L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

#36379
Image


Image
Luke Skywalker et l'Ombre de Mindor

Ecrit par Matthew Stover

L'Alliance rebelle a triomphé de l'empereur Palpatine et de Dark Vador. La Nouvelle République s'efforce de se construire tout en affrontant les restes épars mais toujours puissants de l'Ordre Sith et de l'Empire. Parmi eux, le plus grand danger vient de Shadowspawn et de ses troupes de stormtroopers noirs. Depuis sa base stratégiquement placée sur Mindor, il mène pillages et destruction. Accompagné de ses fidèles amis et des membres de l'escadron Rogue, Luke s'apprête à contre-attaquer. Mais c'est là précisément ce qu'escomptait Shadowspawn...

Date de parution : 2008
Date de traduction : 2017
Ordre de parution : 143
Légendes




Image








Lieux Visités

Mindor, planète touristique maintenant anéantie


Durée de l'histoire

Quelques jours. Voire quelques heures


Trames poursuivies

- Lord Shadowspawn veut capturer Luke Skywalker
- L'Escadron Rogue a maille à partir contre des Défenseurs TIE
- Han Solo tente d'échapper à des pirates en mission personnelle
Période traitée :

5 ans Après la Bataille de Yavin




Image


Luke Skywalker
    On ne présente plus Luke Skywalker. L'introduction nous laisse une impression étrange : Luke fait appel aux services d'un enquêteur de la NR qui préfère enquêter pour son profit, avec une mission : démontrer que Luke Skywalker ( donc lui-même )... mérite une condamnation pour crimes de guerre. Voilà qui part pour intriguer.

    Bien sûr, il s'agit d'une séquence qui chronologiquement se situe à la fin de l'histoire. Le début, le vrai début, concerne la prise de fonctions de Luke au grade de Général de la Nouvelle-République. Nomination qui le laisse perplexe, lui qui estime qu'un Jedi qui est bombardé général, ça fait vaguement cliché.

    Luke, à la suite d'attaques très violentes d'un mystérieux Lord Shadowspawn sur des coins reculés de la galaxie, Luke décide de le traquer et l'affronter en son repaire. Et la prévenance et la clairvoyance du jeune général... finit par conduire sa flotte dans un piège duquel il sera seul survivant, exception faite de R2-D2. S'ensuit alors pour lui une série de rencontres, au sein de la base de Mindor, d'abord de soldats impériaux, et de divers personnages aux mentalités... enfermées.

    Le personnage respecte la trame des films. Luke est un Chevalier Jedi, ayant vaincu son père et l'Empereur, mais il reste néanmoins âgé de 24 ans, avec le cynisme, les expressions et les déboires qui lui échoient naturellement. Peu porté sur la violence, à laquelle il ne se résout que par absolue nécessité, c'est un personnage en phase de doutes qu'on retrouve, encore en apprentissage, et conscient de ses faiblesses en tant que Jedi.

Lord Shadowspawn
    Une création fantaisiste de Cronal, dit agent Blackhole, Main de l'Empereur et Directeur des Renseignements de l'époque Palpatine. Sorcier de Rhand et ancien Prophète du Côté Obscur, le personnage est là pour incarner l'ennemi de Luke Skywalker, tel qu'il en existe parfois dans Star Wars : il n'est pas là pour incarner son contrepoids physique, mais un sérieux ennemi philosophique et psychologique. Cronal est décrit comme un homme faible. Sa musculature l'empêche de se tenir debout, ses bras sont décharnés, et il doit continuer sa vie sous perfusion de nutriments. mais sa puissance au travers d'une forme extrême du Côté Obscur le rend exceptionnellement dangereux.

    Sa philosophie de la Force incarne la vision Nihiliste qu'elle pourrait revêtir : Côtés Obscur et Lumineux sont des mensonges, Cronal ne jure que par ce qu'il nomme Obscurité : le vide spatial, sans étoile, en étant la vision la plus idéale. Réfutant la lumière, réfutant les concepts de vie, Cronal se pose en chef par intérim de l'Empire, déclarant n'assurer qu'une transition pour le nouveau dirigeant de l'Empire : Luke Skywalker.

    Projet, évidemment, qui cache quelque chose.

Han Solo, Chewbacca, Leia Organa, C3PO et R2D2
    Les Sert-à-Rien du Livre ! Le traitement de ces personnages, équipage type du Faucon Millenium, laisse un arrière-goût de dépit en bouche. Le traitement psychologique des personnages est irréprochable : les sarcasmes de Solo, les répliques cinglantes de Leia, la passivité devant cette relation de Chewbacca, le pessimisme de C3PO et la force tranquille de R2D2 sont respectés. Mais les personnages sont là ce qu'ils ont rarement été dans les films, et même la totalité des autres supports de l'Univers Etendu : des spectateurs. Les actions de l'équipe, en marge de celles, capitales, de Luke, sont erratiques et font plus office de remplissage dans le récit, en plus de ne servir que bien peu au résultat final.

    Sachant que l'univers est plutôt disposé à montrer que chaque petite contribution de chaque personnage aide à l'édification d'une plus grande trame, celles de nos compagnons laissent à désirer sur l'ensemble. Et permettent de dire qu'ils n'ont finalement pas servis à grand chose.

    R2D2 dispose en revanche d'une tribune, l'auteur s'éparpillant en détails sur les pensées de R2, ses méthodes pour aborder les situations, et les fonctionnements de ses processus. Loin de n'être décrit qu'en piaillements, on le décrit comme un droïde à l'humour très noir, aux méthodes barbares et une franchise déroutante. Ce qui ne manquera pas d'en désarçonner quelques-uns, je pense.

Nick
    Lord Shadowspawn. Hey oui comme Cronal ! Mais je n'en dis pas plus.

Aeton Cantor
    La Tête-à-claques du Livre ! Femme qui, on le découvre par la suite, cherche à récupérer son mari, enlevé par les impériaux et emmené sur Mindor. Menant une équipe de gens acquis à sa cause par des liens de piraterie, on découvre une femme décrite comme "rousse, forte en caractère, belle". Se présentant à Solo comme une aide contre les impériaux, on devine vite en réalité son utilité : en faire une traître rapide et injustifiée qui pique le Faucon à SOlo et Chewbacca, tente de les tuer oooooooon ne sait pas pourquoi ( parce que, sûrement ) et qui est introduite comme "séduisante et forte en caractère" pour faire de l'oeil à Solo... en présence de Leia, bien sûr. Sorte de justificatif d'un faux triangle amoureux qui n'apporte rien à l'histoire qu'un baiser entre les deux tourtereaux de la rébellion.

    Prétextes faciles et réactions toujours aussi stupides de la part d'une vraie-fausse méchante.

Lando Calrissian
    Petit rôle, mais néanmoins présent. Général lui aussi, mais plus expérimenté que son jeune ami Jedi, Lando reste, tout du long, ce fringant séducteur qui allie sa force de gentillesse, avec une humeur de général : il aime ses hommes, mais gare à qui discutera ses ordres. Et si l'ennemi ne se rend pas, il ne pourra plus rien pour eux. Et c'est lui, avec son petit rôle, qui permettra à la situation de s'améliorer. Enfin, même si tout se fait surtout grâce à Luke. Ce n'est pas "Lando et l'Ombre de Mindor" après tout.




Image


Mindor, anciennement planète touristique, a été réduite à un cauchemar volcanique, dès que sa voisine, Taspan 2 ( Mindor étant en réalité Taspan 4 ) a été détruite façon Alderaan par une arme expérimentale gravitationnelle de l'Empire. L'Empire, en la personne de Cronal, fait usage de stratégies typiquement Star Wars, très innovantes et bien pensées, ainsi qu'un étalage de la technologie de génération de cônes de gravité ( celles des Interdictor ) qui démontre les multiples usages judicieux de ces engins. Militairement crédible et formidable.

Et, idée de génie je dois l'avouer : l'auteur introduit les notions, mais surtout les impacts et les origines... des Holofilms ! Du genre mettant en scène nos héros rebelles dans des productions telles que Luke Skywalker et la Vengeance du Jedi, Han Solo et les Pirates de Nar Shaddaa et autres gracieusetés. Belle trouvaille.

Appréciation générale : Je ne sais pas
Le style a une chose de frais : le jargon militaire typiquement Star Wars, peu développé auparavant, même dans les séries plus thématiques comme les X-Wing. Description des engagements, du matériel, des procédures... il y a un petit détail militariste qui rend le tout plus crédible. Les dialogues sont plus crus également, les personnages plus saignants entre eux, sûrement lié au stress ambiant galactique.

Mais sur 400 pages, le langage fleuri, et les phrases comme "si ça ne fait pas trop cliché, amenez-moi devant votre chef" laisse une impression de contre-récit forcené... ça devient presque indigeste. Alliant à cela une traduction très bancale, voire des fois complètement couillée, et l'ensemble devient assez désagréable.

Mais la richesse du lore, ainsi que l'intrigue, forment un tout qui m'a fait lire d'une traite le livre. Je n'ai jamais eu cette sensation : avoir envie de balancer le livre et le continuer en même temps. Bon, en philosophie, si, mais jamais avec une fiction. Les ajouts fait au lexique des objets, des techniques et des minerais offrent de réelles opportunités à l'univers Star Wars, notamment celui du Meltmassif ( en français ) et, mais ça nous le connaissions déjà, des cristaux de Rhand. Cronal offre un univers sombre de bonne description qu'on découvre avec intérêt, et dans lequel on préfère imaginer notre propre histoire. Ce qui constitue un exercice qui ne manque pas d'intérêt.

Je salue néanmoins le courage de l'auteur qui décrit des StromTroopers capables de tenir en respect des centaines de SuperCommandos Mandaloriens. Dans le milieu des mauvaises langues, cette réalité est encore source de crises d'hystérie et de larmes de sang.

En bref : achetez-le, ou pas, l'un comme l'autre, ça vous laissera au même niveau qu'avant. L'apport de son contenu peut aussi bien se glaner sur Wookieepedia. C'est plus pratique, plus factuel, et ça coûte pas le prix d'un bouquin.

Ensemble des Forces Militaires localisés : […]

[Delchon] Anéanti

Ambiance Félonie ? Que nenni, elle était la […]

Lex est quod notamus

:r2d2bd: Moderation Rendili avait la main lo[…]

Appelons ça une divergence d'opinion !

A la remarque sur les Jedi, Helera esquissa un so[…]

https://luxurystylecentral.com/wp-conten[…]

https://www.fanactu.com/medias/star-[…]

Linkin Park - Rebellion Alayna resta quelqu[…]

Comme la vilaine petite fille qu’elle était, les […]