L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Modon Kira
#24534
Modon était tétanisé. Face à lui se dressait des centaines de Croiseurs Lourds de classe Dreadnaught. Ces immenses vaisseaux avaient peut-être plus d'un siècle d'existence, mais ils n'en restaient pas moins redoutables. Armés à la fois de turbolasers et de quad-lasers, ils pouvaient s'en mal résister à n'importe quelle menace, sans parler de leurs puissants boucliers et de leurs solides armures. Par ailleurs, il ne fallait surtout pas oublier qu'ils pouvaient également contenir plusieurs milliers de soldats ainsi qu'un escadron de chasseurs. Et encore, ils étaient aussi aisément modifiables... ce qui rendait les capacités de cette flotte bien peu prévisibles. Dans tous les cas, il fallait bien compter un demi million d'hommes au minimum pour qu'une telle armada puisse se mouvoir, force normalement accessible qu'au plus importantes organisations galactiques. Mais ce n'était guère ces données inconnues ou la vision de cette puissance inarrêtable qui terrorisaient Modon. Il y avait quelque chose d'autre... plus primaire... plus instinctif... un sentiment s'insinuant aux tréfonds de son âme et étouffant son esprit d'une étreinte oppressante. Le souverain avait le sentiment d'être un animal apeuré face à son prédateur mortel, incapable de bouger ou de penser. Et il détestait cela ! Il se haïssait et se méprisait, mais malgré toute sa volonté, il ne parvenait pas à sortir de cet état de torpeur absolument nouveau pour lui. Il voulait crier, mais aucun son ne sortait de son organe pétrifié. Il expérimentait une peur panique extrême qui aliénait absolument toutes ses capacités intellectuelles et motrices. Pour la première fois de sa vie, le roi se sentait impuissant.

[D3-X] - Maître Kira ? Dois-je enclencher les armes ?

Une voix robotique mais néanmoins amicale résonna en son être comme un phare auquel il pouvait se raccrocher. Dex était miraculeusement devenu une ancre sur laquelle reposer les fondations d'un esprit détruit par une force écrasante. Puisant dans ses dernières réserves d'énergie, Modon lutta pour retrouver ses facultés et ne surtout pas laisser filer cet infime espoir de se recentrer.

[D3-X] - Maître Kira ? Vous allez bien ? Voulez-vous que j'appelle 2-1B ?

[Modon Kira] - N... Non... parvint-il finalement à répondre au prix d'un immense effort.

[D3-X] - En êtes-vous certain ? Vous tremblez énormément pour un être biologique. Et vous semblez perdre une quantité importante de ce que vous appelez sueur.

[Modon Kira] - La... la...

[D3-X] - Laaa ? Lavement ? Laxatif ? Oh ! La lampe ! Pour examiner votre gorge, c'est cela ? J'appelle immédiatement 2-1B, il pourra vous examiner comme il se...

[Modon Kira] - LA FERME ! cria finalement le Roi en frappant du poing l'accoudoir de son fauteuil. Aaaah ! Nom d'un boma ! Qu'est-ce que c'était que ça ?!

[D3-X] - Si je puis me permettre Maître Ki...

[Modon Kira] - Shh ! ordonna le souverain, avant de finalement se tourner vers son copilote d'un air gêné. Et... merci Dex... Tu n'en sais peut-être rien, mais tu m'as sauvé de moi-même...

Bien sûr, malgré ses origines, Modon ne pouvait pas se douter qu'il avait certainement été victime du sombre art des siths. A ses yeux, il n'était guère passé que par une expérimentation psychologique des plus intenses et assurément traumatisante. Bien sûr, il était encore terrifié, mais il savait que c'était suffisamment irrationnel pour s'obliger à garder un semblant de contrôle sur ses fonctions primaires. Surtout quand la situation était aussi catastrophique. Il fallait absolument prévenir la Nouvelle République d'une manière ou d'une autre, et le seul moyen d'y parvenir, c'était bel et bien de passer par le relais d’Esfandia. Mais se faisant, le Roi savait que les scientifiques locaux préviendraient également le reste de la Galaxie, ce qui lui posait un sérieux problème de conscience. A ses yeux, l'Empire ne méritait pas d'être prêts face à une telle armada. Cependant, il ne voyait pas d'autres solutions.

[Modon Kira] - R7-A6, dit-il en utilisant son implant comlink, viens ici et prépare un unique envoi sécurisé de données au relais d'Esfandia, dans le secteur I-6.

[D3-X] - Que comptez-vous faire, Maître Kira ?

[Modon Kira] - Je vais relier tes photo-récepteurs à mon datapad, tu vas me filmer et R7-A6 va ajouter au dossier toutes les données que nous avons récolté. Puis nous enverrons le tout au relais afin qu'il puisse le transmettre à la Nouvelle République. C'est le moyen le plus rapide de les prévenir de ce qu'il se passe. On va aussi ajouter en crypté les coordonnées des sauts qu'on a fait pour venir ici sans passer par les territoires impériaux.

Il ne fallut que quelques minutes pour tout mettre en place et bientôt, la Gotal put recevoir sur son terminal la vidéo suivante :

Une image nette d'un croiseur lourd de classe Dreadnaught apparut sur l'écran. Le vaisseau était vieux, guère plus qu'une poubelle volante, mais avec de puissants réacteurs bien plus modernes. La caméra dé-zooma offrant alors un large panorama de l'espace et dévoilant par la même occasion plusieurs centaines de vaisseaux similaires. Régulièrement, des lueurs brèves illuminaient l'espace profond, signifiant qu'un nouveau bâtiment apparaissait. Puis, à mesure que le point de vue semblait s'éloigner, l'intérieur du cockpit d'un vaisseau fut dévoilé au spectateur, avant qu'un homme apparaissent à l'écran. Il semblait fort, grand et bien bâti, mais pourtant il était en sueur et de lourdes cernes barraient son visage livide. Il était manifestement en proie à une terrible peur qu'il ne parvenait à contenir que grâce à l'urgence de la situation. C'est d'une voix fatigué et presque tremblante qu'il s'exprima alors :

[Modon Kira] - Je me nomme Modon Kira, 2ème du nom, Prince des Bêtes, Roi d'Ondéron et de ses lunes, et Administrateur du Secteur Japrael. Je suis actuellement à bord de mon vaisseau, Le Maalraas, immatriculation 57812/B785, au sud du Secteur H-6, élévation 45 degrés, dans les Régions Inconnues.

Il s'interrompit quelques secondes, le temps d'essuyer son front du revers de la manche, puis de consulter un écran encastré dans le panneau de contrôle de son vaisseau.

[Modon Kira] - Je détecte actuellement 188... non, 189 vaisseaux sans aucun pavillon connu. Ils viennent de quelque part beaucoup plus au Nord de ma position, sortent de l'hyperespace et restent ensuite sur place, sans bouger.

L'homme se tourna alors à nouveau vers la caméra, avec un air nettement plus grave.

[Modon Kira] - Je n'en sais malheureusement pas beaucoup plus. J'ai essayé d'obtenir un maximum de données sur l'armement et la structure de chacun des vaisseaux présents à l'aide de mes senseurs. Je vous envoie tout cela avec cette vidéo afin que vous puissiez lancer une analyse et vous préparer au mieux face cette potentielle invasion d'envergure. Quant à moi, je vais tâcher... - il déglutit, essayant de ravaler sa peur -... je vais tâcher de m'infiltrer à bord de l'un de ces dreadnaught et de déterminer en priorité leur provenance et leur destination, mais également leurs intentions. Si je survis, je vous ferai un nouveau rapport au plus vite... donc... faites en sorte que le relais d'Esfandia reste actif le plus longtemps possible... s'il-vous-plait...

Le souverain allait couper la vidéo quand il ajouta une dernière chose d'une voix basse et pleine de tristesse.

[Modon Kira] - Et... dites à ma femme que je l'aime...


La vidéo s'arrêtait là, mais était effectivement accompagnée d'un ensemble de data brutes qui ne demandaient qu'à être analysées. Par ailleurs, le panorama montrant une partie de la flotte inconnue au début de la transmission permettrait également d'obtenir des données visuelles sur cette potentielle menace. De quoi favoriser les préparations des différents acteurs de la galaxie.

[D3-X] - Comment procède-t-on, Maître Kira ?

[Modon Kira] - On approche discrètement l'un des vaisseaux, de préférence le vaisseau amiral si on le repère, puis on se colle à lui à l'aide des trains d’atterrissage magnétiques, au niveau des pivots des portes de sécurité des hangars. On ouvrira une des trappes d’éjection du Maalraas et je poserai des détonateurs thermiques à des endroits stratégique. On s'éloigne... on fait péter... on rentre... Puis je n'aurai qu'à couvrir R7-A6 avec mon armure AV-1A tandis qu'il tentera de pirater leurs systèmes. Une fois cela terminé, j'en profiterai pour laisser quelques bombes et on se cassera au plus vite avec les données.

[D3-X] - Woah ! Votre plan semble tellement simple à réaliser !

Modon poussa un triste soupire de résignation tandis qu'il regardait dans le vide.

[Modon Kira] - Oui... simple... je l'espère...

Tandis qu'il actionnait les propulseurs du vaisseaux, Modon ne pouvait que subir les tourments de son instinct presque animal lui criant de fuir depuis qu'il était arrivé dans ce secteur. A ses yeux, c'était presque certain... il allait vers quelque chose de bien pire que la mort.


Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#24541
La Task Force Gamma de Bilbringi - accompagnée d'un Destroyer Stellaire MK2 de la flotte d'appoint qui s'était dirigé d'office au point de ralliement pour gagner du temps - dépêchée à un saut de l'endroit, avait largué de ses entrailles les espions redoutables que formaient les TIE Fantômes, et leur rapport était sans équivoque.

Image« Les scientifiques semblent ne remarquer d'autres présences que celles de leurs écrans. Si flotte il y avait, nous ne l'avons pas vue. »

Invisibles aux yeux de tous, les Fantômes étaient aussi aveugles de par leur équipement. De formidable engins d'espionnage, mais en rien infaillible. Il leur aurait fallut s'approcher à portée d'yeux pour constater la chose, et revenir ensuite. Et quand on annonçait 180 vaisseaux de tonnage lourd, on évitait de faire l'idiot... surtout avec du matériel comme les Fantômes.

Le pilote de TIE attendait au garde-à-vous, le sergent de pont le pressant de questions depuis un petit moment déjà.

« Rien d'autre d'inhabituel ? »
« Pas que je sache... Enfin... si... une zone nous a parut exceptionnellement... sombre. »

Les pilotes de TIE étaient des gens intelligents, vifs d'esprit et triés sur le volet. Une élite multi-tâche qui apprenaient à résoudre des équations complexes défilant rapidement dans le coin inférieur d'un écran tout en devant piloter comme des As dans les simulateurs. Une sélection ardue qui ne laissait filtrer que les meilleurs.

Et les meilleurs avaient le sens du détail. Et en effet, une flotte assombrie ne laissait en général filtrer aucune lumière des étoiles, jetant un voile noir intégral sur tout un pan de l'espace. Un détail qui ne trompait pas.

« Bien, votre mission est achevée, pilotes. Restez en alerte en attendant. »

Pas de répis réel, prêts à décoller en toute circonstance. Des vaisseaux invisibles sauraient se rendre utiles pour la suite, d'ailleurs.

« Ici sergent Traï, je me dirige vers le pont pour rapport urgent. Terminé. »




ImageL'Amiral Trestko, en charge de l'expédition baptisée Opération Fil du Miroir, recueillit l'information avec un calme et un visage si serein qu'on l'aurait cru en train de disputer une partie de domino, sans mise. Le petit sourire en coin de ce jeune produit des nouvelles académies avait de quoi crisper les vétérans qui s'affairaient dans les autres vaisseaux, mais sur le papier, il était censé être un génie tactique. C'était sa première mission, et il en tirait une fierté toute relative, si on considérait que le combat se devait d'être évité.

« La suite me semble limpide. Les scientifiques seront récupérés, de gré ou de force. Engagement effectif en cas d'attaque de la flotte. »
« Mais Amiral... 180 vaisseaux, cela représente... »
« Cela représente une goutte d'eau face au génie tactique impérial moyen. Notre puissance est sans égale, inébranlable et nos victoires inexorables. Ou alors doutez-vous de nos moyens ? »

Fougueux et insouciant. On dirait un jeune alevin.

« Non, Amiral. »
« Parfait alors. Effectuez le saut, le plus près possible de la position des scientifiques. Navigation ? »
« Oui Amiral ? »
« Coordonnées enregistrées ? »
« Triangulation cartésienne optimum monsieur, avec calcul de la position optimale par appréhension de la rotation planétaire. »
« Parfait. Je veux une coordination maximale sur cette affaire. On verrouille la cible, on tracte, on ramène à bord, on recueille les informations, et nous sauvons la situation. Holocams branchées. »

Aussi crispant que ce fût, il fallait suivre les ordres.

Un jeune alevin...




L'arrivée de la Task Force avec en sa pointe le Destroyer qui allait servir de carosse de luxe ne passa pas inaperçue. Arrivant impeccablement au-dessus de la position des scientifiques, l'Amiral diffusa un message global à toute la zone sur toutes les fréquences.

« Ici l'Amiral Trestko de l'Empire Galactique. Nous sommes ici pour rapatrier en lieu sûr l'équipe scientifique de la mission permanente d'Esfandia. Tout contrevenant à cet état de fait sera anéanti ! »

Pénétrant vite en orbite basse, le Destroyer transmit un message, à l'équipe scientifique également.

« A l'expédition permanente d'Esfandia, je suis l'Amiral Trestko de l'Empire Galactique. Vous êtes placés sous la protection de l'Empire à partir de maintenant, et êtes sommés de participer à un débriefing complet sur la situation. Cette décision est sans appel.

Ne résistez pas. Rien ne vous sera fait ni à vous, ni à votre équipement.
»

Puis on chargea les rayons tracteurs, tandis que la Task Force restait en orbite haute pour servir de bouclier.

Restait à croiser les doigts.
Avatar de l’utilisateur
By Maya Tega
#24590
Les troupes coloniales déchargèrent le peu de matériel que l’on avait à disposition, et l’on raccorda le quasar fire à l’ordinateur de la base. La puissance de calcul n’était pas exceptionnelle mais il faudrait faire avec.

- « On vient d’un peu plus loin que l’empire. »

Bientôt, les informations furent de plus en plus précises. Et la nouvelle tomba. Des croiseurs Rendili. Des Dreadnought, juste ça. Et près de deux sens.

- « Capitaine… ? »
- « Prévenez tout de suite l’Amiral. »

Le temps passait, alors que sur l’écran, le nombre de vaisseau augmentait constamment. La capitaine du croiseur ne pouvait écarter ses yeux des écrans radars. Il semblait que le nombre de vaisseau augmentait sans fin. Mais c’était une autre question qu’il se posait : Pourquoi sortir d’hyperespace ici ? A portée de radar, mais trop loin pour tente la moindre chose rapidement. A moins que…

- « Préparez le Zenith, nous allons nous rapprocher. »
- « Nous…Capitaine ? »
- « Il faut savoir où va cette flotte. Nous devons avoir leur trajectoire précise pour connaître leur destination. Et je doute que nous apprenions cela rapidement ici. Il va falloir se rapprocher de cette flotte et tenter de trianguler la position exacte de chaque navire. »
- « Mais… »
- « Ici on ne sert à rien. On ne saura rien de plus. Notre seule façon d’aider est de s’approcher et de de trouver leur destination avant qu’il ne repasse en hyperespace. »

C’est l’instant que choisit l’une des enseignes du Zenith pour contacter le capitaine.

- « Monsieur, on a un soucis. »
- « Quelque chose pire que 200 croiseurs nous arrivant dessus ? »
- « Nous avons détecté une flotte impérial sortant de l’hyperespace. Il lui faudra peu de temps pour être ici. »
- « Faut toujours que ça dérape…Préparez-vous au départ d’urgence. Transmettez toutes nos données et la vidéo reçue à Mrisst. Vous voyez sergent, nous n’avons plus le choix. »

La Capitaine des colonies se rendit dans la salle où les scientifiques s’étaient regroupés. La donne avait changé, et il devait avoir le choix.

- « Bon, on a de la visite, un destroyer impérial est entré dans le système. Pas besoin de vous faire un dessin, ils vont venir vous chercher de grés ou de force. Nous ne pouvons pas rester. Et nous ne pouvons pas rester ici, sans agir, avec au final peu d’information. Soyez-sur que quand l’empire arrivera, vous ne serait plus au commande des recherches. Ce que je vous propose, c’est de venir avec nous. Vous pourrez continuer les recherches à bord du Zenith. Un vaisseau spécialisé, avec du matériel de pointe, nous rejoindra. Vous êtes ici depuis des années pour certains, et j’ai du mal à imaginer que vous puissiez abandonner si facilement les choses le jour où quelque chose de fascinant arrive. Mais le choix vous appartient. Continuer l’aventure, en étant votre propre chef, ou arrêter, et rejoindre l’empire. »

La capitaine quitta alors la salle, et les hommes du Zénith rembarquèrent le matériel qui avait été amené. Ils en auraient besoins pour la suite de leur mission. Ils accueillirent à bras ouvert les scientifiques désireux de joindre l’aventure. Puis, une fois tout finis ou presque, le Zenith décolla, suivit du cargo correlien.

- « Voler à ras du sol jusqu’à la face opposé de la planète, puis rejoignait l’orbite et l’hyperespace. On ne doit pas rester la. »


**


Maya regardait les données qui venaient d’arriver, ainsi que la vidéo de Modon. Les choses étaient graves. Elle transmit la vidéo à la Reine d’Onderon, avec un courrier d’explication, tentant d’adoucir la nouvelle au maximum. Elle prit communication avec l’Amiral Lindson. Elle lui demanda de dépêcher le croiseur vasco, et les frégates protecteur et horizon légèrement au sud de la flotte repéré, via la route trouvé par Modon. Puis, elle rédigea un message à destination du gouvernement central :

« Chers Conseillers,
Ce jour nous avons reçu un message en provenance de la Planète Esfandia. Afin de confirmer ou d’infirmer les informations dont nous dépêcher une mission sur la planète. Nos conclusions sont alarmantes. Une flotte de 200 croiseurs Rendili est sortie de l’hyperespace. Des moyens supplémentaires sont en route pour évaluer la trajectoire de la menace. Les flottes des Colonies du Nord sont mobilisées. Nous ne pouvons que conseiller la même chose dans toute la république.
Maya Tega »



Hj:
Avatar de l’utilisateur
By Leia Organa
#24597
Coruscant, 23h42
Cantham House

Leia dormais profondément, elle était au milieu d'un rêve qui revenait chaque soir depuis son retour d'Ondéron, elle voyait un vaisseau, des explosions, un baiser, une jungle...Puis elle fut réveillée par C3PO, qui l'informa de l'arrivée d'un message en provenance du bureau présidentiel. Une urgence, elle s'habilla en vitesse, fit convoquer l'Etat Major et les membres du Conseil. Tous se retrouvèrent dans son bureau devant le grand projecteur holographique. Avec le message de Maya, alarmant au possible. Ils ouvrirent la communication vers l'adminsitratrice Tega...


Gizor LeBref IIbordure extérieure, Conseillé à la Défense - Ça paraît irréel ! Comment une flotte si importante à pu être réunis ?

Krall Praget d'Edatha, Conseillé aux sciences et à la technologie - C'est impossible, voilà la réponse ! C'est sans doute encore cette rumeur qui reprend...

Leia lassée, le coupa...

- Conseillé, j'ai la faiblesse de tolérer votre manque de respect habituel, mais je n'en tolérerai pas d'avantage ce soir, alors ayez la décence de respecter la parole d'une administratrice de la Nouvelle République !

Puis elle changea de ton, qui se fit alors plus doux à l'égard de Maya, mais non moins très inquiet...

- Administratrice, avons-nous la moindre information sur l'affiliation de cette flotte, Esfandia est proche du territoire impérial, pourrait-il s'agir d'une nouvelle flotte d'invasion contre le noyau ?

Doman Beruss d'Illodia-noyau, Conseillé au Ministère Général - A part l'Empire, le Secteur corporatif et Hapès, aucun gouvernement dans la galaxie n'a les moyens de soutenir une telle armada. Contactez Rendili StarDrive, pour déterminer si et quand il aurait pu produire et vendre en si grande quantité une telle flotte, et surtout à qui ! Ils n'ont jamais beaucoup produit pour l'Empire...


Puis Ackbar s'adressa à Maya

Amiral Ackbar - Pas de conclusions hâtives Administratrice, nous ignorons si cette flotte représente une menace, comme vous le dîtes. Aussi nous devrions faire preuve de beaucoup de prudence. N'envoyez pas d'avantage de forces militaires sur place, tant que nous n'en savons pas d'avantage il pourrai être dangereux de risquer la vie de nombreux hommes uniquement pour "évaluer la trajectoire de la menace"

Leia, ferma les yeux une fraction de seconde, comme pour sonder, la situation, le simple temps d'un battement de cils lui suffit pour ressentir toutes les ténèbres qui émanaient de cette flotte. La solution lui apparue évidente...

- Il n'en demeure pas moins que nous avons besoin d'en savoir plus, nous avons besoin d'une vision plus claire sur la question. Les Forces des colonies Nord ne doivent pas se mettre d'avantage en danger. Nous avons besoin de la sagesse de l'Ordre Jedi dans cette affaire.
Informez le Conseil Jedi de la situation, et solliciter leur aide et l'envoi d'une mission de reconnaissance de leur part pour rejoindre nos forces déjà sur place et afin qu'ils tirent au clair l'affiliation, la trajectoire et les intentions de cette flotte.
Que les Forces de défenses des Colonies Nord, des Colonies Sud et du Noyau se tiennent prêtes à intervenir.


Puis levant la voix, elle s'adressa à Maya...

- Administratrice, que les forces sectorielles restent mobilisées mais à bonne distance, n'engager aucune action qui pourrait mettre la vie de nos hommes en danger, qu'ils restent en tant que sentinelles pour nous informer de l'évolution de la situation. Si il ne s'agit pas de l'Empire hors de question d'adopter un comportement hostile. Nous vous chargeons de superviser l’accueil d'une mission Jedi parmi nos forces de secteur déjà présentes sur place.

Résumé :

- Demande d'aide au Conseil Jedi, pour l'envoi d'une mission de reconnaissance sur place.
- Mise en alerte des forces de défenses du Noyau, des Colonies Nord et des Colonies Sud.
- Prudence et distance, sont les attitudes prescrites par la Nouvelle République
- Contact auprès de Rendili StarDrive, pour déterminer l'origine de la flotte et son acquéreur.
Avatar de l’utilisateur
By Ranath
#24598
    Entropie a écrit :Dans le cargo, on pouvait remercier le pilotage automatique, car Yord n’avait pas les yeux sur les commandes, bien loin de là… Quant à l’autre, il traînait debout, les bras croisés dans le poste de pilotage, s’étant fait voler sa place. C’était toujours pareil, jamais rien pour lui… Le voyage dura bien plus longtemps que pour la plupart des autres protagonistes, et il fallait faire le tour du noyau. Pas pratique de multiplier les sauts hyperspatiaux. L’appat du gain et la vue plongeante leur offrait toute la motivation nécessaire pour se lancer dans cette aventure périlleuse. Arrivés sur place, après plusieurs heures intenses de voyage, ils envoyèrent un message sans concerter la Mirialan.

    « On est là pour vous aider, commandant Ashpidar ! »

    Bien évidemment, cela fut émis sur les fréquences du secteur planétaire. Heureusement que le trafic n’était jamais dense ici et que peu de personne capterait ce message. Mya quant à elle devait sentir autre chose. La peur était là. Elle la connaissait cette peur, car moult fois au cours de sa formation elle avait dû y faire face. Elle l’avait oublié pour le bien de sa formation, mais cette fois, elle était bien présente. Ressurgissant des tréfonds de son esprit, cette peur qui éveillait de sombres capacités…



    Mya était parvenue à se prémunir des avances maladroites de ses compagnons de voyage. Après une mâchoire déboitée et un genou retourné, les deux idiots avaient fini par comprendre qu'ils s'étaient fait avoir. Ils n’osaient cependant pas la mettre dehors. Ils avaient embarqué une femme violente et armée, et préféraient désormais s’en tenir à bonne distance. Et puis … restait la vue. Et ce petit côté « femme indépendante » n’était pas pour déplaire à Yord.

    À la sortie du dernier saut, un petit malin ne put s’empêcher de signaler sa présence au reste de la galaxie. Il n’écopa que d’une nouvelle paire de baffes et s’en alla râler dans un coin. Mya examinait les données relevées par les capteurs du vaisseau. Rien, ce cargo miteux ne voyait absolument rien. Mais à mesure que le temps filait, la sensitive sentait croitre cette sensation désagréable qui s’empare de quiconque évolue en terrain découvert et dangereux.

    L’autre profita de l’absence de son camarade pour tenter d’accéder aux commandes. La jeune femme l’en dissuada d’un « pousse-toi ! » hargneux et changea de siège pour prendre la place du pilote.

    Mya désactiva une à une les commandes inutiles du cargo. Un instant, elle contempla le vide immense qui les toisait, écoutant, traquant au cœur de la Force la source de la peur ressentie et qui s’intensifiait à chaque instant. Cette même peur … la peur de Krayt … amplifiée, décuplée, cent fois plus menaçante … La peur puis la mort. Oserait-elle tendre son esprit jusqu’à l’un de ces vaisseaux …

      « Là ! 'tain, l’Empire ! Faut dégager !
      - Prépare un saut, mais rien de plus. Si on bouge d’ici tu es mort. »

    L’idiot s’exécuta. Sous la menace, il devenait presque efficace.

      « On bougera quand je te le dirai. »

    Puisant dans les ressources du Côté Obscur, l’esprit de Darth Ranath s’aventura vers la flotte d’origine inconnue. Mentalement, elle cherchait une présence à laquelle se raccrocher, un contact à établir. Qui étaient-ils ?
Avatar de l’utilisateur
By Youki Hini
#24635
Pnj:Gáios Oréstis

Le Xim IV et la flotte de l'Amirauté de Tion dont le croiseur lourd Vindicator était le navire amiral sortait d'hyperespace à cinq minutes de saut derrière la Task Force Gamma de L'Amiral Trestko.

Avant de surgir tel un diable de sa boite, Gáios Oréstis avait bien entendu pris le soin de prévenir l'ambassadeur de Desevro. Il ne s'agissait pas de donner l'impression à l'empire que c'était une surprise de la Nouvelle république.

Sur la passerelle, l'amiral Tionais passait ses mains derrière le dos.


"Mettez moi en contact avec l'Amiral Trestko commandant en chef des opérations"

Après un bref grésillement , l'image du Tionais s'afficherait en hologramme sur le pont du MK2.

"Mes respects Amiral Trestko. Je suis l'amiral Oréstis de la flotte de Tion. J'ai reçu mandat du Despotat pour mettre une partie de la flotte Tionaise et ma personne sous votre commandement durant la durée de vos opérations. Nous avons prés de sept cent chasseurs et bombardier en renfort pour vous appuyer, et un Immobilizer d'interdiction supplémentaire."

Du matériel 100% sienar, les impériaux ne seraient pas dépaysé à leur vue.

"En l'attente de vos ordres amiral".
Avatar de l’utilisateur
By San Kun
#24666
Singer - Oh putain ça sent pas bon!

Les deux êtres restaient bouche bées, comme fascinés par ce qu'ils avaient devant les yeux. C'était la première fois que San Kun voyait un vaisseau - et plus loin dans son champs de vision : une flotte - et Singer n'arrivait pas à identifier les vaisseaux. Enfin si, il les connaissait. Mais c'était généralement des vaisseaux dans des casses sur lesquels on récupérait des pièces. Comme hypnotisé, Singer filma la scène du cockpit avec le datapad que lui avait donné l'Anx. San Kun avait eu raison de tout désactiver et de passer en manuel. D'utiliser la Force pour piloter. S'ils s'étaient fait repérer, alors ils auraient été morts.

San Kun - Il y a ... le mal. Ils savent qui nous sommes, et ils savent que nous sommes là.

Singer - Que... Qué? Pardon? Quoi?

Abasourdi, le vieil humain checka quelques commandes, calcula sur son petit carnet un saut d'hyperespace rapide mais efficace pour fuir. Son expérience de contrebande et de pilotes de l'alliance lui revenait. Dès qu'il eut fini, il activa le plus rapidement possible qu'il le pouvait les instruments nécessaires, et pouf! Il réapparurent quelques années lumières plus loin. San Kun n'avait toujours pas réagi. Enfin si... maintenant, avec les lumières réactivées, le capitaine pouvait voir qu'il avait changé de couleur. Sa peau, blanc pâle, était livide. Jamais aussi claire que maintenant. C'était mauvais signe. Singer savait très bien que lorsque la peau du Jedi s'éclaircissait, cela ne présageait rien de bon.
En tout cas, devant le vide intersidéral parsemé de quelques lumières mondes ou lumières étoiles, il soupira un bon coup, et essaya de faire le tri dans ce qu'il venait de voir. Il repassa la bande du datapad, la transféra sur la base de données du YT pour la revisionner en grand dans le cockpit.

Singer - Si c'était pas enregistré, je croirais que j'ai rêvé, un mauvais tour. Magie noire ou quoi que ce soit. On dirait que c'est bien réel. On fait quoi?

San Kun - Il faut transmettre cette information. Au Nouvel Ordre Jedi. À Monsieur Dagger, également. Et à la Nouvelle République...

Singer - Si je peux me permettre San Kun, Jean Dagger? On doit rendre des comptes à l'Ordre, pas à un chef d'entreprise privé.

San Kun - As-tu pu identifier la flotte? Empire? République? Mandalorienne? Pirate?

Singer - Non. J'ai jamais rien vu de tel.

San Kun - Il est donc probable que l'Ordre n'aie pas directement la réponse non plus. Ni la République... et ni l'Empire. Monsieur Dagger transmettra sans doute à qui de droit, et aura accès à des ressources que les alliés n'ont pas. De plus, d'ici quelques heures, il sera forcément au courant, alors à quoi bon la rétention d'information?

Singer - De ce point de vue. En tout cas, c'pas moi qui devra expliquer le pourquoi du comment au Grand Maître.

San Kun pianota sur l'ordinateur, et y joignit la vidéo de la flotte qu'il avait prise durant les quelques - non, la réaction de son pilote avait été plus rapide que ça - durant la minute de leur exploration.



Pour le Nouvel Ordre Jedi, il rajouta ses impressions. C'était là de la prudence, car il n'avait pas encore assez confiance en sens pour en faire part à Monsieur Dagger.



Avatar de l’utilisateur
By Scott Knox
#24670
Le Département d'Etat reçut un message du Jedï San Kun qui le classifia de suite en "priorité Alpha" et le trasmit à Jean.



Force était de constater que bien loin au nord, une armada se mobilisait...Non, elle arrivait !! et une sensation de mal-être commença à l'envahir comme une angoisse inexpliquée. Il dut faire un effort de volonté pour chasser celle-ci et se reprendre...

Quand l'émotion fut passée, il demanda à ce que cela soit transmit à toutes les Nations proches ou éloignées amies ou rivales ainsi qu'un message personnel à San Kun.



Jean donna l'ordre à la flotte principale de défense de se mettre en état d'alerte, toutes les permissions annulées, personnel prêt à prendre son poste...Priorité absolue !


Au M.J : les images sont transmises à toutes les Nations sans exception.
Avatar de l’utilisateur
By Entropie
#24672
Ambiance


199 : Le début de la fin ...


L’ultime croiseur pénétra dans l’espace normal et corrigea sa trajectoire par le biais de ses rétros fusées, s’alignant avec les autres. Puis, le silence complet, ou presque. Les ondes que provoquait le métal contre le métal se propageaient à travers la carlingue. Les gongs sauteraient bientôt, harcelés par le chalumeau. Sur le pont dudi vaisseau, une oreille attentive était prêtée à ses bruits. Une oreille et une aura de Force puissante et ancestrale. Dans l’ombre, ses yeux rapetissèrent et un rictus de dégoût apparu sur sa bouche. Il fit un bref mouvement de la main pour que les trois soldats qui l’accompagnaient sortent de leur torpeur et sorte de la fosse. Ils étaient suivi par une créature, noir comme le charbon, des griffes acérées et une petite paire d’yeux verdâtres. La créature féline dépassait presque le bassin des guerriers et ronronnait tout en reniflant l’air. Sans un mot, les trois soldats suivirent le son, guidé par autre chose que leur instinct. Coursives après coursives, seules les lumières rouges de sécurité permettait de discerner les parois, et encore. La pénombre n’aurait pas permis à un humain standard de se repérer. Les ombres étaient trop nombreuses, et leur forme trop approximative. Quand ils arrivèrent, une explosions retentit, suivit de la chute de la porte de sécurité. Trois lames rouges furent dégainés, tandis que la créature se posta sur ses pattes arrières, prête à bondir. L’humanoïde couvert d’acier posa le pied dans le couloir, accompagné du fracas que provoqua son armure. Les soldats sous leur capuche échangèrent de brefs regards et de petits ricanements hautains. Les deux soldats en avant étaient bien battis, semblable à des bodybuildeurs humains. Celui de derrière était plus famélique et plus petit. Modon avait l’avantage du terrain. Les soldats ne pouvaient évoluer qu’un par un. Le choix ne devrait souffrir d’aucune hésitation. Attaquer, ou se défendre. Dans tous les cas, le premier leva son sabre laser et chargea, accompagné de la créature féline qui prit appuie sur la paroi latérale pour arriver la première sur son goûté.




« Les impériaux ici ? Ils en ont mis du temps pour venir… Capitaine, il est certain que nous embarquons avec vous, on ne va pas s’amuser à débrancher. Mais nous aurons besoin de l’empire une fois en orbite. Votre guerre ne nous intéresse pas. Si vous pouvez nous rapprocher de la flotte, cela permettra d’affiner les calculs, mais ce ne sera pas suffisant.
»


Le commandant était intransigeant à ce niveau là. Elle avait l’intention de travailler avec tous les partis présents. Son équipe allait la suivre, si tant est que le capitaine venant « d’un peu plus loin » que l’empire acceptait de coopérer avec lui. Le dilemme était de taille, mais de cette alliance reposait peut-être l’avenir d’innocents, et peut-être même de la galaxie. Ainsi on embarqua quand même le matériel sur la frégate et sur le YT. L’équipe se sépara en deux suivant les spécialisations et domaines d’applications. A bord du QuasarFire, le commandant avait toujours les yeux rivés sur les consoles, alors que la frégate se rapprochait de la flotte monstrueuse. La boule au ventre, elle ne savait pas si elle s’en sortirait, et c’était cela le plus difficile à accepter. A peu près tout le mondes avait cette étrange sentiment d’impuissance, et certains étaient sur le point de craquer. Plus ils se rapprocheraient, plus ce sentiments deviendrait grand. Le commandant Ashpidar laissa encore une dernière fois le choix au capitaine de poursuivre la manœuvre de rapprochement avec les impériaux. Soit il laissait Ashpidar envoyer le message, soit il prenait le risque de ne pas avoir assez de puissance de calcul pour estimer la trajectoire de la flotte.




Il n’y eu pas de réponse de la mission neutre sur le message envoyé par l’amiral. Cependant, les scanners étaient assez clairs. Trois signaux dans le secteur près d’Esfandia. Une frégate et deux cargos, chacun à des endroits totalement opposés. Deux cependant suivaient des vecteurs dont le départ était la planète elle-même. L’autre était bien plus éloigné. Les puissants rayons tracteurs du destroyer n’eurent pas de mal à remonter la station mobile. A l’intérieur, ils retrouvèrent du matériel standard, des notes scientifiques, des observations des étoiles environnantes, mais rien de véritablement utile pour la mission. Tout semblait avoir été laissé là et la monté de l’engin n’avait pas arrangé les choses. Beaucoup de matériel était déjà par terre. Chose étonnante, tous les calculateurs, engins de détections et autres n’étaient plus à bord. L’amiral n’avait pas trente six choix lui non plus. Ou bien il donnait l’ordre de tirer sur les vaisseaux en départ de la planète, ou d’y envoyer la chasse. Il pouvait également tenter d’entrer à porter avec ses rayons tracteurs. Peut-être avait-il un champ d’interdiction pouvant ralentir ces vaisseaux fuyards ? Les manœuvres étaient nombreuses pour l’officier impérial, mais le choix était unique, voir double. Il devait jouer très serré, car déjà les vaisseaux se dirigeaient vers la flotte inconnue.




Dans le cargo bien loin de la présente flotte impérial, Mya, aka Darth Ranath avait imposé sa loi et les passagers la craignait plus que l’empire. Tous avaient dans ce regard cette petite lueur de peur qui les soumettaient. Pire encore, qui donnait à Mya cette impression de surpuissance. C’est sans doute à cause de ce sentiment qu’elle eut la folle idée de rentrer en contact avec la flotte noire … par la Force…

Une exaltation sourde dans le noir total de la chambre trahit la présence d’un individu. Le son rauque de sa respiration traduisait un âge déjà avancé. Seul au milieu du rien, il observait tranquillement le déroulement des opérations. Tout se passait comme il l’avait prévu. Bientôt viendraient les cavaliers, et la déferlante noire la dévasterait. Quelqu’un … non, quelque chose troubla sa plénitude bestiale. Un petit être dans le lointain espace trop curieux. Un jedi ? Non, pas un lumineux en tous cas. L’individu releva la tête et renifla l’air, étirant alors un sourire carnassier. Il attrapa cette présence et la força à le regarder, lui. Un visage rougeoyant, drapé sur le haut, couvrant les yeux. Une bouche ridée armée de deux énormes dents, une longue barbe blanchâtre tombant sur son torse.

« Rejoins moi », se contenta t-il de lui murmurer à l’oreille.

Image


Des images, des odeurs ou sensations apparurent précipitamment dans le cerveau de Mya. Des flashs rapides, précis. La guerre, des explosions, du sang, le feu, la destruction, la puissance, la domination. La vision forcée lui administra une vive douleur dans la tête et la mirialan eu l’impression qu’elle allait exploser, littéralement. L’autre ne relâcha pas son étreinte et les visions s’arrêtèrent quelques minutes après leur commencement.

« Rejoins moi et prend place parmi les vainqueurs. Rejoins-moi et tu goutteras à l’éternelle puissance, au savoir millénaire. »

Mya se sentit transportée au sommet de peuple, implorant pour qu’elle les épargne. Des hordes d’esclaves qui la craignaient, qui n’osaient même pas la regarder. Des soldats puissants qui la traitaient avec respect, qui seraient prêt à mourir pour elle. Tout cela s’évanouit à nouveau.

« Résiste moi, et meure ! »

La douleur sur son cerveau ne fit que croître et elle fut expulsée de la flotte. Un goutte de sang coula de son nez jusqu’à ses lèvres. Ranath n’avait pas le temps. Si elle voulait la puissance, c’était maintenant ou jamais.




Dans le noyau, alors que les ordres de prudence étaient transmis, que tout le monde s’agitaient à essayer de comprendre une bribe des événements, la présidente reçut en personne un message de Rendili :

De : Rendili Star Drive

A : Bureau de la présidente de la Nouvelle République

Madame,
Nous avons bien reçu votre demande. Il n’est pas dans la politique de l’entreprise de divulguer des informations sur ses transactions, comme vous le comprendrez. Cependant, nous pouvons vous assurer que Rendili Star Drive n’a pas eu une telle commande sous votre régime. Nous avons également fait des recherches sur plusieurs ventes de ce type à un même destinataire, mais nous arrivons toujours à la même conclusion. Rien de concluant.

Nous tenons également à ajouter, si cela peut vous être utile, qu’une flotte de cette envergure pourrait correspondre à une très ancienne commande venant du sénat de la république galactique. Une flotte devenue légende suite à un disfonctionnement dans l’asservissement.

En espérant vous avoir aidé,

Rendili Star Drive.


En pièce jointe, la très ancienne commande de la flotte. Leia avait toutes les caractéristiques de la vente, comment et pourquoi il y avait eu un dysfonctionnement. La balle était désormais dans son camp. Mobiliser les forces de la république afin de stopper cette flotte, ou attendre que ce soit elle qui tire la première, en espérant que cela ne soit pas sur eux.




Deux cadavres, une créature couinant en agitant frénétiquement les pattes dans le vide, une armure dont le pied était appuyé sur la bouche de l’animal, victorieuse, un dernier ennemi, le plus rachitique. Modon était sur la bonne voie. Pire encore, il pouvait apercevoir les rayons de la victoire. Après avoir achevé la bête, il se jeta sur son dernier combat, pour l’honneur et la gloire. Une main invisible et puissante le saisit néanmoins. Son ennemi bougeait les mains et une énergie noire s’en échappait. La pression dans l’armure se fit plus forte et les systèmes s’éteignirent un par un, laissant le pauvre homme dans le noir le plus complet. Le métal enserra ses membres à plusieurs endroits, lui coupant toute possibilité de bouger. Puis des éclairs vinrent s’ajouter à se sévisse, léchant son corps et brûlant une partie de sa peau. S’il criait, personne ne l’entendait. Au final, une entaille précise coupa la gorge de l’armure, et le casque lui fut retiré. Le roi se fit traîner à travers les couleurs d’aciers, obscures et identiques. La main de la Force le tenait fermement, et la fin pour lui approchait à grand pas. Il fut traîné dans le hangar fermé dans l’intérieur, sa cible. Un nouvel échec.

Quand il arriva sur le pont, il n’y voyait pas plus claire, mais l’espace s’offrait à lui par l’immense verrière de commandement. Une autre silhouette, imposante, directive, le toisait alors qu’il se faisait encore et toujours traîner comme la chose qu’il était à leurs yeux. Son vainqueur fit le tour du pont et déposa Modon devant ce qui semblait être le chef. D’un geste brusque, il l’arracha des entrailles de son armure, et le laissa pendre à l’air libre. Ses yeux jaunes vagabondaient sur la petite créature, la jaugeait. Puis il tourna le regard vers autre chose, dans l’espace profond.

« Tu es courageux, humain. Mais cela est vain. Admire la destruction des tiens. »

Quand Modon fut finalement retourné, il capta dans le lointain espace des formes qu’il ne connaissait que trop bien. Des vaisseaux triangulaires qui ne pouvaient signifier qu’une chose : L’empire était là.


L’armada impériale, une flotte entière d’attaque. Une Task Force Oméga-1 comme il existait peu dans la galaxie. Des flottes créées spécialement pour anéantir. Pas de négociation, pas de pour parler. Juste détruire ceux qui osaient pénétrer dans les frontières impériales. L’amiral Kievar, honnête homme aux états de service qui lui avait valu de nombreuses cicatrices était aux commandes. Son regard était froid et sa détermination sans faille. L’espace impérial violé, il avait envoyé sa flotte qui mouillait dans les parages. Une heureuse coïncidence, qui ne l’était pas pour ses ennemis. Debout au milieu de la fosse, il épiait ces petits vaisseaux qui osaient briser les frontières.

« Ouvrez un canal de communication avec la flotte ennemie. »

L’intimidation, c’était la force même de l’empire. Mais ils n’étaient pas des sauvages pour autant, et il devait connaître leur motivation avant de les anéantir. Un visage ténébreux apparut sur holoprojecteur. Dissimulé par la pénombre ambiante, la caméra avait dû mal à stabiliser les pixels.

« Vous avez violé les frontières de l’empire galactique. Déclinez votre identité, éteignez vos machines et préparez vous à vous faire aborder. »

Le visage ne broncha pas. Deux yeux rouges se dessinèrent lentement et un souffle rauque s’échappa par les micros.

« Vous prétendez vous nommer empire, mais vous n’êtes que des insectes avec la prétention de dominer des dieux. Soumettez-vous et périssez dans les flammes ! »

L’amiral se prépara à donner son ordre mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il desserra son col alors qu’une démangeaison le prit au larynx. Il poussa une exaltation et plaça ses deux mains au niveau de son cou. Son équipage n’était pas duppe et la légende sur seigneur Vador parlait d’elle-même. L’officier en second se leva de son siège et s’approcha de l’amiral, donnant l’ordre à un enseigne aux communications d’emmener l’amiral tout en appelant un médecin. Il fit fermer les communications et donna l’ordre de détruire cette flotte. Missiles, lasers et autre projectiles furent déployés pour anéantir l’ennemi. La chasse fut très rapidement déployée et fondit tel un essaim.

Le roi d’Ondéron voyait tout et surtout il se demanda s’il n’allait pas mourir maintenant, tué par ses ennemis de toujours. C’est là que la magie intervient, avec dans son cas une vibration qui lui écrasa les tympans. Une énergie noire colossale qui sembla l’écraser dans un étau. L’équipage du sombre bâtiment tendait les mains vers la flotte impériale. Cela devait être le cas pour chacun des vaisseaux de cette flotte. Que se passa t-il ? Rien. Pas d’explosions, pas de mouvements. Les projectiles étaient figés dans l’espace et le temps. Les chasseurs eux-mêmes vibraient mais n’avançaient plus. C’est alors que l’étau manqua de faire exploser ses tympans et la cohue prit possession de l’empire. Tous les projectiles frappèrent les bâtiments émetteurs, les chasseurs se percutèrent entre eux. Un brasier illumina l’espace tandis que la flotte perdit en un coup l’ensemble de ses chasseurs. Le nuage de lumière aveuglant s’estompa après quelques secondes et le calme revint. Le commandant baissa les bras, essoufflé :

« Toutes les batteries, feu à volonté ! »

Les explosions se multiplièrent de seconde en seconde et c'est tout le bâtiment qui allait s'effondrer sur lui même. Que s'était-il passé ? L'enseigne Hekart n'avait rien pu voir. Il courrait aux côtés d'un vieux docteur tout en dirigeant le brancard anti-grav. Ils avaient déjà descendu le pont et se précipitaient à travers les couloirs.

« On prend la navette médicale, vite ! »

La navette lambda prévues pour les urgences était dans le hangar le plus proche, une chance pour eux. Plus petit que les standards, celui ci ne pouvait accueillir que le personnel médical.

« Allez y ! Je vais ouvrir la porte du hangar manuellement et celle de la navette ! »

L'enseigne se retrouva seul à pousser le chariot alors que la rampe s'ouvrit lentement. Un tremblement lui fit pratiquement perdre l'équilibre et il entendit un énorme bruit métallique que l'on déchire. La carlingue ne résisterait plus longtemps. Il embarqua l'amiral à bord de la navette et chercha le médecin des yeux. Il courrait dans sa direction.

« Dépêchez vous ! »

Une autre explosion dans le mur du fond et la porte menant au hangar fut vaporisée. Le médecin fut projeté. L'enseigne prit son courage à deux mains et récupéra son collègue. Ce dernier boitait alors qu'un morceau de métal était figé avait déchiré le haut de sa cuisse, légèrement au dessus du genoux. Hekart le déposa à côté de l'amiral et se positionna au poste de pilotage. La navette décolla et quitta le destroyer, désormais coupé en deux. Naviguant à travers les débris et sauta en hyperespace, dans le but de rallier un monde impérial, et par extension contacter ses supérieurs. Il jeta un regard derrière lui. L'amiral avait donné son dernier souffle, et le médecin gisait dans une marre de sang. L'enseigne le savait, il était le dernier rescapé de cette flotte... Il était également celui qui allait recevoir tous les réprimandes ...

Le rictus du commandant ne tarit pas. La flotte impériale brûlait.

Image


« Notre puissance est sans limite, esclave. »

Il le laissa tomber à terre, sans amortir la chute.

« Je suis le commandant Rekh, du clan Az'argh. Nous allons te donner la place qui te revient, créature. »

Il le laissa parler, mais quoi qu'il lui dise, Rekh leva la main pour qu'on le débarrasse de lui. Encore une fois, il fut traîné sans la moindre pitié ou même sympathie pour sa condition. On l'emmena à travers des couloirs tous aussi identiques les uns que les autres. Enfin, on l'emmena dans une salle tout aussi obscure que les précédentes. Cinq silhouette encapuchonnées, assise en cercle devant des braseros irradiant de flammes crépusculaires. A deux pas du pentacle, un autre, un bâton rougeoyant en main, assis sur un siège métallique sans dossier. Le visage vieux et dur, un voile couvrant le haut de son visage. Modon fut placé au centre du cercle et sans attendre, les méditations des cinq débutèrent. Le roi fut alors le sujet des visions de morts et destruction. Sa planète brûlait, sa femme morte était allongé dans un bain de sang. Son palais lui même n'était plus que ruine. Ils lui avaient tout pris, tout. La flotte avait déferlé sur la galaxie et il n'y avait plus aucun espoir. Modon n'avait rien à perdre et la colère suivit, alors même que la douleur de la torture le tiraillait de toute part. L'ancien se leva et s'approcha de lui, un médaillon à la main.

« Sois le premier de la lignée. Cultive la rage, esclave, et sers l'armée des Az'argh pour l'empereur ! »

Sur ces mots, il posa le médaillon sur son front. La douleur fut très vive. Ses os se rompirent, se déformèrent pour retrouver leur place. Ses dents déchirèrent ses gencives et ses ongles sortaient de ses doigts dans une marre de sang. Ses organes changèrent de place, mutèrent. Ses sens se développèrent tout en lui arrachant l'esprit. Les sorciers autour de lui continuèrent la torture tandis que Modon ne pouvait que supplier pour que cela s'arrête.

Image
Avatar de l’utilisateur
By Ranath
#24684



    C'était une erreur, elle avait commis une erreur. Mais Ranath n'eut pas le temps de s'en apercevoir. La douleur la saisit tandis que s'imposaient les images.

    D'une main, elle appliquait une pression inutile mais rassurante sur son front, de l'autre, elle s'agrippait au rebord du pupitre de commandes. Le cargo, la flotte, l'espace devant elle, disparurent pour laisser place à un violent défilé de sensations et d'émotions. Elle en oublia même la présence des deux rats avec qui elle avait embarqué. Ces deux-là l'observaient avec inquiétude mais n'osaient toujours pas s'approcher.

    Elle le vit enfin, sombre et puissant. Elle contempla son pouvoir, elle aperçut le fragment d'une promesse. Existait-il dans l'espace infini un être plus puissant ? Et malgré la douleur et les vertiges, Darth Ranath se sentit soudain rassurée et sereine. Lentement, elle reprit conscience du cargo, de la flotte, et de cet être au pouvoir immense. Que représentait donc Krayt face à cela ? Elle n'y songeait plus, elle avait oublié son Maître. Sa pensée ne suivait plus un fil logique, elle se perdait dans d'obscurs cheminements.

    Machinalement, Ranath porta son regard vers la flotte. Et tout aussi instinctivement, par force ou par faiblesse, elle accepta sans plus réfléchir ...

      * Quels sont vos ordres ? *

    Yord s'approcha lentement. Ranath le stoppa net, levant la paume vers lui. Il n'osa plus bouger.

    Etait-ce une trahison ? Où était son Maître ? Krayt n'occupait plus ses pensées.
Bothawui [Solo]

L'instant d'après, j'étais à nouveau au sol. Mon m[…]

Secteur Bothan & Bothan Spynet

Effectifs totaux Vaisseaux : 9 Crois[…]

B ossk se comportant amicalement ? A croire qu[…]

Ouverture du pion en E4 [Espace Bothan]

Contenir sa haine par les apparences - – Pren[…]

https://i.gifer.com/6Mdo.gif […]

Un Hutt et des Jeux...

"Ha ha ha" Ce petit Sith avait osé […]