L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Racontez vos propres récits
Image

Règles du forum : Lorsque vous racontez vos récits, évitez de faire intervenir des personnages de la saga officielle. Ayez également le respect des œuvres de leurs auteurs respectifs et considérez ces fan-fictions comme des moyens de développer l'univers autour du jeu.
#38831
Voyait que lui aussi été dans ses pensées Luna se laissa soufflée une bonne bouffée d’air ayant eu peur d’avoir importuner la seule personne qui lui témoigner un peu de gentillesse. Elle se mit à sourire doucement et finis par glousser en le voyant jouer au médecin. Elle rit enfin d’un rire pur et totalement sincère. Comme si tout le poids qu’elle portait sur ses épaules s’évaporer. Il tentait de la faire sourire. Mais il n’avait pas tout à fait tort. Hélas elle se sentait bien triste et seule dans ce monde. Luna savait bien qu’elle avait un père adoptif qui faisait tout pour elle, lui donnant autant d’amour que ses parents avaient sans doute du lui en donner dans son enfance mais, elle n’avait jamais eu de réel ami sur qui comptait. Pour elle la solution était déjà trouver. Il suffisait simplement de trouver un clan, une famille à qui appartenir. La Guilde lui semblait l’endroit parfait au vu des règles qui l’encadrer mais aussi des aventures palpitantes qu’elle pourrait y vivre. Peut-être même que cela apaiserait ce coté ténébreux qu’elle se donner un mal de chien à cacher.

Elle écoutait doucement Sareth parlait de trouver un remède à sa maladie. Les aventures en tout genre, même mortelle lui donnait terriblement envie. Cette envie faisait écho à sa part d’obscurité qui grandissait en elle, au fond de son cœur. Elle avait besoin de cette haine mais pour la maîtriser elle devait savoir la manier et l’apprivoiser. La vengeance est un plat qui se mange froid. Luna vengerait un jour ces parents même si le sang d’une planète entière devrait lui ruisselait sur le corps jusqu’à la pointe de ces chaussures. Secouant la tête, elle esquissa un sourire plus timide en faisant ressortir sa petite faussette et ces joues roses en entendant le petit surnom qu’il lui avait assigné. Finalement ce petit poisson rouge avait tout l’air d’être gentleman sous ses allures de guerrier sans pitié et sans peur. Sans peur elle n’en croyait pas un mot. S’il lui parlait aussi bien de cette douleur, lui-même devait l’avoir connue. Luna le ressentit au plus profond d’elle-même. Elle aurait voulu pouvoir l’aider lui aussi. Le voyant réfléchir elle se sentir projeter en face de son propre miroir. Peut-être qu’il avait lui aussi de lourd secret et qu’il rêvait de s’en débarrasser…Ou alors cela devait faire toute sa force. Elle senti sous la table sa jambe droite remuer et se questionna à propos de ces soudaines réflexions. Le voyant comme pris aux pièges de ces propres pensées, Luna abaissa une de ces mains sur celle de Sareth qui était la plus proche en lui faisant un beau sourire. Elle senti doucement qu’une énergie positive se métamorphoser autour d’elle. Faisant de son mieux elle la fit glisser doucement au travers du contact de leurs mains en espérant que cela l’apaiserait peut-être.

Elle vit qu’il se remis doucement à parler et souffla de soulagement. Cela marchait sans qu’elle est eu à contrôler la moindre parcelle de noirceur. Les secrets qu’elle gardaient en elle devaient rester cloisonner au fond de son cœur et de son esprit. Elle se refusait tout catégoriquement à transmettre des pensées négatives à Sareth qui devait déjà supporter les siennes. Elle ne serait pas un poids de plus pour lui. Contenir ses pensées et envies…Mmm mieux valait qu’elle sache les garder ne serait -ce que celles obscurs autant que celles de ses sentiments.

Elle releva un peu plus la tête en rougissant légèrement quand il la regarda avec un sourire tendre en expliquant qu’un câlin était plus pratique qu’une gaufre. C’était belle et bien vrai mais elle n’avait eu que très peur de câlin dans sa vie à part ceux de sa famille. Luna s’essuya délicatement la bouche avec sa serviette avant de lui sourire et de lui répondre d’une voix douce :

« La gaufre était déjà excellente mais si le docteur me prescrit un câlin, je veux bien exécuter ses bons conseils »


Elle lui fit un clin d’yeux et repris en sourit, un rire franc au bord des lèvres :

« Enfin s’il n’a pas peur de mes noires pensées qui tenteraient mon esprit de diverses tortures et de tentatives de meurtres par dizaine »


Elle se leva par la suite et entreprit de détacher délicatement sa main de la sienne. Le voyant se relever également, elle entreprit de lui désigner la sortie

« Je voudrais bien effectuer mon vaccin de câlin de préférence dehors si ça ne te dérange pas car avant je dois remercier mon médecin en lui montrant quelque chose de spécial »


Elle attendit qu’il veuille bien la suivre avant de l’emmener un peu à l’écart de la ville mondaine pour se poser sur un petit banc. Luna rassura tout de suite son « ami » si elle pouvait l’appeler ainsi en riant :

« Promis je n’ai pas l’intention de te tuer ! »


Elle s’assit sur le banc, sorti de sa sacoche son carnet de dessin et lui tendit en rougissant :

« Ce sont mes dessins ils représentent certaines choses réelles et d’autres que je vois en rêve…Mon cadeau c’est de te laisser les regarder petit poisson si tu l’accepte bien sûr…c’est quelque chose de très personnel pour moi mais en dessinant je me sens plus libre et…ça aide à faire passer les mauvaises pensées ou les peurs que l’on a au fond du cœur »


Jouant avec ces cheveux, elle décida de se tourner vers lui puis, alors qu’elle avait une petite bulle de stress au cœur de son ventre, elle demanda sur le ton de la plaisanterie, alors qu’elle était plus intriguée qu’amuser

« Est-ce que mon docteur peut me faire mon vaccin ? Afin de voir s’il est un charlatan avec des vaccin qui ne guérisse pas ou s’il est un vrai génie ? »
#38985
Image


La discussion se termina dehors, loin des regards indiscrets et des clameurs de l'établissement, sur un banc au milieu d'une ruelle. A cette heure ci les passages commençaient à se faire moins fréquents, les gens s'éclipsaient, tout comme les deux soleils de la planète qui s'approchaient inexorablement de l'horizon pour l'épouser et disparaître pour laisser la lune faire son entrée. Sareth se sentait assez nerveux, étrangement, non pas qu'il avait peur de cette gamine, mais le fait qu'elle place autant d'espoir et de confiance sur les épaules du Mandalorien en devenir qui n'était pas un grand fan des responsabilités jouait beaucoup. Elle devait se sentir incroyablement seule pour dévoiler ainsi ses secrets à un parfait inconnu... Un inconnu sympathique et loin d'être mal intentionné, mais un inconnu, malgré tout. Plus il la regardait et plus elle lui rappelait... Non, ça devait être une coïncidence, mieux valait ne pas y penser, tout comme il valait mieux ne pas penser au moment où elle lui avait tenu la main, tout ça devait passer aux oubliettes. Tout ce qui pouvait rappeler le passé ou les erreurs d'une autre époque était dangereux.

Pourtant, malgré les réflexes d'auto protection que le mercenaire déployait déjà intérieurement sans s'en rendre compte, il fut incapable de se renfermer sur lui même, ne souhaitant pas blesser cette pauvre gamine solitaire. Il regarda donc les dessins, un peu plus réservé et timide qu'à l'accoutumée, pour le plus grand étonnement de son interlocutrice qui, jusqu'ici, ne l'avait pas vu aussi anxieux et pensif. Certains dessins étaient beaux et pleins de bienveillance, d'autres faisaient anormalement froid dans le dos... Maintenant que le jeune homme auscultait la jeune fille avec plus de détails, il remarquait quelques cicatrices sur elle... Des cicatrices dues au port de chaînes ou de menottes. Mais rapidement, ne souhaitant pas en découvrir plus sur son passé, et ne souhaitant accessoirement pas donner l'impression qu'il la matait, il recadra l'axe des ses yeux en direction du carnet de dessin avant de le refermer.

    - C'est... C'est vraiment joli, quoi que tu fasses dans le futur j'espère que t'abandonneras pas cette passion ! La complimenta-t-il alors que son visage retrouvait son sourire de façade.

Enfin... Sareth avait surmonté cette épreuve, il avait réussi à retrouver son masque de joie, celui qui cachait à merveille toutes les émotions. Avec un peu de chance le père ou le tuteur de Luna viendrait bientôt chercher la jeune fille et il pourrait bien vite repartir en direction d'une nouvelle aventure dans cette galaxie lointaine, très lointai-... Elle voulait un câlin maintenant. C'était officiel, elle voulait vraiment le tuer. Bien que le Mandalorien en devenir cherchait volontairement à éloigner de son esprit les souvenirs les moins agréables de sa psyché, ces derniers se rapprochaient dangereusement de sa mémoire. Il commençait à se rappeler de visages familiers... De moments lointains. En bref, des choses dont il valait mieux ne pas se remémorer, en tous cas pas tout de suite. Usant des mantras du Taräs Käsi pour se reconcentrer et apaiser son esprit anxieux, le Mandalorien hésita un court instant. Il venait à peine de s'ouvrir à elle et il commençait déjà à paniquer, c'était risible et révélateur des capacités réelles de Sareth en terme de sociabilité, il était en théorie capable de s'entendre avec tout le monde mais ne s'ouvrait réellement à personne. Aussi, poussé par son propre orgueil, le chasseur de primes se prouva à lui même qu'il n'avait pas peur d'une simple adolescente et, finalement, la serra dans ses bras, tâchant de ne pas broyer ses côtes dans le procédé. Même si ça l'ennuyait de montrer une facette de sa personnalité qui ne lui permettrait plus jamais d'être pris au sérieux, il avait au moins le réconfort d'être auprès de quelqu'un qui lui voulait du bien... Il oublia donc quelques instants les vilains souvenirs qui irritaient ses pensées et se concentra sur ce petit moment de tendresse.
#39108
Elle l’observa regarder ces dessins et souris intérieurement quand celui-ci les examina de prêt. Toutefois elle put surprendre brièvement que le jeune homme tournait ses yeux vers ses poignets. Ces cicatrices ! Luna recouvrit prudemment ces manches vers l’avant. Elle avait espéré qu’avec le temps elle partirait mais cela mettait beaucoup plus de temps qu’elle le penser. Luna l’observa à son tour assez pour voir qu’il n’était pas aussi maître de ses émotions qu’il le faisait croire. Elle se doutait qu’au fond de lui-même il cachait des blessures profondes et cela la touchait. Toutefois, pour rien au monde elle n’aurait voulu le questionner dessus malgré sa curiosité. Sa curiosité n’était pas malsaine ni gênante, elle souhaitait juste l’aider à supporter le poids de ce qu’il portait sur lui. Mais peut-être qu’il ne souhaitait pas en parler. Et certainement pas avec une inconnue

Elle lui sourit en entendant son précieux compliment. Luna restait secrète sur ces dessins et voir qu’il pouvait plaire à quelqu’un lui allait droit au cœur

« Merci beaucoup c’est très gentil, je ne compte pas perdre ce don tu sais »


Elle l’observa doucement quand celui-ci s’approcha d’elle pour lui donner un câlin. Elle vu qu’il avait hésiter mais dans le fond, Luna se doutait que ce câlin allait être bénéfique pour eux deux. Son sentiment se confirma quand il l’a pris dans ses bras. Une onde positive et de chaleur lui envahit le cœur. Alors c’était cela d’avoir quelqu’un qui vous câline tous les jours tout en lui prodiguant des conseils…un ami ?
Luna sentit qu’il faisait tout pour ne pas la serrer trop fort contre lui. Il ne le savait pas mais Luna n’avait vraiment aucunement peur d’être serrer fort. C’était plutôt elle qui essayait maladroitement de pas le serrer trop fort. Elle posa doucement sa tête contre le haut de son épaule gauche et le début de son torse. Elle se permit de souffler doucement soulagée par cette étreinte qui lui donnait du baume au cœur et du fait d’entendre les battements de son propre cœur ainsi que celui du jeune homme. Le cœur de Luna était tellement tourmenté. Elle n’arrivait que très rarement à avoir un pouls calme et serein hormis ces moments d’actions et lors de l’esquisse des ses dessins. Puis après avoir doucement inspirer elle se détacha doucement et repris son beau sourire et baissa pudiquement les yeux.


« Merci beaucoup pour ce câlin, je pense que nous en avions besoin tout deux »


Elle se redressa légèrement et se tourna vers le soleil couchant. Fermant les yeux, elle inspira l’air et laissa encore sa peau se rougirent légèrement auprès du soleil. Se laissant aller, Luna s’exprima à nouveau après une bouffée d’air

« Je voudrais passer autant de journées comme celle-ci… »


Elle finit par se retourner vers Sareth en prenant un air sérieux

« Mais je suppose…que tu vas devoir repartir…poursuivre tes missions et moi retourner me terrer chez mon père…Enfin s’il daigne ne pas oublier sa fille…. »


Elle sourit tristement. L’idée de devoir laisser partir Sareth lui faisait mal au cœur. Elle ne revivrait peut-être aucun autre moment en sa compagnie…Pourtant leur gouter et leur balade lui avaient tellement fait du bien. Il semblait plus la comprendre que personne dans sa vie. Non. Luna était trop dure. Elle avait sans doute eu des parents qui l’auraient aimé tout autant que son père adoptif si seulement il n’avait pas perdu la vie…Elle serre le poing autour du médaillon de ses parents. Puis, se reprenant en main, ne voulant pas gâcher cet instant ni perdre une minute avec son nouvel ami Luna sourit

« Tu penses que nous pourrions nous retrouver ? »


Elle voulait poursuivre sa phrase en lui disant qu’elle adorerait le revoir, voir apprendre à combattre avec lui mais cela semblait inconvenant et elle ne souhaitait certainement pas être un poids pour lui voir pire : un danger. Des idées noires lui envahirent le cœur. Après tout elle avait bel et bien assassiné celui qui la trainer en esclavage. Qui sait ce qui se passerait à force de se rapprocher de ce jeune homme ? Ne risquerait-t-elle pas de le blesser…Pire de le tuer ?
#39117
Image


Ce moment fut plus chaleureux et reposant que Sareth ne voulait bien l'admettre... En vérité il sentait que quelque chose en lui s'éloignait quelques instants, le temps de cette marque d'affection subite et passagère. Cela avait quelque chose de touchant voire de niais, deux sans famille qui voyaient en l'autre un reflet, une vision biaisée et imparfaite de ce qu'ils étaient : Des êtres solitaires aux blessures cachées. Il y en avait des millions dans cette galaxie, des êtres similaires... Dans un monde aussi horrible, les orphelins courraient les rues. Mais pour ceux deux jeunes gens, les autres ne comptaient plus, ils s'étaient trouvé et c'est tout ce qui comptait pour eux... Autant dire qu'à ce stade l'on était passé par delà le stade du niais, les violons et les mise en scène d'holo films Hollywoodiens étaient de mise pour ce câlin nunuche devant un coucher de soleil. Mais après tout quelle importance, Sareth ne se réservait jamais ce genre de moment d'habitude...

Lorsque l'étreinte dut donc enfin se terminer, c'est presque dans le regret que le chasseur de primes dut y mettre un terme. Il avait ouvert son cœur à quelqu'un sans même s'en rendre compte, un acte qu'il ne renouvellerait pas avant des années, mais ça, il l'ignorait. Submergé par un sentiment que lui même ne comprenait pas, il se surprit à sourire avec honnêteté et à voir une discrète larme perler sur le coin de ses yeux... S'en rendant bien vite compte, il les fit disparaître d'un revers de main et profita d'un léger instant de silence. Les deux regardèrent le coucher de soleil sans rien dire, l'une inspirant une bonne bouffée d'air frais pendant que l'autre s'occupait d'éliminer les larmes qui remplaçaient déjà leurs sœurs. Vraiment, il avait beau tenter de les réprimer, elles montaient sans qu'il ne comprenne pourquoi. Il reste silencieux, se contentant d’acquiescer aux phrases de la jeune Luna. Puis, finalement, il fut forcé de reprendre la parole, ne pouvant laisser Eva sans réponse.

    - Je... Ouais... Je suis comme ça, je reste rarement souvent au même endroit, tu l'as bien deviné... Et puis au bout d'un moment il faudra bien que je ramène ce sac d'épices à Takkra. Mais... J'ai la certitude qu'on se reverra, ou du moins j'en ai l'envie, et j'ai même un plan, expliqua-t-il avec un beau sourire.

Il hésita puis, finalement convaincu par sa propre idée, sortit son lecteur de musique de sa poche. Il l'observa puis se tourna vers Luna avec un air malicieux... La jeune fille comprit qu'il avait un plan derrière la tête, une ruse de renard comme lui seul en avait. Il attrapa les mains de sa nouvelle amie et les ouvrit avant de déposer précieusement le lecteur de musique dedans.

    - Ce petit bijou est mon meilleur ami... Il me suit partout et me donne de la musique quand je n'ai plus la pêche... Il contient les musiques que j'aime le plus, on pourrait presque dire que c'est une partie de moi en quelques sortes ! J'aimerais donc qu'il t'accompagne. Tu pourras difficilement m'oublier si tu gardes sur toi un morceau de moi sur toi, rigola-t-il. Mais... Pour que je te donne vraiment une partie de moi, il faut aussi que je donne quelque chose que je ne pourrai jamais confier à personne...

Il referma délicatement les mains de Luna sur ce petit trésor qui n'avait pourtant aucune valeur marchande, puis se posa sur le banc, les bras tendant, les yeux au ciel à scruter le ciel de plus en plus noir... Se demandant si la suite de son plan était une bonne idée, puis, emporté par le courage et par la fougue, il continua sa démarche, persuadé qu'il devait le faire pour son propre bien et aussi pour son bien à elle. Il inspira longuement, pesa le pour et le contre puis se lança.

    - J'ai pas de famille biologique... J'avais juste un père, un père que j'aimais de tout mon cœur, que j'aurais suivi au combat et dans le fin fond des enfers si il me disait "Tout va bien se passer"... Mais un père qui malgré toutes ses qualités était pas vraiment mon père. Un père que je pensais invincible tellement il était fort... Un père que la vieillesse m'a pris il y a un an. Je suis ses pas, seul dans cette galaxie avec rien d'autre qu'un flingue et un droïde pour m'accompagner depuis un an maintenant... Et c'est pas facile, termina-t-il en soupirant.

Ce n'était pas un exercice facile, mais Sareth se sentait anormalement fier d'y être arrivé. Il scruta les réactions de Luna, reprit son beau sourire et entama la dernière partie de ce qui n'était pour lui qu'un au revoir. Il posa sa main sur l'épaule de la jeune fille et la rapprocha gentiment de lui pour une dernière accolade affectueuse, puis posa une question déterminante dont il espérait entendre un oui.

    - Voilà... Je n'en dirais pas plus ce soir, peut être que si on se recroise je te raconterais la suite, ça sera plus facile étape par étape, expliqua-t-il d'un rire nerveux, assumant difficilement ce qu'il venait de faire tant c'était insurmontable pour lui. La question maintenant c'est... Il hésita longuement... Est-ce que tu veux bien me confier toi aussi quelque chose à toi ? Demanda-t-il timidement, à voix basse.
#39154
Luna finit par sourire doucement quand il lui affirma sa servitude à la revoir. Cela la toucha au plus au point. Elle aussi en avait la certitude. Attend…Quoi ? Il avait bien dit qu’il avait un plan ?
Elle retient son souffle, les yeux écarquillaient quand il lui attrapa doucement les mains. Oh…elle senti les mains chaudes de son ami. Puis alors, quelque chose de plus lourd et plus fragile. Elle sentit le petit lecteur de musique dans sa paume. Il était froid mais le fait qu’il lui tenait ses mains rendaient ce petit objet plus chaud et chaleureux encore.


Luna fut d’autant plus touchée et émue quand il lui expliqua ce qu’était ce petit lecteur à ses yeux. Une partie de lui. Il lui laisser une partie de lui auprès d’elle. Luna n’en croyait pas ces yeux. C’était le plus beau cadeau qu’on lui avait jamais fait. Oh bien sûr que non, elle ne pouvait pas oublier ce petit poisson rouge, qui lui faisait là un cadeau inestimable de sa personne. Elle le voyait à ses yeux. Ils étaient humides et elles sentaient à quel point cela lui tenait à cœur.

« Sareth…c’est… »


Elle en eut les larmes aux yeux. Son cœur battait plus que de raison. Luna n’avait pas encore perdu les mots jusqu’alors elle qui était si sociale d’habitude. Mais ce geste la touchait tellement qu’elle en était toute retournée. Elle serre le lecteur dans ses mains et le rapprocha doucement de son cœur. Elle le serrer tellement que ces jointures apparaissent doucement sur sa peau pale.

« C’est magnifique…Merci infiniment. J’y prendrais grand soin. Je sens…à quel point il compte pour toi. Je le garderai auprès de moi et mon cœur jusqu’à ce que tu reviennes pour t’écouter me chanter tes chansons préférés… »


Elle s’interrompis en voyant qu’il souhaitait lui parler encore. Elle voyait bien à quel point il lui était difficile de s’ouvrir à elle. Il inspira longuement. Elle observa chacun de ses mouvements et chaque souffle. Elle sentait combien ce secret devait peser pour lui. Toutefois elle était prête à garder chacun des secrets qu’il souhaitait lui confier. Elle lui sourit doucement :

« Je t’écoute…tu sais que…tu peux tout me dire, cela restera entre nous »


Elle l’écouta alors lui révéler son secret. Sareth était donc lui aussi un enfant à qui on avait retiré tout ce qu’on pouvait avoir de plus cher : un parent. Son père semblait tellement compter pour lui. Luna ne sentit pas venir ces larmes. Deux larmes finirent par rouler sur ces joues sans qu’elle s’en aperçoive. Elle aurait aimé connaitre ces parents. Sareth devait se sentir tellement seul. Encore plus qu’elle, qui avait encore un père adoptif. Cela avait dû être une épreuve de rester un an seul avec pour seul et unique compagnie un flingue et un droide.
Elle ne put s’empêcher quand il posa doucement la main sur son épaule de se blottir contre lui et de lui accorder un tendre câlin. En reniflant légèrement, elle lui dit à l’oreille :


« Merci…de m’avoir offert ce secret…je me doute que cela doit être douloureux pour toi. Mais sache que tu n’es pas…enfin plus seul maintenant… »


La jeune fille sentit alors qu’il se remettait à parler et elle l’entendit rire. Ce qu’elle fit naturellement à son tour. Bien sûr qu’elle espérait le revoir bientôt pour en savoir toujours plus. Luna sentit son cœur battre lorsqu’elle entendit sa question. Il l’avait à peine murmuré comme s’il était timide. Des frissons s’emparèrent d’elle. Elle inspira longuement et préféra garder sa tête dans le creux de son cou sur son épaule pour lui révéler à son tour un secret. Un secret dont elle n’était censée en parler à personne. N’écoutant que son cœur, la jeune fille se laissa dire enfin un lourd secret, qu’elle savait libérateur mais qui lui comprimait la poitrine.

Mais comment lui avouer un tel secret…Elle avait peur qu’il la rejette… Elle inspira une nouvelle fois sentant pour la première fois ces larmes glissaient sur ces joues.

« Sareth…bien sûr que je veux…te confier quelque chose…Mais pitié promet moi que tu ne m’abandonneras pas après ça…et de ne jamais jamais jamais en parler à quiconque »


Elle attendit. En sentant que le jeune homme ne l’abandonnerait pas et en entendant ces douces paroles. Elle ferma les yeux, le serra un peu plus fort dans ses bras. Elle lui murmura alors à l’oreille d’une voix douce mais tremblante :

« Je...J’ai ce que…l’on appelle un don…C’est ce qu’on appelle aussi la force…et je…je ne suis pas capable de la contrôler toute seule. C’est un grand pouvoir mais je ne sais pas encore m’en servir totalement…j’ai peur de ce que je pourrais devenir »
#39162
Alors qu'il y a à peine quelques minutes il rechignait à trop s'approcher d'elle, de peur d'être trop vulnérable, à présent ils étaient presque blottis l'un contre l'autre... Autant dire qu'à ce stade Sareth se moquait bien de sauver les apparences, passer pour un je-ne-sais-quoi ne lui important guère. Il était allé bien trop loin pour reculer, de toute manière. De plus, se confier de cette manière, alors que ce n'était absolument pas dans ses habitudes, lui faisait plus de bien qu'il ne voulait bien l'admettre. Au fond de lui, révéler cette histoire à quelqu'un, même si ça n'était au final que la partie émergée de l'Iceberg, retirait déjà un poids de ses épaules qui lui permettait, à ce moment précis, de se sentir plus léger. Partager ses lourds bagages aux autres pouvait parfois aider, après tout. Pourtant, et alors qu'il était prêt à tout entendre venant d'elle, il ne vit pas venir le secret qu'elle avait à lui dire... Elle faisait partie des êtres sensibles à la force. Le père de Sareth lui en avait quelques fois parlé, les mystérieux sorciers Jedi. Héros et bourreaux de Mandalore, amis et ennemis des casqués millénaires. Les Jedi pouvaient aussi bien incarner le cruel Revan, boucher des Mandaloriens lors des premières guerres Mandaloriennes, qu'Ahsoka Tano, bienfaitrice des Night Owls lors de la seconde guerre civile Mandalorienne. Dans ce cas précis, la vision biaisée de Sareth avait plutôt tendance à lui montrer une jeune Ahsoka peu sûre d'elle et effrayée... Mais quoi donc pouvait-il lui répondre ? Comment pouvait-il se mettre à la place de quelqu'un doté de pouvoirs aussi dévastateurs que les siens ? Il ne pouvait pas... Mais il pouvait toujours essayer, maladroitement.

    - ... Je... Je ne sais pas quoi dire. Je dois bien admettre que je m'y attendais pas, répondit-il en ricanant. J'ai pas peur de toi pour autant hein, mais je ne sais pas vraiment comment me mettre à ta place... Je suppose que c'est impossible.

Il chercha ses mots tout en caressant gentiment les cheveux de la jeune fille pour la rassurer, perdant son regard vers les étoiles à la recherche de réponses de ses ancêtres... Il ne savait même pas ce que ça impliquait de posséder ce don, vu de l'extérieur cela ressemblait simplement à une arme. Mais au fond, même si ce n'était pas entièrement vrai, la logique se tenait... Peut être y avait-il quelque chose à explorer dans cette thématique. Il balbutia donc quelques instants avant d'entamer sa phrase suivante, prenant un ton un peu hésitant sur le moment.

    - Enfin... Ton don, je ne peux peut être pas le saisir mais... Comme toute chose en ce bas monde, il peut être une arme. Et posséder une arme, ça concerne tout le monde et c'est une responsabilité... Une immense responsabilité. Il faut savoir faire feu avec correctement sur les bonnes personnes et au bon moment. Tu dois apprendre à te servir de ce don pour qu'il ne tombe jamais hors de ton contrôle. De cette manière tu ne pourras jamais mettre en danger quelqu'un qui ne l'a pas mérité... C'est sans doute extrêmement difficile, j'en ai conscience, mais plus tu refuseras de t'en servir et plus les maladresses s'enchaîneront jusqu'à ce que tu commette l'erreur de trop. Beaucoup d'enfants de cette galaxie se retrouvent bien trop vite avec des armes entre les mains... Mais c'est comme ça, on doit vivre avec et domestiquer notre arme.

Sareth ressentait ses doutes, ses peurs et son obscurité au travers de la jeune fille, il avait l'impression de regarder dans un miroir... Elle en avait déjà parlé avant et une fois encore à l'instant, elle mourrait de peur à l'idée de devenir quelqu'un de mauvais. Mais si elle avait tant peur de commettre un acte impardonnable, sans doute avait elle été déjà tenté d'essayer. Le Mandalorien en devenir s'identifiait sans le vouloir à un acte de son passé qui lui aussi l'avait condamné à répéter les mêmes erreurs... Il ajouta donc un dernier conseil, espérant que Luna ne l'oublierait pas.

    - ... Tu sais Eva... Quand on suit une route faite de doute et de solitude, on est souvent à la poursuite de quelqu'un ou de quelque chose. Et parfois... Des gens qui n'ont rien fait de mal se dressent sur notre route, souvent par hasard, parfois par envie de bien faire. C'est quand on fait du mal à ces gens que la limite est franchie... Termina-t-il d'un ton de plus en plus hésitant.
#39219
Luna le regardera avaler la nouvelle. Effrayée elle attendait de savoir quoi penser le jeune homme. Elle relâcha doucement sa pression en sentant que celui-ci n’avait pas peur d’elle. Il ne savait juste pas comment se mettre à sa place. Combien elle le comprenait. La jeune fille ne savait même pas gérer elle-même ce don alors, demandait à quelqu’un qui en avait entendu aussi bien en parler en bien qu’en mal il y avait de quoi se méfie. Toutefois il n’avait pas l’air de s’éloigner au contraire, il lui caressait gentiment les cheveux, ce qui l’apaisait énormément

Une arme ? Luna avait du mal à le visualiser. Pour elle il s’agissait d’une malédiction. Mais toutefois son raisonnement tenait la route. Après tout, tout le monde débutait a manier une arme quelque qu’elle soit. Parfois certains se blesser avec ou blesser les autres. Le but était d’apprendre de ses erreurs et de savoir se maitriser. Maitriser ce don lui brulait le cœur à petit feu. Il avait de l’influence sur sa psyché. Comment arriver à ne pas mettre en danger ce qu’elle aimer ?

Sareth touchait du doigt ce qui lui faisait tant peur. Blesser ou pire…tuer quelqu’un qu’elle aimait. Mais il avait raison, plus Luna refuser son don, plus celui-ci s’agitait et la démanger, un peu comme une sorte de gêne dans tout le corps. Son erreur avait été de subir en silence son don. Mais tout de même, tout le monde lui disait de le cacher. C’était extrêmement dur de s’entrainer et de cacher ce pouvoir à tous. Comment était-elle sensée l’utiliser et le cacher en même temps ? Cela le rendait effrayée et l’encourager à ne pas l’utiliser…

Luna s’apprêtait à parler quand celui-ci rajouta d’un ton hésitant que ceux qui pouvait croiser sa route par hasard en lui faisant du bien ne devait pas être traiter mal par son don, sous peine de devenir méchante. Un monstre en quelque sorte. La jeune femme en eu le cœur lourd et pesant dans sa poitrine. Si ça se trouve il parlait de lui et au fond peut-être qu’il avait peur qu’elle lui fasse du mal…Les larmes aux yeux, elle se redressa un peu pour regarder son ami dans les yeux

« Jamais je ne te ferais du mal Sareth, je te le promets…Je préférais souffrir ou mourir plutôt que de te faire du mal…J’espère que tu me crois »


Elle baissa doucement sa tête sur le petit mp3 qu’elle gardait au creux de ses mains en esquissant un petit sourire. Soudain lui vient une idée. Elle se pencha dans ses cheveux et sorti la petite épingle avec le symbole de la lune qui retenait à moitié sa chevelure de tomber sur ses épaules. Elle prit délicatement la main de son jeune ami et lui mis son épingle

« Je voudrais que tu l’accepte, cette épingle était sur moi depuis que je suis petite. Elle fait partie de moi »


Elle sourit doucement et tenta une petite blague en rigolant :

« C’est un croissant de lune, une sorte de rapport avec moi…vu que je suis étourdie »


Elle redressa timidement ces yeux dans les siens

« Vois-le comme gage de mon amitié. Et puis…comme ça tu ne risques pas de m’oublier non plus… »


Luna finit par soupirer doucement en voyant le soleil se faire de plus en plus petit. Puis affirmant d’une voix forte et clair, elle sourit :

« J’essayerais de m’entrainer avec cette arme. Pas contre elle. Mais il m’est difficile de pouvoir la pratiquer, tout le monde me demande de la cacher et de ne pas en parler. On dirait une malédiction. Mais je te promets que pour toi, je m’entrainerais à lutter contre l’obscurité qui pourra en surgir. Et puis qui sait quand on se retrouvera je te mettrais à terre avant même que tu es pu me toucher »


Elle en éclata de rire à sa dernière phrase, se sentant plus légère qu’elle n’avait jamais été
#39236
La discussion pleine de tendresse rendait le Mandalorien en devenir assoupi, souriant... Il avait besoin de cet instant de pause avant de reprendre sa vie d'aventure, il le sentait à présent. Il souffla un coup et savoura cette soirée en bonne compagnie, oubliant dès lors les soucis qui lui collaient aux fesses depuis toujours. C'était bien la première fois depuis une éternité que Sareth avait pu se détendre et se sentir aussi... Tranquille. Lorsque Luna lui tendit son épingle à cheveux il ricana, c'était une drôle d'épingle sertie d'un croissant de lune, amusant, d'autant plus que la lune de Tatooine commençait à transpercer l'horizon pour rejoindre le ciel étoilé à cet instant précis... Elle formait un magnifique croissant de lune. Curieux, le mercenaire prit l'épingle avant de l'aligner avec la lune, les deux s'imbriquaient parfaitement ! Fier de sa découverte, il détacha la sacoche de son père qu'il avait toujours à la ceinture et attacha l'épingle à l'avant de cette dernière... Cette sacoche de munitions ne le quittait jamais et lui avait sauvé la vie plus d'une fois, autant dire que mettre cette épingle ici avait un sens caché que Luna ne devinait même pas. Il ne voulait vraiment pas la quitter mais la force des choses allait devoir l'y pousser dans quelques instants... Mais tant que ces instants n'étaient pas fini, il profitait encore un peu.

    - Elle est parfaite juste ici... Normalement elle ne devrait pas tomber de cette manière !

Et en parlant de la sacoche de munitions, elle vibra lorsque l'holocom de Sareth se mit à retentir pour signaler un appel entrant... Chiotte, ces appels arrivaient toujours au pire moment ! Il leva les yeux au ciel, sortit l'appareil récalcitrant de sa poche pour regarder la source de l'appel. Takkra le Hutt, évidemment, cette petite vermine du clan Trinivii n'en manquait jamais une pour enquiquiner le mercenaire. Enfin, c'était l'employeur le plus régulier et le plus généreux du Mandalorien en devenir, il n'allait pas lui raccrocher au nez. Sareth s'éloigna de deux mètres pour éviter que Luna n'apparaisse dans l'holotransmission et accepta l'appel entrant, avec regret.

    - Aaaah, Takkra, quelle bonne surprise ! Que puis-je pour vous ?
    - Kaa, uba bla... Ritke nauot bla tee ava un mah bmela.
    - Toujours entre mes mains, ne vous en faites pas, déclara-t-il en montrant le sac.
    - Caiot uba kolka momeu an lee chalya fa bai mah yae ? La doth wanta che uba bankop tee janu wa ree jansokacs ateema.
    - Comme il vous plaira monsieur... Je me dépêche.
    - Dan.

La transmission se coupa et Sareth soupira avant de se rasseoir à côté de Luna... C'était visiblement le moment de se dire au revoir. Les chances que les deux se revoient un jour seraient faibles, très faibles. D'ailleurs aucun des deux ne pensaient se revoir des années plus tard... Dans leur tête, c'était peut être la dernière fois qu'ils se verraient, aussi, le Mandalorien se sentit plus déprimé que d'ordinaire. Il poussa un audible soupir et se gratta la tête bêtement, ne sachant vraiment quoi dire avant que les deux ne séparent pour de bon.

    - Le... Le devoir m'appelle, j'ai bien peur que ça soit la fin de cette discussion... C'était vraiment une très belle soirée, déclara-t-il en souriant. J'espère de tout cœur qu'on se reverra et qu'on arrivera à se reconnaître si jamais ça arrive. Un... Dernier mot avant qu'on se sépare ?

Le Mandalorien écouta les dernières paroles de Luna attentivement puis, sans prévenir, l'étreignit à nouveau dans ses bras, se moquant bien de savoir si en serrant trop fort il risquait de lui faire mal... Ce câlin si venait du cœur et il n'avait strictement plus aucune honte à se comporter ainsi avec elle. Il ricana lorsque Luna exprima une franche interjection de surprise puis la caressa le haut de la tête avec affection une fois les deux séparés.

    - Bon eh bien... A la prochaine fois, Eva, termina-t-il avant de déposer un doux baiser sur le front de la jeune fille.

Et ainsi, après ce geste d'affection encore plus inattendu que le précédent, le jeune homme disparut alors que Luna pouvait entre son père l'appeler dans les rues de la ville... Il se dirigea vers la position présumée des hommes de main, prêt à leur remettre le sac et à toucher sa prime, remettant malgré lui un pied dans sa vie d'aventurier solitaire de l'espace. Un mode de vie qu'il n'allait pas quitter avant des lustres... Mais il ignorait encore que le meilleur était à venir !

SEE YOU, SPACE COWBOY...
Vers les étoiles. [PV Vrad]

- C’est gentil de la part de Drake de penser à m[…]

09:00, heure locale Dans la Cité Mobile Spati[…]

Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Son[…]

PAYDAY

Rien n’est éternel. Ni la vie, ni les munitions,[…]

L’atmosphère dans la salle avait pris une tournure[…]

A la recherche de slicer par ici !

Cela faisait maintenant plusieurs semaines que Va[…]

Pion passé

Le militaire outil sacrifiable au service […]

Au bon endroit, au bon moment

« Mranigir, Paranr bal Joha » ( T[…]