L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Planète au climat tempéré et à l'environnement accueillant, Mrisst, le monde natal des Mrissi, a forgé sa réputation grâce à ses prestigieuses académies d'arts et de sciences. Sa position particulière aux portes du Noyau en fait également un monde d'importance stratégique pour la Nouvelle République.
Gouvernement : Confédération des Systèmes Unis
Avatar de l’utilisateur
By Alayna Tega
#39016
La journée d'Alayna avait commencé normalement. Du moins, aussi normalement qu'une matinée pouvait être lorsque l'on était Prima de la Confédération des Systèmes Unis. Un petit déjeuner accompagné des dernières nouvelles de la bourse de Mrisst, un jus de fruit tout en lisant attentivement les projets de renouvellement de la flotte. Chaque instant était mis à profit par la jeune femme pour analyser au mieux la situation de la Confédération. Alayna se voulait omnisciente pour être omnipotente. La jeune fille timide avait depuis longtemps laissé place à une femme pragmatique qui organiser le moindre instant de sa journée tout comme elle mettait en place chaque pièce de son échiquier avec minutie. Le hasard était alors réduit à peau de chagrin.

Aujourd'hui, avant d'aller superviser les travaux d'un camp de trav...de réinsertion, la Princesse de Chandrila avait accepté de recevoir une certaine Moto Yabuchi-Gerling, une entrepreneuse spécialisé dans la construction. La jeune femme savait que cette dernière avait participé à plusieurs projets au sein de la Confédération. Elle voyait une certaine coïncidence dans le fait de rencontrer cette investisseuse ayant oeuvrer dans la construction le jour où elle devait valider la livraison d'un camp pour ses opposan...de dangereux criminels.


« Votre Altesse, votre rendez-vous est arrivé »


La voix de son secrétaire sortant du ComLink l'avait sortie de ses pensées.

« Faites la entrée »


Alayna savait qu'il faudrait environs deux minutes à son invité pour rejoindre son bureau du Palais de Mrisst. Deux minutes durant lesquelles Moto traverserait de large couloirs richement décorés, couvert de dorure et aux plafonds peint. Avant de pénétrer dans le bureau de la Prima, elle traverserait l'antichambre. Une grande pièce dont mur et plafond était couvert de peinture racontant l'histoire des Colonies. Face à elle, deux grandes portes se dresseraient alors, révélant à leurs ouvertures une pièce aux dimensions énormes pour un bureau. Sur la droite, un petit salon tronait alors que le mur gauche était couvert de bibliothèque. En face des portes, une dizaine de mètre plus loin, un bureau imposant en bois noir de Kashyyyk dominait l'espace. Derrière, une jeune femme qui venait de passer la vingtaine était vétue d'une longue robe bleue sur laquelle cascadait une chevelure argenté.

« Madame Yabuchi-Gerling, Bienvenue sur Mrisst »
Avatar de l’utilisateur
By Moto Yabuchi
#39020
" Honno, vous attendrez ici et s'il vous plait, autorisez-vous un peu d'aise. Comme convenu, quand je vous ferai appelé, vous nous apporterez le présent. " Dis-je alors que j'étais accueillie dans l'impressionnante demeure Tega. La Bith élégamment habillée hocha la tête en signe d’approbation, je savais toutefois qu'elle n'egligerait son confort, ou qu'elle n'accepterait une assise que pour me donner raison; cependant la vue de la demeure me passa toute envie de discuter de ce point avec Honno. Acceptant l'invitation du secrétaire à le suivre, je quittais le hall pour entrer dans la demeure.

Ma démarche était impeccable, parfaitement soignée, harmonieuse et silencieuse. J'avais tout spécialement fait réviser mes servomoteurs et articulations pour cette entrevue, depuis longtemps attendue. Mes vêtements de soie bruissaient à peine, glissant le long de mes jambes dans un balais continu de teintes de rouge et de jaune. Les mains glissées dans les manches l'une de l'autre de mon kimono, soulignant les motifs brodés de mon habit, représentant une grande vague en estampe. Le kimono s'ouvrait légèrement, laissant apparaître ma brassière de coton blanc et la naissance de ma poitrine. Comme à mon habitude, je m'étais maquillée d'un fond de teint blanc, pour faire ressortir mon fard à paupière bleu et mon rouge à lèvre très rouge. Un léger parfum fruité pouvait se sentir si l'on se tenait proche.

Bien entendu, nombre de ces attentions ne m'étaient pas destinées, cela faisait bien longtemps que mon sens du touché avait disparut, remplacé par des capteurs de pressions, certes précis et efficaces, mais dénués de toute délicatesse. Si je percevais si vaguement l'odeur de mon maquillage et celle de mon parfum que j'avais dû faire appel à un spécialiste pour me guider dans mes achats. Des handicaps que jusqu'alors, personne ne m'avait permis de surmonter.

Tout en marchant, je retrouvais avec une certain nostalgie certains éléments qui m'évoquaient des bribes de conversations avec feue Maya Tega. J'étais curieuse de rencontrée sa fille, de me rendre compte ce que cette femme avait pu transmettre à sa descendance.

Quand finalement j'arrivais au bureau où devait se dérouler notre entretien, je dispersais ces idées parasites pour me concentrer sur l'instant présent. J'étais reçu par la Prima de la CSU, un honneur dont je devais me rendre digne et surtout dont je devais profiter. Remerciant d'un geste le secrétaire qui m'introduisit dans le bureau, je pris le temps de regarder Alayna Tega, c'était la première fois que je la voyais de visu.

La jeunette était resplendissante, nous devions faire à peu prêt la même taille et en dépit de la réalité, paraître le même âge.Sur ce dernier point, je n'avais toujours pas trouvé de garde robe à mon goût dans les dernières sorties, aussi je gardais ma vieille coutume vestimentaire.

Mon regard parcouru rapidement la pièce, s'arrêtant ça et là quand je trouvais une curiosité, quelque chose qui sortait de l'ordinaire ou de l'attendu. Ma brève enquête fut interrompue quand Alayna me souhaita la bienvenue.

Un mince sourire se forma sur mes lèvres, j'étais sincèrement heureuse que cet instant se produise. J'inclinais alors légèrement le buste, assez pour montrer ma reconnaissance de son rang et suffisamment peu pour affirmer ma propre place au sein de la CSU.

" Je vous remercie de m'accueillir, mademoiselle Tega "Prima" Alayna. "
Avatar de l’utilisateur
By Alayna Tega
#39145
Alayna se leva et se rapprocha de son invité. A mesure de son approche, elle détaillé la femme qui lui faisait face. Elle semblait d'une certaine jeunesse en comparaison de son age véritable. Une personne n'ayant pas connaissance de son identité aurait pu la confondre avec l'une des jeunes femmes de la cour qui ne rêvait que de prestige. Ses vêtements ne faisaient que renforcer cette idée. Les couleurs vives et l'aspect fluide de la soie donnait à leur propriétaire une image à la fois élégante et énergique. Le coté démodé de sa tenue apparaissait presque comme l'une de ses pulsions nostalgiques qui saisissait parfois les jeunes gens envers des objets qu'ils n'avaient guère connu.

Alors qu'elle ne se trouvait plus qu'a deux mètres de son invitée, Alayna rompis enfin de silence durant lequel elle avait scruté la femme.


« J'espère que vous avez fait bon voyage jusqu'ici. »


Les banalités étaient toujours un point d'accroche pour entamer des discutions avec des personnes que l'on ne connaissaient pas assez pour les aborder franchement. La Prima avait cru comprendre que sa mère et Moto s'était connu, mais elle n'avait jamais eu la chance de se croiser dans les couloirs du Palais.

« Installons-nous, nous serons plus à notre aise »


La Princesse de Chandrila désigna de son bras le petit salon qui se tenait sur leur coté, le long de la bibliothèque. Ce salon était peut être l'un des lieux les plus historiques de la Planète. Ici c'était tenu la plupart des négociations diplomatiques que Mrisst avait connu. Avant Alayna, Maya avait reçu ici l'Empereur Astellan, la Présidente Organa, et le Président Knox. Dans le tissus de ses fauteuils se trouvait ancrer de petits bouts d'histoire. Les discutions qui avaient mené à faire de la Confédération ce qu'elle était aujourd'hui avait raisonné entre ses murs.

« Peut être voulez vous quelques chose à boire ?  »


Alayna se tenait prête à faire venir l'une de ses suivantes pour servir à la Prima et à son invité tout ce dont elle pouvait rêver. Attendant qu'on lui amène un verre en cristal emplit du Rubis de Chandrila, ce vin pétillant réputé comme l'un des breuvages les plus exquis et les plus nobles de la galaxie, la Prima s'installa dans l'un des fauteuils, invitant son invité à faire de même.

« Ainsi donc, que me vaut l'honneur de votre visite ma cher ? »


Après les banalités venaient le cœur de l'entretien. Il était temps d'aborder les choses sérieuses. La Prima avait une certaine hâte à savoir pourquoi Moto avait demander une audience devant elle. Peut être avait elle des projets ? Des idées ? Alayna avait également hâte de connaître un peu plus la femme. La Prima avait commencé à faire le tri dans la ses cercles proches, et rencontrer de nouvelle personne pouvait toujours s'avérer intéressant.
Avatar de l’utilisateur
By Moto Yabuchi
#39151
Debout à l’entrée du bureau, je regardais la Prima s’approcher en silence. Nous nous jaugions l’une l’autre du regard. J’observais et jugeais sa démarche, la maîtrise de son pas, la régularité de sa progression, le bruissement de sa robe, le choix de l’expression affichée, la chaloupe de ses hanches… La défunte Prima avait fait du bon travail, il n’y avait qu’une pointe de fougue refoulée que je sentais traverser le filtre de cette éducation, mais peut-être était-ce là un calcul pour affirmer sa jeunesse et souligner les changements de cap qu’elle opérerait au sein de la confédération.

« Je vous remercie Prima, mon voyage s’est déroulé en toute sérénité. »

Je laissais la direction de la discussion à la Prima. Malgré que je sois de plusieurs dizaines d’année son aînée, sa position sociale ne me permettait que difficilement de revendiquer l’ascendant de cette rencontre. Il y avait également que je manquais de recul sur son positionnement sur les vieilles traditions. Alayna Tega était-elle une traditionaliste ou au contraire une progressiste en rupture avec le monde que je portais avec et en moi ?

À sa proposition de s’asseoir, je hoche simplement la tête et marche légèrement en retrait d’elle. Mon corps m’épargnait l’inconfort que procurait habituellement les positions statiques, mais il était d’usage d’accepter les invitation de son hôte. Je dois avouer que bien au-delà du confort qu’il supposait, l’idée de trouver ma place au sein du petit salon diplomatique de Mrisst était une symbolique que je ne pouvais pas refuser. Alors que je m’y asseyais, je passais la main sur le tissu daté, chargé d’une symbolique qui me touchais profondément.

« Vous me faites honneur, Prima. C’est une très délicate attention que de me recevoir ici. » À la question de la Prima, je répondis « J’apprécierai grandement un Thé Tarine et un verre d’eau minérale »

Attendant tranquillement que l’on soient servies, je laissais mon regard tranquillement vagabonder sur la décoration exquise du petit salon, notant ça et là quelques références à quelques moments historiques que j’avais traversé, autant de tragédies qui composaient mon histoire. La voix flûtée de la Prima me sortie de mes réflexions et je déposais de nouveau mon regard sur elle, notant agréablement la cordialité avec laquelle la Prima semblait me porter.

« Eh bien tout d’abord, j’avais envie de vous rencontrer personnellement. Aucune tribune ou interview ne saura remplacer une entrevue de femme à femme. Je terminais ma phrase pour boire un peu du thé qui venait de m’être servi. J’ai connu Feue Madame votre mère et je souhaitais vous faire part personnellement et de vive voix de mes condoléances. Je fermais les yeux un instant, me laissant remplir par la nostalgie que cette grand dame m’inspirait, puis après une longue expiration, revenais à la réalité. J’ai pris la liberté de vous constituer un présent à son hommage, que je vous ferai parvenir si cela vous sied. » Il s’agissait en fait d’une compilation des correspondances personnelles que j’avais eu avec Maya Tega, dont un certain nombre parlaient en terme à la fois touchants et élogieux d’Alayna.

Je pris alors le ton à la fois grave et mélodieux, que j’avais passé des années à travailler, des discussions importantes :
« Ce n’est toutefois pas pour ressasser le passé que je viens vers vous, mais pour le présent et surtout, l’avenir. Je souhaiterais m’investir pour l’avenir de la CSU, de grands changements sont survenus, de nombreux challenges sont à venir. Si je vous rencontre aujourd’hui, madame, c’est pour vous soumettre ma candidature à votre conseil de direction. Je pense que vous êtes la leader dont la CSU à besoin et pour vous aider dans la tâche hardue que vous avez entamer, je vous propose mon expérience, ma sagesse d’ancienne, mes Universités et les services de ma Fondation. »

Je portais alors tranquillement ma main à ma tasse et la portait à mes lèvres, sans quitter la Prima du regard, souhaitant capturer cet instant que j’avais de puis longtemps calculé et souhaité. C’était là une occasion que j’avais hésité à saisir à l’époque de la CSI, du très regretté Comte Dooku, à côté de laquelle je ne souhaitais pas passer à côté aujourd’hui.
Avatar de l’utilisateur
By Alayna Tega
#39213
La Prima, fit venir l'une de ses suivantes et demanda à ce qu'on amène se que son invité avait demandé. Il ne fallut pas beaucoup plus d'une minute pour que la dame de compagnie revienne avec les boissons attendues. L'invité de la Prima entreprit alors de répondre à sa question. Elle souhaitait visiblement faire connaissance avec la jeune femme. Moto avait connu sa mère. Elle avait connu Maya. Et elle lui présentait de vives voix ses plus sincères condoléances. L'instant était touchant. Même si Alayna avait voué une haine sans fin à sa mère dans leurs derniers instants, sa présence lui manquait. Sans elle, la jeune femme avait laissé libre court à ses pulsions, sombrant peu à peu dans l'obscurité.

Quand elle parla des correspondances, la Prima ne pu retenir un sourire teinté de nostalgie. Elle acceptait avec un sincère plaisir. Alayna avait même une certaine hâte de pouvoir les lire. Elle en apprendrait un peu plus sur sa mère, mais également sur la relation qu'elle avait pu nouer avec son invité du jour.


« Je vous remercie Madame...et j'accepte avec grand plaisir votre présent »


La femme qui faisait face à Alayna continua alors de menait la discussion, passant aux choses plus sérieuse. Elle souhaitait s'investir dans la politique de la Confédération et rejoindre le Conseil qu'avait établit la Prima. Ce cercle intime était composé de ses plus proches ministres à qui elle déléguait son pouvoir avec parcimonie afin de réaliser quelques missions. Ils jouaient aussi un rôle dans ses prises de décision, étant parmi les rares, avec Ewilya et Luna, à avoir voix au chapitre et à pouvoir parler sans réserve à la jeune femme.

Mais ce Premier Cercle était à l'heure actuelle encore trop vacillant. Il demandait à être complété pour pouvoir permettre à la jeune Prima d'asseoir son pouvoir plus fortement. Elle avait des dizaines de projet d'envergure. Des centaines d'idées à faire devenir loi au sein de sa nation. Mais malheureusement, elle n'avait que trop peu de main de confiance pour déléguer ses réalisations. Si elle savait le peuple et l'armée avec elle, la Prima n'était que trop méfiante des élites politiques. Son excès de méfiance la conduisait à mener ses projets seuls. Ce qui, bien sûr, ne faisait que la retardé. Une nouvelle personne de confiance n'aurait pas fait de mal.


« Je suis honoré qu'une personne de votre expérience souhaite rejoindre mon cercle de Conseiller et je vous en remercie. »


La jeune femme but une gorgé de son verre de Rubis avec grâce avant d’enchaîner sur la suite.

« Mais vous comprendrez que je ne peux le faire sans vous connaître d'avantage et sans avoir eu connaissance de l'étendue de vos talents. Rejoindre le Premier Cercle vous donnera de grande responsabilité et vous mettra au service de la Confédération »


La jeune femme marqua une courte pause en se positionnant au fond de son fauteuil, son verre à la main. Elle croisa ses jambes avec délicatesse avant de poursuivre.


« J'aimerai tout d'abord que vous me parliez de vous. De votre vie, votre parcours, vos idéaux. Et de la relation que vous entreteniez avec ma mère. Une fois que je vous connaîtrais un peu mieux, j'aurais quelques choses à vous proposer. Une première mission que vous devrez réussir afin de rentrer officiellement dans le Premier Cercle. Tout les conseillers sont passés par cette étape. Non seulement elle me permettra de découvrir l'envergure de vos talents, mais je trouve que l'on apprends également énormément de chose sur les gens à travers leur actes. Plus parfois qu'au travers de leur mots. Qu'en dites vous ma chère ? Êtes vous toujours intéressé ? »


Alayna regardait la femme dans les yeux. Libre à elle de se présenter et de lui conter sa vie. Si elle était toujours disposer à rejoindre le conseil, elle se verrait alors confier une mission. Et Alayna savait déjà qu'elle tache elle confierait à Moto.
Avatar de l’utilisateur
By Moto Yabuchi
#39315
Devant l’enthousiasme ému de la Prima, je tapotais sur mon com-link et envoya le signal convenu avec Honno, lui indiquant de venir avec le présent que j'avais constitué. Je savais dès lors qu'Honno arriverait avec sa rapidité et sa discrétion habituelle en quelques instants. Elle déposerait le présent à un endroit que le personnel lui aura désigné, à la fois à la vue de la Prima, sans toutefois venir l'encombrer ou interrompre quelque chose en cours. La mesure dont Honno était capable m'était toujours surprenante, un savoir faire et une capacité d'analyse qui m'était inconnue, mais qui tombait toujours extrêmement juste.

Pendant ce temps, la Prima et moi-même échangions au sujet de la mise en place d'une entente et surtout, de la participation à un challenge de son cru, afin de, j'imagine, tester mes capacités, ma loyauté et mon engagement. Avec tout le respect que j'avais pour la Prima, la vieille femme que j'étais avait déjà traversé de trop nombreuses épreuves pour me sentir mise en danger par un challenge de plus. Si bien entendu il n'était pas possible de tout vivre en une seule vie humaine, j'estimais qu'en ayant œuvré et fait ma place en divers régimes, en étant devenue mère, survécu à ma maladie, perdu mon corps, divorcé de mon mari et dirigé ma fondation avec succès jusqu'à aujourd'hui. Étant donné tout cela, l'idée d'un challenge n'avait rien d'effrayant ou révoltant, bien au contraire, c'était d'avantage ma façon de vivre.

Aussi, c'est avec un sourire serein que je regardais la Prima pour lui répondre :

« Très chère Prima, permettez-moi de vous dire que si vous ne m'aviez pas proposé un modus operandi de cet ordre, je me serais permise de revenir sur ma candidature. En effet, il y a certaines formalités qui me tiennent à cœur et me présenter convenablement en fait partie. » Je marquais alors une pause, le temps de prendre une gorgée de thé Tarine.

« Je suis native de Kuat, la famille Yabuchi y est ancienne et est affiliée à l'une des Dix, toutefois les actions de mon père et les miennes nous ont éloigné de mon monde natal. Même si je ne me revendique pas Kuat, ce monde me reste cher, je caresse l'espoir de pouvoir m'y réimplanter un jour. J'ai grandi sous l'ancienne république, à l'instar de votre mère, mes parents m'ont formé dès mes plus jeunes années à en comprendre les rouages, aussi j'ai très vite appris à m'en méfier, à raison. C'est le mouvement initié par le Compte Dooku qui me fit quitter Kuat. Cet homme est certainement l'un des idéalistes qui m'a le plus inspirée et qui, encore aujourd'hui, participe à guider mes pas. Son assassinat par les Jédis, alors qu'il était l'un des leurs, couvert par la République a été un grand choc pour moi. Depuis je nourris une grande méfiance envers cette secte guerrière et ce régime vicieux et corrompu. L'Empire, à mes yeux, n'est qu'une convergence de cette secte et de ce régime en une seule et même force, après tout, nombreuses étaient les personnes à prêter des pouvoir mystiques ou magiques à l'Empereur et l'Impératrice. »

Je marquais de nouveau en pause, afin de reprendre mes esprits et ne pas m'emballer. C'était une partie terriblement triste et sombre de ma vie, j'y avait vécu de nombreuses trahisons et désillusions auxquels ma méfiance et ma prudence était bien loin de m'avoir préparée.

« Avoir été une membre active de la CSI m'a obligée à renier officiellement mes engagements et valeurs pour épouser l'Empire. Un acte de survie qui a fonctionné, mais dont le prix a été très lourd. J'ai perdu en cette période de nombreuses amies et alliées, j'ai également eu le sentiment de me perdre moi-même. J'avoue avoir de nombreuses fois songé à rompre le voile et quitter l'Empire, mais je me savais surveillée et je risquais d'entraîner avec moi la fureur impériale partout où j'irai, aussi je me suis contentée de survivre à ces longues années. »

Cela faisait depuis longtemps que je ne pleurait plus, mon corps cybernétique gardait enfermé en moi ma tristesse et mes regrets, et m'empêchait de mes exprimer humainement, sincèrement. Si cela pouvait apparaître à certain comme une bénédiction, une muraille face aux sentiments humains, cela m'étais plus une malédiction qui m'obligeait à conserver un trop lourd fardeau.

« La chute de l'Empire m'a été également une période terrifiante : le système tyrannique dans lequel j'avais appris à fonctionné s'effondrait de toute part, les trahisons et les coups de blasters allaient sans faiblir. J'y ai de nouveau perdu de nombreuses amies, ainsi qu'une amante, mais je pense que le pire, c'était l'alternative que l'on voyait poindre : Une République. Le Régime qui m'avait causé le plus de malheur se relevait de ses cendres, poussait mes proches à s'entre déchiré et comptait pour ses défenseurs un Jedi. Imaginez seulement la terreur et la confusion qui m'habitait à ce moment, je vous avoue avoir songé à rester au sein des bris de l'Empire tant cette "Nouvelle" République me révoltait. »

Si j'avais encore eu un corps organique, mes mains auraient été tremblantes et ma voix vacillante, toutefois rien de tout cela ne traversa le filtre de mon exosquelette, seule ma colère se voyait dans mon regard.

« J'avais toutefois la certitude que la Nouvelle République commettrait les mêmes erreurs que celle où j'avais grandie et qu'un enfant à l'image de la CSI en naîtrait. Je voulais donc être là quand cela se produirait et en être actrice, c'est l'unique raison qui m'a conduite à rejoindre la NR, force est de constater que mon intuition avait été juste, j'en suis à la fois ravie et navrée. Toujours est-il que quelques années plus tard, après avoir solidifié ma position au sein de la CSU, me voici dans votre bureau, Prima, car je souhaite faire tout mon possible pour que les horreurs de mon passé de ressurgissent pas, de contribuer à protéger la CSU de la République et des Jédis. »

J'en avais terminé avec les grandes lignes de mon histoire, mais ce que je m’apprêtais à livrer à présent faisait partie de mon histoire intime :
« Durant toutes ces années, d'une République à l'autre, avec la bénédiction de la CSI et malgré l'Empire j'ai toujours vécu de sororité. Peut-être votre mère vous a-t-elle parlé d'un club en apparence anodin, parlant de tricot, de couture ou de cosmétique. Il s'agit d'un club privé fondé par mes soins avec l'aide de ma mère, cela remonte à de nombreuses années. Un club exclusivement féminin que j'ai toujours voulu au-delà des frontières et des idéaux. Bien entendu toutes les femelles de la galaxie n’étaient pas pour autant les bienvenues, je me réservais le droit de valider ou non leurs candidature, un peu comme vous êtes en train de le faire avec moi. » Quelques instants plus tard, je posais un regard entendu sur les correspondances avec la mère de la Prima. « C'est en ce lieu, en ces circonstances que j'ai rencontré Maya, votre mère. Elle était friante de nos rencontres, pas juste elle et moi, mais tout un groupe de femme, je pense pouvoir dire que nous étions amies, de ces amitiées discrètes et sincères. C'était là l'occasion de confronter nos point de vue, nos idées et nos espoirs pour l'avenir. Le principe était de ne jamais repartir fâchées, aussi nous réservions les sujets facheux en début de rencontre. Nous parlions aussi de nos familles, elle nous a beaucoup conté votre arrivée en son sein. Ces petits moments sont des perles de vie que de garde précieusement en moi, ce sont ces perles qui m'ont permi de traverser les tragédies la tête haute, de rester optimiste. »

Je terminais ma tasse de thé, la déposant avec soin dans la coupelle associées et fit savoir que j'en prendrai volontiers de nouveau.
« Pour terminer, j'ai l'ambition d'accomplir des actes forts, humains. C'est pour cela que je porte ma Fondation, elle n'est pas une simple machine capitalistique, elle restaure et créer durablement. Je ne le fais pas par altruisme, mais parce que c'est l'empreinte que j'ai envie de laisser dans cette galaxie. J'aime que l'on se souvienne de moi et je caresse l'idée que cela puisse durer longtemps, très longtemps. » Je posais un regard satisfait sur ma tasse de nouveau remplie de thé et après en avoir bu une brulante gorgée : « A présent, je vous écoute Alayna "Prima" Tega »
Vers les étoiles. [PV Vrad]

- C’est gentil de la part de Drake de penser à m[…]

09:00, heure locale Dans la Cité Mobile Spati[…]

Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Son[…]

PAYDAY

Rien n’est éternel. Ni la vie, ni les munitions,[…]

L’atmosphère dans la salle avait pris une tournure[…]

A la recherche de slicer par ici !

Cela faisait maintenant plusieurs semaines que Va[…]

Pion passé

Le militaire outil sacrifiable au service […]

Au bon endroit, au bon moment

« Mranigir, Paranr bal Joha » ( T[…]