L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

By Darth Nehan
#23424
Nirauan
La Forteresse Noire

Image


Dans sa tour sombre, le Seigneur observe les astres. Sa peau d'ébène se reflette dans des eaux tièdes, et le clapotis des fontaines l'entraîne dans une méditation soporifique. Il lorgne des yeux les piliers de roche sombre et se sent en sécurité. Cette pierre similaire aux forteresses de Hijarna absorbent les énergies laser telles des éponges et ne subissent que peu de dégâts face à une attaque de grande ampleur. Il se sent d'autant plus en sécurité que les Factions de la galaxie sont trop occupées à se dévorer les unes des autres.

Il se lève et arpente les couloirs solitaires de son palais magnifique de noirceur. Ca et là, quelques appareils indiquent de relevés topographiques des environs. Plus loin, un écran dévoile une carte spatiale. Par delà les murs, de nombreuses sondes et boutons pressoirs permettent de moduler un ensemble de données toutes aussi farfelues les unes des autres. Ses pas font échos dans le silence et percent la nuit dans un rythme soutenu. Il s'avance vers un balcon donnant sur la plaine. Devant lui, les murs de sa prison céleste se dressent tels des défis lancés aux plus stratèges des amiraux.

Venez. Disent-ils. Venez, et heurtez-vous à la véritable puissance des Sith.

Il inspire profondément avant de jeter son regard en contrebas. Là, ses hommes s'attèlent à la tâche. Ils grouillent, pullulent et courent à foison. Telle une fourmilière, il observe ses enfants aller et venir, portant du matériel militaire, oeuvrant à la victoire. Ils envient les plus grands héros et ne désirent que la mort de leurs ennemis. Ses bras se croisent dans son dos, il est plus serein que d'habitude. Sa compagne est entrée dans la pièce. Le cliquetis des talons suit au tambourinement de ses bottes, et sa compagne de se placer à ses côtés, sur sa droite. Sa main vient frôler son épaule.

Il fait mine de ne pas la voir, ce qui la fait sourire.

« - Ils sont prêts.
- Alors il est temps...
»


Il s'embrassent. Il ne fallut pas plus de quelques secondes avant qu'une vibration dans le bâtiment ne se fasse sentir. Des secousses dont l'origine était éloignée. Les nuages se dispersèrent peu à peu pour dévoiler un ciel auburn. De glace et de sang, les formes effilées apparurent. Des cuirassier lourds se succédaient les uns au autres dans un décor de cendre et d'acier. Ils mettaient les voiles et se talonnaient du sol à l'espace. Une longue file s'étira, soulignant un nombre considérable de vaisseaux lourds. Une quantité astronomique d'unités. Des centaines, des milliers... La Force Sombre pointa le bout de son nez dans la voute spatiale avant de se positionner.

Les vaisseaux pointaient en direction du Noyau. Coeur de la République.

Darth Nuldan se tourna alors. Sur son visage ne se dessina pas même l'ombre d'un rictus. Lui qui avait attendu tant d'années cet évènement, il n'en éprouvait dorénavant aucun plaisir à le réaliser. Sa femme, au contraire, restait à observer le spectacle. Elle contemplait l'oeuvre qu'elle avait aidé à réaliser. La flotte ne cessa de se déployer, tel un vol d'abeille, dans un ciel où l'on comptait maintenant plus de vaisseau que d'étoiles observables. De l'aube au crépuscule, il ne semblait s'être déroulé que quelques secondes à présent. Et le Sith'ari, de nouveau seul au sommet de sa tour, avait le regard dans le vide.

« - Lancez l'invasion. »
By Darth Nehan
#23549
« - Le Baron est mort.
- Bien.
»


Le général sith s'apprêtait à partir lorsqu'un claquement de langue sur le palais l'incita à rester. Apparemment, le Sith'ari souhaitait le garder en sa compagnie quelques instants de plus. Il se leva de son fauteuil et fit quelques pas dans la pièce. Dehors, il faisait un temps maussade. La Galaxie vivait pleinement tandis que les guerriers du chaos œuvraient dans le calme et le silence. Tant de choses s'étaient déroulées. Il regarda l'officier, avec qui un lien plus qu'affectif - familial - avait été tissé, depuis son piédestal. Lorsqu'il descendit les trois marches qui le séparaient de son convive, il fut à son niveau.

Le guerrier le surpassait de trois têtes de plus, tout au moins. C'était un véritable géant. Cependant, si l'univers physique avait décidé que ce dernier soit plus grand, il n'en restait pas moins ironique que le plus puissant des deux fusse le plus petit. Darth Nehan croisa les bras dans son dos. Aussitôt, sa progéniture s'agenouilla, en démonstration du plus haut respect qu'il lui vouait. Kalos, transpirant de colère, baissa le regard devant une démonstration de Force aussi silencieuse et tue. S'il le voulait, il pouvait dégainer son sabre et trancher la tête de ce vieux fou. S'il le voulait.

Son Maître pouvait lui infliger pire avant même qu'il n'ait pu construire la moindre pensée orbitant autour d'un Si.

« - Qu'en est-il de l'expédition des Jedi ?
- Roddo n'a toujours pas daigné donner de nouvelles. Nous sommes dans le Noir.
- Qu'il poursuive son travail. Cela ne fera que les retarder.
»


Le Seigneur marqua une pause.

« - Les Faux ?
- Éparpillés. Comme prévu. Unis, ils sont faibles. Seuls, ils peuvent s'avérer dangereux.
- Y en a-t-il un en particulier ?
- De ceux que j'ai pu manipuler, oui.
- Comment ?
»


Le ton était plus incisif.

« - Il y en a un en particulier. Un Zabrak. Il n'avait pourtant pas l'air d'être avec les autres. Ceci dit, s'il existe un tel individu, il est possible que d'autres se cachent. J'ai ressenti... comme un cercueil, lors de ma transe. Certains d'entre eux n'ont pas été réceptifs car pas assez développés. Mais d'autres auraient très bien pu lutter contre mon appel. Voir le contrer. Je l'ai ressenti, il en existe une poignée. Mais ils sont là, quelque part.

- Sais-tu que je peux les pressentir moi aussi ? Pour ce que tu as fait sur Corellia, je te félicite. Mais, certains enfants m'informent que tu les aurais mené aux bordures de notre Empire. Proche de la frontière avec leur Espace Connu. Je te connaissais sanguin, mais à ce point ? Quel était ton objectif, dis moi ?

- Ils me plaisent. J'aime jouer avec eux. Les mener là bas m'a permis de voir les plus téméraires, et également d'en apprendre plus sur leurs empruntes de Force tandis qu'ils luttaient pour contrer les effets néfastes de la planète. Désormais, je suis apte à pister ceux qui m'ont suivi, et connais leurs auras comme je connais celle de nos hommes. Ils ne sont pas si différents de nous.

- J'imagine que tu comprends ce que cela implique ?
- Maître... L'invasion est lancée. Je ne peux attendre plus. Je dois le faire...
- Je comprends, mais il est encore trop tôt.
»


D'un revers de main, le Sith'ari ordonna à son subalterne de se relever.

« - Avant que tu ne joues ton rôle. J'aurais besoin de toi sur un dernier théâtre.
- Tout ce que vous voudrez, Maître.
- J'ai besoin de toi pour conduire la Flotte.
- Il en sera fait selon vos désirs, mon Maître.
- Je te nomme Amiral. Mon Fils.
- Merci, Monseigneur.
»


Le nouvel Amiral embrassa la main de son père et se redressa en silence. D'un signe d'approbation, il quitta les lieux. En descendant des appartements privés du Sith'ari, il rejoignit une salle reculée. Là, au milieu de cette dernière, lévitait une tenue de militaire haut grade qui n'avait pas été utilisée depuis longtemps. C'était à se demander si elle avait seulement servi. A mesure qu'il s'approchait du costume, ses pas se faisaient de plus en plus lents, et son regard de plus en plus insistant. Lui, élu Amiral. C'est sa Sœur qui pestera contre cela. Il tendit la main vers le tissu de soie teinté d'un pourpre aussi sanguin que son épiderme. C'était pour lui une véritable fierté.

Une fierté ? Et comment.
Vous n'en avez pas idée.
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#23552
Image« Baisse la tête, Striker. Ta lunette c'est déjà de trop... »

Le camarade n'en croyait déjà pas ses yeux. Le voir dans le reflet de la visière de son binôme, c'était déjà dur. Mais le voir de visu... Enfin, dur n'était pas le mot. Etrange, plutôt.

Depuis des mois que cette planète était occupée, jamais ils n'avaient vu tel spectacle. Une tour à la sombre majesté, dont les fondations crachaient des gerbes d'une fumée à l'aspect âpre. Un brun granuleux qui détonait dans le spectable nocturne permanent de Nirauan.

« Toi qui disait que le commandant avait tort, avec ses recos permanentes. »
« J'imaginais pas qu'on serait pas les seuls. »
« Non, moi non plus... »

Un regard bref encore dans le viseur.

« Moi non plus... »

Un silence, qui s'étire. Ils réfléchissent tout deux rapidement. Il faut faire un rapport, mais comment rapporter des mots qui n'ont aucun sens ?

« Branche tes macros sur le datapad et eenregistre tout, faut absolument que le commandant voit ça, sinon on va jamais nous croire. »

L'autre acquiesçe et retourne rapidement à sa motospeeder, les 74-Z standardisés, et tier un datapad de sa sacoche utilitaire. Tirant un câble de sa besace, il brancha l'enregistreur sur ses macrojumelles, avant de les pointer sur la... Chose. Ne pas croire un Scout qui fait un rapport, c'est déjà une chose, ces gaillards étant par nature très sérieux, mais là, ils n'auraient pas le choix. Des patrouilles, des espions, tout devrait être envoyé au plus vite.

Rangeant son E-11s, le Scout se mit à penser un moment. Thrawn avait installé un avant-poste ici. Bon... Les Chiss avaient mis ici un comptoir... d'accord... La garnison avait suivie, mais... Comment, par tous les saints de l'Empire, avaient-ils pu laisser de côté ça ? C'était comme s'ils découvraient une civilisation évoluée en trébuchant sur la mauvaise pierre dans la forêt.

ImageIl avait vu des choses troublantes dans sa vie. Des corps volant de partout, un tir placé sur un visage faiblard, qui éclatait en un milier de petites particules, ou encore des gens qui semblaient revenir à la vie pour le tuer au milieu de champs de ruine... Mais là, il avait atteint un stade encore inconnu de son esprit. L'étrangeté.

« Je crois qu'on en a assez pour une expé. Fais chauffer les 74, on va devoir rentrer fissa. Je sais pas dire pourquoi, mais ce machin ne m'aguiche pas vraiment. »

L'autre ne pouvait qu'acquiesçer. Depuis 3 ans il le suivait comme son binôme, lui repérant les cibles aux macros, lui pointant les visages de sa lunette aiguisée. Il n'avait jamais manqué sa cible, et il avait un instinct primal qu'il respectait plus que tout. S'il pensait que ça ne sentait guère bon, alors il devait avoir raison. Ils en savaient trop peu et devraient y retourner... mais au moins, l'information devait circuler.

Nirauan, planète inhabitée, était partagée.

Les deux Scouts montèrent sur leur motospeeder, et mirent les gazs. Direction Le Terrier. 320 kilomètres au Nord...
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#23596
ImagePendant le trajet, aucun des deux ne parlait. Les motospeeder auraient permis une conversation s'ils avaient haussé de quelques décibels leur voix, mais là ne se situait pas la question. Chacun d'uex restait silencieux, la perplexité s'abattait sur leurs crânes d'un blanc sali par le temps. Avec une vitesse constante de 400 km/h, les plaines rocheuses qu'offraient dans cette zone Nirauan, le trajet jusqu'au Terrier ne prit pas plus d'une heure. Néanmoins, à mi-chemin, ils se décidèrent à faire une pause, vérifier que personne ne les avait suivi... ou que rien ne semblait attendre devant.

« Qu'est-ce que c'était, à ton avis ? »
« C'est toi qui visait avec ta lunette, à toi de me dire. »
« J'en sais foutre rien... ça m'étonne juste que ça nous ait échappé si longtemps... »
« Le Terrier n'a été installé que depuis 2 semaines en même temps, on avait d'autres zones à fouiller d'abord... Pis bon, on est à combien du QG en soit ? »
« Je sais pas, je dirais bien dix-neuf mille kilomètres, à peu près. »
« Tu vois, quasiment de l'autre côté de la planète. Aucune des deux faces n'avaient conscience de l'autre, je pense. Sinon l'un des deux aurait fait quelque chose, tu ne crois pas ? »

Striker dut se résoudre et se ranger à l'avis de son binôme. En effet, seule une configuration géographique se prêtait à ce manque d'explication. Le fait que le Terrier soit l'antenne du QG la plus éloignée n'avait été qu'un coup de chance incroyable.

« Bon, allez, on rentre au Terrier et on fait passer l'info. J'espère que les techs ont réparé la balise. »

La fin du Trajet fut ininterrompue. Le Terrier n'était qu'un genre de bivouac permanent, une grotte à fland de falaise où se situait du matériel de campagne, comme un repaire d'espions en phase préparatoire à ue invasion. L'installation était sommaire, les couches étaient fait de lits de camps dépliables et de matelas très fins, mais l'équipement était haut-de-gamme et bien entretenu. Ils étaient 5 équipes de Scout à s'en servir de point de départ pour des recos, la grotte étant peu gardé, et par des Storm. Les deux corps se détestaient clairement, mais travaillaient efficacement ensemble. La rivalité entretenue par les Scouts valait partout dans l'Empire, et cet endroit ne faisant pas exception. Avec l'Antre et la Tanière, le Terrier était l'oeil impérial sur une planète hostile qui ne souffrait aucune population native. Le Storm de garde, discret avec son armure bleue nuit, ne les salua pas, et les scouts rendirent le non-salut. Sans perdre un instant, ils allèrent se présenter au lieutenant de leur section.

« Lieutenant ? Nous avons un problème. »
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#23699
Le lieutenant était un vrai dur. Un homme qui ne se la jouait jamais, mais qui laissait ses états de service parler à sa place. Des batailles célèbres, des raids éprouvants, et toujours en vie. Des peintures bleues cernaient son armure de StormTrooper noire et or, les couleurs des NovaTrooper, ces StormTroopers qui s'étaient tellement distingués qu'ils portaient tous, à titre de récompense et de reconnaissance, une armure renforcée aux reflets menaçants, réhaussée d'un poinçon pour symboliser sa Médaille de la Valeur.

Une unité d'élite au sein d'un corps d'élite. La perspective faisait froid dans le dos. Mais au lieu de servir de garde d'honneur, cet homme avait gagné des galons, et avait eu à ce titre le droit de choisir son armement - un DLT-19 et un détonateur thermique modifié - et portait un bouclier énergétique personnel. Cet homme était à lui seul une armurerie ambulante. Mais il arrivait à rester humble et totalement endoctriné.

Mon nom n'est pas Allister Doekjes. Mon nom est THX-1138 répétait-il à longueur de temps. Presque mécaniquement, en fait.

Le lieutenant donc, le casque penché sur une séries d'hologrammes topographiques, releva doucement ce qui était son visage et fixe, derrière ses vitres teintées, le duo qui revenait de mission.

« J'écoute. »

Son détachement était effrayant. Tous ici avait un matricule qui était rentré, et qui était maintenant leur identité. Mais tous avaient un surnom... Striker pour l'un, Pointer pour l'autre... Lui était Lieutenant ou THX-1138.

« Nous avons relevé la présence d'une tour semblant habitée et intégrée au paysage de façon naturelle, à 320 kliks, Sud. Un phénomène météorologique s'est manifesté à un moment, justifiant la fin de notre patrouille pour rapport immédiat. »

Le lieutenant n'aimait pas les missions accomplies à moitié. Il faudrait le convaincre de la nécessité de cet écart pour qu'il passe l'éponge.

« TSO-3810, pouvez-vous corroborer ? »
« Affirmatif mon Lieutenant. Nous avons capturé des images sur mon datapad. Voyez plutôt. »

Pointer donna le datapad au Lieutenant, qui sut d'office où regarder. La vidéo passa d'un coup, sans son, mais les images parlaient d'elles-même. L'HUD des macrojumelles restait affiché, les informations tactiques l'étaient donc aussi. Le lieutenant rendit le datapad à Pointer et resta les bras le long du corps.

« La chose est crédible. Vous ne recevrez pas de blâme. On va envoyer un message prioritaire au QG. Vous repartirez en mission d'exploration demain soir. Vous serez avec l'équipe Bravo et Epsilon. »
« Quoi ? Mais Lieutenant... »
« Vous discutez mon autorité, SWT-1609 ? »
« ... Non, votre autorité est indiscutable Lieutenant, mais... »
« Alors vous partirez en mission demain soir. Remerciez votre trouvaille que je ne sanctionne pas votre comportement rebelle. »

Puis il s'en retourna à ses terminaux, le datapad de Pointer reprit de ses mains. Striker serra les poings, mais ne prononça aucun mot de toute la soirée. C'était leur tour de prendre un peu de repos. Leur armure retirée, leur pistolet de poche sous l'oreiller, ils purent dormir quelques heures. Après la journée commencerait...
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#24532
Un soupir résigné. Presque désespéré en fait. Le commandant retira sa calotte et s'épongea le front humide et trempé d'une sueur craintive du revers de sa manche.

« Vos hommes sont fiables, Lieutenant ? »
« Affirmatif, Commandant. Mes hommes sont des éclaireurs de premier rang. J'ai toute confiance en leur rapport. »

Le commandant n'aurait pu cru une telle absurdité s'il ne s'était s'agit du lieutenant THX-1138. Une droiture impeccable, une loyauté à faire pâlir de jalousie une machine programmée par de zélés informaticiens du COMPORN et des états de service irréprochables. Un héros de guerre et une machine du Nouvel Ordre.

Impossible, même si c'était une histoire qui était tout aussi impossible, de ne pas le croire sur parole.

Le voyant agiter un doigt sur sa cuisse, le commandant devina, comme il avait comprit le tic, qu'il souhaitait parler, mais n'osait s'imposer devant un supérieur.

« Voulez-vous faire un commentaire ? »
« A dire vrai, j'ai outrepassé mon devoir de garde pour aller constater le phénomène de moi-même, Commandant. Cela me paraissait si invraisemblable que je n'ai pu qu'aller vérifier de mes yeux propres. J'accepterais toute sentence appropriée à mon acte de sédition. »

Acte de sédition... Roulant les yeux au ciel à la simple pensée du nombre de fois où de tels écarts devaient s'opérer dans une année, le commandant balaya d'un geste de la main ce que le lieutenant venait de dire et posa le datapad sur la table.

« Alors notre base d'opération d'observation des Régions Inconnues n'a pas détecté ce qui était sous notre nez. Mais il n'est pas trop tard. Avez-vous quelque chose de particulier ? »
« Moi, juste les résidus du phénomère que vous observiez un instant avant, Commandant. Mes hommes, TSO-3810 et SWT-1609 ont semble-t-il vu... une flotte, Commandant. »
« Une flotte ? »
« Oui Commandant, une flotte colossale. Probablement d'assaut, Commandant. »

Une boule au ventre se forma doucement, et le Commandant n'eut qu'une réaction à ce qui venait de se dire.

« Bien, merci Lieutenant. Vous pouvez disposer. »
« Dois-je tenir mes hommes prêts à la guerre, Commandant ? »

Une sage question. Et le commandant n'en savait trop rien en fait... Mais il se décida de mettre l'homme si loyal sur la piste.

« Je vais alerter le Généralissime Igor Kaskarov sur Bastion, ainsi que les Grand-Généraux et Grand-Amiraux en charge de la mission d'exploration des Régions Inconnues. Et les Grands Moffs. Faites votre rapport et envoyez-le moi dans l'instant. »

Puis il se tourna vers la baie vitrée de ses appartements qui servaient de bureau, posant son regard gris sur les surfaces ternes de Nirauan.

« Il s'agit peut-être d'une guerre qui ne concernera pas que l'Empire... »


Bothawui [Solo]

L'instant d'après, j'étais à nouveau au sol. Mon m[…]

Secteur Bothan & Bothan Spynet

Effectifs totaux Vaisseaux : 9 Crois[…]

B ossk se comportant amicalement ? A croire qu[…]

Ouverture du pion en E4 [Espace Bothan]

Contenir sa haine par les apparences - – Pren[…]

https://i.gifer.com/6Mdo.gif […]

Un Hutt et des Jeux...

"Ha ha ha" Ce petit Sith avait osé […]