L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Jack Crypston
#35911
Dédale de Rima Station « Nulle-part »


précédemment

Image


Nulle-part, large station normalement affrétée au ravitaillement de vaisseau et à l’hôtellerie moyen de gamme tenu par une entreprise indépendante d'origine républicaine une certaine Bygmylion fondée depuis quelques années par certains membres du partie des néo-républicains. La station fut investi par la Nostrom Company qui loua la station anonymement pour la semaine, plusieurs groupes de droïdes lourd avait été déployé au sein de la station. Station qui avait subi un rapide relookage pour l'occasion, on plaça ici et là des babioles qu'appréciaient tout particulièrement nos joyeuses faces baveuses, histoire de préparer un terrain propice pour un jolie futur mensonge.


Tout est en place ?


Affirmatif monsieur.



Parfait, fais moi le rapport du tintouin une fois que votre petite Bandit party est terminée.


Quelques heures plus tard


L'équipe de droïdes sous les ordres d'Harold attendait patiemment l'arrivée des différents mercenaires. Il s’enchaîna alors différents allé retour espacé tout le long de la journée pour accueillir les différentes équipes venues sur place, quelques chambres et rafraîchissement leur furent proposé pour passer le temps. On décompta au total une vingtaine de vaisseaux, certains était des free-lance bossant en équipe réduite, voir en solo, d'autres étaient les représentant d'entreprises de « nettoyage ». Un beau ptit monde bien que pas aussi grand qu'on aurait pu espérer au vu de la promesse d'une prime de 8 millions de crédits, tas d'ingrats va… Harold décida de lancer le briefing à l'instant ou certains invités commençaient à perdre patience. Une fois que la majeure partie des nouveaux arrivants eurent posé leurs miches au milieu d'un grand Hangar gardés par des Aquadeus, la conférence commença. Harold envoya l'un des Abysal droïdes de la Nostrom, machine pouvant tout autant servir de pilote que de droïde de protocole. L'automate avançait doucement jusqu'au niveau d'un tas de caisses, il grimpa afin d'être vue de tous.


Salutations Messieurs, je suis heureux que vous ayez répondu à l'appel…


Pourquoi k's'est un tas de boulons ki nous cause ?


Ça fait trois plombes qu'on poirote ici, sans qu'on ai rien eu à se m'être dans le gosier rien d'autres que des putains de cocktails de gonzesses !


Quelques impolis coupèrent le droïde, des abrutis qui ne savaient pas se tenir et qui n'avaient sans doute pas réfléchi un seul instant depuis qu'ils avaient vu une prime de 8 millions de crédits apparaître subitement sur le Dark-Holonet, des gens qui se voyaient déjà riche avant d'avoir touché le moindre crédit. Le reste des invités et quelques-uns de leurs gorilles eurent la politesse en un regard à faire comprendre aux glandus du fond de se la fermer.

Si vous êtes ici, c'est sans doute parce que vous avez été interpellé par la prime de 8 millions de crédits promis, et vous vous interrogez sans doute sur les différentes modalités de paiement. Je tiens à éclaircir ce sujet-ci, nous proposons 8 millions de crédits par groupe cependant sachez que vous n'obtiendrez les crédits promis qu'une fois la mission qu'on vous aura confié accomplis.


Cette fois-ci, un brouhaha léger commença à se faire entendre, certains mercenaires voulaient être payés une partie de la somme d'avance, d'autres la totalité et même certains trouvèrent à redire par rapport au prix. Le droïde protocolaire balaya les questions en continuant son discours.

Cependant, je veux que vous compreniez dans quoi, vous vous engagez…



Tu vas nous répondre quand on t'cause ?


Je répondrais à vos questions une fois que j'aurai terminé de dire ce que j'ai à dire. Si une telle prime est promise, laissée moi au moins vous expliquer en quoi consistera concrètement cette mission. Notre objectif est le suivant…


Image


Une large holo-image apparut, elle représentait une station à la taille colossale, selon les dimensions indiquées sur l'image, on parlait d'un appareil de la taille d'un Super Star Destroyer.

Votre mission commune sera de récupérer cette station sans la détruire.


Un léger blanc dans l'assemblée, Harold depuis un poste de surveillance plus loin dans la station en profita pour scruter la salle depuis les caméras. La moue des mercenaires variés, certains avait le visage ahuri se rendant enfin compte ce que 8 millions cash pour un boulot représentait, d'autres restés impassibles essayant d'assimiler un maximum d'informations et enfin certains tentaient déjà de se rapprocher de la sortie.

Je vais rajouter quelques détails supplémentaires une fois cela fait, je serais enfin disposé à répondre à vos questions et j'inviterai ceux qui ne se pensent pas capable d'accomplir cette tâche à repartir. Cette station est mobile, elle possède un armement lourd similaire à un vaisseau de classe Cuirassé et une importante garnison. Elle est toutefois dépourvue d'une flotte de défense auxiliaire, elle ne compte que sur ce qu'elle transporte déjà. Nous avons besoin de force pour attaquer frontalement la station, nous aurons également besoin de combattant rodées dans l'abordage et d'autres dans l'infiltration et le slicing. Nous rentrerons dans les détails une fois que ceux qui ne souhaite pas réellement participer à cette mission nous aurons quitté. Je suis maintenant ouvert à répondre à vos questions.


Pour qui on risque notre peau ?


Drôle de question pour un mercenaire professionnel, Harold cocha quelques cases dans son datapad.

Mon maître ne souhaite pas révéler son identité et vu que cela ne vous aidera en rien pour cette mission, question suivante s'il vous plaît.


Dans ce cas…


Le mercenaire qui avait interrogé le droïde se leva partant en direction de la sortie, un sourire aux lèvres et sifflotant. Il fut rapidement suivi par quelques pleutres qui devait se dire que crever ne valait tout de même pas 8 millions de crédits. Les quelques Aquadeus droïdes placés à l'entrée suivirent de leurs regards rougeoyants la démarche des quelques cloportes qui repartaient ventre à terre sans même attendre la suite avant de se retourner vers le reste de l'assemblée.

Possède-t-on plus d'information au sujet de cette station ?


Nous avons en notre possession un plan complet de la station avec ses effectifs détaillés.


Une fois la station capturée on fait quoi ?


Une fois capturées, nous déplacerons la station loin de l'attaque en effectuant plusieurs sauts aléatoires, la suite ne vous concernera plus.


Un mercenaire dans la force de l'âge, cache œil à l'appui , le bras et la jambe manquante remplacé par de larges prothése, Yaaar, il prit parole avec une voix forte et rauque.

T'as sous-entendu que c'était également une station de commerce, il doit y avoir des civils à l'intérieur, un traitement particulier pour ces derniers ?


Forçaient les à quitter la station leur sort est déjà tout trouvé par mon maître qui s'empressera de les récupérer pour s'occuper d'eux une fois la bataille terminée.


Un autre groupe s’éclipsa le sous-entendu douteux ajoutés avec la décoration de la station ne laissait pas de doute sur l'avenir des civiles. L'esclavage ne semblaient pas faire l’unanimité même parmi les rébus de la société. Un second les suivit, bien que eux non pas dérangé à l'idée de réduire en esclavage des pauvres gens, mais bien parce que les contraintes qui s'ajoutaient rendaient selon eux la mission impossible à remplir convenablement.

Au vu de ce qu'embarque cette station, l'attaque frontale serait suicidaire, vous avez de quoi parer à cela ?


Affirmatif, une infiltration de la station sera lancée pour pouvoir saper une partie des défenses de la station depuis l'intérieur. Je serais plus précis sur le déroulement de cette infiltration auprès des agents concernés. Question suivante...


Et les questions continuèrent à s’enchaîner pendant une vingtaine de minutes, sur les 20 groupes qui s'étaient présentés, il n'en resta plus que 12. 8 d'entre eux étaient des petites équipes très bien entraînés, les 4 autres représentaient des sociétés de « nettoyage » possédant chacun des flottes modestes servant à pacifier ici et là des révoltes paysanne, voir à taper sur des pirates ou quoi que se soit d'autres, tant qu'on les payait suffisamment… En cumulant toutes les forces, on obtenait une véritable Flotte qui si bien utilisait pourrait très bien sonner le glas pour l'Intelligence. Cependant prudence, il ne fallait pas croire que tout allait se passer comme prévue, certains n'était venu pas pour risquer leur peau, mais simplement pour laisser balader leurs oreilles. L'un de ces fourbes petits serpents fut rapidement réceptionné, remarqués par un Harold vigilent un type entouré de tocards qui après une rapide recherche n'étais pas affilié à la moindre société de mercenaires. Quelques Tazer et coup de matraque sur le crâne plus tard, les opportuns furent jetés aux oubliettes sous la surveillance d'une poignée de droïdes, au pire cela n'aura été que 4 pirates qui auraient juste... Manquer de Chance… On libérera ces gentils messieurs de leur trou quand l’opération sera terminée, Jack était un homme magnanime et puis tuer n'était jamais bon pour les affaires. Cependant si un groupe avait pu être arrêté qui sait si d'autres n'étaient pas juste venu zieutais la proposition avant de s'éclipser pour vilainement cafter.

On commença à établir l'attaque une fois les contrats signés, une attaque qui se divisera en trois temps, une équipe réduite pourra être déployé depuis l'intérieur de la station à l'aide de la secrétaire personnel du directeur de l'Inteligence, l'équipe devra s'emparer de l'un des postes de contrôle de Hangar afin d'ouvrir un accès depuis la station. À partir de ce moment des groupes d'assaut chargés à bord de navettes pénétreront à travers la brèche. Leur objectif sera de désactiver le canon principal de la station, de détruire un maximum de vaisseaux/chasseurs stationnés dans les hangars et de tenter de pénétrer dans l'usine. Une fois fait la force principale sera déployé afin de détruire les derniers systèmes de défense de la station et surtout de désactiver ses moteurs pour immobiliser totalement la station. Un assaut final serra lancé pour prendre le contrôle de la station et pour se débarrasser du directeur de l'Inteligence.

La secrétaire avait pu donnait de précieuses informations sur les garnisons qui tenaient la station, les effectifs en homme étaient réduit cependant pour pallier à ce problème de sécurité l'Intelligence disposait de régiments entier de droïdes de combat léger qui datait du partenariat avec la Crypston Corp. Ces droïdes possédaient le même système de puce gravé que les modèles proposés par la Nostrom, ces machines avait été à l'origine créait pour surveillez les différentes installations des deux compagnies et protéger leurs propriétaires. Les droïdes obéissaient à leurs propriétaires actuelles, cependant vu que Jeff Burguess n'est plus à la tête de l'Intelligence seul Jack Crypston possède le statut de légitime propriétaire. SI une équipe arriverait à détourner les systèmes qui permettait de coordonnait les droïdes en utilisant le code de réinitialisation en utilisant les données Biométrique de Jack pour prendre le contrôle sur les droïdes, de cette manière les forces en sous-nombres des mercenaires gonflerait leurs rangs d'une armée mécanique.

une fois la bataille terminée l'un des transports de la Nostrom venu apporter sa marchandise enverra un SOS aux forces de la Républiques pour tenter de se dédouaner de toute implication dans cette affaire. La station serra convoyée dans plusieurs systèmes avec plusieurs sauts aléatoires avant d'être caché aux restes de la galaxie un certain temps. Une fois la nouvelle de la perte de la dernière grande possession de l'Intelligence, la Nostrom lancera une OPM de grande ampleur afin de racheter ses parts en bourses afin de s'approprier les possessions de l'Inteligence et afin d'acquérir légalement la station. Il ne restera plus qu'à justifier aux yeux du public le retour soudain d'Ouranos, et même des autorités quelques détails qui seront espérons le peaufiner d'ici là, une affaire que s'est juré d'accomplir personnellement bouche d'ange.
Modifié en dernier par Jack Crypston le sam. 14 mars 2020 11:17, modifié 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Jack Crypston
#35994
Jour J, J pour Jack, belle bouche entrait dans un tournant important de sa vie. Le jeune millionnaire qui faisait mumuse en tant que héros pour « laver » son image auprès du public était quelques choses d’excitant et qui indéniablement allégeait la conscience du bel étalon. Mais ce qui n'était qu'un jeu pour éviter de frôler la crise de nerf, est devenu plus que ça. On y prenait goût à ces applaudissements, à ces projecteurs braqués sur vous, ces blogs, ces news qui ne tarissaient pas de louanges. Alors on se disait qu'on n'était pas une si grosse ordure que ça et puis on commençait à justifier nos actes au nom d'un pathétique bien commun et qu’en-fait c'étaient les autres qui étaient les méchants… Et puis on commençait à croire à tout un tas de conneries, le masque du héros s'était greffé sur Jack, mais aujourd'hui, il devait être d'autant plus lourd à porter. Les grands monologues qui montraient à quel point c'était nous qu'étions les gentils se heurter à une dure réalité. Des innocents allés mourir et pourquoi ? Pour le profit ma bonne-dame, pas de héros pour le coup, pas de mensonge à se faire sois même, rien qu'une glace avec notre reflet… Pour sur, rien à faire, circulez je vous dis ! … C'était ce qu'on devait se dire, normalement c'était ce que quelqu'un de sensé devait comprendre, c'était cette baffe de la réalité qui vous réveillait et qui vous faisiez dire, stop, là c'est trop...Fallait-il croire que les phalanges du père avaient ancré quelques choses de plus fort que la raison, le corps guérissait… Mais pas l'esprit.

...


Oui tout ceci, toutes ces réflexions eurent l'effet d'une vague nauséeuse pour Jack, une envie de vomir devant tant de remords si stupidement clichés, y'avait de quoi rire, toutes ces petites choses qui se percutaient dans ses pensées. Lui le mauvais gars dans l'histoire, amené à douter de lui ? L'étoile montante du secteur corporatif Ah ! Z'êtes drôle vous, il était un héros et un héros ne doute pas et tout vrais héros sait parfaitement qu'il faut parfois sacrifier une minorité de personne pour le bien commun, comment ça pas du tout, mais nooon vous faites fausses routes, une simple impression qu'on vous dit et puis vous êtes qui pour dire ça ? Surement pas des vrais héros. Ce sont les autres, ceux qui se mettent en travers du chemin du héros les méchants, et ils n'avaient pas qu'à s'y m'être. Et puis regardait dans cette glace le beau Jack Crypston, quel somptueux reflet, je ne vais point vous mentir mon bon seigneur mais vous êtes sans nul doute face au parangon de l'héroïsme.




Aujourd'hui c'était le jour J, J pour Jack, les forces qui allaient prendre d'assaut la station se tenaient prête. Une fois tout le bordel administratif résolu, on put décompter clairement sur ce qui allait pouvoir être aligné contre la station.






La bande de Sburr, anciens membres reconvertis du Consortium, ce groupe de mercenaires étaient une large bande de malandrins prêts à tout pour relancer leur organisation.


2 Frégates Vengeance 4M

7 Frégate Intercepteur 2,450M

48 StarViper 0,96M

15 Traqueurs 0,01875M

5 Ombre 0,0125M

375 Poing du Consortium 0,28125M

20 Inexorable 0,1M







Le Groupe Runklor, des mercenaires professionnels dans le nettoyage, pacifier des révoltes depuis le ciel c'est dans leurs cordes, dézingués du pirate un peux mon n'veux. Ils ne sortaient pas des clous, ils étaient dans la mentalité pure des mercenaires, on les payait et ils accomplissaient.




8 Frégates Intercepteur 2,8M

1 Croiseur de Bataille de Classe 2,25M

120 StarViper 2,4M




La Compagnie de Sindur, entreprise cherchant désespérément des fond pour relancer les projets de leurs patrons.




10 Corvette Marauder 3,M

10 Corvette Crusader 1,5M

1 X-401-C 2,5M

800 Soldats d'élite 0,8M




La Horde de Paltak important groupes de tueurs décérébrés qui proposent leurs services simplement pour pouvoir goûter au sang et pour payer la maintenance de leurs forces afin de perpétuer le massacre.




60 RZ-52 1,2M

1 X401-F 1,2M

3000 Commando Storm Rider 3,75M

5 Frégate Intercepteur 1,7M







Là ou les plus grands groupes de mercenaires étaient un investissement rentable, le reste des forces d'assauts étaient simplement des petites équipes à bord de petits vaisseaux, les membres de ces équipages étaient tous des chasseur de primes ou des pirates expérimenté avec chacun leurs histoires. Un de ces petits groupes possédait une vielle navette Kappa totalement rafistolée et survitaminés. C'est elle qui fut choisie pour accueillir la première équipe qui débarquera sur l'Ouranos. Les autres petites équipes auront pour mission de s'emparer du centre de commande de la station afin de la faire décoller au point de rendez-vous, ils interviendront qu'une fois le gros de l'assaut enclenché.

Station Ouranos Hangar Principal


Le lieu était tout simplement immense, long de presque 800m le hangar principal accueillait une majeur partie des chasseurs et vaisseaux de défense de la station. S'amassaient ici et là les piles de caisses pleines de denrées rares. La station s'était posté loin dans le dédale de Rimma proche d'un soleil bleu, le lieu était connu de peu de gens dans cette galaxie à vrai dire si Serenna n'avait pas indiqué le lieu pour réceptionner la livraison un peu spéciale de Crypston il aurait été impossible de retrouver la station aussi grande aurait-elle pu être.

En parlant de la jeune secrétaire du mystérieux directeur de l'Inteligence, cette dernière sortait d'une porte automatisée, elle partait en direction d'une zone de contrôle, la jeune Serena était pensive, malgré la promesse d'un avenir meilleur par la Nostrom Company elle avait été entraîné dans quelques choses qui la dépassaient. On lui avait aussi assuré que les simples employés auraient le temps d'être évacué, que sa famille ne craindrait plus rien, qu'elle avait le choix d'accepter ou de refuser, mais le choix elle ne l'avait jamais eu. C'était le genre de proposition qu'on ne pouvait pas refuser au risque de voir une tête tranchée de bantha devant sa porte. Pourtant elle en avait déjà fait trop, en donnant la géolocalisation de la station et le fait d'avoir couvert l'arrivée d'un transport non-autorisé. La jeune femme ne souhaitait en aucun cas être responsable de la mort d'innocents. Alors que sa main glissait vers le dernier terminal de sécurité ses doigts se stoppèrent nette, elle jeta un œil à sa montre, 30 minutes… Dans 30 minutes le convoi piégé allait se poser à bord de la station. Le lieu était une forteresse imprenable frontalement, cependant il coûterait trop chère d'assurer la maintenance de toutes les forces compétentes à l'intérieur de la station. On pensait la taille de la station et son armement suffisamment dissuasif pour éviter toute attaque alors on tenta d'économiser des crédits là ou on pouvait les rogner, par exemple en diminuant au minimum la garnison et les différents vaisseaux de défenses. Non, elle n'était pas un monstre se convainquait alors la secrétaire, elle n'aurait pas de sang sur ses mains. La secrétaire fit demi-tour, elle commença à courir à travers les couloirs d'Ouranos renversant quelques passagers dans sa course effréné. Monsieur Burguess lui pardonnerait après tout ce n'était pas comme si on lui avait laissé le choix, elle était sûre qu'il comprendrait. Dés que Serena rejoint le poste de sécurité le plus proche elle passa la porte des bureaux avant d'atteindre le responsable de sécurité du secteur. La jeune femme affolée hurla à l'homme qu'un convoi piégé se dirigeait droit vers la station, l'homme avait dans la cinquantaine la peau d’ébène et un visage sévère. Après avoir calmé la secrétaire en panique, il récupéra la petite holodisquette qu'elle lui tendit, cette dernière mettait en évidence l'insertion d'un convoi non autorisé. Le temps de sonner l'alarme la navette suspecte venait de débarquer dans le secteur. Les gars de la sécurité avaient bien détecté l'appareil contenant les mercenaires envoyés par Jack. Le convoi de marchandises matriculé 014789-D était suspect et potentiellement dangereux. La vilaine secrétaire qui avait cafté avait espéré se dédouaner de tous problèmes et bien que sa conscience venait d'éviter un premier sacré choc rien n'était fini...

Le patron avait été informé en premier par les agents de sécurités et ce dernier souhaitait tirer ça au clair… Et à sa façon, sa station était bien trop puissante pour pouvoir tomber contre une simple navette… Il ordonna qu'on arrête sa propre secrétaire, il trouvait suspect qu'elle en sache autant. Une fois que la navette arriva dans le champ d'action de la station elle se fit cueillir par les rayons tracteurs d'Ouranos avant d'être arrimé au hangar principal.

Un comité d’accueil entoura la navette et pas de secrétaire en tenue moulante parmi ce dernier, mais bien une centaine de soldats d'élite qui cerclés la navette. Un des hommes prit la parole, sans doute le sergent en charge de l’escouade. Un vétéran de quarante balais qui avait une famille des objectifs dans la vie, en tête de l'équipe d’intervention il s'exprima par le biais d'un interphone.


Nous savons qui vous êtes ! Sortez maintenant les mains en l'air et il n'y aura pas de…


BOOM




La navette tira deux roquettes depuis un interstice dissimulé, les roquettes partirent en plein dans le tas de soldats, la première victime fut le sergent, sa tête fut brutalement arraché par l'impact. Le sang gicla et l'odeur de soufre emplit le hangar. Les hommes engagés par Jack ne faisaient pas dans la dentelle, si la secrétaire ne venait pas au lieu de rendez-vous on appliquait le plan P, P pour pas de pitié. Les mercenaires débarquèrent alors depuis l'arrière de l'appareil, les Inexorables crachèrent tous leurs projectiles sur les différents soldats, se tayant un chemin dans les lignes ennemies, suivis des Traqueurs qui profitèrent du chaos ambiant pour foncer vers les portes du hangar qui était sceller. Les derniers à descendre furent les Ombres camouflés par leurs manteaux bouclier. Les tourelles du hangar commencèrent à canarder sec et rapidement une seconde explosion retentit la navette explosa sous les tirs des tourelles automatiques. Un traqueur tomba raid mort après qu'un soldat d'élite lui ait déchargé son blaster au visage, de l'autre côté une bonne vingtaine de soldats d'élites gisaient raid mort au sol, et une trentaine était grièvement blessé par le déluge de tir et les explosions. Pas le temps de tout nettoyer, la petite équipe se sépara en trois groupes l'un avais pour mission de saboter les communications de la station, l'autre devait détruire une majeur partie du hangar principal et le dernier groupe devait saboter le canon principal d'Ouranos. L'assaut sur la super-station Ouranos venait tout juste de débuter.




Résumé des actions :


- La secrétaire du directeur de l'Inteligence pris de remords trahis Jack et avertis au dernier moment les défenseurs de la station


- Arrivé de la navette Kappa et de son équipage dans le hangar principal (15 traqueurs, 20 inéxorable, 5 Ombres)


- Attaquant :

Destruction de la navette kappa

1 Traqueur tué

Forces restantes : 14 Traqueurs, 20 Inexorables, 5 Ombres



- Défenseur :

20 Soldats d'élites tués

30 soldats d'élites blessés

Garnisons restantes : 10,480 soldats d'élites, 1600 tourelles de sécurités, ***classified***, ***classified***, ***classified***, ***classified***
Avatar de l’utilisateur
By Jack Crypston
#36092
La guerre faisait rage au sein du hangar principale de la station Ouranos, l’attaque surprise des mercenaires permit de créer une brèche au sein du périmètre défensif ennemi. La stupeur profitait aux audacieux, le groupe de Traqueurs qui s’était rué vers la porte principale se mirent à courir dans la direction opposée cherchant à se poster derrière des conteneurs de marchandises. Pendant leur retraite une escouade de soldats d’élite qui s’était réorganisait fauchèrent aux jambes deux des attaquants. Mais à peine eurent-ils le temps de lancer une contre-attaque que leurs corps furent balayés par une explosion. La porte du Hangar fut pulvérisée par des explosifs, le signal venait d’être lancé, le groupe des Ombres et un groupe de 8 Traqueurs et 8 Inexorables se ruèrent dans la brèche. Couvert par leurs compagnons restaient sur place ces derniers réussirent à ne pas essuyer de perte, les tourelles du hangar continuaient à cracher un feu ininterrompu de laser. Abatant finalement le premier Inexorable qui entraîna 12 soldats d’élites et 2 tourelles automatiques dans sa tombe. La bataille chaotique du début se métamorphosa en bataille rangée, les criminelles d’un côté et les gardes de la station de l’autre. Un jeune homme aux cheveux roux et aux yeux marrons membre de la division de sécurité aperçu au sol le bras de son fut sergent d’unité. Sur le membre arraché bipait à plusieurs reprises une montre avec un datapad incrusté, se retenant de vomir le jeune garçon arracha le bracelet du macchabé... Une voix grésillant résonnait alors…

Sergent 1.1.5 je veux un rapport sur la situation au niveau du Hangar principal, je ne détecte plus rien avec mes caméras à cause de toute cette foutue fumée, qu’est-ce qu’il se passe en dessous bordel…


Monsieur le Directeur ?


Qui est à l’appareil ?


Soldat 733 John Tuward monsieur.


Soldat Tuward ou est le sergent 1.1.5


Mort monsieur…


Je vois, quel est le rapport sur la situation en bas ?


À peine la question fut posée qu’une seconde détonation retentit à 15 mètres du soldat Josh. Un des Traqueurs avait réussi à décrocher l’une des tourelles automatiques et en retombant l’appareil avait écrasé la jambe d’un soldat de la sécurité avant d’exploser dans une gerbe de flammes.

Mauvais monsieur, très mauvais, on décompte déjà une trentaine de pertes et tout autant en blessés.


Qui nous attaque ?


Aucune idée monsieur, ces gens sont des mercenaires.


Les Hutts, ils ont finalement osé ses fils de chuta, ils viennent pour moi… Vous ne quittez pas ! [Le directeur de l’Intelligence changea de ligne de com] Ordonnez l’évacuation de la station par les capsules au point de chute 2-4-7, ceci est un exercice cependant simulé l’opération avec le plus de rigueur possible, je veux que tous les civils aient quittés la station d’ici 30 minutes..


Il fallait agir avec lucidité, si les employés se savaient même en danger à bord de la station Ouranos les rats quitteraient le navire et il en serait fini de l’Intelligence. Cependant les gardes de sécurités eux allaient devoir assurer sa propre défense. Tous les contingents seront déployés de sorte que le moindre accès vers le bureau principal soit surveillé et lourdement gardés ces assassins avaient toqués à la mauvaise porte.

[Retour sur le channel de communication du fut segent 1.1.5]Soldat Tuward vous êtes toujours avec moi ?


Il fallut attendre 6 secondes avant d’entendre autres choses que des tirs de Blaster.

Affirmatif mais ça barde ici… Les mercenaires semblent reculer, mais certains ont réussis à passer par la porte principale…


Essayez d’éliminer ceux qui battent en retraite une fois cela fait déployez le reste de l’équipe dans les Halls de la pensée.


… Bien reçu Monsieur… Soldat Joshhh… Terminé…


Groupe Nexxu-1 – Attaque contre la salle des systèmes de communication -



Les traqueurs courraient à travers les couloirs de l’immense station, talonnaient de près par les Inexorables. Se guidant à l’aide des plans complet de la station et esquivant les couloirs bardés de tourelles automatiques le plus possible. L’adrénaline permit aux mercenaires de courir sans discontinu vers leurs objectifs principaux, la salle des communications.

Image


L’immense pièce dans laquelle débarquèrent le petit groupe de mercenaires raccourcis de 3 membres supplémentaires tués par les tourelles automatiques n’étaient gardés que par un groupe de 40 soldats d’élites et une trentaine de tourelles automatique. La salle pourtant répartie sur deux étages avec une colonne principale d’ordinateurs et d’écrans par laquelle tout le réseau de communication externe et interne de la station transitait. Le combat démarra, à nouveaux l’effet de surprise fut du côté des assaillants, le tir des Inexorables commencèrent à déblayés les rangs ennemis. Les Traqueurs eux se faufilèrent à l’étage posant des explosifs le long de leurs ascensions, jusqu’à arriver au niveau des plateformes surélevées.

Cible en visuel.


Il y a trop de tourelles, on va devoir décamper dés que les explosifs seront tous en place.


Ouep, le point de ralliement est au Hangar auxiliaire numéro 3, tachons de ne pas traîner.


Il fallut cependant bien une vingtaine de minutes de batailles acharnés pour qu’enfin les explosifs soient tous placés. Parmi les soldats de la sécurité seul 8 ont survécus en se barricadant à l’intérieur d’un poste d’écoute. Les tourelles automatiques firent un ravage dans les rangs des mercenaires plus de la moitié du groupe fut envoyés paître de l’épice en enfer. Les derniers membres du groupe Nexxu-1 prirent leurs jambes à leurs coups pour sortir leurs carcasses du guêpier dans lequel ils avaient sauté. Pressés par le feu ennemi et malgré leur entraînement de mercenaires d’élites la simple pensée de devoir se sacrifier pour un autre qu’eux-mêmes dans l'instanté refroidit suffisamment les ardeurs du groupes qui força la dose en explosif à cause du stress avant de foutre le camp fissa.

Courrez ça va péter !!!


Je fais ce que j’pe…


Un torse fut traversé par les tirs d’une tourelle, le corps toujours en vie s’affala au sol, l’homme rampe désespérément dans la direction de ses collègues mercenaires.

Bordel… Filez-moi un coup de main…


Pour seule réponse, il n’eut que le bruit des bottes en métal qui ripaient sur le sol, puis le Clic caractéristique d’un détonateur qu’on déclenche… Le mercenaire se retourna faisant face quelques instants à sa mort.

Nan pas comme ça, je veux pas crever comm…


La déflagration secoua la station tout entière, la superstructure tient bon aucune brèche ne fut à déclarer, cependant la salle de communication était complétement perdue. Cette défaillance eut un impacte sur l’organisation adverse qui s’attendait que les "assassins des Hutts" se jettent directement à la gorge du patron. Au final, les attaquants s’étaient éparpillaient dans la station qui s’était vue vidée de ses défenseurs sur la plupart des secteurs éloignés du Bureau du directeur. Bien que la destruction du centre de com fût remarquée par toutes les forces de sécurité, il était désormais impossible de communiquer correctement. Seules les unités équipaient d’un Datapad pouvait encore rester en liaison cependant leurs nombres fut trop faibles pour que tous les soldats puissent se coordonner efficacement. Le repositionnement des défenseurs fut chaotique, des pans entiers de l’immense station ne fut gardés plus que par les tourelles automatiques. Cependant le poids du nombre pesait trop dans la balance pour que ce désagrément ne soit un tant soit peu décisif.



Résumé des Actions :

Attaquant :

Forces restantes : 11 Inexorables, 6 Traqueurs, 5 Ombres


Défenseur :

Destruction de la salle des systèmes de communication (Impossible d’appeler à l’aide, Communication interne ralentie)

Garnisons restantes : Garnisons restantes : 10,424 soldats d'élites, 1564 tourelles de sécurités, ***classified***, ***classified***, ***classified***, ***classified***


Modifié en dernier par Jack Crypston le sam. 14 mars 2020 11:18, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Jack Crypston
#36389
- Un Mois plus tôt -


Les mercenaires avaient été recrutés anonymement en nombre, les opérations s’étaient étendues sur une longue durée afin de coordonner les différents préparatifs. Ouranos allait jeter l’ancre dans un coin épars par le biais d’une voie hyperspatial connu uniquement des pilotes de l’immense station. L’itinéraire n’avait été obtenu qu’à l’aide de la fieffé traîtresse Serena, qui avait également permis d’obtenir des autorisations pour l’accès d’une navette piégé. Les équipes plus restreintes de mercenaires avaient été réévaluées pour savoir comment exploiter leurs talents, la plupart furent retenu pour leurs compétences en pilotages et en combat. Cependant l’une de ces joyeuses équipes de Bandits sur pattes semblaient sortir du lot, beskar'gam sur le corps, blaster au poing, lame effilé dans le dos. Des gaillards du genre à ne jamais pipé mot et à vous dessouder au premier regard de travers, des légendes bien connu dans la galaxie, on ne les présentait plus, un petit groupe de guerriers-mercenaires Mandaloriens.
Celui, ou plutôt celle qui semblait mener la bande du bout du nez était une demoiselle une humaine, pas laide de corps et dépourvue contrairement à ses congénères de l’armure typique des guerriers mandos, elle se faisait appelé Skylar. Mise en dehors du lot, sortie de la masse grouillante des mercenaires plus conventionnelles, la réputation de son peuple n'avait plus à faire ses preuves et surclassa tout naturellement la chef mandalorienne. Après de courtes évaluations expédiées pour s’assurer que l’heureuse élue bénéficiait bien du minimum de bagage pour mener des larges troupes, la dame fut intégrer d'office à la seconde vague afin de coordonner la première attaque globale de la station, à ses côtés pour mener les troupes un wookie borgne du nom de Kazhul et d’une cathar appelé Lysva.


_________________________



- Hangar Principal : -


Image


Une main enfonçait sur le cou, une voix d’un homme porcin se mit à cracher quelques mots.



Les derniers explosifs ont été mis en place.



Bien…




Un regard se tourna sur un champ de bataille…

Les combats s’étaient encore intensifiés dans le hangar principal, la haine exaltait du côté de chaque partie au paroxysme, vengé son camarade tombé, pleuré à son chevet et récupéré sa prime en son nom. Voilà là l’incarnation d’une volonté de détruire son prochain dans le droit respect du code des salopards. La petite troupe mercenaire qui avait débarqué en force se retrouvé acculé. Alors que les derniers traqueurs esquivaient tant bien que mal les tirs de suppressions de défenseur slalomant de chasseurs en chasseurs, ne s’arrêtant que quelques secondes à chaque fois. 20 minutes, plus tôt, les Inexorables avaient repris leurs routes vers le centre de commandement local, investissant une sorte de tour bardé d’appareils de commande et de vitre blindé triple épaisseur, le pic ressortait de l’immense salle grise ou reposaient des centaines de chasseurs, elle brillait de par ses antennes illuminées de petite diodes rouges d’un tel éclat qu’il était impossible de ne pas la repérer. Une sorte de bâtiment de contrôle émettant à basse fréquence et permettant d’établir un réseau de com localisé permettant de coordonner les différentes sections et avant-postes d’artilleries secondaires situé autour de l’ouverture du hangar principale.
2 Inexorables perdirent la vie sous le feu nourri des tourelles détruisant dans un dernier acte 4 de ces crache-morts automatisés. Quelques soldats de la station s’étaient retranchés avec des civils, les hommes armés furent éliminés froidement par les soldats en armure de guerre, laissant cependant les civils dans leurs coins. Civils particulièrement étonné de ne pas avoir été envoyé barboter dans le vide spatial ne se firent pas prier pour s’enfuir se réfugier dans un recoin sombre du bâtiment.


Josh et Gorn ne sont toujours pas rentrés, on fait quoi boss ?



Bordel de dieu…




Alors que l’inexorable vêtu d’une armure noire chromée aux bordures rouges, son épaulière droite marqué d’un dessein rendant honneur à une exotique Twilek dans une position accroupis et délivrant semble-t-il un gracieux clin d’œil à celui qui observait le dessein. L’homme de bon goût porta son bras à son casque.


Ici papa Kinta à engeances dégénérés 1 et 2, rapport de votre situation.




Des tirs et des explosions ne furent au départ que la seule chose qui résonna dans la tête du patron de l’escouade. Une voix tremblant vint finalement répondre à la question.


… On douille sévère Josh s’est pris un éclat de duracier dans la jambe droite, il pisse le sang et j’ai pas de quoi couper l’hémorragie.



Arrgh… frérot j-e…



Putain de merde, il nous faut un tir de couverture pour qu’on puisse se tirer de ce guêpier…..



Je vois. Ne bougez pas.




D’un geste de la main, le mercenaire sauta de réseau de coms en réseau de coms afin de visualiser la situation pour les forces restantes qui s’étaient enfoncés plus en profondeur dans la station.



Groupe d’assaut Nexxu on arrive vers vous d’ici 5 minutes on a fait sauter les communications ennemies comme prév-….



À nouveau le commandant sauta de ligne pour savoir où en était le dernier groupe d’attaque.


… … …




Mais cette fois-ci, il n’y avait ni explosion ni cris, seulement un silence pesant…


_________________________


- Canon Principale -


musique d’ambiance


Le chaos engendré par le manque de ligne de coms disponible dans les rangs adverses ne paralysa néanmoins pas tous leurs agissements. Au-dessus d’une pile de cadavres une femme dans une armure de cuir épousant ses formes, ces doigts crépitant d’énergie, sa botte encastrée dans le crâne d’un macchabée semblait recevoir des instructions


Image






Cibles appréhendés monsieur.

Bien, très bien. Vous avez pu obtenir des informations au sujet de nos agresseurs.

Rien, cependant, il n’est pas difficile de deviner qu’ils sont ici pour capturer cette station au vue de leurs modes opératoires.

Oui, je n’ai plus accès à toutes mes lignes sécurisés cependant même si j’ai été en partie muselé je ne suis pas encore rendu aveugle. Ils ont investi le hangar principal, j’envoie des forces les abattre. Attendez-vous cependant à apercevoir des renforts ennemis.

Je pars dans leurs directions ?

Non rejoignez les biosphères assurez-vous que nos scientifiques puissent prendre nos vaisseaux d’évacuations sans heurt.

Bien reçu.












_________________________


Alors commandant ? On fait quoi ?


Faites sauter les charges.


Ya pas des gars à nous en bas ?


Non, ils sont morts.



Une main de fer sorti d’un étui en cuir un petit appareil, un petit déclic résonna dans la tour, un capuchon en métal s’ouvrit laissant apparent un épais bouton rouge.


Bien verrouillez les vitres avec la protection anti-explosion…



Plus bas les derniers soldats d’élites avait entouré la tour de contrôle et s’apprêtant à se lancer dans un assaut. Au pied du bâtiment deux mercenaires rampaient vers le seul accès disponible, ils étaient à quelques mètres de la porte salvatrice … Un rideau de fer s’abattit. Chaque accès de la tour de contrôle se verrouilla devant leurs yeux.


Qu’est-ce que… Mais c’est une putain de blague !?



Le traqueur tirait son compagnon inerte sur ses épaules, également blessés son poing rageur s’abattit sur l’entrée qui s’était fermé devant ses yeux. Allumant désespérément le feu sur les défenseurs qui n’étaient plus qu’à quelques pas, il hurla de rage dans le vox.


Bordel de merde ! Ouvrez-nous on est juste en dessous.



Plus haut, on n’entendit pas la voix lointaine et désespéré qui suppliait, seule la pression légère d’un doigt sur un détonateur résonna, se fut la seule chose qui compta vraiment, se fut ce clic. Puis un souffle un tremblement. À nouveau la superstructure de la station trembla dans ses fondements… Le hangar venait d’être nettoyé de ces précédents occupants.


Activez la balise nous avons fait notre part du job, aux autres de faire le reste.



Un message fut retransmis depuis une balise à courte portée, les flottes mercenaires qui s’étaient tenu éloignés déployèrent la première vague d’assaut globale.



Modifié en dernier par Jack Crypston le sam. 14 mars 2020 11:51, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Jack Crypston
#37353
- Station Ouranos Espace -


Dans l’espace, les chiens du beau Crypston sortirent d’hyperespace prêt à mordre tout ce qui bouge sans que rien ne puisse les arr… La Station Ouranos, colossale structure de titane, de duracier et autres matériaux lourd... la chose était, immense, flottant non loin d'une lune beigné par les rayonnements d'un soleil bleu …


La station était le genre de projet dont seuls les corporatistes avaient le secret... Ou l’empire mais avec tout de même moins de classe et moins d’envie génocidaire. L’enthousiasme de se faire de l’argent facile retombait étrangement, les mercenaires de chaque équipage se regardaient dans le blanc des yeux, certains des plus petits groupes se disaient qu’au final être vivant c’était pas si mal et on entendit plus jamais parlé d’eux ni de leurs vaisseaux qui firent demi-tour aussi sec. Les plus grandes compagnies avaient une réputation à tenir et puis si tout se passait comme prévu dans le plan pas de raison que ça ne marche pas. Pas vrais ?

Trois Flottes s’avançaient suivit de loin par deux petits vaisseaux appartenant à de petites bandes de mercenaires. La phase deux du plan était enclenchée, à la tête des trois monceaux de flottes, trois des quatre chefs engagés des plus grandes bandes de forbans.


- Bureau du Directeur de la Station -


Un homme se tenait assis sur un large siège face à une baie panoramique qui laissait une vu directe sur le petit rassemblement de mécréant qui était venu guerroyer sur ses terres.


Monsieur signatures multiples dans l’espace.


Un homme en tenue classieuse s'approchait, un dossier de flimsis en main.

Je vois... Ces... animaux passent à l’assaut.


Notre liaison est toujours coupé avec une partie des postes d’artilleries doit-on...


Laissez les s’approcher et chargez nos batteries défensives leurs vaisseaux sont trop petit pour qu'on puisse les cibler correctement, une fois assez proche ils auront plus de mal à manœuvrer pour profiter des angles mort... Passez moi le sujet 0.


Comme vous le souhaitez monsieur.



- Station Ouranos Espace -


- Equipage Sindur -


Préparez-vous à contourner sur le flanc droit notre objectif est d’escorter les groupes d’abordages jusqu’au Hangar principal.



Signature énergétique inconnu en provenance de la station.



QU’est-ce que… Le canon principal devait être désactivé.



Quels sont les ordres ?



Poursuivons la manœuvre plein gaz les moteurs et désactivé l’armement principal, nous ne récupérerons pas cette station avec nos canons.


Les 5 corvettes Marauder – 3 corvettes Crusaders entament un mouvement de flanque sur la station en direction de son hangar principal. Les corvettes des mercenaires filent à travers l’espace sombre et inhospitalier avec une grande célérité.



- Equipage Paltak -


En ce jour glorieux, nous verserons toujours plus de sang !



YAAAAAR !!!


Braya en réponse une horde de soldats armés jusqu’aux dents à bord des différents RZ-52.

Les 3 frégates intercepteur – les 30 RZ-52 chargent, armes complétement éteintes, bouclier au minimum une ruée en direction du hangar principal.


- Equipage Sburr -


Y'a comme une cou**** dans le potage, nos meilleurs hommes ont été déployé et devaient nous tenir informé de leur statut et de leurs positions dans cette foutue station.


Que fait-on ?


On reste éloigné armes et boucliers prêts et chargés, nous couvrirons nos alliées de loin… Et que tout le monde se tienne prêt à battre en retraire à mon signal.



La Frégate Vengeance – les 2 Frégates Intercepteurs – et les 24 StarViper se tiennent éloigné de la station les armes prêtent à répliquer pour couvrir leurs camarades plus téméraire.



- Bureau du Directeur de la Station -



La flotte ennemie se rapproche dangereusement de notre périmètre de sécurité.



Bien envoyez notre premier avertissement à ces déchets, que l’œil décharge sa puissance.


Dans les entrailles de la machines l’énergie convergeait vers un point précis. Une sphère de 500 mètres de diamètres hérissés d’un tube d’un kilomètre de long. Une alarme retentissait dans les salles de la sphères, les lumières passèrent au rouge, le sol se mit à trembler. Alors que les artilleurs du canon principal actionné les derniers préparatifs. Et…




Image


- Boom. -


Un projectile énergétique fut recraché, l’embout qui formé l’œil se teintant d’un bleu cyan. Le projectile unique laissait une traînée violette sur son passage faisant croire à un rayon continu. Arrivé au niveau des trois grandes ailes de la station le projectile fut foudroyé d'une nouvelle décharge d'énergie avant d'être propulsé sous la forme d'une immense sphère violacé sertie d'une queue de comète scintillante. Une corvette marauder avait été ciblé, il n’en restait que des débris métalliques dérivant dans l’espace.


Une première cible éliminé.



Bien activez nos défenses.



Au vu de leurs positionnements et de leurs tailles ils risquent de rapidement échappé aux gros de nos armes.



Ayez confiance en la peur lieutenant.


- Station Ouranos Espace -


- Equipage Sindur -


C’est calme, trop calme… Temps d’arrivée avant de rejoindre la trajectoire cible ?


6 minutes 22 monsieur.


Accélérez encore j’ai un mauvais préss…


La formation de corvette avançant en pointe fut frappé par un rayon violet réduisant à l’état de rien du tout l’un des vaisseaux de la formation. Quand l’éclair lumineux illumina l’espace les membres d’équipages restèrent incrédule, instinctivement le convois ralentit. Et le reste des ennuis s’abattit l’ensemble des postes d’artilleries encore en état se mettant à cracher un flot de laser afin de tailler en pièce les flottes qui avaient osé défier la station, rapidement les boucliers des corvettes crusader furent balayés et une frégate maraudeur fut salement amoché. L’équipage de la Compagnie Sindur prirent tout autant de temps pour comprendre ce qui leur arrivait, avant de lancer une manœuvre d’esquive désespéré.

- Equipage Paltak -


Mes guerrier la porte au combat s’ouvrira bientôt à nous ! Que vos armes soit prêtent à faire couler le sang !


Le chef de bande s’évertuait à hurler sur les terminaux de communication de ses vaisseaux. En arrière une corvette qui était censé les supporter finit broyé par l’étau d’un seul tir. Les hurlements bestiaux que poussèrent les membres de la horde de Paltak résonnèrent fort, des hurlements d’excitation. À bord de la frégatesv intercepteur en tête de ligne, le chef de la horde de Palrak constata l’œil brillant l’explosion violette… c’était hor… horiblement magnifique ! Le déluge de tir qui suivit l’explosion brutale ne perturba pas la volonté de la horde de Paltak cela exalta les tarés qu'ils étaient eux et leurs envies de charger arme à la main prêt à en découdre.

Raaah Ceci sera notre plus grand combat mes guerriers !


RAAAAAH


Hurlèrent en chœur les groupe de Paltak

- Equipage Sburn -


Qu’est ce que…


Une corvette allié disparut dans un nuage violet, déchiré en deux par la force d’un tir colossal suivis d’un déluge de rouge, de verts et de bleus tous convergeant vers les vaisseaux alliés.

Que fa...


Le capitaine à la prothèse militaire au bras et à la jambe, buvait une grande gorgée de whisky corellien de contrebande. Relevant son faux cache œil pour mieux voir le théâtre d’opération.

Vous êtes pas borgne ?


Bah... non.


Je... Hum... hum, que fait-on ?


Ça c’était pas dans le plan, on couvre encore un temps ces débiles et dans le cas ou ils sont pas foutu d’accomplir leurs boulots on se tire.


Bien reçu.


La bande de Sburr restée en arrière, commençait à tirer avec l’armement de leurs vaisseaux. Les projectiles à hypervélocité de la frégate Vengeance passait les bouclier de l’Ouranos ce qui se révélait être le plus efficient, le bouclier de la station n’oscillant pas d’un iota face aux armes énergétiques. Les batteries défensive de la station répliquèrent, la position plus éloigné la bande de Sbur permit à leur flotte de ne subir que des dégâts modéré.

- Bureau du Directeur de la Station -



Deux de leurs flottes ont été ralentis, une continue à converger dans notre direction.


Concentrez-vous sur celles qui fonce sur nous.


Négatif, nos postes d’artilleries actifs ne peuvent pas les atteindre.


Pourtant il reste des postes de tir actif ici et ici.


Le directeur de l’Intelligence pointait du doigt les postes d’artilleries situés au niveau du hangar principal qui avait … subit le gros de la première attaque.[/color][/background]

Nous sommes en connexion, mais nous n’avons plus de réponse.


Envoyez notre chasse depuis les hangars auxiliaires quand je vous en donnerai l'ordre.


Je vais essayer de faire parvenir le message. Mais leurs vaisseaux sont trop petits pour notre artillerie lourde.


Effectivement... je crois avoir compris quelques choses... Où en est l’évacuation de la station ?


Le pôle scientifique est en train d’être évacué, mais ça risque de prendre encore du temps.


Envoyez des groupes de soldats sondés les zones avec lesquelles nous n’arrivons plus à communiquer, nous devons regrouper nos forces.



Résumé des Actions :


Avatar de l’utilisateur
By Jack Crypston
#37467
- Espace -

- Horde Paltak -


Le rouge régnait en maître ici, tout en était imprégné, cette aura sanguinolente se reflétant sur un sol en duracier gris marqué de petit cercles réguliers. Une grande boite de ferraille empestant le carburant et la sueur. Des soldats se tenaient droit, raccrochés à une simple barre, leurs mains solidement amarrés sur cette tige qui tangué en écho avec la structure du vaisseau. Les hommes et les aliens qui se dressaient à l’intérieur étaient silencieux, leurs yeux rivés sur un écran rattaché vulgairement par quelques câbles et écrous soudés à la va-vite. Le visage nu et pour la plupart scarifié, les guerriers qui chevauchaient la foudre serrés leurs armes contre leurs torses.

Un grésillement sur l’écran qui se mit à crachotés une bouillie informe de pixels… Le combat…

... ... ... Brogl,

Un Aqualish les appendices buccaux suintant de salive se frottant à intervalle régulier, le corps encastré dans une armure noir aux bords lissés. La lourde vibolame attaché dans le dos, le blaster rangé dans son holster à sa ceinture.


Le Grand moment à commencé ! Notre attente est enfin récompensée…. Pour le grand créateur !


POUR LE GRAND CRÉATEUR !!!



La galaxie était remplie de tout genre de mercenaires… Les fanatiques existaient, cependant leurs existences se révélaient bien souvent raccourcis. Alors que résonnaient dans les boîtes de métal des cris bestiaux. Les RZ-52 déployaient leurs pinces comme des mandibules prêtes à mordre le métal, en tête de pont 2 frégates intercepteur s’abattant sur ces dernières la pluie de laser, comme des abeilles sortant de la ruche des X101 des chasseurs sortant de hangars auxiliaires se jetèrent dans la mêlée, rapidement les larges navires se disloquèrent dans des déflagrations colorées. Leurs sacrifices permirent aux transporteurs de faire vrombir leurs accélérateurs et pour une majeur partie d’entre eux goûter la chair de métal.

- Equipage sindur -



Les cris résonnaient au sein des vaisseaux du groupe Sindur, point de cris de joie ou d’envie déraisonné d’hémoglobines au contact de leurs dentitions. Des hurlements de protestations en plein milieu de l’enfer, au sein de la corvette principale Josh, fait pirate contre sa volonté tendant les mains en direction d’un groupe de soldats particulièrement enragé.

Nous sommes en plein champ de Bataille….


On doit fuir, cette histoire pu…


… Il a raison, on a déjà trop perdu dans ce bordel.


Mais pas du tout, on doit rester, sinon on aura définitivement tout perdu bande de co…


Au milieu des disputes, un zabrac se frottant le crâne, posté à quelques mètres de hauteurs du reste de la masse qui s’était agglutinés autour des fosses du vaisseau gênant les pilotes du bâtiment. Définitivement, l’ex marchand aurait dû rester Iridonia , quelle idée de vouloir partir à l’aventure…

Au grand désarroi de l’équipage de Sindur le temps ne s’était pas arrêté, les tirs désorganisés du camp adverse réussissaient à faire mouche et rapidement les vaisseaux des braves bien que suffisamment véloce pour esquiver une partie du torrent de laser voyaient leurs défenses s’évaporer.
La corvette immobilisée commandé par le capitaine Josh étaient sur le point d’être broyé par les turbolasers, les autres corvettes quant à elles allaient bientôt perdre entièrement leurs boucliers.

- Equipage Sburn -


La chance n’avait pas jusque-là sourit aux anciens sbires de Tyber, cependant les choses pouvaient toujours s’inverser. Un appel lancé depuis la station, les premières troupes d’assaut les contactaient. Assis de manière nonchalante en dévorant d’une main une pomme de Naboo Jack (pas le vrai) vit apparaître un petit hologramme orangé sur l’accoudoir droit de son fauteuil.


Patron ?


Vous avez mis un sacré bout de temps pour me contacter.


On a eu pas mal d’emmerde avec le transpondeur portatif…

Du coup rapport de la situation ?


C’est un merdier monstre, on est plus que onze, tous les autres ont cassé leurs pipes.

L’inexorable qui contacté le grand patron s’était dévêtu de son casque, laissant découvrir un visage taillé au burin, la barbe épaisse avec des yeux de hiboux légèrement globuleux, un bâtard d’un humain et d’une cathar. L’imposant soldat était plaqué contre un mur, ses hommes assis en cercle patientant dans la tour de contrôle barricadé.

S’arrachant avec sa vibrolame planté entre deux incisives un félon morceau de fruit coincé, Jack (toujours pas le vrais) se rapprocha de l’hologramme.

Mouais… Cette histoire va nous coûter plus que huit millions…



Vous aviez des doutes là-dessus ?


Pas vraiment, cela dit je savais qu’on allait se renflouer... autrement.


Le ton emprunté pour terminer la phrase était malicieux, jonglant avec un trognon avec sa prothèse l’ancien sbire étoilé de Tyber jeta ses jambes en arrière.

Je sais que pour la suite du plan un petit groupe de mercenaires va filer droit vers les usines de cette station pour choper le contrôle des unités mécanisés. Envoyez des gars les filer, on pourra peut-être soutirer de quoi nous rembourser. Sinon pour le reste suivez de loin le gros de la masse et passez derrière prendre des trucs de valeurs.



Bien reçu.







- Mercenaire ??? -



Devons-nous intervenir ?


À bord d’un vaisseau cargo hautement modifié, sur une petite table de projection holographique entouré par un sofa aux bords arrondis. L’image diffusée n’était qu’un amas de bleu sans forme, la voix était filtré, déformée par les nombreuses couches de sécurités appliqués.


Allez-y mes cailles, je veux une armée de tas de boulons ! Et vite !


Quatre mercenaires entouraient la table et écoutaient cette voix grésillante qui harassaient les oreilles. Les gaillards étaient des types compétents, pas forcément les plus grosses pointures des mercenaires, des rang A des vétérans qui ont récemment décroché le ticket d'or de la première lettre d'alphabet, pas des rigolos non plus. Un Ithorien au chapeau épais, un Wookie à la fourrure grisonnante, un Devaronien avec la moitié de la bouche mécanisé et un Cragmoloide à la trompe seyante pendante sur le torse de son imposante exo-armure.

Des consignes particulières ?


Pensez bien à prendre ce que je vous ai donné ainsi qu’un transpondeur haute fréquence, vous êtes tenu d’être mes yeux et mes oreilles.


Un intérêt particulier pour qu’on cette traîne avec une carte de donner de 24 Quantillabits vierges ?


Un chef avisé prépare toujours ses plans à l’avance…. Enfin le chef avisé sait également quand le plan de base sent le bathan mouillé….



- Hangar de la station -




La tour de contrôle qui trônait désormais seul dans les ruines d’un champ de bataille, ou ruines fumantes de chasseurs, vaisseaux, corps et autres carcasses de tourelles gisaient au sol. Mais la vie, parasite de son état pénétra par les portes principales qui avaient été dynamitées tantôt, une vie organique qui se déversait à grande enjambée. Les casques blancs de la garde de sécurités avaient germé de manière uniforme, la salle de huit cent mètres en était constellée.

Plus haut dans la tour, sur leur nid de pie les anciens agents du consotrium veillait sur la basse-cour, le regard mauvais.


Ça fait un sacré tas d’ennemies… Notre petit pot de bienvenue est prêt ?



Un Traqueur afféré à percé les codes d’un terminal se retourna légèrement.

Bientôt, il me faut juste tourner ça et….



Un flash lumineux, les écrans bipèrent en cœur laissant défilé des lignes de codes incompréhensibles.

Alors ouvrons à ces gentils messieurs les portes de notre hospitalité…



Une si gentille invitation, si difficile à refuser... Un levier fut abaissé et la lumière bleutée qui illuminé l’ouverture du hangar principal menant droit vers l’espace émit quelques soubresauts, faiblissant et s’éteignant dans un dernier râle… Il n’y avait désormais plus de séparation entre le grand vide et l’intérieur de la salle, les champignons blancs qui y étaient apparus spontanément repartirent aussi vite qu’ils étaient venus… La cueillette d’automne avait été bonne… Bien que quelques réfractaires tentèrent de se raccrocher à ce qui leurs passé sous la main, rapidement le résultat en demeura inchangé, les corps de centaines d’individus se mirent à flotter dans le grand froid de l’espace. Les portes de sécurité s’enclenchèrent automatiquement, dépressurisant une salle en zéro gravité. Les battants argentés se verrouillèrent avec fracas, il n’y avait au départ qu’un silence retrouvé pesant, suivi finalement d’étincelles et du cris du métal, des dizaines de mandibules d’acier venaient de pincer la superstructure et commençaient à se tailler un chemin.

Rapidement l’acier céda à la fusion et des ouvertures se formèrent accompagné par un chant de plaques circulaires choyant au sol. Se déversa alors une nouvelle forme de vie, furieuse et prête à en découdre. Comme une nuée de sauterelles des centaines de guerrier fusil lourd à la main commencé à charger mené en tête par un impressionnant Aqualish à l’armure noir.

La horde de Paltak avait essuyé de nouvelles pertes infligés par les quelques chasseurs et autres défenses laser éloigné qui avaient défendu l’entrée principale, mais leurs charges avaient pût être accomplis. Alors que les troupes sanguinaires sautées en trombe de leurs cercueils de métal, atterrissant au sol dans un grand bruit de caoutchouc, leurs rangers frottant la surface rugueuse d’un sol en acier recouvert de suie. La horde avait à peine pénétré Ouranos qu’il fonçait tête en avant dans les entrailles du géant de métal.

Dans ce capharnaüm une dernière torche se dessina sur l’immense voile d’acier qui avait clôturé le hangar. De l’autre côté du mur de duracier un petit vaisseau cargo avait planté ses serres aimantées et s’était taillé son propre troue de souris. Trois mercenaires chargés d’impressionnant paquetage descendirent en rappel. Jetant un regard à droite puis à gauche, la petite bande s’insurgea dans une gorge auxiliaire de la station empruntant des couloirs de services et autres petites passes pour éviter ce qui risqué de devenir le gros d’une ligne de front.

Une porte automatique ouvrit sa bouche en demi-cercle, ressortant à pas de loup depuis une tour, onze hommes armés, deux ombres se lancèrent à la suite de la bande des trois et neuf gorilles en armure blindé suivirent la horde animale…

Résumé des Actions :


Avatar de l’utilisateur
By Jack Crypston
#37592
Bataille - Station Ouranos - Canon Principal (Œil d’Ouranos)


- Horde Paltak -



Une marrée d’orange et de plaques métalliques clinquantes, une vague beuglantes et salivantes armes bien au clair qui couraient à travers des intestins métalliques sans fin. Quelques tourelles eurent la mauvaise idées d’être sur le chemin de ce torrent de violence, les tourelles coupables n’étaient plus que des petites piles de métal grésillantes et fumantes, les portes de sécurité automatique n’eurent guère plus de chance. La vague de violence déboucha dans une immense hall. Un noyau à la taille colossale trônait au milieu fièrement, harnaché de quatre poutre elles mêmes raccordé par d’autres tubes et poutrelles de large tailles, serrés par des écrous à la tête creuse rebondit. L’espace entre les plateformes et le noyau énergétique maintenu en l’air par les colonnes de ferrailles était rien d’autres qu’un large vide ou on pouvait distinguer dans le lointain des plateformes aux niveaux inférieurs. Par dessus le niveau médian à l’équateur de l’immense noyau des plateformes supérieurs de maintenance.

Soit au niveau médian la porte principale rectangulaire, haute de vingt pieds de haut tremblant dans ses fondements finit par rompre dans un craquement sourd. Les deux battants s’affaissant lourdement. Les gardes de l’œil du monstre de fer se retournèrent de manière synchrone, dans leurs tenues blanches bardé de quelques traits noir comme pour souligner un galon qui n’avait plus vraiment de sens maintenant. Depuis leurs visières bleus homme et aliens suèrent à large gouttes, leurs mains se serrèrent sur leurs armes.

Étripez ces vermines et capturez les survivants mes élues !


La horde Paltak rugit comme une seule entité, leurs armes laser crachèrent une furie détonante, les gardes et les tourelles y répliquèrent avec hargne. Le combat ne s’éternisait pas, alors que des troupes de mercenaires arrivaient dans une marée vivante couvrant de loin leurs camarades qui bondissaient vibrolame au poing, submergeant telle une nuée de sauterelles les positions adverses. Rapidement le combat se changea en boucherie, les armes tranchés les armures de blanc, les tourelles automatiques finissaient grésillante de non-vie et les mercenaires mourraient un sourire ou une grimace horrifié sur les lèvres.

Les escarmouches poussaient toujours plus loin les défenseurs forcés de quitter l’abri des poutrelles et autres barricades de fortune pour ne pas finir découper en rondelles. Un véritable bélier avait enfoncé la porte. Quelques soldats posaient sur les plateformes supérieurs avaient posés leurs fusils sur des rambardes. Alors que ceux sur les hauteurs faisaient craché le feu de leurs lasers, les troupes au sols répliquaient avec des armes lourdes. Une roquette à la tête rouge fut projeté sur les jonctions porteuses d’une des plateformes plus élevés…. Cette dernière s’écrasa dans un vacarme tonitruant en contre-bas emportant dans sa chute une plateforme inférieur et un monceau de 10 mètres carré de la couche intermédiaire. Un gouffre s’était généré sur l’un des axes circulaires qui entouraient le noyau de l’œil.

Bientôt seuls les râles régnèrent, la strate médiane qui entourait le cœur de l’oculaire en son centre qui était clairsemés d’une route unique qui bifurquait en deux branches qui suivaient le diamètres de la sphère centrale en deux chemins d’une quinzaine de mètres de larges transpercés par quelques conteneurs et autres véhicules de maintenance abandonné sur place et des barrières de sécurités entourant ses bords.



La victoire est notre, le grand Créateur nous sourit encore !


Les morts étaient tombés de chaque côté au final malgré l’entraînement bien supérieur de la Horde de Paltak les pertes se faisaient ressentir, les tourelles automatiques avaient clarsemé les rangs des premières escouades.

Sir, nous avons des prisonniers qu’en faisons nous, l’exécuteur souhaitait récupérer les survivants.


L’exécuteur aura assez d’esclaves, il faudra bien que nous puissions nous y retrouver pour continuer à mener croisade au nom du grand créateur !


La horde Paltak révélé son vrais visage, 8 millions représenté une somme, cependant pas suffisante pour combler les pertes à elles seuls… L’esclavage était un palliatif suffisamment lucratif pour continuer à mener des croisades sanguinaires au nom d’un Créateur qui n’était rien de plus que l’exutoire d’une haine d’un groupe d’individus.

Posez les charges et affrétons nous, le temps risque à nous manquer.


Bien Sir !


Aqualish salivait d’avance, ses brebis posèrent des charges de baradium hautement instable sur l’ensemble de la circonférence du coeur de l’oeil d’ouranos. L’appendice était un corps étranger qui avait transplaner par le propriétaire actuel de la station, cependant cette amélioration dévastatrice avait un coût, une puissance de feu démentiel en contre partie un point faible.

L’explosion du cœur allait infliger des dégâts non négligeables sur l’ensemble de la structure de la station et surtout désactiver ses boucliers. La phase 3 du plan pourra alors être enclenché.

Les charges sont posés Sir.


Alors allons nous en mes fidèles, il est temps de rendre le jugement du Créateur !


JUGEMENT DU CRÉATEUR


La horde de Paltak se divisa en deux, la majorité des forces se dirigea vers des boyaux métalliques inconnu, un plus petit segment conduisait la colonne des survivants ennemies vers leurs vaisseaux afin qu’ils les accompagnent pour leurs nouvelles vies...


Espace




- Equipage Sindur



Cette fois-ci s’en est trop ! Su au capitaine !


Une mutinerie comment osez vous raclure de Bantha !


Dans la corvette Marauder de commandement du capitaine Josh c’était la fin. L’histoire d’un marchand qui n’avait pas été capable de tenir ses hommes qui l’avaient poussé à la piraterie, le récit d’un échec d’une vie. Alors que ses hommes s’évertuaient à s’entre-tuer dans les fosses, sortant blaster et vibrolames s’étripant gaiement, le vaisseau qui n’avançait plus faisait face à une dernière averse de tirs recraché par la station de combat.

Le Zabrac avait les coudes affalés sur le tableau de bord, les poings enfoncés dans les joues, le visage désabusé. L’âme d’aventurier qui était toujours dans le corps de l’ex-habitant d’Iridiona souhaitait contempler une dernière fois les étoiles…

La corvette de commandement termina en miette pulvérisée par les turbolaser, les autres vaisseaux de la flotte de Sindur battaient déjà en retraite, mais rapidement l’ensemble des vaisseaux du Zabrac terminèrent bloqués sous le feu ennemi.

- Equipage Sburn



Hum ça, ce n’est pas bon…


Depuis son siège de bataille, Jack (pas le vrai) regardait un sourcil légèrement lever en directions des épaves de ses « alliés ». Ils n’avaient pas fait long feu, l’effet de surprise était visiblement terminé et au combien l’ennemie était désorganisée ce n’était plus qu’une question avant que tous ceux qui étaient venus défier la station terminent grillé.

Monsieur, je crois que les tirs commencent à se focaliser sur nous… La station se rapproche…


Ce machin peut bouger, enfin je veux dire sans faire des sauts en Hyperespace ?


Visiblement oui, mais pas assez vite pour qu’on soit débordé boss, que fait-on ?


Logiquement on devrait plier bagage et s’enfuir fissa…


Un des mousses tout affolés gesticula depuis dans les fosses du vaisseau et coupa son patron.

S-signe-nature é-énergétique énorme c-cap-pitaine…


L’œil de la station s’était teinté de violet et faisait face aux anciennes frégates datant de Zann.


Activez le manteau bouclier et pleine puissance dans les moteurs… On se tir…


BROUM.

Une déflagration colossale zébra l’espace, une explosion multicolore qui emportait en son sein des milliers de débris. Plusieurs halos bleu était soufflé de part en part une colonne de plasma jaillit depuis l’immense lentille de focalisation de la station. La structure entière gémit et des plaies ouvertes se formèrent recrachant des champs électromagnétiques produisant des arcs et des implosions internes partout sur le corps de métal. La lumière violette qui animait le centre de la construction s’était tue, Ouranos était désormais aveugle…





Bataille — Station Ouranos – Récupération des Renforts (Bloc Recherche et Développement de la station)


- Groupe de mercenaires -


Des civils couraient encore au niveau de la section R&D, la lumière rouge était désormais le seul éclairage dans les pièces et les couloirs. Une secousse sans précédent avait mis sans dessus de sous l’espace interne de la station. Le Bloc de recherche et développement était encore différent des habituels couloirs et grandes salles, une sorte d’immense dôme de duracier recouvrait ce qui ressemblait à une petite ville sous cloche. Des bâtiments rectangulaires, des tours avec des écrans publicitaires qui ne diffusaient plus que de la neige et même des petits véhicules laissaient à l’abandon émettant des sons stridents à intervalles réguliers. Cette petite cité était plongée dans un noir quasi total, quelques éclairages de secours permettaient de discerner la forme des bâtiments et les routes tordues. Des gens couraient, peu nombreux les petites fourmis essayaient de trouver une zone d’évacuation. Dans tout ce chaos, un petit groupe d’hommes en armure lourds s’affairaient dans un sous-sol d’une immense structure rectangulaire.

On en est ou avec la porte ?


J’y suis presque…


Les tas de boulons vont nous retrouver.


Je fais ce que je peux merde !


Dans les niveaux inférieurs, les mercenaires en communication directe avec Jack s’étaient frayé un chemin dans les halls et différents bureaux du plus grand centre de recherche de la station. Leurs objectifs visaient à mettre la main sur le stock de droïdes contenu dans la « cave ». En empruntant les accès de service, la descente fut longue, la secousse provoquée par l’énucléation d’Ouranos n’aida pas. Obligé d’avancer dans le noir tout en résistant aux assauts incessants des gardiens du lieu…

En revoilà bordel !


Image


Fumez-les !


Sortant plusieurs armes différentes les mercenaires tiraient à vue sur des silhouettes effilées qui avançaient en rang serré. Des machines… celles si répliquèrent avec leurs armes, plusieurs tirs ennemis touchèrent les plastrons des sacs à viande et infligèrent quelques entailles légères aux vieux baroudeurs. Les machines qui les attaquaient n’étaient pas forcément mortelles individuellement, mais elles arrivaient par vague et leurs nombres toujours plus croissants finiraient par venir à bout des vétérans.

C’est ouvert, tout le monde à l’intérieur !


La porte ronde qui sépare les soldats de Jack de l’ordinateur central céda, tout était à portée de bras, traversant en courant les différentes passerelles suspendues depuis lesquelles étaient accessibles d’immenses serveurs de stockages de données. Là encore l’éclairage était rouge sanglant, la luminosité agressée les yeux et les bruits de refroidisseur produisaient un boucan d’enfer.
Une pièce tertiaire ovale contenant un immense tableau de bord débordant d’interrupteur et d’écrans trônait au centre, plusieurs chaises avaient été abandonnées, des repas froids laissaient à l’abandon par les anciens occupants du lieu.

Verrouiller moi les accès…


Le Chef de la bande laissa ses hommes poussés les chaises devant le seul accès, ces derniers étaient piégés comme des rats il n’y avait plus qu’à espérer que le bon patron n’allait pas les abandonner. Posant une balise au sol, dépliant quelques petites antennes paraboliques à moitié accroupi le Cragmoloide pesté de frustration en essayant de faire fonctionner son appareil… jusqu’à finalement entre le petit grésillement voulu…

Est-ce que vous me recevez ?


grésillement inaudible

Bord…


Al... lo ? Aa… aaah je v... vous ente… nds, mais dif… icillement


Il nous faut votre tour de magie maintenant !


Je v-ais avoi… r bes… oin d’une mei… leure connexion


Le mercenaire se gratta la tête, la salle des serveurs semblait être séparée du reste du réseau de la station et posséder leurs propres générateurs pour éviter qu’en cas de pannes ou de court-circuit que les bases de données soient toujours alimentées. L’appareil qui permettait de maintenir une connexion lui manqué de puissance pour la suite la profondeur et les couches successives de blindage pour essayer de protéger au maximum ce lieu nuisait pour la communication…

Vkokk amène toi et aide-moi à brancher ça aux réseaux.


Il n’y a pas d’antenne ici vous voulez relayez le message avec quoi ?


On va détourner une partie du courant de ce trou.


Ça risque de faire griller notre transmetteur et n’importe quels troufions avec un peu de matériel vont pouvoir zieuter nos échanges de données.


Leurs salles de com est en miettes ils pourront pas nous couper, alors tant pis on doit faire comme c’était prévu sinon tout va foirer.


Arrachant un panneau de maintenance sous la console et étirant plusieurs câbles d’alimentations, le transmetteur puisa rapidement dans les générateurs de secours localisés. Les petites paraboles de l’appareil se mirent à ronronner et à tourner à toute vitesse.

Vous nous entendez ?


Je vous entends parfaitement.


Alors lancé la connexion, mais faites vite cela risque de griller très rapidement.


Allumez cette console et assurez vous que rien n’interrompe ce signal je m’occupe du reste.


Les mercenaires haussèrent un sourcil avant de s’exécuter en silence, l’entrée principale commençait à trembloter, le comité d’accueil les avait retrouvés.

Jack était dans son bureau, assisté de son droïde majordome le milliardaire allait lui aussi devoir jouer son rôle dans ce combat. Les doigts et les yeux du play-boy s’agitaient à toute allure, il fallait agir vite, passer les différents par feu de l’ordinateur central et essayait d’accéder aux zones de stockages ou étaient entreposés les droïdes… à l’aide de différents logiciels de slicing dernier cri l’ex-programmeur Crypston finit par venir à bout des systèmes de sécurité. Avant de s’engouffrer rapidement dans les zones souhaitées.

Tous les droïdes de la Cryptson avaient le même fonctionnement que ceux de la Nostrom, un code de sécurité d’une bonne vingtaine de pages, et plusieurs informations complémentaires à taper permettant de réinitialiser la puce du droïde pour qu’ils reviennent aux concepteurs initiaux. Cette manipulation ne fonctionnait que si les droïdes étaient en veille et servaient à l’origine à recycler un produit vendu qui serait retombé entre les mains de la Crypston Corp ou de la Nostrom… Mais aujourd’hui cette petite combine de concepteur allait permettre de renverser le cours d’une bataille.

C’est fait mes lapins !


Génial, alors pourquoi… Eux ils veulent toujours notre peau ?


Aaah ce n’était pas prévu qu'il y en ai d'activé, mais dégommé-les se sont les derniers !


Super…


Et commencez à télécharger ce que je vous ai demandé !


La voix se coupa et le transmetteur eu la gentillesse de ne pas rendre l’âme, seuls bémols les troupes de droïdes qui s’étaient massé à la porte, l’endroit était trop clos pour pouvoir se servir d’explosifs. Les batteuses crachèrent leurs souffles mortels, les armes lourdes pulvérisaient les plastrons des machines renégates. Bientôt le flot finit par se tarir et les troupes purent souffler, l’un d’entre eux avait reçu une blessure sévère au bras droit, le dévaronien grognait de plus belle. Les autres avaient leurs armures sérieusement endommagées avec les entailles, les micro fractures s’ajoutant au reste et le manque de cellules à énergie qui allait bientôt se faire sentir.

Le visage plein de suie l’Ithorien chapeauté encastré dans une sorte de scaphandre aux bords dorés, qui lui servait d’armure sortit une puce avant de l’insérer dans un des pores externes du panneau de contrôle qui avait subi quelques tirs ennemis. Les deux derniers mercenaires eux étaient sortis et s’assuraient qu’il n’y avait plus de machines fonctionnelles et commençaient à poser des charges explosives à gauche à droite. Les ordres du patron étaient clairs, peut importe à quels points la base de données contenait des merveilles il ne souhaitait récupérer que les schémas des droïdes et de la construction de la station. Le reste il préférait le voir disparaître plutôt que revenir à son adversaire au cas ou la suite du plan ne se déroulait pas comme prévu…



Station Ouranos — Bureau


Un homme les deux mains jointes observait une holocarte de l’état de la station depuis sa chaise… Les dégâts structurels infligés par la destruction des yeux d’Ouranos étaient catastrophiques. L’arme était reliée directement aux générateurs principaux du bâtiment, faute de moyen supplémentaire cette amélioration avait du être rafistolé de cette manière depuis les attaques menées par le Cartel Hutt à son encontre. Ses adversaires frappaient les points vitaux bien conscients qu’une attaque directe était suicidaire. La station n’avait plus de bouclier, de chasse et une partie de ces postes de tir complètement détruit. Cependant cela restait suffisant pour pulvériser une flotte, la flottille qui lui faisait face allait être réduit en cendres d’ici quelques minutes. L’Intelligence.(c) avait cependant perdu, les coûts engendrés pour les réparations étaient trop élevés. Il fallait plier bagage avec ce qui avait pu être amassé et retourner finalement au nord…

Monsieur vos appareils signale une puissante émission…


Ces appareils ne sont plus brouillés par nos ennemies ?


Si, mais… le signal est interne et est émis depuis le département de recherche.


Une émission dans le… essayait de la verrouiller.


Il semblerait que quelqu’un délivre différents codes.


Passez-moi 0.


Tout de suite monsieur.


L’usurpateur rongeait son frein, les données contenues dans le centre de recherche étaient inestimables et l’un de ses atouts y était caché…


Monsieur ?


J’ai besoin que vous vous connectiez avec vos implants pour me dire ce qu’il se passe dans le département de recherche et développement.



Je ne peux pas à la fois guider nos postes d’artilleries et aiguiller nos scientifiques vers les postes d’évacuations, monsieur.


Oubliez nos armes, je veux savoir ce qu’il se passe là-bas et maintenant.


La voix féminine ne dit plus rien quelques instants avant de reprendre.

Quelqu’un envoie des signaux depuis un appareil portatif, je peux détecter l’émission électromagnétique. C’est un code de réinitialisation des matrices des droïdes de sécurités contenus dans nos hangars.


Quelqu’un réinitialise nos droïdes !? C’est parfaitement impossible, les Hutts ne peuvent les connaître personne n’a eu accès à ces codes mêmes Burgues ne les connaissait pas. Ils étaient détenus par les fabricants originaux des châssis pour recycler les produits… Les fabricants originaux… la Crypston Corp … Crypston … le fumier…


Monsieur, vous devriez venir voir ça…


Espace



- Equipage Sburn


Un capitaine se tenant accroupi derrière son siège releva doucement la tête en direction de la station Ouranos, ses doigts soulevèrent l’homme qui laissait dépassait de la tête de son siège que le haut de son crâne. L’impacte du canon principal n’avait pas eu lieu…

Leurs canons principaux… sont morts ?


D’après nos instruments oui patron.


Ahahah ! Tout était parfaitement calculé bon… fini de jouer envoyés le signal à nos alliés.





Une balise raisonna dans le froid de l’espace, émettant un signal sur une certaine fréquence. La station Ouranos bien qui aveugle était encore très loin de rendre l'âme et pourtant les tirs d’artillerie se firent brutalement moins précis, quelque chose devait se passer à bord. Cela permit aux dernières flottes qui faisaient front de ne pas finir taillé en pièce avant que la cavalerie ne débarque…

- Groupe Runklor -


Groupe Runklor en position, prêt à déchaîner la flotte.


Un vieillard se tenait droit faisant face à la baie vitrée, son visage sillonné de ride éclairé par la lumière bleutée de l’étoile naine qui radiait dans ce système. Une main velue grattée une large moustache en guidon, les yeux plissés l’homme était un ancien commandant militaire d’une force de défense planétaire qui n’avait pas trouvé d’autres moyens pour payer ses factures que de refaire appel à de vieux amis pour arrondir les fins de mois. La mission qu’il avait acceptée était risquée, un coup de poker en soit qui pouvait rapporter gros, en fixant ses conditions la vielle homme devait avec l’ensemble de ses forces détruire les réacteurs de la station avant de battre en retraite. À ses côtés le reste de la flotte de la Horde Paltak , étrangement le groupement de vaisseaux de Sindur n’était toujours pas arrivé, étrange…

Avatar de l’utilisateur
By Jack Crypston
#37626
Bataille — Station Ouranos – Serre/Accès au Bureau


Image


Contact, conta…


Un petit groupe de soldats courraient la peur sur les lèvres à travers des broussailles d’une forêt plongées dans un clair-obscur oppressant. Ils sautaient finalement pour atterrir au pied de tranchées de fortunes, battirent autour d’une étrange plateforme entourée… de jungles.

Des kilomètres carrés de végétation en intérieur, une prouesse à l’origine pensée pour le confort de l’équipage qui risquaient de souffrir d’un éloignement prolongé de la surface planétaire pour les longues durées de voyage. Ainsi le plus grand centre de population de la station était concentré dans cette section. Depuis le début de l’attaque surprise les convois d’évacuations avaient commencé à masser les résidents… mais dans la panique bon nombre n’eurent pas la chance de s’accrocher aux derniers wagons. Les ultimes capsules de sauvetage étaient disputées, la violence qui s’ensuivit pour tenter de rentrer dans les rares navettes priorisées pour le personnel qualifié fut difficilement opprimée. Les quelques foules abandonnées s’étaient entêtées et avaient reçu en échange bon nombre de coups et blessures de la part d’une sécurité en bout de nerf.

Un dernier carré de soldat s’était formé autour d’une immense plateforme. La construction surélevée d’une dizaine de mètres au-dessus de la canopée et percée par un tube en transplacier cumulant jusqu’à la cime de l’étrange dôme synthétique qui recouvrait la zone. Les écrans géants qui permettaient d’imiter un ciel étaient éteints, seuls les spots lumineux et des ampoules rougeoyantes de secours permettaient de distinguer les formes et contours du décor.

Des arbres avaient été abattus et des immeubles qui poussaient comme des champignons à côté des bâtisses avaient été vidés pour servir de fort de guerre improvisé. Ce lieu était vital, car il conduisait directement au bureau du directeur, qui avait pris ses petites précautions pour sauver son postérieur.

La guerre faisait désormais rage depuis quelques trentaines de minutes, les flots de barbares s’étaient déversés comme des nuées de sauterelles. Pensant se servir de l’environnement à leurs avantages pour essayer d’avancer dans les rangs ennemis. Les zones escarpées s’étaient rapidement révélées piégées, forçant l’Ennemie à bifurquer sur des sections précises. Là où les défenseurs avaient déboisé des portions entières de la jungle synthétique pour former des clairières dans ces zones transitoires. Les tourelles automatiques qui sortaient de trappes dissimuler, les rafales des tireurs embusqués, les grenades qui se dégoupillaient. La guerre était totale. La horde Paltak ne dut sa survie dans les 10 premières minutes d’affrontement qu’à l’arrivée d’un contingent d’unité mécanisé. Une légion de droïdes comme on en avait plus vu depuis les guerres noires.

Les machines avançaient en rang serré comme une enclume inamovible qui ne déviait jamais de sa route malgré les pertes. Les Stormcomandos rejoints par leurs paires fraîchement débarquées avec les renforts arrivés dans l’espace. La nouvelle force de combat biologique esquissa un contournement des larges tronçons de chemin trop exposé, acceptant les pertes que cela implique en traversant des zones couvert de chausse-trape.

Les deux divisions des agresseurs convergeaient vers la base forte des défenseurs en position depuis la plateforme d’accès à l’ascenseur. Les unités automatiques attaquantes parvinrent en premier au point de rendez-vous. Les droïdes aux chassies sombres foulaient un plancher plastique gorgé de cratères et d’arbres en nanofibres déracinés, ces derniers agissaient dans un parfait silence morbide.

Face à cette vague sans vie, les protecteurs dévoilèrent leurs deux derniers atouts. Sur les différentes tours étaient positionnés de lourds mortiers et au sol des AT-ST barraient les ultimes mètres qui séparaient les mercenaires et les droïdes de l’élévateur. L’enclume finit par s’arrêter enliser au pied de son objectif. Les robots et leurs équipements non adaptés les obligèrent à se stopper pour faire face à la menace des marcheurs qui fondaient droit sur eux, les véhicules faisaient trembler le sol et rugir leurs canons lasers.

L’intervention du marteau permit de mettre un terme aux soubresauts d’espoir des gardiens. Les troupailles de la horde de Paltak avaient fini leurs contournements et lançaient un terrible assaut dans l’arrière ligne des défenseurs qui s’était massés sur le point d’impact ou se trouvait les droïdes de sécurités. L’appui des mortiers ne servit rapidement plus à rien, les fronts étaient emmêlés, manier ce genre d’engins causait autant de morts du côté des défenseurs que des attaquants.

Bordel il en vient de partout…


On fait quoi ?


Nos marcheurs sont entrain de se faire ensevelir par nos propres droïdes de sécurités/


Pourquoi ces trucs se sont retournés contre nous ?!


Nos forces étaient trop dispersées dans les forêts, je vous avais bien qu’ils ne souhaitaient pas s’en prendre aux convois d’évacuations


Depuis une sorte de tente plantée sur la plateforme de l’ascenseur, un groupe d’hommes âgés en armure blanche et à la casquette vissée sur le crâne s’étrangler de cris bestiaux en direction d’une seule personne. Une femme ou plutôt un « borg, plus grand que les standards humains. Sa mâchoire inférieure en titane, l’ensemble du corps à partir de la poitrine n’était plus qu’un méli-mélo de métal et de chair, en tailleur les bras tendus, la demoiselle restait muette. Des câbles ressortant de ses coudes et de ses avant-bras étaient enfoncés dans une large console de contrôle.

Un des pauvres commandant eut la mauvaise idée de poser sa main sur l’épaule de la dame. Un flash viole et une odeur de cochon grillé empestait la petite tente de commandement. L’idiot gisait raide mort et la femme avait ces deux globes oculaires furibonds.

Est-ce que vous vous rendez compte de ce que vous venez de faire ?



Espace


- Equipage Sburn -


Je ne me souvenais pas qu’ils avaient autant de canons de l’autre côté…


Jack (pas le vrai) avait sa prothèse rigoureusement serrée sur un des panneaux de contrôle et son visage tourné en direction de la baie de commandement. De son autre bras, l’ancien sbire de Zann pointa une direction.

Les moteurs sont justes là et leurs générateurs ici.


Nous essayons de nous rapprocher, mais les postes d’artilleries ennemies ont créé des barrages de tirs, impossibles de naviguer dans ces conditions patron.


Je croyais que ces débiles avaient plus de quoi coordonner leurs frappes.


Nous pouvons esquiver tant qu’on se tient suffisamment éloigné, mais notre puissance de feu est diminuée…


Le mousse se coupa, les autres agents de la fosse du vaisseau avaient relayé une information, son écran bipait en rouge.

Il semblerait que la cadence de tir ait diminué, quelque chose doit se passer à l’intérieur, on peut tenter une approche.

Mettez plein gaz plutôt aux auras finies notre boulot et mieux ça sera.


On aura qu’un seul essaie patron, après ça nos boucliers vont lâcher.


Ah ! J’ai toujours aimé jouer les piles ou faces.


Tapotant l’épaule du membre d’équipage l’ex-baroudeur de Zann se jeta sur son fauteuil dans une posture toujours plus désinvolte.


- Groupe Runklor -


Je peux savoir pourquoi les frégates des Paltaks ne sont pas sur nos flancs.


Leur vaisseau principal et son escorte semblent rester en arrière commandants.


… C’est ce qui se passe quand on travaille avec des amateurs.


Le groupement Sindur commence l’attaque.


Mettez la flotte en arc de tir et dites à nos Vipers de préparer notre surprise.


Le commandant du groupe paramilitaire s’épongea doucement son visage avec un mouchoir tressé selon les coutumes lordiennes. L’homme sortait de sa poche une petite holomontre, son regard profond suivit la fuite de la petite aiguille qui finit par se faire dépasser par sa grande sœur. Le genre de rituel qu’avait chaque capitaine de vaisseau avant de partir en bataille.

Les vaisseaux de l’équipage Runklor étaient de taille modeste, et esquivée avec une grande aisance, les barrages de lasers imprécis de la station qui canardaient dans toutes les directions dans l’espoir de toucher un ennemi.

Les Sburns en tête avec leurs frégates et leurs chasses qui passèrent sous la coque d’Ouranos afin de cibler avec leurs artilleries quelques points centraux. Le plus gros du travail fut accompli par les centaines de StarViper déployé. Les chasseurs bombardiers pouvaient faire exprimer tous leurs potentiels de destruction maintenant que le bouclier de la station était abaissé et face au peu de défense adverse. Des centaines de têtes de torpilles à proton percutèrent les réacteurs à hyperdrive d’Ouranos. Le groupe Runklor y rajouta sa petite touche personnelle avec des torpilles de modèles militaires lourds. Un équipement qui valait une fortune sur les marchés parallèles, mais qui avec les bons contacts chez les bons fournisseurs s’acheter pour une bouchée de pain ?

- Horde de Paltak -


Pourquoi ne pas nous joindre à la bataille ?


Le patriarche Borgl en a décidé ainsi.


Deux aliens masqués dialogués depuis le pont de commandement d’un croiseur X401, l’ambiance à bord du vaisseau était particulière. Les éclairages peu nombreux laissaient une bonne partie des pièces dans un noir quasi total, une odeur épicée rôdait à chaque recoin.

De loin la horde Paltak observait le combat revisité de David face à Goliath. Le dernier talon venait de céder, les vaisseaux alliés repartaient aussi vite qu’ils pouvaient. Une nouvelle explosion d’une grande ampleur secoua l’entièreté d’Ouranos. Pourtant la bête de métal n’en avait pas fini, vociférant ces lasers en direction des assassins… malgré toutes ces attaques, le monstre de fer était encore en état de se battre. Quelques vaisseaux déjà endommagés s’embrasèrent avant de finir en miette.

Zone de maintenance 06 — Station Ouranos –


Le sol tout entier de la station s’ébranlait d’une nouvelle secousse. Quatre mercenaires se redressaient difficilement avant de reprendre leur course effrénée.

C’est encore loin ?


Plus qu’une dizaine de mètres.


L’autre était obligé de nous refaire traverser l’ensemble du bloc de recherche et quatre bornes de dénivelés pour atterrir dans une foutue jonction de maintenance.


Les ordres sont clairs, alors arrête de chouiner.


C’est vite dit ça, se trimballer cinquante kilogrammes de baradium à quatre je voudrais bien savoir à quoi ça rim…


La ferme.


Les vétérans se plaquèrent dans un interstice sombre du couloir qu’ils arpentaient. Une colonne de soldat de sécurité passait, le couinement des rangers sur le sol se résorbait. Les gardiens fonçaient en direction des niveaux supérieurs pour rejoindre la serre.

Ça grouille de soldats ici…


On y est, alors maintenant, pose le transmetteur et plus un mot.


Le mercenaire Ithorien reposa une lourde valise au milieu d’une pièce sillonnée de tubes transportant un liquide vert fluo. Contrairement aux blocs de recherche ici, rien ne parasiterait le lancement d’une nouvelle communication.

Nous sommes en position.


Vous avez récupéré les plans de construction de la station et des droïdes ?


Affirmatif.


Parfait alors armez les charges et laissez l’antenne sur place quant à vous je veux que vous rentriez maintenant…


Ça a coupé non ?


Tout est pourtant en règle, les charges sont toujours connectées et le transmetteur émet toujours, notre employeur a changé de canal sans doute une fausse manip ».


Bon si tout est en règle on n’a plus rien à faire ici, on se tire.


Les mercenaires de rang A n’en demandèrent pas plus. Ils n’avaient plus qu’une dernière course à faire avant d’être si riches qu’ils pourraient littéralement se noyer dans du champagne. Pourtant leurs déplacements étaient suivis par deux individus, qui les épiaient depuis une visière rouge.

Vous avez entendu ça patron ?


Ouep, je vous avais bien dit que je gagnais toujours aux piles ou faces. Rappelez mes derniers hommes nous allons nous préparer à leur offrir un petit comité d’accueil.

Bataille — Station Ouranos – Serre/Accès au Bureau


Mais qu’est-ce que…


Bande d’idiots à cause de vous j’ai perdu la liaison avec nos artilleurs.


Vous allez perdre plus que ça si vous ne faites rien pour ce qui se passe ici.


Ici c’était une plateforme où les derniers défenseurs tenaient les ultimes barricades tentant désespérément de repousser les assauts des machines. Les Storcommando eux essayaient déjà d’initier la montée de l’élévateur pour sonner à la porte de ce cher directeur de l’Intelligence. (c)

Je ne crois pas non.


Que comptez-vous faire ?


Il n’existe qu’un seul accès pour attendre notre directeur… Si j’arrive à me connecter aux derniers générateurs de la Serre, je vais pouvoir les faire rentrer en surchauffe, cela va créer une impulsion IEM et ça va nous débarrasser de tous nos problèmes…



C’est aussi la seule sortie…


Les protestations étaient assez mole, la plupart du corps de sécurité n’était pas des soldats ou au mieux de vieux vétérans fatigués de la guerre. Dans la bataille beaucoup de troupes s’étaient enfuies ou tout simplement rendues, leurs vies avaient encore une valeur et aucune idéologie pour laquelle donner sa vie si ce n’est celui de la grande capitale.

Le cyborg était d’un autre genre d’individu, elle se battait au nom de quelque chose de plus grand. Ses yeux se refermèrent, son échine se mit à vibrer, elle sentait sa deuxième conscience, l’intelligence artificielle attachée à son cortex frontal lui murmurait les manipulations à exécuter. Elle passait un couloir de couleur vive, plongés au bout milieu des circuits électromagnétiques elle cherchait le cœur qui les faisaient battre. Une fois à porter tel un lymphocyte elle ordonna à la cellule de mettre fin à ses jours, cette cellule, ce cœur… le générateur accéléra jusqu’à imploser.

Les machines posaient leurs pieds à quelques mètres du petit chapiteau de commandement éliminant froidement les derniers résistants. Un groupe de Stormcomando était entrain de s’élever déjà à mi-chemin du bureau de la cible.

Au départ les signes avant-coureurs étaient discrets, les lumières sur les bords du dôme grillèrent, mais comme un écho inversé, les différents spots qui illuminaient le terrain forestier mouraient les uns après les autres. La vague ne fut réellement visible que lorsqu’elle atteint là l’orée du bois. Les droïdes de sécurité eurent à peine le temps de se retourner pour voir leurs fins approchées…

L’impulsion IEM mit à terre l’ensemble des unités mécaniques et des véhicules. La nuit noire totale tomba brutalement sur la serre, il n’y avait plus que quelques grésillements et flammes éparses pour pouvoir éclairer quelques rares endroits. Dans un bruissement inaudible le tube de transplacier s’écroula sur son propre poids, maintenu par plusieurs rayons antigrave dans la chute soudaine et brutale de la cabine le mécanise s’enrailla. L’immense tuyauterie de verres s’effondra dans toute la serre.

Une figure féminine s’extirpa de quelques gravats, le cyborg toujours en état de fonctionner posa ses deux doigts sur sa tempe. Quelqu’un semblait la questionner.

J’ai été obligé de détruire l’ascenseur.


….

Je comprends je passe prendre votre vaisseau, vous chercher directeur.


Une nouvelle connexion ?


La ‘ borg souleva une poutre d’acier et dégagea un boîtier en mauvais été avant d’y brancher par des connectiques sa main.

Oui je l’ai localisé. Je vous détourne le canal sur le champ.


Je t’avais bien dit que j’avais entendu du bruit…

Qu’— …


Plusieurs tirs de blaster lourd sonnèrent bruyamment.

Station Ouranos — Bureau



Oui bifurqué l’appel. Sujet 0… Sujet 0 est-ce que vous…


L’homme assis sur sa chaise semblait furieux. Alors qu’une image holographique apparut, une voix trafiquée terminait une phrase débutée auprès d’autres personnes. Se redressant l’homme d’âge mûr invita les quelques personnes encore dans son bureau de prendre leurs dispositions.

Je vous dirais quand vous devra…


Monsieur Crypston.


Vous… vous n’avez clairement pas la bouche de mes brutasses.


Cessez vos enfantillages Crypston et montrez-vous à moi.


Je croyais que vous adorez ce genre de filtre à la con… Maiiiiiiis il est vrai qu’il est criminel de cacher un aussi beau Visage que le mien.



Votre pathétique tentative de récupérer cette station a échoué.


Pathétique tentative ? Pourquoi me manquez-vous à ce point de respect envers moi ? Vos réacteurs sont coupés, vos communicateurs morts.


Vous croyez cela suffisant pour me mettre hors d’état ?


Un peu mon neveu, c’est la banqueroute qui vous tend les bras mon vieux, vous n’aurez jamais les moyens de vous payer les réparations de ce petit bijou.


Vous manquez grandement de vision mon garçon.


Vu que je suis un type en or. Je vous laisse la possibilité de sauver vos belles miches, cédez vos parts de propriétés aux groupes d’entreprises que je vais vous lire, faites disparaître votre face de rat des radars et j’oublie tout.


Ce genre de menace enfantine ne marche pas avec moi. Vos flottilles ont fui vous ne pourrez plus brouiller nos balises de détresse, les forces rebelles débarqueront d’ici une paire d’heures et vous allez perdre tout ce que vous possédez Cryptson.


Je crois que nous nous sommes mal entendus…


Jack apparu pleinement en image holographique, un détonateur à la main.

… En une simple pression ma caille et tu pars pour ton dernier voyage.


Vous bluffez Crypston. Un bouffon comme vous ne peut pas gagner.


Un héros comme moi gagne toujours petite tête, ce qui me les brise sérieusement c’est que des faces de pets dans ton genre ne soit pas foutu de faire rentrer ce constant dans leur cervelle de fiotte.


Un héros ? Vous vous prenez réellement pour un héros ? Vous ?! Moi qui pensais que ce n’était que pour l’image de marque, vous êtes plus idiot que je ne le pensais. Vous manufacturez dans l’armement Crypston, imaginez vous réellement qu’elles ne serviront que pour sauver son prochain. Le simple fait que vous vous laissez borner par vos propres sornettes montre bien votre insuffisance mentale, on se racheté une conscience pour mieux dormir le soir, grand bien vous en face. J’ai récupéré cette entreprise pour de grands projets. Contrairement à vous je ne me bats pas pour de la reconnaissance je me bats pour une idéologie, un jour le Sud sera libéré par la faction terroriste qui y réside. Et l’ordre, la sécurité et…


Cela sonnait comme un remix des heures les plus sombres de cette galaxie non ? Jack lui serrait ses poings et avait la tête légèrement baissée. Tu n’es pas le héros… Tu n’es pas le héros tout ceci sonnait comme…

… Tu te prends pour quoi Jack coupe moi ces saloperies d’holofilm et va bosser ton économie.

La douleur dramatique d’une enfance difficile, une fort triste jeunesse certes, mais blablabla et Ouin ouin les banthas qui meurent pour en faire des descentes de lit, ce genre de pensée de romancier niais c’était à vous en tordre le gosier d’ennui.Le foutu héros devait balayé toutes ces petites choses de la main, Jack releva la tête un ''héroïque'' sourire carnassier aux lèvres. Le dernier troufion avait fini cuit à point après avoir baigné dans son jus, il serait dommage de mettre un terme à une si jolie coutume.

Tu entends ce clic ? Ça, c’est le bruit du détonateur pointé sur tes deux billes qui se battent en duel dans ton froc. Alors, dis adieu à ta paire de cou*** de salopard fasciste et mange ma raie !


Un langage d’un très grand cru, le millésime verbal qui avait fait s’exclamer le truand qui s’était mis au travers de la route de la mauvaise personne.

Vous osez vous moquez de moi !


L’homme s’était levé violemment de son siège au moment ou Jack pressa le bouton rouge… rien ne semblait avoir changé…

Ah… du bluff comme je le pen…


… Si ce n’est l’image de Jack qui avait disparu à l’instant même où il avait appuyé sur la détente. Le regard de l’usurpateur se tourna finalement en direction de l’holocarte illustrant l’état d’Ouranos. La station avait perdu ses moteurs et n’avait pas été emportée par l’attraction de la petite lune voisine, ses propulseurs de secours permettaient d’opposer une résistance aux lois élémentaires de la gravité. Cependant des croix rouges brillantes s’étaient rajoutées au niveau de la jointure de l’aile droite de la station… Un tiers du bâtiment n’avait plus aucun moyen de se maintenir en dehors de l’atmosphère.


Un craquement à en rendre sourd un… sourd le duracier poussa un râle d’agonie gargantuesque. Le sol semblait s’être dérobé sous les jambes des malheureux qui étaient sur l’aile droite. Dans l’espace un tiers de la station se détacha au reste de la structure. Entièrement vidé de son atmosphère les débris entamèrent une longue descente qui amènera le monceau à inexorablement choir jusqu’à s’écraser mettant à feu et à sang le petit écosystème de la lune.


– Espace –


- Équipage de Mercenaire -



C’est une mission rondement menée.


À nous la maille, vous allez faire quoi vous de tout ce pognon ?


Quatre mercenaires assis au niveau d’un cockpit discutaient paisiblement, l’adrénaline du combat avait passé. Ces derniers avaient troqué leurs armures de combat pour de simples tenues de civil. S’apprêtant à sauter en hyperespace pour d’autres péripéties, quelque chose clocha…


Pourquoi on ne démarre pas ? Notre moteur à un souci.


Négatif, on est happé par quelque chose...


- Équipage de Sburn -


Et trouvé ! Ramenez-moi ces schémas.


Deux Frégates Vengeance désactivèrent leurs Manteaux-Bouclier, des rayons tracteurs stoppant nette le petit cargo.



Tèlos IV — Siège de la Nostrom Company


Quelques jours étaient passés depuis l’assaut lancé sur la station Ouranos. Les journaux républicains n’avaient cessé de recracher la nouvelle à toutes les sauces. “Une attaque de groupes de tueurs organisés élimine le directeur de l’Inteligence. (c)”. On décomptait des milliers de morts parmi les salariés de la station. La Nouvelle-République avait lancé ses fouilles, les boîtes noires de la station étaient intactes, cette dernière malgré son état proche de l’épave demeurait toujours fonctionnelle.

On pouvait supposer que les larges groupes de mercenaires ayant participé à l’opération seraient identifiés. Ces derniers étaient déjà loin et en dehors des juridictions républicaines. Le tout était de savoir si l’exécuteur de l’opération serait débusqué, au final Jack ne s’était jamais présenté auprès de ses subordonnés mercenaires, tout pointait comme responsable le cartel Hutt avec lequel l’Intelligence. (c) était déjà en conflit quasi ouvert.

La nouvelle on pouvait supposer qu’elle aurait ses effets sur la bourse, l’Intelligence. (c) était déjà au fond du trou, son actionnaire majoritaire mort ses actions revenaient dans les mains d’un conseil d’administration formé avec les cendres de la compagnie. Alors que tout le monde allait essayer de se débarrasser le plus vite possible des actions, la Nostrom Company allait racheté l’Intelligence. (c) afin d’acquérir légalement ce qui lui restait c’est-à-dire les restes de l’Ouranos. Des restes que même les corporations de ferraillage de la SC n’allaient certainement pas attirer, trop loin, trop gros, trop chère à protéger des convois des pirates et des pilleurs d’épaves.

Dans un communiqué de presse, le jeune Jack avait pris les devants. Ce dernier assume avoir toujours rêvé revoir la station familiale retourner en sa possession, mais était bien conscient du « terrible drame » qui s’était produit. Jurant de traquer jusqu’aux derniers les criminelles responsables de cet acte odieux, tout en promettant de proposer un emploi à tous les anciens salariés de l’Intelligence une fois la construction de l’Ouranos accompli.

Trois bémols étaient ainsi à dégager de cette… victoire ? De la station Ouranos, il ne restait que les deux tiers et pas dans un très bon état ; impossible de lancer des réparations sans les schémas de construction de la station, les fameux schémas avaient été dérobés par la bande de Sburn ; dernier détail et non des moindres le financement colossal que cela allait représenté — la durée de construction en soit serait très rapide, il y avait peux de chose à bâtir, surtout à réparer c’était les moyens qu’il allait falloir déployer durant ce laps de temps qui représentait un réel défi.







- Profil des Récompenses : -


Image
Nom : Station Ouranos
Taille : 20 Km de haut (hauteur des ailes externes) – 8 Km de large

Armement :

  • Ailes externes : : 380 ‬canon laser de défense localisé – 750 turbolaser lourd – 600 turbolaser jumelée – 180 lance missile à concussion – 14 rayon tracteur
  • Noyau : 120 canon laser de défense localisé – 250 turbolaser lourd – 150 turbolaser jumelée – 70 lance missile à concussion – 6 rayon tracteur
  • Moteur Hyperdrive : Hyperpropulsion 12.0

Bâtiment embarqué : 10 usines – 1 centre de recherche – Ensemble de complexe de stockages (capacité de stockage de 150 millions de marchandises brutes)
Emports : 20 escadrons – 25.000 soldats – 100 véhicules – 50 véhicules lourd – 30 navettes

Maintenance : 150.000.000 cr'
Coût de Réparation Estimé: 500.000.000 cr' + (nécessite schéma de construction de la station)

.


Image
Nom : Droïde de combat NG1

Taille : 1m90
Cout de Production : 1.000 Cr
Armement : fusil-Blaster E-5

Exosquelette : Acier
Caractéristique :Version modernisé du droïde B1 ne nécessitant pas de vaisseau de commandement pour fonctionner, légèrement plus résistant/autonome.
.
Avatar de l’utilisateur
By Malice
#37750
Ce fut une longue... Longue... Très longue aventure pour le héros au faciès attirant ! Le moins que l'on puisse dire, c'est que Jack avait, encore une fois, risqué gros pour gagner gros. Et dans l'ensemble, il avait gagné gros, même si tout cela allait encore lui coûter extrêmement cher, et que les plans de la station Ouranos étaient volatilisés dans la nature. En espérant que les mercenaires qu'il allait engager pour retrouver les plans de sa station n'allaient pas, encore une fois, lui faire fausse route.

L'OPA hostile s'avéra extrêmement aisée, il n'y avait plus personne pour diriger l'entreprise, et personne n'en voulait vu son état, le prix faisait malgré tout mal au porte monnaie. Mais c'était un mal nécessaire pour posséder les droits de propriétés sur cette station de malheur... Tout était à refaire, mais c'était déjà une épine de moins dans le pied du héros de l'histoire.

Maigre lot de consolation, les schémas des droïdes de combat avaient été, pour leur part, bien reçu. Jack allait pouvoir envoyer des milliers de droïdes stupides et serviles se battre jusqu'à atterrir à la casse selon son bon plaisir. Après tout, une armée sans chair à canon, ça n'avait pas la même tronche.

La quête d'Ouranos n'était pas terminée, mais la partie la plus complexe de la quête venait enfin de se finir. A Jack de prouver que c'était bien lui le plus grand des héros, dans la troisième partie de cette odyssée spatiale et intergalactique !

Enfin. Enfin, je respire à nouveau. Mes idées s[…]

https://cdn.lowgif.com/full/6b2d0909[…]

Lark attendait le vaisseau de cette Alison Malor[…]

Bothawui [Solo]

L'instant d'après, j'étais à nouveau au sol. Mon m[…]

Secteur Bothan & Bothan Spynet

Effectifs totaux Vaisseaux : 9 Crois[…]