L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#25872
Le capitaine des StormTroopers assistait à un spectacle... grotesque, malvenu. Inattendu.

Le TB-TT, symbole impérial sur les mondes sous son contrôle, s'écroulait. Les servomoteurs dans les jambes lâchaient, les puissants pistons de ses sabots s'affalèrent, et la carcasse tomba à la renverse, comme une bête sauvage abattue brusquement d'un coup de fusil.

Mais qui était cet ennemi pour perçer aussi vite les secrets techniques de leur armée ?

Il fallait réfléchir vite. Le capitaine se pencha pour observer en contrebas ce qu'il restait d'une capitale impériale : des ruines. Un tas de poussière, de cendres et d'éclats de permabéton éventré. Nous sommes dépassés. En sous-nombre face à un ennemi trop puissant. Que restait-il à l'Empire dans ce genre de moment ? La réponse était la fuite. Le Major du Bataillon était mort.

Aussi le capitaine prit la seule décision qui s'imposait.

« Ici le Capitaine AP-101094, je prends le commandement des Bataillon 1 et 2 d'Ansion à partir de maintenant.

Je veux l'ensemble du Bataillon de Ligne sur site d'ici 20 minutes. Convergeance par le Sud avec le Bataillon d'Assaut. Deux Détachements d'Assaut sur vecteur Ouest et vecteur Est.

Je veux une reco des Airspeeders d'ici 5 minutes.
»

Au Détachements de blindés, il donna un ordre que seul un impérial pouvait donner.

« Détruisez tout. Immeubles, maisons, bâtiments officiels, tout. Prenez en compte nos signatures... si les ennemis les dépassent en nombre, pilonnez. Tout risque de dégât colatéral est déclaré acceptable. »

Qu'importe les civils. Qu'importe les militaires. Ils vitrifieraient la planète si cela devait apprendre une leçon à l'envahisseur. En pratiquant une politique de la Terre Brûlée, l'adversaire apprendrait que l'Empire peut se séparer de tout, y compris de son peuple, pour un seul but : la Victoire.




D'ici à ce que la Compagnie sur place prenne position sur les hauteurs de la ville et ne canardent les rues sur tout ce qui n'était pas revêtu d'une armure blanche à coup de tourelles E-Web en attendant les renforts, on ordonna aux StormCommandos de prendre une position offensive dans les rues par groupe de 4 individus.

ImageEntraînés aux mouvements de guérillas propres aux rebelles, leurs techniques se voulait meurtrière et chirurgicale : mines dissimulées, tirs de sniper, détonateurs thermiques en plein milieu des formations ennemies, combat rapproché et atomisation à distance moyenne. Ces soldats ne devaient jamais être pris à la légère.

Les ShadowStormTroopers furent ordonnés d'accompagner en formation disséminée les éclaireurs sur les ZA connues des ennemis. Passer un bioscan n'était pas dans les idées d'aucune personne en ce moment crucial, mais établir une position de bombardement pour couper l'ennemi d'une voie d'approvisionnement et d'extraction tactique était l'idée qui circulait.

Sous couvert de n'importe quoi, végétation - même en flamme - ou détour conséquent, les positions connues seraient passées au crible, avant que les éclaireurs et leur fusil E-11s ne se prennent au tir au pigeon, pendant que les ShadowStormTroopers usaient de leur armure filtrant les ondes lumineuses pour se frayer un chemin au plus près de l'ennemi. Même truffés de civils, aucun cargo ne partirait sans leur autorisation.




Au QG, on ne se demanda pas encore pourquoi les civils étaient emmenés, et on ne savait rien de la faune non plus. On s'arrangeait juste pour que les messages Holonet et les rapports soient bien transmis. Les flottes en partance des coins proches d'Ansion auraient besoin de toutes les données nécessaires.

Il fallait aussi s'assurer de la bien portance de la station orbitale, qui ne répondait plus...




Dans les rues dévastées, il restait un officier impérial de l'Armée de Terre encore en vie. Ses soldats, ces hommes en combinaison kaki ample et au casque évasé avaient tous été massacrés. Il avait réussi, sans trop savoir comment, à tuer ses assaillants. Il n'avait plus que son pistolet de poing pour faire face à un démon qui venait de mettre à mal un Marcheur impérial.

Un démon qui était une femme armée d'une arme légendaire. Une Jedi. Ainsi, ces apôtres de la Paix révélaient leur vraie nature : celle de brutes sanguinaires. Il décrocha son comlink et passa son dernier ordre, tantdis que la garce d'égosillait sur ses laquais.

« Info au QG, ici le capitaine Drexl. Les ennemis sont dirigés par une Jedi. Je répète, les ennemis sont dirigés par une Jedi. Terminé. »

Il cassa son comlink dans la paume de sa main, serra son pistolet et souffla un grand coup.

Pour l'Empire

D'un coup bref, il sauta de sa position, atterrit dans la rue, et se propulsa latéralement, face à la Jedi, pistolet prêt à tirer.

Image


« Meurs, salope de Jedi ! »
Avatar de l’utilisateur
By Entropie
#25927
Ambiance


Le centre de la ville brûlait. Un brasier dont les flammes léchait les premières lueurs d’un ciel noir comme la suie. D’abord la machine de guerre imposante fut dérobée aux impériaux, puis détruite par ces derniers. Le lourd fracas du duracier contre les piliers de durabéton provoqua la destruction de ces fondations. C’est plusieurs dizaines de mètre de métal et de roche qui s’écroulèrent sur le côté. Enjambant la route principale, il percuta l’immeuble de l’autre côté, arrachant tout une partie de la façade de ce dernier. Un nuage de poussière s’éleva, comme autant de sang d’une plaie béante. Des explosions s’en suivirent sur toute la longueur de l’immeuble, brisant l’édifice une ultime fois. La route était devenue impraticable. Seule des hommes à pieds pouvaient enjamber les gravas et évoluer par les ruelles adjacentes. La mirialan était cachée dans son coin, laissant passer l’orage provoqué par le combat des tours de métal. Un combat qu’elle savait ne pouvoir gagner, et dont son capitaine avait appris à ses dépends. C’est alors que le silence était revenu sur la ville. Ou alors n’était-ce que la différence sonore entre le rugissement des monstres de permabéton et l’activité ambiante ? Il y avait un peu des deux. Ce silence pesant d’après tempête. Quand Mya regarda dans les environs, elle ne vit que le groupe des Sith. C’était cela le problème. Où était passé les civils ? Certains, beaucoup même, jonchaient les rues dans des mares de sang, démembrés et pour certains défigurés. Mais cela n’avait jamais rempli une ville complète.

L’escouade de Sith justement ne l’accepta pas. Et pour ce peuple guerrier, ce n’est que par la guerre qu’il fallait s’exprimer. La mirialan avait maîtrisé le soldat, un sensitif qui plus est. Elle avait prouvé par la force et la Force qu’elle n’était pas ce qu’ils appelaient un esclave. Mais est-ce que cela allait-il suffire ? Les jérémiades de la petite semblaient quand même porter leur fruit. Après quelques échanges de regards insistants entre certains, ils décidèrent de l’accompagner, pour l’instant. Si Mya pensait avoir un semblant de contrôle, elle se trompait. Elle détenait des informations, et cela la maintenait pour le moment en vie. Si elles se révélaient fausses, elle mourrait. Si elle se trompait, elle mourrait. Si elle échouait, elle mourrait. D’une atmosphère de guerre et de chaos total, n’était ce pas la situation la plus simple et la plus censée qui soit ? Parmi les sensitifs animés d’obscurité, pratiquement tous voulaient la voir morte. En revanche, les soldats étaient plus réservés et l’extrémisme ne les touchait pas tous. Pouvait-elle jouer quelque chose là-dessus ? L’effet de groupe serait-il à son avantage ? Ce choix n’appartenait qu’à elle. Plusieurs survivants les avaient rejoints désormais, faisant tous partis de l’escouade de l’avant-garde. Pour l’autre centaine, ils étaient dissimulés dans la ville. Déjà, Mya put entendre les échanges de tirs tout autour d’elle. Les foyers de résistance s’animaient. Mais qui résistait face à qui ? Cela serait expliqué plus tard.

Ambiance


La mirialan, forte de sa nouvelle autorité pouvait donc agir là où elle le voulait. L’avant-garde avait réussit au moins une chose, c’était créer le chaos, et cartographier les lieux. On lui présenta alors le quartier et ses alentours via holoprojecteur.

« Nous sommes ici, juste à côté du quartier des affaires. Les immeubles les plus grands sont au centre. La hauteur est décroissante jusque dans les banlieues. On peut partir justement vers le centre, en direction du spatioport. Il pourrait nous servir de base avancée pour l’arrivée des renforts. Ou alors on se dirige vers de l’autre côté et on trace vers le quartier de la résistance impériale. Il est le mieux protégé, mais également crucial pour notre victoire. Si on détruit ce centre, on s’assure d’aveugler les forces au sol.
»


Les avis furent évidemment équilibrés, et c’était donc à Mya de les mener. Elle leur avait expliqué un plan pour détruire les machines de guerre. Mais maintenant, elle devait en trouver, des machines de guerre. Ce dont elle était sûr de part les communications dans le lien obscure, c’était qu’il y en avait de part et d’autres de la ville, aux deux extrémités. Pour le reste, on lui relatait des échanges un peu partout dans la ville, sans localisation précise. Quoi qu’il en soit, la mirialan se trouvait au milieu d’une rue. Bien visible pour les tireurs d’élites. Sa décision, pour sa propre survie, devrait être prise à couvert.





Le nuage noir qui s’étendait au dessus de la ville assombrissait le champ de bataille. La luminosité baissait et la pénombre s’installa doucement. L’éclairage de la ville s’alluma automatiquement, dans les endroits où il fonctionnait encore. La bataille commença peu à peu à s’organiser. Les commandos impériaux avaient l’avantage du terrain, mais cela ne les empêcha pas de rencontrer des groupes Sith dans les rues. L’ennemi Sith utilisait les mêmes armes que lui, était aussi coordonnée, mais comprenait des unités sensitives dévastatrices. Celles là n’avaient pas besoin d’yeux pour voir, elles sentaient l’ennemi, elles sentaient les tirs de sniper et même les snipers qui les visait. Elles sentaient les mines posées sur le sol. Mais malgré toute cette puissance, plusieurs commandos impériaux parvinrent à neutraliser l’envahisseur, surtout aux alentours de l’astroport. Mais aucun avant poste ne fut érigé. Dans ce coin là, les combats étaient féroces et surtout à armes égales. Les impériaux furent néanmoins stoppés à l’entrée du quartier des affaires. Les Sith n’étaient pas dupes et avaient également postés des snipers dans les bâtiments. Très vite, la rue horizontale du sud fut très vite appelée, « L’avenue du tireur d’élite ». Il n’y avait plus âme qui vive, abattu par l’un ou l’autre, quelque fois même par les deux. On se retrouva vite dans une guerre de position à ce niveau là. Les attaques frontales étaient donc à proscrire, pour un camp comme pour l’autre.

A l’Ouest, ce fut l’inverse. Le parc rencontra une forte résistance face à des troupes sensitives en surnombre. Les impériaux ne purent franchir l’avenue qui les séparait de l’autre quartier. Avantage pour eux, les machines de guerre n’étaient pas loin. Mais bien que haute, elles ne pourraient pas briser les immeubles jusqu’au parc simplement par des tirs. Il faudrait exploser un à un chaque bâtiment. C’était à tenter. Une unité de TB-TT arriva néanmoins à ouvrir une ligne de tir plus ou moins correcte vers les alentours de l’espace vert qu’elle ne manqua pas d’exploiter. Là aussi, les positions tinrent bon. Les renforts étaient attendus chez l’ennemi également.




Dans l’espace, le commandant en chef des opérations suivait avec intérêt la progression de ses troupes. Seulement une avant-garde, et la planète brûlait déjà. Il n’était pas content de cette évolution, ni même prévoyait déjà la victoire. Non, cela était une évidence pour lui. Les Sith étaient la solution finale aux problèmes galactiques, les faibles races périront par le sang et le côté obscure. Tout en méditant sur ces sombres pensées, il pianota sur son clavier de commandement les affectations. Tout cela avait assez duré. Ils avaient ce qu’ils étaient venu chercher. Maintenant, il était temps de finir ce travail. Une dizaine de croiseur se détachèrent de la flotte Sith et descendirent en direction de la planète. Par groupe de deux, chacun avait reçu l’ordre de se placer en vol stationnaire au dessus des villes importantes. Ils percèrent la couche nuageuse avec aisance avant de se placer dans les hauteurs de la cité. Tout accélérera soudain. Plusieurs cargos furent éjectés de la ville où Ranath avait atterrie. Ils se positionnèrent au dessus du parc protégés par les Sith et restèrent en vol stationnaire. Leur rampe s’ouvrit en l’air, et plusieurs ombres massives s’échappèrent. Du cargo, elles sautèrent sur les immeubles alentours, comme des Wookies dans leurs jungles. Leurs griffes puissantes s’accrochèrent dans le métal tandis qu’elles grognèrent en prenant connaissance de leur environnement. Le groupe d’assaut de TB-TT Ouest avait perçu l’arrivée de ces choses, et ils estimèrent à une demi-dizaine de mètre leur taille. Allant d’immeubles en immeubles, il était difficile de les suivre avec les canons des tourelles des Walkers. Enfin, accompagnant ces monstruosités, le vent se leva d’une manière très percutante. Tout autour de la ville des projectiles volèrent en tous sens, des véhicules fut arrachés du sol pour s’ajouter au chaos. Le cyclone naissant projeta tout sur son passage, mais laissa intact le centre même des villes. L’œil de ce phénomène était évidemment le nuage noir en hauteur, mais qui serait assez fou pour tenter de le traverser ? Mais surtout, qu’est ce qui était capable de résister face à la Force obscure des Sith ? Les villes semblaient isolées en apparence. L’ingéniosité du corps militaire de l’empire serait mise à rude épreuve. Tandis que des créatures inconnues venaient d’être lachée, un phénomène climatique venait de se manifester. Comment réagir à cela ?


Image


Avatar de l’utilisateur
By Ranath
#25959
    Ils la toisaient avec dédain. Elle n’était qu’une part infime du lien, elle en percevait les fluctuations sans véritablement pouvoir les modeler. Et bon nombre de ces sensitifs auraient volontiers extrait ce parasite de leur réseau. La Mirialan tentait cependant de se frayer un chemin parmi eux. Les soldats étaient prêts à lui donner une chance, une seule, pour sa petite démonstration de force et la détermination dont elle faisait preuve.

    Une cinquantaine de Siths s’étaient finalement regroupés pour suivre la Mirialan. Situation inédite qui ne manqua pas de sauter aux yeux de l’ennemi. Tandis que Ranath prenait connaissance du terrain, un impérial, dont la présence se fondait dans la masse des blessés agonisants, surgit du couvert pour un dernier acte de bravoure. La lame de Ranath intercepta son tir, un soldat mit fin à sa courte existence. Ce violent intermède attira l’attention de la Mirialan sur le fait que les forces armées, ennemies et alliées étaient en mouvement. L’étau se resserrait autour de leur position, sous le feu des tireurs impériaux, ils seraient bientôt incapables d’agir.

    À couvert ! Darth Ranath indiqua une direction. Vers l’Est. L’escouade s’engouffra dans une ruelle longeant le bâtiment abattu. Ils se dirigeaient vers le spatioport. La rue, bien qu’encombrée, demeurait relativement praticable. Aussi le groupe évolua-t-il prestement et sans rencontrer de véritable obstacle. Ici et là, un civil geignant fut achevé. Ranath ne perdait pas de temps à ce genre d’amusement. Ils arrivèrent en vue du spatioport par le Nord-Ouest, leur position couverte par un tireur allié. Plus au Sud, un autre pourrait venir en aide au besoin.

    Les tireurs d’élite de l’escouade prenaient position de manière à couvrir la zone d’action des soldats. Les quelques sensitifs ressentaient la présence d’impériaux dans les environs, mais il était encore difficile de définir précisément leur position. Ils évoluaient lentement, au milieu des gravats et carcasses de véhicules. Un nombre restreint de chemins s’offraient à eux. Pas d’ennemis en vue. Un petit groupe atteignit enfin les abords directs du spatioport. Ranath ne les lâchait pas des yeux, elle évoluait avec le second groupe. Une vibration dans la Force. La seconde suivante, une explosion soulevait le sol, éjectant deux soldats dont l’un, aux premières loges, se brisa le dos sur les restes d’un mur fraichement tombé. De concert, les six sensitifs du groupe scannèrent les alentours, le sol était truffé de mines. Toute zone meuble à découvert pouvait être le nid d’une petite bombe meurtrière. Mieux valait éviter de se fier aux sentiers bien dégagés.

    Le premier groupe pénétra dans le spatioport, abattant les quelques naufragés qui y trouvaient encore refuge. Le deuxième groupe suivit. Ranath stoppa au côté du soldat brisé. Le reste de l’escouade se dirigeait vers l’objectif.

    Qui était-il ? D’où venait-il ? Elle desserra le col de son armure pour laisser l’air emplir encore une fois ses poumons. Quelques secondes lui étaient seulement accordées. Elle toucha mentalement l’esprit du mourant, à la recherche d’informations, et prodiguant du réconfort. Avait-il une famille ? Où était-il né ? D’où venait-il … ? Courage … L’air s’engouffra une nouvelle fois dans les poumons du soldat. Courage … Des réponses, elle cherchait des réponses. Qui était-il ? Qui étaient-ils ? D’où venaient-ils ? La cage thoracique du soldat s’affaissa, Ranath l’abandonna inerte.

    Les cadavres humains jonchaient le sol du spatioport. On pouvait reconnaitre des civils, des soldats, des membres du personnel … La résistance impériale s’opposa soudain à eux. Barricadé, prêt à tenir sa position, l’ennemi était là. L’escouade se mit à couvert, profitant de l’architecture sinueuse des accès aux premiers quais pour s’organiser et répliquer aussi vite que possible. Leur progression semblait momentanément au point mort. À gauche de leur position, le hall vide ; à droite, les impériaux ; et derrière, l’accès aux quais « poids lourds ». Ranath désigna deux soldats et un soldat « lourd » pour l’accompagner vers la plateforme la plus proche. Y attendait, délaissé, un bâtiment civil d’un volume tout à fait appréciable. Il occupait le genre de plateforme que pouvait utiliser les Siths pour débarquer facilement des renforts. Comment déplacer un tel monstre ?

    Deux réacteurs. Les deux soldats forcèrent l’accès au vaisseau afin de s’y introduire et mirent en route les réacteurs en vue d’un décollage potentiel. La structure de la plateforme amortissait les principales vibrations dues à la mise à feu. Darth Ranath se tenait légèrement en retrait. Le troisième soldat, demeuré avec elle, observait le vaisseau. Tirant une dague d’acier de sa ceinture, la Mirialan saisit le câble de communication du casque du Sith et l’arracha. Sa main glissa sur le menton du soldat qu’elle tira en arrière, plantant la lame froide dans la fente de l’armure. Le sang s’échappa abondamment de la plaie fraichement ouverte. Une fois encore, elle entra en contact avec le mourant, à la recherche d’informations sur son passé, sa provenance.

    Le lance-roquette libéré de son porteur, Ranath s’en saisit, visa le réacteur le plus proche, tira. L’explosion fut sans appel. Elle n’eut que le temps de lâcher l’arme et de courir à couvert. Le second réacteur explosa à son tour. L’onde de choc balaya toute la plateforme. Et plus ?
Modifié en dernier par Ranath le mer. 8 févr. 2017 15:08, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Darth Krayt
#25960
Orbite de Chandrilla - Croiseur Léger Munifex "Le Rédemtpion" - Salle de méditation



Assis en tailleur sur un coussin, face à son premier disciple, le Seigneur Noir méditait, l'esprit apaisé, tout comme le Chagrien, qui prenait désormais un certain plaisir à plonger au sein de la Force Obscure afin de mieux l'appréhender et La comprendre.

Les deux Sith avaient les yeux fermés, le dos droit et les mains posées sur leurs genoux, seuls leurs épaules montaient et descendaient au rythme lent de leur respiration, laissant la Force leur montrait ce qu'Elle voulait et aujourd'hui, les images habituelles qui apparaissaient à la vue du Seigneur Noir avait été remplacé par une succesion d'images frôlant le réalisme.

Il voyait un champ de batailles où s'empilaient des centaines de cadavres, des bâtiments en ruines et des véhicules en flammes, des civils prisonniers ou en fuite et des soldats Impériaux luttant avec l'énergie du désespoir face à des.... Sith ! Des Sith à la peau cuivrée et aux lames rouges comme le sang. C'était impossible, les Sith au sang pur avaient tous disparus depuis des millénaires, ils ne pouvaient être de retour, surtout en aussi grand nombre. Mais le Seigneur Noir n'eut gère le temps de réflechir car il reconnut l'un des assaillants, une jeune femme à la peau verte et à la lame d'améthyste. Ranath était toujours en vie et combattaient au côté des Sang Purs, tuant civils et militaires sans distinction aucune. En voyant ça, l'ancien Jedi ne ressentit non pas de la fierté mais de la haine et de la colère, Ranath venait de bafouer ce pourquoi Krayt combattait depuis quelques années, lui qui avait voué sa vie à l'annihilation des Jedi et de leur dogme dépassé, il allait devoir prendre les armes contre d'autres Sith. Il ne savait pas pourquoi une telle envie de défendre la Galaxie l'animait soudainement, il ne le comprendrait que bien plus tard. En attendant, il se devait de faire entendre raison à Ranath ou il se verrait contrait de l'éliminer sans aucune forme de procès. Krayt se leva d'un bond, Wyyrlok sur ses pas et regagna la passerelle de commandement du Rédemption, l'heure était grave.




Passerelle de Commandement du Rédemption


[Bane] << Tu as vu QUOI??? >>


L'ahurissement du bras droit du Seigneur Noir exprimait l'incompréhension qui régnait sur le Munifex, ni Bane, ni Jon, ni Crossbones et les Ghost n'arrivaient à croire ce que Krayt venait de leur raconter, c'était tout bonnement impossible.

[Jon Klietvan, Directeur de M.A.N.T.I.S, Commandant du Ghost Squad dit le Béhémot] << Krayt, ce n'est pas possible, les Sith au sang pur sont morts, ils ont tous disparus, tout le monde sait cela. Je ne peux raisonnablement croire à cette histoire. >>

Le Seigneur Noir leva la main pour faire signe à tous de se taire avant de dévisager ses plus proches collaborateurs depuis quelques mois, tous travaillaient pour lui (ou avec lui selon la confiance qu'avait en eux le Sith) et aucun ne l'avait déçu pour l'instant. Il comprenait leur réaction aussi, il choisissa ses mots avec soin.

[Darth Krayt, Seigneur Noir des Sith] << Mon Apprenti et moi même avons eu la même vision, les mêmes images nous sont apparus. La Force m'indique de prendre sans tarder la route d'Ansion.

Depuis de nombreuses années, j'ai juré de vivre dans le seul but d'être celui qui détruira les Jedi et leur dogme dépassé, rien ne me détournera de ce pourquoi je combat. Je vous ai tous rencontré à un moment ou un autre et je vous ai pris avec moi, renforçant lentement mais sûrement les effectifs du Nouvel Ordre Sith. Et que reste t-il aujourd'hui de cet Ordre? Un Seigneur Noir siégant seul au sommet de la montagne, avec pour seuls disciples deux Apprentis, dont un qui a rejoint les rangs des Sang Purs, tuant et massacrant des civils aussi bien que des militaires dans le seul but de répandre la peur et le chaos dans la Galaxie.

J'ai l'ambition de dominer la Galaxie et je pourrai très bien attendre que les Sith et le reste de la galaxie s'entretuent, profitant alors de la faiblesse du vainqueur pour le détruire de mes mains. Mais non, je ne veux pas d'une Galaxie réduite en cendres comme trophée, je refuse de gouverner un jour une Galaxie où plus personne ne vit parce que je n'aurai pas agi au bon moment. Je combattrai mes ennemis, nos ennemis, plus tard, quand cette menace aura été éradiqué. Les Jedi peuvent bien attendre quelques années de plus quand le sort de la Galaxie est en jeu. Je ne me fais pas d'illusions, je suis un Sith et pourtant, ils ont choisis de m'ignorer en attaquant la Galaxie, tôt ou tard, ils s'intéresseront à nous et nous éliminerons comme ils comptent certainement le faire pour le reste de la Galaxie.

Voilà pourquoi je pars dans l'heure pour Ansion, d'abord pour ramener Darth Ranath parmi nous, si cela se révèle impossible, je l'éliminerai. Et aussi pour montrer aux Sang Purs qu'ils ont eu tort de nous oublier. Wyyrlok à déjà dit qu'il m'accompagnerait. D'autres volontaires? >>


Bane et les autres répondirent tous présent pour faire partie de la mission. Krayt les regarda tous avec attention, les Ghost dirigés par Jon, Crossbones le petit dernier de l'équipe et bien entendu Bane, son meilleur lieutenant à l'heure actuelle. Un sourire se dessina sur le visage tatoué du Seigneur Noir.

[Darth Krayt, Seigneur Noir des Sith] << Parfait ! Jon et les Ghost, vous prendrez le Vengeur, je vous suivrai avec l'Anarchy en compagnie de Bane, Crossbones et Wyyrlok. >>

Yann, reste avec moi deux minutes, j'aurai besoin de tes talents avant le départ. Pour les autres, départ dans quinze minutes, soyez prêt, je n'attendrai personne.

Une fois le slicer des Ghost seul avec le Sith, l'ordre tomba et aussi étrange qu'il pouvait être, Yann ne posa aucune question, se contentant d'éxecuter ce qu'on lui avait demandé, réussir à envoyer un message au Grand Moff Astellan, un holo message qui devrait arriver directement dans le bureau du dignitaire impérial. Yann se mit au travail pendant que Krayt enregistrait le message avant de le confier à Yann, qui l'envoya prestement avant de partir se préparer.


A : Grand Moff Harlon Astellan
De : Darth Krayt
CC : /
Objet : Ansion

Mes respects Grand Moff Astellan,

Bien que notre première rencontre n'ai guère été fructueuse pour vous, sachez que je n'avais nullement l'intention de vous contacter avant ce jour mais les circonstances m'y obligent et croyez bien Grand Moff que je ne vous enverrai pas cet enregistrement sans de bonnes raisons.

Au moment où vous recevrez ceci, je serai en route pour Ansion, planète sous obédience impériale actuellement attaqué par ce qui peut vous sembler être des forces inconnues. J'étais présent à Esfandia lorsque la flotte inconnue est apparue et qu'une flotte impériale a été détruite par une brutale démonstration de Force de la part de ce qui se révèle être des Sith au Sang Pur. J'ai découvert cette information lors d'une Vision, aussi impensable que cela puisse paraître, cette flotte inconnue qui menace à l'heure actuelle la Galaxie est menée par une race que nous pensions tous disparus.

Je prend la route d'Ansion avec quelques hommes afin de prêter assistance aux forces impériales face à cette menace.

Bien à vous !

Darth Krayt, Seigneur Noir du Nouvel Ordre Sith





Hangar du Rédemption


Une fois le message envoyé, les deux hommes rejoignirent les hangars et montèrent à bord des deux YT-2.000, direction Ansion. Krayt prenant lui même les commandes de l'Anarchy tandis que Jon piloterait le Vengeur. Une fois les coordonées de la planète calculée, les deux vaisseaux quittèrent le hangar et passèrent en vitesse lumière.
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#26085


Palais de Serenno,
Pendant l'attaque


Darth Krayt n'avait décidément rien d'un Sith comme Harlon avait pu se les imaginer. Les Inquisiteurs étaient des gens avares de paroles et arrogants, même en position de faiblesse, et ce Krayt faisait des efforts pour paraître diplomate. Le jeu ne prenait pas malgré tout. Mais si l'information était vraie, alors Harlon avait un avantage certain.

Des Sith de sang pur. Qu'était-ce exactement ? Harlon avait une culture livresque capable de rivaliser avec n'importe laquelle dans la Galaxie, et il n'avait jamais entendu parler ou vu de mention de Sith "de sang pur". Simplement de Sith, ces chevaliers Jedi déchus et s'étant offert à une cause pragmatique pour un gain de pouvoir pour soi. Existait-il une sorte de caste supérieure encore à celle de ces guerriers de l'ombre ? Pour que Darth Krayt, qui signait l'air de rien de "Seigneur Noir du Nouvel Ordre" considère des adversaires comme ayant le Sang Pur, il devait y avoir quelque chose de plus troublant qu'une simple histoire de caste. Harlon choisit de ne faire envoyer qu'un accusé de réception au Sith. Inutile de perdre son temps avec ce taquin personnage. Il espérait que les autorités militaires sur place prendraient la bonne décision. Il n'était pas leur Grand-Moff aussi ne pouvait-il donner aucun ordre. Autrement il aurait ordonné qu'il soit tiré à vue.

Aussi devait-il se rendre dans la plus grande réserve d'archives que la Galaxie comportait. Il garderait pour lui cette information, afin de s'en servir le moment venu. En attendant, il fit jouer de sa place pour aller consulter la bibliothèque de l'Ubiqtorate auprès du Secteur Plexus.

Il fallait découvrir ce qu'était un Sith de Sang Pur. A tout prix.



Ansion,
Même moment


Quelques chose n'allait décidément pas du tout. L'activité aérienne semblait s'intensifier du côté des envahisseurs, et le rapport des éclaireurs semblait indiquer que... les cargos étaient chargés. On n'avait alors pas eu vraiment d'idée de quoi. Mais le rapport tactique de AP-101094 avait reçu une classification A+, chose pour laquelle il avait été tout naturellement nommé chef de Compagnie. Il avait alors fait un lien avec ce qu'il savait et ce qu'il voyait.

Et ce qu'il voyait, c'était une absence quasi intégrale de civils.

Il n'était sûr de rien, mais il pensait que cela avait un rapport. Et il n'y avait absolument pas le temps pour demander des bioscans au Centre.

Aussi donna-t-il une série d'ordres clairs...



Détachement d'Assaut Ouest


Le TB-TT de tête mitraillait les rues, tandis que ses trois homologues de soutien s'occupaient de réduire à néant les bâtiments qui obstruaient le paysage. Le but était d'avoir une ligne dégagée. Les TR-TT d'appoint avançaient doucement dans les rues dès que les TB-TT se mettaient à pilonner une position secondaire pour laisser libre champ aux bipodes de faire leur nettoyage plus minutieux. Ce n'est qu'après qu'ils aperçurent les... choses qui semblèrent tomber du ciel. Quelque chose ne semblait vraiment pas tourner rond. On leur lâchait des chiens des enfers maintenant ?

« QG, ici Urban 1, signalons larguage de créatures massives non-identifiées sur les toits. Déplacement rapide. Danger potentiel. Urban 1, terminé. »

Un instant après, un léger hologramme d'un officier des StormTroopers se matérialisa devant le commandant du marcheur, figure accroupie et bleutée avec un communicateur dans sa main gauche, sa main droite tenant le canon d'un fusil à répétition lourd.

« Urban 1 ? Ici AP-101094. Si une fenêtre de tir s'ouvre, ordonnez à votre détachement de tirer à vue sur les cargos en partance de la planète et provenant des cieux sans distinction. »
« Un problème se pose avec ces cargos ? »
« Tout me porte à croire que l'ennemi se servira de leur contenu. Bien reçu ? »
« Bien reçu Capitaine. »

La communication fut coupée. L'ordre fut relayé rapidement aux autres marcheurs, Urban 2, 3 et 4, avant de recentrer les scopes sur les signes électromagnétiques d'importance plutôt que sur les bioscans, espérant détecter quelque chose avec la tempête qui se profilait. Les cargos avaient au moins l'inconvénient d'être lent au décollage. La fenêtre de tir serait d'une poignée de secondes, mais il n'en faudrait pas moins.

Là ! Un cargo plein d'on ne savait quoi. Qu'importait la contenance. C'était maintenant une cible.

« Verrouillez sur objectif ! »

Et la salve déchira alors le ciel.



Détachement d'Assaut Est


L'approche sur le vecteur Est se faisait pour le moment sans résistance. L'Astroport se détachait devant les 5 Marcheurs du Détachement Plain, seul détachement qui n'était pas déjà dans la bataille quand la résistance s'était organisée. Le Détachement Urban avait perdu son TB-TT de flanc gauche et quelques bipodes, mais rien de bien catastrophique. Le Détachement de l'Est avait pour mission de sécuriser les abords de l'astroport et d'installer un champ d'interdiction pour tout ennemi de l'Empire.

Le bâtiment était presque contourné par le Sud. Le Nord était encore sous contrôle ennemi, la prudence était de mise.

C'est alors qu'il reçurent un ordre secondaire du commandant auto-proclamé des forces de défense d'Ansion. L'ancien chef était mort tragiquement au combat, et un officier avait prit le relais. Le commandant du Détachement voyait d'un oeil torve ce genre de promotion sur le tas, mais il fallait un coordinateur pour tout, surtout dans l'Armée. Et l'individu était connu pour être droit dans ses bottes en plastique blanc.

Il avait pour ordre de dégager la ligne haute des bâtiments et de chercher pour des créatures massives qui sautaient de toit en toit. L'ordre en lui-même paraissait farfelu, mais après tout...

Les TR-TT furent envoyés au-devant du TB-TT de tête, certains restant à rpoximité de leurs homologues à quatre pattes, avant de converger malgré tout vers l'entrée de l'Astroport. L'arrière-garde avait aussi pour instruction de clouer au sol n'importe quel vaisseau qui n'était pas de l'armée locale. Tout cargo civil sans emblème impérial devait être anéanti.

Pertes civiles acceptables...



Astroport


Trois groupes de Commandos investirent l'Astroport, qui n'était plus qu'une succession de halls et de place vides jonchées de quelques débris, valises, au milieu de cadavres rarifiés. Les magasins de confort étaient encore pleinement allumés, les vitres brisées et les hologrammes d'accueil et de renseignements crépitant, offrant les images d'humains souriant aux gestes saccadés et aux voix grésillantes. Evoluant avec rapidité, couvrant les arrières de chacun par groupe de 4, ils évoluaient depuis l'entrée pour tenter de dénicher les éventuels entrus y étant stationnés.

La vitesse d'action et l'entraînement de ces hommes promettait une résistance digne de l'Empire contre un ennemi inconnu doté de talents certains. Certains groupes n'avaient pas répondu à l'appel général, aussi les pertes se comptaient par dizaines dans les rangs des Commandos.

En quelques minutes, la moitié de l'Astroport fut couvert, avec, disposés en arrière, quelques explosifs à détente filiaire au sol et autres mines de proximité. Un des Commandos eut même la vacherie de placer un détonateur protonique sous un cadavre de civil à déclenchement télécommandé.



Centre Impérial


Les bataillons de Ligne et d'Assaut s'avançaient vers le Centre Impérial, cible de protection prioritaire. Une cible évidente qui ne tarderait pas à tomber vu le peu de protections internes. Etant les seuls yeux et seul relais pour l'armée avec cette tempête qui arrivait à toute vitesse, sa perte signerait une défaite assurée, les différents groupes de défense n'étant alors plus livrés qu'à eux-même.

Mais le commandant AP-101094 avait eu la présence d'esprit d'ordonner que tous les groupes à l'Est se regroupent à l'Astroport, et que ceux à l'Ouest se regroupent au Centre Impérial. En cas de perte des communications, il y aurait moyen de recréer deux Groupes complets pour prendre l'ennemi en tenaille.

Le Bataillon de Ligne eut pour mission de protéger le Centre Impérial, tandis que le Bataillon d'Assaut devait stationner à une distance raisonnable de l'Allée du Tireur D'Elite. Aucun assaut ne serait donné pour le moment.



Nord de la Ville


Les éclaireurs et autres Shadows allaient devoir agir avec sang-froid dans ce que le commandant avait qualifié de "mission suicide". Un genre de mission dont ils avaient l'habitude et la préparation mentale. Les Shadows devaient se camoufler du mieux qu'ils pouvaient et aller poser des charges explosives sur les moteurs des cargos le plus vite possible. Et surtout, discrètement, avant de tout faire sauter. Une escouade avait contourné le carré d'aterrissage pour aller faire exploser une cible de diversion. Les éclaireurs étaient accoudés sur le dossier de leurs motojets, fusil de sniper E-11s pointés vers tout ce qui n'était pas impérial. Si le plan était éventé, ils avaient pour ordre simple de faire un carton plein.

Et si besoin, de remplir la mission à la mort des Shadows.
Avatar de l’utilisateur
By Entropie
#26118
Groupe d'attaque OUEST


A l’Ouest, rien de nouveau. En fait si, les ordres avaient été transmis par les impériaux, relayés par le centre de commandement. Les cargos civils devaient être abattus. Cela durait depuis maintenant le début de la bataille et les cargos en arrière plan n’avaient cessés de venir. Privé de chasseur, l’empire n’avait pas pu les arrêter, pas pour l’instant. Les TB-TT tournaient lentement leur lourde tête vers les vaisseaux en partance de la planète. L’un d’eux choisit une cible et d’un tir unique explosa le cargo. Le transport illumina le ciel et resta en suspens un instant, avant que les morceaux métalliques n’arrivent au niveau du sol. C’était la première explosion aérienne et elle fut vite suivit par une autre, encore plus imposante au spatioport.

Vidéo


Ambiance


Les bêtes de l’Ouest hurlèrent à la mort et sautèrent en direction des Walkers. L’impact déstabilisa les machines géantes et ils perdirent définitivement leur possibilité d’attaque aérienne, tant que ces monstres étaient sur elles, du moins. Il y avait cinq monstres, soit une par machine et une dernière au sol, agitant ses bras gigantesques devant les troupes au sol, percutant celles à portée. Qu’était-ce au final ? Des rancors ? Oui, les impériaux en étaient certains, il s’agissait d’une race de rancor encore inconnue. Ou peut-être des rancors ayant subit des mutations, impossible à dire. En tous cas, ils étaient blancs de peaux, des pattes inférieurs bardés de griffes, contrairement aux originaux. Des mains à quatre doigts aussi grands qu’un homme. Ces créatures de l’enfer étaient d’origine galactique, alors une chose était sûre : Elles pouvaient mourir. Sur les machines, deux créatures tentaient de pénétrer le blindage de la carcasse corporelle du TB-TT, en vain. Une autre était sur la tête d’une machine et également tentait d’y arracher le lobe frontal. Une dernière avait bien remarqué que le cou était le point faible des machines. Celle là lacérait le point faible et n’allait pas tarder à décapiter la machine. Enfin, c’est toutes les forces Sith qui avaient eu le temps de se regrouper au parc qui chargèrent. Les impériaux n’étaient pas en nombre ni arme égale pour ce combat non plus.




Groupe d'attaque EST


A l’Est, le groupe "Plain" reçut les ordres, mais ne fut pas assez rapide que les créatures. Les immeubles furent rasés par les tirs puissants des turbolaser. Une des bâtisses allaient probablement s’effondrer sur elle-même d’ici quelques minutes. Ensuite, ce fut au tour des cargos. Les machines servirent de DCA mobiles et tirèrent sur tous les vaisseaux en partance de la ville. Il y en a eu trois autres. L’un fut gravement endommagé, les deux autres s’enfuirent. En réponce à cela, un des croiseurs Sith en vol stationnaire au dessus de la ville ajusta ses canons. Une salves bleutée s’échappa du croiseur clone et vint percuter un immeuble juste au Sud du détachement qui s’effondra sur lui-même, provoquant un énorme nuage de poussière. Aucune perte de l’empire ne fut à déplorer, et l’empire gagna la furtivité sur ses machines, mais ne pouvait plus avancer qu’aux instruments.




Astroport


Dans l’astroport, les commandos impériaux agirent avec rapidité et précision, comme le voulait leur entraînement. Ils pénétrèrent dans l’immense structure par le Sud et l’Est et évoluèrent au milieu du carnage laissé par la guerre. Des crépitements holographiques, d’autres électriques et enfin certaines pierres qui tombaient ça et là, tout était calme mais habité d’une présence … éthérée ? Par moment, l’empire entendait comme des pas de pieds nus sur le sol en permabéton. Les ombres qui se dessinaient semblaient osciller, bouger et prendre vie. Peut-être alors que ce n’était que les foyers qui dansaient en fonction des courants d’air. Les commandos étaient entraînés à ne pas avoir peur, mais ce qu’il se passait ici … Pas le temps de bavarder, ils arrivèrent dans le hall, par le haut. Sur leur gauche, il y avait une des entrées, à laquelle on pouvait descendre par des escalators. En face, plusieurs baies pour le transport de fret. Les commandos se mirent en position derrière les barrières qui les séparait du vide. Derrière le gouffre, les Sith. Les échanges de tirs suivirent.

Ranath était justement au niveau de ces baies de fret. Sa trahison ne passa pas inaperçu, mais les quelques secondes de répit qui se présentèrent à elles furent judicieusement utilisées. Elle sentit la pression mentale du lien qui menaça de l’écraser quand l’explosion de l’énorme cargo retentit. Toute la baie fut soufflée, ainsi qu’une grande partie de l’astroport. Le souffle et la chaleur produit la propulsa, et par chance, à travers l’entrée. Son corps heurta deux soldats sith de dos, en prise avec les impériaux, et les propulsa dans le vide avec elle. La mirialan tomba quelques mètres plus bas, amorti par les corps sans vie des impériaux. Mya sombra dans l’inconscience pour le moment, plusieurs parties du corps brûlés et de multiples blessures. Elle avait de la chance d’être encore en vie. L’explosion fut si puissance qu’elle balaya donc tout l’étage et projeta le commando de Mya dans toutes les directions. Les impériaux furent bien à couvert et avaient le mérite d’assister à un joli spectacle. Une opportunité se présentait pour eux.




Ambiance


Cente de commandement


Il ne fut pas possible de rapatrier aucune des troupes lourdes, chacune en prise avec un adversaire. Quelques soldats isolés arrivèrent mais ils furent comptés sur les doigts d’une main. Heureusement, les Sith n’attaquèrent pas encore, si tel était leur plan. Du centre, on voyait les combats de l’Ouest et l’attaque des monstres Sith et de l’armée en elle-même.




Groupe d'attaque NORD


Au nord enfin, les impériaux ne trouvèrent pas de cargo à faire exploser, et la présence des envahisseurs étaient considérablement amoindris. Des cargos encore en état de marche, il n’y en avait pas. Les commandos pouvaient cependant venir du Nord pour tenter d’aider les Walkers de l’Ouest. Ou aller à l’Est, vers cette explosion titanesque qui avait détruit une partie de leur spatioport.




Espace


Dans l’espace, les flottes impériales arrivèrent enfin sur site. L’énorme flotte de combat spatial et planétaire arrivèrent donc au même moment environ. Les premières analyses étaient donc les suivantes. En face d’eux, il y avait 70 croiseurs Sith, qui patientaient. Ils étaient tous groupés et en positon très rapproché les uns des autres, faisant d’eux une cible facile. L’évidence cependant n’était peut-être pas mère de sureté. De la planète, ils pouvaient noter la présence de zones sombres au dessus de chacune des villes. Des nuages noirs menaçant. Aucune communication ne leur parvint de ces endroits et ils étaient complètement aveugles. Plusieurs rapports de soldats à l’extérieur leur indiquaient cependant la présence de ces vents extrèmements violents en périphérie. De l’intérieur, eux non plus ne voyait pas, ni n’entendait quoi que ce soit. Ces villes semblaient isolées. Cependant, les attaques ne s’étaient pas concentrées uniquements là bas. Plusieurs villages avaient été massacrés, sans exception. On établissait partout sur la planète des rapports de meurtes provenant de bêtes sanguinaires. Aucun survivant dans ces zones là. L’empire avait l’initiative, mais devait désormais agir avec une certaine précaution.

En face, dans la flotte Sith, le commandant en charge de l’opération attendait patiemment. L’empire était là, et ils étaient attendus. Son sourire carnassier s’étira tandis qu’il se confortait à l’idée de voir cette flotte brûler. Les faibles étaient-ils prêts à perdre une deuxième flotte ?
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#26444


Espace


Les deux flottes arrivèrent en même temps. Deux Amiraux qui ignoraient si l'un était aux ordres de l'autre. Dans un doute légitime, chacun décida, sans en référer l'autre autrement qu'en se manifestant par le réseau de comm' crypté qu'ils suivraient leur plan initial.

L'Amiral Trestko, à la tête de la Nébuleuse du Nord, était le seul Amiral de tout l'Empire a voir vu, de ses yeux vu, une flotte Sith réduire à néant une flotte entière. Il savait en la regardant que ce détachement était issu du même envahisseur qu'à Esfandia. Ce qu'il ignorait, c'est si leur puissance de feu était la même que là-bas, alors qu'ils semblaient s'être scindés.

« Scan tactique, donnez-moi leur nombre exact. »

70 croiseurs. Soit un tiers de la Force initiale. Où étaient passés les 130 manquants ? Deux groupes de 65 vaisseaux, ou dix groupes de 13 vaisseaux étaient-ils en train de piller d'autres endroits de la Galaxie ?

Etait-ce une force de diversion ? Trestko maugréa. Cette dernière idée paraissait plus logique. Bilbringi était maintenant sans défense, et était autrement plus stratégique.

« Ordonnez à la flotte de faire demi-tour immédiatement. Ansion devra se débrouiller seule. »
« Mais les autorités au sol... »
« Les liaisons ne passent pas. Officiellement, nous ne sommes jamais venus pour eux. La TFL d'Iridonia fera le travail avec brio, j'en suis certain. Il faut retourner à Bilbringi immédiatement.

Demandez à ce que l'Executor soit rapatrié également.
»

Ainsi, la Nébuleuse du Nord fut en partance pour Bilbringi, par un vecteur Nord, de quoi prendre en tenaille d'éventuels belligérants.

La TFL, elle, suivie sa formation initiale : débarquer en périphérie de la capitale. Voir la TFO-1 partir laissa l'amiral perplexe et colérique. Il comptait sur l'appui des puissants vaisseaux en orbite pour se protéger de l'armada de croiseurs Dreadnought en orbite. Un seul n'aurait guère posé de problèmes, mais une 70aine de ceci devenait problématique. L'acclamator, plein à craquer d'hommes et de vaisseaux, entreprit sa descente dans l'atmosphère, tandis que les deux Destroyers d'appoint allaient se mettre en bordure de la stratosphère, en bouclier pour le vaisseau de transport. Le trio de triangles porjeta son ombre sur le monde, qui sut par là que des troupes allaient débarquer. La figure de l'Acclamator se détacha au loin, silhouette que la fumée de la ville ne masquait qu'à grand-peine.

Le capitaine AP-101094 y vit une opportunité de lancer un plan plus audacieux.

« PC, signalons arrivée de troupes externes. Une TFL, pour utiliser un Acclamator. Transmettez sur fréquences à ondes courtes. Relayez. »

Les ondes courtes ne souffraient quasiment aucune interférence sur des distances de moins de 2000 kilomètres. D'autant que les communications n'étaient pas brouillés, et que le PC était sous contrôle impérial.

« Vaisseau Acclamator, ne déposez aucune troupe. Je répète, ne déposez aucune troupe.

Attendez les signaux par les ondes à fréquence 1 575,42 MHz et 1 227,60 MHz. Triangulez sur zone et effectuez une Base Delta Zero dans 3 minutes 30.
»



PC et Bataillons du Sud


Un ordre simple et précis fut demandé aux bataillons qui convergaient vers le Nord, aux groupes de Sniper dans les immeubles et au PC : ficher le camp, et vite. Laisser les instruments allumés et embarquer le strict nécessaire, et repartir vers le Sud. Des escouades venues des Bataillons couvriraient la retraite du personnel impérial du PC vers des zones sûres, et non incluses dans la triangulation de la TFL en orbite. Les snipers pourraient se débrouilleur seuls. Ils avaient 3 minutes.



Groupes de commandos


Alors que les Commandos obtenaient leurs premiers résultats face aux guerriers Sith, un appel fut envoyé à toutes les équipes. Les ordres étaient de poser des balises branchés sur les deux ondes envoyées par le capitaine, avec pour but de lancer une triangulation prochaine. A défaut de ne laisser que 3 points, c'était un vrai polygone à multiples segments qui s'offrirait aux deux Destroyers en orbite basse, et donc à portée de tir, qui se trouvaient là si le Capitaine disait vrai. Il affirmait voir un Acclamator au loin, aussi une TFL devait se trouver en orbite. L'aveuglement des deux parties ne serait plus un soucis.

Ensuite, un ordre clair : sortir de la zone en 2 minutes et demi chrono.



Astroport


Le souffle de l'explosion balaya un groupe d'ennemis, les Commandos étant alors en position de sortir et d'aller constater les dégâts. C'est alors qu'ils allaient tirer dans la tête de chacun, y comprit une petite femme verte en tenue de combat, que l'ordre leur parvint. Poser une balise de localisation balayant sur deux fréquences précises, et s'en aller en moins de dix minutes du champ d'action.

Le groupe s'éloigna de leurs victimes, et allèrent poser la balise dans les toilettes, endroit où, pensaient-ils, personne n'irait venir chercher une balise.



Groupe d'Attaque Ouest


Le groupe d'attaque ne céda pas à la panique. Quelques troupiers futés prirent soin d'enregistrer des holovids, même de piètre qualité, pour faire état de ces créatures qui les attaquaient. On tenta de les envoyer par fréquence cryptée au PC et au capitaine. On ne prévint pas le Groupe du bombardement imminent. Il ne restait que 2 minutes, 2 minutes pendant lesquelles le groupe tenta tant bien que mal de cibler les créatures, quitte à tirer sur la coque des TB-TT de tête. Les TR-TT eux non plus ne se privaient pas de pilonner les bêtes juchées sur leurs camarades à quatre pattes.



Groupe d'Attaque Est


L'aveuglement temporaire était handicappant, et un message grésillant leur parvint. Le capitaine semblait demander l'arrêt de l'avancée, mais sans parvenir à comprendre pourquoi. Il disait aussi qu'ils devraient faire demi-tour au maximum, et ce en 1 minute et 30 secondes. Mais pourquoi ?



Groupe d'Attaque Nord


En l'absence de cargo, qui avaient décolés sous leur nez - mais sans les prendre pour cible, ils avaient su rester discrets - les éclaireurs eurent une mission capitale. Déposer à l'entrée Nord de la Ville une balise balayant sur deux fréquences, et ce en une seule et unique minute. Deux motojets, et deux éclaireurs à leur bord, partirent à vitesse grand V vers le Nord immédiat pour y déposer les balises. Ils arrivèrent dans les temps mais ne purent repartir. le temps de programmer la balise, et il restait à peine une poignée de secondes. Ils tentèrent néanmoins de repartir, alors qu'il ne restait qu'une seule seconde au compteur... Voyant là-bas, au loin, leurs camarades qui attendaient et observaient on ne savait quoi.



Task Force Lambda


« Position verrouillée. »

L'Acclamator était remonté en surface et n'avait posé aucun troupier au sol. Il se doutait en revanche d'avoir à le faire bientôt. Pour le moment, il ne donna qu'un seul ordre à son Destroyer et à l'Interdicteur qui l'accompagnait.

« Enclenchez. Base Delta Zero démarrée. »


Avatar de l’utilisateur
By Ranath
#26650
      Mya …

      Mya était une Jedi … Mya est morte …

      Mya !

    Un sursaut tira Ranath de l’inconscience. Elle peinait à se remémorer les événements récents. L’astroport. Le cargo. L’explosion. Son regard glissa sur le cadavre qui avait amorti sa chute. Machinalement, la Mirialan inspecta ses mains. Du sang. Elle en vérifia l’odeur mais n’osa pas gouter. Le bras. Elle avait mal au bras. Elle en tâta le coude, à la recherche de la source de la douleur. Nouvelle inspection des mains. Encore du sang. Plus sombre cette fois. Le sien sûrement. Cette brûlure sur le bras, qui courait jusqu’à la clavicule et qui semblait poursuivre vers le dos. Elle ne pouvait voir son dos. Il était douloureux, lui aussi. La peau. Ranath passa une main dans le creux de ses reins. Elle la retira instinctivement avec une grimace. La peau était écorchée.

    Du regard, la Sith balayait les environs. L’astroport était vide. Demeurait un amoncellement de cadavres et de débris. Elle se releva finalement, avec difficulté, prenant appui sur le torse du Sang-pur étendu là. Le sol se mit à tanguer lentement. À deux mains, Ranath comprima ses tempes. La douleur était aigue, et le contact lui permit de constater que son ouïe lui faisait défaut. Elle prit une grande inspiration. Le conflit, à l’extérieur, lui parvint enfin. Le sol se stabilisa. Ranath souffla sans bruit.

      Tout détruire. Ils vont tout détruire.

      Fuis.

    Darth Ranath ressentait l’oppressante présence de l’ennemi, et la rage de combattre qui l’animait. Se cacher. Il fallait se cacher, se préserver du lien qu’elle avait à peine effleuré. La Mirialan doutait qu’un Sang-pur vienne la chercher ici pour l’abattre, mais la peur était plus forte, elle parlait pour raison. Se cacher. D’un pas hésitant devenant plus assuré, elle franchit la vitrine éclatée d’une boutique libre de taxe en piteux état. Des vêtements. Les siens étaient brûlés, déchirés, aux couleurs de l’ennemi. Elle s’en débarrassa, ne gardant que le pantalon et les bottes, pratiques malgré tout, au profit d’une tunique noire et d’une veste brune d’homme dont la capuche lui permettrait de protéger son crâne.

    L’astroport trembla.

      Cache-toi !

    Ranath s’accroupit et lentement, se glissa dans la Force, à l’abri du Voile. À toute vitesse, elle fit l’inventaire de son équipement. Autrement-dit, pas grand-chose. Son sabre. Un autre sabre. Elle l’avait ramassé sur ce balourd arrogant, elle s’en souvenait. Elle les rattacha à sa ceinture, ils ne semblaient pas avoir souffert outre mesure de la chute. La Mirialan quitta les ruines de la boutique, attrapant au passage un foulard au tissage épais qu’elle enroula autour de son cou. Et comme pour chercher du réconfort, elle y enfouit son menton. Le sang qui avait commencé de sécher sur l’arête de sa mâchoire tâcha le tissu anthracite.

    Au cadavre qui lui avait sauvé la vie, Ranath emprunta un blaster roussi par le souffle de l’explosion. Elle en vérifia rapidement l’état puis tâcha de traverser l’astroport. Il n’y avait là plus âme qui vive. Dehors, il n’y avait que le chaos. Les sens de la Sith captaient ici et là, des sons, des vibrations, parfois des présences, qui couraient, qui s’éteignaient.

    Nouveau tremblement.

      Danger.

    La Mirialan escalada les restes d’une coursive dont le béton fuyait les armatures d’acier, piques mortelles en cas de chute inopinée. À quelques mètres, l’air libre, vicié. La puanteur de la mort. Ansion était morte. D’autres mourraient encore. Ils détruiraient tout. Qui prévenir … ?

      Krayt …

    Là-bas, la tempête, infranchissable. Ranath sauta de la hauteur des ruines pour regagner la terre ferme, dépourvue de sa dalle de béton habituelle, mise à nue par l’onde de choc. Encore dans l’ombre de l’astroport, elle inspectait son environnement, proche et lointain. Les rats quittaient le navire. Ici, personne. À pas rapides, elle s’éloigna de l’imposant bâtiment que Sang-purs et Impériaux s’étaient acharnés à mettre en pièces. La Sith courait désormais entre les décombres, vers l’immense mur qui les tenait prisonniers ici. Une secousse, sur la gauche. Un grognement attira son attention. L’une de ces créatures festoyait d’un frais cadavre, au coin de la rue. Les os craquaient sous la pression de sa macabre mâchoire. Impossible de dire si les os étaient humains ou siths … Ranath ne s’arrêta qu’au pied de son objectif. La tempête. On ne pouvait voir à travers ce tumulte chaotique. Mais elle voulait la franchir. Elle savait qu’elle devait la franchir. Un hurlement rauque la poussa à jeter un coup d’œil en arrière. De quoi étaient-elles faites, ces immondices à quatre pattes … La bête approchait, affamée, elle avait senti l’odeur de la Mirialan. Pas de temps à perdre.

    Darth Ranath savait qu’il lui faudrait abandonner le Voile pour optimiser ses chances de survie. Elle ferma les yeux un instant, ses sens focalisés sur la bête, tandis que son esprit travaillait à la construction d’un bouclier suffisant. Elle se glissa hors du Voile. La créature râla, à encore deux ou trois dizaines de mètres. Ranath imaginait, l’autre côté, les restes de la ville, encore des ruines. Elle prit une grande inspiration.

      Krayt … Entendrait-il ?

    La bête fondit sur sa proie. La Mirialan se baissa, esquivant l’attaque du prédateur qui sauta dans la tempête avec un cri de douloureuse stupeur, tandis que Ranath plongeait dans la Force. Elle ne faisait désormais plus qu’un avec la Force. Un pas le plus long possible. Le plus loin possible. Au travers de la tempête. De l’autre côté. La Téléportation l’amènerait-elle en un lieu plus sûr ? Loin de l’œil du cyclone … ?
Avatar de l’utilisateur
By Darth Krayt
#26738
Ansion enfin… Après un voyage plus que long en hyperespace, le Seigneur Noir arrivait enfin sur la planète impériale, prêt à aller chercher sa jeune Apprentie et à en découdre avec ceux qui voudraient l’en empêcher.

En orbite, deux flottes se faisaient face, celle présente à Esfandia, bien moins nombreuse et, à n’en pas douter, les Impériaux, bien décidés à écraser l’envahisseur. Ils étaient tout deux à couteaux tirés, prêt à faire usage de la force pour qu’au final, une seule des deux flottes soit vainqueur. L’affrontement était prometteur mais il ne passa rien, le plus gros des forces impériales se retirèrent en bon ordre, ne laissant qu’un Acclamator, un Interdicteur et un Destroyer Stellaire Impérial en orbite de la planète. Cessant de prêter attention aux manoeuvres de l’Empire, Darth Krayt reprit sa route, filant à toute vitesse vers le sol de la planète, se fiant à son instinct et à la Force pour retrouver Darth Ranath et la ramener sur Korriban, en sécurité.

Aux commandes de l’Anarchy, le Seigneur Noir pilota vers l’une des villes, entourée d’un mur venteux possiblement infranchissable mais il était persuadé de son Apprentie était de l’autre côté… Que faire? Il n’eut guère le loisir de se poser longtemps la question, l’holocom du vaisseau bipa, laissant apparaître le visage ainsi que le buste de Jon apparurent aux passagers de l’Anarchy.


[Jon Klietvan, Directeur de la M.A.N.T.I.S, Commandant du Ghost Squad dit le Béhémot] << Monseigneur, je veux bien qu’on récupère votre Apprentie mais comment faisons-nous pour passer? >>

[Darth Krayt, Seigneur Noir des Sith] << Je ne vois qu’une seule solution. Bien que Darth Ranath soit capable de se téléporter sur de courtes distances, je ne pense pas qu’elle puisse traverser cette masse venteuse. Prenons de la vitesse, plein gaz, en effectuant trois rotations autour de la ville avant de forcer le barrage. Darth Wyyrlok et moi même userons de la Force pour stabiliser au mieux les vaisseaux.

Et n’oubliez pas, on trouve mon Apprentie, on l’emmène avec nous et on repart aussi vite. Nous ne sommes pas là pour seconder les forces impériales. Des questions? >>

[Brock “Crossbones” Rumlow] << J’ai pas de questions, c’est un plan de malade mais je vous fais confiance. Par contre, on va être serré niveau timing Seigneur Krayt parce qu’aux vues des manoeuvres impériales, je peux me tromper mais je pressens une Base Delta Zéro et j’ai franchement pas envie de crever ici. Alors juste comme ça, attendons encore quelques minutes, deux pour être précis. Si votre Apprentie n’a pas réussi à se téléporter de l’autre côté là on fonce ! >>


Le Seigneur Noir acquiesça d’un signe de tête, ordonnant que les deux cargos prennent quand même le maximum de vitesse, planant de plus en plus vite autour du champ de batailles inaccessible. Ranath serait-elle capable de le rejoindre ou devrait-il forcer le mur de vent pour la secourir? Il décida de tenter le tout pour le tout et il transmit ses ordres au Vengeur.

[Darth Krayt, Seigneur Noir des Sith] << On va forcer le mur, je maintiendrai l’Anarchy en vol grâce à la Force pendant que Darth Wyyrlok fera de même avec le Vengeur. >>

Il laissa les commandes de l’Anarchy à Bane et s’installa en retrait, en compagnie du Chagrien et tandis que les deux Cargos Corelliens filaient à vitesse maximale vers la muraille, les deux Sith se préparaient à user de télékinésie pour stabiliser au mieux les vaisseaux. La folie de ce plan suffirait-elle? Le Sith ne le saurait qu’une fois qu’ils auraient franchis ou non le mur.
Avatar de l’utilisateur
By Entropie
#28621
Et ainsi les bombes tombèrent, comme des centaines de gouttes sur la planète. Des flashs dorés s’illuminaient depuis l’espace, et cela aurait presque pu passer pour un spectacle magnifique, si l’on oubliait qu’il y avait des gens en dessous. En effet, il ne resta rien des villes principales d’Ansion. La puissance impériale avait fait son œuvre, et rien ni personne ne pouvait survivre à cela. Ou du moins, rien qui ne se baladait pas dans la nature. Les Groupes d’intervention aux prises avec les créatures démoniaques furent détruits. Les vaisseaux Sith aux centres des tourbillons furent détruit pour la plupart. La ville déjà malade n’était plus qu’un tas de ruine dont les plus hautes structures ne dépassaient plus les quelques mètres. La mort était venue et avait ratissée de sa faux céleste tout ce qui un jour avait paru civilisé ici. Ansion était tombée. Certains prendraient cela comme une victoire, les autres comme un effroyable échec. Chacun l’interprétait comme bon lui semblait. Toujours est-il qu’il ne restait rien. Mya réussit à se téléporter assez loin de la tempête pour sortir du dôme venteux, et Krayt, suivant ses instincts de Force bifurqua directement vers elle. Il la récupéra, le corps meurtrie et affaiblie par les combats, sans pour autant lui laisser la moindre marque. Elle avait eu de la chance, beaucoup de chance. En soit, survivre à une invasion sith après l’avoir infiltré relevait du miracle. Puis, rester en vie pendant une BDZ impériale soulevait un sens de la survie très développée. La mirialan pouvait enfin se reposer, le combat était fini pour elle.

Dans l’espace, les Sith de sang-purs observèrent avec lassitude les impériaux fuir le combat, en détruisant absolument tout ce qui leur avait appartenu. Le commandant restait pantois et dubitatif. Quelle était donc cette stratégie ? La terre-brûlée n’était utile que lorsqu’il restait des ressources à récolter. Mais dans ce cas là ? Oh il avait encore beaucoup à apprendre sur ces êtres qui préféraient sacrifier les leurs plutôt que les laisser mourir en guerrier. Le Sith fit volte face et ordonna d’un mouvement de la main de quitter cette zone de guerre. La satisfaction se lisait sur ses compatriotes et camarades d’armes. Le plan était un succès totale. Avec seulement quelques soldats, ils avaient pu détruire une planète. L’invasion pour eux allait se révéler très … rapide. Les bras dans le dos, le grand alien au visage pourpre marchait lentement à travers les couloirs de son vaisseau. On le salua quand on le croisait, on l’admirait secrètement, on l’adulait dans l’ombre. Lui restait froid et ne rendit que des regards. Assez pour garder intacte son aura de commandement. Il tourna au détour d’une coursive et se dirigea vers les hangars où les vaisseaux n’avaient cessés d’affluer, plus précisément vers la zone d’observation et de contrôle. Une odeur d’excréments, de transpiration et autres immondices s’échappaient déjà de l’endroit. Pourtant, d’épaisse vitre de transparacier le séparait de l’immense plateforme d’atterrissage en contrebas. Tout le bétail était là. Humain, animaux et autres espèces organiques qui quelques heures avant se tenaient sur la planète. Ses soldats s’inclinèrent devant lui quand il l’aperçut et restèrent là. Ils n’avaient plus rien à faire de leur côté. Simplement observer l’esquisse du sourire qui se dessinait sur le visage du Sith. Dans les rangs du bétail, quelques un des sangs-purs encapuchonnés passaient et repassaient, observant toutes ces animaux parqués. Ils jugeaient, palpaient et éprouvait la matière en face d’eux. Le commandant appuya sur l’interphone, et sa voix grave et rauque résonna dans tout le hangar, puis fut relayé à l’ensemble de la flotte dans le tunnel hyperspatial.

« Commencez. Construisez moi une armée ! Pour la gloire de l’empereur et la suprématie des sangs purs ! »
Bothawui [Solo]

L'instant d'après, j'étais à nouveau au sol. Mon m[…]

Secteur Bothan & Bothan Spynet

Effectifs totaux Vaisseaux : 9 Crois[…]

B ossk se comportant amicalement ? A croire qu[…]

Ouverture du pion en E4 [Espace Bothan]

Contenir sa haine par les apparences - – Pren[…]

https://i.gifer.com/6Mdo.gif […]

Un Hutt et des Jeux...

"Ha ha ha" Ce petit Sith avait osé […]