L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Faites évoluer votre histoire
Image

Règles du forum : Afin de pouvoir jouer, votre personnage se doit d'avoir une Fiche de personnage valide. Pour cela, vous devez poster une fiche de présentation en créant un nouveau sujet dans cette section. Une fois validé, vous pourrez commencer à jouer immédiatement, et vous occuper de votre vaisseau, votre économie, et votre fiche Force. Notez que vous devez respecter le code de la fiche pour votre feuille de personnage.
Avatar de l’utilisateur
By Éris Herae
#38040
IDENTITÉ



Nom & Prénom : Éris Herae
Diminutif: La Maîtresse
Race: Zabrak
Age Réel: 53 Ans
Age Corporel: 23 Ans
Planète d'origine: Iridonia
Langues connues: Zabraki , basic


PROFIL



Image



Métier: Chef d'un culte hédoniste sur Nar Shaddaa
Faction: Criminel
Description :

Bien que les Zabrak soient une espèce robuste, Éris cache une fragilité certaine. Dans son sommeil qui dura plusieurs décennies, la carbonite dans laquelle, elle fut plongée trop longtemps lui fit perdre la vue. Le procédé complexe de dé-cryogénisation n'ayant pas été encadré, la Zabrak subit de lourdes légions neurologiques lors de son réveil. Rendant parfois ses facultés motrices inopérantes et la plongeant dans un tourment constant.
La Force est son seul moyen de repérer visuellement ce qui l'entour. Son deuxième cœur lui permet d'avoir des capacités physiques tout à fait normales, quand ses séquelles ne font pas des siennes. Pour son plus grand malheur, ses soucis moteurs intempestifs ne peuvent être contrôlés ou anticipés.

Éris est une Zabrak au physique bien particulier. La différence la plus frappante est la série de corne couronnant le contour de son visage. Alors qu'à l'accoutumée ceux-ci se situent sur le pourtour du dessus du crâne. Comme ses semblables la jeune femme possède des tatouages faciaux. Les siens recouvrant l'intégralité de ses paupières jusqu'au sommet de ses arcades sourcilières dépourvues de cils ; descendant le long de ses joues au grès de fines courbes s'arrêtant aux extrémités de ses lèvres noires comme la nuit. Pour elle comme pour les siens, ces tatouages symbolisent quelque chose. Leurs emplacements sont loin d'être anodins, d'aucuns diraient que c'est en mémoire de sa vue perdu.

La Zabrak se pare d'habits noir de jais aux teints de sa chevelure cachant soigneusement les cicatrices et autres afflictions recouvrant son corps. Sa tenue fait ressortir sa peau écarlate dans un mélange de rouge sanglant et de noir profond. Rendant le tableau dépeint à la fois séduisant et fort sinistre.


Histoire:

Comment est-il possible de se souvenir de qui l'on est après un aussi long sommeil ? Les souvenirs de sa vie de jadis ne sont plus que ruines, des fragments épars dans cette triste vie qu'est la sienne.

Elle vint au monde sur Iridonia, une planète forte inhospitalière pour tout être vivant. Éris y aurait passé moins d'une année, à l'abri des puissants vents qui balayent cette terre. Hélas l'on ne peut espérer de vie paisible dans de telles conditions. Ce furent pour ces raisons qu'ils migrèrent ailleurs. Certains vinrent sur Dathomir, les autres se dispersèrent aux quatre coins de la galaxie. Enfant d'agriculteurs, elle vécut deux années dans un monde agricole de la République. Quand vinrent les recruteurs Jedi, ces êtres mystérieux parés de leur ample cape beige. La légende raconte qu'ils enlevaient les enfants à leurs parents. Ce fut cette même accusation qu'il leur fut adressé. Révélant la douleur née de l'attachement émotionnel des parents envers leur enfant. Hélas au sein de la République, l'Ordre Jedi avait l'autorité légale de prendre la garde des êtres sensibles à la Force. Ce fut donc dans la douleur qu'ils se séparèrent de leur unique enfant. Lui comme tant d'autres sur ce monde.

Ainsi grandit la jeune novice au sein du Temple. Tout au long de sa formation on fit apprendre à l'enfant de se détourner des passions obscures logées en eux. Les ans défilèrent et Éris en apprit beaucoup sur la Voie Jedi.

[Suite de la formation en cours de rédaction
-
Bond dans le temps de plusieurs années
]


Dans une situation fort précaire, des sentiments jusqu'alors refoulés vinrent s'infiltrer sinueusement aux abords de son esprit. La peur et la colère s'insinuèrent en elle à chaque seconde. Sa forteresse mentale s'étiolait après chaque tentative de fracturation de la porte. Ses camarades étaient loin désormais, il n'y avait plus qu'un mince morceau de taule entre elle et les assaillants. Hélas pour Éris, sa tentative se voulait vaine. À un moment ou un autre, elle céderait aux assauts répétés des soldats. Vint le moment fatidique, la taule se déchira. Le groupe armé alla au contact de la Jedi. Prête à défendre chèrement sa peau sabre à la main, elle chargea face à l’adversité. Nombreux furent les coups qu'elle para, mais ses dernières forces l'abandonnaient peu à peu. C'était un combat qu'elle ne pouvait espérer remporter. Avec toute la force du désespoir, elle tint jusqu'à ce que le coup de son ennemi passe en force, désarmant la jeune Zabrak. À la merci de ses ennemis, elle fit appel à la Force dans une dernière tentative misérable de s'en sortir.
Elle n'en eut guère le temps, ils firent feu sur celle-ci à l'aide de fléchette électrique. En l'espace d'une seconde, Éris se retrouvait transformée en une boule d’éclairs arachnéens. Le courant traversait la moindre parcelle de son corps écarlate. Convulsant sous les intenses décharges d’énergie qui frappaient sa chair et malmenaient son corps. L'alien lâcha un hurlement de douleur venant du fond de sa gorge, la sensation était un véritable supplice. Ses yeux devenaient vitreux et après quelques secondes de rigidités tortueuses, elle s'écroula sur le sol encore fumante.

Qu'ils soient Jedi ou Padawan, les adeptes de la Force ont une valeur marchande certaine sur les marchés noirs. Ce fut dans l'un de ces lieux abjects où la vie humaine n'a guère plus de valeur que celle d'un objet ; qu'elle fut vendue à un organisateur de combats illégaux. Là, son âme y fut brouillée afin qu'une fois dans l'arène Éris tue sans remords. Plus d'âme, plus d'état d'âme. Mais il y avait une chose à laquelle ses ravisseurs ne s'attendaient pas. La jeune femme était une Zabrak et de par se fait, sa résilience à la douleur était à toute épreuve. Dans son for intérieur brillait encore la lueur de l'espoir. Celle d'être libérée de cet enfer et voir la lumière du jour. Mais ses maîtres trouvèrent un moyen de la faire se battre contre son grès. Avant chaque combat, Éris fut droguée avec une dose non négligeable de Yarrock. Puissants hallucinogènes et très addictifs, ils purent enfin l'asservir. Les doses étaient si fortes et la drogue si puissante que bientôt ils n'eurent plus qu'à la faire se battre pour une poignée de Yarrock. Celle-ci eut un effet dramatique sur son esprit, lui occasionnant des psychose et étouffant combat après combat la flamme de l'espoir. Malgré ses compétences martiales et le pouvoir de la Force ; chaque combat ne fut pas synonyme de victoire. Marquant son corps de cicatrices et autres stigmates de la dure vie de combattant. Lorsque l'avènement de l'Ordre nouveau et la Purge Jedi furent proclamés, la Zabrak ne sut que de longs mois plus tard ce qu'ils s'étaient passés. Ayant compris qu'il n'y avait plus d'espoir de retrouver sa liberté perdue, Éris désespéra. Et ce fut dans la période la plus sombre de sa vie, que le Côté Obscur vint la réclamer une fois encore. Décidé à la faire basculer une bonne fois pour toutes. Son esprit désormais malade se souvenait encore des interminables citations de son maître. Et l'une d'elles lui vint à l'esprit :



La Force est une montage qui émerge de l'eau, le côté obscur n'est que la partie immergée dans la vase.
Si vous choisissez de plonger, le limon vous piégera et vous noiera.




Image
Hélas pour elle, la Zabrak bien que robuste n'avait plus la force de lutter. Éreintée par des années de combats de privations et un esprit réduit à l'état de lambeau par la drogue et la souffrance ; Éris bascula enfin dans l'étreinte de l'Obscurité. Elle vit sa situation sous un tout autre spectre, goûtant à de nouveaux plaisirs. Comme celui de la souffrance. Voyant chaque combat comme une nouvelle occasion d'exalter ses sens. Mais cette vie qui s'offrait à elle, la Zabrak ne put que l'humer. Car bientôt les hommes à la solde de l'Empire eurent vent des agissements de son maître et de la possession si précieuse qu'il possédait. Le risque que celui-ci courrait était trop grand. L'Empire ne prenait pas de bon cœur, il arrachait. Prit d'une peur manifeste pour sa vie, il la cryogénisa et en fit un trophée.

Les sensitifs traqués sans relâche et sûrement tués devenaient une denrée rare aux marchés noirs. Elle y fut de nouveau vendue, cette fois-ci non pas pour ses talents martiaux, mais pour sa beauté et son statut. Après une longue course aux enchères, la nouvelle acquisition alla à un Hutt. Qui se félicita d'avoir une pièce de choix à accrocher à l'un de ses murs. La Zabrak fut prisonnière de sa prison de carbonite. Plongée dans un profond sommeil, la dernière chose qu'elle put garder à l'esprit fut cette haine viscérale pour son maître. Elle fit le bonheur de son maître qui put se vanter devant ses confrères bedonnants de posséder un de ces êtres tant recherchés par l'Empire. Sommeillant dans un repos sans rêve, elle participa à nombre d’événements festifs, de coups d'éclats, de trahison et autres accords frauduleux en tout genre. Mais de tout cela, elle n'en eut aucun souvenir. Pendant près de trois décennies, Éris resta pétrifiée dans la carbonite. Jusqu'à ce qu'un des concurrents de son maître ait le bras plus long que lui. La gigantesque salle qui avait jadis accueilli de fastueux évènements, n'était plus que le théâtre de violent affrontement entre les deux camps. Une bataille rangée d'une violence rare qui se solda par la mort du Hutt et ses hommes mains. Quant à son ennemi, l’affrontement lui avait coûté le bras droit. Ce jour-là, il n'y eut nul chant, nul banquet. La victoire avait demandé un prix terrible. Et de nombreuses vies avaient été fauchées. Le repli fut demandé, il ne fallait pas tarder. Un tel conflit allait forcément attirer l'attention. Il était préférable de s'éclipser.
Dans l'immense pièce qui n'était plus qu'un charnier sanglant, le dispositif gardant Éris prisonnière de la carbonite céda enfin. Il était fait pour résister à l'épreuve du temps, mais pas à un affrontement aussi violent. La température du bloc se mit enfin à remonter faisant petit à petit passer la carbonite à l'étape de sublimation avant de s'évaporer. Du métal évaporé sortit un corps écarlate qui vint s'écraser lourdement sur le sol imbibé de sang... Ouvrant les yeux, ce furent les ténèbres qui l’accueillirent.

Son ancien maître était d'un narcissisme exacerbé, il passait de longues heures à observer son corps si parfait. Mais de cet être magnifique, il n'en restait plus qu'un amas difforme et froid comme la mort. A ses pieds gisaient les débris du miroir en or qu'il gardait jalousement à ses côtés. Rampant au sol jusqu'à son maître tel un animal, elle observa avec attention son reflet dans les débris de verre. Ses yeux traçant chaque ligne de son visage. Chaque cheveu, chaque cicatrice, une perfection. C'était une sorte d’auscultation détaillée. Cela devait être fait parfaitement, Éris devait savoir quels étaient les dégâts qui parcheminer son corps. Absorbée dans sa réflexion, elle entendit une voix susurrer quelque chose à ses oreilles. Cette voix était celle de sa folie. Une monstruosité qui mêlait à ses psychoses lui faisait perdre totalement pied avec la réalité.

Qui est-là ?
S’acclama Éris.

Regardez dans le miroir.
Murmura la voix, au regard brillant.
La confusion de la Zabrak transparaissait sur son visage, mais elle obéit magnifiquement bien.


Dites-moi, qui voyez-vous?
Une fois de plus elle obéit à cette nouvelle demande.

Un monstre...
L'ombre s'arrêta et regarda la jeune femme dans le miroir.

Est-ce toujours vous ou est-ce moi?

Je ne comprends pas.

Je suis le serpent qui s'est installé dans ton crâne.
J'ai toujours su qu'il y avait quelque chose en toi, je l'ai toujours su...
Quelque chose que toi que tu as renié toute ta vie.
Cette monstruosité...

Regarde comme tu es faible.
Tu ne peux pas rester la proie.
Soit le prédateur. Tu dois devenir, mon égal, dans tous les sens.

Alors regarde dans le miroir. Et dis-moi, qui vois-tu ?
Est-ce toujours toi ? Ou est-ce moi ?

Deviens la bête... Nous n'avons pas à nous cacher.
Nous n'avons pas à cacher notre véritable nature.
Est-ce que cela te terrifie ? Ou te sens-tu enfin vivante ?

Ressens-tu la faim ? La douleur ? Hurlent-elles à l'intérieur de toi ?
Embrasse l'obscurité... Et je t'aiderai à voir.
Que tu peux être incommensurable et majestueuse.

Nous sommes les loups, dans un monde d'agneaux.
Nous sommes ceux qui nous repaissons des faibles.
Deviens le prédateur !
Nous n'avons pas à nous cacher !


Ces paroles qui n'étaient que du poison pour son esprit malade firent échos au plus profond d'elle. Se répandant et corrompant chaque parcelle de son corps meurtri. Elle était l'architecte de sa propre démence, de sa propre descente aux enfers. Et dans cette spirale d'aliénation, la Zabrak emporterait les agneaux de cette réalité dans les abîmes de sa folie. Tout serait noir, ils iraient tous sans exception dans les ténèbres. Corrompus et brisés ils seraient les sinistres compagnons d'Éris, des instruments ne vivant que pour lui faire oublier l'agonie qu'est son existence.



Psychologie:


Éris est une sinistre créature d'on la souffrance est son éternel cavalier. L'horreur qu'elle a vécu à fait disparaître le Jedi qu'elle fut jadis, la bonté est la seule relique qu'il reste de cet être brisé. Son cœur est aussi noir que son esprit est dérangé. Mût d'une compassion sans fin pour ses obligés. Son dessein qui aux premiers abords est bon, cache un secret bien sordide. Souhaitant seulement que chaque être vivant soit heureux... Éris pousse ses suivants pervertis dans une spirale infernale de désir et d'agonie. Aveuglée par sa folie, sa perception du bonheur se révèle être altérée et loin de celle à laquelle on s'attend. Éris somme à ses membres dévoués de repousser leurs limites toujours plus loin, de renier toutes conventions et contraintes. Leur permettant alors d'être libre de toutes chaînes et ainsi trouver le bonheur. La Zabrak est aux yeux de ses fidèles bien de choses. Elle est la passion faite chair qui réveille en chacun ses plus bas instincts. Allant du plaisir le plus simple jusqu'à l’assouvissement du plus vil désir. Mais là où la Maîtresse excelle, est bien le domaine de la frustration et de l'agonie. Car le simple mortel représente tout ce qu'elle n'aura jamais. Prisonnière de sa douleur infinie, Éris déborde d'une frustration sans borne pour ces êtres qui ne connaîtront jamais une telle douleur de vivre. C'est en attisant les sombres tentations du commun des mortels, qu'elle emprisonne ceux-ci dans sa toile. C'est pour fuir cette souffrance qu'Éris s'enferme, elle et ses proies dans sa cage dorée. Chaque instant de sa vie est tournée à la recherche de nouveaux appétits qui engourdiront ses sens et ainsi lui permettront d'ignorer ne serait-ce qu'un instant son supplice. La poussant à chercher de nouvelles expériences plus étranges pour obtenir les mêmes frissons que ceux qu’elle ressentait au début.

Éris est un être rongé par le mal qui l'habite. Elle s'aime autant qu'elle se hait. Parmi ses pensées les plus noires sommeil son ultime dessein. Trouver un corps parfait qui sera à même d’accueillir son esprit. Si seulement une telle chose était possible, elle serait ainsi libérée de cette vie de tourment...



INVENTAIRE


Crédits: 2.000 Cr
Arme(s): Vibro-lame Talon, canne
Equipement(s) : Aucun


Note: La fiche n'étant pas finie, elle peut être sujette à de nombreuses modifications.

Il était une fois... Dans une galaxie lointaine[…]

A bord du Hermes - Dashel Nelievar [4/5]

https://i.pinimg.com/564x/62/06/83/[…]

Ella Tulan

FICHE FORCE https://i.pinimg.[…]

Prison Break [PV]

https://jolstatic.fr/www/captures/850/1/[…]

MandalMotors le Retour

Salutations, Je suis Vrad Kist, Ver’alor de Co[…]

A la recherche de boulot.

Fiche de scénario Nom du lanceur du scén[…]

[Uyter] Scénario Pirate.

Le Capitaine Rock n’en croyait pas ses yeux. Le[…]

A insi, cette aventure de Dashel Nelievar s'ach[…]