L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#36307
Image

Nirauan,
Centre de la Main de Thrawn


« Amiral Thrumble. » Les yeux, vides. Les mains, dans le dos. Les pieds, serrés au sol par les talons. Il n'avait jamais senti un tel malaise. Et une telle fierté en même temps. Sa façon de voir, sa volonté de construire, son amour de son art... On lui avait demandé une perversion. Un travail incomplet, volontairement incomplet. Pourtant, il avait poussé son art. En achevant de bloquer des zones dans le neurocortex, en inhibant des parties de façon assez ciblé, il avait réussi l'impossible. Ils étaient peu à pouvoir travailler sur une structure aussi fine que le cerveau humanoïde.

Il avait réussi. Ça le dégoûtait et le ravissait en même temps. « Amiral Thrumble ! » Il ne bougeait même plus. Il contemplait la fin de tout. « Hmmm ? » Les cuves, baignées d'un halo vert, les conséquences d'une réfraction lumineuse dans un liquide spécial qui asseyait la texture de la synthépeau, une synthépeau qui n'avait de synthétique que la naissance - elle qui restait cellulaire, régénérante, avec derme, épiderme... une vraie peau humaine, poussée en laboratoire - furent laissées de côté un court instant. Le temps que l'Amiral se torde le bassin pour regarder un soldats, le casque évasé, se tenir droit, attendant de livrer son message et de partir. « Oui ? - L'Empereur est arrivé. » L'amiral partit en trombe. Il voulait en finir. Pour tout un tas de raisons. Il gravit les marches des escaliers quatre à quatre, manquant trébucher à chaque envolée, jusqu'à s'orienter convenablement vers la plate-forme des dignitaires.

Image


L'Empereur descendait lentement. S'attendait-il à être ainsi accueillit ? Par un amiral affolé, les yeux brillants, courant jusqu'à presque poser le pied sur la rampe de débarquement, alors même que l'Empereur n'en était pas descendu ? La sécurité, les Gardes Rouges, se précipitèrent en avant, pointant leur pique vers Thrumble, prêts à l'envoyer dans un profond sommeil au moindre pas suspect. « Du calme ! Du calme, tous ! » Il n'aimait pas briser ce genre de routine. Et même sans parler de protocole, il aimait bien ne pas être agressé à la sortie d'un vaisseau après des jours de voyage. « Expliquez-vous... - Vous arrivez juste à temps ! » Et Thrumble repartit en sens inverse. Harlon était assez choqué. Personne n'avait encore eu l'hardiesse de manquer à ce point de tact en l'approchant. Fallait-il qu'il ait besoin de l'Amiral pour ce genre de projet... L'Empereur se décida d'aller à sa suite, mais il était hors de question qu'il se mette à courir. Il suivit la piste d'un simple pas leste, encadré de près par ses Gardes. Thrumble était parti en avant, au pas de course, sans même regarder derrière lui. Comme un homme chez qui on sonnait alors qu'il avait une mixture compliquée sur le feu.

Il couvrit la distance rapidement néanmoins. Descendant les escaliers un à un, vers des endroits de plus en plus sombres, il termina dans une vaste pièce, aux murs couvert d'instruments de chirurgiens, et au centre, trois cuves en enfilade, ainsi qu'une table d'opération... et un droïde astromech modifié, avec des mandibules sur le capot. Les cuves... sa commande. Ses produits étaient à l'intérieur. « Je ne savais pas qu'il fallait une cuve pour ce genre de... production. » Thrumble était comme un enfant devant son premier coucher de soleil. A peine capable de bouger les yeux. Il ne répondait même pas à l'Empereur. « AMIRAL ! » Ce dernier en sursauta. Harlon pointa un doigt inquisiteur sur les cuves. « Je veux une explication. » Thrumble le rassura. « C'est un procédé expérimental... le liquide symbiotique renforce la structure épidermique de la synthépeau pour la rendre aussi vivante, réaliste et composée qu'une peau humaine standard. A ce stade, on pourrait organiser des greffes complètes sans risque de rejet avec un tel procédé. » L'Empereur parut satisfait. « Allez ! On a largement passé l'heure... je n'attendais plus que vous... » Ainsi, Harlon comprit l'état de l'Amiral... il brûlait depuis longtemps de libérer ses créations.

En appuyant sur une série de boutons, en pianotant à intervalles réguliers... l'Amiral finit par engager la procédure de libération. Le liquide commença de se vider... pour laisser place aux visages sous respirateurs de trois êtres... artificiels... mais... Celui du milieu... C'était... « * MELANGE SYMBIOTIQUE EXFILTRE * - Ouverture... » Les panneaux s'ouvrirent. Les trois corps tombèrent... et se rattrapèrent. Tremblotant, les muscles atrophiés... les yeux dans le vague, sans trop savoir ce qu'ils faisaient là. Thrumble alla en relever un. Il entreprit de tous les relever lui-même. Il s'aperçut en le percutant presque qu'Harlon aussi, s'attelait à en relever un. Il avait décroché sa cape, et nettoyait un individu avec le tissu. Il le prit dans ses bras, le berçant un peu. Le produit le regarda avec étonnement. D'un regard d'un vert étincelant. « Bienvenue parmi nous... » Un sourire doux. « ... Harlon. »
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#36323


« Vous êtes maintenant... prêts. » Trois jours. Dans les appartements prévus à leur effet. A se voir expliquer ce qu'ils étaient. Ce qu'on attendait d'eux. A leur présenter des habits. Des effets autres. « Vous avez vos noms. Vous avez vos fonctions. Vous avez vos habits. Vous allez même recevoir vos armes. » Harlon agita un doigt paternaliste, comme sur de son emphase. « Des armes que vous ne brandirez que pour rappelez votre fonction. Pour rappeler que votre coeur est un produit de forge... la véritable arme, vous la constituez, à vous seul. »

Harlon détestait les droïdes, et les traitait en conséquence. Mais il se savait face à un genre de droïde... qu'il valait mieux amadouer. Traiter avec respect. Leur programmation pouvait se détraquer à tout moment. Revenir à des paramètres d'usine. Se retourner contre son créateur. « Vous serez le trio qui se fera l'extension complète de Ma volonté. Vous serez l'Empire que je ne peux diriger seul. Vous serez, tous, mes yeux, mes oreilles, ma bouche, ma main. » Harlon tendit le bras. Ses Gardes le suivaient à la trace. Trois d'entre eux, hors de leurs fonctions, portant des armes en bout de main. Tendant le premier bras, Harlon se vit remettre, sans regard en arrière, un pistolet BlasTech, commande privée. L'armature rappelait le DL-44, mais celui-ci semblait plus épuré, le canon plus droit, sans lunette de visée, mais avec un pointeur de précision. La lentille à l'intérieur était d'un or foncé fort rare, qu'on ne trouvait plus que sur certains modèles de blaster antique. La crosse était en os de Dragon Krayt, le métal était plaqué d'une bonne couche de phrik, avec des reflets d'electrum. Il le tendit, de ses deux mains, chargé, à son premier RHD, de vingt centimètres son inférieur, calvitieux, les yeux noirs enfoncés dans de profondes orbites, un air figé qui laissait deviner la pratique programmée de rictus frissonnants. Ses habits rappelaient avec audace les propres tenues d'esthète de Palpatine. De trois pièces, chacune en tissu noir à mailles épaisses, couvrant les jambes d'une jupe large, le haut d'un tricot ample, et sa tête d'une surcape à capuche large qu'il avait rabattue. « Miraj, vous êtes l'extension de Ma volonté. Vous tiendrez le rôle de Grand Vizir au sein de l'Empire Galactique. »

Il passa ensuite au suivant. Tendant de nouveau le bras, il se vit remettre une lance particulière, récupérée dans un recoin de Yinchorr, certainement destinée à un corps d'élite qui n'existait plus sous l'Empire d'Astellan. Des rumeurs courraient sur ce corps, et Harlon avait eu la confirmation par un Garde ayant servi Delavièl, lui-même étant sensé ne pas être au courant, que ce corps avait bien existé, en dehors de tout circuit officiel. Harlon pressa un bouton dans la longueur de la lance... et laissa poindre un fragment de sabre laser en haut de sa coiffe. Il la désactiva aussitôt, et la remit au second. L'homme était massif, dans les deux sens du terme. Pour rappeler le passé d'une haute fonction, Harlon avait demandé qu'il soit de nature à réveiller le souvenir de Vador pour tous. Culminant sans casque à plus de deux mètres dix, plus large d'épaules qu'Harlon, musclé aux anabolisants durant sa création, et avec le concours de fibres mécaniques du secret de Thrumble, on avait revêtu son visage - figé, imberbe, chauve, sans même les sourcils, avec deux yeux d'un bleu froid et des joues creuses sur une mâchoire carrée - d'un casque comme celui des Gardes Rouges, si l'on exceptait l'inversion des couleurs : casque noir, visière rouge. Et une armure taillée pour l'occasion, inspirée de la propre armure mandalorienne d'Harlon, avec de nombreux artifices supplémentaires. Il attrapa la lance et la plaça à son flanc. « Poena, vous êtes l'extension de Ma volonté. Vous tiendrez le rôle d'Exécuteur au sein de l'Empire Galactique. »

Et, il passa au troisième. Le seul avec qui il avait discuté. A qui il avait parlé lui-même de sa mission, de ce qu'il devait savoir. Il l'avait vu sortir. Avait vu tout ce que Massad avait donné. Le grain de la peau... les muscles qui saillaient et roulaient sous la peau... les veines éclatées... la pilosité... même les parties génitales étaient comme des copies. Le sens du détail était impressionnant chez Massad. Mais on se laissait avoir par un détail qu'aucun talent ne pouvait donner : l'éclat dans le regard. Harlon tendit la main, et se fit donner... son Beskad. Du moins, pas le même. A l'extérieur, tout était semblable. Mais celui-là était en banal duracier. Plus lourd, moins résistant. Le tranchant serait trompeur toutefois, pour qui en subirait la conséquence. « Harlon. » Pas de nom de famille. Il était son double. Il n'était pas né Astellan. Il était une copie. Un artifice né du talent d'un chirurgien mécanique, pas du ventre d'une humaine. Mais, sans que l'Empereur ne sache pourquoi... il se ressentait, chez... lui. Et il lui avait donné son prénom. Son seul prénom. Il serait appelé Astellan et Empereur par les autres. Mais ce n'était qu'un leurre. Un jeu d'acteur, sur un théâtre trop vaste où l'action se jouait en coulisses et aux guichets. « Harlon. - A toi, en plus d'une copie en duracier de mon armure, une copie en duracier de mon arme... Je te donne mon nom... Harlon. Je te fais non l'extension mais la copie de Ma volonté. Tu tiendras, dès que je te le demanderai, le rôle d'Empereur Galactique face aux foules et aux subordonnés. Tu seras moi quand je devrai échapper à l'agitation politique de Bastion et Yaga Minor. Tu seras moi quand les hommes devront voir l'Empereur charger sur un champ de bataille où ma vie sera menacée. Tu seras moi pour rappeler aux assassins qu'Harlon Astellan ne meurt jamais. » Harlon prit le faux beskad dans ses mains, et l'attacha dans son dos. Copie conforme. C'était bluffant. « Je suis programmé pour ne pas te renverser. Programmé pour t'obéir, et être toi. - Mais nous sommes tous programmés pour ne pas le trahir... - Hmm. »

Harlon fixa Massad. « C'est la vérité. Aucun sévice physique, mental, aucune tentative de corruption, aucune trahison. » Rien n'était rassurant malgré tout. Si Massad lui mentait ? S'il avait mis en place un programme spécial, à retardement ? « Vous tenez l'Empire à vous trois. » Harlon leur montra alors... la sortie. « Faites-en bon usage. » La sortie menait sur quatre navettes. Trois avec une poignée de Gardes, une avec ceux d'Harlon. Chacune allait rejoindre l'Imperator, le vaisseau amiral d'Harlon. « Mais souvenez-vous... » L'Empereur leur donnait un dernier rappel. « ... que votre fonction, c'est de me servir. »




- Réception des 3 RHD commandées le 29 Mai 2019
- Ils occupent les fonctions de :
--- Double de l'Empereur
--- Grand Vizir
--- Exécuteur
- Fiches PNJs à suivre
Bothawui [Solo]

L'instant d'après, j'étais à nouveau au sol. Mon m[…]

Secteur Bothan & Bothan Spynet

Effectifs totaux Vaisseaux : 9 Crois[…]

B ossk se comportant amicalement ? A croire qu[…]

Ouverture du pion en E4 [Espace Bothan]

Contenir sa haine par les apparences - – Pren[…]

https://i.gifer.com/6Mdo.gif […]

Un Hutt et des Jeux...

"Ha ha ha" Ce petit Sith avait osé […]