L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#35048
ACTE I
Questionnement d'identité






Marchant telle une âme en peine dans les ruelles obscures de la ville, la Chiss semblait regarder le vide. Tout individu, bruit, odeur semblait avoir disparu. Seul le vent froid lui fouettant le visage lui permettait de garder un pied dans la réalité. Tel un automate silencieux faisant sa besogne, la bleue marcha, jusqu'à atteindre une cantina. Lieu qu'elle répugnait habituellement, mais, celui-ci était spécial. Les humains n'étaient pas les bienvenus et cela la ravissait à merveille. Sans décrocher un seul mot au barman, elle lui lança une poignée de crédit qu'il réceptionna à la volée ; tout en lui lançant une bouteille d'alcool bon marché. Montant une à une les innombrables marches de cet établissement miteux, la jeune femme s'enferma dans la chambre qui lui était réservée. Une chambre de cantina, tout ce qu'il y avait de plus misérable dans ce bas monde. Un mobilier usé, un lit en ruine, des draps souillés, une chaise bancale. Peu importe, cela lui conviendrait amplement. Laissant son corps fatigué s'écrouler sur la chaise, l'agente dé-bouchonna la bouteille avant de prendre une première gorgée. Le goût était infect. Mais après plusieurs gorgées, ce goût qui l'avait jadis répugné finissait par lui convenir. Lorsque les sens se mirent à faiblir, lorsque la tête se mit à tournoyer et que l'esprit n'était plus qu'un précipice béant d'où s'écoulaient des pensées fugaces ; la Chiss se sentit en paix.

Dans un état amorphe, les yeux fixant la bouteille vide gisant au sol. Les barrières mentales que s'efforçait de dresser l'agente tombèrent enfin. Laissant un flot d'émotions se déverser telle l'eau se déversant après la rupture d'un barrage. Et de ces émotions ambivalentes sortit quelque chose ou plutôt quelqu'un. Au pied du lit auprès duquel gisait la bouteille, une forme humanoïde prit forme.

Regardez dans quel état vous êtes Ariès...


La Chiss ne répondit rien. Jusqu'à ce que son cerveau fasse le lien. Cette voix, elle semblait provenir de loin, son esprit n'arrivait pas à mettre un nom sur celle-ci, mais elle se souvenait de sa profession. Sa voix était faible, ses lèvres sèches ; une fine goutte de sueur lui traversant les vertèbres vint la faire frissonner.

Image
Docteur Aukhyns


Docteur...
Je...


Sa gorge était nouée, son cerveau noyé par l'alcool n'arrivait pas à composer avec ce qu'il se déroulait sous ses yeux.

Que...Que...Que faites-vous là ? Je...je croyais que vous aviez disparu.

C'est exact. Mais il faut croire que l'alcool que vous avez ingéré en quantité a eu raison de la prison dans laquelle vous m'avez retenu.

La Chiss ria jaune. L'alcool la faisait délirait, tout ceci se passait dans sa tête. Elle savait pourtant, cela semblait si réel. Le Docteur Aukhyns qui siégeait en face d'elle ne riait pas, bien au contraire sa mine était grave.

Que se passe-t-il ma chère ?
Vous n'êtes pas une soûlarde,vous n'avez pas l'habitude de boire. Pourquoi vous poser ici et ingurgiter ce poison bon marché ?


Je...Je ne sais pas Docteur.

Bien sûr que vous le savez. Vous êtes beaucoup trop saoul pour vous en rendre compte, voilà tout. Vous savez Ariès, lorsqu'on boit sans modération comme vous venez de le faire. C'est qu'il y a forcément une raison. Une raison vous pousse à faire cela. Une citation dit qu'un individu se saoule pour oublier un problème, pour noyer sa tristesse ou bien sa colère. Il espère être suffisamment minable pour ne plus sentir ce qui l'atteint. Et dans votre cas... Je pencherai pour la tristesse.
Quelque chose vous accable Ariès mais quoi ?


C'est...C'est un problème qui va au-delà de vos compétences Docteur...

Comment pourrais-je le savoir si vous ne me dites quel est ce problème ?

L'agente sembla réfléchir, elle rassemblait le peu d'esprit qui lui restait pour répondre à cette unique question. De toute évidence elle n'était pas en état de faire plus.

Qui suis-je Docteur ?

Vous êtes Ariès, une Ariès un peu aviné, mais vous êtes toujours la même.

Sa voix était emplie de tristesse, implorante même. La Chiss semblait épuisée, au bord de la rupture.

Non... Je ne suis pas moi Docteur.... Je ne suis personne...
Je ne sais pas qui je suis, je ne sais plus qui je suis. Quand mon regard croise mon reflet je... Je ne me reconnais pas... Je suis une étrangère.


Votre esprit est entrain de se briser Ariès. Vous lui en demandez trop.
D'une part vous essayez d'enfouir un passé traumatisant qui a marqué votre esprit au fer blanc. Tout en essayant de vous créer une nouvelle vie. Vous ne pouvez pas d'un côté détruire, enfouir et de l'autre bâtir, créer.
Ces deux choses sont des opposées, vous ne pouvez pas faire cela même temps. Il vous faut finir une tâche avant d'en commencer une autre. Le défi que vous essayez de relever est hors de porté de l'humain, que vous soyez Chiss ou non.


Que dois-je faire ? Que dois-je faire Docteur ?

Je ne peux vous donner de réponse Ariès. Votre cas est particulier.

Aukhyns soupira avant de se masser les tempes.

Ariès... Écoutez-moi attentivement.

Vous savez, une rupture est semblable à un miroir brisé. Il vaut mieux le laisser brisé que de se blesser en tentant de le réparer. Dans votre cas c'est votre vie et votre personnalité qui sont symbolisées par ce miroir. Vous tentez de voir qui vous êtes, vous tentez de vous discerner dans votre reflet. Mais celui-ci est fragmenté en un millier de morceaux. Et vous...Vous tentez de recoller les morceaux tant bien que mal. Hélas... Vous rajoutez à ces morceaux, d'autres morceaux de verres. En vous entêtant à créer une nouvelle vie, un nouveau miroir qui lui aussi est brisé. Vous essayez de recoller des morceaux incompatibles.

Et vous vous retrouvez ici, seule, dans une chambre miteuse d'une cantina. À vous demandez qui vous êtes. Qui vous auriez pu être dans l'Ascendance et qui vous serez au sein de l'Empire.


L'humain sortit une cigarette de sa poche, l'alluma et inspira profondément avant de faire jaillir une épaisse fumée de ses narines.

Vous avez raison sur un point Ariès.
Vous n'êtes personne. Vous ne pouvez pas considérer votre vie antérieure à l'Empire comme une vie passée, une vie achevée. Non, cela ne marche pas comme ça. Vous devez l'accepter, en faire une partie intégrante de vous. Vous vous êtes fait une armure de glace. Vous avez usé de votre froideur, de votre dédain et de votre mépris vis-à-vis de l'espèce humaine pour vous la confectionner. Défense diablement redoutable je dois le concevoir.

Mais seulement contre les attaques extérieures. Cette cotte de maille ne vous est d'aucune utilité contre vous-même. C'est pour quoi cette défense s'avère être votre plus grande faiblesse. Je ne vous demande pas de ne plus mépriser les humains. Vous avez vos raisons et je les respecte. Mais laissez-moi vous donner un conseil. N’oubliez jamais qui vous êtes ; car le monde ne l’oubliera pas. Faites-vous-en une armure, et nul ne pourra l’utiliser pour vous blesser.


Comment faire Docteur ? Comment puis-je me forger une armure avec ce que je suis ?

Je n'ai pas la solution ma chère. C'est à vous de la trouver. C'est à vous de recoller les morceaux et les bons. Et de faire en sorte que votre reflet soit le plus net possible.
Mettez fin à vos illusions, votre fanatisme ne vous sauvera pas Ariès. Il camoufle seulement ce que vous ne voulez voir, mais vous devez être consciente d'une chose. Si vous continuez dans cette direction... Le jour viendra où ce que vous redoutez le plus arrivera.

L'on vous poignardera dans le dos Ariès. Peut-être pensez-vous le contraire, mais ce sera le cas. Vous serez exclue, vous serez seule, vous serez renié. Tout ce que en quoi vous avez cru s’effondrera, votre monde idyllique s'effondrera. Et vous serez pour le restant de vos jours un miroir brisé et jamais plus vous ne pourrez vous voir. Vous resterez fragmenté pour l'éternité.


L'image du Docteur semblait se troubler et faiblir. Les sens de la Chiss revenaient peu à peu, l'alcool perdait de ses effets.

J'ai bien peur que mon temps soit écoulé Ariès. Souvenez-vous de ce que vous ait dit. Appliquez-les. Mais sachez que ce ne sera pas une route de plaisante et que lors de ce combat vous serrez seule. Car ce combat doit être mené seul et celui-ci déterminera qui vous êtes vraiment. Je vais bientôt retourner dans la cellule dans laquelle vous m'avez emprisonné il y a de cela plusieurs mois. Et j'ai bien peur de ne pouvoir revenir à moins que vous mit autorisiez.

Voyez-vous à quel point je suis faible ? J'avais juré de vous garder prisonnier et voilà que je viens implorer votre aide...
Qu'ai-je fait pour en arriver là ?


Chaque chose en son temps ma chère. Nous répondrons ensemble à toutes ces questions le moment venu. Si vous avez besoin de moi, vous savez quoi faire.
Mais par pitié Ariès faites en sorte que vous ne soyez plus ces éclats de verre.


Après ces mots Aukhyns s'évapora tout comme les effets de l'alcool. En cas d'aide, la jeune femme savait chez quellle porte toquer. Le bon Docteur avait fait ce qu'il avait pu, il ne restait plus qu'à sa patiente de faire le reste du travail. Un travail laborieux, mais nécessaire.
Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#35140
ACTE II
Un retour redouté


Voilà plus d'une demi-heure que la jeune femme tournait en rond. La nouvelle qu'elle avait réussi lors de son entrevue avec l'Empereur la préoccupait au plus haut point. Un nombre innombrable de questions fourmillait dans sa tête. Le doute la gagnait peu à peu. Elle avait besoin d'en parler à Aukhyns, il était vital pour elle de le faire. Celui-ci saurait sûrement quoi faire. Reprenant du mieux qu'elle put son calme, elle inspira profondément. Fermant les yeux, vidant ses poumons avant de les réouvrir tout en prenant une nouvelle bouffé d'air frais. Le Docteur était de retour le postérieur calé contre le rebord d'une table en ruine, les mains appuyées sur chaque extrémité de celle-ci.

Ravis de voir que vous quérez mon aide Ariès. Et sobre cette fois-ci.

Je ne serais pas aussi optimiste si j'étais à votre place Docteur.

La chose qui vous accable semble de taille. Qu'est-elle ?

L'Ascendance Chiss.

Aukhyns afficha une mine surprise avant de se ressaisir.

Je vois...
Vous ne m'aviez pas dit que vous comptiez revenir vers les autres. Dois-je comprendre que vous tournez le dos à l'Empire pour vous réintégrer aux vôtres ?


Vous savez très bien que c'est chose impossible.
Non, ce choix ne vient pas de moi.


Un supérieur requiert votre aide pour une mission de nature diplomatique, je présume.

Exact.

Et qu'elle est le contenu de cette mission ? Est-ce ce que vous allez faire qui vous inquiète ?

Non rien de tout cela. Ce n'est qu'une simple mission diplomatique rien de plus. Et il m'est possible de la refuser.

Les ordres viennent de bien plus que ce à quoi je devrais m'attendre ?

Les ordres viennent du sommet.

L'Empereur ! Sacrebleu!
En voilà une occasion de briller ! C'est une opportunité à ne pas rater ! Vous pourriez prendre du galon avec une facilité déconcertante !


Je vous accorde ce point Docteur, mais rappelez-vous le lieu où va se dérouler cette mission...

Le visage de l'humain se referma.

Veuillez pardonner mon euphorie Ariès...Oui...Oui...L'Ascendance...
Comment vous sentez-vous vis-à-vis de cette mission ?


D'après vous Hauwkhyns ?

Il fallait bien que vous retourniez voir les votre un jour ou l'autre ma chère.
Vous ne pouvez pas fuir votre passé éternellement.


Vous rendez-vous compte ?! J'ai l'impression que vous ne saisissez pas la gravité de la situation !
Vous savez dans quel état je suis actuellement, vous savez les conflits qui sont en moi. Et l'on m'envoie dans l'Ascendance ! L'on m'envoie chez les miens ! Imaginez-vous un seul instant ce que je ressens ? Savez-vous ce que va réveiller la vue de ma planète natale ou des miens ?

J'essaye de recoller les morceaux et l'on me jette dans la fausse au lion ! Dès lors que je croiserai le regard des miens, l'on me jugera ! Je n'ai que faire des jugements des humains, ils n'ont aucune valeur à mes yeux, mais ceux des miens... Ils vont me mépriser, me voir comme une traîtresse, une moins que rien. Je n'ai pas mérité ça ! Je ne mérite pas leur jugement !


Je sais Ariès.

Je n'ai rien fait et pourtant c'est ce qu'il va se passer !

Je sais...

L'on verra autre chose en moi que la flamme de Csilla. L'on verra un être faible.

Si vous cédez à vos émotions comme vous le faites actuellement, leur jugement sera justifié. En revanche si vous faites preuve de stoïcisme et que vous restez professionnel. Ils n'auront plus aucune raison de vous juger. Ils vous verront comme une Chiss qui n'est plus des leurs, mais qui fait la fierté de leur espèce. Vous devez vous concentrer là-dessus.

L'épreuve sera sûrement difficile, de nombreux souvenirs plus désagréables les uns que les autres feront surface. Ce voyage déterrera votre passé que vous le vouliez ou non. Et ce sera peut-être la seule opportunité que vous aurez pour enfin tirer un trait sur tout cela. Faire cicatriser cette plaie définitivement. Je vous avais dit que le combat serait rude. Et vous ne commencez pas par un parcours de santé, vous débutez directement par l'ascension d'une montagne abrupte. Vous plierez certes, mais vous ne devrez pas rompre !

Vous serrez plus forte que jamais si vous réussissez à surmonter cette épreuve. À vous de mettre toutes les chances de votre côté et vous blinder autant que vous le pouvez avant d'arriver dans votre territoire natal.


Je vois...

Vous n'avez pas l'air convaincu... Revenez me voir quand le doute et la peur seront de retour.

Merci d'être là Docteur.

Je ne fais que ce pour quoi j'existe. Si je dois disparaître, autant que ce soit le jour où je vous aurais débarrassé de vos démons.


Aukhyns s'évapora une fois de plus. La première épreuve qu'aurait à franchir la Chiss s'approchait à grand pas. Le bon Docteur avait rassuré sa patiente et lui avait dit la marche à suivre. Elle n'avait plus qu'à suivre sa "prescription" et vaincre son premier défi.
Un déjeuner d'importance

Et bien mon garçon, vous avez de la chance. I[…]

[Terminé] Cad Bane

Bien. Bien bien bien... Il n'est pas facile […]

Problématiques divines

Malgré lui, Oryel ne put s’empêcher d’hausser un s[…]

SWOR AWARDS 2019

Oh oh oh ! Vous les attendiez ? Vous en rêviez ? […]

https://i.imgur.com/WLoENHS.pn[…]

Cet enfant n'a aucune patience [Privé]

https://d13ezvd6yrslxm.cloudfront.n[…]

Tel Angor

Je ne pense pas pouvoir pousser plus les améliorat[…]

L'approche de Vassily commençait à concorder […]