L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

#34052
    Un petit goût de revenez-y !



???, heure locale
Espace - Environs d’Orvax IV


The Highwaymen - Highwayman


    Les gens vivaient leurs vies, s’agitant dans celle-ci pour prouver leur existence. Manger, crier, tuer, exister… Un cycle éternel autoréalisateur qui prouvait sa propre nécessité et son autosuffisance. Au-dessus, les étoiles parmi le vide éternel. Elles traçaient un chemin dans une apaisante langueur, là-haut tout était possible et le calme infini en était le résultat, seulement troublé par l’entropie inhérente aux vivants. Dans les ténèbres, un objet à peine visible filait à grande vitesse, se créant son propre chemin quittant une Piste Corellienne bien déserte. La forme fuselée du A-Wing l’As de Pique II progressait à toute allure et le tableau de bord indiquait que la planète serait en vue dans à peine quelques minutes.
    La Jedi observait le fond noir que quelques points lumineux troublaient, toujours au loin et elle laissa bien vite son esprit vagabonder tout en gardant un oeil distrait à travers les hublots.

    Elle avait suivi une impression laissée par la Force, un chemin qu’elle sentait tracé à travers l’espace et le temps. Ce qu’elle supposait c’était qu’au bout de ce chemin se trouvait Komus et que, le moment venu, elle aurait trouvé le moyen de le stopper. Dans cet objectif elle était déjà parvenu à rassembler un premier artefact dont elle avait pressenti qu’il lui serait d’une grande aide dans sa traque de l’entité maléfique.

      - Tu fais ça par vengeance.

    Sur le nez du A-Wing, la silhouette maigrichonne d’une femme aux longs cheveux bruns et à la peau pâle apparut. Elle se détourna des étoiles pour poser un regard gris métallique sur Hayley qu’elle toisait d’un air supérieur. La corellienne était déterminée à l’ignorer. Lui répondre, c’était lui donner du crédit.

      - Bien sûr que j’existe. Tu m’as créé et tu ne peux pas me détruire, je hanterais chacun de tes pas. Tout ce que tu as réussi à faire jusqu’ici c’est m’emprisonner. Mais les prisonniers finissent toujours par sortir de leurs prisons…

    Vêtue seulement d’une robe blanche dont la teinte laissait transparaître le peu de formes voluptueuses dont elle disposait, elle s’étendit de tout son long sur le nez du vaisseau, comme si elle s’apprêtait à y bronzer. Mais sa voix de séductrice continuait à s’élever, couvrant le bruit des moteurs du chasseur :

      - Toujours cette histoire avec Ty Ly, n’est-ce pas ? C’est compréhensible, je ne te juge pas. Mais bon, il faudrait arrêter de te cacher derrière la moindre excuse dès que l’occasion se présente. Tu n’es qu’une femme qui court après sa vengeance. Ou plutôt d’une vengeance à une autre. Ce n’est pas très Jedi, tu avoueras.
      - Ta gueule.

    Le sourire qu’arborait la femme à présent n’aurait pu exprimer plus clairement la joie qu’elle ressentait. C’était le plaisir d’obtenir quelque chose qu’on savait devoir venir. Elle se lova autour du hublot, essayant d’en épouser les formes avec son corps et ce, au plus près. Elle éleva les bras au-dessus de sa tête, le moindre mouvement étant un prétexte à révéler ses formes.

      - Et en plus tu fuis tes responsabilités. Te voilà partie sur les routes hyperspatiales, à sillonner toute la galaxie dans une quête vaine parce que - bien entendu - tu es la seule à pouvoir la sauver. Tu n’es pas une héroïne, tu n’es qu’une lâche. Et tu es incapable de faire les choses autrement que par ta propre manière. Petite louve solitaire…
      - Ferme-là !

    L’autre continuait à ostensiblement savourer cette situation. Elle s’apprêtait à continuer de discourir sur la nature d’Hayley mais fût interrompu par la radio du A-Wing :

      - Mayday ! Mayday ! Ici le capitaine du Hermès, dirigeant de la flotte marchande à destination d’Orvax IV, nous sommes actuellement attaqués par des pirates et nous avons besoin d’aide ! May…

    Les yeux verts d’Hayley revinrent aux hublots, mais la femme avait disparu. Elle n’eût qu’une seconde d’hésitation et reprit les commandes de manière active, accélérant. Difficile de savoir si c’était les paroles de la femme qui l’avait décidé, mais elle s’engageait dans une histoire qui ne la concernait pas. Au loin les éclairs rouges et verts des lasers voltigeaient de part et d’autres des différents bâtiments qui s’affrontaient. Impossible de savoir qui dominait cette bataille à présent, même si le message desespéré qu’elle avait reçu laissait entrevoir que les pirates n’y allaient pas de main-morte et qu’il menaçait le convoi.

    En à peine une minute, le A-Wing se trouvait déjà aux abords de la bataille et prenait déjà en chasse l’un des StarViper qu’elle devinait faire partie des pirates. Elle ouvrit son canal de communication, sachant pertinemment qu’elle serait entendu aussi bien par les défenseurs que les attaquants :

      - Ici l’As de Pique II, j’ai entendu dire qu’il y avait une petite fiesta dans le coin alors je m’invite !

    Et ce faisant, elle se focalisa sur la Force tout en suivant son écran, prête à abattre le StarViper qui tentait vainement de se dégager. Peine perdue : l’As de Pique II était le fruit d’une étroite collaboration entre la Jedi et Miriana, deux mécanos de génie qui s’était dépassé pour améliorer la bête. Et le StarViper explosa après que deux tirs de canon laser le touchèrent. Hayley fit vriller son appareil, passant sous l’une des frégates Nébulon-B. La bataille n’était pas terminée, mais en voilà un qui n’embêterait plus grand monde.
#34088
Tatooine
Quelques jours avant...



On pouvait lui dire autant de fois que ces terres n’étaient qu’une vaste étendue de dunes de sable, qu’il n’y avait aucun intérêt en ces villes mises à part leurs ivrognes et leurs catins, Aiden éprouva un réconfort à voler à la ligne d’horizon, éclairé par les deux étoiles étincelantes. Tatooine était une terre marquée, dénaturée par un effroyable carnage perpétré bien avant l’aire de la république, bien avant les Jedi, depuis lors, c’était le refuge des êtres de la galaxie marqués eux aussi à jamais.

Non Tatooine n’était pas accueillante, elle n’était pas belle, il n’y avait rien à y exploiter, la seule ressource que toute personne recherchait était l’une des plus précieuses, la liberté. Aiden pourtant se prétendait l’être, libre, mais comme tout individu il ne se rendait pas compte qu’il était enchaîné à l’une des chaînes avec sans doute les plus grands maillons, ceux de la vengeance, mais cela était pour un autre moment.

Rorschach était là, attendant au pied de l’aire où Aiden venait de poser son vaisseau, dans sa petite bure, il pouvait passer discrètement surtout sur un monde tel que celui-ci, notamment aux côtés d’un groupe de Jawa, mais Aiden n’avait aucun doute sur son identité.

Quand les deux individus se retrouvèrent, Rorschach abaissa sa capuche laissa paraître son museau…

Le petit alien avait été l’un des plus fidèles lieutenants de Drake Stark et l’un de ses remarquables capitaines de vaisseau. Effroyablement haineux envers les esclavagistes, il était l’une de ses exceptions d’une race pacifique, gardant pourtant l’attrait caractéristique d’un Squib pour le commerce aussi remarquables qu’un autre de ses congénères...

    « Aiden…, tu as grandi.
    Ror' ! Pas toi, visiblement.!
    »

Le squib plissa les yeux rouge, d’un regard de défis. Il révéla ensuite ses canines dans un sourire complice. Il lui tendit la main dans un signe de bienvenue.

Une voix se fit entendre au loin, cela venait d’un micro, ou pouvait y entendre derrière également une foule, venant du même endroit d’où provenait ce qui semblait être un présentateur, le son rebondissait dans les étroits cartiers de Mos Aspa, le public semblait en délire. La célèbre course de pod, elle allait bientôt finir.

    « Il y est, il nous attend... Enfin plus moi que toi... Et je voulais te dire... désolé.. pour..
    Je sais... »

Aiden regarda vers le haut de bâtiment, au loin on pouvait discerner le haut des gradins, où se trouvait le début de la course. Rorschach tourna le dos pour commencer à marcher quand Aiden l’arrêta.

    « Elle est déjà arrivé ? »
Le canidé semblait hébété.
    « Oui... En faite... Elle est arrivée y a trois jours... Elle... y Participe. »
Bien sûr. Il aurait dû s’en douter.



****
Image


Arrivés à la grande arène, les deux hommes gravirent rapidement la structure jusqu’à rejoindre un endroit qui semblait regrouper quelque loge assez bas de gamme, mais permettait un certain isolement du reste des gens écrasé dans les gradins en pierre. Rorschach se dirigea vers une en particulière, gardé par deux hommes en train de se faire une partie d’un jeu obscure à base de jetons et de carte.

    « Les gars. . . »

Rorschach semblait les connaitre, mais Aiden connaissait assez bien l’ancien homme de son père pour se rendre compte qu’il était sur ses gardes.

    «Heu... Rorschach... C'est qui lui ? Vane t’attend, mais lui... On se connaît ?. »

L’homme l’avait dévisagé comme s'il l’avait reconnu, peut-être qu’Aiden l’avait une fois croisé plus jeune mais il ne s’en souvenait plus, au contraire que l’homme qu’il entraperçut alors qu’une Twi'lek vint apporter des rafraîchissements dans la loge. L’humain criait, en essayant d’encourager semble-t-il l’un des pilotes loin dans le sable.

    « Il est armé ? Reprit l’un des types.
    Tu ne peux pas, reprit l’autre en s’adressant à Rorschach puis à Aiden d’un regard. Rorschach s’énerva.
    Vous vous foutez de ma gueule ! C’est le rejeton de Stark, vous allez le faire passer !
    Le … ? »
Il fut coupé par l’homme qui semblait perdre patience de bruit proche.
    « C’est quoi ce bordel ? Rorschach t’en a mis du temps... Bordel, j’aurai peu-être du t’écouter, ce c#?%!d est en train de perdre et … »

Ses yeux étaient rivés sur Aiden. Il tourna la tête vers le Squib

    « Petite fouine de m&?!e ! Je t’avais dit non ! »

Il rebroussa chemin et repartit dans sa loge, Rorschach se perdit dans sa trace, Aiden ne fut pas plus embêté par les deux hommes après un regard hargneux du petit mammifère.
Celui-ci reprit.

    « Tu sais bien qu’on ne peut pas sans lui... Sans eux ! Tu en connais d'autres toi ? »

Aiden observa la loge, quelque fauteuil, canapé, quelques filles coincées dans celui-ci avec deux hommes.

Vane alla se coincer dans un fauteuil où se trouvait une autre femme sur l’accoudoir et observèrent les écrans qui se trouvaient devant lui nerveusement.
Rorschach s’avança.

    « Vane, tu sais qu’on a besoin de lui, de ses hommes. On n’est plus ce qu’on était, les hommes non plus, il nous faut de ce genre-là... Et il a autant besoin de nous. On a presque perdu la même chose... On doit s’entre aider... Il le voudrait. »

Vane se leva et se retourna violemment en pointa du doigt le jeune homme.

    « Écoute-moi bien AIDEN ! Je n’ai plus de compte à rendre à personne ! Ton père n’est plus là ! Tu n’es pas mon boss ! Je suis mon boss ! C’est moi le Cap'taine qui dirige ! »

Aiden leva les mains en l’air.

    « Écoute Vane, c’est Rorschach qui m’a contacté, il savait que j’avais besoin d’un coup, peut-être bien plus que vous. Mais si ta peur que je te fasse de l’ombre... Laisse tomber... »

Aiden recula et fit mine de partir.

    « S'ils ne viennent pas... Tu peux oublier mon vaisseau Vane. » Intervint le Squib

    « QUOI ? »
Il fusilla Rorschach du regard. Il savait qu’il n'en démordrait pas à l’instant où il posa le regard sur l’alien.

Il se retourna et fracassa à écran avec son poing, quand il le ressortit de l’écran plusieurs éclats de verre était planté dans sa prothèse.
    « Combien en as-tu... des hommes ?
    Il s’adressait à Aiden.
    Quarante.
    p#&!n. »

Ils avaient besoin d’eux, cela était maintenant vérifié, pour Aiden cela voulait dire beaucoup. Vane voulait marquer le coup, un gros.

Vane regarda l’écran devant lui, Aiden remarqua quelque chose, un pod au style familier, jalonner le favori de Vane.

    « C’est un gros convoi. Argent, liquide, joaillerie principalement. C’est ce qui nous intéresse en priorité, entre d'épices et produits de luxe, de l’Aurodium, des gemmes Corusca et peut-être même des Perle de Dragon de Krayt, ce qui risque de te plaire. »

Vane s’arrêta, la course allait bientôt se finir.
    « L’escorte pose problème. »
Le squib s’avança alors et prit un databad qui lança à Aiden. Là le garçon y lut le problème. Un petit rire nerveux vint enrager à nouveau Vane.

    « Ça te fait rire ? S'il n’y avait que ces vaisseaux, mais c’est leur équipage... leurs hommes à l’intérieur qui m’inquiètent ! »
Aiden posa la tablette. Il haussa les épaules.

    « J’ai quarante hommes prêts à me suivre, à s’occuper de ces détails, tu sais de quoi ils sont capables, ceux qui t’attendent dans ces convois sont surement dans la même trempe, tu ne peux te permettre d’envoyer ton équipage à l’abordage, en tout cas, sans y perdre... »

Le regard de Vane ne resta pas sur lui, en bas, les pod arrivèrent en trombe, ceux qui restait de la course du moins. Son pari était tombé à l’eau, doublé par un autre au dernier moment. Ce n’avait pas été question d’une première place, mais bien de position.

    « Aujourd’hui tu t’es trompé Vane, tu n’as pas cru en ma famille... Crois-moi... maintenant. »

Là en bas Aiden posa les yeux sur le pod adverse, le dessin d’un énorme dragon parcourait la carlingue, le pilote y descendit tout de cuire vêtue, quand il enleva le casque, une jeune femme s’y laissa voire, d’une chevelure sombre, d’un teint pâle, son regard bridé se posa sur le haut de l’arène en la direction du drone caméra qui vint la survoler.

Image


Vane se retourna vers Aiden.
    « p#&!n de famille.
    Le regard d'Aiden laissa paraître sa malice.
    Une famille de pirates Vane... que veux-tu ? »

****

Espace - Environs d’Orvax IV
Présent




Aiden regarda les vaisseaux sortirent d'hyperespace sans qu’ils ne se rendent compte du piège dans lequel ils se précipitaient. Mais comment auraient-ils pu savoir ? L’astre qu’ils devaient contourner était un arrêt assez courant, dernière étape avant Orvax, petite fenêtre d’action dont le pirate allait profiter.

Déjà les canons à Ions firent feux avant qu’aucun vaisseau du convoi ne puisse réagir, leur cible était les plus gros cargos, notamment des Action IV ainsi que des Brayl. Quand les tirs firent feux, les vaisseaux d’escortes virèrent vers l’ennemi. Les transports de marchandises principaux furent, immobilisé maintenant il fallait faire vite. Certain plus petit commença déjà à fuirent certain était du types corelliens et quelque barge spatial.

Deux des trois Nebulons se dirigèrent vers les cibles immobilisées, le dernier se dirigea vers les fuyards. Les pirates lancèrent leur chasse à la rencontre de quatre transports d'escorte VCX-820, le Gae Bolga, lui, resta proche des cibles inertes alors que les deux corvettes Raidens se placèrent pour protéger une plus large zone.

Bien que l'escorte semblât bien entrainée, sans étonner Aiden sachant leur origine, les pirates menèrent la danse. Grâce à leur chasse et aux deux frégates engagées et une part de chance, tout semblait rouler, en tout cas jusqu’à qu’un trouble-fête s’en mêle.

Installé dans son Davaab, en duo avec sa sœur équipé de même appareil, Aiden put entendre la voix de femme du pique II en réponse à l’appel à l’aide de l’escorte. Le A Wing s’engouffra dans la bataille avec autant de finesse qu’un Zabrak dans une chiss.

    « C’est quoi ce... derrière moi ! »

Le pilote ne put pas plus réagir, les débris du StarViper vinrent frôler le patrouilleur d'Aiden, évitant les dégâts seulement grâce à un mouvement habile de sa part.

    « Aiden, c’est quoi ça . Rorschach ? »
Le squib répondit en premier, alors qui gérait l’attaque sur les escortes dans son Nebulon.
Un chasseur isolé.
Je confirme, répondit Aiden. Je m’en charge, continue comme prévu. »[/list]
Vane resta silencieux, entendant le bon moment pour passer à l'action, alors que d’où il était, il voyait se reprocher les fuyards, au milieu d’eux un Super Transport XI...
Aiden vira donc, à la poursuite de ce A-wing sans nul doute modifié. Son pilote paraissait complètement maitriser l’action qu’il menait.
    « Viper 13 et 14 sur moi. Diana, à ma droite.
    Talia !
      « Ce n’est pas le moment ! »
Il fit feux sur l’engin qui s’était clairement défini comme hostile, il n’y avait pas de sommation à avoir, Aiden s’accrocha à sa cible, il n’allait pas le lâcher de sitôt.
#34110
    Les indicateurs du tableau de bord avait beau clignoter rouge, Hayley ne se faisait pas de soucis. Elle n’avait pas le moindre doute sur les choses à venir et pour cause : la Force était avec elle. Engagée par deux chasseurs qu’elle avait aux basques, l’As de Pique II montrait très vite son incroyable supériorité du fait des améliorations qu’il avait subi. Hayley et Miriana n’étaient probablement pas les meilleurs mécanos de la galaxie, ça non, beaucoup d’autres les dépassaient en la matière. Mais leurs jeunes années passées à bricoler dans les rues mal famés de Kuat City leur avait apporté une certaine expérience dans le domaine qui les avait élevés au-dessus de la moyenne. Le A-Wing était déjà un chasseur de supériorité spatiale à la base, les améliorations qu’elles avaient apportés faisaient de l’engin une bête de compétition et les deux qui lui collait au train ne tarderaient pas à l’apprendre bien vite à leurs dépends.

    Autour d’elle les tirs fusaient et les différents chasseurs s’affrontaient, se disputant la survie du convoi et son appartenance. Un tir de laser endommagea le bouclier arrière du A-Wing, rappelant Hayley à la réalité, sa réalité.

      - Ok, les connards, vous voulez jouer ?

    Et elle baissa les manettes aussitôt, l’appareil vrillant à 90° tout en accélérant grandement la vitesse. Instantanément, le tableau de bord cessa de s’affoler : le vaisseau n’était plus dans la ligne de mire des adversaires. Ce n’était que partie remise, elle en avait l’intime conviction. Mais pour l’heure elle avait bien d’autres préoccupations : d’autre chasseurs ennemis lui passaient devant, s’en prenant à un groupe de défenseurs. L’As de Pique II fila à toute allure dans leur direction avec l’intention sans équivoque d’en découdre. Et lorsque l’une des StarViper explosa dans un monceau de débris et de flammes, il y eût encore moins de doutes sur ce qui allait se passer. Le A-Wing avait pris en chasse le reste de l’escadre, à lui tout seul.

      - AH AH AH AH AH AH AH !

    Un rire dément avait percé à travers les bruits de tirs et les explosions diverses, d’une voix qu’elle ne connaissait que trop bien, un regard à l’extérieur du cockpit lui suffit à savoir de qui il s’agissait : elle était de nouveau là, cramponnée au fuselage, sa robe flottant dans l’espace comme la bannière étoilée de quelques ancien général menant ses troupes à une mort certaine. Elle pointait du doigt un StarViper et celui-ci explosa de nouveau, dans une flambée digne des feux de l’enfer.

      - OUI ! C’est pour ça que je suis LÀ !

    Ses hurlements étaient parfois ponctuées de gémissements de plaisir malsains qui devenaient plus intenses lorsque le chaos de la destruction s’exprimait autour d’elle, ses yeux se révulsaient parfois sous le même effet et elle était agitée de convulsions dû à cet état extatique.

      - EST-CE DONC LÀ TOUTE LA PAIX QUE PEUT OFFRIR LES JEDI ? ALLEZ EN PAIX !

    Et la seconde d’après, elle était partie, une seconde qui aurait pu valoir la vie d’Hayley, sans ses réflexes de Jedi, car l’As de Pique II fonçait à tout berzingue contre l’une des frégates Nebulon-B. Elle vira au dernier moment, frôlant le bouclier et sa mort certaine avec. Elle remonta en flèche, de nouveau poursuivie par des chasseurs, ceux qu’elle avait elle-même pris en chasse. Un tir déclencha un choc dans sa carlingue qu’elle ressentit très nettement, le bouclier avait arrêté le tir, mais si cela continuait, il y avait fort à parier que le vaisseau ne tienne pas. L’As de Pique II était taillée pour la vitesse, c’était là son principal point fort, néanmoins ce n’était pas le seul… Elle pressa une manette et le vaisseau disparut de tous les radars ennemis. Elle avait activé son masque de senseurs, la rendant invisible aux appareils ennemis, si elle devait être pourchassée à présent, cela devrait se faire de visu et non plus grâce à l’aide de capteurs.

    Les lèvres de la corellienne se plissèrent légèrement, arborant un sourire en coin, un peu rigide. C’était de constater que ses installations fonctionnaient correctement et que l’As de Pique II était bien le vaisseau qu’elle s’imaginait avoir en situation de combat qui lui apportait une telle satisfaction.

      - Besoin d’un coup de main ! Mayday ! Mayday !

    Voilà qui la tirait de ses rêveries, il y avait plus important à faire pour le moment, savourer le plaisir qu’apportait ce vaisseau et le fait qu’il ait été modifié correctement n’était que pure vanité. Et dans l’absolu des tas de personnes comptait sur elle depuis qu’elle s’était dévoilée, à elle, donc, de faire le nécessaire. Elle accéléra encore un peu, le A-Wing ne devenant plus qu’une silhouette noire qui se déplaçait à grande vitesse et que seules les étoiles trahissaient parfois quand il les recouvraient. Le chasseur monoplace fondit sur l’une des StarVipers, et d’un doigt abattit sa fureur vengeresse, laissant l’un de ses missiles à concussions le poursuivre dans une fatale rencontre qu’elle n’imaginait que trop bien. Enfin, le vaisseau explosa après que le missile l’eût touché. Hayley eût une prière silencieux pour celui qui se trouvait à l’intérieur, mais elle n’eût pas de pitié pour lui, non, elle était bien au-dessus de ça, puisqu’elle l’enviait.

    Alors qu’elle abattait le dernier chasseur de l’escadrille, son tableau de bord s’affola à nouveau, indiquant qu’on la prenait en chasse. Sa première réaction fût de nier l’évidence, il était proprement impossible qu’on la perce à jour. Et puis elle se rendit compte que finalement, il était bien possible que ce qu’elle avait sous les yeux fût réel. Une manoeuvre brusque de sa part en piqué lui permit de lever les yeux pour voir qui elle avait aux basques et elle eût très rapidement sa réponse : les deux zouaves de tout à l’heure était revenu, comme elle s’y était attendue. Elle jura, s’apprêtant à réagir à la moindre tentative de ses ennemis.

    Autour d’elle, la bataille continuait à faire rage. Les défenseurs vendait chèrement leur peau, visiblement décidés à faire tout leur possible pour empêcher les pirates de mettre la main sur leur cargaison. D’autres qu’eux auraient abandonnés depuis bien longtemps, laissant les pirates se servir pour épargner leurs vies, mais ils semblaient animés par l’énergie du desespoir, comme si abandonner signifiait mourir. Mais le combat ne durerait plus longtemps et bientôt viendrait le temps de l’abordage...
#34133
    « Rendez-vous, vous n’avez aucune chance, seules vos cargaisons nous intéressent, la violence n’est pas nécessaire si vous collaborez il ne vous arrivera rien. »

Le squib s’était exprimé d’une voix ferme et confiante, il n’y avait aucune agressivité, la situation était sous contrôle pour le moment, les quelques pertes n'y changeaient pas grand-chose. Le seul moment que tous redoutaient s’approchait et Rorschach tentait un petit coup pour que la suite puisse se passer du mieux possible. Il savait ce qui les entendait dans les transports principaux… il doutait de leur reddition mais cela valait la peine d’essayer.

Aiden pourchassait au moment de ces mots un cargo d'escorte VCX qui n’arrivait pas à se défaire de lui. Il vint s’écraser sur leur frégate Gae Bolga.

Quand il rejoignit la ligne d'escadrille en se plaçant entre deux ailiers, l’un d'eux explosa sans se rendre compte de quoi que ce soit. Les autres ce dispensaire d'une seule traite.

    « p#&!n, l’enfoiré est de retour.
    Je le prends en chasse
    Je te suis !»
Diana, ou Talia, comme elle aimait se faire appeler, était restée à tout moment à ses côtés, à cet instant le frère et la sœur étaient bien décidés à se faire le A wing. Aelyas lui mit quelque coup de canon, ce qui sembla un instant déstabiliser le pilotage de l’adversaire, mais ce ne fut qu’un état fugace, car l’instant d’après, l’appareil se détacha de son poursuivant, Aiden n’arrivait qu’à suivre sa cible que grâce aux scanners. Le A wing prit une courbe extrêmement serrée, une nouvelle fois Aiden perdit de visu sa proie, sauf qu’au même instant, son ordinateur de bord perdit toutes traces du vaisseau, ce fut comme s'il avait été détruit, ou qu’il ait pu s’enfuir par un saut.

Ce vaisseau avait un moyen de se rendre invisible aux yeux des senseurs, alors soit, le meilleur moyen était d’ouvrir l’œil. La bataille faisait rage et même si les pirates semblaient en forme, l’adversaire vendait chèrement sa peau. Aiden put voir l’une de frégate Nébulon se prendre une dernière volée de coups de turbolaser avant de perdre son bouclier énergétique. Pour autant, le vaisseau n’abandonna pas, proche de sa cible il avançait inexorablement vers celle-ci. Bientôt les deux se rapprochèrent tellement que leur flanc se toucha. Aiden imagina facilement le choc important pour les deux équipages, mais l'un des deux l’avait sans doute prévu. La tactique du Nébulon était maintenant simple, déverser sa racaille dans le Gae Bolga pour en prendre le contrôle, sans avoir négligé sa position, en effet, ainsi installé dans les bras l’un de l’autre, l’adversaire ne pouvait plus prendre le risque de prendre pour cible aussi fortement la frégate sans risque de la voir se détruire avec leur propre navire.

Aiden passa au-dessus de ses deux adversaires entrelacés, toujours à la recherche de sa cible, suivant les rapports de ses alliés, que ça soit par cris de détresse ou simple rapide observation, ils lui donnèrent des informations. Cela s’avéra utile, car bientôt d’une vive observation, il aperçut l’objet cible, parcourant les débris qui commencèrent à s’accumuler au fil de la bataille, toujours invisible à l’écran, il allait devoir se servir de toutes ses connaissances pour prendre en charge ce chasseur, c’est ce qu’il fit, rapidement suivit par sa sœur, fonçant tel des aigles sur la proie, les deux pilotes éprouvèrent une certaine satisfaction à ce petit défi.

    « Ok, tu me couvres, je dois rester le plus possible derrière lui pour enregistrer sa signature énergétique pour pouvoir lui balancer les missiles.
    Je veille sur toi frangin ! »

Ils se mirent en place. Aiden suivit l'A.-Wing commence son ombre, il ne tirait quand de rares occasions, quand il était quasiment sûr de toucher, le reste du temps, il se contentait de suivre la trajectoire, chose qui ne fut pas du tout facile. Le pilote qu’il suivait était clairement bon, même meilleur que lui et son manque d’expérience, mais il avait été formé auprès des meilleurs pilotes que la flotte de son père avait connus, des hommes qui avaient vécu presque toute leur vie dans l’espace. Mais même auprès d’eux, il n’avait jamais vu un vaisseau réagir aussi rapidement aux choses inhérentes d’un champ de bataille : un débris, un chasseur en perdition, un tir perdu de canon. Mais l'A-wing lui semblait prévoir aisément ce genre d’élément aléatoire.

Mais au bout du compte il arriva à faire ce qu’il avait voulu, garder en mémoire la signature de l’appareil. Restant toujours derrière son adversaire en évitant de le perdre, malgré l’effort que cela lui donnait, il programma un premier missile.

    « Un bon baiser de Tatooine, fils de pute ! »

Le missile fusa vers sa cible, Aiden poursuivit la trajectoire du A-Wing, quand il remarqua alors qu’ils s’étaient approchés des vaisseaux du convoi qui s’étaient séparés, ayant réussi à éviter le gros de la bataille, bien que poursuivi pas une autre frégate. Dans ce groupe se distinguait un vaisseau de choix pour les pirates : le Super Transport XI.

Dans celui-ci l’équipage était en sur le pied de guerre, voyant leur collègue les suivants se faire tour à tour toucher par les canons à Ions, ils ne pouvaient par faire grand-chose, ni les secourir, ni les couvrir, la seule chose à faire était de garder la distance avec la frégate pirate pour ensuite, s’écartant de l’étoile, sauté en hyperespace, pour rapidement demander de l’aide. Mais ce plan fut perturbé quand en une seconde les voyants passèrent aux rouges.

Le capitaine et ses hommes à ses côtés ne comprirent pas tout de suite, les senseurs s’affolèrent sur un objet devant eux, en approche, mais personne ne voyait rien, la seconde d’après l’écho des radars détectèrent à leur tour un vaisseau, toujours invisible à l’œil nu, puis ce fut la stupéfaction.

Une ombre se dessina petit à petit devant eux, la silhouette grandissait au fur et à mesure qu’il avançait. Le capitaine somma d’arrêter les machines, mais il était déjà trop tard. Le vaisseau fini par se matérialiser, l’effroyable silhouette cracha ses lasers et détruisit d’un seul coup trois plus petits cargos, dans le seul but de se présenter.

La frégate vengeance de son plus bel effet avait fait son œuvre, bloqué les fuyards, même bien plus, elle les avait paralysés. Ils ne savaient plus quoi faire, ne pouvant pas fuir sans se faire détruire par la machine de mort qui se trouvait face à eux, il n’y avait qu’une solution, se préparer à l’abordage.

Les enfants de Drake avaient été aux premières loges pour assister à la scène, comme la Jedi, juste avant que le missile ne s’approche bien trop près... Tout comme les vaisseaux pirates, dont chacun d’eux lança leurs forces d’abordage en action, peu de chasseurs ennemis étaient encore opérationnel et maintenant, la phase cruciale pour les pirates débutait. Et il était temps que les forces d'Aiden se mettent également en action et l’Overlord allait les escorter.
#34141
    Irréel. La scène était irréelle. La situation était urgente, Hayley se trouvait talonnée par un missile, quand une Frégate Vengeance fit son apparition. Le gros morceau n’était pas un inconnu, ça non. Hayley connaissait la Frégate Vengeance de par ses liens passé avec Tyber Zann et son Consortium qui avait fait de cette Frégate l’un des fers de lance de la flotte, elle en connaissant tant les forces que les faiblesses et il ne fallut que quelques secondes à la Jedi pour en arriver à ce constat simple : la bataille spatiale était terminée, il n’y avait plus aucun espoir pour eux de s’en sortir, les pirates avaient gagné ce combat-ci. Ce combat-ci.

    Car une force irrésolue poussait la Jedi à ne pas baisser les bras, elle espérait que la situation pourrait se retourner sur un autre pan de ce combat : l’abordage. Les autres d’en face ne le savaient pas, mais sur ce point également elle avait de l’expérience, pour avoir elle-même été pirate par le passé, elle pensait donc pouvoir faire pencher la balance à ce moment. Pourtant, une pensée fugace fit son apparition : et si elle quittait le champ de bataille ? Ce combat n’était pas le sien, il ne l’avait jamais été, elle avait fait ce qu’elle avait pu, elle pouvait repartir avec la sensation du devoir accompli. Et sacrifier un Jedi dans une cause aussi inutile c’était gâcher son talent d’une certaine manière. Sacrifice, ce seul mot la fit tressaillir, la menant inéluctablement à repousser cette pensée. Ce combat n’était pas terminé et son engagement se devait d’être total, même si elle devait y trouver la mort. Mais pas n’importe comment, et ses efforts se tournèrent bien vite vers le missile qui continuait de lui coller au train, pas de doute possible, vu qu’elle avait activé le masque de senseurs le seul moyen de la suivre était la détection thermique, il n’y avait donc qu’un moyen de lui échapper.

    A travers la Force, Hayley parvint à ressentir les échos de l’avenir tel qu’il pouvait être autant qu’il serait, et elle songea que c’est en se focalisant sur la Force Vivante qu’elle aurait le pouvoir de ‘deviner’ quel serait le prochain acte de ce conflit. Une première image lui vint, celle de l’As de Pique II qui fonçait vers ses agresseurs après un demi-tour sec, la manoeuvre semblait audacieuse mais elle se soldait hélas par l’explosion de son vaisseau entraînant dans sa chute les deux chasseurs qui lui collait au train. Une victoire à la Pyrrhus qui ne lui convenait pas, elle refusa ce futur. Une autre image lui vint, son vaisseau slalomant autour de la Frégate Vengeance dans l’espoir d’égarer le missile dans sa course, un espoir qui se révéla bien vite vain, résultant de nouveau dans l’explosion du chasseur et d’elle à son bord. Elle se renfrogna. La trame du temps ne semblait pas offrir beaucoup d’échappatoire à cette menace, elle se concentra d’autant plus tout en maintenant le plus de distance possible avec le missile, essayant de trouver une bifurcation temporelle plus prometteuse.

    Le chasseur accéléra en direction des cargos qui reçurent une salve de tirs de turbolasers, les faisant exploser sans ménagement, c’était là, au milieu de ce moment, elle ressentait le moment précis qui pouvait faire basculer son funeste destin. Elle s’enfonça alors dans la bulle de flammes, suivie de près par le missile qui explosa dès qu’il approcha de la source de chaleur.

      - Tu aurais pu y passer.

    Et comme pour lui donner raison, les systèmes clignotèrent et les alarmes se déclenchèrent, impossible de savoir si c'était les débris ou le missile mais quelque chose l'avait touché, traversant légèrement le bouclier. Le sourire goguenard que son double arborait était bien plus révélateur de ce qu’elle savait. Elle s’allongea de tout son long sur le nez de l’appareil, contemplant les étoiles qui filaient à toute allure, spectacle parfois troublé par quelques tirs lasers et des explosions. Ses yeux brillaient devant un paysage si beau, déchiré par la folie inhérente aux créatures vivantes, cette douce entropie qui chaque jour les rapprochaient un peu plus du déclin. Le A-Wing s’engagea en une série de tonneaux, dans l’intention évidente d’éviter des tirs mais elle ne bougeait pas, pas le moins du monde perturbée par sa position, bien au contraire.

    Hayley, quant à elle, songeait à la suite, s’il était impossible de tirer son épingle du jeu pendant la bataille spatiale, il faudrait trouver un coin où se poser et aider à l’abordage. Ou à la défense d’un des cargos. De toute manière le tableau de bord lui rappelait à quel point tout ceci n'était pas optionnel.



      - Les Jedi n’attaquent pas, ils ne font que se défendre.

    Le ton plein de malice fleurait bon la provocation, dans des tas d’autres cas il eût été probable qu’Hayley entende raison, quand bien même celle-ci venait d’une entité qui se moquait ouvertement d’elle mais il lui était impossible d’ignorer cette conviction profonde en elle : dans cette situation, la meilleure défense se révélerait être l’attaque, c’était le seul moyen de faire basculer le cours de la bataille. Après un rapide coup d’oeil sur ces scan elle constata qu’elle était toujours suivi par deux chasseurs, probablement les deux qui l’avait prise en chasse dès le début de cet engagement. Rejoindre le point d’abordage sur la navette ennemi allait requérir tant audace que doigté : il faudrait passer devant les deux pour arriver au plus vite. Qu’à cela ne tienne, Hayley avait la possibilité de faire preuve de ces deux atouts et elle ne comptait pas s’en priver.

    L’As de Pique II prit un angle sec, faisant visiblement demi-tour pour affronter les deux chasseurs, elle fit cracher ses canons lasers, arrosant l’un des deux chasseurs tant pour le mettre hors circuit que pour l’inviter de se dégager, elle ne le savait bien sûr pas mais c’est sur le vaisseau de Talia que ses tirs ricochèrent, mais les deux pilotes ne semblaient pas décider à bouger, c’est donc au dernier moment, dans une ultime manoeuvre que le vaisseau pivota, passant entre les deux chasseurs qui étaient restés en formation serrée. Ils se pensait les plus tenaces, ils n’avaient visiblement pas prévu que la Jedi ne craignait pas la mort.

    Le A-Wing filait à toute vitesse vers le Gae Bolga, Hayley lançant un scan du vaisseau qu’elle n’avait jamais rencontré pour identifier des points d’entrée ou un quelconque hangar. Il semblait y en avoir un de maintenance dans lequel son petit chasseur pourrait se faufiler, de là elle pourrait certainement rejoindre les assaillants afin de prendre possession du Gae Bolga, un premier pas pour faire reculer les pirates, de ce qu’elle en jugeait. Le chasseur s’inséra donc dans la corvette, trouvant un coin où se poser en catastrophe, le lieu était visiblement désert. Les alarmes retentissaient, des messages d’alertes étaient diffusés en boucles, indiquant que le vaisseau subissait un abordage et que tous les hommes valides devaient se rendre à un endroit défini afin de le défendre. Hayley se faufila hors du vaisseau, verrouillant son chasseur non sans examiner l'état de l'appareil, celui-ci était plutôt amoché et si elle voulait repartir avec il lui faudrait le réparer. Alors elle se plongea dans la Force après s’être assurée qu’elle était seule. Il lui fallait savoir où frapper pour inverser le cours de la bataille.

Utilisation de la Force
Pouvoirs :
  • Divination - Connu
  • Points de Rupture- Connu
#34313
L’explosion illumina chacun des cockpits des deux pirates, la détonation s’était produite à plusieurs mètres mais le duo du tout de même s’écarter pour ne pas y être impacté. Ils analysèrent alors le résultat de l’action. Ce fut Diana qui exprima leur pensés à haute voix.

    «Il est détruit ? »

Son ton était un mélange d’excitation, d’euphorie même, mais également d’une légère inquiétude. Elle était depuis qu’ils avaient perdu leur mère terriblement instable, et Aiden retrouvait un côté de la folie de son père en elle, mais amplifié, ce genre d’événement la laissait souvent exprimer sa – légère ? – schizophrénie. Pourtant Aiden avait besoin d’elle à ses côtés, c’était une nécessité pour lui…

Comme pour répondre à Diana, le chasseur cible sortie des débris d’un des cargos, couvert par l’explosion d’un deuxième proche de lui, ils se laissèrent surprendre. L’ennemi fonça sur eux et en particulier sur la sœur d'Aiden tout en laissant ses canons cracher sur celle-ci. La jeune fille pourtant ne dévia pas, jouant de son vaisseau pour éviter quelques tirs et encaisser le reste grâce à un bouclier faiblissant, elle garda sa trajectoire, directement sur l’ennemi. La confrontation de celles qui aurait le moins envie de vivre ne permit pas aux cris d'Aiden ni à ses ordres de se faire entendre par sa sœur.

    « Diana?! Diana? Vire, dégage, Diana ! … Talia !? »

Elle ne dû à sa survie qu’au désistement de l’adversaire et à son évitement in extremis. Mais ma jeune femme continua sa course, Aiden alors se déporta violemment contre le vaisseau de sa sœur pour la faire dévier de sa trajectoire qui se serait fini dans celle d’un chasseur en perdition.

    « Diana? Est-ce que ça va? »

La jeune femme reprit contact avec son frère, elle semblait se ressaisir.

    « Oui… Je… je suis désolé… où est le vaisseau? »

Sans avoir le temps de répondre, sur les canaux de communications pirates, on signalait le lancement des abordages et notamment ceux des cibles prioritaires.

    « Reprends-toi, est-ce que tu peux gérer la suite Diana? Je peux te faire confiance, garder le contrôle de la chasse, il faut que je me rende dans le vaisseau cible.

    Je sais… oui... on fais comme prévu. »

Sans échapper à une pensée inquiète, Aiden se mit à filer vers le Gae Bolga, là où se trouvait son objectif.

Ses propres effectifs d’hommes étaient divisé de manière équitable entre les missions abordage pour prêter mains fortes à des hommes beaucoup moins expérimentés que ces Mandaloriens. Une vingtaine était éparpillée dans les différentes forces d’attaque et notamment son mentor qui s’occupait d’attaquer le transporteur lourd.

Le reste allait s’occuper avec d'autres pirate du Gae Bolga. Aiden vit leur transporteur et se plaça dans une trajectoire d'escorte, pour ensuite se placer sur l'un des baies démarrages.…
Il connaissait ce modèle de vaisseau, son père en avait déjà commandé, et s’en était l’un d’eux qui les avait mené jusqu’à Kilia IV, c’était dans l’un d'eux que sa mère avait été tué...

Il n’avait pour l’instant pas été détecté par l’équipage mais à vrai dire un seul homme était un souci bien secondaire face à une horde de pirate qui venait d’aborder leur navire. De là où il était Aiden entendit le début des hostilités. Équipé de son armure Mandalorienne encore vierge de toute bataille, il se devait aujourd’hui d’être digne de ce qu’il portait, de symbole qui la décorait, de l’honneur que l’on lui faisait.

Les couloirs n’étaient pas des plus grands, ce n’était pas non plus le meilleur endroit pour batailler, mais là était la difficulté des abordages ou de la défense d’un navire. Et alors que les pirates avaient comme un ras de marré balayé tout sur leur passage, il rencontrerait dans un détour d’un large couloir, un obstacle compliqué qui les surprit laissant derrière leur repli plusieurs des leurs.

De l’autre bout d’un couloir, une mitrailleuse d’un très lourd calibre accompagné de deux tourelles automatiques tirait sur toute personne qui se montrait de l’autre côté de leurs canons.
Aiden captant la demande de soutien des pirates coincés, comprit où ils étaient et ce qu’il pouvait faire. Il passa par un chemin de maintenance pour arriver devant une porte menant à une pièce adjacente de la fortification de fortune bloquant l’avancée pirate.

Actionnant l’ouverture de porte, il tomba sur plusieurs hommes entrain de s’organiser au mieux pour se défendre, certains armaient leurs armes, d'autres portaient des caisses. Surpris, ils ne réagirent pas tout de suite, il fallut que l’un d’eux se saisisse d’un blaster pour le pointer sur Aiden, mais celui-ci réagissant assez vite en lançant une grenade iem plongea la salle dans une obscurité inquiétante. Des tirs fusèrent à l’aveugle, Aiden élimina un, puis deux personnes, un adversaire vint lui foncer dessus ce qui lui fit perdre son arme de poing. La lumière revint qu’il attaqua un adversaire aux corps-à-corps, l’utilisant comme bouclier humain il le lança sur ses amis pour ensuite prendre son grappin pour le tirer vers un autre ennemi. Celui-ci se le prit dans l’épaule, Aiden tira d’un coup sec pour le faire venir à lui et le frapper violemment dans la mâchoire. Deux hommes vinrent au contact alors, l’un d’eux armé d’une machette fonça sur le jeune pirate, Aiden lui cassa le bras avant de l’envoyer valser, pendant que l’autre voulut récupérer une arme de poing qui se trouvait au sol, mais il n’eut le temps que de recevoir une droite dans la mâchoire et comme pour mettre tout le monde d’accord, il se saisit un lance-roquettes wookies qui avait été sur une caisse de munition et visa le mur opposé d’où il se trouvait, faisant voler les derniers membres de la pièce encore debout, atteignant du même coup, de l’autre côté du mur, le barrage de fortune que rencontraient les troupes d’assaut pirates.

La poussière se dissipe, Aiden avança dans les décombres et les corps que composait plutôt une parfaite opposition. Le jeune évolua dans le bâtiment jusqu’à arriver dans très large corridor. Alors que les pirates commencèrent à se disperser du mouvement sur produit devant lui, le nouvel adversaire se présenta en éliminant trois pirates par des tirs des précisions ultimes.
Vêtu d’une arme proche de la sienne, Aiden savait à qui il avait à faire. Le nouveau venu lui adressa un mouvement de tête.

    « Je ne sais pas qui tu es, mais tu n’as aucun droit de porter cette armure. Pour cela bien avant autre chose, tu mourras. »

Deux, puis trois autre rejoignit l’inconnu, aussi vêtue du même casque en forme de T.

    « Ce qui sont déshonorants envers notre ancienne culture n'ont aucun droit à juger de qui est digne. »


Ce fut un homme un autre homme en armure qui avait parlé, cette fois il était apparue derrière Aiden avec quatre autres et la forme de leur son casque ainsi que leur armure ressemblait davantage à celle du chef du clan Drake qu'a celle de celui qui leur faisait face, qui semblait être étonné par l’apparition des cinq hommes.

    « Vous ? … Vous devriez être... Peu importe, nous finirons le travail. »


Il sortit son blaster, Aiden le suivit, démarrant alors hostilités. D'autres homme se joignirent à la confrontation dans les deux camps.

La confrontation se déroula dans une force brute effroyable, vu d'un œil extérieur cela pourrait paraître curieux, ces hommes semblait bien plus se battre pour autre chose que pour un quelconque trésor à protéger ou piller, surtout que cela n'avait pas l'air d'être des hommes de sécurité ou des pirates anodin, non, ils savaient tous se battre, magnifiquement et efficacement bien, un œil expérimenté serait étonné de voir de tel combattant ici, mais peut-être que la piraterie évoluait elle, peut-être que quelqu'un voulait changer ma donne ou était-ce simplement autre chose. Dans tout les cas, la Jedi dissimulée, semblait être arrivée juste à temps pour voir les prémisse des hostilités, une sensation lui parcourue alors l'échine, comme si elle était arrivé devant un événement important, où était-ce simplement l'excitation du combat et de cette incroyable énergie guerrière qui parcouraient les lieux et enivrait chaque personne présente...
#34602
      - Je sais ce que tu essayes de faire, mais tu n’y arriveras pas, tu es condamnée, Hayley.

    Le mieux, c’était d’ignorer sa présence, de faire comme si elle n’existait pas parce que la réalité était la suivante : elle n’existait pas vraiment, ce n’était que le fruit de son imagination, un fruit qui n’avait pas pourri lorsqu’elle s’était donnée la mort. Une image résiduelle qui ne s’était pas effacée lorsqu’elle avait sauté le pas et qui s’échinait à la tourmenter, comme un rappel constant et éreintant de ses égarements : tu avais eu la faiblesse de t’être adonnée au Côté Obscur, Hayley ? Bien, maintenant assume-le jusqu’au bout et paye-en le prix, s#?&e. La Jedi se renfrogna, toujours dans l’attente d’une réponse de la Force concernant un endroit et un moment qui s’avérait décisif pour l’issue de cette bataille, mais rien ne venait et elle avait un mauvais pressentiment à ce propos.

      - Ca parait tellement simple, comme ça. Mais ça ne l’est pas, tu sais très bien que je te protégerais. Que je nous protégerais.

    Elle n’est pas réelle, elle n’existe pas, n’y pense pas. Hayley s’éloigna de son A-Wing, après avoir terminé son rapide examen de son chasseur, une pièce était morte pendant son entrée fracassante, quelque chose qui clouait l’appareil au sol si elle n’en trouvait pas une de rechange. Voilà qui était fâcheux.

      - Pas tant que ça, vu ce que tu veux faire. Tu es sûre d’avoir vraiment besoin de cette pièce ?

    On le sentait dans sa voix, elle arborait un sourire arrogant, et elle savait très bien tout ce qu’Hayley pensait et voulait. Celle-ci détaillait le hangar de maintenance : c’était une pièce sombre, seulement éclairée par quelques loupiottes éparses qui brisaient les ténèbres par à-coups, au loin on apercevait les lueurs rougeâtres des alarmes qui semblait tournicoter sur elle-même, comme des entrelacs étranges de tissus aux couleurs baroques, la chaleurs de celles-ci se heurtant au métal froid et aseptisé des murs.

      - Oui, c’est ça, pense à de la poésie. Tu restes paumée dans un tas de ferraille géant, à la recherche de quelque chose que tu ne comprends pas toi-même.

    Hayley fronça les sourcils, la dernière phrase de sa compagne l’avait faite tiquer, quand bien-même celle-ci n’était qu’une hallucination. Sa première pensée alla automatiquement à Komus. L’entité du Côté Obscur qui lui avait pris beaucoup, celle qui avait réussi à la réduire à néant là où tant d’autres s’étaient cassés les dents. Est-ce que Komus avait quelque chose à voir avec tout cela ? Possible.

      - Ben voyons. Qu’est-ce qu’un être divin dont l’essence n’est fait que du Côté Obscur viendrait fiche ici, tu peux me le dire ?

    Elle shoota dans une barre laissée par terre, l’envoyant se heurter contre un mur dans un bruit retentissant. Bien pour la discrétion, voilà qui allait l’aider à s’en sortir, assurément. Il fallait qu’elle se reprenne, hors de question de laisser cette apparition lui faire perdre les pédales. Elle continuait sa réflexion, peut-être que Komus n’était pas directement impliqué mais elle avait l’intime conviction que le Côté Obscur était entremêlé à cet endroit et que c’était la raison qui l’avait poussé à intervenir dans cette bataille. C’était peut-être Erynia qu’elle avait croisé sur Ondéron, ça devait être lié à elle et ses soeurs… Oui, plus elle y pensait, plus cela devenait évident, la zeltronne avait un lien avec tout ceci et le mutisme soudain de son alter-ego.

    Elle fût tirée de ses réflexions par des bruits de pas, “on” venait et “on” était pas seul. Elle percevait distinctement le bruit des armes qu’on déplaçait, un bruit caractéristique qu’elle avait appris à bien reconnaître avec le temps. Elle s’arrêta nette, évaluant la situation. Un rapide coup d’oeil sur le couloir dans laquelle elle se trouvait ne lui permit pas de déceler un coin d’ombre où se dissimuler, la confrontation semblait inévitable. Elle se mordit la lèvre inférieure, bien que la Force la poussait à se trouver ici et donc certainement à participer aux évènements, une partie d’elle qu’elle jugeait ancienne l’invitait à éviter tout conflit.

      - Tue-les. Écarte-les de ta route. Ils ne sont rien devant la grandeur de la Force.

    Elle fût tentée de le croire, l’espace d’un instant, mais cette pensée parasite disparût presque aussi subitement qu’elle était apparue. Non, il y avait un autre moyen. La Force était la réponse. Elle se plaqua contre le mur froid de métal, attendant de percevoir le bon moment, celui que choisirait les soldats pour passer assez près d’elle et quand ce fût le cas, elle se concentra sur le fluide qu’était la Force, le modelant au niveau de la vision pour les empêcher de déceler sa présence. Heureusement pour elle, cela se révéla facile puisqu’elle n’eût affaire qu'à des humains dont la perception visuelle était relativement faible en comparaison d’autres espèces aliens. Ils cavalèrent sans l’apercevoir, agitant leurs armes et s’empressant de quitter ce qui semblait être le front, l’un d’eux semblait assez sérieusement blessé par ailleurs, puis quand elle eût la certitude de pouvoir bouger sans trahir sa présence, elle leva l’illusion, continuant sa route comme si de rien n’était.

      - Dégonflée. Faible. Et tu crois que tu vaincras Komus avec tes tours de passe-passe ?

    Elle ne pipa mot. A quoi cela servait-il de lui répondre ? Elle savait pertinemment que cette apparition n’était pas réelle, qu’elle n’était qu’une projection de son esprit, de ses propres doutes. Cela ne lui apporterait rien.

      - Ca c’est ce que t’aimerais croire.

    Sa route la conduisit jusqu’à une salle en surplomb par où elle pouvait observer un étrange combat mêlant de farouches combattants. La violence des coups était contrebalancée par la précision des attaques, l’oeil affûté de la Jedi lui permettait de discerner assez aisément où les coups allaient se porter et à quel point ils y mettaient de la puissance. Elle avait le sentiment que la Force voulait la mener jusqu’à ce point, pour une raison précise, une intuition qui s’intensifiait de secondes en secondes. La réponse se trouvait là, au centre de ce combat déchaîné dont la chorégraphie chaotique n’était que tromperie et où le plaisir des yeux semblait être la seule motivation, autant pour ceux qui le vivait que pour ceux qui le regardait.

Utilisation de la Force
Pouvoirs :
  • Illusion - Maîtrisé
Modifié en dernier par Hayley Curwee le dim. 27 janv. 2019 14:44, modifié 1 fois.
#34947
Son adversaire avait perdu son casque, celui-ci était allé rouler contre le corps l’un de ses frères d’armes, à terre sur le dos, il regardait Aiden les yeux grands ouverts, les lèvres pincées, il avait peur. Blaster tendue vers sa victime, Aiden était tendu, ainsi à sa merci, il revoyait son premier meurtre sur Kilia, un assassinat de sang-froid sur un homme désarmé, comme celui qu’il s’apprêtait à commettre à cet instant. Devait-il pourtant sans inquiéter ? Après tout, il y avait seulement quelques minutes, il avait soit blessé gravement ses adversaires soit tué pour se frayer un chemin jusqu’ici, mais dans sa conscience cela semblait sonner autrement. Ils étaient des criminels, ici devant lui ce n’était qu’un gamin pas plus âgé que lui, qui ne faisait qu'obéir aux ordres d’un groupe qui était, malgré la divergence avec la Death Watch, animé d’autant... voir plus d’honneur.

Pour venir appuyer son intention, le jeune Mandalorien semblait vouloir lever les mains en signe de redditions, geste suffisant pour affirmer la position d'Aiden et sa décision de le laisser vivre, commençant à baisser son blaster Aiden ne put finir ce geste avant qu’un tir vint faire saute la cervelle du pauvre jeune guerrier sans défense. Surprit Aiden leva l’arme vers la provenance du tir, pour y voir l’un de ses hommes de la Death Watch, le canon encore fumant.

    « Reprends-toi, gamin, pas de prisonnier aujourd’hui... jamais. »
Aiden voulut répliquer d’une parole cinglante mais un autre qui était en train de pousser un cadavre posé contre une paroi, les interpella.
    « Les gars, le coffre. »
Chacun se dirigea vers ce qu’il semblait être une porte blindée.
    « J’entends du mouvement à l’intérieur, compléta un autre. »

Au bout d’un certain temps, alors que la bataille faisait rage au sein même du bâtiment et également à l’extérieur à coup de gros canons laser, la petite équipe de la Death Watch gardant les alentours réussit à débloquer le mécanisme sans faire jouer d’explosifs.

Aiden fut l’un des premiers à rentrer dans l’énorme coffre-fort où se trouvait ce qu’il cherchait : la collection d’art du courtier qui avait organisé ce convoi de choix pour les pirates, mais cette collection abritait un secret connu seulement d’un petit nombre et surtout pas des pirates.
Mais pour l’instant Aiden devait gérer autre chose, plusieurs personnes avaient décidé de se barricader dans la chambre forte, maintenant ils étaient tenus en joue par les Mandaloriens renégats. Aiden comprit rapidement qui ils étaient.

    « Des civils, calmez-vous les gars, ils ne sont pas armés ni dangereux, on fait ce qui a à faire et on dégage. »

L’homme qui avait abattu de sang-froid l’adversaire d'Aiden qu’il tenait en joue voulu pourtant mettre son grain de sel.

    « Tu oublies pourtant une chose, gamin, c’est qu’il ne doit pas y avoir de témoins de notre participation à cette attaque. Pas de témoins ! Sinon il saura rapidement qui nous sommes et les choses risquent d’être plus compliqué...»

Aiden ne se laissa pas démonter pour autant.
    « Tant pis, on fera avec, pas de mort inutile, eux, ce ne sont pas des combattants, ils n'y sont pour rien dans nos histoires... On les laisse tranquille, attachez-les, c’est tout. »

Aiden se dirigea vers l’une des statues représentant un guerrier avec un genou à terre. Bouclier contre lui, épée plantée dans le sol, regardant à mi-hauteur au-dessus de lui. L'oeuvre représentait un chef de guerre en armure et au heaume à ailes et semblait prier quelque chose de supérieur, ou ployer les genoux avec respect.
Un jour son père lui avait montré cette statue, il lui avait expliqué qu'il s’y trouvait son héritage.

Quelques symboles se trouvait sur le bouclier, ils représentait chacun une étoile, étrangement il en reconnue plusieurs, il les actionnèrent alors pour formé une constellation célèbre visible de Kilia IV.

Un mécanisme s'anima à l’intérieur, le bruit indiquait des engrenages qui se mettaient en action, puis sur la face du socle une ouverture se débloqua, laissant apparaître les rainure de la cachette, en la touchant, Aiden fit tomber la façade, laissant alors un trou rectangulaire dans le socle de la statue. Aiden en regardant à l’intérieur y vit un équivalent à un coffret d’une taille raisonnable.

Il le dégagea de sa cachette et se releva pour contempler ce qui semblait être un coffret à deux serrures dont les clefs ressemblaient à une silhouette de gueules de dragons. Par réflexe il déposa sa main libre sur son médaillon… cela correspondait.

    «Donne moi le, Kido. »

Aiden leva les yeux de la trouvaille, surprit. Il se retourna et vit sur le pas de la porte de la chambre forte son maître d’armes.

    « Gregorias? Qu’est-ce que tu fout ici? Ce n’est pas le plan.
    Non en effet, je ne suis pas TON plan Aiden... Devrai je dire, celui de ton père.
    »

Aiden s’arrêta de bouger, il remarqua une certaine tension dans l’air, seuls deux hommes étaient restés dans la chambre forte avec les membres d’équipage et lui, le reste était derrière Gregorias.

    « Qu’est-ce que tu racontes là...
    Tu t’es joué des pirates de Vane... Mais tu ne pourras pas faire la même chose avec moi, tu sais très bien que j’ai de nombreuses fois parlées avec ton père de ce qu’il projetait comme avenir pour nous... Nous redonner notre splendeur, notre honneur... J’ai au début essayé de le convaincre que notre chemin était tout autre, mais j’ai vite compris que je ne pourrais pas convaincre le pirate qui voulait devenir le bouclier de l’innocent... Pathétique... il était pourtant si prometteur.
    »

Aiden essayait de comprendre, d’analyser la situation, son pouls s’accélérait.
    « Mais en même temps... mourir de la main d’une gamine... sa mort résume bien la personne. »
Jeny... Il osait mettre cela sur le tapis. Aiden se serra les lèvres presque au sang.

    « MON PERE n’était pas pathétique, c’était l’homme le plus courageux que je connaisse, je ne te donne pas le droit de …
    De quoi ? Tu te donnes bien des droits toi. De prêter serment à ton père mourant de continuer son œuvre... Je sais très bien ce qu’est son œuvre. Mais je ne deviendrais pas la marionnette d'un pauvre être en mal de rédemption et de vengeance.
    »

Drake avait en effet fait promettre à Aiden de continuer sur la voix où il s’était lancé, la Death Watch devait devenir quelque chose de bien plus grand que de funeste projet, un symbole illuminant la galaxie. Gregorias avait semble-t-il, joué la comédie jusqu’à aujourd’hui.

    « Il n’a même pas eu le courage de continuer sa quête...
    LA FERME !
    »

Aiden sortie son blaster, il fut automatiquement visé par une dizaine de personnes. Seul Gregorias ne broncha pas, un sourire se dessina sur son visage.

    « Allons Aiden... Tu es l’un des plus doués de mes élèves, mais même toi tu ne peux te sortir de là. Je serai tenté de te laisser une chance, si tu n’es pas encore complètement aveuglé pas la vision de ton père. Rejoins-moi, donne-moi ce coffret, et avec ce qu’il contient, nous pourrions vaincre n’importe qui, défaire et faire des empires et des républiques, détruire tes plus terribles cauchemars, les sith... Jeny... Ce qui reste des gris... Hein ? Toi qui as du mal avec ces individus...

    Lâche ça maintenant, lâche ton arme.
    »

Aiden regarda la boîte. Il jeta son blaster à terre.
    « Tu ne pourras pas l’ouvrir sans Diana et moi. Il ne suffira pas des clefs si j’ai bien compris...

    Ta sœur vivra si elle me rejoint également... Sinon... tu sais très bien que je trouverais un moyen. Mais Aiden réfléchi... Je serai déçu, tu es si prometteur, doué... tu me verrais attrister de devoir te tuer... Mais je te laisse plusieurs chances de prouver ce dont tu es capable... Même la plus petite, par exemple... tuer ses pauvres énergumènes... Tu sais combien ton père en a vaporisé . Un hypocrite... »

Aiden s’approcha de plus en plus de Gregorias alors qu’il était toujours visé. Son cœur battait toujours la chamade, il avait peur... ou était-ce l’adrénaline. Il pouvait s’en sortir vivant, rejoindre Gregorias... éviter la dureté de l’épreuve, que lui avait presque imposé son père.

Était-ce un mirage ? Il le vit, Drake, son père. Le fixant placé derrière Gregorias, un regard confiant envers son fils, sa barbe était impeccablement taillée, ses cheveux montrant un tatouage d’anciennes croyances, d’une époque de dragons, en habille de bataille. Le vieux pirate regarda en arrière comme pour apercevoir quelque chose ou quelqu’un. Aiden lui ne vit personne. Son père le regarda à nouveau, un haussement de tête, un acquiescement de paupière, Aiden su que son intention était la chose à faire. Un écho que seul lui entendit resonna.

~ Tu n’es pas seul mon fils. ~


Il prit une grande inspiration puis expira doucement comme pour évacuer toutes peurs.

    « Tu n’as pas tort sur un point, je n’apprécie que guère les individus qu'usent de ses capacités, j’ai à chaque fois l’impression qu’ils ne l’ont pas mérité. Ou qu’il n’arrive pas à le contrôler... C’est ce que mon père avait peur... c’est pour cela qu’il n’en a jamais usé, il savait très bien qu’il aurait pu se sauver grâce à cela... mais il n’a pas voulu... il a décidé d’en finir comme il l’entendait et pas comme un autre souhaitait l'avoir condamné... et à cet homme j’ai fait une promesse et tant que je respire, je t’enterais de la réaliser. »

Peu de personnes savait ce que dont était capable Drake, mais aussi que ses jours avaient été compté à partir du moment où il avait croisé le maître obscur sur Kilia...

    « Qu’est ce que tu raconte... Drake était un...

    Oui... Sensible...
    Tu vois je retiendrais beaucoup de lui... Ne jamais me laisser dicter ma conduite... toujours laisser une pare de surprise, ne jamais resté bloqué sur un avis...même sur celui des sensibles... et aussi...le fait qu’un dragon n’est jamais désarmé... Tu le savais ça Gregorias ? NOUS ne sommes jamais désarmés !
    »

Gregorias n’eut pas le temps de réagir, Aiden plaça sa main face à lui, en sorte de poussée invisible se déploya devant lui, Gregorias vola ainsi que plusieurs autres. Aiden ne laissa personne réagir et fonça sur l’homme à gauche encore dans la chambre forte, il n’eut pas le temps de tirer qu'Aiden s’agrippa à son bras, dévia la trajectoire de l’arme, tout en retournant l’homme pour qu’il soit dos aux deuxièmes hommes opposés à eux présent dans la pièce, toujours en l'agrippant, il se fit plaqué au mur. Celui opposé à eux deux fit feux, touchant son confrère dans le dos. Le Jeune Aiden récupérait l’arme de poings à la taille de celui qu’il agrippait et plaça le canon sous le menton du bouclier humain. Une partie de la tête explosa aux tirs envoyant le casque volé dans la pièce, lâchant le corps maintenant inerte, Aiden fit feux vers l’homme opposé, le touchant par trois fois, deux tirs en torse et un dernier rayon laser dans la visière qui acheva le rodien qui si cachait, mais il eut le temps de tirer quelques salves, dont une qui toucha Aiden dans le flanc, il était touché, il voyait son sang couler.

Aiden activa la fermeture de la porte du coffre-fort. Tout cela sous les yeux abasourdis des membres de l’équipe de conservation...

Gregorias jura de l’autre côté, quelques tirs passèrent à travers l’ouverture avant que celle-ci ne soit bloquée. Aiden tira sur le panneau de contrôle espérant que cela lui suffise à mettre un plant en place pour se sortir de là.

Rarement il avait utilisé ses capacités, comme son père, il voyait cela comme une malédiction... Mais il lui avait montré quelque tour. Il avait failli se confier à Jeny quand ils parlaient, il aurait aimé avoir de ses conseils ... mais cela était avant qu'elle ne se révèle complètement folle... Le lot semble-t-il de la plupart de ceux qui était capable de cette prouesse.

    « Diana ? Diana tu es là ?
    Aiden ? Non ce … qu’est ce qui s’est passé ? J’entends des rapports de partout...
    Gregorias nous a trahis, il veut utiliser les données pour lui… il ne croit pas au projet de père…
    p#&!n… nous aurions dû nous en douter... Est-ce que ça va ? Où es-tu ?
    Ça va... Je suis touché... mais ça va aller.

    Il grimaça alors qu’il ressentit une vive douleur quand il se déplaça pour se poser contre la paroi métallique.
    Je suis dans la chambre forte... Faut qu’on trouve une solution pour évacuer les données...
    Et toi par la même occasion...
    Oui... Tu penses que... tu penses que tu peux faire sauter le couloir proche de la chambre avec ton vaisseau ? Pour faire dépressuriser le tout et comme ça après...
    C’est quoi cette idée de m&?!e... Non je vais venir, il te faut une diversion.
    Diana non, c’est trop risqué.
    Je ne te demande pas ton avis. Bouge pas, j’arrive frérot
    Diana ! Non ! Diana ? …

    Silence
    Fait c!#?r ...Et elle veut que j’aille où hein ? »

Aiden se leva un peu handicapé par sa blessure, il devait trouver un moyen de sortir avant que ça sœur ne se pointe et se fasse tuer... Mais cela semblait mal engagé, il n’avait pas d’autre allié dans les environs... Bien que... Il chercha la bonne fréquence dans son casque

    «Vane ? Vane ? »

    « Tiens... Le rejeton de Drake... Des problèmes ?
    Écoute Gregorias nous a trahis je t’expliquerais, mais il m'a piégé, il veut te doubler ensuite, viens m’aider et...
    Ne te fatigue pas Aiden, j’ai capturé un de tes hommes...enfin ceux de Grégor apparemment, alors qu’il essayait de me tuer... Je l’ai interrogé, en effet, Gregorias nous la fait à l’envers mais autant que toi. Peut-être que si tu m’avais parlé des données cachées par le commandant... Mais t’inquiète pas … une équipe est en chemin... Il te délestera de ton fardeau... que les Stark crèvent aujourd’hui... je crois que ça me donne le sourire … »

La communication se coupa.

...

Cette fois, ils étaient dans la m&?!e.
#34971
    De là où elle était, Hayley pouvait tout voir. Le déchaînement de violence du duel prit fin assez vite, l’un des deux protagonistes se retrouvant en position de force, au-dessus de lui, capable de le tuer, mais il abaissa lentement son arme devant la tentative de reddition de son adversaire, pourtant l’un des hommes explosa la caboche de l’homme à terre, sans sommation, prétextant la nécessité de ne pas avoir de témoins.

    Cet acte de cruauté éveilla des sentiments contradictoires en elle, des sentiments enfouis depuis sa tentative de suicide qui se réveillaient par intermittence. D’un côté elle éprouva de la jalousie pour ce corps sans vie qui venait de rejoindre la Force, pour lui plus aucune souffrance n’était possible, plus aucun mal ne pourrait lui être fait et il pourrait faire partie d’un tout bien plus grand que lui dont la puissance revigorante le contenterait à l’infini, tant que la galaxie serait galaxie. De l’autre elle ne pût se retenir de ressentir du dégoût face à l’acte odieux d’un guerrier devant un autre qui était désarmée. Certes, elle avait fait son lot de saleté, la guerre civile l’avait exigé d’elle, personne n’avait pu rester totalement blanc lors de cette rébellion, c’était inéluctable, mais cela titillait tout de même son code moral qui s’était forgé au rythme de sa vie et de cette même guerre.

    Adossée contre le mur métallique froid, elle ne regardait plus la scène, elle se sentait complètement perdue, ne comprenant pas où la Force voulait la mener. Cette atrocité était certes terrible, mais elle arrivait quotidiennement dans la galaxie, pourquoi devait-elle se trouver là plutôt qu’à un autre endroit ? Tandis qu’elle sentait sa peau se glacer un peu plus au contact du métal, l’Autre fit son apparition, debout, regardant la scène avec un sourire ostensible :

      - Tiens, ils aiment l’Art les pirates maintenant ? Oh, suis-je bête, seulement quand il s’agit de le revendre…

    Hayley réfléchissais à toute vitesse sur tout ceci. Ca n’avait pas le moindre sens, qu’est-ce que ces pirates avaient à voir avec les Sith qu’elle traquait ? Avec l’entité du Côté Obscur qu’elle cherchait à détruire ?

      - Tiens, les choses prennent une tournure vraiment intéressante... Tu devrais venir voir !

    Voilà qui avait attisé la curiosité d’Hayley qui se redressa légèrement pour voir par la fenêtre de sa cabine. En effet les choses semblaient se compliquer pour celui qui avait semblé être le meneur jusqu’ici : voilà que ses hommes se retournaient contre lui, le menaçant de leurs blasters. Une situation tendue qui sentait désagréablement l’exécution sommaire…

      - Oh chouette ! On va enfin s’amuser un peu !

    Hayley fronça les sourcils, tendant l’oreille pour entendre un peu mieux ce qu’il se disait. Il était question du père du jeune qui se tenait au milieu, apparemment celui-ci était mort et l’on se disputait sur les dernières volontés de celui-ci. Cela n’aurait pu rester qu’une vulgaire querelle entre pirates si les choses n’avaient pas prit une tournure inattendue : un grand homme à la crinière blonde et à la barbe impeccablement taillée fit son apparition en face de celui qui était au centre de l’attention de tous. Autour de lui un halo bleuté flottait légèrement, rendant cette apparition tout à fait surnaturelle mais également familière, cela ressemblait étrangement aux Esprits de Force, image conservés de certains sages Jedi étant parvenu à maîtriser cette technique. Elle en avait déjà entendu parler maintes fois et avait même souvent espéré que son père la maîtrise, à tort semblait-il. Soudainement l’apparition se tourna dans sa direction et Hayley plissa les yeux pour mieux distinguer ses traits. Ce qu’elle vit lui fit l’effet d’un choc : cet...homme n’était autre que Drake Arnor, un pirate l’ayant recruté pour l’un de ses premiers coups quand elle-même avait vécue cette vie de rapines. Et soudain l’esprit disparut. Hayley fronça les sourcils, murmurant plus pour elle que pour quiconque :

      - Drake ? Que vient foutre Drake ici ?
      - Visiblement Drake n’est plus, en tout cas en tant que forme physique.

    Drake Arnor ? Mort ? Elle avait du mal à le croire. Les deux ne s’étaient que peu croisés en fin de compte, ils ne s’étaient presque pas connus même, mais ça n’avait pas empêché Hayley d’attacher un soin particulier à son souvenir, un homme qui lui avait permis d’avancer à une époque où elle était en proie aux doutes. Étrange...et triste.

      - Il n’y a pas de mort, il y a la Force…
      - Ta gueule.

    Les choses s’étaient agités sous leurs yeux et le petit jeune dont elle avait déduit l’identité venait de se sauver la vie en...s’enfermant dans le coffre-fort. Pas vraiment une idée géniale, mais ça lui donnait du temps pour trouver un meilleur plan. C’est du moins ce qu’elle espérait pour lui. Intérieurement elle savait pourtant que tout ça n’était pas là par hasard et que la Force l’avait conduite ici pour une bonne raison, il était donc temps pour elle de faire ce qu’elle savait être juste de faire.

    La Jedi se redressa, observant de là où elle était la scène et le positionnement des guerriers. Ils formaient un demi-cercle autour de la porte que leur chef, Gregorias, leur chargeait de faire sauter. Hayley se caressa légèrement le menton tout en s’approchant du bord de la rampe, pour finalement se laisser tomber, retombant sur les pieds d’un mouvement léger, derrière les guerriers qui s’affairaient autour de la porte. Finalement, d’une voix forte et pleine d’entrain elle prit la parole :

      - Salut tout le monde !

    Les hommes majoritairement médusés se tournèrent vers elle, incapable de comprendre cette étrange intervention d’une fille aux cheveux bleus qui semblait toute droit sortie d’un mauvais holofilm. Jusqu’à ce que l’un d’entre eux la pointe du doigt :

      - Hé mais attendez ! Je la connais celle-là ?! Je l’ai vu sur l’holotv, elle avait les cheveux rouge mais c’est bien elle. C’est la Jedi.
      - Exact. Et je suis venu vous demander de vous écarter de cette porte et de quitter le Secteur.

    Gregorias intervint, l’air amusé :

      - Bien que cette intervention fût aussi divertissante que celle sur l’holotv, je vous demanderais de ne pas vous mêler de cette affaire, Jedi, ou il vous en cuira.
      - Je ne suis pas de cet avis.
      - Alors tuez-là, qu’on en finisse !

    Les blasters se pointèrent sur elle. D’un geste de la main droite, elle écarta ses doigts, comme si elle s’apprêtait à étrangler l’un de ses hommes et l’un des mandaloriens se tint la gorge comme pour essayer de desserrer une prise invisible sur ladite gorge, jusqu’à ce qu’il s’effondre à terre. Elle ne l’avait pas tué, juste coupé la respiration jusqu’à ce que son corps se mette en catatonie, par préservation. Elle s’empara de ses deux sabres, la lame blanche dans la main gauche, son sabre personnel dont le manche était taillé dans une dent de Dragon Krayt et la lame violette du sabre de la Dame Sombre qu’elle avait récupéré d’HK. Les tirs commencèrent à fuser vers elle mais elle se mit naturellement en position de Soresu, son corps offrant le moins de zones de touches possible aux tirs tandis que les deux sabres tournoyaient autour d’elle pour dévier les tirs qui pouvaient présenter des menaces directes pour elle.

    Presque 5 minutes s’écoulèrent, 5 minutes de tirs ininterrompus pendant lesquels ils se rendirent compte que la Jedi semblait intouchable à distance. Hayley, elle, s’estimait heureuse d’avoir tenu autant de temps avec un Soresu qu’elle ne pratiquait pas régulièrement et un Jar’Kai tout à fait rudimentaire. La corellienne commençait à fatiguer, il était donc temps de faire diversion. Retourner leurs armes contre eux semblait être une bonne idée et tandis qu’elle continuait à dévier les tirs, elle concentra la Force sur les particules de chaleur émises par l’un des blasters, un tireur situé non loin du chef. Grâce à la Force, elle excita plus que de raison ces mêmes particules, les obligeant à se disperser d’une manière non prévue par l’arme. Le résultat fût instantanément spectaculaire : l’arme explosa, déployant dans sa destruction un énorme jet de flammes qui se développa presque instantanément en un mur de feu qui scinda le groupe en deux en plus de les sonner, laissant le temps à la Jedi de sauter derrière un couvert, rangeant ses sabres à sa ceinture.

      - Rappelle-toi ce que t’as appris ton père à leur propos ma fille, le sabre ne traverse pas leurs armures…
      - ...a moins de leur couper la tête.

    Elle espérait ne pas avoir à en arriver là et en même temps elle se doutait bien qu’elle n’avait aucun moyen de passer outre la tuerie qui s’annonçait, de toute façon elle avait tué sinon amputé l’homme qui avait détenu le blaster explosif, il ne fallait pas se leurrer. Elle s’empara des deux DL-22 qu’elle conservait toujours à la ceinture, prête à faire feu.

      - Une vulgarité, certes, mais une vulgarité nécessaire…

    Il n’était plus temps de minauder, il faudrait passer à l’action assez vite si elle voulait sauver le fils de Drake et les innocents emprisonnés dans le coffre. Elle se redressa, déversant une grêle de tirs sur les mandaloriens.

Utilisation de la Force
Pouvoirs :
  • Étranglement - Pratiqué
  • Pyrokinésie - Pratiqué
Formes :
  • Forme III - Soresu - Praticien
  • Jar'Kai - Novice
#35038
Aiden s’était posé contre la porte de la chambre forte pour écouter, du moins essayer, ce qui se passait de l’autre côté, il lui semblait en effet que quelque chose d’inattendue se produisait. Pendant un instant il supposa fortement que cela soit sa sœur qui tentait l’idiotie de le libérer. Mais en étant plus attentif il entendit peut-être le mot Jedi.

Vraiment ? Un Jedi ici ? Peut-être était-ce simplement un utilisateur de la force, armé d’un sabre laser mais sans que cela soit un Jedi... Bien que les Mandaloriens arrivent de par leur histoire à saisir la différence entre les différents groupuscules... Dans tous les cas, cela pouvait sans doute le servir, à moins que ce Jedi fut un Sith, au quel cas... Il n’essaya pas d’y penser.

Se tenant toujours le flanc – où il s’était fait un bandage de fortune avec l’aide d’habille de ceux-là qu’il avait neutralisés – Aiden se déplaça pour trouver une solution à son problème, bien sûr, toute la salle était pensée pour éviter que des objets de valeurs ne s’envolent d’une autre manière que par la porte principale, mais le fait que le vaisseau n’avait été à la base pas conçue pour accueillir une telle installation pouvaient peut-être proposer des possibilités alternatives. Le jeune homme poussa une caisse en bois, non sans un peu de peine avec sa blessure, il l’amena jusqu’où sans doute se trouverait une ventilation, mais quand il se retrouva nez à nez avec ladite ouverture, il dut se rendre compte que ses doutes étaient réels, il n’y avait que dans les holo films où ce genre de choses était assez grand pour contenir un homme... Mais alors qu’il était tête levée ainsi vers le plafond, il sentit des vibrations. Il eut quelques secondes d’hésitation avant de réagir. Il se baissa rapidement avant que plusieurs faisceaux de lumière viennent lui réchauffer le crâne. Les lumières décrivaient un cercle au-dessus de lui.

Aiden savait ce que c’était, il avait vu plusieurs fois ce genre d’opérations. Il se saisit d’une arme et visa où un morceau du plafond en métal tomba en forme de cercle. Le calme s ‘était imposé dans la pièce, seule la fumée des cutters à fusions se faisaient apercevoir à la sortie du trou. Puis un objet tomba, une grenade, Aiden sauta à terre. Ce n’était pas une fragmentation, mais une grenade étourdissante, bien que face contre terre Aiden reçût certains effets de l’explosion et n’entendit pas tout de suite que quelqu’un s’était échappé du trou, quand il se leva en se retournant, le jeune homme se retrouva nez à nez avec un adversaire, il ne laissa pas à celui le temps de réagir, il dévia le bras de l’homme qui était armé d’un blaster, il le lui fit tomber au sol, mais l’adversaire se révéla plus robuste et entreprit à le pousser jusqu’au mur opposé de la chambre forte. Le choque coupa le souffle à Aiden, il crut qu’on lui avait cassé le dos, mais un coup de poing dans sa mâchoire lui indiqua qu’il n’avait pas plus mal au dos que ça. Sonné, il reçut bien un ou deux autres crochets avant qu’il n’arrive à éviter un dernier, passant alors de côté il tapa dans le genou de l’homme qui plia sa jambe, il frappa ensuite dans les côtes, il dut arrêter son bras armé d’un couteau s’arrêta proche de sa gorge, ainsi tendue il en profita pour le lui briser dans craquement d’os effroyable, l’homme cria, le coteau tomba, Aiden le récupéra pour le planter dans la nuque du pirate, au même moment plusieurs autres hommes sortis du trou.

Dans le couloir le combat entre les commandos Mandaloriens et la Jedi s’était muté en combat à arme à énergie, les tirs fusèrent, mêlés au chaos général, certains placèrent des charges pour faire sauter la porte. Il était toujours risque de faire sauter une telle charge dans un vaisseau, mais ils semblaient décider à ouvrir cette porte.

Dans le même temps d'hommes arrivèrent proche de leur emplacement, il ni eut que peu d’hésitation, chacun avait déjà compris la situation du camp de l’autre, les nouveaux arrivants appartenant aux pirates de base firent feux sur les Mandaloriens qui ripostèrent avec violence, leur chef en abattit plusieurs en une rafale avant que sa visière en forme de T ne se dirige vers la Jedi.

    « Occupez-vous d’eux et délogé Stark, je m’occupe du maître Jedi. »

Il fit feux sur celle-ci tout en s’en approchant, sans devenir non plus trop proche sachant pertinemment qu’il perdrait l’avantage aux corps-à-corps, pendant plusieurs minutes un échange entre les deux se fit intense, mais alors Gregorias surprit son adversaire en dégainant un grappin dont il se servit en visant les pieds de la Jedi qui en perdit l’équilibre alors que le câble s'y enroulait.

Le vaisseau trembla, quelque chose le prenait pour cible, ce qui fit hésiter Gregorias qui s'avançait alors vers la Jedi, il la regarda en la visant, alors que la Jedi devait surement chercher, voire être en train, de trouver une solution pour filer de ce mauvais pas.

    « Elles m’avaient dit que la récompense serait grande si je te trouverais et remmènerais en vie... Mais une preuve de ta mort les satisfera presque autant... J’en suis sûr. »

Il replaça son arme dans le creux de son épaule et visa.

Mais ce ne fut pas son arme qui fit feux, mais celle de la personne qui venait d’arriver dans le couloir, juste au-dessus d'Hayley. Une jeune fille, assez jeune, armé d’un fusil à projectile à l’apparence bien plus lourd qu’elle. Le chef de Mandalorien vola par la puissance de l’impact, assurément blessé.

La nouvelle arrivante jeta un œil sur la Jedi, mais ne put émettre aucune remarque car une alarme dans tout le vaisseau retenti après qu’une grosse explosion se fit ressentir de tous les occupants .

    « Générateur de gravité endommagé, système hors ligne, attention, rupture de la gravité artificielle. »

D’un seul coup les repères changèrent, toutes les personnes présentes furent surprises, notamment un des pirates qui, visant les uns Mandalorien, rata son tir et toucha les explosifs qui se trouvaient derrière la cible, l’explosion propulsa les débris encore plus loin avec la présence de zéros g. La fille cria.

    « AIDEN ! »

Elle se propulsa en prenant appuis avec ses pieds contre un mur tout en réarmant son arme, prête à foncer dans le tas. Elle ne semblait pas innocente de ce genre de situation. La fumé ne se faisait que plus épaisse mais elle flotta entre des tirs qui filèrent, des débris et autres gouttes de sang, un combat violant se faisait entendre au sein de la chambre forte
[Roon] Un simple service

Elle prit le temps de lui répondre, avec patien[…]

Toujours désireux de redorer le blason de l'[…]

Signaler une absence

Présence en demi-teinte pour une durée encore indé[…]

QUE LA FORCE SOIT A METELLOS

https://i.imgur.com/WP6UCMo.jpg […]

Fiche de scénario Nom du lanceur du scé[…]

Il y a quelques années Vrad Kist était un jeune m[…]

La sensibilité doit être contrôlé

Dugalles ordonna à ce que son ministère de la com[…]

Le retour de l'étude faite par Caviar était quelqu[…]