L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Gérez l'évolution de votre personnage
Règles du forum : Cette zone est réservée aux fiches de présentation validées, qui y sont en libre lecture. Toute modification d'une fiche doit être limitée au minimum possible. Seules les mises à jour des histoires sont autorisées. Des posts supplémentaires liés aux développements de votre personnage ou à la tenue de vos rps sont également possibles, tant qu'ils ne modifient pas la fiche originelle.
Avatar de l’utilisateur
By Gant Frayer
#31519
IDENTITE


Nom du Personnage : Gant Frayer
Race : Fallen
Âge : 61 ans
Planète d'origine : Inconnue, mais adopté sur Coruscant

PROFIL


Métier : Seigneur du crime la nuit, Baron le jour
Faction : Crime organisé
Description :
Peau verte et yeux marron, cheveux long noir. Des écailles sont présentes sur certaines parties de son corps, héritage de l’évolution de l’espèce. Ses 1,80m font de lui un géant parmi sa race. Son regard profond et souligné par une bouche portant les marques d’un homme qui à l’habitude de rire et de sourire. Même parmi les Falleens, c’est un mâle d’une grande beauté, alors pour les autres espèces aimant les humanoïdes, les regards restent longtemps fixés sur lui.
Son dos et la plante de ces pieds sont recouverts de marques, résultat de ces échecs aux sauts d’obstacles pour apprendre à manier la force. C’est pour ne pas oublier les épreuves passées qu’il garde inscrit dans sa chair la preuve de sa capacité à survivre.
Gant aime porter des habits de couleurs neutres, sa beauté suffisant à capter l’attention. Il apprécie les vêtements biens coupés et les tenues agréable à l’œil. Mais quand il sort pour se détendre et profiter de l’extérieur, un jean tee-shirt lui suffit amplement.

Histoire :

Gant est un orphelin sans aucune connaissance de ces parents ou de son lieu de naissance exact. Il fut adopté par un petit noble vieillissant de Coruscant, observant sa fin venir et n’ayant aucun héritier pour faire perpétuer son nom. Son enfance qui se devait d’être normale et sans remous, allait être tout autre chose.

Gant compris naturellement comment influencer les humeurs des gens grâce à ses phéromones, et comment les mettre dans de bonnes dispositions pour les manipuler. Mais malheureusement pour son tendre derrière, les droïdes éducateurs étaient insensibles à ces injonctions. Le vieux baron se révéla étrangement immunisé, Gant subis quelques remontrances salées avant de le comprendre et d’admettre qu’il n’était pas un enfant de droit divin.
Lors de ces neuf ans, un jedi se présenta dans leur manoir des quartiers hauts de Coruscant. Un Falleen possédant le grade de chevalier, d’une grande beauté et avec un regard perçant l’âme de ceux qui osent le croiser. Durant son séjour dans la demeure, il prit le temps de faire l’éducation de Gant. De lui expliquer le fonctionnement des phéromones, les grandes lignes de la culture Falleen et la manière de ressentir la force. Car pour la plus grande détresse du baron, Gant était un sensitif. Apeuré de voir son nom disparaître, mais surtout de perdre son enfant, il chassa le jedi de son domaine quand il comprit le danger. De crainte de voir Gant s’avancer sur la voie des jedi, il fit cesser les cours à domicile et scolarisa Gant aux côtés des enfants des plus grandes familles grâce à de vieilles relations.

Gant, curieux de nature, pris énormément de plaisir aux cours. A la découverte des autres et à l’apprentissage d’un monde qu’il n’avait vu qu’au travers de ces sorties hors du domaine familiale.
Mais curieux rime souvent avec mémoire. Il n’oublia pas le jedi et ces histoires sur son monde d’origine. Ces tentatives pour le retrouver auprès des jedis échouèrent, et par peur de décevoir son père adoptif, il refusa la proposition du temple de l’éduquer.

Féru de nouvelles technologies, de science économique et des mystères des anciennes civilisations, Gant s’orienta dès le lycée vers l’université de Coruscant pour y suivre des cours en plus des siens. Il ne réussit le lycée que grâce à la bienveillance de ces professeurs et à quelques phéromones intelligemment utilisées. Il prit le défit de ce lancer dans l’étude des trois disciplines le passionnant en même temps, une charge de travail titanesque en perspective.
Les Falleen sont des êtres ayant une espérance de vie moyenne de deux cents cinquante ans, ce qui donne un certain décalage au niveau physiologique par rapport aux autres espèces ayant un métabolisme plus rapide. Gant qui évoluait avec la conscience d’un jeune adulte dans un corps d’enfant, découvre alors les émois de l’adolescence. La découverte de la séduction, de l’image sociale, du regard de l’autre et des dérèglements hormonaux. C’est ce dernier point qui lui fit rater sa première année. Ces phéromones gagnant en puissance et en subtilité, il délaissa rapidement ces cours pour plonger dans des études plus « physiques ». Gant se tailla une réputation de séducteur et se constitua un carnet d’adresse conséquent.
Après cette année de débauche et la reprise sérieuse de ces études, il fit le point sur sa situation. Par rapport à ces camarades, il pourrait vivre aux crochets de ces conquêtes avec ça rente nobiliaire et passer sa vie dédiée à la recherche du plaisir. Mais après l’année somme toute entièrement consacrée à expérimenter l’amour sous toute ces formes, le plaisir n’est-il pas perdu ? L’intensité de la découverte s’éteint pour laisser place à une forme de routine ponctuée de petits éclats de lumières. Ne doit-il pas trouver un équilibre entre sa vie sexuelle et sa vie normale ? Prendre du recul sur ce gouffre de sensations plaisantes.
Sa seconde première année fut dédiée à ces études et à trouver cet équilibre entre ces révisions et ces copines. Les sept ans qui suivirent jusqu’à l’obtention de ces doctorats, furent ponctuées de relations plus longues et plus posées avec ces différentes partenaires. Fréquentant plusieurs femmes à la fois, il lui arrivait souvent de revenir dans le domaine familial pour prendre du temps avec le Baron. Ce dernier se faisant plus tendre avec le poids des années.

Une fois ces diplômes en mains, Gant avait prévu de ce faire présenter officiellement aux maisons nobles de Coruscant comme le voulait la tradition, mais surtout son père. Mais le début de la guerre des clones changea les choses. Les affaires politiques, économiques et diplomatiques furent totalement chamboulées ! Des séparatistes, des révolutionnaires, des extrémistes, des religieux apparurent de toutes parts.
Comment un jeune homme Falleen pourrait-il vivre normalement et continuer un train de vie monotone, quand toute la galaxie s’embrase et que l’histoire s’écrit sans lui ? Le Baron tenta de l’en dissuader, mais voyant que cela ne marcherait pas, il louvoya pour lui faire accepter l’idée d’intégrer le corps des officiers scientifiques plutôt que le corps des officiers de terrains.
Gant, fort de l’assentiment de son paternel, ce pressa d’utiliser ces contacts pour intégrer au plus vite la Grande Armée. Ces connaissances et son rang noble aidant, il intégra la structure militaire en à peine quelques jours.



La Guerre des Clones


La formation militaire et de commandement pour les officiers scientifiques ne dura que trois semaines. La structure de commandement et l’armée clone, toutes deux récentes et immatures dans leurs structures, avaient un besoin critique de personnels compétents face à une armée droïde en ordre de bataille. Les premiers affrontements avaient pour objectif de déterminer le territoire des belligérants et de tester l’adversaire pour trouver, puis exploiter les faiblesses.
Gant fut mit à contribution sur un projet de fabrication de missiles IEM à impulsions multiples. C’est-à-dire, que durant sa course vers sa cible, le missile relâcherait plusieurs impulsions afin de toucher le plus de droïdes possibles. Ce qui pourrait apporter une aide non négligeable aux forces clones. Quatre mois après le début de la guerre, un premier prototype était prêt à être testé sur le terrain. Rêvant de gloire et d’adrénaline, Gant se porta volontaire.



Gant garda la tête baissée dans la boue le recouvrant, sa seule barrière contre les détecteurs de chaleurs droïdes. C’est avec peine qu’il refrène ces tremblements, priant les dieux des anciennes civilisations que l’humidité présente n’annonce pas de pluie, sinon il ira rejoindre ces camarades morts. Jorlane, les yeux ouverts de surprises, sa bouche crispée par la douleur du coup de blaster qui l’a tué. Fred et sa femme Malorie, tous les deux chercheurs en énergies, soudés ensemble par la déflagration d’une des bombes. L’escorte clone, éparpillée entre les arbres, fauchée par un ennemi supérieur en nombre et en force. Et Gant, se pissant dessus durant l’assaut et tombant par hasard dans un trou de boue dans sa fuite, ce qu’y détermina sa survie.
Les heures s’écoulent et de moins en moins de machines de guerre passent. Quant il est sur qu’il n’entend plus rien, il se relève tremblotant et paralysé par le froid. Gaunt se traine jusqu’à un cadavre d’un soldat clone relativement en bonne état. Il enlève ces vêtements et déshabille le clone, il doit changer de vêtements le plus rapidement possible pour éviter de mourir d’hypothermie. La combinaison du clone est trop grande mais isole parfaitement. Il récupère le casque, un blaster et deux ceinturons d’équipements à des cadavres clones. S’immobiliser signifie mourir. Il a lu les rapports sur les pilleurs, seul le matériel compte. Les mains toujours transies de froid, c’est avec difficulté qu’il arrive à sortir sa boussole. Une fois l’orientation trouvée, il ne reste plus qu’à marcher.

C’est en pleine nuit que Gant s’éveille sur le sol gelé. Il ne doit pas dormir ! Ces gestes sont engourdis, mais il arrive à se relever et à continuer à marcher. Marcher, il faut marcher. Il se souvient de la forêt, de la ville en ruine où il a dû se cacher durant une escarmouche entre locaux. Un hôpital en feu, des cris, et lui qui marche. Il doit se concentrer, il doit marcher ! Plus d’eau, plus de nourriture, marcher ! Marcher, marcher, pour un jour penser… marcher.

Réflexe d’un animal traqué, au moindre bruit suspect il se précipite dans la meilleure cachette en attendant que le danger ne passe. Le bruit approche, des pas, des voix. Puis des silhouettes blanches. Des clones ! Enfin, mais il faut marcher pour y aller. Mais pas le temps de penser plus en avant, car un sabre-laser s’allume devant ces yeux. Cette lumière bleue éblouissante surgissant soudainement face à lui, c’en est trop pour son cerveau affaiblit par les carences alimentaires et l’environnement hostile. Gant perd conscience avant que les convulsions ne commencent.

Le réveil dans une cuve de bacta n’est pas une expérience agréable. Oppressé par le liquide, la respiration ardue par un fin tuyau évitant la noyade, une vision rendue floue par le bacta et la vitre. Tout ça en plus des sens du malade en carafe et une désagréable sensation d’absence de contrôle. Un bonheur …
Des formes floues s’agitent et on vous sort comme un sac de patate, nu comme un vers exposé aux regards du publique, sous des yeux accomplissant une dissection complète de votre être. Les sondes sont retirées de votre corps sans ménagement et une piqure. Une piqure ? Un bonheur …

Gant ce réveil avec des courbatures, mais c’est le signe qu’il est en vie. Il regarde autour de lui pour découvrir une infirmerie standard, avec le symbole de la république sur les murs. Un caisson noir flottant au-dessus du sol s’approche de lui.


-Bonjour Capitaine Frayer, je suis le chevalier jedi Histos. J’ai malencontreusement déclenché une crise d’épilepsie quand j’ai allumé mon arme face à vous. Je vous présente mes excuses. Mais sur le moment vous nous avez tous surpris, avec toute la boue sur vous, nous pensions avoir affaire à un nouveau genre de droïdes d’infiltration. Mais heureusement nos clones ont su voir que vos mouvements n’étaient pas mécaniques.

-Bonjour chevalier. Mais… où êtes-vous ?

-Après vous avoir trouvé, nous avons subis de multiples attaques. Nous nous sommes repliés de bases en bases, et il a fallut que je sois blessé. Je me suis réveillé pour découvrir que ce qu’il reste de moi, est dans cette boite. Le personnel de la base à du fuir en urgence et nous laisser sur place. Nous avons de quoi tenir pendant un siècle si il le faut !

-J’ai beau avoir une longue espérance de vie, un siècle de solitude sa ne me donne pas très envie. On ne peut pas sortir d’ici ?

-En partant, nos alliés ont saboté l’entrée et seul de très gros travaux pourront nous en extraire. Mais j’ai activé la balise de détresse secrète de l’ordre Jedi. Ils viendront nous chercher, nous avons juste besoin de patience.

-Vous me rassurez. Et que pouvons-nous faire en attendant ? Avons-nous un accès holonet ?

-Jeune homme, c’est une base militaire, pas un centre de détente. Suivez-moi, je vais vous montrer.

Gant suivit Histos et découvrit un immense complexe souterrain. Le jedi lui expliqua que des milliers de soldats pouvaient loger et vivre entre ces murs. S’entrainer, s’approvisionner et repartir au combat. Quand Gant demanda en combien de temps ce complexe avait été construit, Histos lui appris que l’ensemble existait depuis longtemps et servait avant de refuge aux populations locales face à d’anciennes tempêtes dévastatrices. Ces dernières ont disparu grâce à l’ingénieurie climatique de la république quand le monde à accepté d’intégrer la Grande République. Et quand le conflit a débuté, le site qui était un musé c’est transformé en un vaste complexe militaire.

-On vient de voir des milliers de blaster, des millions de munitions, des centaines de véhicules, de chasseurs et des millions d’équipements de campagnes. Retrouver cette base serait un atout non négligeable pour toute campagne militaire dans notre région. Pourquoi devons-nous attendre le secours des jedis ?

-Excellente question ! C’est que tout ça n’est pas référencé. Dans les premiers temps, nous nous sommes battus avec rage et férocité. Et sans nous rendre compte de la destruction des installations climatiques. Nous ne sommes pas des ingénieurs environnementaux, donc pour nous c’était les grandes structures et les antennes parcourant la planète. Ces lieux-là, personne n’y allait pour ne pas les endommager. Mais les montagnes, les villes, les puits de mines, les rivières, tout ça participe à l’équilibre climatique. Et c’est trop tard que nous l’avons compris.
Maintenant de très violentes tempêtes peuvent arriver en quelques heures et nous isoler de tout soutient extérieur. C’est pourquoi nous avons tout fait transférer ici.


Le manque d’activité et l’absence de contacts se mirent à peser sur Gant dès les premiers jours, habitué à être le centre de toutes les attentions. Face à ce malaise de plus en plus oppressant, il se réfugia dans les vieux exercices qu’il avait appris avec le chevalier jedi Falleen. L’habitude et la répétition des exercices lui apportèrent le calme nécessaire à la réflexion.
Sa situation est très perturbante, son quotidien de noble Coruscantien est confronté à la réalité de la guerre. La survie, la peur, la faim, le froid. Des concepts abstraits il y a encore six mois de ça. Les hommes ne sont plus des facteurs de manipulations et les femmes des facteurs de plaisirs, se sont des menaces mortelles. Tandis que stylos et chaises flottent en orbite autour de lui, Gant tend son esprit vers sa flamme intérieure. Ce braséro qui symbolise sa vie, ce qu’avait voulu lui montrer son frère de race. Cette flamme est abimée et plus aussi vaillante qu’avant. Seul le repos pourra lui redonner ça vigueur et sa force.


-Ainsi tu sais utiliser la force ?

Gant ne l’avait pas senti venir. Les objets tombèrent autour de lui et la vision de sa flamme s’évanoui. Surpris, son stresse revint à la charge et il adopta une posture défensive. Pourquoi ? C’est un jedi, ils sont là pour aider. Mais quelque chose l’interpelle.

-Et certaines de ces subtilités. Comment fais-tu ?

-… Je me concentre, je ressens et j’apprends. Pourquoi ? C’est interdit parce que je n’ai pas suivi la voie jedi ?

-Non, bien sur que non. Pardonne-moi mes pensées négatives. C’est la surprise. Je n’avais jamais rencontré de personnes ayant appris par eux même. C’est extrêmement rare. Et à ton âge.

Ce détail, l’apprentissage en dehors du temple est quelque chose qui semble perturbant pour lui. Il est déstabilisé.

-Je ne regarde pas dans ton esprit, et j’attend la même politesse de ta part.

Surpris, Gant le regarda les yeux grands ouverts. Comment ça ?

-Tu ne te rends pas compte ?

-De quoi donc ?

-A je vois, c’est ta nature Falleen qui à du altérer ta perception. Tu utilises la force pour ressentir mes sentiments. Au vu de des phéromones propres à ton espèce, c’est une suite logique. Depuis quand fais-tu cela ? Je te pose la question, mais tu ne savais même pas que tu en faisais usage…
Viens avec moi, il faut que je t’explique certaines choses et j’ai besoin de réalimenter mes propulseurs.


Dans la baie médicale, une fois branché par Gant sous la supervision d’un droïde médical, Hostis commença son explication.

-Il arrive que parfois des gens arrivent à ressentir et à utiliser la force. Le temple jedi est là pour les aider à comprendre, apprendre et maîtriser cet art. Mais aussi à le mettre au service des autres. Car comme nous sommes la lumière, notre penchant obscur, les siths, tente de dominer en utilisant la force.
Nous prenons les enfants très jeunes pour éviter tout attachements familiaux et interdisons les relations amoureuses pour éviter les passions trop fortes.
Ton cas n’est pas unique dans notre histoire, mais ton âge interdit toute possibilité d’entrer dans l’ordre.


-Et je ne veux pas. J’apprécie et j’estime l’ordre jedi, vous êtes des gens honorables et exemplaires. Mais je ne pourrais pas devenir moine, j’aime trop la vie et ses plaisirs.

-Que de sagesse ! Le conseil jedi devrait normalement prendre la décision de savoir si nous devrions te donner une certaine éducation, mais comme tu le sais, le contact est difficile. Je serais donc seul juge. Et je trouve dangereux le mélange que peux provoquer tes capacités naturelles et la force sur la conscience des gens. Je ne dis pas que c’est intentionnel de ta part, mais instinctivement tu peux fausser leur esprit et influencer leurs décisions. Jusqu’à la perte du libre arbitre.


-Est-ce moi, ou vous venez de me dépeindre comme une personne écrasante et manipulatrice ?

-Oui

-Ha… ce n’est pas quelque chose d’agréable à entendre. Et je dois vous dire que je ne suis pas d’accord.

-Je vais t’apprendre à avoir conscience de la force, à la comprendre et à l’utiliser de manière consciente. Je ne t’apprendrais pas l’art du combat au sabre laser, pour des raisons évidentes.

-La chaise ?

-Ton immaturité.

Gant baissa la tête et accepta la pique. Un point pour le mammouth. Même lui sait qu’il à encore beaucoup à apprendre. Il releva la tête et regarda le caisson noir.

-Quand commençons-nous ?

Durant les six années qu’ils passèrent ensemble, Gant appris à apprécier Histos malgré son caractère parfois hautain et imbu de lui-même. Les angoisses dû à l’isolement disparurent, le temps accordé à la réflexion et à la méditation lui apprirent beaucoup sur lui-même.
Les journées étaient toutes les mêmes, le matin il travail sur l’entretient des installations et des machines qu’ils voulaient garder en état, l’après-midi était consacrée à l’utilisation de la force et à son perfectionnement.
Gant devina rapidement qu’Histos lui cachait énormément de chose qu’il pourrait lui enseigner. Et au fil des apprentissages et de l’accumulation de connaissance, il fit usage de la force pour le rendre plus ouvert d’esprit. Un travail de sapement qui marcha lors de la troisième année. Par la suite, Gant appris tout le savoir nécessaire à un jedi et vit ces séances devenir des entrainements. Le rythme s’accéléra et la difficulté augmenta jusqu’à ce qu’Histos en devienne parfois maltraitant. Gant compris qu’il avait dû amplifier un stresse latent, et c’est ainsi qu’il s’exprimait.
Quand les opérations de déblayement débutèrent, tous deux se préparèrent à rencontrer de nouveau le monde extérieur. Un mélange d’excitation et d’appréhension s’empara de Gant. La joie de revoir le soleil et la peur du changement. Après tant de temps sous terre.
Histos et Gant faisaient les pieds de grues devant les larges portes de protections. Échangeant sur ce qu’ils feraient une fois libres. Le bruit des pierres que l’on soulève, les cris étouffés des manœuvres, à nos oreilles, ce sont les trompettes de la liberté ! Quand la porte s’ouvre finalement, les ouvriers médusés nous observes sans rien dire. Puis l’un d’entre eux pointe du doigt Histos en hurlant de peur. Ces compagnons regardent dans sa direction et ce qu’ils y découvrent les effraient. Mais pourquoi crient-ils « JEDI ! » ? C’est son symbole inscrit sur sa chaise médicale, et alors ?


Les soldats alertés par les ouvriers ouvrirent le feu sur Histos et le déchiquetèrent. Gant, touché par la fusillade fut pris en charge par une équipe médicale avant de sombrer dans le noir total. Au réveil il dû répondre aux questions des responsables impériaux locaux étonnés de le trouver là en compagnie d’un jedi.
Face à ces nouveaux uniformes et au racisme ambiant, Gant utilisa sans vergogne ses phéromones et la force pour savoir ce qu’il s’était passé durant ces six années. Le retour à la réalité fut dur à admettre. Il arracha d’eux la moindre parcelle d’information utile sur les nouvelles institutions, la politique et l’empire galactique. En les manipulant, il obtint l’information comme quoi son père était mort peu de temps après sa disparition. Il apprit par la même occasion pourquoi les jedis sont craints et pourquoi ils sont en voie d’extinction.

L’empire de la corruption


Gant aurait voulu retourner s’enterrer sous terre pour échapper à ce chamboulement. Mais il avait une vie à reprendre.
Grâce à la force, ses phéromones et la séduction, Gant fis effacer toutes traces des événements et déclarer officiellement la mort des deux survivants suite à l’agression des forces de sécurités locales. Une fois les agents manipulés et les moins fiables éliminés par une attaque suicide à la bombe par un déséquilibré, il était temps de se reprendre en main.

Ces cibles lui avaient appris que derrière la structure militaire bien huilé, ce trouvait une gangrène nommée corruption. Et que pour un non-humain, c’était la seule voie pour avoir du pouvoir dans ce nouveau monde.

Comment s’assurer de survivre et de s’épanouir quand tout vous est hostile ? Il faut utiliser le système, s’adapter et comme un parasite en tirer tous les bénéfices avec le moins de risques possibles.
Pour commencer, il devait obtenir de l’argent. Il alla dans les quartiers huppés à la rencontre des citoyens les plus riches. Par goût, il cibla la plus belle femme qu’il pu voir et alla à ça rencontre. Une fois les phéromones lâchées, elle n’a plus aucune chance. Quelques minutes de discutions et le voilà invité chez elle pour une raison bateau. L’après-midi est consacré à reprendre goût au sexe après six années d’interruptions. Le soir, il discute avec sa proie pour obtenir des noms et des adresses sur celles qu’il pourrait utiliser pour se financer son retour sur Coruscant.
Le mois qui suit est dédié à la séduction et à la récolte de fonds. Gant réunit suffisamment d’argent pour s’acheter un billet dans un transport de luxe et plusieurs centaines de milliers de crédits à côté. Il est impressionnant de voir que toute la société dirigeante trempe dans l’illégalité tandis qu’une justice partiale et implacable s’abat sur le commun des mortels.

Ce voyage en direction de Coruscant dans un vaisseau de croisière de luxe n’est pas un choix anodin. Ainsi il va pouvoir s’exercer à la manipulation des esprits avec la force discrètement et récolter des informations de choix. Gant trouve un certain plaisir à jouer le prédateur après tant d’années enfermé.
Les diners, théâtres et autres instances sociales de groupes lui permettent influencer discrètement les personnes qui l’intéresse par la force. Car certaines personnes semblent au courant des capacités de son espèce. Les rencontres s’enchainent et à chaque fois des petites donations s’accumulent sur son compte en banque. La seconde récolte, c’est l’information. Sa beauté naturelle, la force et des phéromones lui ouvrent des portes insoupçonnées. Des confessions nocturnes de ses partenaires et de ses nouveaux amis lui apprennent le système d’espionnage omniprésent dans tout l’empire. La force des sociétés secrètes, la montée en puissance des syndicats du crime.
Ce voyage initiatique sur ce nouveau monde est un avertissement. La guerre n’est pas terminée pour tout le monde.


Un nouveau monde pour un nouveau moi


Coruscant, de retour à la maison. Mais Père est mort. Le notaire m’apprend sans grande surprise que j’hérite de mon père adoptif. Je prends par la même occasion la décision d’hériter de la tradition. En tant que dirigeant de la Maison Frayer, je me présenterais dès à présent en tant que Baron Frayer.
Les amis de mon père se sont assurés de lui offrir une sépulture magnifique. Ceux qui sont encore vivants viennent à ma rencontre et son heureux de me revoir. Le plaisir est partagé. Ils sont tristes de la tournure des événements des dernières années. Je les rassure en leur disant qu’après avoir survécu à la guerre, survivre est une seconde nature. Je reste silencieux sur ce qu’il c’est passé, et par respect ils ne me questionnent pas.
Ils me confirment que mon statut de non-humain me bloque dans presque tous les domaines. Si je veux obtenir un travail intéressant, un poste de direction ou faire de la politique, il faudra que je quitte Coruscant.
Mais je ne vais pas m’arrêter face au premier obstacle. Après l’expérience de la croisière, je comprends qu’il me faut faire attention. Je prépare mon plan avec attention et je n’oublie pas mes exercices pour continuer à aiguiser mes talents de force.
La première partie est de s’établir un réseau de relations et d’informations. Les casinos, les réceptions de la noblesse, les fêtes, les rencontres, les cérémonies et les spectacles sont maintenant mes terrains de chasse. Mais je suis sûr de ne pas être le seul à faire ça, c’est pourquoi je me montre très prudent. Je repère mes cibles et les charmes avec mon charisme naturel. Quand j’obtiens un niveau d’isolement suffisant, j’use avec doigté des phéromones pour créer de la confiance, de la complicité. Il faut faire attention de ne pas trop en faire pour ne pas que la cible puisse se poser des questions une fois éloignée de mon influence. Puis ma cible et moi nous faisons en sorte de nous rencontrer dans des lieux moins populaires. Et ainsi je peux la travailler avec la force afin de la mettre dans de bonnes dispositions à mon égard. Et si c’est une femme et qu’elle me plait, les phéromones sont toutes indiquées pour l’amener à me désirer.
Certaines personnes expriment des résistances qui me semblent naturelles. Mais parfois le caractère rentre en compte, enfin, je pense.
Tandis que ma toile se forme dans la haute société, je repère des comportements étranges. Des choses, des actes, des sentiments qui n’ont pas lieu d’être. Quand je fini par comprendre, je me rends compte que la plupart des personnalités responsables de douanes de Coruscant sont à la tête des différents réseaux de contrebande de la planète. Je tombe de haut, mais me reprend immédiatement. Il me faut les convertir à ma cause, tout simplement. Mes contacts m’offrent les occasions nécessaires pour les rencontrer et les travailler. Les phéromones aident à abaisser leurs barrières mentales naturelles, mais les persuader de devenir miens se révèle compliqué. Il va falloir du temps et des expérimentations. Plutôt que de risquer de me faire repérer par un échec, je repousse à plus tard la conversion et m’oriente vers mon réseau. J’obtiens d’eux des esclaves pour réaliser des expériences.


Expériences


J’ai dû obtenir plus de sujets de tests que prévu, manipuler le mental des gens et les conditionner est extrêmement compliqué. Il faut utiliser un assemblage de médicaments, de persuasion de force, de phéromones et de techniques psychologiques. C’est long, mais on y arrive. Espérer réécrire une personnalité est clairement hors de ma portée, ce qui est bien dommage.
Durant ces quatre années de recherches, mon réseau c’est étendu, la seconde étape peut débuter. La recherche de fonds. Comment en obtenir au travers d’une source sûre et sécurisée ? La drogue est un domaine concurrentiel déjà trop occupé. Le trafic d’armes et d’objets précieux trop dangereux. Il ne reste que les jeux et la prostitution. Deux domaines où mes capacités seront des atouts.

Je décide de commencer par mon réseau. Certaines personnes accros aux jeux me donnent des noms, que je vais rencontrer. Et la méthodologie est la même partout, charmer l’interlocuteur, le persuader grâce à la force que je dois être son chef et peaufiner le tout en altérant leurs émotions à mon égard avec les phéromones. Je pose peu à peu les bases de mon organisation. Avec mes nouveaux subordonnés, je peux rencontrer de nouvelles personnes qui m’étaient inconnues et les intégrer à mon organisation. Ceux qui résiste, je les fais éliminer et place des agents de confiances.
Le temps se déroule et mon plan prend forme. Mais je me rends compte aussi que je ne peux pas intervenir sur les esprits de tous. Chaque conditionnement est une affaire de précision. Il faut que le sujet soit fidèle, stable et efficace. Et réunir les trois capacités demande des efforts de persuasions importants. C’est pourquoi je ne vais plus me concentrer que sur les dirigeants et les agents essentiels. Et ainsi continuer à agir dans l’ombre. Car l’anonymat est ma seule chance de survie.
Une fois les jeux clandestins et les principales tables illégales de Coruscant acquises, je remarque que certaines des organisations que j’ai intégrées commence à se rapprocher à arrêter de se chercher des noises. J’interviens dans toute l’organisation pour rectifier le tir et éviter un changement trop brutal qui nous ferait remarquer. Mais aussi en avertir mes lieutenants, qui même s’ils sont en contacts doivent agir comme si de rien n’êtes. Une fois cette crise anticipée et corrigée. Il ne me reste plus que la seconde partie de cette étape, les réseaux de prostitutions. La tâche est grandement facilitée par mon réseau d’information et mon organisation naissante. Les noms et adresses tombent dans ma main, et les personnalités importantes peu de temps après. Mon organisation use des multiples groupes qui la compose pour créer en public une course à l’acquisition dans le domaine des services immoraux. Ainsi, je provoque une ruée destructrice dans ce monde et protège ce que je possède. C’est sur les ruines des anciennes maisons closes et petites organisations que nous allons nous étendre. Une réaction naturelle pour toute personne du milieu. La nature a horreur du vide.
La distraction occasionnée par cet événement provoquant guerre de gangs et pertes de fonds m’amène à une opportunité unique. Des gens possédant des casinos se retrouvent dans l’obligation de s’en séparer, des documents les concernant ayant surgit des ruines de certaines maisons closes très réputées. Je saute sur l’occasion, et en tant que Baron Frayer achète les établissements concernés. Je m’endette beaucoup pour pouvoir assurer ma position dans le milieu et montrer ma puissance, somme toute relative. Mais heureusement pour moi, mon réseau me protège discrètement.

Du temps passe, il est nécessaire de placer les bonnes personnes aux bons postes, de structurer l’organisation, d’investir et de prospérer. A l’aube d’une nouvelle offensive, l’étoile de la mort frappe. L’impact se ressent dans toute la société. Le monde pacifique d’Alderaan oblitéré des cartes. Sans le montrer publiquement, la société est partagée entre l’horreur et la fierté. Les investissements chutèrent dans tous les domaines, sauf l’armement et l’industrie navale.
Quand les rebelles détruisirent la station de combat, ils gagnèrent une place dans l’histoire galactique. Et des ennemis déstabilisés par une réponse militaire aussi bien organisée. Face à l’impensable, l’empire trouve pour seule réponse une répression terrible qui pousse les gens à les combattre pour survivre. Suive quatre années de guérillas et d’escarmouches. Et j’en profite pour acquérir le plus de parts de marchés dans les différentes structures essentielles de Coruscant, l’électricité, la gestion de l’eau, le recyclage de l’air. Car en cas de victoire des républicains, il faudra savoir se rendre indispensable.

La seconde étoile de la mort est détruite, l’impératrice meurt avec son fidèle servant, Vador. La débâcle est complète parmi les amiraux, les seigneurs de guerres apparaissent et se taillent des territoires. La désorganisation qui devrait profiter au crime n’est pas là. Toutes les grandes organisations voient leurs bénéfices chuter avec les voies commerciales qui ne marchent plus. Les gens s’arment et les pirates s’attaque à tout ce qu’ils peuvent pour survivre ou pour gagner plus. Sans aucune organisation centrale, les groupes qui ne se détruisent pas entre eux se dévore eux même pour tenter de maintenir leur puissance. Je fais l’inverse, j’accepte de perdre du territoire et de l’influence pour préserver mes meilleurs atouts. Je place mes fidèles aux postes critiques et réorganise la structure pour résister au choc. Maintenant nous avons un code d’honneur, simple mais efficace :

Le kraken est un engagement à vie.
Le kraken prend soin des siens,
Le kraken n’a qu’une seule parole,
Le Kraken s’adapte pour nager dans toutes les eaux !

L’onde de choc est terrible, toutes les instances de la société sont secouées par la haine et la colère. Les peuples opprimés se soulèvent, les armes crachent le ressentiment des dernières décennies, la parole se libère et l’espoir apparaît. Durant les trois années nécessaires à la rébellion pour atteindre Coruscant, je m’emploie à placer mes agents dans les postes stratégiques nécessaires au maintient de la vie civile et administrative. Non pas en haut de la chaîne de commandement, mais plus bas pour qu’ils ne soient pas pris dans les affres des jugements post-empire qui viendront. Et qu’ils prennent les places après.
Mon réseau de contact c’est étiolé avec l’avancée des rebelles, fuyant la justice à venir. J’aide ceux qui n’ont rien à se reprocher à rejoindre les territoires au nord, tandis que je garde au chaud les plus ignobles et les plus connus comme monnaie d’échange avec les futurs dirigeants. Mes forces se mettent en position pour résister au choc du siège à venir, les réserves sont faites et les lieux stratégiques protégés. Quand le moment sera jugé opportun, nous sortirons et prendrons les armes. Les nombreux mercenaires désœuvrés ne pouvant quitter la planète ont trouvé dans mon organisation un salaire, un abri et un commandement efficace. Ils aideront mes troupes à prendre possession du terrain après la bataille.

Le siège de Coruscant est une boucherie. Ce qui vient achever la défense faiblissante des impériaux, c’est la libération de milliers de détenus qui les obligent à mobiliser des troupes contre eux. Et les rebelles profitent de cette ouverture pour achever les impériaux pendant leur numéro d’équilibriste. Quand les combats se finissent dans les hauteurs, les profondeurs de Coruscant sont secouées par les guerres de gang et les affrontements contre les garnisons d’impériaux. La population qui sent le vent tourner se retourne contre eux et les balaye. C’est à ce moment-là que nous sortons, profitant de cette vague spontanée pour remplir nos objectifs. Mes troupes aidées des mercenaires prennent possessions de nouveaux territoires lucratifs. Mais j’observe que certains ont aussi eu la même idée que moi. Partir en guerre maintenant ne serais pas productif. Pour faire face au nouveau gouvernement qui s’installe, les différents groupes qui composent le Kraken offrent les prisonniers impériaux en gage de bonne foi, avec les prisonniers fuyards les que l’on a attrapé et que l’on ne veut ou peut contrôler. Les choses se calment et nous nous restructurons pour pouvoir gérer de manière fluide notre nouveau domaine. Le kraken à étendue des tentacules, et il est l’heure de digérer la proie.

De mon côté en tant que Baron Frayer, j’ai usé de mon influence pour réunir et convaincre les différents groupe gérants la production et la distribution d’électricité de la planète de s’unir durant le siège. Je les ai guidés dans les arcanes de l’administration impériale pour qu’ils puissent obtenir plus d’influence et de pouvoir. Je les ai influencés par la force pour qu’ils adoptent une politique d’entreprise de protection et de sauvegarde de la population. Ainsi ils seront protégés des épurations à venir. Quand les rebelles se sont installés, ils étaient heureux d’avoir de l’électricité sur presque toute la planète. En échange de mes bons conseils, je détiens maintenant des parts dans ce nouveau conglomérat.
Les impériaux fuyants grâce à mon aide, ceux que j’ai fait livrer plus tard et ceux qui avaient des dettes envers des organisations membres du Kraken ont vu tous leurs avoirs me revenir. Bien entendu sous la gestion de nombreuses sociétés écrans et véritables entreprises. Ceux avec qui j’avais de bonnes relations ont reçu dans les territoires impériaux des dédommagements équivalent à la valeur des saisies. Histoire de garder de bonnes relations, j’ai dû dépenser beaucoup d’argent pour faire transiter des souvenirs, des objets d’arts, des papiers ou encore des proches perdus dans leur fuite.

Le Kraken sort des eaux profondes


Il nous a fallu deux ans pour assurer notre parfaite maitrise du domaine, de notre anonymat et de notre restructuration. Certains ont tenté de s’installer ou de négocier, mais c’est avec nous ou contre nous. Le kraken fourni à ses membres des soins, de l’eau, de la nourriture, un salaire, une protection, de l’éducation quand l’état est défaillant. La fidélité est récompensée, les gains sont mieux répartis et participent à enrichir les quartiers pauvres. Des fonds sont débloqués pour financer des projets d’entreprises quand les banques refusent de prêter de l’argent, les orphelins sont logés et éduqués, les journalistes sont protégés, la culture des bas-fonds est maintenue mais épurée de ça violence abjecte. Toutes ces mesures renforcent l’économie et la puissance du Kraken. Sa position est indiscutable maintenant.
Aujourd’hui, ça fait deux ans que nous avons commencé à nous étendre dans le reste de la galaxie et que nous regardons si l’herbe est plus verte chez nos voisins. Les mondes du noyau sont riches et appétissants, et la culture du Kraken séduit de plus en plus de pauvres. Car le Kraken ne broie pas ces alliés, il les élève et les nourris. Ce parasite intelligent ce rend indispensable dans tous les domaines qu’il touche de ces tentacules.

En tant que Baron Frayer, je n’ai aucune connexion avec l’organisation. Mes fidèles agents bougeant les pions pour moi. En public, je suis quelqu’un de discret, un magnat des affaires satisfait de sa vie et de son anonymat. Les experts économiques locaux et les dirigeants locaux savent que je possède soixante pourcents de l’électricité de la planète. Que c’est grâce à mes conseils avisés que la planète n’a pas connu de crise humanitaire de l’énergie durant sa conquête. Mes multiples sociétés, dirigés par mes fidèles agents, gères l’un des plus grands parcs immobiliers haut de gamme de la planète. Sans compter les parts dans les entreprises, les actions en bourse, les terrains, les brevets et autres choses saisies quand les impériaux ont fui.

J’ai remis en place un réseau d’information dans la noblesse et les hauts de ce monde, mais sans un usage important de la force. Car les jedis sont là. Le conditionnement des personnalités importantes par des traitements de choc à base de phéromones, de persuasion de force et de techniques psychologiques n’est plus à l’ordre du jour.

J’ai dans l’espoir d’étendre le Kraken au-delà du noyau et d’aider à la paix. J’aime mon petit confort, et un conflit n’est jamais bon pour s’épanouir.


Psychologie :
Gant est une personnalité marquée par les épreuves, qui a du s’assagir rapidement pour survivre. Lui qui n’était qu’un petit garçon sortant de ses couches, la guerre et l’isolement l’ont confronté à lui-même. Il a su faire face à ces problèmes malgré la difficulté et la douleur. C’est un animal social élevé à la base pour être un « m’as-tu vu ? », l’image primant sur le reste. L’expérience et les traumatismes aidant, il est aujourd’hui plus calme et posé.
Il n’a que peu de véritables amis, mais il dispose de beaucoup de contacts auprès de qui il n’hésite pas à se renseigner. A ces yeux, une amitié est quelque chose de rare qui se cultive avec patience ou sur le moment quand le destin en décide autrement.
Manipuler, tuer, voler, truander, charmer, accomplir ces actions n’est pas un problème pour sa morale. Il en a fait son métier.
C’est un homme qui porte la séduction au rang d’art, qui aime les femmes. Il ne les considère pas comme des objets, c’est juste qu’il ne voit pas de problème à manipuler leurs envies pour satisfaire ces désirs.


INVENTAIRE


Crédits : 2 000
Arme : pistolet blaster
Equipement : Des vêtements nobles


Vaisseau
CARACTÉRISTIQUES

Type : Cargo
Nom : Explorateur E-9
Classe :

DETAILS

Taille : 30 mètres
Équipage : 1 pilote
Soute : 4 passagers
Armement : 2 canons lasers
Modifié en dernier par Gant Frayer le lun. 5 févr. 2018 21:40, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Amertume
#31543
Bonsoir cher Gant, bienvenue sur SWOR, le forum ou les Falleen ne se prennent pas de coup de genou là ou ça fait mal :cool:

Alors alors j'ai lu ta fiche qui est ma foi très intéressante et plutôt bien écrite, l'histoire est globalement agréable et crédible mais il y a 2 gros soucis selon moi, que je vais détailler + un autre souci, mineur comparé aux 2 autres mais pas moins notable. Commençons par celui-ci.

- Ton personnage se retrouve dans un complexe souterrain immense disposant de quoi survivre les 6 années ou il reste enfermé avec un Jedi durant la Guerre des Clones. Le côté huis-clos est bien pensé, rien à dire sur ça, le souci vient plus du fait que ledit Jedi, qui semble jusqu'au bout maître de lui, calme et seulement légèrement perturbé par ta combinaison de phéromones et d'utilisation latente de la Force, pète soudainement les plombs lorsque les secours arrivent au point qu'il faille le descendre. C'est selon moi très improbable, un Chevalier Jedi est justement censé être capable de gérer ses émotions et une influence de la Force, quelle qu'elle soit. D'autant plus que Gant, comme tu le dit toi-même, est bien trop faible dans son contrôle de ses aptitudes pour parvenir à un tel résultat de confusion qui amène un Jedi à basculer.

Ce que je peux te suggérer, c'est de complètement modifier ce passage, dire que le Jedi meurt tué par les impériaux qui vous trouvent à ce moment là par exemple ou mettons, qu'il se sacrifie pour te permettre de fuir le coin.

Le reste de l'histoire me convient excepté sur les 2 points détaillés, à savoir:

- Ton personnage fait montre d'un potentiel dans la Force pour manipuler autrui qui ferait mine de rien pâlir les meilleurs Seigneurs Sith alors même qu'il n'a reçu qu'une très très très rudimentaire formation. Qu'il ait des aptitudes latentes remarquables par rapport à son niveau supposé, c'est possible, mais il n'est pas possible d'obtenir comme grade hrp de forceux (qui détermine le niveau de puissance dans la Force) plus haut que Chevalier pour peu que la fiche soit à la fois touffue et prouvant que le joueur comprend les subtilités du jeu forceux.

Visiblement, ta volonté se porte plutôt sur l'idée de jouer criminel avec de temps en temps un peu de jeu forceux mais guère plus. J'en déduis donc (à tort?) que tu ne vises pas plus haut qu'Apprenti/Padawan comme grade hrp. Ce qui implique ceci : 2 pouvoirs de Grade Apprenti, à choisir parmi les Pouvoirs Universels et/ou Obscurs (j'ai l'impression que ton orientation n'est pas très Charlie, d'ou l'omission de la branche des Pouvoirs Lumineux) et 2 formes de combat (ça honnêtement vu ta fiche, tu peux ne pas en choisir du tout pour le moment quitte à les développer plus tard en jeu, c'est pas un souci).

Tout ceci implique que tu dois donc être conscient qu'en terme de puissance et d'utilisation de la Force, tu seras forcément plafonné à un niveau relativement faible tant que tu ne développeras pas le jeu forceux en rp (sans compter qu'un personnage forceux ne disposant pas d'un maître progresse bien plus lentement qu'un autre sous tutorat). Egalement, j'ai cru lire des mentions d'utilisation de pouvoirs du style Altération Mémorielle et consorts, qui sont justement des pouvoirs d'un grade supérieur au tien. A en tenir compte en jeu. Pour plus d'informations sur le jeu forceux et les fiches Force, je te redirige ici si tu n'as pas déjà lu le sujet.

- L'autre problème vient de l'organisation crée qu'est le Kraken. Sur SWOR, nous encourageons totalement la création de factions et groupes inédits entièrement pensés par les joueurs. Cela dit, nous ne validons pas non plus excepté si lesdites factions/groupes/entreprises sont issus de l'UE, des groupes qui soient trop puissants. Or, le Kraken selon ton descriptif dispose limite du contrôle total du crime organisé de tout Coruscant ainsi que d'une bonne partie des infrastructures planétaires (60% de l'électricité locale !).

Ce que je peux te proposer, c'est la validation du syndicat du crime Kraken (la fiche éco sera à établir après validation avec le MJ Peur) mais que tu sois bien conscient que sa puissance ne sera certainement pas aussi élevée que tu pouvais le penser. Coruscant notamment est la capitale galactique et le crime organisé y est bien plus complexe à conquérir qu'en séduisant simplement les gens de la haute société. Du reste, je pense qu'il serait bien plus intéressant pour toi de jouer sa montée en puissance jusqu'à faire la pluie et le beau temps sur Coruscant que de démarrer en étant déjà le patron.

Je te demanderai donc de modifier également cet aspect du Kraken que tu détailles dans les 2 derniers chapitres notamment afin de bien prendre en compte l'idée que le Kraken, loin d'être le boss, n'est qu'un des nombreux challengers en lice pour prendre le contrôle. Surtout que sur Coruscant existe aussi le Cartel du Noyau du Soleil Noir (enfin plus exactement du Soleil Noir mais bref) et le Syndicat Tenloss, sans oublier les innombrables gangs locaux et autres joyeusetés. La tâche sera ardue et ne se fera pas en un jour.

Nonobstant ces 3 soucis pas non plus mirobolants, le reste me va (la fiche Force peut être vue une fois que tu seras validé, ne t'embête pas avec ça immédiatement). Je te souhaite donc bon courage pour opérer les modifications et reste disponible pour toute question que tu pourrais avoir. Je t'invite également, si tu ne l'as pas déjà fait, de venir visiter le Discord ou la communauté pourra t'accueillir, échanger et t'aider si besoin. A bientôt !
Avatar de l’utilisateur
By Amertume
#31551
Tu as bien tenu compte de mes remarques et apporté les modifications demandées, c'est parfait. Je valide la fiche et te souhaite donc un bon jeu sur SWOR! N'hésite pas à te trouver des partenaires de jeu si tu t'ennuies et te sens un peu seul, bon courage pour ta conquête du crime!

Leur interlocuteur restait maître de lui, apparem[…]

Jour Nouveau

Le samedi en question, après deux jours d'un gros[…]

Gnarvlax

Le Gnarvlax Le Gnarvlax est l’art martial t[…]

Une bonne leçon

Lui, un homme de main du Soleil Noir ? Il avait e[…]