L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

#36460
Image


Cela faisait maintenant un mois que la jeune padawan avait été placée sous la guidance de son Maître. Si elles avaient réalisé déjà quelques missions, rien n’avait été particulièrement dangereux. Cette fois-ci, les choses étaient très différentes et pour cause, elles se rendaient dans le secteur Astal en Bordure Extérieur, sur la planète Jarvanam. Peu connu, cet endroit était pourtant un point névralgique du Syndicat Tenloss car il abritait l’Ecole de Technologie Baradis. Leur mission n’était certainement pas de rentrer en conflit ouvert avec cette organisation criminelle, mais bien de recueillir des informations sur les forces en présence et éventuellement, les informations qu’ils auraient sur l’Empire et ses troupes. Le Chevalier Jedi Jem Treboh et sa padawan Rena Kuolor devaient donc être particulièrement prudente de ne pas griller leur couverture et déclencher l’hostilité du Syndicat Tenloss. A bord d’une navette T-2c de classe Theta, les deux Jedis terminaient les préparatifs de leur mission.

« Vu ton entraînement de Jedi, tu ne devrais pas avoir trop de mal à intégrer Baradis. Grâce à un ami qui me devait une faveur, nos identités pourront être vérifiées si nécessaire. Rappelle-toi bien que nous sommes en infiltration donc pas de sabre laser, toutes les armes seront certainement confisquées à l’entrée. Tu prendras donc un blaster et une vibro-lame pour faire illusion. Si l’occasion se présente, j’essayerai de te rendre ton sabre mais en attendant, c’est moi qui le garde. »

Attentive aux instructions de son Maître, la jeune femme acquiesça de la tête, tout en cédant, non sans serrer les dents, le sabre qu’elle tenait de sa mère. Son âge était une nécessité pour rentrer sans difficulté au sein de l’établissement scolaire et avec un peu de chance, elle serait assez vite remarquée. De son côté, Jem serait la « propriétaire » de cette perle rare et étoile montante du crime, lui permettant de marchander avec les plus puissants criminels cherchant à acquérir ses services. Bien sûr, en attendant que sa padawan montre de quoi elle était capable, elle espérait bien s’en vider quelques uns à la cantina du coin. Avec un peu de chance, elle pourrait plumer quelques péquenauds locaux. En tout cas, ce n’était pas une mission simple qu’on venait de leur confier et ce qui contrariait le plus la Chevalier Jedi, c’était que ce soit sa padawan qui prenne le plus de risques. Enfin bon, comme le lui avait signalé Maître Skywalker, elle se devait de faire confiance à sa padawan pour la voir évoluer et avancer vers la Jedi qu’elle doit devenir.

La navette n’allait pas tarder de sortir de l’hyper-espace et à ce moment, elles allaient devoir jouer leurs rôles à la perfection. Désormais, Rena allait devoir se référer à son Maître en l’appelant Capitaine et leurs noms de famille disparaissaient. Il n’y avait plus que Capitaine Jem et Rena, aucun autre information ne devait transpirer de leurs identités. La navette était identifiée comme étant de la Nouvelle République et volée par des criminels deux mois auparavant, histoire de parfaire leur couverture. Tout était en ordre, il ne restait plus qu’à enfiler leur tenue pour compléter tout cela. Malheureusement pour Rena, les vêtements choisis par son Maître pour se fondre dans la masse n’étaient pas vraiment ceux auxquels elle s’attendait.

« Maître, je ne peux pas mettre ça ! On dirait la tenue d’une danseuse de cantina ! »

Jem soupira en levant les yeux, bien consciente que les complexes de sa padawan n’allaient pas aider dans cette mission. Toutefois, ce choix était délibéré et elle espérait bien aider Rena à accepter un peu plus son corps.

« A toi de voir mais l’autre tenue est comme la mienne … »

La Jedi fit un tour sur elle-même pour montrer à sa padawan sa tenue et en fait, elle ne changeait pas beaucoup de d’habitude. Elle portait un pantalon en cuir brun moulant, des bottes et une cuirasse légère mélangeant cuir et plaques de métal devant les organes vitaux. Evidemment, elle n’avait pas pour autant oublié d’arborer un décolleté impressionnant. Evidemment en voyant cela, Rena ne put s’empêcher de maudire sa situation. Le choix cornélien entre la peste et le choléra. Soit elle arborait un décolleté et un pantalon moulant, soit un mini-short et un haut plus ample et sans décolleté, elle dût donc se résoudre à opter pour le short, son cul était quelque peu plus dissimulé grâce au haut plus ample. Evidemment, c’était sans compter sur son style de combat qui serait plus aisé avec une grande liberté au niveau des jambes. C’est donc à contre-cœur que Rena enfila le mini-short et termina de s’équiper complètement. Afin d’accentuer son côté criminel, elle ajouta du maquillage noir autour de ses yeux, le laissant couler pour donner une touche sombre au personnage qu’elle devait incarner.

Il ne fallut pas très longtemps pour que la navette se pose dans le spacioport, sans trop attirer l’attention vu son passif. En effet, il était plus facile d’être discret en étant recherché qu’en étant clean sur cette planète. Les deux Jedis se mirent donc en route pour la suite de leur mission et sans perdre trop de temps, elles se rendirent directement à l’Ecole de Technologie Baradis. Attentive à ce qu’il se passait autour d’elle, Rena semblait sur ses gardes en permanence. Au contraire, Jem semblait parfaitement dans son élément et se permettait même de lâcher quelques vannes à des badauds qui les reluquaient comme des proies.

L’énorme complexe privé qui abritait cette école pour criminels de haut-vol ne semblait même pas se cacher outre mesure et pour cause, la planète était complètement sous l’autorité du Syndicat Tenloss. Il faudrait être fou pour oser les provoquer sur leurs terres, ce qui garantissait la subsistance de cette institution qui leur permettait en même temps de recruter la fine fleur du crime.

« Vu que tu risques de coincer dans un rôle plus sulfureux, tu peux te contenter de jouer la Reine des glaces. Essaie de montrer ton meilleur profil et si on t’approche, tu dis que tu bosses pour moi. Je m’occuperai du reste. »

« Très bien, Maî … Capitaine. »

La jeune padawan avait finalement la facilité dans cette couverture de conserver un comportement comme celui qu’elle avait à l’académie. Cela n’allait sans doute pas être si compliqué ou en tout cas, c’était son sentiment premier, même si elle ne savait pas encore ce qui l’attendait réellement. Jem se chargea des formalités et paya les frais d’inscription. Le droïde chargé de tout ça ne manqua pas de préciser qu’en cas d’échec aux tests de sélection, l’argent ne serait pas restitué, tout comme l’élève qui serait sans doute mort. Acceptant sans sourciller les différentes conditions, la brune laissa Rena pénétrer dans l’école alors que de son côté, elle cherchait déjà une cantina pour aller boire un coup, tout en méditant pour tenter de percevoir l’évolution de sa padawan.
#36468
La reine se voyait revenir quelques années auparavant, peut-être bien dans la dizaine d’année. A une époque où république et empire se tiraient dessus à coup de propagandes et d’énormes flottes. La galaxie était en feu, mais elle, n’y voyait rien. Perdue chez les Hutts, travailler comme mécanicienne sous les ordres de son maître de l’époque, un Sith aux prétentions lucratives. C’était une époque où l’on n’avait dans la tête que sa personne, dans une optique de survie. La vie avait désormais bien changé et ce n’est pas sans une once de nostalgie qu’elle arpentait désormais les rues métalliques de la cité. Beaucoup de lumières inondaient l’allée piétonne par des devantures criantes, des affiches publicitaires étincelantes et autres défilé de nouvelles de la galaxie. Le son changeait à chaque passage devant un magasin, tantôt de la musique très forte portée sur la basse, tantôt des cris d’aliens aguicheurs ou encore des bruits de lasers. Quant aux odeurs, c’était indescriptible. Et pourtant, son odorat était assez sensible pour percevoir les changements de flux. Mais l’accumulation, le trop plein d’ambiance mettaient ses sens au tapis.

Son rendez-vous se trouvait de plus en plein centre de cet amoncellement, proche de tout et de tous. Le contact était un professeur dans une école pour voyou, où l’on apprenait l’art d’être un salop. En d’autres termes, c’était le lieu de recrutement de la petite frappe galactique. Car les plus grands criminels n’allaient pas à l’école et ils apprenaient sur le tas. Croire que cela s’apprenait, c’était comme tenter de manier un sabre laser quand on n’en était pas capable. Cela finissait toujours mal. Helera poursuivit sa route jusqu’à l’établissement, ressemblant davantage à une cantina qu’à une véritable école. Sous sa capuche, les mains dans les poches, une simple chemise sur le dos à moitié attachée et elle avait davantage l’air d’une baroudeuse qu’à une véritable reine. Mais le problème, c’était qu’elle s’habillait de cette manière tout le temps, car elle n’en avait strictement rien à faire des jugements que l’on pouvait lui porter.

Devant le bâtiment, il y avait déjà une foule qui attendait. Des jeunes pour la plupart, tous de futurs seigneurs du crime, à en juger par le slogan qui trônait fièrement devant l’entrée. Certains se chamaillaient déjà, d’autres patientaient sagement. La raison de l’attente ? Trois gars qui bloquaient l’entrée. Des étudiants probablement, cherchant à empêcher les autres de s’inscrire. Tout était question de performance ici et plus le nombre de place étaient restreintes, plus ils avaient des chances d’être choisis. La reine dépassa la file d’attente vers l’entrée, mais fut bloquée comme les autres.

« T’as pas à avancer, derrière. »

« Je ne viens pas pour m’inscrire, j’ai rendez-vous. »

« Ouais, vous avez tous rendez-vous, je le sais bien. Ce n’est pas mon problème. »

« Ah, vous êtes venu. Vous en avez mis du temps. »

De derrière les trois gêneurs, la voix du contact résonnait. Son allure n’était pas différente des pirates qu’elle avait connu. Quoi qu’il sentait l’eau de Cologne.

« Vos gamins m’ont retardé. »

Elle les dépassa et rejoignit le professeur, non sans affronter la trogne nerveuse du gorille d’entrée. Il laissa traîner une insulte au passage à son égard, mais elle l’ignora platement. Ils s’installèrent devant ce qui ressemblait être un comptoir. Mais il n’y avait ni boisson, ni verre, ni rien en réalité. C’était une cantina sans le confort que cette dernière pouvait offrir. Helera dégaina un datapad, normalement accroché sur le bord de son bassin.

« Il y a plus d’un mois, une mission humanitaire a disparu aux abords du système de Sullust. D’abord réquisitionnée par des républicains, cette mission du Sud galactique a été « récupérée », elle joua de l’index et du majeur, par une organisation tierce en laissant que des cadavres de rouges. Je veux savoir qui était dans le coup. Les pistes mènent au Syndicat et je veux les rencontrer. Même mission, mêmes objectifs. »

L’autre fronça les sourcils et caressa son menton dénué du moindre poil.

« Hey dis-donc prof, tu te fais des nouvelles copines ? J’savais pas que tu tapais dans les étudiantes maintenant. Qu’est-ce qu’on a là, hm ? »

On lui tira la capuche, dévoilant sa chevelure blanche attaché maladroitement en chignon derrière la tête. Ses yeux bleus restèrent braqués sur son contact, ce dernier alternant entre les deux comparses. Visiblement, il la testait, elle n’y répondit pas. Le gamin et sa bande fit le tour. Ils étaient déjà plus âgé, peut-être bien son âge. La mèche rebelle et l’haleine qui puait la friandise.

« Oh mais c’est une sacré pépète. Tu t’appelles comment ma petite ? »

Image« Tu peux pas laisser les grandes personnes parler entre elle ? Je suis sûr que tu assez de monde à aller harceler. »

L’autre ricana et ses comparses agitèrent les bras tout en poussant des cris, tels des singes dans un zoo. Helera ne le quitta pas des yeux et changea son attention sur le principal interlocuteur, mais le chef tira sa tête en arrière et posa une lame sous sa gorge.

« Tu fais moins la maline là ? »

« Tu penses que tu arriveras à m’égorger avant que je ne t’explose l’entre jambe ? »

Pendant la manœuvre, elle avait récupéré son blaster et le pointait désormais sur lui. Force était de constater qu’elle était trop forte pour lui, mais cela ne l’arrêta pas pour autant. Il l’attira à lui en la prenant par les cheveux jusqu’au centre de la pièce. Helera se laissa faire et manque de tomber quand il la jeta contre le mur. Sans un mot de plus, elle se releva et haussa de nouveau un sourcil. L’autre se plaça en position de combat.



« Okay, maintenant je vais te faire bouffer espèce de … »

Sans prévenir, elle allongea son épaule et son poing percuta de plein fouet le nez de son assaillant. Il tituba quelques instants tout en tenant son membre cassé, constata que ses mains étaient pleine de sang et s’écroula dans la pièce. La reine essuya le sang sur le premier venu et jeta un regard à tous les nouveaux étudiants qui avaient pu assister à la scène. Que cela leur serve de leçon.

« Bien, on en était où ? »
#36485
Image


Une fois entrée dans l’école, Rena scruta silencieusement la salle, s’installant dans un coin discret en attendant qu’on lui indique la suite des opérations. L’intérieur était une sorte de zone d’attente pour toute la racaille de la galaxie, chacun ayant une tête plus dangereuse que l’autre, un peu comme si tous les criminels en devenir étaient présents. Ayant déjà parcouru les avis de recherche de la Nouvelle République, elle reconnut plusieurs individus qui étaient déjà recherchés. Sans doute que s’affilier au Syndicat Tenloss était pour eux un moyen de s’assurer une certaine sécurité. En attendant, ils devaient tous être subventionnés par une organisation ou une personne vu les frais d’entrée, ce qui garantissait certainement le Syndicat d’accroître sa notoriété et son pouvoir sur d’autres organisations. Les tests allaient certainement bientôt débuter afin d’éliminer une partie des participants et par conséquent, la tension était palpable dans la salle, chacun se dévisageant comme si la menace pouvait venir de partout.

Adossée au mur du fond, Rena se concentra pour dissimuler son lien avec la Force, histoire que si un sensitif malveillant était présent, il ne puisse pas la repérer.. Toutefois, elle fut perturbée par des bruits venant du comptoir au centre de la salle. Une femme se retrouva entourée par une bande de criminels, mais elle ne semblait pas particulièrement s’en faire. Instinctivement, la brune s’était redressée, prête à intervenir. Sa conscience l’obligeait à intervenir si une personne se retrouvait en danger mais bon, la mission était importante et agir inconsidérément au sein de Baradis risquait de nuire aux relations entre le Syndicat Tenloss et la Nouvelle République. Après tout, ils avaient été les fournisseurs d’armes de l’Alliance Rebelle et les ordres étaient clairs sur l’importance de ne pas s’en faire des ennemis. Le doigt sur la gâchette de son blaster, Rena était prête à mettre hors d’état de nuire l’un des hommes, surtout quand le leader sembla traîner sa victime en la menaçant.

Calmement et silencieusement, la padawan s’avança vers la zone et fut surprise de constater que la jeune femme n’eut nullement besoin d’aide pour mettre au sol son assaillant. Les autres suiveurs ne semblèrent pas motivés à poursuivre cette affaire et s’écartèrent au passage de la jeune femme aux cheveux blancs. Elle sembla reprendre sa discussion avec un homme plus âgé. Il y avait peu de chances qu’il soit un étudiant vu l’âge moyen des postulants et par conséquent, il devait être membre de l’école et par conséquent, un membre du Syndicat Tenloss. Rena venait de trouver deux personnes intéressantes mais bon, il restait maintenant à voir si elle pouvait tirer quelque chose de cette découverte. La jeune padawan resta à observer un moment la jeune femme qui était retournée auprès de l’homme plus âgé, avant de finalement saisir une opportunité qui se présentait. En effet, le chef du petit groupe commençait à se relever péniblement après avoir été démoli par sa proie. Vu le regard lancé en direction de son bourreau, il n’avait certainement pas de bonnes intentions, ou même compris la leçon.

Rena décida donc de saisir l’occasion et marcha d’un pas décidé vers l’homme encore à terre. En passant à côté de lui, elle lui asséna un violent coup de botte au visage afin de l’assommer de nouveau.

« Tu as assez dérangé les autres ! »

Restant dans son rôle de Reine des Glaces, la brunette continua son chemin jusqu’à finalement s’asseoir un peu plus loin. Affichant une aura froide et distante, elle comptait bien marquer des points auprès des deux personnages pouvant avoir une certaine importance, sans pour autant le faire ostensiblement. Après tout, cela aurait été trop flagrant qu’elle avait juste fait ça pour entrer en contact et donc, ils auraient été sur leurs gardes. Avec un peu de chance, une autre opportunité se présenterait à elle. En attendant, un homme entra dans la salle et invita les aspirants à se réunir afin qu’il explique le déroulement de la première épreuve d’admission à l’école Baradis.

« Afin de voir si vous avez ce qu’il faut pour rejoindre notre école, on vous a préparé une mise en situation. Vous devez récupérer un objet dans un campement qui sera gardé par les élèves ayant été éliminés durant leur instruction. S’ils gagnent, ils auront une deuxième chance donc ils sont particulièrement motivés. Vous êtes libre d’utiliser toutes les méthodes que vous désirez, tout comme eux. Celui qui ramène son objet au point d’extraction passe l’épreuve, c’est aussi simple que ça. »

Chaque aspirant dut piocher un numéro de passage afin de déterminer qui allait y aller en premier. Sur la vingtaine de personnes présentes, Rena piocha le numéro 11, ce qui lui laissait un peu de temps avant son passage. Une fois son numéro en poche, elle retourna s’asseoir silencieusement afin de méditer discrètement. Avec un peu de chance, elle parviendrait à percevoir ce qui se passait dans la salle d’examen et ainsi, avoir une meilleure idée de la stratégie à adopter. Histoire de faire d’une pierre, deux coups, la padawan en mission s’était assise à la table juste à côté du comptoir où était la femme aux cheveux blancs et le vieil homme. Avec un peu de chance, elle parviendrait à écouter leur conversation sans attirer l’attention.
#36519
« Nous parlions du prix. »

« Du prix ? Ah oui, effectivement. J’ai de quoi vous rémunérer en datari républicain, impériaux, hutts … »

L’autre leva la main et tira de son manteau un long cigare. Il l’alluma sans précipitation, jugeant le bout de la tige marronnasse avec avidité. Un fin sourire se dessina sur son visage. Derrière eux, le tonitruant empêcheur de tourner en rond se releva, grognant sa rage à en polluer son esprit. C’était comme un fluide qui caressait sa perception et qu’elle sentait un peu trop perceptiblement. Helera pivota sur son siège pour encaisser l’attaque future. Mais contrairement à ce qu’elle pensait, il ne se passa rien contre elle. Une jeune femme, plus jeune qu’elle, du maquillage proéminant sur le bord des yeux, lui donnant un air de sœur de l’ombre de Dathomir, s’interposa. En un seul mouvement, leva sa jambe à hauteur de visage et l’immobilisa pour de bon. On la regarda, on se demanda, on jugea. A voix basse, les esprits s’élevèrent et s’échauffèrent. Nul doute que sachant ce dont elle était capable, ils allaient lui mettre des bâtons dans les roues pour prétendre à une place. Helera haussa un sourcil et la suivit du regard jusqu’à ce qu’elle prenne place à leurs côtés. Sans gêne ni honte, elle soutint le regard.

Des bizarreries, elle en avait vu, mais se dévoiler ou porter assistance à quelqu’un d’autre, ce n’était pas dans les habitudes des criminels. Débutante, idiote ou vantarde, il y avait le choix. S’en suivit l’annonce par un tierce des places pour le parcours du combattant.

« Disons que je sais d’où vous venez et ce que vous avez fait. »

« Et c’est un exploit ? »

En réalité, s’en était un. Mais la reine resta particulièrement froide. Entre croire en son savoir, connaître la vérité et prêcher le faux pour avoir le vrai, il y avait des galaxies. Les gens ici étaient d’habiles manieurs de la langue et aucune information ne saurait filtrer de la reine. De son point de vu, la sécurité passait avant tout par la suppression de l’information. Non, définitivement, elle doutait de ses informations.

« Si on veut, en un sens. »

De nouveau, la femme à la peinture noire passa devant eux et vint se poster dans les parages. Helera croisa les jambes et s’adossa au comptoir, de sorte à la tenir en vue.

« Une cellule républicars est en activité dans l’école. Elle surveille les criminels qui vont et viennent, organise des enlèvements, ce genre de trucs. Ils croient que nous ne savons rien, mais ce n’est uniquement par notre bonne volonté qu’ils existent. Ainsi, dès que l’un des nôtres vient à sortir du rang, nous faisons discrètement glisser des informations erronées et ils font le sale boulot à notre place, et sans le savoir en plus. »

Il ricana et tira lourdement sur son cigare. Une épaisse fumée s’éleva dans l’atmosphère, accompagnée d’une odeur rance à en faire tousser les poumons. Helera eut par ailleurs quelques difficultés à ne pas éructer et dû détourner le regard.

« Pourquoi vous me racontez tout ça ? Je m’en fou de ce que vous faites avec les rouges. »

« Je vous le raconte car ils ne sont plus pour nous d’aucune utilité. Dernièrement, ils sont arrivés à faire leur travail et ont arrêté un responsable du blanchiment. Il y a eu incartades, et ils l’ont buté. »

Helera haussa les épaules, puis eut soudain comme une petite sirène dans la tête. La Force appelait. Elle renifla inconsciemment, comme un animal devant une piste fraiche. Elle resta agar, les yeux perforants les alentours.

« Dommage. »

« Ouais, dommage. C’est donc le prix. Je veux que cette cellule d’espionnage disparaisse de nos registres. En échange, je regarderai ce que je peux faire pour me renseigner sur cette attaque et remonter la piste. Cela vous va ? »

Enfin, elle se retourna vers lui et posa le Datapad sur le comptoir. Le visage d’un homme apparu, l’air sévère, en costume militaire taillé.

« Et donnez-moi tout ce que vous avez sur lui également. Demande personnelle que vous ne saurez refuser à une dame. »

Helera esquissa un sourire et transféra l’image vers son contact.

« Alors ce sera uniquement pour vos beaux yeux. » Dit-il en agitant lui aussi un sourire, juste avant de recracher une épaisse fumée sur son visage. Le sourire de la reine se tari, pervers.

Les informations sur la cellule républicaine apparues sur son datapad, et elle le rangea de nouveau sur sa cuisse. De plus, elle vérifia que son holo de poignet gardait les informations. Traquer du républicain, ce n’était pas dans ses attributions. Il y avait visiblement un début à tout. Du reste, elle voulut vérifier quelque chose. Une simple idée qui lui trottait dans la tête.

« Je serai curieuse d’observer vos nouveaux élèves en action. Montrez-moi. »
#36584
Image


[justifyL’attitude de la jeune femme semblait familière de ce genre de lieu et cela ne fit qu’éveiller davantage les soupçons de Rena qui resta pourtant discrète afin de ne pas s’attirer trop de regards. Son intervention avait déjà suscité quelques messes basses et des regards appuyés, mais c’était surtout l’attention de personnages importants qu’elle voulait capter. Bien sûr, c’était la première fois qu’elle baignait dans le milieu du crime et par conséquent, la jeune padawan n’en connaissait pas tous les us et coutumes. Si elle avait pensé attirer l’attention en se montrant directe et violente avec le petit caïd déjà au sol, elle n’avait peut-être pas cerné que cela pouvait être interprété de bien des façons différentes suivant le point de vue. Dans les regards posés sur elle, la Jedi pouvait bien sentir qu’en plus de l’intérêt qu’elle avait éveillé chez certains, il y avait aussi une franche hostilité d’autre part. La suite n’allait pas être simple et l’annonce de la prochaine épreuve risquait de lui causer d’autres difficultés.

Quoi qu’il en soit, la brune resta stoïque et attendit son tour silencieusement, méditant afin de percevoir à quoi elle allait être confrontée. Les yeux fermés et la respiration lente, elle chercha à ressentir les vibrations venant de la pièce voisine mais rien ne semblait lui parvenir clairement, la Force restant silencieuse. Peut-être que son instinct restant en alerte ne lui permettait pas de se laisser guider pleinement par la Force et de percevoir clairement les choses. En tout cas, les numéros défilaient assez rapidement et très peu semblaient revenir du lieu d’examen. Une bonne dizaine de personnes avaient déjà franchies la porte et pourtant, seuls cinq étaient revenus. Il y avait fort à parier que l’épreuve qui l’attendait n’était pas de tout repos. Son Maître lui avait indiqué qu’elle devrait sans doute passer ces épreuves sans grande difficulté mais bon, sans avoir recours à la Force, cela risquait grandement de compliquer les choses.

Finalement, le numéro de Rena fut appelé et calmement, elle se leva et se dirigea vers la porte. Ne voulant pas éveiller le moindre soupçon chez la jeune femme aux cheveux argentés, elle ne lui accorda pas le moindre regard, agissant comme la Reine des Glaces comme le lui avait conseillé son Maître. Une fois la porte franchie, un trandoshan répondant au nom de Trussk Jiruzz se dressa face à elle.

« Mmmm … tu m’as l’air bien fragile … Enfin bon … Voici l’objet que tu dois ramener. Tu peux utiliser les armes que tu veux et les méthodes que tu veux. Tu as une heure, mais sache que le nombre de place est limité. Nous prendrons les plus rapides en cas d’élèves excédentaires. »

Ne relevant pas les commentaires de son interlocuteur et acquiesçant à ses instructions, la jeune padawan se présenta devant la porte suivante afin de commencer l’épreuve. L’objet qu’elle devait récupérer était une amulette argentée ornée d’une pierre verte assez reconnaissable. Désormais, sa concentration était optimale et elle put ressentir une présence à quelques mètres derrière la porte. Vu la cadence des passages et l’heure donnée aux participants, il y avait fort à parier que la plupart ne franchissait même pas la porte du test et qu’ils étaient abattus avant même de s’en rendre compte. Elle dégaina donc son blaster avant même que la porte ne s’ouvre et dès que cette dernière se mit en marche, elle tira en direction de l’adversaire qui l’attendait. Surpris par sa réactivité, il fut touché à l’épaule et roula pour se mettre à l’abris. Ce mouvement permit à Rena d’entrer rapidement afin de se cacher derrière un gros rocher.

Elle inspecta les environs et à sa grande surprise, la pièce ressemblait à un immense hangar aménagé en désert. Il y avait des rochers et du sable partout, ainsi que des vieilles carcasses métalliques. Ils avaient sans doute récupéré cela après les batailles entre les Rebelles et l’Empire. Si sa supposition était correcte, la personne chargée de l’accueillir était seule et si elle échouait, les autres devaient garder les objets à récupérer. Il fallait donc parvenir à le mettre hors d’état de nuire car les autres avaient certainement déjà été alertés par les tirs de blaster. Le plus simple était donc de recueillir des informations de la part du sniper et de les utiliser efficacement. Elle sortit donc de sa cachette guettant la zone où son adversaire s’était dissimulé. D’un pas léger et silencieux, elle avança et dès qu’elle percevait un mouvement indiquant qu’il cherchait à voir où elle était, Rena tirait pour le forcer à rester cacher. De cette façon, elle put s’approcher sans grande difficulté. La sécurité est une chose, mais ne pas prendre le risque de savoir où se trouve son ennemi peut se révéler encore plus dangereux.

Malheureusement pour l’étudiante expulsée, cette leçon ne semblait pas avoir été apprise et lorsqu’elle eut le courage de sortir la tête, il était déjà trop tard. Rena la désarma d’un coup de pied et tira un second coup dans sa jambe afin de l’immobiliser. Malgré la froideur apparente de son geste, la jeune femme eut beaucoup de mal à tirer sur une personne sans défense. Son hésitation ne dura qu’une fraction de seconde mais bon, c’était suffisant pour que quelqu’un d’expérimenté s’en rende compte. Heureusement pour elle, son opposante ne sembla pas sen rendre compte et supplia pour sa vie. Cela permit à la jeune padawan de recueillir des informations sur le camp de base de ses adversaires. Selon les dires de la blonde, il y avait encore trois autres étudiants qui l’attendaient. C’était un début, mais Rena voulait en savoir plus.

« Que savez-vous sur les personnes qui entrent ici ? Nom ? Style de combat ? Objectif ? »

« Rien ! On doit juste vous empêcher de ramener un objet. Le plus simple est de vous tuer pour gagner. Ca n’a rien de personnel, celui qui franchit la porte est un ennemi, c’est tout. »

Ramassant le fusil sniper DH-447 de son adversaire, la brunette lui donna un coup de crosse violent afin de l’assommer. Elle continua ensuite son chemin vers le camp de base qui devait abriter l’amulette qu’elle cherchait. Vu l’espace limité, il lui suffisait de trouver un point surélevé pour avoir une meilleure vision de la situation. Elle se dirigea donc vers une zone rocailleuse qui devrait lui donner une bonne vue sur l’ensemble de la zone. Elle s’installa discrètement et jeta un œil dans la lunette du fusil. Comme elle pouvait s’y attendre, la défense était largement favorisée vu la position du camp. En effet, il était proche du mur du hangar, empêchant d’être pris à revers et forçant les assaillants d’attaquer de front. Avec l’avantage d’attendre leurs adversaires, il était normal que si peu des nouveaux postulants étaient revenus entiers. La jeune padawan n’était pas du genre à tuer pour rien mais bon, vu la situation, elle n’aurait sans doute pas le choix afin de réussir sa mission.

Comme elle pouvait le supposer, les autres défenseurs étaient désormais sur leur garde et cela allait compliquer les choses. Elle put en compter trois comme le lui avait dit la sniper à l’entrée et vu le tas d’objet rassemblé au milieu du camp, ils ne devaient pas savoir lequel était celui visé par l’attaquant. Ce manque d’information était sans doute le point crucial de sa stratégie car elle pourrait l’utiliser à son avantage. Minutieusement, elle prit une dizaine de minutes à analyser le terrain afin de se garantir une approche à couvert. Il n’y avait malheureusement pas énormément de chemins possibles et le plus gros souci venait des derniers mètres qui seraient obligatoirement à découvert. Il fallait donc agir vite et bien pour récupérer l’amulette et filer. Il lui fallut encore cinq bonnes minutes pour repérer l’amulette dans le tas d’objets protégés par ses adversaires. Durant ce lapse de temps, les trois étudiants semblaient avoir légèrement relâché leur attention, ce qui était parfait pour Rena.

Vu la distance, elle devrait sans trop de mal parvenir à toucher les trois adversaires sans les tuer, surtout avec un fusil de précision. Elle s’attaqua donc à la cible la plus problématique si elle venait à se mettre à couvert. Elle attendit patiemment que les deux autres ne regardent pas dans sa direction et appuya sur la gachette. L’épaule du Cathar fut transpercée sans difficulté et il tomba au sol de douleur, laissant son blaster alors qu’il rampait pour se mettre à couvert. Rapidement, elle enchaîna avec la cible suivante qui pensait s’être mise correctement à l’abri. Deux coups suffirent pour la mettre hors d’état de nuire. Il ne restait plus qu’un ennemi et évidemment, il savait désormais d’où venait les tirs. Rena sortit donc de sa cachette et se mit à courir tout en tirant pour éviter qu’il ne sorte sa tête. Par chance, elle parvint à se dissimuler à nouveau, changeant totalement d’endroit pour surprendre son adversaire. Délaissant le fusil pour son blaster, elle rampa dans le sable afin de se donner une fenêtre de tir. Les tirs ayant stoppé, l’homme se mit à tirer en direction des rochers d’où il avait vu partir les premiers tirs. Malheureusement pour lui, Rena n’eut aucun mal à l’abattre à son tour, tirant dans ses deux bras pour éviter qu’il ne puisse riposter.

Calmement, la jeune padawan observa les trois ennemis blessés qui ne semblaient pas vouloir en découdre au point d’y laisser la vie. Elle s’approcha donc de la pile d’objet et prit une petite boite rouge ressemblant à un coffret à bijoux. Discrètement, se plaçant de sorte que personne ne puisse la voir, elle utilisa la Force pour attirer l’amulette argentée dans sa poche. La prudence était de mise et elle eut parfaitement raison car au moment précis où elle allait repartir, un Chagrien lui sauta dessus. D’un simple revers du bras, il fit voler la brune à plusieurs mètres. Sa force n’était pas à sous-estimer. Sous la force du coup, Rena avait lâché la boite et c’était maintenant son adversaire qui l’avait, un sourire aux lèvres. Grâce à cette intervention, sa première cible était parvenue à récupérer un blaster, ce qui rendait les choses nettement plus compliquées. Bien sûr, ils ne savaient pas que la jeune femme avait déjà rempli son objectif et par conséquent, ils attendirent qu’elle cherche à récupérer la boite mais elle ne fit que tirer dans le tas pour les forcer à se mettre à couvert, tout en fuyant le plus vite possible.

Surpris par ce retrait, le Cathar et le Chagrien restèrent à garder la mystérieuse boite, tandis que Rena rejoignait la sortie. Le trandoshan se moqua d’abord d’elle pour avoir perdu son temps sur un objet hors objectif, pour finalement être surpris lorsqu’elle lui remit l’amulette. Personne n’avait vu son petit tour et c’est ce qui lui avait assuré sa victoire. Son ticket pour l’école fut validé et elle retourna s’asseoir dans la grande salle en attendant que les autres élèves passent à leur tour. [/justify]
#36620
Son interlocuteur ne se fit pas prier et se pencha par-dessus le comptoir pour ramener un écran d’une dizaine de pouces qu’il plaça entre eux. Il pianota rapidement sur quelques touches stratégiques et l’image apparue en plusieurs caméras disséminées à travers le terrain de sélection. Il se vanta du perfectionnement des outils de suivi et de traque dont ils disposaient. Après tout, et comme il lui souligna :

« Ne sommes-nous pas les maîtres galactiques de recèle d’informations ? »

Ce à quoi elle répondu par un sourire avant de se concentrer sur les images. Vanter l’interlocuteur n’était en rien dans ses prérogatives, et s’il souhaitait se faire mousser, ce n’était sûrement pas à son contact. Elle observa les aspirants se faire découper les uns après les autres. La plupart ne franchissait par le seuil, les suivants n’étaient pas assez vifs pour les tireurs embusqués et globalement ils n’avaient pas la moindre chance. Ainsi allait les choses dans le coin, et même si sentir la mort à la chaîne la peinait, elle ne trouva rien à en redire. Ce fonctionnement était inhérent au système planétaire et rien de ce qu’elle aurait pu faire n’aurait changé cela. Quand ce fut au tour de la femme aux yeux noirs, Helera se concentra davantage sur les caméras et pianota pour changer les angles de vu. Le premier obstacle fut franchi sans grande peine, ayant pris de vitesse l’ennemi caché. Elle repéra le tireur embusqué trop facilement ensuite. La reine observa, une main sous le menton, tout le manège qui s’en suivit. La récolte des informations et les premiers tirs. Un à un, ils furent abattus.

Le sniper avait de privilège que la puissance de ses décharges ne laissaient souvent pas grand-chose de l’ennemi. Le charnier qui s’en suivit fut propre à ce que l’on attendait d’une planète comme celle-ci. Ils furent mis hors combat, elle les devança, récupéra par un habile jeu de main l’amulette de la boîte. De main ? Non, il n’y avait pas eu de mouvement.

« Comment elle a fait cela ? »

« Hm ? »

Helera releva la tête vers le bonhomme ahuri. Ce dernier pointa sa poche du bout des doigts et zooma à tel point que l’on y voyait les coutures de la jupe. Poche probablement à ce niveau-là, puisque sûrement pas au niveau du T-shirt.

« Si si, regardez. L’amulette s’est envolée. »

« Vous avez rêvé. »

Il s’emporta.

« Mais non, vous … »

« J’ai dit : Vous avez sans doute rêvez. »

« J’ai sans doute rêvez. »

La reine avait dû appuyer sa persuasion a un point qui laissa son interlocuteur groggy. Il resta là, les yeux dans le vide, en apparence à regarder cet écran où il ne se passait plus rien. Peu de temps après, elle ressortit de la salle, enorgueillie par sa réussite. Helera observa le trandoshan. Aucune réaction, il n’avait pas vu. Combien de temps avant que les autres ne le remarque. La reine fixa l’élève et hocha la tête négativement. Helera porta sur la petite un regard assez insistant pour que celle-ci ne se porte à son attention. C’est à ce moment que les yeux royaux normalement bleutés perdirent en intensité et se nimbèrent de petits veinules blanchâtres, teintant l’iris d’un grisâtre nuageux. Elle fronça ensuite les sourcils et la détailla au complet. Quelques secondes plus tard, tout était terminé.

« Bien, merci pour votre accueil, tachez de me trouver ce que je vous ai demandé et je vous rendrai la pareille. »

Helera ajusta sa capuche, se leva en ajustant sa tenue et disparut de l’endroit. Elle fit quelques pas dans la ville au hasard, passant devant divers devantures, s’éloignant du centre bondé, vers la périphérie moins contrôlée. Elle emprunta une ruelle jugée assez déserte et se retourna enfin vers sa fileuse.

« Tu te camoufles aussi bien que tu mens. »

Même si elle ne la voyait pas directement, Helera savait qu’elle était dans le coin.
#36642
Image


Assez satisfaite de sa réussite, Rena observa les différents concurrents devant encore passer le test. Ceux-ci semblaient la dévisager comme ils le faisaient avec tous ceux qui étaient revenus, un peu comme si la jalousie et l’envie avaient pris le pas sur les autres considérations. Plusieurs élèves également victorieux vinrent tenter d’aborder la jeune femme, mais ils se heurtèrent au silence et à l’indifférence de la Reine des glaces. Après tout, la concurrence allait être rude et il était donc préférable de ne pas faire trop ami-ami avec les autres étudiants. Par conséquent, aucun d’entre eux ne se sentit vexé par son attitude. Quoi qu’il en soit, la brune jeta un coup d’œil à la femme aux cheveux argentés et elle semblait décidée à partir. Sans doute que l’affaire qui l’avait amené ici était maintenant terminée et pourtant, un étrange sentiment émanait d’elle.

Guidée par son instinct, Rena se concentra pour mémoriser sa signature dans la Force et ainsi lui permettre de la suivre. Elle attendit sagement que la jeune femme sortit de l’école et prit congé en prétextant qu’elle avait un rendez-vous avec son employeur. Le responsable de la sélection l’avertit tout de même de revenir dans deux heures afin de poursuivre les tests, sans quoi sa place dans l’école serait perdue et les droits d’inscription seraient à reverser. Il n’y avait pas à dire, ces truands ne perdaient pas le nord lorsqu’il s’agissait d’argent. En tout cas, deux heures allaient certainement être suffisantes pour en apprendre un peu plus sur cette mystérieuse femme. Avec un peu de chance, elle parviendrait à contacter son Maître pour qu’elle prenne le relai lorsqu’elle devrait retourner à l’école pour le prochain test.

La padawan dissimula son lien avec la Force et suivit discrètement à distance la jeune femme. Grâce à son pouvoir lui permettant de traquer une cible, elle put garder ses distances afin de ne pas se faire repérer tout de suite. Cette femme devait avoir une certaine expérience vu ses liens avec le Syndicat Tenloss. Petit à petit, elle s’éloigna de la foule et des zones fréquentées. A distance, Rena continua à la suivre afin d’avoir le fin mot de cette histoire et de comprendre quel était le lien entre cette femme et le Syndicat. Finalement, sa proie s’arrêta dans une ruelle. Rena monta sur le toit afin d’avoir une meilleure vision des choses, se demandant la raison de cet arrêt. Approchant discrètement pour voir ce que la femme pouvait bien faire, elle fut surprise par les mots qui semblaient lui être adressés.

Se cachant rapidement derrière le petit muret du toit, Rena se demanda comment elle avait pu se rendre compte qu’elle était suivie. Cette femme n’était décidément pas quelqu’un d’ordinaire. Vu qu’elle restait sans bouger au milieu de cette ruelle, il était évident qu’elle avait été grillée. Il ne lui restait plus qu’à jouer une autre carte afin de ne pas griller sa couverture. Si cette femme venait à émettre des doutes aux oreilles des instructeurs de l’école, la situation pourrait se compliquer et la mission pourrait être compromise. Réfléchissant derrière son muret, Rena décida de sortir de sa cachette afin de s’exposer ouvertement. D’un bond, elle sauta dans l’allée déserte, atterrissant à quelques mètres derrière la femme aux cheveux argentés.

« Désolée de vous déranger de la sorte. Mon Capitaine m’a toujours dit de faire attention aux personnes qui sortent de l’ordinaire. Je suis juste curieuse à votre sujet. »

La padawan s’inclina légèrement, gardant son visage froid et indifférent de façade. Il ne servait à rien de chercher la confrontation, surtout que cette femme n’avait rien fait de mal à première vue. Tout ce qu’elle voulait maintenant, c’était recueillir quelques informations. Comme dans toute situation visant à obtenir des informations, il était important d’en fournir un peu également. C’est pour cette raison que Rena se présenta à l’inconnue.

« Je me nomme Rena. Je travaille pour la Capitaine Jem. Comme vous avez dû le comprendre, je suis inscrite à l’Ecole Baradis afin de favoriser les affaires de ma Capitaine après mon succès. Je me suis permise de vous suivre car mon instinct me disait que vous pourriez être une personne à connaître. Ai-je fait erreur ? »
#36782
La ruelle n’était pas particulièrement salle, contrairement à ce que l’on pouvait s’attendre d’une planète comme celle-ci. C’était un couloir menant à une rue adjacente, où trônaient quelques poubelles de métal, posés par les propriétaires locaux. Ainsi qu’une grille qui séparait les deux rues. Helera posa les mains sur ses hanches et leva la tête vers les étages supérieurs, observa les escaliers de sécurités et tenta de deviner quel genre de famille pouvait habiter l’endroit. Des riches ou des pauvres, des gens légaux ou des mercenaires. On n’était qu’à une petite marche de l’école et pourtant, elle avait la conviction que les locataires n’étaient pas les plus dangereux de la ville. Hormis pour la praticité, il n’était pas sécurisé pour un criminel d’habiter à côté de son lieu d’apprentissage. Alors ne restaient que les opprimés du syndicat. Triste vie que celle-ci.

Sa pisteuse trouva ce moment adéquat pour sortir de son couvert. D’un pas léger, elle atterrit derrière Helera, toujours à observer les sommets des bâtiments de brique. Enfin, elle se retourna et fit un pas en arrière, ne cachant pas l’observation plus poussée qu’elle fit d’elle. Des vêtements provocateurs, un maquillage beaucoup trop voyant et surtout un minois si inexpérimenté, empreint d’une pureté infantile. Elle était jeune, très jeune. A travers cette petite, elle se revoyait, quelques années auparavant, baroudeuse de son état, cherchant à se défaire des liens que le seigneur Sith avait accroché à ses poignets. A cette époque, elle vivait sur Nar Shaddaa, un endroit similaire à celui-ci, la crasse en plus.

Helera esquissa un discret sourire et baissa la tête. Puis elle croisa les mains dans le dos.

« Tu as fait une erreur de croire que je n’allais pas remarquer que j’allais être suivie. Dans la plupart des cas, sur cette planète, on récompense la curiosité par un meurtre comme dans ce genre d’allée et ton corps termine dans une poubelle, comme celle-ci. »

Elle désigna la benne à côté.

« Tu as vu comment se comportaient les gens d’ici ? A moitié entre le déni et le mensonge. Sous une couche de violence exacerbée par une atmosphère pesante. Mais toi, tu parles avec des mots qui ne sont pas originaires d’ici. Tu fais mine de t’assoire à proximité pour écouter ma conversation, tu me files à travers la ville. Et pourtant tu es si jeune … »

Helera fit une pause.

« Jeune et impétueuse. Rare sont ceux de ton âge qui survivent ici. Tu sais ce qui t’attends une fois là-bas ? Les coups, sans arrêt. Le rabaissement de ta condition. Et en plus de cela, tu es une femme. Tu ne pars pas gagnante. »

En fin de compte, un haussement d’épaule suffit à souffler les mauvais souvenirs qui s’insinuaient au fur et à mesure qu’elle déroulait le profil. Ce n’était pas vraiment son procès, mais celui qu’elle aurait voulu entendre quand elle avait cet âge-là.

« Ton capitaine Jem se fou de toi en t’envoyant seule dans ce genre d’endroit, Rena. Il sait pour tes capacités également ? Tu as été filmée par les caméras qui entouraient l’enceinte de l’exercice. J’ai pu leur brouiller les pistes pour t’éviter des ennuis. »

Un hochement de tête négatif, suivi d’un sourire, sincère. Helera ne se comportait pas comme elle le fut quelques minutes plus tôt.

« Les Jedi peuvent t’aider, t’offrir un toit, à manger et un cadre. Tu as sans doute entendu ce que je venais faire ici, alors je ne peux malheureusement pas t’accompagner là-bas. Mais je connais des gens pour t’y mener et des personnes sur place. Crois-moi, un maître Jedi ne t’obligerait pas à ce genre de … prostitution. Tu vaux mieux que ça. »

Même si elle se doutait qu’il y avait probablement anguille sous roche, elle posa le cadre de ses réponses. Dans le cas où elle se trompait.
#36838
Image


La femme face à elle ne semblait pas menaçante de prime abord mais bon, il était important de rester sur ses gardes. Un visage souriant peut souvent cacher une lame qui ne vacillera pas une seconde avant de plonger dans votre cœur. C’est donc avec prudence que Rena s’adressa à l’inconnue. Cette dernière exprima même assez clairement les préoccupations de la padawan en évoquant la méthode traditionnelle de traiter ce genre de chose sur cette planète. Au fil des paroles de son interlocutrice, la brune comprit assez rapidement que son petit stratagème avait été découvert. Apparemment, elle n’était pas encore très douée pour ce genre de mission et ses capacités de chasse laisser un peu à désirer si elle s’était faite repérer si vite. Il était important qu’elle s’entraîne plus durement pour ne pas se faire piéger. Si cela avait été un sith, elle aurait très certainement perdu la vie sans même s’en rendre compte.

Quoi qu’il en soit, Rena écouta avec attention les propos de la femme aux cheveux argentés et fut assez surprise lorsqu’elle la mit en garde sur son avenir au sein de cette école et du Syndicat Tenloss. Sans l’interrompre, elle l’écouta patiemment. Il faut dire que si sa cible était d’humeur bavarde, autant la laisser tout déballer sans risquer de la rendre muette. Même si ses propos n’étaient finalement que des jugements sur sa situation, Rena comprit assez facilement que malgré sa présence dans ce lieu, son interlocutrice n’était pas une mauvaise personne. Elle fut même surprise d’entendre que cette dernière l’avait aidé et que son petit stratagème en utilisant la Force avait été remarqué. Comme quoi, elle aurait dû être bien plus prudente lors de ce test. Gardant son visage froid alors que la femme parlait de son Maître sans vraiment connaître ce qui se cachait derrière cette situation, Rena ne put s’empêcher un petit rictus de surprise lorsque l’inconnue évoqua les jedis.

Reprenant son calme presque immédiatement, se demandant si toute cette histoire n’était pas un moyen de griller sa couverture, Rena haussa les épaules avant de répondre à cette mystérieuse inconnue qui semblait en savoir pas mal.

« Mon Capitaine sait pour mes talents et c’est ce qui me rend indispensable. Je ne suis pas une petite fleur fragile qui nécessite une protection. Je vous remercie pour votre intervention quoi qu’il en soit. Tôt ou tard, mes talents seront connus et leur valeur ne fera qu’augmenter. Je n’ai pas réellement besoin d’aller dans cette école, le but est juste d’appâter des clients importants pour qu’on ait du travail payant très bien. »

Affichant pour la première fois un petit sourire sûre d’elle, bien que cela ne soit qu’un rôle vu qu’intérieurement, elle avait la trouille d’être démasquée si vite, la padawan en remit une couche pour éviter que l’inconnue fasse le lien entre le Nouvel Ordre Jedi et elle.

« Qu’est-ce qui vous dit que je vaux mieux que ça ? Les Jedis vont juste me brimer pour que je rentre dans le moule. Vous n’êtes pas la première à me parler d’eux, mais cela ne m’intéresse pas. Par contre, je suis surprise qu’une amie des Jedis soit sur Jarvanam. Ce n’est pas vraiment un endroit où leurs préceptes dépassés sont de mise. D’ailleurs, je croyais que Jedis et Républicains étaient dans le même camp mais bon, de ce que j’ai pu entendre, vous devez vous occuper d’une cellule républicaine pour avoir accès aux informations que vous désirez. Ne serait-ce pas un peu contradictoire ? »

Rena devait faire attention de mesurer ses propos, tout en essayant d’en apprendre un peu plus sur cette inconnue. Elle tenta donc de proposer son aide pour voir jusqu’où irait cette femme et si elle venait à trouver la cellule républicaine, elle pourrait toujours les sauver au besoin.

« Si vous le désirez, je suis tout à fait disposée à vous aider dans cette tâche. Peut-être que cela ne pèsera dès lors qu’assez peu sur votre conscience lorsque vous reverrez vos amis Jedis. »

Proposer son aide comme ça sans une quelconque rémunération aurait été des plus suspect et par conséquent, Rena reprit la parole en évoquant son paiement.

« Evidemment, j’apprécierai un petit service en échange. Vu semblait en connaître un peu sur les Jedis par conséquent, vous pourriez peut-être me fournir un sabre laser ? Ou peut-être simplement des informations pour m’entraîner. Plus je parviendrai à utiliser ce truc, plus mes talents voudront chers ! »

Il était important de jouer correctement son rôle et dans cette optique, Rena semblait avoir parfaitement joué le jeu. Il restait à attendre de voir si son interlocutrice tomberait dans le panneau et aussi, si elle trahirait les Jedis en acceptant sa demande. Bien sûr, elle pourrait toujours se rétracter à la fin mais bon, ça lui donnerait un début de réponse concernant la personnalité de cette inconnue.
#36849
« Je me doute bien que ton capitaine t’as envoyé là-bas davantage par intérêt que pour satisfaire des envies de formation. Si tu étais si indispensable, il ne t’aurait pas mis dans un tel danger. »

Ici, même les sensitifs, et surtout eux, étaient traqués. L’empire avait placé des avis de recherche sur chacun d’entre eux, à des taux plus ou moins importants. Ainsi, dans ce lieu où l’argent résonnait davantage que la raison, le premier sensitif trouvé était capturé et chèrement jalousé. Il y avait de l’argent facile à se faire, pour une proie comme la petite chose devant elle. Helera étira un sourire et baissa la tête.

« Et bien, j’espère que tu vaux mieux que cela, car un sensitif qui recherche puissance ou prestige, dévie vers la voie de l’obscurité. Et mon rôle sera de l’arrêter et de le livrer. Dans tous les cas, ça passera par les Jedi. »

Helera releva la tête et la fixa, son sourire était désormais tari et son regard plus noir qu’alors. La reine ne plaisantait pas avec ce genre de chose et n’aurait aucun mal à la livrer au temple. Alors même que la petite continuait de la provoquer et de tendre les cordes de sa patience. Jeune et impétueuse, tout comme beaucoup de sensitif à cet âge-là. Décidément, les générations ne changeaient pas avec le temps. Toujours la même rengaine et cette impression de pouvoir. Elle se permit même de lui proposer son aide. Aide malvenue et surtout pas en accords avec ce que son capitaine avait ordonné. Comment réagir si elle la suivait, quand les cours à l’école allaient débuter ? Ainsi, était-elle prête à la suivre juste … parce que. Non, c’était amené trop rapidement. Quelque chose de sous-jacent était cachée.

« Non. C’est trop dangereux et tu n’es pas assez mature pour ce combat. »

Helera éluda tous ses pics sur la correspondance entre Jedi et République. La petite ne comprendrait probablement pas la différence. De plus, si elle n’y était jamais allée, comment prétendre avoir quelques notions de politique. La reine était et restait calme, sans hausser le ton ni jamais sortir de ses gonds. Son visage gardait tout de même une force paisible et une impériosité que son titre et ses responsabilités lui avaient apportée tantôt.

« Si tu veux tout savoir, j’ai besoin d’une information concernant une attaque républicaine sur un convoi humanitaire désarmé. Je veux connaître les responsables et les amener devant la justice. Tu peux comprendre que cette affaire sent le scandale politique à plein nez et tous ceux qui auront mis le nez dedans seront en danger. Cette simple information en ta possession te rend dangereuse pour la république. »

Helera croisa les bras.

« Donc non, tu ne me suivras pas. Les Jedi font partis de la République, mais cette dernière est dirigée et gouvernée par des politiciens, ayant à leur botte des militaires. Le monde est loin d’être rose, et il n’y a pas de gentils et de méchants, dans aucun des camps. En revanche, il y a des êtres mauvais qui eux doivent être mis hors d’état de nuire. Le peuple qui a été massacré dans cette attaque était pacifique. Ils transportaient des vivres pour une planète en danger. Tu comprends ? »

Une certaine amertume transparaissait dans sa voix, et peut-être même un peu de dégoût, se traduisant par une colère étouffé par un timbre de voix monocorde. Cela la touchait personnellement et elle en avait fait désormais son cheval de bataille. Cette conversation serait bientôt terminée et elle pourrait retourner en quête de son information. Le temps jouait désormais contre elle.
Appelons ça une divergence d'opinion !

Et beh ? Je parle de … de noblesse d’âme ! Les […]

[Dxun] L'appel de l'Ombre

Vrad suivait toujours le Mandalorien quand souda[…]

Emporté par la force de ses coups, l’esclave fut […]

Armé d’une torche et d’une épée, le guerrier s’a[…]

Purge

J'accepte votre invitation. Elle le […]

https://cdn.discordapp.com/attachmen[…]

Dhevad Hsyrn

http://www.swagonline.net/sites/defa[…]

L e jeune chasseur de primes posa son livre sur[…]