me permet également d’observer en détail l’équipement de la guerrière. Certes elle porte un casque mais son justaucorps est comment dire, troué ? Beaucoup trop de zones sensibles à découvert. Et ça se dit mandalorienne.

Hm, non si elle a vécu jusqu’ici c’est qu’elle doit être vive. Agile certainement et sa main primaire est non loin de son arme. Elle est connue non pas pour sa force redoutable mais pour sa façon d’obtenir informations fiables. Certes elle doit savoir se défendre. Mais sa façon de se mouvoir, comme le trio de Zeltronne que j’ai eu le malheur de rencontrer démontre fortement une danse. Une danse mortelle, où soit elle m’amadoue ou me troue la peau. Elle est prudente.

Il va falloir m’occuper de ce point là.

- Laissez moi vous offrir ce moment de détente gustative. J’imagine que vous avez des questions ?

Oui, qu’elle me demande ce qu’elle veut savoir, qu’elle se concentre sur ce qu’elle ignore. Ensuite ce sera mon tour.
#37449
Bingo. C’était bien lui. Jessa ne réagissais pas sur sa remarque sur la ponctualité, se contentant d’accepter l’invitation en s’asseyant, penchée sur sa main, le coude sur la table, tandis que l’autre main reste sur son arme. D’un sourire carnassier, elle scrutait son interlocuteur, essayant de l’identifier.

“- Excuses-moi, ça te dérangerais d’enlever ton casque, que je sache à qui je parle ? Si tu refuses, aucun problème.”

Elle observa quelques secondes la zones aux alentours, vérifiant bien si personnes d’autres n’étaient armés. Lorsqu’elle fut rassurée, elle sembla plus détendue.

“- Un verre volontiers, je prendrai bien un alcool fort pour commencer, puisque c'est si gentillement proposé. Bon, maintenant que je suis là, j’aimerai savoir deux trois choses. Comment ? Pourquoi ? Comment as-tu entendu parler de moi ? Il ne me semble pas t’avoir déjà vu mec. Ensuite, pourquoi voulais-tu me voir ? Tu parlais d’informations que nous pourrions partager. Je suis curieuse de voir en quoi une mandalorienne pourrait te renseigner. Laisse-moi deviner… Des infos sur des cartels ? Des riches clients ?”

A en juger par son comportement, il doit être plein aux as. Rien à voir avec les gens avec qui la jeune femme a l’habitude de travailler, il est poli, courtois, peut-être même un peu snob sur les bords.
#37450
Quelle audace et fougue des mots. Au moins, elle ne va pas quatre chemins. Le mieux est en effet de gagner du temps. Plus vite fini et plus vite je pourrai m’échapper de cet enfer charnel.
Sa demande sur mon identité est légitime étant donné que j’ai été suffisamment flou à ce sujet. Le mystère planant, sa curiosité, logiquement, doit également grandir.
Je ne décroise pas mes jambes mais dépose sur la cuisse dominante, mes mains croisées. Pour ensuite amener paume vers le ciel la main droite, comme pour une invitation.

- Peut-être voudriez-vous enlever le vôtre. Car je doute que vous soyez connue pour votre « soi-disant joli minois » avec ce casque en permanence.

Petit silence. Je décroise mes jambes et m’approche de la table.

- Ah, et, s’il vous plaît. Éloignez votre main de votre arme. Non seulement vous instaurez une tension d’insécurité mais vous ne me poussez aucune confiance à votre égard. Voyez donc ! Je suis passif, sans armes.

Mon regard artificiel et lumineux l’observe continuellement sans ciller. Je souris en coin, sachant qu’il doit avoir son petit effet.

- Et tant que nous n’aurons pas bâtit ce minimum de confiance, autant que je partes. Ne pensez-vous pas ?

- Jessa ?



C’est maintenant que ça se joue. De ce que j’ai vu, les Zeltronnes sont cruellement curieuses. Et puis, même si elle refuse je trouverai bien un autre moyen.
#37454
Après quelques secondes d’hésitations, Jessa se détendit d’avantage. Elle retira son casque, secoua sa tête et écarta les cheveux devant ses yeux. Elle abordait un sourire charmeur, comme à son habitude dans ce genre de situation, laissant paraître son magnifique visage rose avec ses yeux argentés, se mordant sa lèvre inférieure. Après avoir posé son casque sur la table, elle mit ses mains derrière sa nuque, les jambes écartées, l’air très décontractée.

”- Tu as raison, je m’emballe, essayons de créer une atmosphère plus… Détendue. Si tu savoir, je préfère également lorsqu’on laisse les blasters de côté, après tout il y a un moment pour se battre, mais un moment pour apprendre à se connaître…”

Elle se pencha en avant, les deux mains sous son menton, le plus avancé possible. Elle n’était même plus assise sur sa chaise, à la limite d’être couchée sur la table.
”“- A ton tour, montres moi qui se cache derrière ce masque, je suis si... Curieuse maintenant…”
#37460
Je ne peux m’empêcher de sourire en la regardant. N’allez pas croire que je succombe à ses charmes, loin de là.
Non, il s’agit ici uniquement l’observation d’une rencontre finement préparé. Récolter les fruits d’un travail bien fait est agréable. Néanmoins nous n’en sommes qu’aux prémices.

J’acquiesce en disant un simple « Bien ». Et m’installe plus sobrement sur la chaise que je rapproche de la table.

- J’enlèverai bientôt ce masque mais j’évite de le faire en comité trop nombreux. J’espère que vous comprenez.

Dis-je en observant fugace les environs.
Je t’observe encore un moment pour te laisser mariner quelque peu. Le choix de mes mots doivent être réfléchis et stratégiques, je ne dois pas l’insulter indirectement mais la complimenter.
Mains jointes face à moi, j’utilise ces dernières pour appuyer chacun de mes mots et idées sans trop que cela ne devienne répétés.
Il faut capter son attention, sans l’ennuyer.

- Je suis heureux que vous ayez fait le bon choix. À mon tour j’imagine, d’apporter ma part.

« Commençons par le comment.

« Vous avez tendance à laisser derrière vous. Comme sur un chemin de terre, à chaque foulée l’on laisse une trace, une empreinte. Mais les vôtres à l’inverses ne sont pas immobiles mais bien vivantes et bavardes. N’ayez craintes, ils vous couvrent d’éloges dans des sujets que je citerai « d’intime ». Je penses que vous voyez très bien de quoi nous parlons.


Appuyais-je en baissant légèrement en biais le visage.

- Evidemment, au départ, c’était assez flou. Une « conquête » pour certains, une ange sortie tout droit d’un rêve, et autres surnoms digne d’une reine. Ce n’est qu’en écoutant les descriptions faites de votre personne que je fus grandement intrigué par ce personnage. Vous en l’occurrence.

« Mais voilà, quel intérêt à venir à mon tour vers vous ?

« Nous en venons au pourquoi.

« Pour la plupart de vos rencontres, vous demandiez des informations. Des renseignements. J’imagine que vous ne faites pas ça depuis peu. Non, vous êtes bien plus maline que ça.


Je me penchais à mon tour en avant, bras croisés, aussi près que possible. Comme elle s’était pratiquement couchée sur la table, je n’avais pas à faire beaucoup pour m’en approcher.

- N’est-ce pas « Jessa » ? Vous êtes redoutable. Vous avez emmagasiné tout ce que vous trouviez utile. Tant sur le moment présent que futur. Vous anticipez. Enfin, à un certain niveau..

Je me remettais à ma place initiale en reculant. Attendant que le serveur nous serve nos boissons. Ceci fait, je pris d’une de mes poches une fine gourde. L’ouvrant, je transvasais mon alcool dedans.
Sous l’oeil curieuse de la zeltronne je réagis:

- Je ne vais tout de même pas empêcher mon masque de profiter de vos exquises boissons tout de même. Certaines expériences en valent la peine... Ne pensez-vous pas ?

J’attendais encore un instant. Le temps de finir mon oeuvre. Je poursuivis donc.

- Et oui, vous avez vu juste. Je désire bel et bien connaître les riches clients, les cartes et toutes autres choses. Je désire connaître votre expérience. Savoir à qui m’adresser pour savoir certaines choses, connaitre les contacts fiables pour recevoir du matériel de qualité. À peu près tout en somme.

« On pourrait voir ça comme une sorte de collaboration proche.


J’avais répondu à ses questions qu’elles avaient énoncées verbalement. Mais pas à celles qu’elle devait se poser évidemment. Qu’est-ce que je pouvais lui apporter en retour. Qui étais-je réellement. Pourquoi tant de mystère sur mon personnage. Et pourquoi tant d’effort pour la trouver alors que d’autres pourraient aussi me renseigner. Oui, je la tiens au creux de ma mains. Mais elle peut encore me mordre.


Restons prudent.

Il était une fois... Dans une galaxie lointaine[…]

A bord du Hermes - Dashel Nelievar [4/5]

https://i.pinimg.com/564x/62/06/83/[…]

Ella Tulan

FICHE FORCE https://i.pinimg.[…]

Prison Break [PV]

https://jolstatic.fr/www/captures/850/1/[…]

MandalMotors le Retour

Salutations, Je suis Vrad Kist, Ver’alor de Co[…]

A la recherche de boulot.

Fiche de scénario Nom du lanceur du scén[…]

[Uyter] Scénario Pirate.

Le Capitaine Rock n’en croyait pas ses yeux. Le[…]

A insi, cette aventure de Dashel Nelievar s'ach[…]