L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Marak Koress
#29432
... il arrivait dans une salle mal éclairée. Un rapide coup d’oeil lui permit de distinguer que de nombreux fils avaient été tendus de parts et d’autres, voulant bloquer les deux accès, parfois ces fils étaient agités d’étincelles. Marak remarqua également autre chose : la salle était composée de deux renfoncements où quelque chose semblait dissimulé, ce qui semblait être des tourelles de défenses, à première vue.

À première vue… un piège ! Il aurait été tellement plus simple de contourner le problème… faire son propre chemin avec un trou dans la plancher avec l’aide d’un de ses Sabres laser… Ça voudrait aussi dire qu’il s’avouait vaincu en quelque sorte, hors ce n’était pas le cas, il désirait simplement couper court à tous ces petits jeux de cinglés… et voir la vérité tel qu’elle est… Apparement, si la force l’avait appelé, amené jusqu’ici, avec franchir toutes ce qui semble semble une série d’épreuves, ce fut pour une raison… car la force n’est pas dupe… sachant dans quoi Marak s’embarqua s’il répondait à l’appel… Sachant également que les autres vivraient quelques chose de plus ou moins semblable…

L’air résigné, mais résolu à prouver sa foi en la force, lumineuse comme obscure, grimaçant légèrement d’une douleur de fond à l’abdomen… Marak prit un débris de la grosseur de son poing, se concentra sur sa respiration pour mieux focaliser sur son environnement… améliorer son expérience sensoriel afin d’analyser l’origine et les failles du piège qu’il anticipait… Sans s’aventurer trop près des fils… Marak fît léviter le débris, un fois placé à l’endroit voulu… Marak éleva le débri le plus haut possible, dans le but de provoquer le plus gros impact possible au sol… et de cet impact… analyser son environnement grâce à l’écho provoqué par l’impact du débris… Puis toujours assisté de la télékinésie poussa le débris vers le sol pour atteindre la meilleur vélocité possible selon les contraintes d’espaces…

Un sonar fait maison… Quel secrets cette pièce protégeait-elle ? Électrocution fort probable, tourelles laser tueuses en série… quoi d’autre !? Le piège était-il autonome ou avait-il besoin d’une stimulation mécanique… comme le poids d’une personne ! Tant de questions et de possibilité que Marak tenta d’analyser … dans le pire des cas… 1 ou 2 autres essais seraient à envisager pour bien tout voir… à moins d’une couche supplémentaire de problème ! L’écho serait-elle suffisante pour localiser ce quelque chose ou quelqu’un déjà croisé auparavant dans les étages inférieurs ?

Marak y alla donc dans cette optique… tentant de démontrer son savoir faire à la force, de se montrer digne de ce don qui lui fut accordé à sa conception, d’un père, inconnu… et de Saeli Thamer, Soeurs sorcière de la nuit sur Dathomir, Seule elle savait la vérité sur l’identité du père biologique de Marak Koress… et jamais elle n’en eut fait mention, comme si l’absence du père fut une bénédiction… considérant les moeurs et cultures des Soeurs de la nuit… pas étonnant !



Avatar de l’utilisateur
By Drakell 82
#29547
Au même moment, à la surface...


    « Drakell ? Drakell ! Tu m'entends ? Drakell ! »
Ça faisait deux heures que Haro n'avait plus de nouvelles de son équipier, et presque moitié moins longtemps qu'il essayait de le contacter. La situation était bizarre. Ils étaient là, sur cette planète déserte et inhospitalière, et ils avaient perdu le contact. Le signal du comlink du Khommite disparaissait pendant plusieurs minutes, puis revenait une poignée de secondes pour mieux s'évanouir à nouveau, plus longtemps à chaque fois.

Le Khil avait encore tenté sa chance quand le signal avait été capté par le transceveur, mais encore une fois ce fut un échec. On aurait dit que seul Drakell aurait pu émettre en ces instants, sans qu'il ne puisse recevoir aucune communication.

Le souci, c'était que maintenant Haro devait bouger le Ermech. Une tempête se levait, et il ne pouvait risquer son appareil en restant sur place. Si la moindre avarie avait lieu, ils ne pourraient plus jamais repartir d'ici. Il n'avait plus le temps d'attendre. Tant pis pour Drakell, il devrait attendre le retour du vaisseau, s'il réapparaissait.

Haro prit le poste de pilotage et décolla rapidement. D'épais nuages noirs chargés d'éclairs se massaient dans les environs, bouchant une grosse partie de l'horizon. Ils se rapprochaient vite. Les senseurs signalaient une forte charge électromagnétique, et il valait mieux que le vaisseau soit hors de portée quand la tempête serait là, sans quoi les appareils seraient endommagés, et il ne serait plus question de faire quoi que ce soit du cargo.

Le Ermech prit de l'altitude, et fut bientôt hors de portée de l'orage. Haro lui fit décrire une large boucle pour contourner l'intempérie et l'observer depuis les hauteurs de l'atmosphère. Les nuages avaient plusieurs kilomètres de hauteur, noirs comme la suie, ils déchargeaient leurs arcs électriques vers le sol en une rafale meurtrière. De grandes gerbes d'étincelles les parcouraient aussi horizontalement, interdisant de les traverser. De toute façon, aucun pilote sain d'esprit ne s'y aventurerait.

Soudain, l'ordinateur de bord s'affola. Les senseurs détectaient des pics d'ions anormaux. Une seule façon d'y échapper : quitter la planète et gagner l'espace. Il reviendrait bien assez tôt. Le nez de l'appareil pointé vers le ciel, la montée se fit rapide mais éprouvante. Malgré tout ce qu'il pouvait penser, Haro était loin d'être tiré d'affaire.
Les senseurs ne se calmaient pas, bien au contraire. Radiations, rayonnement ionique, champs électromagnétiques, tout ce qu'ils affichaient n'évoquaient rien de bon. Et finalement, Haro le vit, le responsable de tout cela.

L'étoile de la planète vivait une intense éruption solaire. De gigantesques gerbes de plasma en jaillissaient, accompagnant le vent solaire de jets de matière ionisée droit vers la planète. Les appareils du Ermech s'affolèrent. C'était trop dangereux, il fallait sortir de l'orbite de la planète, quitter le système en attendant que ça se calme. En espérant que ça se calme.

Haro fit virer de bord le vaisseau pour s'éloigner du phénomène, aussi magnifique à observer que dangereux. Il programma une poussée des moteurs, de manière à mettre le plus vite possible assez de distance entre lui et l'étoile furieuse. Mais les senseurs déclenchèrent une alarme avant de se taire complètement. Haro n'eut que le temps d'y jeter un œil avant qu'ils ne s'arrêtent. La quantité de matières ionisantes était dangereusement élevée. Il allait devoir faire vite.

Ce fut au navicomp de lâcher. Ça se présentait mal. Il allait devoir piloter à l'ancienne, tout à la vue et en manuel. Tant pis, il fallait bien que…
Les moteurs stoppèrent. Le Ermech était aveugle, sourd, muet, et incapable de se déplacer. Il ne faisait que continuer sur sa lancée, en inertie complète.

Par la vitre du cockpit, Haro put voir le plus extraordinaire spectacle qu'un être puisse imaginer. Un immense arc lumineux jaillit de l'astre, avançant à une vitesse défiant toute logique. Dans un kaléidoscope de couleurs rouges, jaunes et orangées, le plasma approchait toujours plus, sans que rien ne puisse le stopper. Haro sut que c'en était fini.

Lorsque le flux fut assez près, la nuit la plus complète se fit dans le vaisseau. Plus rien ne fonctionnait. Le jet mortel vint frapper l'appareil de toute sa puissance, l'envoyant dans la direction opposée à sa course. Droit vers la planète.
Haro fut rudement secoué, mais il n'était pas blessé. Ce qui était problématique en soi. Il aurait préféré être mort instantanément ou inconscient plutôt que de pouvoir assister à ce qui allait suivre.

Le Ermech tombait vers la surface. Le champ gravitationnel de la planète lui donnait toujours plus de vitesse. Le sort du vaisseau et de son occupant était certain.
L'appareil percuta l'atmosphère à une vitesse impossible à estimer. Sous le choc et les frictions provoquées sur la coque, le vaisseau se désintégra de moitié, expulsant à l'extérieur tout l'air respirable qu'il contenait. La température était insoutenable, l'air étouffant et la pesanteur écrasante.

En quelques secondes, la physique avait fait son œuvre. Le Ermech avait disparu jusqu'au dernier boulon, et avec lui son pilote.





En Abîme...


Ça dégénérait sévèrement, de ce côté. L’apparemment nommé Miik se détourna du vieil être que représentait Drakell pour se concentrer sur un être plus petit et en apparence plus fragile. Occupé sur un corps sans vie, la petite forme fuit lorsque l'équipe se mit après elle.
C'était le moment choisi par une chose monstrueuse pour faire son entrée. Une… bête ? Est-ce que cette chose était consciente ? Était-ce doué d'une forme d'intelligence ? Une seule chose était sûre, c'était que c'était couvert d'une épaisse cuirasse de métal, équipé d'une arme, et que ça savait s'en servir. Ça tirait une forme de petits missiles, assez puissants pour leur taille, que Drakell n'avait pas vraiment envie d'attirer sur lui.

La chose était grande et grosse, lourdement armée et protégée, ce qui posait un menu problème pour la mettre hors d'état. En revanche, cela présentait un avantage : quand on était constitué de la sorte, on était puissant et résistant, mais on était lent et gauche. Tout le contraire de Drakell en somme.

Le Khommite revêtit son apparence normale, et envisagea de se montrer agile et rapide, pour esquiver les tentatives de la bête. Les autres ne pouvaient que se lamenter de leur présence ici. Ils essayèrent de fuir, retournant d'où ils étaient arrivés, mais un nouveau tir du canon cueillit l'un d'eux en pleine course. Ne restaient que Miik et un autre de ces sbires.

Aucun de ceux-là n'intéressait Drakell. Lui, il voulait trouver "la petite". Que faisait-elle sur ce corps ? Qu'avait-elle de particulier pour que les autres ne détournent leur attention sur elle ? Il comptait bien tirer cela au clair.
Il se rua à sa suite, activant son arme en cas de besoin. Après ce qu'il avait vu ici, il s'attendait à tout.


Destruction d'un vaisseau : le Ermech.

Mort d'un PnJ : Haro Reevan
Avatar de l’utilisateur
By Espoir
#29841


    Les choses allaient bouger, de cela l’on pouvait être certain. Drakell avait trouvé une piste, Marak cherchait à passer les pièges qui semblaient avoir été posé pour on ne sait quelle raison. Mais parfois, les choses ne se passent pas comme prévue.

    Alors qu’ils allaient agir, une instabilité traversa Abîme, ne laissant presque rien insensible à ces secousses. Que se passait-il ? Drakell comme Marak fûrent attirés instinctivement par une énorme concentration d’énergie vers la tour centrale, quelque chose semblait s’y dérouler. A travers les vitres de la ville on pouvait admirer la Tour Blanche déployer une vague d’énergie nacrée autour d’elle, parcourant sa surface par ondes régulières. Dans toute la ville toute activité avait cessé et tout le monde avait tourné la tête pour observer au loin ce qui semblait être la révélation d’un danger. Les derniers fous qui vivaient ici sortaient de leurs cachettes, cessaient de combattre et ne lâchait plus qu’un seul mot, répété en choeur, à l’unisson comme une incantation :

      - Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme. Abîme.

    Les voix montaient crescendo, et la puissance semblait augmenter à mesure que les voix envahissaient l’espace sonore, remplissant avec violence tous les bâtiments, obligeant les quatres voyageurs à boucher leurs oreilles alors que l’énergie continuait à tournoyer autour de la Tour Blanche. Il n’y avait aucun doute pour les deux sensitifs : ce déferlement de puissance c’était la Force.

    Soudain, un éclair argentée parti de la base parcourant avec célérité tout le bâtiment jusqu’à atteindre le sommet pointu de celle ci et une énorme vague d’énergie toute aussi argentée fût lancée vers l’espace, écartant l’eau autour d’elle tant l’énergie était grande. Pendant le processus, la voix de Zacharias Tyderan retentit :

      - Vous avez accompli ma Vision, le perfectionnement des étoiles est en bonne voie et ceci est à porter à votre credits mes créatures. Ainsi donc nous voilà face aux résultats de cette glorieuse entreprise, mon rêve a été porté aux nues et m’a permis de m’élever au rang de Dieu. Vous serez les témoins de mon ascension et de mes pouvoirs, soyez les apôtres de ce que vous avez vu ici, de l’inexorable fin qui attends ceux qui s’opposeraient à moi.

    Il y eût un moment de flottement très court et une onde d’énergie aussi noire que le vide frappa cette fois la tour en sens inverse, comme si elle venait de l’espace, le déchaînement d’énergie était tel que tout sensitif dans la galaxie pût en ressentir les effets, déclenchant des tremblements au niveau de l’épiderme de chacun.

    Alors des visions traversèrent les esprits des quatre voyageurs qui avaient osés braver Abîme, des scènes assez nettes dont il serait à eux de déterminer si elles appartenaient au passé, au présent ou au futur :

      Un être encapuchonné semblait deviser avec un homme aux longs cheveux blancs dont une balafre barrait le visage :

        - Vous devez faire voile vers les Régions Inconnues, cette galaxie ne recèle rien qui soit d’un quelconque intérêt pour un homme de votre acabit et vous le savez très bien.
        - Ah oui ? Curieux, Urai m’a conseillé de ne pas vous écouter, il a senti quelque chose en vous… Une obscurité que peu de gens recèlent en eux, quelque chose qui semble s’emparer de votre âme…

      L’homme à la cicatrice avança sa main vers le coeur de la silhouette, comme pour la caresser mais l’ombre tenta un mouvement de recul...pour se retrouver à la merci des lames surdimensionnées d’un talortai.

        - Allons, allons, je ne vais pas vous faire de mal. Je cherche juste… Ah… Voilà ! Et pourquoi quitter mes affaires alors qu’elles marchent du tonnerre en ce moment, je vous prie ? Donnez-moi une bonne raison ? Et rappelez moi votre nom, je vous prie ?
        - C’est Mergulus. Mon Maître m’a chargé de vous prévenir des flots qui vont se déverser sur la galaxie, le conflit entre Empire et Rebelles n’a que peu d’intérêt en fin de compte, à la fin ils brûleront tous. Mais mon Maître désire votre survie et cherche à s’assurer de votre alliance.
        - Ah oui ? Intéressant, mon cher Mergulus, mais je crains de ne pouvoir accepter, hélas. Les ténèbres qui jalonnent votre chemin n’apportent rien de bon pour ceux de mon espèce. Je vous suggère de retourner à votre Maître. Avec mes excuses les plus sincères, bien entendu.


      Le sourire figé que le balafré aux yeux verts clairs exprimait ne laissait aucun doute sur la sincérité de ses excuses.

        - Allons, allons, vous avez toujours cherché le pouvoir, vous avez toujours voulu détruire l’Empire, nous sommes les seuls à pouvoir vous offrir ça et vous le sav…

    La seconde vision prit forme :

      Deux formes encapuchonnées conversaient sur le pont d’un bâtiment de guerre dont la noirceur ne permettait de distinguer que très peu de chose, l’une des voix était familière :

        - Maître, Ithor a brûlé, comme vous l’aviez demandé.
        - Mmmh… Oui. Et Abîme ?
        - Toute sa puissance a été canalisée comme vous l’avez exigé.

      Le Maître semblait sourire, une sensation qu’on entendait plus qu’on voyait :

        - Parfait. A présent les autres chefs de clans vont se présenter à nos pieds comme les chiens qu’ils sont. Mergulus, il va te falloir redoubler de prudence à présent et mobiliser nos forces annexes pour saper nos ennemis. Mais plus encore, il va falloir te méfier des autres chefs de clans. Bon nombre d’entres eux doivent se douter de ta duplicité lors de l’attaque d’Ithor. Ne leur donne aucune raison de t’atteindre. Et…
        - Seigneur, une communication de Darth Nehan, le Véritable Empereur.

      D’un geste de la tête il acquiesça, signifiant qu’il prendrait la communication holo :

        - Ame-Putride. Tout est paré ? Le Côté Obscur a-t-il permis d’en apprendre plus sur le futur ?
        - Oui, Véritable Empereur, les oracles ont parlés : il semble que les vermines cherchent à monter une résistance aussi futile soit-elle.
        - Très bien, nous nous rappelerons à leur bon souv…

    Et enfin, une dernière vision :

      L’homme aux longs cheveux blancs se tenait face à une baie vitrée, dans ce qui semblait être son bureau personnel, examinant de son regard aiguisé sa ville, Abîme, quand un garde entra :

        - Un homme cherche à vous…
        - Fais silence, vermine !

      Une silhouette entra dans la pièce, encapuchonnée encore une fois, l’homme aux cheveux blancs donna ses ordres :

        - Laissez-nous et que personne ne nous dérange sous aucun prétexte !
        - Entendu.
        - Tiens, tiens, que me vaut l’honneur de votre visite ? D’habitude je n’ai droit qu’à Mergulus…
        - Il va falloir accélérer les choses, le Grand Plan ne peut plus attendre. Je dois placer mes propres pièces sur l’échiquier afin de pouvoir obtenir ce que je cherche…
        - ...et m’en offrir une part, bien entendu.
        - Bien entendu.

      Silence glacial.

        - Je ne suis pas dupe de vos manigances et je sais qui vous êtes vraiment. L’on chuchote votre nom sur votre passage. Ils disent que vous vous nommez…
        - ... Trak’al l’Impourri.
        - Et que vos intérêts ne coïncident pas forcément avec les plans des autres clans.
        - Vous n’êtes pas dénué d’intérêts.
        - J’écoute les rumeurs.

      Sourire un peu figé de l’homme aux cheveux blancs.

        - Méfiez-vous, la curiosité si elle n’est pas maîtrisée peut offrir les mêmes mauvaises surprises que la connaissance.
        - Je n’ai jamais craint quoi que ce soit.
        - Réconsidérez votre position, très cher “associé”.

      Et il révéla ce qui se cachait sous sa capuche :


    Et lorsque la dernière vision prit fin, les ténèbres s’emparèrent des quatre voyageurs. Lorsqu’ils se réveillèrent, il n’était plus sur Helska IV et avait la sensation que tout ceci n’avait été qu’un rêve. Un rêve bien réel. Et la sensation que le voile de la vérité pourrait se révéler près d’un trou noir. Trou noir qui s’imposait régulièrement à leur esprit.

Bilan RP :
  • Les joueurs ont quitté la planète Helska IV. Ils peuvent reprendre à l’endroit de leur choix maintenant que l’event a prit fin.
  • Les 4 personnages conservent les coordonnées d’Helska IV et d’Abîme et pourront y revenir par la suite si jamais celle-ci s’ouvre à nouveau.
  • Aucun objet d’Abîme n’a pu quitter la ville.
  • Les 4 personnages conservent en mémoire l’image très nette des visions dont ils ont pu faire l’expérience, il ne tiendra qu’à eux de faire les déductions qui s’imposent. Par ailleurs l’image d’un trou noir s’impose régulièrement à leur esprit.


Bilan de l’Event :
    C’est un bilan personnel que je viens faire ici. Je tiens à présenter mes excuses aux joueurs pour la fin un peu brutale de l’event et le rythme décousue qu’il a dû affronter, en partie à cause de moi. Ca aurait pu être mieux et j’admets volontiers que j’ai ressenti un profond découragement au fil du temps, voyant que l’event n’avançait pas. J’y ai ma part de responsabilité et encore une fois je tiens à vous présenter mes excuses. Je tâcherais à l’avenir de tirer les leçons de mes erreurs, je tiens en outre à féliciter l’effort qualitatif particulier que vous avez tâché de mettre dans cet event, c’était un plaisir de tous vous lire. J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop et j’espère également que cela aura réussi à piquer votre intérêt pour la Trame.
Bothawui [Solo]

L'instant d'après, j'étais à nouveau au sol. Mon m[…]

Secteur Bothan & Bothan Spynet

Effectifs totaux Vaisseaux : 9 Crois[…]

B ossk se comportant amicalement ? A croire qu[…]

Ouverture du pion en E4 [Espace Bothan]

Contenir sa haine par les apparences - – Pren[…]

https://i.gifer.com/6Mdo.gif […]

Un Hutt et des Jeux...

"Ha ha ha" Ce petit Sith avait osé […]