L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#27441
Ni Oubli, Ni Pardon


Image


10:00, heure locale
Espace d’Hapès


“I am the conscience clear
In pain or ecstasy “





    L’agitation gagnait petit à petit les coursives et des préparatifs fébriles se faisaient entendre ici et là quand on avait l’habitude de ce type de boulot. Bien sûr c’était quelque chose que des années d’expériences permettaient de déceler en tendant bien les oreilles. Les bruits de cutter à fusion des dernières vérifications des techniciens sur les vaisseaux de transports. Le son des armes qu’on nettoyait et des munitions qu’on préparait. Au loin on entendait l’annonceur hurler une volée d’instructions les prévenant de l’imminence de l’attaque et appelait à ce que tout le monde rejoigne son poste.

    Elle était assise sur sa couchette, seule dans le dortoir commun, elle s’examinait dans un miroir artisanal posé là, en face d’elle. Passant une main sur son visage, elle pouvait constater qu’elle était bien elle et, dans un sens, elle ne pouvait pas être plus loin de la réalité. Bien sur c’était le même visage fin qu’elle voyait, la même peau qui tirait un peu sur l’albâtre, les mêmes yeux verts émeraudes qui l’examinait, la même chevelure de feu qui s’agitait parfois sous l’impulsion d’une chorégraphie aléatoirement parfaite. Ses doigts s’attardèrent sur les nombreuses cicatrices qui s’étaient agrégées à son être avec le temps et les épreuves. La première était celle d’un sabre sur l’épaule gauche, un présent de Darth Oxious lors de leur première rencontre sur la Station Paradise, pour l’aider à toujours se souvenir de sa place. Sa main glissa sur une longue entaille en arc de cercle elle-aussi cautérisée, un peu au-dessus de sa poitrine. Ce cadeau-ci était du fait de Darth Odion, sur Géonosis, un rappel constant du danger que représentait trop d’assurance. Et enfin son parcours sensorielle se termina sur les trois traits qui entouraient le coeur, son coeur. Faveurs, cette fois, de Tyber Zann. Pour rappel que la trahison serait toujours puni. Mais le Seigneur du Crime avait mal fait son travail, trop ravagé par l’alcool qu’il était. Ou peut-être avait-il voulu la faire souffrir ? Deux années plus tard, elle était toujours incapable de comprendre pourquoi elle n’était toujours pas morte. Peut-être ne le comprendrait-elle jamais. Son regard fût attiré par le tatouage tribal bleu myosotis qui partait du bas de son cou pour parcourir presque tout le côté gauche de son corps. Un cadeau des Suivants de Palawa, une marque pour lui signifier qu’elle avait été acceptée. Une éternité semblait s’être écoulée depuis ce temps. Elle enfila son soutien-gorge et son débardeur, finissant de se préparer. Elle prit dans ses mains la dent de dragon krayt qui servait de manche à son sabre laser et l’examina d’un regard intense. Un regard qui voulait en dire beaucoup. Elle le dissimula dans une poche intérieur de son blouson de cuir qu’elle enfila.

    Si elle se sentait moins elle que par le passé, c’était à cause d’une décision récente, un chemin qu’elle s’était préparée à parcourir depuis dix longues années mais qu’elle n’avait finalement pas pu prendre. Quelque chose avait retenu son geste et elle ne savait pas dire quoi. Il était difficile d’y trouver une raison, tout comme il était difficile de comprendre pourquoi elle avait réduit à néant dix années d’obsession. Etait-ce de la faiblesse ? La peur du vide qu’impliquait cet acte ? Une volonté de briser un cycle ? Peut-être que c’était ces trois raisons à la fois tout en même temps que ce n’était aucune d’elles. En tout cas elle n’avait pas pu aller jusqu’au bout et elle en nourrissait une certaine rancoeur, plus dirigée contre elle-même que contre quiconque d’autre. Mais peut-être était-ce là qu’une passade, peut-être pourrait-elle parvenir à se pardonner, avec le temps.

    Elle se redressa et continua à s’observer dans le miroir. Petit à petit, son visage changeait, laissant place à une jeune femme d’environ une trentaine d’années, des cheveux longs et bruns, un teint hâlé et des yeux noisettes avec des traits harmonieux quoiqu’un brin anguleux. La Force avait cette capacité de pouvoir troubler la perception de tous ceux qui n’y prenait pas garde et Hayley était passé maître dans l’art de dissimuler son apparence physique en changeant ses traits, une technique toujours utile en de nombreuses occasions.

    Elle avait suivi les conseils du Collectionneur et se trouvait à présent en Hapès, elle s’était jointe à un groupement pirate dont elle avait soupçonnée qu’il fût lié à Zann, mais elle devait avouer que beaucoup de doutes subsistaient par rapport à ces liens. Elle n’était pas dupe sur sa situation : elle était ici en aveugle. Le recrutement s’était déroulé en Espace Hutt, sur Nar Shaddaa, on recherchait alors des hommes d’équipages et des mercenaires qui n’avaient pas froids aux yeux. Elle s’était donc présentée comme l’un d’entre eux, juste un individu de plus qui recherchait richesse dans une affaire certes périlleuse mais ô combien lucrative, du moins c’est ce qu’on leur avait dit.

    Elle quittait le dortoir pour s’avancer en direction des hangars de l’Interceptor IV où elle et les rats de sa sorte étaient attendu pour la préparation. Elle n’avait pas eût de détails sur les opérations, pas encore, elle se doutait qu’ils voulaient garder le tout secret jusqu’au bout pour éviter les fuites. Des tas de choses avaient éveillée sa curiosité pourtant, comme le fait qu’une milice armée et organisée parcourait les longs couloirs du vaisseau. Elle s’interrogeait alors sur le pourquoi d’un recrutement chez les mercenaires quand on disposait d’une telle force de frappe. Surtout elle s’interrogeait sur l’objectif qu’on cherchait à dépouiller, mais la présence d’une seule Frégate Interceptor IV ne lui paraissait pas bien peser lourd pour atteindre quoi que ce soit.





    Un duro vint à sa rencontre, visiblement pressé, il l’interrogea d’un air excité :

      - Je crois que ça y est Nadi’, on y arrive, le moment tant attendu de l’attaque arrive. Y a de l’effervescence un peu partout dans le vaisseau, le capitaine a réuni ses principaux officiers pour examiner les plans et réunir les données. On va attaquer, c’est certain.

    Hayley - ou plutôt Nadi’ - pour le Duro, grogna son approbation, renchérissant :

      - Ouais, c’est pas trop tôt je t’avouerais. Je déteste ce moment qui précède une attaque, toujours le stress qui me fout les boules. Tu as des détails Orek ?

    Il prit un air de conspirateur, regardant à droite et à gauche pour vérifier que personne ne s’intéressait à eux tandis qu’ils continuaient leur chemin :

      - J’ai un officier qui m’a expliqué le plan, ouais. La cible serait une noble qu’on voudrait capturer pour rançonner dans le secteur d’Hapès. On est positionné dans une nébuleuse pour éviter qu’ils nous détecte et on va leur tomber dessus avant qu’ils comprennent quoi que ce soit. Le plus beau c’est que comme la nana est en tournée d’inspection, il ne feront pas de passages en hyperespace, du coup pas besoin de puits de gravité pour les bloquer à l’endroit où on est placé.
      - Et tu as une idée de sa flotte ?
      - Oui, trois croiseurs Nova de la flotte hapienne.
      - ‘tain, comment ils comptent choper ces vaisseaux avec un Interceptor IV ? Ils pensent y aller à la chance ?
      - Non, on est pas les seuls mobilisés, j’ai entendu dire qu’on sera rejoint par deux Frégates Vengeance, cinq autres Interceptor IV, quatre Canonnières Crusader et une chasse, probablement des Chasseurs StarViper et des bombardiers Skipray.

    Voilà qui rétablissait l’équilibre effectivement. Avec une telle armada les trois croiseurs allaient difficilement pouvoir s’en sortir. Hayley n’aimerait pas être à la place de la dame hapienne visée, son compte était fait. Ils arrivèrent finalement dans le hangar, au point de rassemblement, là, un officier se tenait en hauteur, expliquant aux mercenaires ce qu’ils devaient savoir sur l’action qui allait être effectuée. Hayley faisait partie de l’équipe d’abordage qui devrait récupérer la dame, pendant que le gros des autres avaient pour objectif d’occuper les forces de défense du vaisseau et de dégager le passage à l’équipe. Mais avant d’atteindre les croiseurs hapiens il faudrait passer les barrages de tirs, c’était là que la chasse interviendrait, leur apportant la couverture nécessaire. Hayley jeta un oeil à la vieille RZ-52 dans laquelle elle devrait rentrer et elle devait avouer qu’elle n’était pas rassurée. Orek, le jeune duro, écoutait avec distraction, mais elle pouvait sentir la nervosité qui émanait de son être, grâce à la Force, aussi elle lui glissa quelques mots à l’oreille :

      - Une fois qu’on sera rentré dans le croiseur, reste près de moi, je me chargerais de couvrir tes fesses, ok ?

    Il eût un rire nerveux mais acquiesça. Ce n’était jamais un moment facile, les quelques instants qui les séparaient de l’abordage allaient être les plus durs à passer, après ils seraient dans le feu de l’action et il n’y aurait plus le loisir d’intellectualiser les choses, seulement de les ressentir.

    L’officier leur signala la fin du briefing et leur ordonna de rejoindre les RZ-52 après que tous eûrent reçu leur équipement. Rapidement les cent cinquante hommes se divisèrent en trois groupes équitablement réparties et commencèrent le chargement dans les RZ-52. Hayley et Orek suivirent la longue masse d’individus bigarrés qui pénétraient dans le transport avec l’espoir de survivre déjà à l’envolée vers les croiseurs. Pour beaucoup, le fait que leur survie pendant ce court laps de temps ne dépendrait pas d’eux représentait un obstacle mental éprouvant et il n’était pas rare de voir ou entendre l’un de ces hommes se plier en deux et vomir sous le poids de cette pression psychologique. Hayley s’accrocha à la lanière et Orek se tenait non loin d’elle, le bras lui aussi tendu pour s’accrocher, elle continuait à lui murmurer des paroles encourageante, tentant de le rassurer :


      - Ca va aller Orek, ce n’est qu’un mauvais moment à passer, juste un mauvais moment. On va s’élancer de là et atteindre le croiseur Nova de cette nana. Une fois à l’intérieur ça sera bien plus simple, on pourra compter sur nous deux, d’accord ? Tu te reposes sur moi et je me repose sur toi. On vas s’en sortir, ok ?

    L’autre regardait droit devant lui, mais il acquiesça, soucieux de paraître fort aux yeux des autres, mais Hayley n’était pas dupe, elle avait vu sa main libre enserrant le blaster GLX Firelance qui tremblait. Elle-même vérifia sa propre arme et son chargeur, dans une volonté d’occulter la peur qu’elle-même ressentait au creux de son ventre. La carlingue commença à trembler autour d’eux, les moteurs étaient mis en marche, signe que les cibles étaient à portée, ils allaient décoller sous peu.




    Le capitaine Stal Sadalmelik, trandoshan de son état prit son communicateur dans ses épaisses pattes écailleuses et griffues, joignant les autres capitaines de l’opération :


      - A tous les capitaines : Cibles en vue ! Vengeance 1 & 2 laissez les Interceptor prendre la manoeuvre ! Crusader, en appui des Interceptor ! Que la Chasse se tienne prête à former un manteau autour des RZ-52 ! La cible se trouve être dans le Nova de queue, c’est sur lui que nous devrons concentrer nos efforts ! Gloire au Serpent !

    Les autres répondirent par un “Gloire au Serpent !” unanime. Les Interceptor IV sortirent de la nébuleuse, se découvrant aux senseurs hapiens, bientôt rejoint par les Crusaders qui se mettraient en appui des vaisseaux pour les protéger de la chasse ennemie. Tandis que les Frégates Vengeance restaient en retrait, armant les canons à hypervélocités qui devraient mettre en rade les réacteurs ennemis.

    D’ici quelques minutes à peine, une dizaine de RZ-52 en tout serait lâchés dans le but d’aborder le croiseur Nova de la dame hapienne. Près de 500 hommes qui se demandaient s’ils arriveraient à passer ces quelques minutes déterminantes sans finir carbonisés dans la carcasse du transport.


By (ancien) Darth Lyria
#27443
[Intro – Alt-J]

[« Le Goulot » – Entre Sheddu Maad et Station Roqoo – Amas hapien]




« Les derniers rapports sont en règle commodore. Nous serons à la Station Roqoo dans quelques heures. »


« Merci capitaine. Prévenez la duchesse lorsque nous arriverons. Vous pouvez disposer. »


Le regard acier d'Anastasia Ermy suivit la capitaine jusqu'à ce qu'elle quitte le pont.

Autour, les baies vitrées donnait une vue incomparable sur les brumes transitoires. Anastasia était dans son élément, sans aucun doute! Toute sa vie d'adulte se résumait à patrouiller les frontières du Consortium, d'abord comme pilote, puis capitaine et maintenant commodore de la Marine royale hapienne. La belle blonde se tenait droite, les mains derrière le dos, la droite caressant distraitement le bracelet métallique qui ornait la gauche.

Le NC Pulse, croiseur Nova de la Maison Maad, voyageait en espace réel pour se rendre à la Station Roqoo, précédé de deux autres vaisseaux similaires : le NC Protecteur et le NC Inquisiteur. Également à bord, la duchesse Zannar-Maad tenait à superviser personnellement la dernière phase de travaux d'agrandissement de baies commerciales de la Station, financés à même les coffres de la Maison noble.

Les trois croiseurs sortaient donc du « Goulot », embranchement reliant Sheddu Maad à l'unique route praticable reliant le centre de l'Amas d'Hapès à la route Perlemienne. Tout autour, des nébuleuses rendaient les sauts en hyper-espace plutôt risqués et les attaques de pirates, fréquentes. Et les derniers rapports du Commandement royal hapien n'étaient pas rassurants à cet effet. On notait une effervescence de l'activité en périphérie, notamment attribuable à une cellule pirate dont les liens avec les vestiges du Consortium de Zann étaient à éclaircir. Mais de là à attaquer trois croiseurs Nova, il fallait être suicidaire... ou un excellent tacticien.

« Le voyage devrait être un jeu d'enfant », pensait la blonde commodore lorsque les portes du pont sifflèrent de leur glissement caractéristique pour laisser entrer la sombre figure qu'était la duchesse Maad.

Grande, élancée, les cheveux blancs relevés en un simple chignon, Alemidna Zannar-Maad dégageait une assurance qu'Anastasia respectait et une inquiétante atmosphère qu'elle ne parvenait toujours pas à expliquer. Pour son déplacement, la noble avait revêtu une simple robe pourpre cintrée autour de sa fine taille et était drapée d'une cape de voyage. Seules ses pâles mains dépassaient des longues manches serrées.

« C'est souvent dans le calme que les surprises surviennent. »


Un frisson parcourut alors l'échine de la militaire : c'était comme si la dame avait lu ses pensées et prodiguait un conseil bien à propos. Un mince sourire se dessina sur les lèvres d'Anastasia qui ne quitta pas le cosmos du regard.

« Nous sommes prêtes à tout, ma dame. Et le secteur est plutôt calme depuis quelques temps. »





En quittant ses appartements du NC Pulse, Darth Lyria avait senti quelque chose d'assez puissant pour l'immobiliser nette. Un remous dans la Force qui la ramenait... sur Nar Shadda. L'amertume de la défaite emplit la bouche de la Sith qui déglutit péniblement.

Un remous qu'elle n'avait pas ressenti depuis Cal Keran. Mais ce dernier était mort! Quelque chose se produirait incessamment et le voyage vers la Station Roqoo ne serait peut-être pas aussi inintéressant que la Sith le prévoyait.

Se passant distraitement une main sur le visage, la Sith reprit sa route vers le pont pour y rejoindre la commodore Ermy.

« … calme depuis quelques temps. »


La Nagai fit quelques pas pour se joindre aux côtés de la jeune femme. Son sens du devoir impressionnait la Sith. Et elle sentait un respect qui pourrait lui être utile lorsque le temps viendrait.

Alemidna tourna légèrement la tête pour toiser de haut en bas sa voisine avant de répondre :

« En espérant que vos années d'expérience profiterons à tous le temps venu. »


C'est à ce moment qu'une enseigne en périphérie du pont leva spontanément la main et prit la parole.

« Vaisseaux inconnus en approche à grande vitesse, commodore. Nos scans ne les ont pas vu arriver, possiblement à cause des nébuleuses. »


Quatre enjambées et Anastasia était au-dessus de son épaule et scrutait l'écran.

« Des Interceptor IV... sonnez l'alarme! Prévenez NC Protecteur et NC Inquisiteur de se préparez au combat. Mettez-moi immédiatement en communication avec ces intrus et alertez le Commandement royal. »


Aussitôt, les voyants rouges s'illuminèrent sur le pont, accompagnés du son grave des alarmes de premier niveau.

Seule au centre du pont, Darth Lyria plissa les yeux et fixa au loin les sombres contours des croiseurs qui se dessinaient.

Là. Elle était là.


« Interceptor IV, vous êtes en espace souverain du Consortium d'Hapès. Au nom de son Altesse la Reine-Mère Nihalé, je vous sommes de quitter immédiatement sans quoi nous considérerons votre présence comme une agression. Ceci est votre ultime avertissement. »


Pendant ce temps, les turbolasers des trois croiseurs pivotaient lentement et prenaient pour cible les ennemis à portée. Dans les hangars, les pilotes hapiennes gagnaient leurs chasseurs Miy'til au son des ordres de leurs capitaines. La flotte royale avait l'habitude de gérer ce genre d'intrusion dans son territoire et la machine de guerre était réglée au quart de tour, mais plus les données rentraient sur le pont du Pulse, plus on réalisait l'importance de la flotte d'en face. Rarement avait-on vu une telle force réunie au même endroit.

Les mains sur les hanches, Ermy attendait nerveusement une réponse soit des pirates ou du Commandement royal.
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#27450


      - Considère l’agression, catin d’Hapès !

    Le capitaine Stal Sadalmelik n’était pas de ces capitaines qui faisaient dans la dentelle, ça non. Pour beaucoup, même, il était l’incarnation d’une certaine idée de la grossièreté, s’abaissant à l’abjection dès que l’occasion lui était donné. Il changea de canal, s’adressant à ses compagnons d’un ton sec :

      - Tenez-vous prêts ! J’envoie les RZ-52 sur l’objectif. Que la chasse débarque !

    C’est effectivement ce moment précis que la Chasse avait choisi pour débarquer d’hyperespace dans un ballet spatiale extrêmement bien minuté. Les chasseurs StarVipers et les bombardiers Skipray se concentraient autour des Interceptor IV, prêts à remplir leur part. Le trandoshan s’adressa cette fois-ci à toutes les RZ-52 via un nouveau changement de canal :

      - En avant la musique ! N’oubliez pas votre cible et serrez les fesses, c’est juste un sale moment à passer !


    Les vibrations à l’intérieur du vaisseau et sur toute la paroi qui les entouraient commençait à se généraliser. Il y eût une brève secousse, cette fois-ci un peu plus intense et finalement le vaisseau décolla. La force les fit reculer, certains même tombant sous le choc et il sembla que le vaisseau se stabilisa dans ses poussées. Ils étaient maintenant livrés à eux-mêmes, dans l’attente que les vaisseaux parviennent à atteindre le Croiseur Nova de la dame auquel ils s’accrocheraient comme des sangsues à un organisme vivant.

    Hayley entendait Orek murmurer des mots, cherchant la protection de n’importe quel divinité qui saurait se montrer assez bienveillante pour se pencher sur son sort pour le protéger. Elle posa sa main sur l’épaule du duros, essayant par ce geste de le maintenir en prise avec la réalité, de lui attirer un soutien ferme, elle aurait besoin de quelqu’un de fiable une fois l’abordage effectué et les opérations en cours. Quelqu’un qui pourrait la couvrir quand ils seraient sous le feu des forces de défenses du vaisseau. Elle s’adressa à lui d’un ton calme et empli de compassion :


      - Tu viens de Duro, c’est ça ?
      - Oui, ma mère et ma soeur vivent sur la Station Bburru, on se promenait souvent dans les parcs…
      - Tu les reverra Orek. Reste concentré et près de moi, je te ramènerais en entier la-bas, je te le promets, ok ?
      - Oui Nadi’, merci… Tu es…
      - ...une s#?&e, mais une s#?&e juste et qui en veut.

    Elle lui adressa un sourire plein de fougue et d’ironie et elle eût le plaisir de constater que sa remarque avait atteint son objectif : Orek affichait un pâle sourire.


    Une dizaine de RZ-52 s’élançait à présent à travers l’espace, derrière un mur de StarVipers et de Skipray. Les croiseurs hapiens n’avaient pas traînés : les turbolasers crachaient la foudre sur les Interceptor IV, laissant déjà mal en point l’une des Frégates comme l’explosion d’un de ses flancs le laissait deviner. Les canons lasers s’étaient tournés vers le mur que la Chasse pirate avait formé, le but étant d’en dégommer le plus possible. Nombre de StarViper et de Skipray explosaient en plein vol et l’un des RZ-52 termina en morceau de débris brûlants. Le capitaine Sadalmelik choisit ce moment pour convoquer l’intervention des Frégates Vengeance qui sortirent pesamment de la Nébuleuse, orientant les canons à hypervélocités sur le croiseur Nova de queue, celui qui était sensé contenir la Dame. Un bref moment suffit à expulser les projectiles dorés vers les réacteurs du NC Pulse, traversant sans difficulté les boucliers et stoppant net l’avancée du croiseur en une gerbe de métal et d’explosion. Les deux Vengeance reportèrent aussitôt leurs tirs vers les deux autres croiseurs Nova, déchaînant au passage leurs turbolasers, l’objectif ayant été “retardé” et offert aux RZ-52 qui pourraient s’en repaître.


    A l’intérieur du transport de troupes, Hayley fût à nouveau secouée par les chocs à répétitions qu’encaissait la navette. Apparemment les chasseurs ennemis et les croiseurs étaient bien décidés à ne pas laisser passer les transports. Hayley s’accrochait de toutes ses forces à la lanière qui lui permettait de tenter maladroitement de conserver un équilibre. Autour d’elle c’était la pagaille à présent, Orek lui-même ne cachait plus sa frayeur maintenant qu’on entrait dans la zone de tirs des ennemis, il avait un regard affolé, celui des hommes qui n’étaient pas prêts à mourir. Hayley connaissait ce regard pour l’avoir vu des milliers de fois sur le champ de bataille lorsqu’elle était SpecOps, pendant la Guerre Civile Galactique. Elle se renfrogna, elle avait accepté depuis longtemps la possibilité de mourir, ses trois cicatrices autour de son coeur en étant l’une des illustrations les plus parfaites. Mais son temps n’était pas encore venu, pas à ce moment précis de la ligne du temps. Ce n’était pas la Force qui lui donnait cette impression, juste une sorte d’instinct. Quand le moment serait venu, elle le saurait. Ses paupières closes, elle s’était plongée dans la Force pour essayer de ressentir un peu plus les événements à travers elle, essayant d’entrevoir à travers la Force Vivante quelque chose que cette dernière tenterait de lui faire comprendre mais que le chaos qui les ballottait l’empêchait de déceler. Elle ressentit alors une grande malveillance irradier du vaisseau vers lequel ils se dirigeait. Quelque chose, ou quelqu’un, lui voulait du mal, à elle, personnellement. Elle en était convaincue. Un nouveau choc provenant d’un tir ricochant contre le bouclier la secoua, la rappelant à la réalité.


    Malgré le barrage de tirs qu’essuyait les transports de troupes pirates, la progression arrivait à son terme. La Chasse pirate semblait avoir correctement effectué ce pourquoi elle avait été mobilisé et on avait à déplorer la perte que de seulement deux RZ-52, effaçant tout de même à jamais l’existence de plus d’une centaine d’hommes qui n’auraient jamais l’opportunité d’effectuer leur mission. Ainsi était fait le quotidien du pirate et parfois les risques n’en valait pas la chandelle. Et la chandelle était vite soufflée. La bataille continuait à faire rage mais déjà les RZ-52 restantes se plantèrent dans le blindage du croiseur qui était incapable de progresser. Des chocs sourds mais violents parcourèrent le croiseur Nova, les pinces d’abordages avaient pénétrés le métal fin du vaisseau hapien, tuant ou détruisant tout sur leur passage. Les instruments de découpe intégrés se mirent à l’oeuvre, créant un passage dans la carlingue frontale qui permettraient aux mercenaires de se répandre et de prendre d’assaut l’équipage du vaisseau hapien. A l’intérieur des transports de troupes, les officiers commençaient déjà à aboyer des ordres aux différents groupes de mercenaires.



      - Allez Orek, redresse-toi, ça va être à nous.
      - Oui, oui.. Je suis prêt.
      - N’oubliez pas ! Groupe Savrip vous avez pour ordre d’anéantir tout foyer de résistance dans le Croiseur et créer un chemin pour le Groupe Clawdite. Groupe Clawdite, avec Nadi’ pour trouver la hapienne qu’on recherche. La duchesse Zannar-Maad sera facilement reconnaissable, fiez-vous à ses habits !

    Les hommes éclatèrent de rire, une façon de se rassurer, de se donner du coeur à l’ouvrage, de conjurer la difficulté psychologique de passer la porte qui allait s’entrouvrir d’ici quelques secondes les offrant aux tirs des hapiens si ceux-ci s’étaient préparés. Finalement la carlingue s’effondra à terre dans un grand bruit et répandant de la fumée tout autour. Et un grand silence se fit. Troublé quelques secondes plus tard par un “Pour le Serpent” qu’hurlait l’officier, déclenchant par la même la charge hors du transport du peloton des mercenaires.

    C’était un massacre. Les hapiens s’étaient rassemblés de part et d’autre du long couloir et avait accueilli les pirates sous les tirs croisés, leur discipline militaire ayant rapidement raison du peloton du groupe Savrip. Hayley, toujours aux côtés d’Orek, se contentait d’attendre, écoutant les hurlements des hommes qui mouraient avec froideur. Bientôt l’officier leur indiqua que le Groupe Clawdite devrait les aider à se tailler un chemin à travers les rangs hapiens. Après avoir balancé quelques grenades, une nouvelle offensive se lança à l’assaut des rangs hapiens. Hayley tirait à vue, à travers la fumée, essayant d’abattre le plus d’hapiens possible, l’adrénaline se diffusant dans son corps dans une incroyable nécessité de rester en vie. Elle n’était plus qu’un organisme luttant pour sa survie, aussi bien par le laser que par le corps à corps, luttant parfois jusqu’à la mort avec des soldats de la flotte ennemie. Finalement ils parvinrent à réduire à néant les barricades hapiennes, les survivants tentant de se replier pour essayer de se rassembler. Les pirates avaient essuyés de nombreuses pertes, hélas. Mais les choses se calmait dans le coin.

    Parmi les cadavres, Hayley reconnut celui d’Orek, son trop jeune compagnon duros, il était étendu à côté de deux soldat hapiens. Ses yeux rouges étaient comme des trous noirs vermeil qui béaient, lui donnant un air interrogateur. Ses questions ne seraient jamais assouvies. A présent il était mort. Victime absurde d’un combat tout aussi absurde. Elle posa sa main sur son visage, réalisant qu’elle n’avait pas pu tenir sa promesse, puis elle entendit la voix de l’officier derrière lui :


      - Nadi’...
      - Je sais.

    Il n’était pas temps de pleurer. D’autres moments y seraient propices.

By (ancien) Darth Lyria
#27451
[Siège du Haut commandement royal – Hapès – Amas d'Hapès]


« Amirale! Une transmission d'urgence en provenance du Goulot. C'est le NC Pulse et la commodore Ermy, madame. »


L'amiral Koo'mme était accoudée à la passerelle principale surplombant le nid d'ordinateur et d'enseignes chargées de garder un œil sur l'activité militaire dans le Consortium. La femme fronça les sourcils : ce n'était pas dans l'habitude d'Anastasia de déranger le Haut commandement sans un motif raisonnable.

« Projetez-la sur l'écran principal. »


Quelques secondes plus tard, le visage aux traits tirés de la blonde Anastasia apparaissait face à sa supérieure sur l'immense écran qui surplombait le centre de commandement. À l'arrière on devinait des rafales de tirs provenant des turbolasers de son croiseur.

« Amiral Koo'mme, des forces pirates sont entrées dans le Goulot et on pris notre flotte par surprise. Ils sont nombreux et semblent avoir pour cible la duchesse Zannar-Maad. Je peux les retenir un moment, mais nous aurons certainement besoin de renforts le plus rapidement possible. »


« Bien reçu commodore. Nous vous envoyons des Dragons dès que possible. Nous vous tenons au courant de la mobilisation des renforts. »


Et la communication fut coupée. Koo'mme ne tiendrait toutefois pas sa parole. La duchesse n'était pas du tout appréciée dans le milieu militaire depuis qu'elle avait poussé l'ouverture commerciale du Consortium vers l'extérieur. L'amirale ferait tout en son pouvoir pour que les pirates se chargent de régler ce problème et la commodore ne serait malheureusement qu'une victime collatérale d'une guerre politique. Koo'mme tourna les talons et s'engouffra dans son bureau sans jeter un regard à son aide, inquiète.







« Considère l’agression, catin d’Hapès! »


La réponse ne pouvait pas être plus claire. Les croiseurs Nova crachèrent donc leur flot de chasseurs Miy'til dans l'espace pour affronter la chasse pirate. Volant en formation, les hapiennes ne firent qu'une bouchée de la première vague de StarVipers qui se heurta à des années de formation des pilotes professionnelles de la flotte royale. Dans un ballet coordonné, les chasseurs hapiens plongèrent sous la seconde vague puis remontèrent en vrille pour dégommer un maximum de cibles.

« Restez en formation et replongez sur ces RZ-52 en approche », commanda une lieutenant au reste de son escadron.


Le NC Inquisiteur et le NC Protecteur tiraient en cadence soutenue sur les Interceptor IV qui ne faisaient pas le poids. Les puissantes décharges laser firent voler en éclats les boucliers déflecteurs puis le flanc gauche de l'un d'eux qui débuta sa lente descente vers les abysses de l'espace hapien.

Sur le pont du Pulse, Anastasia rejoignit Alemidna qui fixait toujours la flotte ennemie qui s'approchait de plus en plus de leur position, impassible.

« Ma dame, nos scans indiquent que des RZ-52 sont en approche. Il semblerait que ces pirates souhaitent passer à l'abordage. Je vous suggère de gagner vos appartements, une équipe vous y rejoindra pour assurer votre protection. »


La Nagai hocha simplement de la tête et s'éclipsa en silence. Pour la protéger, elle était bien bonne! Mais pour le moment, la Sith devait effectivement jouer la comédie afin de protéger sa réelle identité. Elle traversa donc la coursive principale partant du pont et rejoignant une série d'élévateurs qui menaient aux étages inférieurs où se trouvaient d'abord les hangars de la chasse puis les postes de tirs pour les nombreux turbolasers. Les quartiers du commandement étaient passés ces élévateurs, à la queue du croiseur.

Alors qu'elle marchait d'un pas rapide dans les couloirs d'un blanc immaculé, Alemidna croisa plusieurs équipes de techniciennes puis de militaires prêtes à en découdre avec les pirates et protéger leurs consoeurs. Devant la porte de ses appartements, huit femmes en armure de combat bleue, dorée et blanche l'attendaient. Armées de fusils blaster, elles lui firent signe d'entrer rapidement et cinq la suivirent à l'intérieur. C'est alors qu'une secousse fit trembler l'intérieur du Pulse. Une nouvelle série d'alarmes retentit dans tout le croiseur.

« Infiltration au niveau 3-B. Infiltration au niveau 3-B. Forces de sécurité nécessaires. Forces de sécurité nécessaires. »


Les pirates avaient greffé un RZ-52 tout près de la salle des machines deux niveaux en dessous de la position de la noble.

« Infiltration au niveau 1-B. Infiltration au niveau 1-B. Forces de sécurité nécessaires. Forces de sécurité nécessaires. »


Celui-là était tout près : au même étage du croiseur, mais encore plus à l'arrière. Les militaires présentes avec la Sith se consultèrent du regard. Sans qu'elles puissent dire quoique ce soit, l'une à l'extérieur passa sa tête par la porte.

« Ma dame, il faut évacuer maintenant. Cette zone n'est plus sécuritaire. Suivez-nous! »


Toujours de marbre – et secrètement amusée – Alemidna suivit les ordres et suivit les militaires vers l'un des élévateurs qu'elle avait dépassé tout à l'heure. Pianotant un code sur le panneau de contrôle, une capsule monta immédiatement à leur position et les neuf femmes s'y engouffrèrent sans perdre de temps. Elles se dirigeaient vers les niveaux inférieurs lors que l'élévateur stoppa mystérieusement au niveau 3 et refusa de bouger. Darth Lyria avait senti la présence lui rappelant Nar Shaddaa au sein de l'équipe qui était débarquée non loin de la salle des machines.

« Vite! Sortons et dirigeons-nous vers l'armurerie! »


Le niveau 3 était composé de la salle des machines à la queue du croiseur, d'une coursive passant également devant les élévateurs, de l'armurerie où les forces de sécurité entreposaient leur stock puis, légèrement sous le pont, d'hangars secondaires sous les hangars principaux du deuxième niveau.

Lorsqu'elles sortirent de l'élévateur, les femmes croisèrent un escadron de militaires qui courrait vers la salle des machines pour stopper la progression ennemie. L'une d'entre elles annonça alors que les communications pirates avaient été interceptées et qu'ils cherchaient bel et bien à mettre la main sur la duchesse. Les huit femmes en charge de sa protection se regardèrent, soudainement conscientes de l'importance de leur mission puis reprirent leur route vers l'armurerie avec dame Zannar-Maad.





Au même moment, sur le pont du Pulse, Ermy criait ses ordres à son équipage.

« Inquisiteur et Protecteur en formation serrée. Pleine puissance vers les boucliers avant. Les cibles prioritaires sont les p**ains de Vengeance! »


Les deux autres croiseurs Nova déchaînèrent leur attaque sur leurs nouvelles cibles. Leurs boucliers ne tiendraient pas longtemps face à la cadence de tirs et l'objectifs était de les mettre hors d'état de nuire. Une vague de bombardiers Hetrinar prendrait également pour cible les croiseurs ennemis.

Les tirs croisés des canons laser des trois Nova auraient vite raison des chasseurs StarViper déjà mal en point après les frappes de la chasse hapienne.

Une puissante secousse projeta alors la commodore contre le sol. Elle se releva d'un bond en réclamant la raison de cette attaque à son enseigne.

« Les canons à hypervélocité ont complètement détruits nos réacteurs principaux. Nous sommes coincées ici, commodore. »
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#27467
.

    Tirer. Se mettre à couvert. Tirer à nouveau. Toujours être à couvert. Chaque pas gagné l’était au prix d’un effort surhumain. Prostrée derrière une barricade qui avait été érigée là à la và-vite, Hayley tentait de déterminer leur position dans le vaisseau pour pouvoir poursuivre. Une salve de tirs lasers fusait dans leur direction et l’un des mercenaires s’effondra dans un cri de douleur. Mentalement elle le raya de l’escouade. Ils n’étaient plus que huit en tout dans l’escouade Clawdite pour mettre la main sur cette foutue Dame Maad. Elle passa le GLX Firelance au dessus de la barricade, arrosant au hasard le couloir. Un cri de douleur lui indiqua que son tir avait fait mouche, l’un des membres de son escouade la rejoignit pour faire le point :

      - On passera pas Nadi’ ! Ils ont formé un bloc en face, impossible de passer outre !
      - Y a qu’un seul passage Brac et il se trouve derrière ces types, va falloir y aller !
      - C’est du suicide ! Les mecs te suivront pas la dessus !
      - Si ce c#?%!d avait pas fait se suicider le peloton Savrip lors de l’abordage…
      - On peut pas revenir en arrière !
      - Ouais t’as raison, c’est c’que j’dis, faut avancer !
      - Mais…
      - Fermes un peu ta gueule Brac et retourne à ton poste, continue à couvrir le coin qui t’as été échu et laisse moi trouver une solution.
      - Ben qu’elle arrive vite, à ce train là ça durera pas long…

    Ils jetèrent tous deux un regard en arrière où un autre de leur compagnon s’effondrait à terre, ensanglanté. Hayley fit signe à Brac de retourner vite à son poste et passa un oeil au dessus de sa barricade : elle pouvait voir une escouade d’un nombre équivalent mais correctement retranché et tirant parti du moindre abri qu’offrait l’étroit couloir. Mais surtout elle percevait les ordres d’un lieutenant qui connaissait bien son travail. Pas question de le laisser faucher son unité, il n’y avait qu’une solution et elle serait pas très propre. Elle fit signe à ses hommes de lui envoyer des grenades. Elle avait récolté une grenade flash et une autre à fragmentation. Il y avait un coup à jouer.

    Elle s’apprêtait à lancer les explosifs quand elle perçut des cris de douleurs de l’autre côté de sa barricade, elle regarda à nouveau : un diable semblait s’être invité parmi l’escouade hapienne, massacrant cette dernière. Bientôt un calme s’installa, troublé par les bruits des combats lointains, Hayley sortit de son abri, suivie par ses hommes pour s’avancer vers l’endroit qui les avaient tenu en échec jusqu’ici, au milieu se trouvait un homme brun dont l’âge ne semblait pas excéder la petite vingtaine. Il était couvert de sang et semblait amoché à de nombreux endroits. Il avait une clope au bec mais pas de feu et voyant approcher l’escouade Clawdite il réclama de quoi allumer sa cigarette, Hayley lui tendit donc un briquet pour allumer sa clope :


      - Merci, Capitaine Speirs, de l’escouade Reek. ‘Fin…

    Il tourna la tête en arrière vers un endroit qui semblait être composé d’un énorme tas de cadavres.

      - Dernier survivant, à ce qu’il semble…

    Hayley s’accroupit à ses côtés, tandis que ses hommes s’installaient pour maîtriser le terrain, fouiller les poches des ennemis ou obtenir quelques renseignements :

      - Notre RZ-52 s’est complètement ratée dans l’abordage, le copilote a été tué peu avant qu’on se plante dans le croiseur, on a perdu une bonne vingtaine d’hommes rien que dans le débarquement… On peut toujours minuter une opération au poil, y aura toujours un facteur hasardeux…
      - Ouais. Des nouvelles des autres groupes ? On a perdu la liaison.
      - On a pris le contrôle du pont. La plupart des armes se sont éteintes, mais ils peuvent les réactiver en manuel. Ils ont opposés une résistance de fer mais on arrive peu à peu à prendre le contrôle du bâtiment.
      - Ok. Nous sommes l’escouade Clawdite, notre objectif est la Dame Maad. Des infos ?
      - Pas la moindre. Enfin… L’un de mes hommes a cru voir un déplacement inhabituel non loin de nous, peu avant que l’on se retrouve ici.
      - Et votre objectif ?
      - L’escouade Reek devait sécuriser les points névralgiques dans l’arrière de l’engin, en adéquation avec d’autres équipes mais on a perdu deux RZ-52 pendant le débarquement. Sans les cent hommes de ces transports de troupes c’était impossible de sécuriser l’arrière.
      - Une idée d’où il pourrait protéger le VIP ?
      - Si ils se rendent compte qu’ils sont fait - et pour être honnête on est encore loin de pouvoir prétendre les gêner - ils peuvent prendre la direction des hangars pour trouver un transporteur et la sécuriser. Sinon… Hm…
      - Oui ?
      - Moi je me retrancherais à l’armurerie et j’attendrais qu’on me confirme que le coin est sécurisé. Ca doit être probablement bien protégé à l’intérieur. Mais seulement dans le cas où je suis sur que les envahisseurs vont se faire repousser.

    Hayley acquiesça. Elle laissa de nouveau ses sens s’égarer dans la Force, se fiant de nouveau à la Force Vivante pour tenter de localiser la créature dont elle avait senti la malveillance se projeter sur elle. Elle avait la certitude à présent que tout émanait d’elle. Mais la sensation était trop diffuse pour permettre de la localiser. L’être était puissant mais ne laissait pas de traces. Il fallait opérer autrement.

      - Nadi’... On y va ?
      - Fais-moi plaisir pour quelques instants Barc, fermes ta p#&!n de grande gueule et fous moi la paix, d’accord ?

    De nouveau elle clos ses yeux. Il y avait un moyen de pallier à cela, elle avait entendu parler d’un pouvoir que l’Ordre avait proscrit, quelque chose qui se voulait être l’apanage des Sith. Hayley n’était plus Jedi, pas plus qu’elle n’avait été Sith et elle s’était toujours montrée régulièrement en désaccord avec de nombreux points dans la doctrine Jedi comme le montrait son propre parcours. Elle devait trouver cette volonté implacable qui nourrissait haine et rancoeur envers elle. Elle plongea de nouveau ses Sens dans la Force. Cette dernière ne lui communiquait rien d’intéressant, rien sur cette présence qui semblait la guetter et l’attendre. Elle avait l’impression, pourtant, qu’un mince fil ténu la liait à cette présence, quelque chose qui la forçait à la rejoindre. Elle se concentra un peu plus sur ce fil ténu qui se révéla être une sorte de piste, une trace colorée qui pourrait la relier à cette présence pour peu qu’elle y prête attention. Sa main bougea au dessus de la piste, comme pour lui donner une nouvelle consistance et celle-ci se révéla être plus claire. Elle avait réussi.

    Lorsqu’elle ouvrit les yeux, elle sût qu’elle pouvait faire usage de ce pouvoir. En mobilisant ses sens et en passant la main au-dessus d’elle, un légère fumée rosâtre seulement visible par elle la mènerait vers cette présence. Restait plus qu’à les convaincre de la suivre.


      - Ca va Nadi’ ? Pourquoi t’agites ta main comme ça devant toi ?
      - On ne peut mieux Barc. Speirs, si vous voulez nous suivre, vous êtes le bienvenu.
      - Pas vraiment mieux à faire pour être honnête…
      - Parfait, escouade Clawdite, on poursuit la route, je pense savoir où se trouve notre VIP.

    La plupart des hommes étaient trop heureux de pouvoir bouger pour remettre en question les ordres de la chef d’escouade. Ils continuèrent leur chemin dans le long couloir pour parvenir dans un large réfectoire où des forces pirates et hapiennes s’affrontaient avec une violence rare. Hayley agita la main au dessus du sol et le lien brumeux apparut de nouveau, rien que pour elle. Elle le suivit du regard : il allait au delà du réfectoire. Mais auparavant ils leur faudrait passer le barrage de tirs hapiens. Sauf si…

      - Speirs, prends cette grenade flash. A mon signal lance là. Je vais passer. Je te donne la tête de l’escouade.
      - Euh… Ca me parait être du suicide.
      - Ca va aller Speirs. Prêt ?

    Elle détourna le regard, il lança la grenade qui explosa, éblouissant tout les protagonistes et elle s’élança grâce à la Force. Le temps avançait au ralenti. Ou peut-être était-ce elle qui était trop rapide ? Probablement les deux. Grâce à la Force, elle avait décuplé sa vitesse et était parvenu à traverser la zone de combat. Passant de l’autre côté du réfectoire. Elle se mit de nouveau à couvert, vérifiant qu’elle était seule et passa de nouveau sa main dans un mouvement.

    Le fil ténu qu’elle suivait la rapprochait de la cible.

By (ancien) Darth Lyria
#27470


La commodore était flanquée de deux militaires tenant leur fusil blaster en joue. Sur le pont du Pulse, on s'apprêtait à évacuer: la coursive principale était sur le point d'être le théâtre d'affrontements. Anastasia avait même son blaster en main, prête à descendre elle-même ces sales pirates.

« En route! Go! Go! Go! »


Les portes blindées sifflèrent et les trois femmes s'y précipitèrent sous le feu nourrit des tourelles de sécurité toujours actives. Les lasers fusèrent de toute part et, heureusement, un équipe postée plus loin leur assurait une couverture le temps de se rendre jusqu'aux élévateurs. Serrant les dents, Anastasia tira à bout portant et atteignit un ennemi qui avait sorti la tête trop tôt de derrière sa barricade de fortune.

Courant à toutes jambes, la petite équipe gagna le premier élévateur toujours derrière les lignes hapiennes. L'objectif était simple: gagner le hangar principal un niveau plus bas. Une navette y attendait la commodore pour qu'elle rejoigne le NC Protecteur. Un ordre similaire avait été donné à l'équipe en charge de protéger la duchesse. Aux dernières nouvelles, ils étaient coincés au troisième niveau, mais un vaisseau était libre dans le hangar secondaire. Alemidna devait s'y rendre et sauter immédiatement en hyper-espace pour rejoindre la Station Roqoo avec le reste de la flotte.

Les portes de l'élévateur s'ouvrirent et les deux militaires en sortirent d'abord pour s'assurer que la voie était libre. Heureusement, le gros des combats se faisaient au premier niveau et au troisième. Elles devaient gagner le hangar avant que le pont ne soit pris et qu'ils décident de le verrouiller.

Elles coururent malgré les secousses du croiseur et gagnèrent l'immense hangar où le transport les attendait avec trois chasseurs prêts à décoller. Deux militaires les y attendaient aussi, protégeant le vaisseau de la commodore. Toutes s'y engouffrèrent et l'engin décolla avec son escorte.

« Madame, nous avons perdu contact avec l'équipe de la VIP... », annonça alors l'une des militaires.





La nouvelle tomba comme une tonne de brique pour les soldates en charge de protéger la duchesse.

« Ils ont pris le pont. »


Planquées dans l'armurerie, les huit soldates se regardèrent les unes les autres. Elles devaient immédiatement gagner le hangar pour s'éclipser et mettre leur protégée à l'abris. C'est ce qu'elles se disaient, or la protégée avait un tout autre plan en tête. Jusqu'à maintenant, elle avait joué la comédie et laissé son destin entre les mains des Hapiennes. Lyria avait espéré que le Pulse demeurerait sous le contrôle d'Emry, mais la perte du pont de commandement changeait drastiquement la donne.

Elle ne comptait pas tout bonnement mourir abord d'un croiseur Nova.

C'est à ce moment qu'elle la senti. Cette présence dans la Force, tout près, familière, inquiétante d'une certaine manière puisqu'elle rappelait à Midna un souvenir qu'elle préférait oublier. Elle la cherchait. Voilà qui pouvait s'avérer amusant. Et bien elle irait à sa rencontre!

« Mesdames, ce fut un plaisir. »

Les huits femmes s'écroulèrent instantanément, leur nuque se brisant en même temps. Calmement, Darth Lyria enjamba les corps inertes et marcha dans la direction de cette mystérieuse présence. La Nagai sortit de l'armurerie et, plutôt que de se diriger vers le hangar, revint sur ses pas et entra dans la salle des machines.


Image


Salle faite sur le long au bout de laquelle elle percevait les sons d'un affrontement entre les hapiennes et les pirates dans ce qui devait être le réfectoire des techniciennes. Les machines étaient laissées à elles-mêmes et à leur vrombissement endiablé. Le Pulse faisait tout en son pouvoir pour se maintenir en vie sous les tirs incessants de la flotte ennemie. La Nagai se laissa momentanément bercer par ce son lorsqu'une porte à son opposé s'ouvrit sur une jeune brunette.

C'était une sensitive, il n'y avait aucun doute là-dessus. Mais Darth Lyria n'arrivait pas à se rappeler où elle avait déjà croisé cette jeune femme à l'air téméraire. S'agissait-il d'une Jedi, elle l'ignorait tant sa présence semblait tenir en équilibre au sein de la Force.

« Vous semblez chercher quelqu'un », commença la Sith en levant le menton.

« La Force me tend vers vous, mais j'ignore encore pour quelle raison. Nos destins se sont déjà croisés et j'ignore où et quand. »


C'est à ce moment que le passé happa Lyria comme un train. Les images mentales se bousculèrent dans un maëlstrom qu'elle ne maîtrisait aucunement. Elle était maintenant complètement ailleurs. Elle et d'autres à la fois.

Casino, pluie, grattes-ciels multicolore, lames rouges, bleues, vertes. Un Cathar. Un homme. Oxious.

Le Star Cluster Casino

« p#&!n, ma clope... »
Qu'est ce qui t'effraie ? Être seule ? Être abandonné ?

La pluie – fine pluie froide – qui coulait sur son visage ensanglanté.


Darth Lyria fit un pas en avant. En un mouvement sec, le manche incurvé et recouvert de cuir de Rancor du sabre-laser de Lyria quitta sa cache pour se loger au creux de la blanche main de son utilisatrice. La lame écarlate joint son vrombissement à celui des machines.

« Qui es-tu? »


Modifié en dernier par (ancien) Darth Lyria le sam. 22 avr. 2017 00:40, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#27488


    Toujours poussée par ce lien ténu qu’elle voyait à travers la Force, Hayley s’était laissée guider à travers les méandres du croiseur, si il n’y avait eût les bruits de combat qui faisaient rage au loin, elle aurait presque eût l’impression de n’être rien d’autre qu’une pauvre hère seule dans un vaisseau fantôme. Elle passa vite dans une coursive et se retrouva face à une grande femme, les cheveux blances relevés en un chignon, parée de ses plus beaux atours. Hayley fronça les sourcils. Elle avait trouvée la Dame Maad. Maintenant qu’elle l’observait et qu’elle laissait ses sens s’attarder sur la femme, une fragrance familière lui venait en mémoire, ce n’était pas la puanteur du Côté Obscur comme elle avait l’habitude de la sentir, non, c’était quelque chose de plus profond. Elle avait déjà croisée cette personne. A la première phrase de la Maad, elle répondit du tac au tac d’un ton sec :

      - Vous semblez chercher quelqu'un.
      - Je semble avoir trouvé quelqu’un.

    Mais elle ne pipa mot sur la seconde phrase. Elle avait le même sentiment, quelque chose qui les forçait à se faire face, ici et maintenant. La femme sombre semblait en transe et instinctivement Hayley profita de l’instant pour examiner les lieux : elles se trouvaient dans la salle des machines, vibrations et agitations, les machines vrombissaient et ronronnaient quoiqu’avec un peu de difficultés, probablement du fait de l’attaque. L’environnement consistait en une multitudes de couloirs transversaux suspendus au dessus des machines, seulement protégés par des rambardes. La Dame hapienne fit un pas en avant et son sabre lui atterrit dans les mains. Un sabre incurvé en cuir de rancor, une lame rouge. Plus aucun doute à avoir sur qui était cette femme. Une Sith. Hayley n’était pas venue pour traquer l’engeance du Côté Obscur mais bien pour remonter jusqu’à Tyber Zann afin de le mettre hors d’état de nuire et s’assurer une certaine quiétude qu’elle estimait avoir méritée. Elle ne désirait rien de plus que poursuivre son existence de manière apaisée, libérée de tout carcan et de tout passé. Une vie neuve loin de tout ce qu’il pouvait lui nuire, mais elle devait se libérer au préalable. Elle soupira et son sabre arriva dans sa main par le biais de la Force. Manche taillé dans une dent de Dragon Krayt qu’elle avait tué elle-même, la perle qui était à l’intérieur venait du même animal. Elle l’activa. Lame blanche. La pureté que devait avoir son combat contre ceux du Côté Obscur.

    Les deux femmes ne bougeaient pas. Comme quand deux chats sauvages se retrouvaient sur le même terrain, elles s'observent et aucune des deux ne baisse le regard sous peine d’être saignée à blanc. Si l’une avait été plus faible que l’autre, c’aurait coupé court. Mais là, ce n’était pas le cas. Les deux mêmes sales bestioles, inflexibles, indomptables et vivaces. Deux créatures d’une autre époque.

    Hayley fit un pas sur le côté.


      - Qui es-tu ?

    Elle s’apprêtait à répondre, mais le destin la coupa dans son élan.


    Le capitaine Stal Sadalmelik pointa sa patte griffue et écailleuse vers la baie vitrée de son Interceptor IV, essayant de montrer un point précis dans le chaos qui se dessinait au loin. Impossible pour son second de distinguer quoi que ce soit. Aussi il prit le risque de passer pour un con mais d’être certains de savoir de quoi on parle :


      - Euh… Oui, capitaine ?
      - Ces foutus gonzesses ne comprennent rien à ce qu’il semble. Envoyez-moi quelques torpilles à concussions sur le bâtiment de queue pour montrer qu’on ne plaisante pas.
      - Mais… Monsieur, nos hommes ? Nos RZ-52 ?
      - Vous croyez que le Patron se soucie de la vie de quelques lardons engagés en masse dans le Secteur Hutt ?

    Pas faux. Le Second transmis les ordres aux opérateurs et les torpilles furent promptement tirées. Sur une bordée de trois torpilles, l’une d’entre elle rencontra un malheureux chasseur Miy’til qui explosa sur le coup. L’autre explosa dans l’espace, conséquence probable d’un défaut de fabrication. La troisième, enfin, traversa le bouclier du NC Pulse pour s’abattre avec pertes et fracas contre la carlingue du croiseur, détruisant une RZ-52 au passage mais ne causant pas plus de dégâts que ça au blindage du vaisseau hapien même si la secousse se ressentit sur tout le vaisseau qui semblait tanguer sous le choc.


    Hayley comme la Dame Maad fûrent obligées de se raccrocher aux rambardes les plus proches pour éviter de chuter plus bas. Le vaisseau se stabilisa et les deux femmes se redressèrent, levant toutes deux les yeux au ciel comme dans l’attente d’une nouvelle secousse, mais rien ne vint. Hayley passa sa main sur son visage maintenant que l’attention de la Dame était de nouveau sur elle, donnant l’impression d’ôter une étoffe de son visage. Nadi’ la petite pirate brune avait disparue, laissant place à un visage fin qui confinait à l’albâtre. Des yeux verts. Des cheveux couleur feu qui dansait. Un air déterminé sur son visage. Narquoise, elle s’adressa à la Dame Maad avec un sourire en coin :


      - Alors ? On apprends plus les bonnes manières à ceux de votre rang. Dans la noblesse il est de bon ton de se présenter soi-même avant d’exiger l’identité d’une autre.

    Si elle avait retirée l’Illusion qui couvrait son visage, c’était avant tout pour économiser ses forces. Pas besoin d’être devineresse pour comprendre qu’un duel arriverait sous peu. Mais elle espérait retarder un peu l’échéance pour en apprendre plus sur cette femme. Pourquoi ? Le savoir c’est le pouvoir. Plus elle en apprendrait, plus elle pouvait la contrer. Son sabre de nouveau activé elle s’abaissa à faire une révérence un peu trop appuyée pour paraître sincère et décida de jouer le jeu :

      - Mais soit. L’on m’a donné de nombreux noms au cours de ma vie. Hayley R’izzan. Capitaine Redhead. Hayley Curwee. Appelle-moi simplement Hayley. Et à qui ai-je l’honneur ?
By (ancien) Darth Lyria
#27590
« Mais soit. L’on m’a donné de nombreux noms au cours de ma vie. Hayley R’izzan. Capitaine Redhead. Hayley Curwee. Appelle-moi simplement Hayley. Et à qui ai-je l’honneur? »


Hayley R'izzan.

Le sabre-laser roulait lentement puis arriva au bout du toit du casino. Il tomba dans le vide. Noir.


« Cal Keran... », murmura la Sith.


Le nom de R'izzan ne lui disait rien du tout, mais l'aura de cette Jedi la liait d'une manière ou d'une autre à celui qui l'avait humilié sur Nar Shaddaa.







Reprenant contenance, la Seigneur Sith leva lentement la tête qu'elle avait baissée lors de sa dernière vision du passé. Resserrant sa poigne autour du manche de son sabre, la Nagai planta son regard émeraude dans celui, désinvolte de son interlocutrice.

« Je suis Darth Lyria, ancienne apprentie de Darth Traetius, mieux connue sous le nom de l'impératrice Gwa Cir-Delàviel. Dame Noire de l'Ordre Sith et gardienne de Dathomir. »

La Sorcière ne craignait pas de dévoiler ainsi sa véritable identité: cette jeune impertinente serait bientôt morte et le croiseur Nova réduit en miettes par la flotte pirate.

Puis, sans prévenir, la Sith feinta puis chargea au sabre dans un mouvement de pieds des plus gracieux.
Hayley avait devant elle l'une des duelliste les plus talentueuse de la Galaxie, maîtrisant le Makashi mieux que quiconque. Darth Lyria dansait presque lorsqu'elle se battait au sabre, ses longues jambes lui conférant une portée cruciale lorsque l'on pratiquait cette technique.

Modifié en dernier par (ancien) Darth Lyria le mer. 3 mai 2017 01:57, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#27605


      - Cal Keran…

    Son coeur rata un battement. Peut-être même deux, de suite. Un nom qui revenait d’outre-tombe, un nom qu’elle ne pensait plus pouvoir entendre être prononcé en dehors de quelques-uns qui se rappelaient de l’Ordre d’Ossus. Cal Keran avait été un Jedi avant de sombrer dans le Côté Obscur. Il avait expliqué son geste par le besoin de liberté que le carcan Jedi ne lui apportait pas, seul, acquis au Côté Obscur, il avait prétendu qu’il serait en mesure de protéger les Jedi de la Sith. De protéger Hayley d’elle-même. Un ramassis de conneries. Elle sentait la colère monter en elle à cette pensée. Une colère froide mais juste. Il l’avait purement et simplement abandonné. Et il n’avait rien fait d’autre qu’en payer le prix. Cal Keran n’avait pas réussi à comprendre la Force. Jamais. Il s’en était remis à son sacro-saint Hasard, l’érigeant en vertu cardinale qui dirigerait ses actes et sa vie. Et il était mort sur le “Delilah”, un paquebot de luxe Bulwark qui faisait la navette parmi les mondes du Noyau. Quelle ironie. Il avait voulu la protéger d’elle-même. La protéger du Côté Obscur. Et elle avait sombré et elle l’avait tué. Il avait été incapable de remplir sa mission. Incapable de se protéger lui-même. Il avait été son ami et elle l’avait tué. Paradoxalement, elle avait la satisfaction d’avoir supprimé de la galaxie un agent du Côté Obscur.

      - Je suis Darth Lyria, ancienne apprentie de Darth Traetius, mieux connue sous le nom de l'impératrice Gwa Cir-Delàviel. Dame Noire de l'Ordre Sith et gardienne.
      - Allez au diable vous et vos noms à rallonge !

    Et la Dame fondit sur elle, comme une araignée sur une mouche. Le sabre rouge se déplaçait avec précision, visant les failles de la défenses de l’ancienne Jedi. A plusieurs reprises elle se surprit à devoir réagir à la dernière seconde pour éviter de se faire découper. Au Makashi de la Nagai, elle opposait un Vaapad féroce qu’elle avait apprit à faire sien. La colère que le souvenir de Keran avait éveillé en elle lui servait d’énergie supplémentaire où elle pouvait puiser et bientôt le plaisir du combat fit frissonner sa chair. Le sabre blanc était devenu un mur blanc, bloquant et contrant les tentatives de percer la défense de Darth Lyria.
    Leur combat était un ballet d’une beauté abyssale qui avait eût pour seul résultat jusqu’alors de trancher nombre des rambardes qui les séparaient d’une chute quelques étages plus bas. La Nagai tenta un coup d’estoc mais Hayley esquiva au dernier moment, bloquant de sa lame blanche la lame écarlate de la Sith, puis ripostant d’un coup de coude dans le nez de la noble hapienne. Elle avait peut-être été Jedi, mais elle avait aussi vécue dans les bas-fond de Kuat City et c’était comme ça qu’on se battait là bas. D’un coup de pied elle repoussa la Sith à quelques mètres et profita de ce moment de répit pour prendre la parole, complètement essoufflée par l’effort :


      - Ca y est ! … Je te remets ! … Nar Shaddaa ! …

    Elle tenta de reprendre son souffle. L’autre semblait s’être calmée.

      - Tu étais avec Darth Oxious ! Je reconnais ton aura ! Tu as combattu Cal Keran !

    L’autre avait changé de position, son aura avait bougée, comme mû par la colère.

      - Il t’as vaincu ce soir là ! Je m’en souviens. C’était le soir où mon père a trouvé la mort. Un événement qui a vu la perte de nombre des participants à ce qu’il semble…

    Elle avait son attention, elle le sentait. Quelque chose dans l’attitude de la Sith avait changé.

      - Cal Keran est mort. Il ne causera plus aucun tort à personne. J’ai mis fin à ses exactions. Tout comme Darth Oxious.

    Elle n’avait pas été seule pour accomplir ça, mais elle refusait de mettre Drakell 82 en danger. Il ne méritait pas de tomber entre les griffes de cette garce et il n’était pas prêt à l’affronter. Plus tard peut-être…

    Ce fût le choc et l’effroi. La Sith avait bondit sur elle et Hayley n’avait dû sa survie qu’aux réflexes surhumains que lui avait offert la Force. Les yeux de la Dame irradiaient de rage, à la limite de la démence. Elle avait très vite augmentée la cadence, élevant le duel à un tout autre niveau. A présent pour Hayley ce n’était plus qu’une question de survie et son cerveau tournait à tout allure pour lui permettre de parer ou d’esquiver, n’ayant plus aucune opportunité d’attaquer. Elle était peu à peu repoussée vers une coursive, encore quelques mètres et elle serait acculée, obligée de se défendre dans un espace réduit, réduisant ainsi ses chances de survie. Elle tenta le tout pour le tout : elle mobilisa la Force pour envoyer Lyria plus loin grâce à une Poussée. Celle-ci s’écrasa contre l’une des rambardes, mais se releva aussitôt. De ses mains jaillirent des éclairs qu’elle dirigea contre Hayley qui bloqua aussitôt avec son sabre. Elle était trop fatiguée pour les renvoyer aussi la plupart des éclairs étaient déviés autour d’elle, se fracassant sur les machines qui faisaient tourner le vaisseau. Celles-ci commencèrent à s’affoler sous la pression et rapidement l’une d’entre elle se mit à exploser.

    C’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Rapidement, les machines alentours fûrent soumises à une réaction en chaîne. Déstabilisés, certaines s'arrêtèrent tandis que d’autres explosaient tout bonnement. Les deux femmes fûrent projetés dans la coursive par la force d’une explosion, s’écrasant toutes deux contre l’un des deux murs de celle-ci tandis que le sas d’urgence se refermait après elles.

    Hayley gémit, elle avait des meurtrissures partout sur le corps, des taches de saletés et du sang qui coulait de son nez. Elle avait le goût du liquide de vie dans la bouche et dût cracher par terre pour tenter d’ôter cette saveur de son palais.

    L’autre n’était pas dans un meilleur état, mais elle s’était relevée, son sabre à la main déjà activé.



Désolé, j'ai déjà utilisé ce morceau dans mon topic Renaissance, mais je trouvais qu'ici il était trop parfait !
By (ancien) Darth Lyria
#27777


Darth Lyria avait plongé sur sa proie comme la foudre. Dans la salle des machines, les deux femmes se livraient un duel sans compromis. La lame blanche croisait la rouge à un rythme endiablé. Sous les mouvement saccadés de ses bras, les mèches de cheveux blancs virvoletaient sur le front luisant de la Nagai. Lyria serrait les dents, le regard jaunâtre rivé sur sa rivale. Cette dernière lui donnait beaucoup de fil à retordre. Elle ne se battait pas comme une Jedi habituelle: une rage sommeillait en elle, lui donnant juste assez de puissance pour tenir le coup face aux frappes chirurgicales de la Sith.

La lame rouge se heurta une nouvelle fois contre la blanche puis la rouquine frappa d'abord le nez de la Sith de son coude puis lui enfonça le pied droit dans le ventre pour la faire reculer de quelques pas. Lyria passa la manche de sa robe sous ses narines pour essuyer le sang qui y coulait et maugréa une insulte.

« Il t’as vaincu ce soir là ! Je m’en souviens. C’était le soir où mon père a trouvé la mort. Un événement qui a vu la perte de nombre des participants à ce qu’il semble… »

« Cal Keran est mort. Il ne causera plus aucun tort à personne. J’ai mis fin à ses exactions. Tout comme Darth Oxious. »


C'était donc vrai... La Dame avait bien senti un énorme débalancement dans la Force quelques jours plus tôt. Avec le Seigneur Oxious mort, Lyria était la dernière Seigneur Sith en vie avec Darth Krayt.

Tenant son sabre à deux mains, Darth Lyria bondit en vrille pour se retrouver derrière Hayley. Plusieurs frappes au sabre déstabilisèrent cette dernière qui ne savait plus comment se défendre face au Makashi parfaitement maîtrisé par la Sith qui n'avait plus qu'un seul objectif: tuer celle qui avait assassiné Darth Oxious. Avec sa tête, elle pourrait réclamer la gouverne du Nouvel Ordre Sith d'un Krayt trop faible pour protéger les siens.

Puis, la Jedi repoussa d'une important vague de Force sa rivale contre une rambarde de métal. Le corps longiligne de la Sith s'y écrasa vulgairement avant de se redresser d'un bond. Lyria avait échappé son sabre et en profita pour lever ses deux blanches mains en direction de la Jedi. Jaillirent des éclairs bleutés des longs ongles blancs de Lyria qui serra la mâchoire et plissa légèrement les yeux sous la soudaine lumière dans la pièce.

Hayley avait réussi à dévier une bonne partie des éclairs autour d'elle avec pour résultat d'endommager la machinerie du Pulse. Lyria cessa donc son attaque électrique et fit revenir au creux de sa paume droite le manche incurvé de son sabre. Pile au même moment, une explosion souffla les deux femmes hors de la salle, dans la coursive d'où était précédemment arrivée Darth Lyria.





Les lumières vacillaient dans la longue coursive qui reliait la salle des machines aux hangars secondaires. Entre les deux, les élévateurs hors d'usage et l'armurerie où se trouvaient les cadavres de l'équipe chargée de protéger la Duchesse Zannar-Maad. Les alarmes d'évacuation sonnaient à tue-tête et plus une âme ne se trouvait dans les alentours. Seules, Alemidna Zannar et Hayley R'izzan se regardaient droit dans les yeux.

R'izzan était du côté du hangar, Lyria dos aux portes coupe-feu qui s'étaient refermées devant les explosions de la salle des machines. La robe déchirée au niveau de son ventre et laissant paraître les tatouages sith qui ornaient sa blanche peau, Darth Lyria haletait. Sa poitrine se soulevait sous sa respiration saccadée le bras gauche derrière le dos et la droite tenant le sabre pointé vers le haut. L'éclat rouge se reflétant sur la moitié de son visage, les lèvres en sang, des éraflures sur la joue.

« Oxious était faible. Te tuer ne sera pas un problème et prouvera à tous à quel point je suis bien plus puissante que lui! »


Immédiatement, une force agrippa violemment la Jedi à la gorge et l'envoya valser plus loin contre la porte de métal double qui menaient aux hangars secondaires. D'une main, Lyria envoya une seconde vague d'éclairs contre Hayley qui réussit à bloquer in extremis en reculant à l'intérieur de l'immense zone où étaient posés des chasseurs Miy'til de secours. Lyria fondit à toute vitesse, traversa en une seconde la coursive et plongeant sur la Jedi, lame rouge brandie.

Et le duel reprit de plus belle entre les deux femmes. À un rythme moins intense que précédent l'explosion car la fatigue commençait à s'installer. Le sprint devenait un marathon. Projetant Hayley d'une puissante poussée de Force contre un chasseur, Darth Lyria nargua. Elle avait momentanément sondé l'aura de sa rivale et y avait découvert quelque chose d'intéressant.

« Dommage que tu n'utilise pas toute cette colère. Tuer un Sith a dû éveiller en toi cette part d'obscurité. Tu ne pourras me vaincre sans l'exploiter pleinement comme tu le faisais si bien autrefois. »


Lyria savait pour le Simurgh. Elle en avait senti des traces dans l'aura trouble de la Jedi. Ce pan d'obscurité caché et qui semblait fraîchement enterré. Faire ressortir cette identité sonnerait le glas d'Haley R'izzan.

SWOR AWARDS 2019

Personne pour se lancer ? Décidément. Si tout le m[…]

Un déjeuner d'importance

Et bien mon garçon, vous avez de la chance. I[…]

[Terminé] Cad Bane

Bien. Bien bien bien... Il n'est pas facile […]

Problématiques divines

Malgré lui, Oryel ne put s’empêcher d’hausser un s[…]

https://i.imgur.com/WLoENHS.pn[…]

Cet enfant n'a aucune patience [Privé]

https://d13ezvd6yrslxm.cloudfront.n[…]

Tel Angor

Je ne pense pas pouvoir pousser plus les améliorat[…]

L'approche de Vassily commençait à concorder […]