L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#34179
HRP : Ce RP s’inscrit dans la suite du RP sur Malastare et se tient avant les événements de Terminus.


- Un simple service -



    Darth Ranath avait réglé ses dernières affaires sur Malastare. Sa rencontre avec Iro Kehera lui avait été bénéfique et lui donnait un accès certain bien que restreint à un réseau discret de contrebande. La Mirialan était restée à Tedrem pour assister à la course à laquelle Furie avait été inscrit, puis elle avait regagné le spatioport, pour enfin quitter cette planète à l’atmosphère écrasante. Hélas, quelques heures avant le départ, Yem était venu la trouver, et d’une oreille attentive, elle l’avait écouté.

    Uchai avait flairé un coup, un gros coup qu’il ne pouvait monter seul, et il faisait appel à une poignée de ses collaborateurs pour mener à bien son plan et tirer de ce coup le plus de crédits possible. L’affaire ne concernait pas la Sith, mais Iro lui demandait un service, avec à la clé une récompense. Pourquoi elle ? Yem expliqua le problème : le rendez-vous avait été fixé sur Roon. Roon ? Dans le Secteur Abrion. Roon qui est dans la nébuleuse ? Oui. Et alors ? Et alors on savait y allait mais on ne savait pas y piloter, et Iro croyait Jama capable de piloter là-dedans. Pourquoi elle ? Une intuition, avait-il répondu. Pour combien ? À part égale avec les autres. Ça pouvait faire beaucoup. Quand ? Demain.

    Le départ était ainsi fixé. Le lendemain, ils étaient trois. Ranath, Yem, et un autre, jamais vu. Et Iro ? Iro ne viendrait pas. Dès qu’ils furent assez loin de Malastare, le vaisseau sauta en hyperespace, vers Abrion. On dépassa Abrion pour un nouveau saut, et à la sortie, la nébuleuse les attendait. Ici, la Cape des Sith. Outre la récompense promise, la vision de la nébuleuse s’avérait être l’intérêt premier du voyage. Roon avait un passif obscur, elle était intéressante.

    Image


    Dès lors que la nébuleuse fut en vue, on confia le pilotage à Ranath, qui elle-même se confia à la Force. Le vaisseau progressait lentement vers Roon. On l’aperçut enfin. On s’approchait. Ça prit des heures. Des heures de silence, pendant lesquelles la Mirialan cherchait son chemin, celui que tous empruntaient pour se rendre à Roon. On était désormais suffisamment proches pour apercevoir l’anneau d’astéroïdes. Mais alors que la Sith envisageait un angle d’approche, un débri de la nébuleuse percuta violemment l’arrière de l’appareil, qui dévié de sa trajectoire, fonça droit sur l’anneau. Sur le tableau de bord, apparurent une à une les avaries dues au choc.

    Le vaisseau frôla l’anneau, évita de justesse la collision et repartit vers Roon. Mais le sursaut d’un des réacteurs amorça une vrille et le flanc se heurta à un astéroïde. Le pilote redressa aussitôt la trajectoire, et plein gaz, quitta la zone. Ils filaient droit sur la planète, se sentant tirés d’affaires. Cependant, en entamant l’entrée en atmosphère, le réacteur capricieux abandonna la partie, et tandis qu’on visait un atterrissage sur la face éclairée de Roon, c’est la face cachée qui se présenta, avec l’urgence de se poser, le second réacteur présentant des signes de faiblesse.

    Les deux chocs avaient considérablement endommagé l’appareil déjà ancien. Un à un, les systèmes s’éteignirent, et l'atterrissage, pratiquement hors de contrôle, résulta en un impact brutal en forêt, dans la pleine obscurité de la face cachée de Roon. Le vaisseau avait glissé sur plusieurs dizaines de mètres, sectionnant les arbres qui se trouvaient sur son passage, jusqu’à s’arrêter finalement, hors d’usage.

    Il passa une heure, peut-être deux, sans que rien ne bougea à bord. Ranath rouvrit les yeux la première, courbaturée, secouée par l’atterrissage. Elle se dégagea de son siège, se pencha vers le copilote, Yem, encore assommé. Elle se tourna vers le passager donc la nuque avait prit un angle peu commun. Elle le rejoignit pour constater qu’il était bien mort. Alors la Sith revint à Yem, et avec la plus grande précaution, le réveilla. Il balbutia quelques mots incompréhensibles, se souvint de la situation, et retrouva sa pleine conscience. Il constata à son tour que l’autre n’avait pas survécu. La chose ne l’émut pas davantage.

    Avec l’aide de Ranath, l’Humain tenta de rallumer les systèmes internes du vaisseau, sans succès. Après un tour rapide de l’appareil, le diagnostic était sans appel : on ne redémarrerait pas sans réparations, et quelles réparations ! Même le radar était hors jeu. Et les comlinks ne captaient rien dans les environs. À moins de vouloir crever dans cette boîte de conserve, il allait falloir sortir. Tous deux ramassèrent leurs affaires, leurs armes, et quittèrent la carcasse du vaisseau.

    Image


    La forêt dans laquelle ils avaient atterri était dense et présentait un fort taux d’humidité, sans parler du climat glacial qui s’était installé sur la face cachée de la planète, et de l’obscurité totale avec laquelle il fallait composer. Sur son datapad à l’écran fêlé, Yem suivait la carte très grossière extraite manuellement de l’ordinateur de bord. Ils se dirigeaient vers ce qu’ils pensaient être une ville, ou un village, peut-être un groupement de bâtiments.

    Ils n’étaient éclairés que par la lueur de la lointaine lune de Roon. L’Humain marchait en tête. En second, Ranath ouvrait son esprit à la Force, et par la pensée explorait les environs directs. Elle constatait la présence de nombreuses animaux plus ou moins gros, plus ou moins agressifs, la plupart fuyant à leur approche, les autres se terrant sous les fougères. Après de longues minutes de marche, peut-être une heure, peut-être un peu moins, la Mirialan perçut une présence plus imposante derrière eux. Quelque chose les suivait. Elle jeta un coup d’oeil par dessus son épaule, sans rien voir. À voix basse, elle informa Yem. Ça dura plusieurs kilomètres. C’était derrière, ça les suivait. Selon Ranath, c’était un animal, ça ne pensait pas, ça réagissait. À chaque fois qu’ils s’arrêtaient, ça s’arrêtait. Elle retourna même voir en arrière, mais il n’y avait rien. Qu’est-ce-que c’était ?

    On s’habitua au fait de se sentir suivis, on continuait. L’empreinte de la chose mua soudainement. Une agression. La chose, c’était bien un animal, tout en griffes et en crocs, surgit finalement des ténèbres, derrière Ranath, qui en dégainant son sabre, se retourna pour repousser l’attaque. La bête s’effondra sur le sol. Une autre vibration dans la Force. Devant, à droite. Yem s’était retourné quand la chose avait sauté sur eux, mais il n’avait pas vu venir le second prédateur.

    YEM !

    La créature lui sauta à la gorge, bascula avec lui entre les arbres, cassant les os et déchirant la chair. Sans une hésitation, la Mirialan se précipita sur lui, pourfendant de sa lame l’animal qui s’écroula à côté de l’Humain. Le calme revint. Yem était mort. En charpie. La lame améthyste regagna son refuge. Darth Ranath demeura longtemps immobile. La colère.

    La Sith ramassa tout ce qui pouvait lui être utile et se remit en route. Derrière elle, toute une foule de petits animaux s’approchait des trois cadavres pour un festin gargantuesque.Ranath tenait toujours en main son sabre éteint. Elle marcha plusieurs heures, constamment en alerte. Jusqu’à sortir de la forêt et apercevoir les silhouettes des bâtiments promis par la carte. Mais la Force lui chuchotait encore prudence, car quelqu’un d’autre s’approchait. Resserrant son emprise sur son arme, la Dame Sombre projeta sa pensée à la rencontre de l’inconnu.

Image
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#34209
Bordure Extérieure – Système Roon – Roon



Le Cargo sortit d'hyperespace et ceux qui étaient présents dans le cockpit purent admirer les étoiles qui les entouraient et la nébuleuse qui leur faisait face. Les mains crispées sur les commandes de pilotage, Anoyan regardait Rengo, une lueur d'incompréhension et d'hésitation dans le regard, comme s'il pensait encore que le Togorien se jouait de lui.

« Tu es sûr que c'est bien là que tu ressens le besoin d'aller ? Tu sais au moins où est ce que tes « visions » nous conduisent ?

En face de nous se trouve la nébuleuse appelé communément la Cape des Sith et de l'autre côté la planète Roon, classé inaccessible en raison des nombreux dangers qu'on y trouve et je ne parle même pas de la difficulté qui va être la mienne pour piloter à travers la nébuleuse et la ceinture d'astéroïde qui entoure Roon. C'est de la folie !
»


« Nous avons eu une vision alors que nous nous reposions, la Force nous a montré une jeune femme à la peau verte ainsi que cette planète. Si Elle nous a permis de voir cela, Elle devrait nous aider à arriver à bon port. »


Syphania toussota et ils se tournèrent vers elle, qui n'avait piper mot depuis que Rengo avait décrété qu'ils iraient sur Roon et rien ne l'avait fait changé d'avis. Mais la Chiss pensait pouvoir se montrer convaincante.

« Ecoute Rengo, je ne nie pas que tu aies eu une vision et que tu aies des aptitudes qui nous dépassent mais Ano a raison, nombreux sont les vaisseaux qui ont échoués ici. Allons voir le Docteur sur Tatooine et peut-être bien que la Force te donnera une seconde chance de rencontrer cette personne. »

Le sensitif signifia son mécontentement d'un grognement et dévisagea ses deux partenaires de chasse tout en se demandant s'il avait bien fait de s'entourer de compagnons qui semblaient prendre peur à la première difficulté qui se dressait sur leur chemin. Il se décida néanmoins à leur faire comprendre, une dernière fois, que c'était important pour lui de se rendre sur la planète et de trouver cette étrange femme. S'ils refusaient de l'accompagner, il se débrouillerait seul et il ne doutait nullement de pouvoir les neutraliser pour prendre le contrôle du vaisseau.

« Nous nous sommes promis de ne plus utiliser la Force depuis notre défaite sur Coruscant, nous n'avons pas cherché à voir ce que nous avons vus, nous l'avons parce que tel était Sa volonté.

Nous avons côtoyés les Gris, sans succès et nous n'en avons pas eu davantage auprès des Jedi et alors que nous pensions ne jamais pouvoir trouvé quelqu'un pour nous enseigner à exploiter notre potentiel, une chance nous est offerte et nous ne la laisserons pas passer. Alors nous irons sur Roon, seul s'il le faut et nous n'hésiterons pas à vous mettre hors course pour y arriver !
»


Anoyan et Syphania échangèrent un bref regard et ils se résignèrent à accepter.

« Alors va pour Roon ! J'espère seulement que mes compétences de pilote et ta Force nous aiderons à arriver sur place en vie. »

Soufflant un grand coup, Wain se concentra sur la tâche qui l'attendait et il commença à entamer la traversée de la Cape des Sith en maintenant la vitesse du cargo au minimum afin de pouvoir réagir en cas de problème tandis que Rengo, les paupières closes, était en train d'essayer de s'ouvrir à la Force afin d'espérer pouvoir trouver la route à suivre mais comme toujours, son manque de pratique et d'expérience lui firent défaut et il dût se reposer sur les seules compétences de l'ancien contrebandier, qui affichait une extrême concentration.

Des heures durant, « El Bandito » progressait avec lenteur au sein de la nébuleuse, cherchant son chemin à travers les innombrables débris quand enfin, Anoyan aperçut la planète et la ceinture d'astéroïde devant lui et, de soulagement, il s'autorisa un léger sourire de satisfaction, sourire vite disparu quand il constata que le plus dur restait à faire, il fallait désormais traverser le champ d'astéroïde et le pilote doutait de pouvoir y arriver sans risquer d'endommager le vaisseau et de devoir procéder à un atterrissage d'urgence dans le meilleur des cas ou ce serait un crash et alors, ça serait eux et leur chance.

Prenant une profonde inspiration, il réduisit un peu plus la puissance des réacteurs et il amena le vaisseau à l'entrée du champ et commença la lente progression à travers la multitude de roches qui les entouraient. Traverser la ceinture prendrait moins de temps que pour la nébuleuse, c'était une certitude mais au plus le cargo s'approchait de la planète et au plus la tension montait à bord du cockpit tandis que tous s'attendaient à être percutés. Et alors qu'ils voyaient enfin le bout du tunnel comme qui dirait, un astéroïde manqua de les taper sur le flanc gauche et Wain eut juste le temps de virer de bord, manquant par là de se faire taper sur le ventre du cargo par un autre caillou de l'espace. Jurant et pestant, le pilote s'efforça d'éviter une collision et, grâce à ses talents ou grâce à la Force (allez savoir), le vaisseau put rallier tranquillement la planète malgré la soudaine montée d'adrénaline et d'angoisse que les dernières secondes leur avaient faites vivre.

Tous purent enfin souffler et Rengo chercha à nouveau de se servir de la Force et il ressentit alors la présence au sol de la raison de sa présence ici. Les yeux fermés de peur de perdre ce qu'il ressentait, il indiqua vaguement à Ano la route à suivre, c'était déjà en soit un exploit qu'il parvienne à ressentir ce genre de chose, il ne pouvait pas non plus tout savoir avec précision mais ils constatèrent rapidement qu'ils prenaient la direction de la partie obscure de la planète, ce qui ne semblait guère plaire à la Chiss, qui se trémoussait sur son siège, mal à l'aise mais personne ne pouvait lui en tenir rigueur, même le Togorien n'était pas tranquille, bien que pour d'autres raisons. Il espérait n'avoir pas fait toute cette route pour rien, pas cette fois, il était hors de question qu'il fasse chou blanc.

Après plusieurs minutes, les trois occupants du cargo aperçurent plusieurs bâtiments à l'orée d'une forêt à l'allure sinistre et, une fois qu'ils furent à l'extérieur, le Togorien prit les devants, sentant non loin de lui la présence de la femme verte. Il était sûr qu'elle était là, quelque part, peut-être qu'elle aussi était là pour lui d'ailleurs mais cela, il ne le saurait qu'après l'avoir trouvé. Se fiant autant à la Force qu'à ses sens, il avança vers l'orée de la forêt, suivi de près par ses deux compagnons, qui surveillaient les alentours avec inquiétude, rien n'était de nature rassurante dans les environs et ce sentiment d'être surveillé n'était pas ce qu'il y a de mieux pour se sentir en sécurité.

Ils avancèrent quand Rengo se stoppa, ressentant une conscience inconnue venir à sa rencontre par la pensée mais il ne pouvait faire grand chose à part essayer de la repousser, en vain. Il était sur ses gardes et il chercha à étendre ses sens afin de trouver d'où pouvait bien venir cette présence quand il la vit, non loin devant lui, une silhouette toute de noire vêtue, le visage dissimulé sous un capuchon noir lui aussi. S'approchant rapidement mais sans intention hostile, Rengo distança rapidement ses partenaires et se retrouva seul devant la personne qui lui faisait désormais face. Et ce qu'il parvenait à ressentir lui confirmèrent qu'il était bien face à la personne qu'il venait voir. Mais il remarqua le sabre laser éteint dans la main de son vis-à-vis ainsi que l'étrange couleur de ses yeux et celle de sa peau, verte. Maintenant une distance respectueuse, il s'abaissa afin d'essayer de se mettre à la hauteur de la femme et il s'efforça d'engager la conversation de son mieux.


« Vous, nous vous avons vu... Vous êtes une Jedi ? Une Grise ? La Force nous a guidé jusqu'à vous, est-ce la même chose pour vous ? »
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#34222
    C’était un colosse, un géant dont la silhouette rappelait à la Sith les Massassis de Yavin IV. Et sa pensée lui parvenait comme toute aussi maladroite que celle des guerriers à la peau rouge. Immobile, la Dame Sombre laissa approcher l’individu. Elle était prête à dégainer, à frapper, et à fuir. La faible lueur dispensée par la lune de Roon révéla à faible distance la nature du colosse. Un Togorien. La Mirialan en avait déjà croisé quelques uns, mais ne les avait jamais confronté. Elle s’en méfiait. C’était des chasseurs émérites. Et celui-ci …

      « Vous, nous vous avons vu... Vous êtes une Jedi ? Une Grise ? La Force nous a guidé jusqu'à vous, est-ce la même chose pour vous ? »

    La Force ? Il s’était agenouillé, et malgré une attitude d’apparence pacifique, la méfiance de la Sith était totale. Les félins s’applatissaient avant de bondir. Soit il était un grand maître de la dissimulation, soit il était végétarien. Elle était prête à dégainer, à frapper, et à fuir. Sa pensée courut jusqu’aux deux autres qui se tenaient en retrait et revint au Togorien.

      « La Force t’a placé sur mon chemin, je ne suis pas venue pour toi. »

    Elle parlait à voix relativement basse, sachant pertinemment que son interlocuteur entendrait, et d’un ton assuré.

      « Qui es-tu ? Et eux ? »

    Après rapide examen, elle ne croyait pas avoir à faire à trois sensitifs, ou alors à trois grands maîtres de la dissimulation, aussi donnait-elle prioritairement son attention au colosse. Néanmoins, il avait inclus ses camarades en s’exprimant, parlant pour eux trois.

    Ranath avait volontairement évincé la question. Un Jedi, un Gris. Ni l’un, ni l’autre. Mais elle notait que celui-là connaissait l’existence de l’Ordre d’Helera, ce qui n’était pas pour mettre la Sith à l’aise. Elle avait croisé de nombreux Gris, en était-il un ? Mais la redondance de l’évocation de l’Ordre lui donnait à penser que l’Humaine contrôlait un réseau plus étendu qu’en apparence. Et s’il était véritablement un Gris, peut-être avait-il en mémoire quelque information qui aurait de quoi ravir la Dame Sombre.

      « Que la Force t’a t-elle montré de moi ? »

    Une question en l’air, ça n’avait pas d’importance. Maintenir le dialogue était le seul objectif, poursuivre l’examen, guetter les réactions.

      « Que veux-tu ? »

    L’empreinte du Togorien dans la Force n’était pas anodine, elle rappelait à Ranath celle de la jeune Humaine qui était récemment devenue son élève, Isabo. Il fallait bien que ce colosse eût quelque chose de remarquable pour la Force en vint à le placer sur la route de la Mirialan.

    Consciente que ses questions pouvaient avoir un caractère oppressant, la Sith repoussa sa capuche en arrière. Dans l’obscurité de la nuit éternelle, on distinguait à peine sur son visage les tatouages fins qu’elle avait tracé la veille. Ses iris d’or, en revanche, s’en trouvaient rehaussés de l’éclat lunaire.
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#34231
Aucune hostilité apparente n’émanait de la jeune femme et pourtant, elle conservait son sabre laser dans la paume de sa main, éteint. Elle parlait à voix basse, d’un ton calme assuré mais il ne doutait nullement qu’elle puisse le mettre au sol sans réelle difficulté.

Restant à bonne distance de la jeune femme et tâchant de se mettre de son mieux à sa hauteur, Rengo remarqua qu’Ano et Syphania les avaient rejoints, armes au poing et d’un geste de la main, il leur fit comprendre qu’il n’y avait aucun danger, du moins pas pour le moment, avant de reporter son attention sur son vis-à-vis.


« Alors il semblerait que la Force soit pleine de surprises !

Nous sommes Rengo et eux, ce sont nos partenaires de chasse, Anoyan « Wain » Jorman et Syphania. Mais ils n’ont aucune affinité avec la Force, nous sommes le seul ici, à part toi, à y être sensible.

La Force ne nous a pas montré grand-chose, à part cette planète et le fait que nous t’y trouverions.
»


Il marqua une pause, le temps d’ordonner ses pensées et de calmer les entités occupant son esprit, qui avaient réagis quand elle avait demandé au Togorien son nom, chacun voulant une fois de plus s’imposer pour prendre le contrôle mais pas cette fois, cette erreur lui avait coûté au Temple, il n’était pas question de récidiver ici et maintenant. Quand elle chercha à savoir ce qu’il voulait, il décida d’être franc avec son interlocutrice.

« Nous sommes un sensitif, du moins c’est ce qu’on nous a dit à quelques reprises. Nous avions déjà constaté avoir d’étranges capacités en de rares circonstances et, alors que nous étions sur Nar Shaddaa, nous avons fait la connaissance des Maraudeurs Gris et leur chef nous avait alors proposé de nous enseigner à maîtriser notre potentiel.

Mais la vie des Gris ainsi que leur idéologie ne nous correspondait pas alors nous sommes partis et nous avons alors eu une vision nous montrant Coruscant et le Temple Jedi. Nous nous y sommes rendus mais les questions d’un Maître Jedi arrogant à souhait nous ont fait perdre le contrôle de nous-même et nous l’avons attaqué, vainement, car ce Jedi n’a eu aucune difficulté à nous mettre hors d’état de nuire.

Ni les Gris ni les Jedi ne semblent pouvoir comprendre nos réelles motivations, nous sommes un Chasseur, un Chasseur Fou mais Chasseur tout de même. Nous vivons uniquement pour le plaisir de la traque, le goût du sang et l’odeur de la peur de nos victimes. Eux ne comprennent pas que nous avons cela dans le sang, la chasse fait partie intégrante de notre culture.

Nous cherchons un Maître qui sache nous enseigner ce que nous avons besoin de savoir, qui nous aide à développer notre potentiel. Et par-dessus tout, nous voulons devenir suffisamment fort pour affronter de nouveau ce Jedi, ce Morelion, et le tuer. Lui et tous les autres !
»
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#34248
    Nous, Rengo.

    On venait de mettre le doigt sur quelque chose. On avait des lacunes en Galactique ? On se prenait pour quelqu’un d’important ? Ou on avait un gros problème ?

    Le problème de Ranath mesurait près de trois mètres, de muscles et de poils. Un problème à la gueule acérée de crocs tranchants, qui contait son histoire avec un semblait de détachement. Elle écoutait, attentive, à la recherche de réponses. Qui ? Pourquoi ? Ça lui tombait du ciel. Non, elle était tombée du ciel. Lui … Fallait-il que la Force lui envoyât tous les détraqués de cette Galaxie ? Celui-là, à l’instar de Jeny, n’avait pas l’air net.

    Nous, Rengo. Les Maraudeurs Gris. Coruscant. Les Jedi. Morelion.

    La pensée de la Sith se rétracta. Son esprit se referma. Le Togorien avait dit vouloir se venger, et ses propos, ainsi que son émotion, paraissaient sincères. Néanmoins, ce pouvait être un subterfuge grossier pour amadouer l’ancienne Jedi. Ce qui en soi aurait été une erreur étant donné l’indifférence totale vis-à-vis du Temple dont se drapait la Mirialan. Elle n’avait ni les moyens ni l’envie d’affronter son maître.

    La réflexion suivante lui vint alors assez naturellement. Si Rengo voulait vaincre Morelion, il devrait se surpasser, la surpasser elle, et devenir un antagoniste puissant de cet embryon qu’était l’Ordre Sith. Toutefois, la vengeance se trouvait être une motivation des plus tenaces … Darth Varadesh avait été poussée par son désir de vengeance, et occupait désormais une place de choix au côté de la Dame Sombre. Elle était aussi dangereuse qu’un apprenti pouvait l’être pour son maître, et porteuse d’espoir pour l’avenir de l’Ordre. De surcroît la haine de Rengo était profitable, tout autant que celle de Varadesh. Et il restait un problème qui devait trouver sa solution.

    Un fin sourire étira les lèvres de la Sith.

      « La Chasse … En quoi ces deux-là méritent-ils leur place à tes côtés ? »

    Elle désigna les partenaires de Rengo d’un signe du menton. Pourquoi n’avaient-ils pas été chassés, eux qui pleureraient de terreur si Ranath se laissait aller à l’envie de les éventrer l’un puis l’autre ? La Sith restait sur ses gardes, le Togorien avait évoqué les questions oppressantes du Jedi, faire la même erreur aurait été stupide. C’est pourquoi jamais la Mirialan n’éleva la voix ni ne se montra narquoise.

      « Gwindor Morelion est puissant. En conséquence, il est arrogant. Cette tare, correctement exploitée, pourrait t’être profitable. Il faudra ruser. »

    La Dame Sombre resserra son emprise sur la poignée de son sabre et se débarrassa du sac récupéré sur le cadavre de Yem, le laissant choir dans l’herbe.

      « Tu dis qu’il t’a battu. »

    Bras tendu, elle leva le poing à hauteur de visage, tandis que la lame améthyste quittait son refuge, pointée vers le Togorien.

      « Voudrais-tu me montrer ton potentiel ? »

    S’il n’avait pas d’arme, la Sith lui lancerait la sienne, la lame rubis.
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#34262
La jeune femme mit du temps à répondre, s’accordant le temps de la réflexion après que le Togorien lui ait conté son histoire. A quoi pouvait-elle bien penser ? Allait-elle se montrer aussi intrusive que Morelion, prenant ainsi le risque de voir le prédateur perdre le contrôle qu’il s’efforçait d’exercer sur ses multiples personnalités ? Etait-elle de taille, tout comme le Jedi, pour lui tenir tête et le défaire ? Anoyan se posait la même question, il avait eu vent de l’affrontement sur Coruscant et il ne pouvait s’empêcher de se demander quel tournure allait bien pouvoir prendre cette singulière et étrange entrevue.

Et la question qu’elle posa n’était pas pour rassurer l’Humain, encore moins la Chiss, tandis que Rengo se contenta de la fixer sans sourciller, son implant oculaire supportant le regard doré de son vis-à-vis. Elle était en droit de se demander pourquoi ils le suivaient alors qu’il leur était infiniment supérieur. Sans attendre sa réponse, elle lui parla de Morelion, de l’arrogance de ce dernier et de la suffisance que cela engendrait et à la mention du nom du Jedi, le Togorien se raidit, animé d’une sourde colère quand le souvenir de sa défaite se rappela à son bon souvenir. Il grogna de déplaisir mais n’esquissa aucun geste d’agression avant de répondre, une pointe de rage à peine dissimulée dans sa voix.

« Ils ont mérités le droit de chasser à nos côtés, ils ont leurs compétences propres et leurs domaines de prédilection. Anoyan est le meilleur pilote que nous ayons rencontré tandis que Syphania se révèle extrêmement doué pour agir dans l’ombre pour toutes sortes de tâches où la discrétion est de mise.

Morelion, nous voulons notre revanche, nous voulons sa tête, nous voulons le voir mourir et nous voulons être celui qui lui ôtera la vie. Nous l’avons sous-estimé une fois, nous ne ferons pas deux fois la même erreur !
»


Elle resserra sa prise sur son sabre et laissa tomber son sac sur le sol, laissant apparaître une lame de couleur violette, directement pointée sur lui. Mais ce n’était pas une agression, elle n’était pas Morelion, elle voulait voir son potentiel, c’était un test et, voyant qu’il n’avait pas d’armes, elle lui envoya un autre sabre qu’elle gardait à sa ceinture. Il avait déjà eu l’occasion de voir une telle arme entre les mains d’Alfhar mais jusqu’à aujourd’hui, il n’en avait jamais tenu une entre ses mains et jamais il n’avait appris à s’en servir. Il y avait un début à tout.

Il appuya sur le bouton qu’il voyait et une lame rouge incarnat jaillit dans un vrombissement tandis qu’il essayait de tenir la garde du sabre à deux mains. Il se mit en posture offensive, jambes fléchies, le corps tendu tandis qu’il fixait la jeune femme, une lueur de plaisir visible dans son œil organique avant de bondir vers elle, lame en avant, utilisant la vitesse naturelle des Togoriens pour fondre sur son adversaire comme un prédateur sur sa proie.
[Thule] Mon type de ville

Une erreur élémentaire, tellement simple à éviter […]

[Roon] Un simple service

La jeune femme mit du temps à répondre, s’accor[…]

Nostrom Company

Le plan de l'araignée requis la participation de d[…]

https://zupimages.net/up/18/47/lvwa.[…]