L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

#39543
Le blanc caractéristique de l’hyperespace se déchira alors que le chasseur Gungnir était propulsé en espace réel, il avait parcourut un long chemin pour parvenir jusqu’ici, appliquant des protocoles de sécurités anciens et sans doute inutile. Après leur départ de Nar Shadaa, ils avaient effectué une série de saut aléatoire jusqu’à un shadow port perdu dans l’espace Hutt, après quelques jours d’attente pour vérifier qu’ils n’étaient pas suivis ils avaient de nouveau effectué une série de saut jusqu’à un système vide de toute vie intelligente et en marge des routes hyperspatiales et ils avaient patienter plusieurs heures, avant de lancer une nouvelle série de saut en direction de la planète qui se découvrait sous leurs yeux.

Tel un cristal opila aux couleurs profondes, la sphère bleue semblait brillée dans la nuit étoilée. Cette planète était sacrée aux yeux des Hutts, mais Seïstan et de nombreux autres membres des Kogarasumaru y avaient passé du temps tout au début de leur formation. Lorsqu’ils l’avaient quitté la planète comportait plusieurs petites communautés, ceux qui refusaient de retourner voir le monde et ceux dont le monde refusait qu’ils reviennent à lui. Il y avait des écoles, des pêcheries et toutes les infrastructures nécessaires à la vie, même si elles étaient rudimentaires. Peu avaient reçues le nom et les coordonnées exactes de la planète, mais elles servaient de base arrière et de ravitaillement aux troupes de la région, en toute discrétion cela va sans dire.

Autour de la planète, plusieurs lunes gravitaient, le hangar habituellement utilisé pour le transit et les communications se trouvait sur la 5ème lune. Da Soocha V. Pourtant ce n’était pas là que les mercenaires se rendaient, un peu avant leur sortie de l’hyperespace, Seïstan avait commencé à émettre leur code d’identification pour éviter toute mauvaise surprise. Ils étaient venus à la recherche de Dewanga, le Hutt au caractère légendaire qu’ils avaient retrouvés sur Anoat, il devait venir se réfugier sur ce monde. Le retrouver serait l’occasion d’obtenir plus de renseignement, mais aussi de retrouver une utilité à cette planète et ses habitants.

Tout en surveillant leurs senseurs pour éviter toute mauvaise surprise débarquant du hangar, si une garnison s’y trouvait encore en état de fonctionnement, ils s’approchaient de l’atmosphère de la planète. On ne le voyait pas depuis l’orbite, mais la planète était constellée de minuscule îles et archipels, c’est l’un d’entre eux en particulier que s’apprêtaient à visiter les deux compères. Le lieu le plus sûr de toute la planète, le palais d’Argosum le Hutt. Enfin, l’ancien palais, ce pauvre hère spécialisé dans le trafic d’arme avait été tragiquement vaporisé par un détonateur thermique, ou deux, ou trois voir même quatre ou cinq, il y’a de cela de nombreuses années, avant même que le Kage ne pose pour la première fois les pieds en ces lieux.
#39586
ImageS'il y avait un concours de la planète la plus étrange de cette galaxie, Da Soocha ferait partie des principaux compétiteurs... Et pour cause, rares étaient les planètes situées au beau milieu de l'Espace Hutt qui étaient restées intouchées par la main invisible et funeste de la civilisation. Da Soocha était sacrée, même les Hutts eux même n'avaient pas le droit de s'y rendre tant ce lieu mystique et chargé d'histoire était important à leurs yeux. C'était un temple, un symbole de la puissance de leur hégémonie criminelle dans l'histoire galactique... S'ils savaient que leurs pires ennemis usaient de leur sanctuaire comme quartier général, sans nul doute qu'ils mordraient leurs doigts boudinés de rage et de frustration. Les Forces de Frappe avaient été très malignes en s'installant ici, car nul Hutt n'y viendrait jamais, et aucun criminel non plus d'ailleurs... Elles auraient la paix pendant encore un long moment ici. Alors que le vaisseau de Seïstan et de Solyr se posait sur les plages dorées, non loin d'ici, des dizaines et des dizaines d'hommes s'activaient en nombre pour faire tourner l'économie de cette nouvelle communauté qui s'y était installé... Ils accouraient pour se préparer au départ du prochain navire de pêche pendant que d'autres, mieux armés, montaient la garde devant le vieux palais Hutt lentement mais sûrement réaménagé pour servir de quartier général à ce petit village de laissés pour compte de la société galactique.

En arpentant l'étrange petit village qui s'y était créé, Seïstan reconnaissait des criminels de tout horizons, de vieux indics qu'il avait déjà croisé par le passé ainsi que bon nombre de soldats ayant migré d'Anoat pour enfin savourer un air pur qu'ils inhalaient comme si il avait un goût de rhum... La vie avait repris son cours sur cette petite aiguille cachée au beau milieu de la motte de foin Hutt, et tout ce beau monde qui refaisait sa vie loin des ennuis de la galaxie avait pour principale nutrition du poisson et des fruits de mer ainsi que des algues... Tout ou presque venait de la mer, et pour cause, les deux pêcheries installées il y a des années tournaient à nouveau à plein régime, Seistan et Solyr pouvaient constater que bon nombres de bateaux écumaient la mer à la recherche de nourriture... Mais ils admireraient les panoramas de la planète maritime une autre fois, dans l'immédiat il fallait aller voir Dewanga... Par déduction ils se rendirent dans le palais Hutt, l'endroit le plus susceptible d'y cacher le Dug au sale caractère. Après avoir déambulé dans quelques couloirs, ils trouvèrent la salle du trône... Mais le trône avait été détruit et la fresque Hutt qui se trouvait juste derrière avait été peinturlurée de graffitis moqueurs dont un citait le célèbre crédo "Un bon Hutt est un Hutt mort.".

    - Oh, vous me cherchiez les gars ? Je suis dans la pièce d'à côté, vous pensiez quand même pas que j'allais poser mes fesses sur un trône de Hutt, j'ai un peu d'amour propre quand même, ricana Dewanga.

Et en effet, en tournant la tête, le duo de mercenaires put constater que le Dug était assis à un bureau, le même que sur Anoat, dans une pièce adjacente à la salle du trône, toujours en train de farfouiller dans des papiers, des factures, des schémas et des plans à tire-larigot... Le genre de chaos ordonné que seul un comptable comme lui parvenait à comprendre et à appréhender comme autre chose que de l'anarchie bureaucratique. Les crises de toux du vieux Dug semblaient s'être calmé, en vérité il avait franchement bonne mine... Évidemment il tâchait de garer un regard blasé pour sauver les apparence, mais il était dur pour lui de cacher sa bonne humeur à l'idée de reprendre les affaires et de trouver un nouveau but à sa vie qui s'était arrêtée en même temps que celle de Doashim.

    - Ça fait du bien de vous revoir les gars... Alors, cette quête de la Twi'Lek, ça donne quoi ? De notre côté comme vous pouvez le voir les affaires ont bien repris... Les pêcheries tournent à plein régime et l'atelier de Da Soocha V aussi, le hic c'est que tout ça tourne à perte, on génère plus de ronds, à moins de vendre ce qu'on produit dans l'atelier à quelqu'un. J'ai appelé le type que j'avais laissé à ma place à la tête de Galactic Recycling mais bizarrement il ne veut pas répondre à mes holo appels... Je pense qu'il apprécie un peu trop le confort du poste de PDG, 'faudrait que vous passiez sur Eriadu pour régler ça un de ces jours. D'ailleurs il faudrait un nom pour notre nouvelle organisation, si on reprends le nom des Forces de Frappe on va se faire allumer par les Hutts ET par les Confédérés. Enfin... Je pars un peu vite en besogne, j'vous sers quelque chose ?

Le Dug se servit un verre de Whisky Corellien et attendit une réponse de la part du duo de mercenaires... Après tout ils avaient relancé la machine les premiers, le choix du nom leur revenait de droit d'autant qu'à terme, c'était eux qui allaient prendre les rennes des Forces de Frappe, ils étaient clairement les éléments moteurs, les piliers de cette nouvelle aventure dans le crime, ils méritaient bien cet honneur... Mais cet honneur leur reviendrait plus tard, lorsque les caisses de l'organisation ne seraient pas dans le rouge, et justement, elle l'était, dans le rouge. Il allait falloir lui trouver un nom, mais surtout une source de financement très rapidement.



#39597
Au final tout s’était passé pour le mieux, ils purent se poser sans encombres sur la planète et furent plutôt bien accueillit. Ils purent apercevoir lors de leur déplacement des visages familiers, mais dont l’expression était très loin de celle qu’ils avaient pu présenter sur Anoat. Il y’avait là un mélange de laissé pour comptes et de marginaux de la société galactique. Des marginaux, des inadaptés, des criminels, des séparatistes, des Luxiens, un mélange de tous ceux dont personne ne voulait et qui avaient finit par former leur propre société en ces lieux.

Il ne fallait pas s’y tromper, on était loin du camp de vacances la majorité avaient été soldats ou espions pour le compte des Kogarasumaru, ceux qui débarqueraient en pensant avoir affaire à une bande de pêcheurs à la technologie archaïques feraient face à de nombreuses surprises. Au final, la petite communauté s’était construite autour du palais d’un Hutt, les lieux étant tenue pour sacré à leurs yeux, il avait fait preuve à la fois d’audace, d’astuce et de stupidité pour défier les traditions et s’installer ici. Dans tous les cas, il était on ne peut plus mort et le solide bâtiment servait presque à tout en ces lieux.

Pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir que l’on trouverait presque à coup sûr le Dug en ces lieux. Seïstan et Solyr s’y rendirent donc de suite, passant devant les gardes postés plus pour le décorum que par réel utilité, même si la prudence et une légère dose de paranoïa semblaient être le fondement de la manière dont Doashim avait dirigé l’organisation. Ils déambulèrent dans les couloirs de pierre avant de se retrouver dans ce qui avait été la salle du trône. Le trône en question avait été détruit, sans doute à grand coup d’explosif ou d’ARLM et la décoration avait été refaite. Une phrase en particulier arracha un sourire aux deux compères, inscrite fièrement au centre de la pièce elle clamait « Un bon Hutt est un Hutt mort ». On ne peut renier son entraînement. Un léger ricanement les sorties de leurs rêveries.


    [Dewanga]Oh, vous me cherchiez les gars ? Je suis dans la pièce d'à côté, vous ne pensiez quand même pas que j'allais poser mes fesses sur un trône de Hutt, j'ai un peu d'amour propre quand même. Ça fait du bien de vous revoir les gars... Alors, cette quête de la Twi'Lek, ça donne quoi ? De notre côté comme vous pouvez le voir les affaires ont bien repris... Les pêcheries tournent à plein régime et l'atelier de Da Soocha V aussi, le hic c'est que tout ça tourne à perte, on génère plus de ronds, à moins de vendre ce qu'on produit dans l'atelier à quelqu'un. J'ai appelé le type que j'avais laissé à ma place à la tête de Galactic Recycling mais bizarrement il ne veut pas répondre à mes holo appels... Je pense qu'il apprécie un peu trop le confort du poste de PDG, 'faudrait que vous passiez sur Eriadu pour régler ça un de ces jours. D'ailleurs il faudrait un nom pour notre nouvelle organisation, si on reprends le nom des Forces de Frappe on va se faire allumer par les Hutts ET par les Confédérés. Enfin... Je pars un peu vite en besogne, j'vous sers quelque chose ?

Le Dug se trouvait derrière un bureau, comme si cette place était la plus naturelle du monde. Pour être exact, il trônait derrière SON bureau, il avait dû le trainer ici depuis Anoat et on n’en voyait guère plus la surface. L’ensemble était recouvert d’une épaisse couche de documents divers, se trouvait mélangé pèle mêle des factures, des plans, des schémas, des cartes en un immense chaos duquel Dewanga semblait toujours tirer sans peine le document dont il avait besoin.

Le Dug avait l’air en bonne santé, il respirait mieux et semblait de retour aux affaires, déjà contrarié par un type qui semblait prendre ses aises sur Eriadu. La suite les assomma un peu. Les deux mercenaires s’étaient toujours contentés d’obéir aux ordres et ils avaient déjà du mal à s’occuper d’eux même, et voilà que le Dug leur annonçait qu’il voulait qu’ils prennent la place de Doashim. La tâche était pour ainsi dire impossible, le vide laissé incommensurable et leur manque d’expérience criant. Pourtant, Dewanga semblait aborder le sujet avec sérieux comme s’il était réellement prêt à se plier aux ordres des deux compères. Ils se regardèrent un instant, incapable de répondre et même de réfléchir pendant que d’un air malicieux le lieutenant craint et respecté savourait un Whisky Corellien.

Leur organisation n’existait même pas encore qu’elle cumulait déjà les difficultés. Elle n’avait pas nom, pas d’argent et des installations qui tournaient à perte, ce qui était pour le moins inquiétant. Et Dewanga s’attendait à ce qu’ils trouvent des solutions. Seïstan lâcha un soupir, laissant courir son regard sur la pièce où ils se trouvaient. On pouvait voir à certains endroits qu’elle l’avait été en urgence, certains éléments semblaient juste avoir été poussé pour faire de la place et reposant sur une étagère, à moitié enfouie sous la crasse et la poussière il put apercevoir un objet qui semblait totalement déplacé en ses lieux.

Un coffre en parfait état mais semblant de facture ancienne, d’un blanc immaculé et dont les ferrures argentées avaient conservé leurs brillances. Intrigué, le Kage se dirigea vers le coffre.


    [Seïstan]Que contient ce coffre ?

Un coffre ancien apparaissant juste au moment où l’on abordait des problèmes d’argent, la coïncidence était presque trop belle, si belle que le MJ va sûrement râler et coller un aléa. Les Mj sont des sadiques. Seïstan l’agrippa et essaye de le tirer, le coffre était étonnamment léger, il y’avait de forte chance qu’il soit complètement vide ou presque, mais il demeurait une belle œuvre d’art. Les ferrures dessinaient des circonvolutions sur le bois, se mêlant harmonieusement pour former un motif délicat et resplendissant, rappelant les lignes des paysages de certains mondes à la vie douce comme Alderaan ou Chandrila. Une œuvre d’un temp révolu.


    [Dewanga]On ne sait pas. Il était déjà là à notre arrivée et personne n’en a la clef, on l’a juste mis de côté en attendant de fouiller un peu les lieux ou de trouver un moyen de l’ouvrir.

La curiosité fut la plus forte, et le Kage essaya d’ouvrir la coffre. A sa grande surprise, ce dernier s’ouvrit sans heurt et sans bruit, laissant apparaître son contenu. C’est-à-dire pas grande chose, à peine un paquet enveloppé dans un chiffon dans le fonds du coffre. Plongeant sa main dans le coffre, Seïstan agrippa le paquet et fut surpris par son poids. Levant un sourcil, il le posa sur le bureau avant de l’ouvrir et de découvrir son contenu. Deux blaster DT-57, mais pas des blaster normaux. Sur l’ensemble du canon, quelqu’un avait gravé un motif ressemblant à un oiseau. Le canon de l’arme semblait sortir de son bec ouvert, tandis que sur les flancs on pouvait sans mal reconnaître les ailes déployées surplombant les serres gravées sur la crosse. Les deux armes portaient les mêmes gravures, légèrement difforme pour répondre au design de l’arme l’ensemble n’en restait pas moins magnifique.


    [Dewanga]C’étaient les siennes, il a du les laisser après les avoir graver, lorsqu’il a récupéré les Svartalfheim.

Sans même penser à demander à Solyr, Seïstan prit les blasters et les souleva. Ils étaient plus lourds que les armes qu’il avait l’habitude d’utiliser et il aurait besoin d’entraînement avant de pouvoir réellement combattre avec mais ils semblaient épouser les paumes de ses mains.


    [Solyr] On va regarder pour la Galactic Recycling, on a d’autres bases dans les environs qui pourraient nous permettre de nous remettre à flot ?

Le lendemain matin, alors que les soleils se levaient à l’horizon Seïstan se tenait debout dans l’une des salles du palais, une salle large et aux hautes fenêtres, un endroit presque étrange pour un Hutt. Tenant dans ses mains ses nouvelles armes il ferma les yeux, se concentrant sur sa respiration, avant de commencer les enchainements. Certains se répétaient depuis son enfance, un passé lointain enfouit dans les ténèbres, d’autres étaient plus récent mais tous étaient potentiellement mortel.

Les mouvements se firent plus rapide, plus précis, s’enchainant en une danse mortelle alors que ses bras commençaient à lui bruler à cause du poids des blaster et aussi de son manque de pratique. Le fait de vivre dans un chasseur stellaire a un certain nombre de désavantage, entre autres pour l’entrainement et les capacités physiques. Il déposa les armes sur le rebord de la fenêtre, le temps d’effectuer des étirements avant de reprendre les enchainements, puis le renforcement physique. Rapidement son corps rendu humide par l’effort lui donna l’impression de bruler. Respirant un grand coup, il se saisit des armes et commença à courir, parcourant les couloirs du palais pour finalement passer les portes et sentir le vent marin frais, chargé des embruns du matin.

Plusieurs personnes le regardèrent passer, avec un sourire ou d’un air approbateur selon les visages, mais le Kage n’en avait que faire il continuait sa course alors que le va et vient des navires commençait. Il sentit la différence sous ses pieds, les dures pierres du palais laissaient la place à la terre tassée du sentier continuellement empruntés par les habitants, avant de céder face au sable meuble de la plage qui semblait absorber toute son énergie. Rapidement il se retrouva couché sur le sable essayant de reprendre son souffle et maudissant son manque d’assiduité et de prévoyance.

Restant ainsi quelques minutes, il finit par se redresser avant de se choisir une protubérance sur un arbre comme cible et de lever les blasters. Il ouvrit le feu, la précision des armes étaient bonne mais il avait du mal à synchroniser les attaques entre ses deux mains. Lorsque les cellules d’énergie furent vides, il repartit en courant en direction du palais et des munitions qu’il contenait, se promettant de ne repartir qu’une fois prêt.

Il continua encore et encore, jusqu’à ce que son corps finisse par retrouver la forme variant les entrainements et l’intensité à l’exception de celui au tir. Le fait de trimballer les armes sans holster le gênait, en dehors de la possibilité de les abimer cela le mettait en danger, lui et les autres. Ce fut Dewanga qui trouva la solution pour lui, il débarqua un matin dans la salle d’entraînement réquisitionnée par Seïstan avec un paquet sous le bras. Ce dernier contenait une combinaison d’entrainement et des poids pour les poignets et les chevilles, rapidement ils devinrent inséparables.

Il reçut également l’aide d’une autre personne, même s’il se doutait dans un premier temps que c’était pour se venger, alors que le Kage effectuait ses katas avec sa combinaison il eut la surprise de voir Solyr arriver pour l’accompagner. La suite est par contre moins belle à raconter, ainsi alourdit le Kage perdait l’avantage de l’agilité qu’il avait sur son compagnon d’arme, ce dernier ne tarda pas à l’acculer avant de lui donner une leçon mémorable. Seïstan n’avait pas eu autant de courbature depuis qu’il avait combattu dans les arènes clandestines, mais petit à petit il gagna en force mais également en précision. Puis vinrent les stages « pratiques ». Il devait normalement s’agir d’une simple remise en forme, avec des armes ou des munitions factices.

Le Kage se joignait à eux une fois qu’il avait fini son entraînement matinal. La première fois il fut surpris en arrivant dans le sous-sol que le Dug avait fait réserver à cette tâche. La salle était plongée dans l’ombre, mais on pouvait deviner disséminé ici et là des caisses, sans doute pour servir de couvert. La situation était étrange, et le Kage s’avança de quelques pas avant qu’un bruit étrange ne le fasse se tourner pour se retrouver nez à nez avec Dewanga et son Thunderer. Ensuite, il put observer la splendeur du plafond avant que le visage courroucé du Dug n’emplisse son champ de vision.


    [Dewanga] Espèce d’idiot ! Tu attendais quoi le signal du départ ? Si tu sens qu’il y’a un danger ne fonce pas bêtement droit devant comme un Bantha à l’abattoir !!

Le Kage eut le plaisir de réexpérimenter rapidement ses paroles, en fait de salle d’entrainement il s’agissait plutôt d’un piège géant où chaque difficulté surmonté ne l’était que pour faire face à la suivante.

Cette fois-ci, il tira de suite les armes prêt à en faire usage, avançant lentement tous les sens en éveil, il sentit du mouvement sur sa droite se jetant derrière une des caisses il ouvrit le feu en direction du bruit, regrettant les capteurs de mouvements des armures. Le problème venait peut-être de là au final, en dépendant de la technologie il avait fini par négliger les bases de son entraînement. On lui rappela donc rapidement, et douloureusement qu’en ouvrant ainsi le feu dans le noir il ne faisait que dévoiler sa position à l’ennemi, ce qui était mortel surtout lorsque l’on ne sait pas combien ils sont et leurs positions.

Les jours se suivaient et ne se ressemblaient pas. Seïstan prit rapidement de l’assurance et de l’expérience dans l’utilisation de ses nouveaux jouets, à la portée bien moindre que son Gilgamesh. Mais ses adversaires se montrèrent particulièrement fourbe et retords.

Nouvelle session, nouveau piège. Alors que le Kage avançait arme à la main, il put entendre un bruit levant l’une de ses armes il tira tout en continuant à marchant, modifiant légèrement le rythme de ses pas, il ne toucha personne mais eut l’agréable surprise de voir plusieurs adversaires dévoiler leurs positions en essayant de le toucher, là où il ne se trouvait pas. Profitant de l’obscurité, il aligna les cibles tout en restant en mouvement jusqu’à trébucher bêtement sur un être minuscule et au caractère abominable qui lui rappela à grand coup pourquoi on évite de trop se déplacer lorsque l’on a aucune visibilité.

A partir de là, les expériences furent plus variées. Certaines fois la salle était plongée dans le noir, d’autres en pleine lumière et reconstituant des lieux, comme des couloirs ou des salles sans aucune explication. Le devait observer et comprendre seul ce que l’on attendait de lui. Ce fut également à cette occasion qu’il se rappela que si un couvert vous semblait particulièrement alléchant, il y’avait de forte chance que l’adversaire le fasse exploser et vous avec, ou qu’il le piège. Bien que réduire, l’explosion de la mine l’obligea à garder le lit plusieurs jours avant de pouvoir de nouveau bouger.

D’autres fois, il s’agissait simplement d’un champ de tir avec des cibles fixes et mobile qu’il lui suffisait d’abattre, cela pouvait sembler simple mais demandait au Kage de coordonner les tirs entre ses deux armes pour gérer les munitions et le temps de rechargement nécessaire afin de ne pas se retrouver sur un champ de bataille désarmé. La préparation n’était pas seulement physique mais également mental, et un combat demandait bien plus que de gros muscles ou de gros canons. Petit à petit, Seïstan passa de plus en plus de temps avec Dewanga lorsqu’il ne s’entrainait pas, pour profiter de l’expérience du Dug, lire les ouvrages dont ce dernier disposait sur la stratégie et la finance ou tout simplement écouter les différents rapports qui lui était soumis. Ce fut après l’un de ses derniers qu’il se décida à prendre les devants même s’il ne se sentait pas réellement prêt.


    [Seïstan]Il ne semble pas que vous ayez répondu, disposons d’autres bases dans les environs qui pourraient nous fournir un avantage ou des revenus ? Est-ce que vous pourriez me fournir la liste des soldats et des vaisseaux dont nous disposons et qui sont en état de fonctionnement ? Il est temps pour nous de relever la tête et de reprendre notre héritage..
#39605
Image

Le moins que l'on puisse dire c'est que lorsque le Kage était dévoué, il ne l'était pas à moitié... A peine était-il revenu sur Da Soocha qu'il s'entraînait activement au maniement des blasters lourds, se mettait à l'épreuve le plus possible pour remettre son corps au niveau et gardait, dans le même temps, un œil sur les finances et les forces armées planétaires. A croire qu'une âme de leader se cachait derrière la silhouette grise et taciturne du mercenaire silencieux... Dewanga devait admettre que cela le surprenait, mais dans le bon sens du terme, aussi il disparut un instant dans son bureau, revint avec ses bouliers et ses documents ainsi que ses lunettes de vue et commença à faire de longues analyses statistiques avant de finalement en ressortir des chiffres plus ou moins corrects en fonction des planètes. Des groupes de reconnaissance avaient été envoyés un peu partout autour de Da Soocha pour déterminer ce qui restait de vivant et de loyal, et hélas tout n'était pas rose, mais en définitive il y avait assez de troupes pour lancer des missions et des expéditions, c'était l'essentiel. Aussi, après quelques minutes à se perdre dans sa propre paperasse, le Dug revint de son bureau avec tous les chiffres.

    - Aloooors... Sur place on a une bonne vingtaine de soldats d'élite et une autre vingtaine de mercenaires qui nous sont fidèles. Le Gozanti qu'on avait laissé là a un peu pris la poussière mais après l'avoir décrassé il marche encore... Maintenant j'ai bien peur qu'après des années sans avoir servi les canonnières sont HS, cela étant dit le Char d'Assaut et le Bogg Béhémoth ont bien tenu, quand aux droïdes ils avaient été rangés loin de l'humidité, pour les avoir testé ils dérouillent encore très bien. Maintenant pour les autres planètes ça se complique... On a essayé de rallier Queyta mais on y a trouvé que des pirates et des renégats, peut être qu'avec de la conviction et du "savoir vivre" on pourra les inciter à nous rejoindre, mais pas la peine de compter sur eux pour l'instant. Boz Pity c'est déjà un peu mieux, mais après des années d'isolement il y a que les chasseurs, les cargos et ceux qui se chargeaient de les piloter qui ont tenu le coup, ça nous fait donc une trentaine de soldats d'élite pour quatre cargos YT-1300, douze Alpha V-Wing qui volent encore par un miracle de la force et quatre transports de soutien Hind. Et Pzob, comment dire... Il y a un conflit armé sur la planète. Les Gamorréens fidèles à notre cause tentent de protéger la base sur place mais ils survivent à peine face aux hordes de Gamorréens pro Hutt. Et il y a pas la moindre trace de Leonik là bas... J'ai demandé aux quelques Luxiens de Da Soocha s'ils avaient été informés de ce qui avait bien pu lui arriver mais ils ne savaient rien. Qu'est-ce qu'on fait ?

Le nom de l'ancien Consul secoua les vieux murs du palais... Voilà bien un individu qui n'avait plus fait parler de lui depuis un long moment. Qu'il ait disparu n'était pas une surprise, tous les consuls s'étaient volatilisés depuis fort longtemps, mais réentendre parler de lui suffisait pour évoquer la possibilité qu'il pouvait être là, quelque part, attendant qu'on le motive à reprendre du service. Il pourrait être un allié précieux voire vital pour l'organisation, ou une immense menace dans le cas où un ennemi avait pu lui mettre la main dessus. Outre ce vieux Luxien, le constat n'était pas le meilleur qui soit, mais au moins l'atelier et la pêcherie allaient être rentabilisées pour couvrir leurs coûts d'entretien faramineux.... Ce n'était pas grand chose comparé à ce qu'une grande faction pouvait produire, mais c'était déjà un peu de réconfort, tout n'avait pas été perdu !

L'appel de la destiné [Luna]

Le regard de Luna était bloquée sur le miroir noi[…]

Leur périple arriva enfin à terme après de longues[…]

[Scénario] La règle des deux

Elle déambula autour de l’artefact, laissant sa m[…]

[Gizer]Le Citoyen Chiss

Ça y est, on y était. La dernière semaine de test […]

https://cdn.discordapp.com/attachm[…]

Ils étaient déjà prêts à repartir, le plus biolo[…]

En quittant la salle d’entraînement je prends d’a[…]

Cet enfoiré ne l'avait pas raté, le plan éta[…]