L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Racontez vos propres récits
Image

Règles du forum : Lorsque vous racontez vos récits, évitez de faire intervenir des personnages de la saga officielle. Ayez également le respect des œuvres de leurs auteurs respectifs et considérez ces fan-fictions comme des moyens de développer l'univers autour du jeu.
#37958
Luna venait tout juste d’avoir 15 ans. Son père lui avait promis de l’amener lors de son prochain voyage à Tatooine. Lorsqu’ils furent arrivés Luna descendit de leur vaisseau tout excité. Quelle joie de pouvoir enfin voire plus de monde ! Mais elle avait surtout hâte de refaire une mission aux cotés de son père. Elle brulait d’impatience à l’idée de savoir ce qu’il aurait à faire d’autant que son père venait de lui expliquer de nouvelle façon de traquer une proie animale…ou tout simplement un Homme. Elle agrippa son sac à bandoulière dans lequel elle avait glisser son crayon et son carnet de dessin cher à ses yeux et bien sûr son blaster. Il lui avait été offert le jour où elle avait été capable de tirer correctement dans l’optique de se défendre. Elle portait ce jour-là un de ses ensembles préférés : Des bottes hautes noires remontantes aux genoux, un pantalon en toile blanc, une chemise croisées maintenus en place par un corset noire avec des fleurs rouges entrelacés par du lierre sur le devant, une ceinture sur laquelle elles pouvaient apposer une arme et une veste blanche à capuche pour se dissimulés des regards indiscrets. Elle courut un peu vite à la plateforme d’arrimage. Elle voulut à tout prix commençait cette mission.

Son père posa tendrement une main sur son épaule lorsqu’elle pu attendre le sol.

« Luna je refuse que tu m’accompagne plus loin dans ma mission. Cela serait beaucoup trop dangereux pour toi. Je refuse qu’ils te trouvent »


Luna sentit son cœur se briser. Elle avait pensé que son père l’aurait laisser l’accompagner. Elle prit la mouche et croisa ses bras.

« Oh non c’est injuste ! Je n’ai jamais le droit de sortir bien loin et pour une fois que je pourrais participer à ton aventure dans une autre ville tu voudrais que je reste là à t’attendre sans rien faire ! Je sais que tu as peur mais il ne m’arrivera rien père s’il te plait laisse-moi t’accompagner ! »


Elle lui fit ses gros yeux de chaton comme elle savait les faire pour convaincre son père mais celui-ci resta campé sur ses positions. Luna sentit qu’elle ne pourrait rien faire son père restait complètement insensible pour une fois. Elle soupira et détourna la tête vexée. Il lui accorda néanmoins un sourire contrit et la prit par le bras.

« Ma chérie…Je tiens à toi plus qu’à n’importe qui. Je ne veux pas te faire prendre de risques alors tu resteras ici sans faire de discutions. Je ne serais pas long d’ici quelques heures nous pourrions repartir si la mission ne se complique pas trop. Tu te souviens de ce que je t’ai dit ? »


Luna fit la moue et soupira en baissant la tête. Elle murmura pour rassurer son père malgré qu’elle fût furieuse qu’il la laisse en plan ici. Elle aurait encore voulu sentir l’action et l’adrénaline du combat frôler sa peau et faire bouillir son sang. Mais elle savait aussi qu’elle était bel et bien en danger si on la repérer. De plus elle ne savait pas trop en quoi consister cette fameuse mission. Son père ne lui en avait pas trop parler. Peut-être qu’il avait affaire à des jedis. Elle finit par lui répondre doucement :

« Cache ton Don, n’en parle pas. C’est promis père je ferais très attention. Puis-je au moins me balader dans la ville ? »


Son père soupira mais finit par lui sourire :

« Oui ma chérie mais ne parle pas à des inconnus et rappel toi bien de ce qu’on a dit si jamais quelqu’un te trouver… »


« Bien père, vous pouvez partir tranquillement je serais près du vaisseau à votre retour…Ne vous en faite pas je sais très bien ce que je dois faire. Fait attention à toi s’il te plait. Je ne voudrais pas qu’il t’arrive quelque chose… »


Son père la serra dans ses bras. Elle lui rendit chaleureusement son câlin.

« Je serais prudent je te le promet, je reviens le plus vite possible et on ira faire une petite course si tu veux ! »


Luna sourit ravie :

« Avec joie ! »


Elle pria doucement pour que son père revienne sain et sauf. Elle n’avait plus que lui dans sa vie et si elle le perdait elle ne savait comment elle survivrait. Il parti doucement payer l’emplacement de leur vaisseau et ils se séparèrent après une dernière étreinte devant la station.

Luna regardait autour d’elle la ville animée. C’était aussi merveilleux de pouvoir voire les personnes évoluaient normalement sans avoir à se cacher. Néanmoins elle rabattit sa capuche sur sa tête pour dissimuler son visage au cas où quelqu’un l’espionner. Elle s’aventura doucement dans les chemins sinueux de la ville. Elle observait tout autour d’elle. Les personnes, les étalages, les produits, les maisons…tout lui semblait particulier avec un gout de nouveau. Elle arriva près d’une place ou elle pu trouver une fontaine. Elle s’assit doucement à l’un de ses bords et sorti son carnet de dessin. Elle avait repéré une splendide maison qui l’intriguait par son architecture. La personne qui l’avait construite devait y avoir mis beaucoup de cœur et d’amour. Elle sorti son précieux crayon et commença à dessiner complètement dans son univers et en oublia quelque peu les dangers qui pouvaient surgir autour d’elle. Quand elle était dans sa bulle personne ne pouvait la déranger…ou presque.
#37959
Aaaaah... Tatooine, nid des criminels et des Hutts. Patrie des vils Tuskens et des fourbes Jawas, lieu de naissance des Dragons Krayt et plein d'autres bestioles tout aussi sympathiques. Berceau d'un jeune fermier blondinet appelé Luke Skywalker... Ouais, le moins que l'on puisse dire, c'est que pour un vieux désert perdu de la bordure extérieure, cette planète avait un sacré panache.

On y trouvait tout le gratin du grand banditisme, du petit contrebandier en quête de grandeur au Hutt grassouillet en passant par le criminel de grand chemin à la tête mise à prix, c'était un vrai nid d'opportunités pour tout chasseur de primes qui se respecte. Et ça tombait très bien car un jeune homme fougueux et tête brûlé avait été crédité par un seigneur du crime local pour vider une maison des trafiquants d'épice renégats qui s'y trouvaient. Des rhodiens qui pensaient pouvoir se faire la malle avec toute l'épice sans payer la note, un classique.

Avec une douce mélodie dans les oreilles, le jeune Sareth Daran, 19 ans, seulement vêtu d'une tenue en cuir de Bantha avec pour seul compagnon de route un Blaster Westar-34, avançait dans les rues. Mains dans les poches, yeux fermés, un petit sourire au visage, le Mandalorien en devenir progressait dans les rues en fredonnant et en chantonnant, se permettant quelques petits pas de danse sur la route. Attirant tous les regards vers lui, le mercenaire aux cheveux coiffés en queue de cheval et à la barbe de trois jours s'en moquait éperdument. Enfin, il arriva dans une sorte de petite place avec une fontaine en son centre et la maison qui intéressait notre cowboy de l'espace. Lorsqu'il se posa devant la fameuse maison cachant les bandits Rhodiens, il toqua une fois, deux fois, trois fois, puis recula en un moonwalk pour se mettre sur le côté de la porte.

L'un des Rhodiens ouvrit l'entrée mais ne vit personne et regarda curieusement, à droite puis à gauche, quand il vit le Mandalorien à sa gauche, il paniqua mais n'eut pas la temps d'avertir ses amis, se prenant un coup de poing droit dans la figure qui le fit tomber en arrière et l'assomma. Sareth fit comme chez lui et s'introduisit dans la résidence avec un sourire narquois... De là où elle était la jeune entendit simplement des tables se renverser, de la vaisselle se briser et beaucoup d'insultes dans la langue peu élégante des poissons lune de l'espace. Ce petit vacarme dura cinq petites minutes avant le mercenaire ne sorte tranquillement de la résidence en chantonnant, un sac d'épice sous le bras.

- This ain't no place for a hero... This ain't no place for no... Better man ! This ain't no place for a hero... To call ho-... Hein ? S'étonna Sareth en retirant ses écouteurs et en arrêtant de chanter.


Cette jeune fille assise sur la fontaine avait assisté à la scène et n'avait pas bougé de là, dessinant la maison avec application et passion... Cela fit sourire le mercenaire qui, curieux, s'approcha de la jeune fille sans bruit avant de jeter un œil à son carnet de dessin. Elle était réellement absorbée par son monde et rien ne semblait pouvoir la déconcentrer.

- Tu as oublié la girouette sur le toit de la maison, fais gaffe, d'autre part la porte est un peu plus grande, à moins que ça soit pour les Jawas que tu dessines la maison, déclara-t-il en ricanant à la jeune fille, cherchant à la surprendre, gardant une main derrière elle dans le cas où elle tomberait en arrière dans l'eau.
#37969
Luna n’avait même pas entendu le vacarme qui avait été provoqué juste sous son nez tant elle était passionnée par son dessin. Elle ne vit pas d’ailleurs un jeune homme qui s’était approché sans bruit d’elle. Quand elle entendit sa voix tout près d’elle, elle sursauta prise de court lâcha soudainement son crayon, son carnet et bascula en arrière en criant. Elle ferma les yeux mais rien n’arriva. Elle ne sentit même pas l’eau sur elle. Était-t-elle tombée ? Et bien non. Pour une fois son karma n’avait pas agi. En effet le jeune homme avait mis sa main derrière son dos pour la rattraper en précaution. Sans doute avait-il déjà remarqué qu’elle était gauche. En retombant en arrière sa capuche était tomber et ses cheveux s’étaient détachés pour tomber en cascade autour de ces épaules. Elle regarda la personne qui l’avait sorti de sa bulle. Il avait tout l’air d’un mercenaire et surtout de quelqu’un de très décontracté. Elle fronça les sourcils néanmoins. Cet homme était un parfait inconnu après tout et il venait la faire chier alors qu’elle était parfaitement paisible. Néanmoins une partie d’elle était ravie. Enfin un contact avec quelqu’un qui semblait avoir son âge ou quelques années de plus qu’elle. Elle savait qu’elle avait promis à son père de ne pas parler à des inconnus mais elle avait envie d’aller de l’avant et de montrer qu’elle avait du répondant à ce mercenaire qui critiquer son dessin. Elle eut un petit sourire en coin et se redressa un peu en mettant ses cheveux sur un coté avant de répondre sans le regarder directement dans les yeux au premier abord et ne lui laissant quasiment jamais le temps de répondre :

« Déjà je n’ai pas oublié la girouette elle est juste ici »


Elle lui désigna la pique doucement sur le toit de la maison qu’elle dessinait avec une petite moue rebelle

« Ensuite la porte n’est peut-être pas aussi grande mais j’aimerai bien te voir dessiner ce que je fais en seulement 15 minutes…Tu es gonflée de venir derrière moi sans prévenir et de critiquer mon dessin ! Personne ne t’a donc appris la galanterie et le savoir vivre ? »


Elle leva les yeux en ciel en se retenant de rire ne lui laissant quasiment pas le temps de lui répondre

« Enfin je ne dessine pas ça pour les Jawas Monsieur le roi de l’humour mais pour moi-même j’aime dessiner ce qu’il me plait »


Elle finit par se tourner totalement vers lui et plonger ses yeux dans les siens

« Toutefois…Merci de m’avoir évité de tomber dans l’eau par ta faute d’ailleurs… »


Elle explosa de rire ne pouvant plus se retenir. Franchement il devait la prendre pour une folle. Luna se trouvait vraiment ridicule. Elle se tut et après l’avoir regardé pour garder en mémoire son visage notamment ses yeux puis, elle rompit le contact pour aller reprendre son crayon et son carnet tomber au sol, en se levant. Elle épousseta son carnet et lui tourna le dos avant de soupirer.

« De toute manière je n’ai pas le droit de parler à des inconnus alors…Je pense que je vais arrêter de t’importuner et reprendre mon chemin »


Elle regarda à droite et à gauche autour d’elle ne sachant pas ou allait. Elle était encore dégoutée de ne pas avoir pu effectuer la mission avec son père. Elle baissa la tête tristement ne sachant pas vraiment quoi faire. Elle avait tellement envie de parler plus avec cet inconnu qui semblait pourtant sympathique à première vue mais si cela se trouvait c’était un espion, un traqueur, un bandit, un esclavagiste, un chasseur de prime venu pour la capturer elle…Son père lui avait tant répéter qu’elle pouvait être en danger qu’elle avait finit par devenir un peu paranoïaque. Elle avait pourtant envie de s’amuser comme les personnes de son âge, vivre une vraie vie d’adolescente sans devoir se cacher et se contrôler. D’ailleurs son « pouvoir » la chatouillait intérieurement et elle inspira et expira longuement pour la calmer en effectuant ses exercices habituels de méditation. Elle n’avait cependant pas bougé d’un iota voulant voir la réaction de ce fameux jeune homme qui l’avait surprise.
#37988
Le moins que l'on puisse dire c'est que cette jeune fille avait du répondant, vu son comportement jusque là très introverti, Sareth avait le mérite d'être surpris. Ce qui n'était au départ qu'une petite curiosité allait peut être devenir une discussion un peu plus drôle et intéressante, de quoi occuper le mercenaire cinq à dix minutes de plus que prévu... Et puis après tout, le jeune homme l'avait un peu cherché, lui qui ne savait pas vraiment dessiner, il était bien placé pour l'ouvrir à ce propos. Non... Sareth était doué pour bien des choses, mais le dessin ne faisait pas partie de ses disciplines phares ! Le jeune homme était bon lecteur, bon danseur, bon chanteur et bon tueur, mais pas bon dessinateur. Il ricana sur le coup et leva les yeux au ciel avec un sourire en coin, comme si la réponse de Luna l'avait légèrement pris au dépourvu. Cependant, le devoir appela Sareth sur son holocom pour lui rappeler le but initial de sa mission. La sonnerie retentit une fois, deux fois, trois fois, le mercenaire serra les dents et fit un petit signe à son interlocutrice avant de partir dans la résidence pour être tranquille.

- Le moins qu'on puisse dire c'est que t'as du répondant, c'est bien, ça te sauvera la vie ! Oups, un instant, ne te noie pas dans la fontaine je reviens tout de suite... Déclara-t-il en se retournant et en répondant à l'appel holocom.
- Achute mah poy Sareth ,woy uba gee bu boa ? Doth bu duba dhopa nobata janse wa chaduae ? Demanda l'hologramme d'un Hutt.
- Aaaaaah, mon cher Takra, quel plaisir de vous entendre, j'ai vot' sac, quand aux trois autres je les ai assommé, je me suis dit que ça vous ferait plaisir de trouver un châtiment approprié pour eux vous même.
- Dan ! Mah yae doth nan, cha yatuka no ya, la hatkocanh paknee ata mee boa an lee chalya uba phabeka du kankahchonha che bargon u !
- Excellent, je vous attends là !
- Mee jewz ku Sareth !
- Vous de même boss !


Sareth éteignit son holocom, grommela un "connard" venant du fond du cœur et revint voir Luna en reprenant un joli sourire comme lui seul savait en faire. Elle était sensée ne pas parler des inconnus mais il fallait venir d'une autre galaxie pour ne pas voir qu'elle avait très envie de discuter. Elle ne devait pas souvent parler avec d'autres gens que ses parents. Soit ! Sareth n'avait que ça à faire après tout...

- Pardon, les limaces géantes ne sont pas le genre de personne à qui tu veux coller des vents ! J'ai à peu près cinq minutes avant de repartir, donc non, tu ne m'importunes pas jeune fille ! Expliqua-t-il en ricanant. C'est pas très conseillé de traîner seule dans ce coin perdu, tes parents sont dans le coin ? Non pas que je m'inquiète pour toi, si tu es là c'est sans doute que t'es une fille plein de ressources, mais je dois admettre que je suis curieux termina-t-il avec un sourire.


Cette fille était spéciale, sans nul doute qu'elle était ici pour une raison spéciale... Ou bien peut être que c'était une esclave ordinaire et que Sareth se faisait des idées, qui pouvait le dire ? Elle n'était pas armée, elle n'avait que son carnet et sa tête dans la lune... Audacieux de venir sur Tatooine sans moyen de se défendre ! Qui sait, peut être savait-elle se battre comme une pro à mains nues, à son âge Sareth était déjà un petit diablotin qui castagnait rudement bien après tout...
#37991
Luna remarqua que le jeune homme avait sur lui un holocom. Elle fit mine de ne pas s’en apercevoir plus que cela mais elle le suivit du regard alors qu’il lui lançait une pique. Non mais quel petit malfrat ! Luna se sentait prise de court. Non seulement il l’importunait directement mais en plus il oser lui dire qu’elle pourrait se noyer dans une fontaine toute seule ! Elle serra ses poings et ses lèvres furieuses. Puis elle réfléchit et esquissa un sourire espiègle. Il était drôle et en plus il avait remarqué qu’elle avait du répondant. Bien. Il savait qu’elle n’était pas une fille facile au moins.

Mais ce que ce jeune homme ne savait pas c’était qu’elle savait parler la langue des hutts. Elle comprit donc assez vite que celui-ci avait réussi à obtenir un sac que rechercher un Hutt à qui il devait sans doute une rançon ou une mission. Elle le détailla de haute en bas. Elle repéra assez vite le fameux sac à sa ceinture. Mm... Elle se demandait bien ce qu’il y avait dedans. D’autant que le Hutt cherchait à récupérer son colis rapidement. Son père lui avait appris cette langue pour comprendre les hutts et se méfiaient d’eux pour ne pas se faire avoir lorsqu’on passait un marché. Il fallait avoir le flair pour lire entre les lignes et aborder les guillets lorsque l’on marchandait avec eux. Luna voulait désespérément en savoir plus et se pencha alors pour observer le sac et voir comment elle pourrait lui retirer sans qu’il s’en aperçoive. Impossible. Il faudrait user de la force ou bien…de la fourberie. Soit ! Luna avait pris sa décision au moment ou il revenait vers elle en lui offrant un très joli sourire. Luna fait papillonnait doucement ses yeux et lui offrit un de ses plus beaux sourires à son tour faisant mine de ne rien avoir compris à sa discussion.
Elle l’écouta formulait des excuses et expliquait qu’il devait bientôt partir, sûrement pour récupérer sa prime. Mm…elle en aurait bien besoin d’une après tout elle aussi. Elle fit mine de jouer les petites filles modèles et un peu incultes sur les bords.


« Oh mais il n’y a pas de mal…Je comprend parfaitement. Vous allez quelque part ? Retrouver des amis peut-être ? »


Elle attendit sa réponse. Mais quand il lui posa la question sur ses parents, Luna se crispa légèrement. La douleur de la perte de ses vrais parents la bouleverser et la hantait encore la nuit. Mais heureusement elle n’était plus seule aujourd’hui elle avait un père adoptif très aimant, même s’il lui interdisait de venir pour cette mission. Elle lui répondit poliment et en essayant de ne pas paraitre louche.

« Heu oui, mon père est dans le coin…Il avait une course à faire »


Toutefois Luna savait qu’elle était une très mauvaise menteuse. Elle avait les joues légèrement rosies quand elle mentait. Au pire il ne croirait pas que c’était à cause du mensonge du moins, elle l’espérait

« Il n’y a pas de mal, je pense que je vous aurais poser la même question si je ne me doutais pas que vous avez l’air d’une sorte de mercenaire je me trompe ? Cavalier solitaire ? »


Et oui ! Luna était tout aussi curieuse de son coté mais elle voulait avant tout savoir ce que contenait ce sac et raflait la prime. Doucement elle joua avec une mèche rebelle de ses cheveux et lui sourit

« Je suis désolée, je suis aussi très curieuse excusez moi vous n’êtes pas obligé de répondre. Si vous le souhaitait un simple oui me suffirait…Ou pas »


Elle ria légèrement heureusement de pouvoir taquinait quelqu’un d’autre que son père

« D’ailleurs vous êtes drôlement et si peu gentlemen que ça mérite une petite leçon non ? »


Elle était si détendue et heureuse qu’elle décida pour une fois de s’amuser. Elle s’approcha doucement de lui. Elle se pencha pour l’observer de plus près et le faire reculer juste assez, son corps tout près du sien

« Vous portez beaucoup d’armes sur vous pour un simple mercenaire…Je me demande bien d’où vous sortez et qu’est ce que vous êtes en train de faire…Est-ce que je peux savoir ? Promis motus et bouche cousue »


Elle attendit doucement une réponse, tout en posant ses mains sur son torse. Elle rapprocha doucement son visage près du sien quand il se mit à parler tout en gardant son beau sourire. En réalité peu importait sa réponse car Luna était bien décidé à lui donner une leçon de « noyade » dans une fontaine. Elle le poussa une fois qu’il eut finit de toutes ses forces. Elle puisa même dans sa propre force intérieure pour le faire tomber dans l’eau et éclata de rire. En le poussant elle avait récupéré le petit sac qu’il portait avec lui. Le fameux sac dont parlait certainement le Hutt. Elle le rangea dans sa veste tandis qu’il était dans l’eau avant de se pencher et de lui tendre la main.

« Hey ! Comment va le petit poisson ? Alors on se peut se noyer dans une fontaine ? »


Elle l’aida doucement à se relever avant de sourire encore en riant

« Bon je suis vraiment désolée je n’aurai pas du te…Enfin vous poussez dans l’eau…Pour me faire pardonner je vous offre une gaufre. J’ai entendu dire que les gaufres de cet établissement étaient exceptionnelles »


Luna désigna un bâtiment sur la coté droit. Elle était fière d’elle. Elle avait non seulement réussi à s’amusait en donnant une leçon à ce jeune homme farceur et en plus elle lui dérobait aisément son sac. Elle lui désigna l’enseigne.

« Tu veux m’accompagner ou tu m’attends là ? »


Toutefois contre toute attente Luna sentit qu’il avait l’air quand même gentil sous ces airs de mercenaire et de farceur alors elle lui dit doucement tout en se jurant de ne pas plus en dire :

« Au fait mon prénom à moi c’est…Évangeline »


Elle préférait lui donner son deuxième prénom au cas où quelqu’un demandait au jeune homme de la poursuivre. De plus s’il se rendait compte qu’elle avait voler sa sacoche il valait mieux qu’il ne sache que cela. Elle attendit donc sa réponse tout en planifiant comment elle pourrait ensuite s’enfuir discrètement pour pouvoir voir ce qu’il y avait de si précieux dans ce sac.
#38000
Sareth écouta la jeune fille lui parler de choses et d'autres en penchant sa tête de droite à gauche pour faire craquer sa nuque, et dès la première réponse, le jeune homme n'avait plus le moindre doute en tête, cette gamine mentait comme elle respirait, en témoigne son hésitation et ses joues rouges... Sans doute voulait-elle protéger son père qui avait peut être des choses à se repprocher, mais le mercenaire n'en avait cure, dans tous les cas il ne comptait pas chasser quelqu'un d'autre aujourd'hui, avec cet énorme sac contenant au bas mot 5 kilos d'épice, il avait de quoi faire pour plusieurs mois. La jeune fille semblait curieuse de savoir qui donc elle avait en face d'elle, mais avait également un genre d'idée derrière la tête, une idée bien mal dissimulée, ça, Sareth le comprit vite quand elle regarda avec attention le sac à sa ceinture.

- Bien vu, en effet je suis mercenaire, je bosse pour une limace gluante le temps d'un contrat puis je pars me chercher de nouveaux clients... Cette planète est sympathique pour travailler mais c'est pas le genre d'endroit où on a très envie de rester. On peut pas se garer dans ce désert sans se faire désosser son vaisseau par des Jawas, et je te parle pas des traversées du désert, j'ai tellement croisé d'hommes des sables que j'ai fini par apprendre leur langue pour qu'ils me fichent la paix.


La gamine était un vrai moulin à paroles, et plus elle se déplaçait pour se mettre derrière le jeune homme et se rapprocher de lui, plus ce dernier flairait l'entourloupe à pleins nasaux... Est-ce qu'elle lui posait toutes ces questions pour le distraire ? A n'en point douter, ce qui amusa le petit Renard qui faisait mine de ne rien voir... Depuis tout à l'heure elle regardait le sac à sa ceinture sans vraiment faire preuve de discrétion ou de retenue, c'était sans doute ça qu'elle voulait obtenir, peut être avait-elle besoin de crédits ou simplement d'aventure et de défi. Alors que le chasseur de primes s'en amusait et réfléchissait déjà à quel plan machiavélique la jeune fille avait imaginé pour récupérer le précieux butin, cette dernière lui indiqua qu'il n'était pas un grand gentleman.

- Je te trouve sévère, sur Tatooine je suis sans doute le plus aimable des gentilshommes... Tu me diras, ce n'est pas très compliqué, à part des brigands à la petite semaine, des esclavagistes, leurs esclaves et des revendeurs de ferraille il y a pas grand chose sur ce tas de sable.


Et voilà qu'elle embrayait de nouveau sur des questions en s'approchant innocemment de Sareth tout en posant ses mains sur le torse du jeune homme. Plus cramé tu crèves. Mais le chasseur de primes n'en fit rien, voulant voir jusqu'où cette chapardeuse était prête à aller... En revanche, elle approchait drôlement son visage du sien, la jeune fille était très mignonne, nul problème à ça, mais presque par réflexe, le garçon reculait légèrement, un peu gêné.

- Boarf... Je pense que tu te moques pas mal de savoir ce que je fais là, tu veux juste mon sac de toute manière, pas vrai ?


La question fut vite répondue lorsqu'une force bien plus grande que ce que le jeune attendait ne le poussa dans la Fontaine avant de le faire épouser l'eau et les poissons... Ses deux jambes dépassaient de l'eau, mais son torse, lui, était totalement immergé. Sans prévenir, ses deux mains sortirent de l'eau et se mirent à applaudir lentement, très lentement, comme pour souligner l'ironie de la scène, puis le jeune homme se releva en ricanant et remua sa tête de droite à gauche pour chasser l'eau de ses cheveux. Ensuite il retira sa veste trempée, se retrouvant en débardeur, et l'essora au dessus de la Fontaine avant de la renfiler.

- Pfiou, je crevais de chaud justement, merci pour le rafraichissement, cela dit le poisson te retourne le compliment, pour penser que je ne me rendrais pas compte qu'un sac de 5 kilos a été délesté de ma ceinture, il faut vraiment être un poisson rouge, mais je met un 15/20 pour l'initiative et pour la force du coup, t'es plus forte que t'en a l'air, t'as bien bu ta soupe quand t'étais gamine ! Expliqua-t-il en récupérant son sac des mains de Luna avant de lui tapoter la tête, lui mouillant les cheveux par la même occasion.


Le jeune homme se dégourdit les épaules avant d’ausculter son blaster avec attention et précaution pour voir si il marchait encore correctement... Et oui, il marchait encore ! Il rengaina l'arme à sa ceinture avant de ranger le sac d'épice dans sa poche intérieure. Ensuite il se tourna vers l'audacieuse voleuse et lui sourit, lui indiquant qu'il n'était pas fâché du tout.

- Il y a de l'épice dans ce sac, et l'avoir entre les mains va te causer des ennuis, de très sérieux ennuis, reste en dehors de ça, ça vaut mieux, expliqua-t-il avant de ricaner. Enchanté Eva, moi c'est Sareth Daran, le Mandalorien en devenir, et vu que tu m'as amusé et rafraichi en cette journée ennuyeuse, JE te paie cette gouffre, si tu veux quinze kilos de vanille saupoudrée de pistache à la noix de cajou sur ta gaufre, tu peux.
#38274
Luna gloussa quand elle le vit essorer sa veste et lui expliquer qu’il avait tellement chaud. C’était bien la première fois qu’une personne avec qui elle voulait s’amuser comme avec un réel ami la taquinait. Elle serra toutefois les poings quand il la traita de « poisson rouge ». Non mais oh ! Il avait vraiment du toupet. Et en même temps Luna se dit que c’était de bonne guerre. Quand il lui tapota les cheveux en les mouillant Luna agrippa sa main en tentant de contrôler sa force pour paraitre aussi douce et innocente que la jeune fille physique qu’elle incarnait :

« Hey ! Tu me trempe les cheveux là et je n’ai pas envie de ressembler à un mouton tout frisé ! »


Elle se couvrit la bouche confuse en remarquant qu’elle l’avait tutoyé :

« Puis-je vous tutoyez ? »


Elle secoua ses cheveux et les attacha en petit chignon laissant quelques mèches dépassées sur son visage en attendant une réponse de sa part qu’elle interpréta pour un « oui »

« Oui j’ai bu beaucoup de soupe et je fais beaucoup d’entrainements physiques tu sais. Je suis moins fragile que j’en ai l’air »


Elle esquissa un petit sourire timide et relâcha doucement sa main

« Merci de pas m’en vouloir ! Je t’avoue que j’étais très curieuse. Je ne consomme pas d’épices mais j’aime les aventures et je pensais que tu avais quelque chose de bien plus précieux dans ce petit sac »


Elle haussa un sourcil à la mention du danger en souri de manière énigmatique :

« Le danger ? Quel danger ? Je me ris du danger »


Elle ricana à son tour. ATTENDEZ une seconde. Luna cligna des yeux surpris. Venait-il de lui donner un petit surnom ? Enfin un diminutif de son prénom. Elle rougi doucement. C’était gentil à lui. De plus personne ne lui avait donner de diminutif hormis son père adoptif depuis qu’elle s’était enfuit de ces maîtres. En même temps elle n’avait pas eu beaucoup d’amis depuis. Elle était ravie de pouvoir partager ce petit temps avec lui. Aussi elle accepta bien vite son invitation

« Enchantée Sasa le poisson. Tu es donc prédestiné à être un Mandalorien ? J’aimerai bien faire partie de la Guilde un jour… »


Elle se mit à rêvasser sur le fait de pouvoir faire partie de la Guilde, d’avoir une famille adoptive qui serait là pour elle, à qui elle pourrait faire confiance, se confier et ne plus avoir peur de qui elle était. Si seulement elle pouvait se débarrasser de ce foutu don…Elle secoua la tête et finit par hausser les épaules :

« Enfin si mon destin le veut bien sûr. Tu penses que tu pourrais me montrer certaines choses que tu connais par rapport aux Mandaloriens et à la Guilde ? Ou tu dois tout garder secret ? »


Elle attendit doucement sa réponse avant de hocher la tête à la mention de son invitation à prendre une gaufre. Elle mourrait de fin et une gaufre au nutella avec un tas de vanille saupoudrée d’amendes et de crème chantilly

« D’accord mais je paye les boissons Monsieur le petit poisson à devenir Mandalorien et j’insiste comme ça je me dédommagerais de t’avoir fait trempette »


Elle lui fit un clin d’yeux en rigolant. Ils marchèrent cote à cote pour rejoindre le petit bâtiment et Luna désigna une petite table au fond un peu à l’écart du bruit et du monde. Une petite musique rythmait l’ensemble du bar et elle ne pu s’empêcher de se dandiner au son de la musique en tournant sur elle-même avant d’aller s’assoir sur la banquette. Elle sourit à son mystérieux nouvel ami et lui désigna la petite carte :

« Tu prends quoi au niveau des boissons ? Pour ma part je prendrai une gaufre au nutella avec un kilo de poudre de vanille et de petites amendes avec un tas de crème chantilly »


Elle gloussa et leva les yeux au ciel

« Tu vas me prendre pour une goinfre mais je meurs vraiment de faim »


Pendant qu’il choisit à son tour sa gaufre et sa boisson, elle croisa doucement ses jambes sous la table, retira sa veste blanche à capuche et joua avec les cordons de son corset

« Donc, que fait tu par ici réellement ? Puis-je te proposer une quelconque aide ? Je suis assez douée pour résoudre des missions en tout genre »


Elle ouvrit les yeux toute attentive en espérant qu’il la fera plus participer à son aventure. Elle voulait en savoir plus. Mais en plus elle voulait l’aider dans sa mission dont elle avait scrupuleusement écouté chaque détail depuis la conversation qu’il avait eu avec une « certaine grosse limace baveuse »
#38399
Eh bien eh bien... Sareth était tombé sur une sacrée bavarde, le genre de personnes qui pouvaient presque rivaliser avec son incessant flot de blabla ininterrompu, PRESQUE étant la nuance. Maintenant qu'il y réfléchissait, c'était bien la première fois depuis un bail qu'il fréquentait quelqu'un qui avait (A peu près) son âge. Les jeunes gens n'était pas ce qui courait dans cette galaxie, et encore moins dans l'Espace Hutt. Si il croyait en ces inepties, il se dirait sans doute qu'il devait s'agir du destin... Mais ce genre de concept un peu farfelus n'avaient pas réussi à se trouver une place dans les neurones du mercenaire. Il avait un peu trop les pieds sur terre pour croire à ce genre de choses, ça devait donc être un coup de bol comme il en avait beaucoup eu dans sa vie, et rien de plus. Luna Evangéline Redmoon...

Ce n'était pas un nom criminel. C'était un nom qui sonnait typiquement riche. Le genre de familles qu'on trouverait sur Naboo ou Coruscant. Non pas que Sareth avait une aversion particulière envers les Républicains, mais ce n'était clairement pas sa culture... Et l'important dans tout ce bourbier était surtout qu'une gosse riche se trouvait perdue ici au milieu des malfrats et des arnaqueurs de petit chemin. Son père n'avait décidément peur de rien pour la laisser ici... Peut être fuguait-elle ? Il était un peu tôt pour y réfléchir, il aurait tout le temps de la cuisiner plus tard. En tous les cas cette gamine était emplie d'une confiance en elle et d'une assurance à la limite de l'exagéré... Sans doute pour cacher ses faiblesses, de la même façon que le faisait Sareth quand il était plus jeune. Les deux se posèrent à une table et commencèrent peu à peu à discuter. Le Mandalorien autorisa évidemment Luna à le tutoyer, de manière générale il se moquait bien de ce genre de détails insipides... En tous les cas elle semblait curieuse sur la Guilde et sur les Mandos.

    - Ça dépend, qu'est-ce que tu veux savoir sur les Mandos et sur la Guilde ? Des choses à dire sur eux il y en a... Pffff... Un sacré paquet !

Les deux commandèrent à manger... Sareth commanda peu ou prou la même chose, mais il remplaça la patte à tartiner chocolatée par une crème de marrons d'Endor à la place. D'une part il adorait le goût, d'autre part ça lui rappelait l'entraînement avec son père sur la lune forestière... Ce n'était pas de tout repos, à l'époque des vestiges de l'Empire il restait encore beaucoup de Storm Troopers sur la planète, sans parler de ces saloperies d'Ewoks. Le Mando détestait ces saloperies, elles ne lui étaient pas du tout sympathiques. Pourtant ces peluches vivantes ne lui avaient rien fait, mais il y avait des choses qui ne s'expliquaient pas, de même que les Gungans et les Porg étaient des créatures qui le répugnaient tout particulièrement. Mystère !

    - Au risque de te spoiler, moi aussi je meurs de faim... Et pour ce qui est des services à rendre c'est un peu tard pour ça, j'ai déjà fini ma mission et avec le fric que je vais me faire, je serais tranquille avant un petit moment !
#38585
« Et bien…je voudrais savoir si…ils acceptent tout type de personnes…des personnes sans famille, sans personnes à qui se rattacher réellement ou… »


Luna s’arrêta un moment. Devait-elle vraiment parler de son secret ? Peut importer il ne pouvait pas savoir qu’elle parlait d’elle-même et puis si telle était le cas que pourrais-t-il lui faire ? Il avait l’air bienveillant et puis tout comme son père adoptif il suivait la voix. Il ne pourrait pas lui faire de mal. Non elle en était assez convaincue pour émettre une nouvelle hypothèse à voix haute. Elle manga un bout de sa gaufre pour faire semblant de passer l’attente sur ce qu’elle allait prononcer :

« Ou par exemple des personnes maîtrisant un pouvoir ancestral ou désireux de se venger ? »


Elle plongea ses yeux dans les siens dans l’espoir qu’il pourrait lui répondre. Elle attendait de savoir si par son aide elle pourrait peut-être rejoindre la guilde et « réparer » ce qu’elle était devenue avec ce pouvoir qui l’effrayait tant.

« Par ailleurs je me demandais si les Mandaloriens avaient de bon guérisseur ou savait en guérir toutes sortes de malades considéraient comme rare ? Au cas ou quelqu’un tomberait entre de mauvaises mains et se ferait par exemple refroidir le cœur de noirceur si tu vois ce que je veux dire »


Luna entreprit de finir la moitié de sa gaufre. Elle finit également par baisser les yeux de tristesse. Elle sera un poing sous la table en ne pouvant s’empêcher de se rappeler à quel point elle avait eu le cœur brisé d’être séparer de ses parents et combien ces années d’esclave lui avait couter…Son père lui avait enseigner les bienfaits de la méditation et de cacher son don mais elle ne pouvait s’empêcher de sentir un élan de colère à l’image d’elle. Celle de son enfance. Enseveli par des chaînes et des coups de fouet. Le son du fouet lui claquant la peau résonnait à ces oreilles et elle avait quelque peu du mal à suivre ce que le jeune garçon lui disait. Elle eu un frisson quand elle entendit cette voix. Cette voix qui la terrifiée. Elle prit une grande inspiration et ferma les yeux. Elle devait se maîtriser. Elle était en sécurité ici. Son père adoptif n’était pas loin et elle était en compagnie d’un garçon charmant qui la faisait rire. Elle tenta de se souvenir du rire du jeune garçon qui était tomber dans l’eau il y a quelques instants et elle finit par sourire rassurée par ce souvenir chassant le mauvais.

Luna finit donc par redresser la tête et ouvrir ses yeux vers Sareth sans se douter qu’au fond de ses prunelles brillaient deux petites étoiles jaunes.

« Oh ! Excuse-moi je suis confuse…j’étais perdue dans mes pensées…tu me disais ? »
#38814
Image


Un pouvoir ancestral, un cœur rempli de noirceur... C'était très imagé et fantaisiste pour un non initié comme Sareth. Cela lui rappelait les histoires de son père à propos des Sorciers Jedi mais c'était vague et le chasseur de primes ignorait alors ce qu'était la force. Luna était donc peu claire au yeux de Sareth, quand à ce qu'elle voulait dire, malgré sa bonne volonté il ne comprenait pas vraiment ce qu'elle essayait de lui faire comprendre... Peut être n'arrivait-elle pas elle même à mettre les mots sur son mal être, pensait-il simplement. Son regard anxieux, son poing serré, sa mine attristée, elle allait bien plus mal qu'elle ne voulait le faire croire, ça c'était une évidence. Peut être que c'était simplement d'une oreille attentive, d'un ami, dont elle avait besoin. Cette jeune fille esseulée au milieu d'un milieu bien trop inhospitalier pour elle rappela au jeune homme des souvenirs qui l'attendrirent un court instant... Un court instant qui fut bien vite coupé lorsqu'elle releva les yeux sur lui. Il cacha donc sa bienveillance derrière un sourire narquois de façade qui lui permettait d'habilement cacher ses faiblesses. A défaut de comprendre le passé de Luna, il était sûr d'une chose, elle cachait de la tristesse, et là dessus, le Mandalorien en devenir avait des conseils à foison. Après tout, chaque parcours de chaque homme dans cette galaxie était unique, mais soigner des blessures, ça n'avait pas dix mille façons de se faire. Le mercenaire se donna donc comme mission secrète de donner le sourire à cette gamine avant de repartir pour de nouvelles aventures avec le Wings of Liberty. Il croqua donc dans sa gaufre avant d'engager la conversation, l'air jovial !

    - Oh ne t'inquiètes pas, tu n'as rien manqué, moi aussi je réfléchissais... Vois tu je suis un damoiseau très polyvalent qui, en plus du mercenariat, fais aussi de la médecine, et vous, très chère patiente, vous êtes malade de tristesse. C'est une maladie commune en ce bas monde, pourtant la soigner relève du mystère. Ce n'est pas une guilde ou un clan qu'il vous faut, miss Eva ! Non... Je pense que ce qu'il te faut c'est plutôt des gens qui t'aident à lutter contre cette vilaine solitude. Des gens qui te remontent le moral et t'acceptent telle que tu es, des amis quoi. Quand on a plus de famille c'est le seul rempart qui nous reste face à cette galaxie parfois cruelle. Des amis tu peux t'en faire dans la guilde, dans les clans... Mais je ne suis pas sûr que tu veuilles traverser un cube géant rempli d'épreuves mortelles simplement pour rencontrer des gens, ricana-t-il.

En cela, Sareth était donc un parfait hypocrite puisque lui non plus n'était pas du genre à s'ouvrir aux autres... Il était plutôt du genre à sympathiser, passer une bonne soirée avec les gens puis disparaître du jour au lendemain dès que les responsabilités et la sincérité pointaient le bout de leur nez. Était-ce par un souci de fierté ou de pudeur qu'il refusait de s'ouvrir aux autres, lui et ses blessures ? Peut être était-ce pour maintenir la façade de chasseur de primes sûr de lui et toujours de bonne humeur ? Il y avait tant de raisons pour lesquelles ont érigeait des murs autour de soi, et si peu sur lesquelles on parvenait à mettre le doigt dessus. C'était au final plus facile de se distraire en voyageant partout et en participant aux missions les plus périlleuses possibles que de se retrouver seul avec soi même, ironiquement. Plus le Mandalorien se perdait dans son propre esprit, plus il se rendait compte qu'en faisant la leçon à Luna, c'était surtout à lui qu'il se faisait des reproches, comme si il s'adressait à son lui du passé en quelques sortes. Sans même s'en rendre compte, à se triturer l'esprit de fond en comble, il avait englouti sa gaufre tout en remuant sa jambe droite contre le sel pour évacuer le stress que ce genre de questions généraient en lui. Quand il s'en rendit compte, il essuya sa bouche à l'aide d'une serviette puis, essayant tant bien que mal de garder la face, reprit son explication.

    - Ce que je veux dire c'est que... On a tous ses secrets, tous ses ennuis, certains sont plus durs à expliquer et à raconter que d'autres mais... Les garder pour soi et ne rien dire c'est une mauvaise idée. Tu t'enfermes dans ta propre tête et t’arrive plus à en sortir. De manière générale évite de contenir tes pensées ou tes envies... 'Fin, sauf si c'est des envies de meurtre, mais si toi à ton âge t'as des idées aussi noires c'est pas d'une gaufre dont t'as besoin mais d'un gros câlin, termina-t-il avec un sourire plus tendre qu'il ne l'aurait voulu
Oblitus reliquia

ACTE II: LA CATHÉDRALE DU MASSACRE Ant[…]

https://cdn.discordapp.com/attachm[…]

Mandalore [2/2]

La bataille de Kalevala ne se passait pas du tou[…]

Vers les étoiles. [PV Vrad]

https://media.discordapp.net/attach[…]

https://cdn.discordapp.com/attachm[…]

Une affaire d'écoute est rarement de bon al[…]

Acte I. Constat https://cdn.[…]

https://cdn.discordapp.com/attachm[…]