L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Ilum, planète glacée située dans les régions inconnues . Ses cavernes millénaires abritent de précieux cristaux nécessaires à la construction du sabre laser, l'arme du Jedi. Ces cristaux ont la particularité de colorer la lame d'un bleu ou d'un vert très pur.
Contrôle : Ordre Jedi
#35196
    Appelons ça une divergence d’opinion !



23:30, heure locale
Ilum - Temple Jedi


Nine Inch Nails - Slipping Away


    La tempête de neige s’abattait avec force, comme à son habitude. Et ici, personne ne s’en souciait d’ordinaire. De tout les lieux désolés que recelait cette galaxie immense, Ilum était bien l’un des plus tranquilles. Planète secrète jalousement gardée par les Jedi, sa localisation n’avait été trahie qu’à l’époque de la Guerre des Clones, bien vite retombée dans l’oubli après l’avènement de l’Empire. Et pour cause, pour le commun des mortels, la planète n’était d’aucun intérêt, ici il n’y avait que le froid et la glace. Par contre, pour certains esprits éclairés, l’endroit recelait bien plus : des cristaux kybers. Pendant l’Empire, le lieu était devenu un lieu de pèlerinages pour certains pauvres fous encore adeptes d’une vieille religion : les Jedi.

    Dans le blizzard, une ombre bravait les vents, une ombre équipée d’un énorme manteau rembourré et qui avançait beaucoup trop lentement à son goût. Derrière elle, la forme d’un A-Wing s’évanouissait peu à peu dans le manteau blanc qui s’abattait sans jamais ralentir. Fait amusant, ce vent bruyant qui emportait tout les sons dans son emprise se voyait défier par un faible miaulement qui s’élevait dans les airs, comme pour intimer l’ordre à la Nature de calmer sa fureur en ces lieux. Peine perdue, ici tout était revenue sous sa domination et c’était mieux ainsi. L’ombre crût distinguer des contours gigantesques à travers ses lunettes et soudain elle su qu’elle était arrivée au bon endroit, une forme sinistre se dressait en face d’elle, un lieu qui autrefois avait abrité la grandeur et qui n’était plus à présent que ruines éparses et restes abandonnés, les derniers reliquats d’une religion qui cherchait encore à survivre dans une galaxie qui voulait l’étouffer. La porte est toujours ouverte à celui qui saura l’ouvrir. Elle se rappelait ces mots, c’était ceux de son père et instinctivement sa main se porta à son cou, pour toucher le diamant synthétique fait à partir de ses cendres, mais le geste resta en suspens pour finalement être abandonné : il faisait bien trop froid pour cet acte de foi. La cathédrale de glace se dressait encore fièrement malgré les ténèbres sinistres qui y avaient pris place maintenant.

    Image


    Elle était déjà venue ici, il y a peut-être dix ans, elle se rappelait exactement la totalité du séjour qui l’avait vu venir ici. Le froid, la solitude, la peur. Tout. Une légère appréhension fit rater un battement à son coeur, mais elle continua sa route tandis que les nombreux souvenirs affluaient à son esprit et qu’elle cherchait à y mettre de l’ordre. C’était ici qu’elle était venue construire son premier sabre laser, un double sabre qu’elle avait harmonieusement façonné, sculptant les éléments de l’objets pour y créer des gueules de dragons krayt de part et d’autres des deux sorties de ses lames. Une création qui avait fait sa fierté et celle de son père à l’époque… Vanité que tout ceci ! Elle avait perdu l’objet lors de l’un des duels qui l’avait opposé à Darth Oxious. Le zabrak, il était apparu dans une vision lors de la naissance de l’objet, elle se le rappelait à présent. Elle l’avait affronté. Elle l’avait tué. Elle était ressortie changée de cette expérience. Mais pas meilleure. Pas assez forte. Jamais assez forte. Elle serra les dents tandis qu’elle faisait le vide en elle. La nostalgie était un port accueillant à la tristesse, de quoi la faire basculer dans le Côté Obscur.

      - Et on a pas envie de retomber là-dedans, n’est-ce pas schizo-girl ?

    L’Autre était revenue, évidemment. Elle ne la lâchait plus depuis qu’elles avaient quittés Bogden. Non. Qu’elle avait quitté Bogden.

      - Tu peeeeeerds la tête.

    Et de s’amuser de la folie qui s’emparait visiblement de la Jedi. Maudite, elle s’en débarasserait bientôt. Arrivée devant le portail du temple, elle s’arrêta. Celui-ci était visiblement clos, comme c’était la tradition lorsque le dernier Jedi à avoir effectué le pèlerinage quittait les lieux. Le nexu miaula, visiblement agacé de constater que son transport s’était arrêté, ce lieu n’était pas de ceux dans lequel il vivait et le froid l’incommodait profondément, c’est pourquoi il restait terré sous le manteau de la Jedi. Celle-ci leva sa main gauche, écartant ses doigts gantés tout en fermant les yeux. Le vent sifflait, le blizzard cherchait à l’abattre violemment, mais elle parvenait à faire le vide dans son esprit et à laisser sa volonté s’imprégner dans la Force. Là, elle trouva le lien qui permettait l’ouverture du temple et infléchit sa puissance pour permettre l’ouverture des portes. Il y eût un bruit sourd puis les portes commencèrent à bouger, lui permettant de passer.

    A l’intérieur, les ténèbres comme il fallait s’y attendre. Elle focalisa la Force au niveau de la paume de sa main droite, y créant une flammèche qui bientôt devint flamme en excitant un peu celle-ci par la Force. Cela éclaira son chemin tandis qu’elle franchissait le vestibule, montant les escaliers alors que le feu révélait d’anciennes gravures Jedi sur les murs, des traces du passés qui restaient à jamais conservés dans la glace. Au bout des trois salles qui composaient l’entrée, elle arriva dans un puit de ténèbres qu’elle savait être la salle principale, un lieu qu’il convenait de respecter lorsque l’on y entrait. Elle leva les yeux au plafond, n’y trouvant que l’obscurité à perte de vue et leva la main, mobilisant une fois de plus la Force pour permettre aux volets de se lever, révélant une mince lumière qui éclaira un énorme cristal kyber suspendu au plafond, illuminant presque entièrement la pièce composée de quatre obélisques encadrant le centre de la pièce. Au niveau des murs se trouvaient d’immenses statues Jedi mystérieusement dissimulés sous leurs bures. Enfin un mur de glace était éclairé par le cristal. Ici se trouvaient les cristaux. Elle jeta un oeil au sol, trouvant les restes de ce qui avait dû être un ancien campement Jedi. Elle y projeta sa boule de feu, créant un feu de camp là où s’était dressé l’ancien, après quoi elle partit s’installer en tailleur, tendant les mains et ouvrant son manteau pour que le nexu en profite.

    Ici elle trouverait le calme. Ici elle obtiendrait la réponse. Ici la suite de sa quête lui apparaîtrait de manière limpide.

Utilisation de la Force
Pouvoirs :
  • Pyrokinésie - Pratiqué
#35197
Ambiance


Le gel avait tout recouvert. L’établi de métal qui lui servait de lieu de construction, fabrication. Le piédestal où tronait jadis l’holocron maudit. Une partie des appareils électroménagers, explosé de l’intérieur, vandalisés par le froid implacable. Les portes défoncées, les gonts arrachés. Rien ne résistait à cet hiver éternel, sur une planète à peine plus vivable que Nelvaan. Peut-être même pire encore que la capitale. Ici, les températures pouvaient descendre largement jusqu’à – 50 °C en pleine journée. Avec les tempêtes, c’était sans doute un des endroits les moins adéquates pour toute formes de vie. Même les vaisseaux, s’ils se retrouvaient piégés dans ces vents inquisiteurs, voyaient leurs liquides de refroidissement durcir, les aérations exploser, les moteurs surchauffer. Toutes les collines de la planète n’étaient pas toute naturelle. Certaines abritaient la carcasse métallique d’un vaisseau égaré, et à l’intérieur, les cadavres encore conservés des occupants. La réalité des choses était beaucoup plus amère que la fiction. La planète avait été abandonnée, parce qu’il n’y avait rien à construire ici. Rien à exploiter, rien à monnayer. Alors peu à peu le silence était tombé, trahit seulement par les soufles des vents qui s’infiltraient dans les crevasses et à travers les grottes. La planète parlait, pour peu que l’on sache écouter. Un millier de mots qui caressaient l’oreille, inspiraient ou terrorisaient.

Helera déambulait à travers la grande salle à demi ensevelie. Elle était venue par le tunnel par lequel on l’avait porté la dernière fois qu’elle était venue ici. La dernière fois où ses cheveux prirent la teinte de la neige, pour rester à jamais porteur de son échec. Ce jour là où elle avait failli au côté obscur. Ce même jour où elle jura de ne plus jamais l’utiliser. La reine s’approcha d’un plateau de glace verticale et passa la main dessus. Des morceaux s’en détachèrent, découvrant un écran alors hors d’usage, brisé de toute part. Elle sourit. Qu’y avait-il d’autre à faire dans ce moment ? Les reliquats du passé étaient ensevelis en cet endroit. Un des pivots de sa vie, qu’elle devait à Mya. Quel triste constat, sachant que la Jedi était déjà en train de perdre la tête à l’époque. Sa main gantée se referma sur la glace et la serra dans son poing, relâchant alors quelques flocons. La mine sur son visage se figea soudain, sourcils froncés ? Elle renifla l’air, leva la tête et se retourna, regardant la voute nimbée des étoiles glaciales. Une intuition, une impression. Helera escalada la zone à demi enneigé et d’une unique pulsion de force pulverisa la couche de glace, pour l’y creuser un passage jusqu’à l’extérieur. Les vents la percutèrent aussitôt de plein fouet, mais elle n’en prit garde. Elle continua d’escalader à quatre patte le monticule de neige, jusqu’à trouver l’horizon.

ImageUn horizon de vent et de neige qui bloquait son champ de vision. Elle tendit alors les mains devant elle et les écarta lentement. L’image du panorama se clarifia lentement, tandis que les vents changeaient de direction et murmurait encore et de plus belle. Une bâtisse devant elle se tenait, au loin sur un a-pic. Pourquoi ne l’avait-elle pas vu plus tôt ? Pendant tout ce temps, elle dormait à côté d’un tel endroit, sans jamais l’avoir vu. La réponse était pourtant limpide et elle savait ce qui se cachait à l’intérieur. Tout ce pourquoi cette planète parlait. Un savoir alors interdit tandis qu’elle ne fut pas prête à le comprendre. Un temple Jedi à l’abandon, raisonnant d’une force nouvelle. La reine s’y dirigea, accompagné par le vent qui reprit peu à peu ses droits. Elle peina à s’y diriger, sans cesse poussée dans l’une ou l’autre des directions, suivant la lueur qui brillait dans son esprit. Les mains en visière, elle ne voulait pas boulverser davantage l’environnement et préférait risquer quelque chose elle, qu’inverser l’ordre naturel des choses. Le chemin la mena sur une immense ouverture, une porte protégée par des gardiens aujourd’hui déchu. On reconnaissait à l’architecture la grandeur de leur estime, qu’ils n’hésitaient jamais à montrer. Cela la fit sourire, bien que ce dernier se tarisse et fut emporté avec la mélancolie du vent. Elle s’avança lentement, pas après pas, sur le pavé gelé, hasardant ses mains sur les parois. Un baton craqué, et une lumière rougeâtre qui s’illumina sur deux énormes statues, en partie ensevelies par la neige. Une Jedi, cachée sous sa bure.

« Bras devant, jambe en arrière, tu défends un côté, pour attaquer de l’autre. »

« C’est pas logique ! »

« Ne discute pas, fais-le. »

Helera étira un sourire tout en continuant à marcher lentement, découvrant des salles de plus en plus grandes. Elle pénétra dans un hall dont les hauteurs lui était invisible. Au sol, on pouvait voir quelques gravures, des enluminures, en partie cachée par la glace. Il aurait fallu que cet endroit soit totalement rénové pour montrer de sa grandeur à nouveau. Helera tenta en vain d’y gratter le sol pour y découvrir les vestiges, mais ceux-ci restèrent muets. Le vent quant à lui l’accompagnait. Son compagnon de route de tout temps, qui guidaient ses pas sur l’escalier en colimaçon.

« J’ai froid… »

« Place tes bras sur ton torse et frotte. »

« Maître, ça ne fonctionne pas. »

« C’est cela ou le trépat. Il n’y a pas d’alternative. Ta vie dépend de tes choix, et rien d’autre. Sois forte. »

Les images lui revenaient en elle, imposée par l’emprunte de la structure. Des visions qui l’auraient alors mise à terre, mais dont elle contrôlait désormais les flux. Tout était plus limpide et plus nette. Son esprit et sa maîtrise avait raison de ces moments, bien que les sentiments qui en découlaient étaient toujours aussi forts. Elle revoyait la dame verte qui déambulait dans les structures de glace, dans leurs maisons à toutes les deux. Leurs temples secrets. Helera continua et grimpa tout en haut des marches, sa lumière toujours à portée de bras. En haut des escaliers l’attendait un long couloir, avec une lumière mi blanche, mi rougeâtre à son bout. Helera n’hésita pas et avança. Sur les bords de ce tunnel s’étendaient des statues de Jedi, tous méditant. Elle se sentit écraser sous le poids des âges, sous leur regard inquisiteur. Le doute naquit, sur sa présence en ces lieux. Les statues semblaient lui dire de fuir, mais le vent la poussa toujours vers l’avant.

« Helera, écoute moi bien. Quand j’aurai rejoint la Force, tu seras une des dernières porteuses du savoir Jedi. Tu es la descendante d’une grande lignée de sages chevaliers. Tout comme ton père, tu lutteras pour le bien, j’en suis convaincue. Garde cela en tête, petite. Tu seras une Jedi. »

Image


Le dernier mot raisonna dans sa tête à des sonorités bien trop inconfortable, et sembla être murmuré par le vent. Elle ferma les yeux et fronça les sourcils, s’arrêta à mi-chemin. Son cœur accéléra en quelques secondes, et s’arrêta en autant de temps. Son visage se détendit et lentement elle rouvrit les yeux. La reine se tourna vers la statue qui trônait à ses côtés.

« Seriez vous fière de moi, maître ? Ou suis-je votre déception ? C’est sans doute la dernière question qui restera, en fin de compte… »

La reine fit la grimace et continua lentement, l’esprit concentré, la mine pensante. Il n’y avait plus rien à dire. Son maître était mort désormais. Comme tant d’autres. Helera pénétra alors dans la dernière salle, dont la lumière était diffusée à travers un énorme cristal qui pendait à même le plafond. Au centre, entre quatre édifice erigés à même distance, une silhouette encapuchonée trônait devant un feu de foyer. Helera ne parla et ne lui adressa que peu de regard, marchant lentement sur le périmètre du cercle. Ses yeux arpentaient le cristal et les gravures encore visibles tour à tour. Elle ne comptait pas perdre une seconde du savoir de cet endroit, de cet aura ancestral et oublié. Une fois franchi la moitié du cercle, face à la silhouette encapuchonnée, elle s’approcha lentement. La reine n’était armée que de son baton craqué qui ne donnerait bientôt plus de lumière. Jusque-là, c’était la première personne vivante qu’elle croisait sur la planète, depuis longtemps. Une autre manifestation de la Force ?
#35199
    Elle observait le feu. Ses yeux étaient fixés sur les flammes qui s’élevaient en une danse harmonieusement aléatoire mais dont elle devinait qu’il n’y avait rien de chaotique dans ce déploiement : le feu allait là où il pouvait aller, c’était aussi simple que ça. Elle tendit ses mains pour s’y réchauffer, ne se risquant même pas à ôter ses gants alors qu’elle se tenait assise, genoux contre la poitrine, presqu’en position foetale. C’était la grande spécialité d’Hayley ça, se conduire comme une gamine, aussi naïve qu’elle pouvait être acérée a des moments indus. De son manteau dont elle avait tiré la fermeture éclair vers le bas, une boule de poils miaula de nouvelles récriminations, griffant quelques peu la peau de la Jedi pour se hisser hors de l’abri et glisser avec une maladresse plutôt mignonne sur la pierre. Le bébé nexu miaula à nouveau, se rapprochant avec une curiosité malsaine du feu, semblant prêt à sauter le pas d’aller le toucher du bout de la patte, ce que la Jedi interrompit avec une interjection où sonnait la réprobation dans la voix :

      - Eh !

    D’un geste de la main, elle éloigna la petite bestiole du feu, mais pas trop pour pas qu’il n’ait trop froid, celui-ci fouetta sa main avec sa queue, infligeant gêne plutôt que douleur. Il miaula à nouveau, entamant une série d’acrobaties à la recherche des doigts de la Jedi qu’elle agitait au-dessus de lui. La chose fit s’étirer un fin sourire sur le visage de la Jedi, le premier depuis un certain temps. Ce moment de calme partagé à effectuer une chose innocente avec une créature qui l’était tout autant était une félicité pour la Jedi. A travers ce geste anodin, l’amusement qu’elle créait pour le petit nexu, elle parvenait à oublier les dernières épreuves qu’elle avait traversé, le spectre de Ty Ly ne semblait plus vouloir venir la hanter, il avait disparu momentanément. Quant à l’Autre et bien…

      - Toujours là, rassure-toi.

    Ne pas lui répondre, ne jamais lui répondre, cela ne faisait que l’encourager. L’Autre s’était installée en face d’elle, tendant ses mains vers un feu qu’elle ne pouvait pas sentir de toute manière, elle affichait un air concentré et fasciné à la fois par les flammes.

      - Ca ne te rappelle pas de bons souvenirs, ça ?

    Elle eût alors la vision fugace de Drakell 82 qui partait à la poursuite d’un fugitif, celle d’un autre homme qui cherchait à la baiser mais qu’elle torturait jusqu’à le tuer. Et puis Oxious, enfin.

      - Mais oui, ces moments là resteront gravés dans les flammes, ma chère. Nous avons pris ensemble pour assouvir ton besoin de vengeance. Tu as beau revenir ici dans l’un des endroits les plus froid de cette galaxie, tu n’arriveras jamais à éteindre le feu de ta rancoeur. Tu n’es pas une Jedi.

    Elle fit une courte pause. Et reprit sur un ton calme :

      - Tu n’effaceras jamais tes doutes, tu crois qu’il est si facile de renier ta part d’obscurité après avoir cédé au Côté Obscur ? Cela se paye et tu as juste commencé à solder ta dette.

    Les paroles sibyllines de son pendant obscur prenaient un sens tout à fait particulier à la lumière des récentes épreuves qu’elle avait traversé. Elle fût tentée de lui répondre, à vrai dire elle commença même à ouvrir sa bouche pour formuler une phrase, mais elle fût interrompue dans le processus par des bruits lointains que l’agitation du petit nexu ne parvenait pas à étouffer. Instinctivement, elle se fit plus méfiante. Ici, on était en plein coeur de l’Empire et même si aux dernières infos il ne disposait pas des coordonnées de la planète, cela n’empêchait pas la Jedi de redouter une de leur intervention. L’Empereur Harlon Astellan lui avait laissé un souvenir passablement mitigé mais qui avait eût le don de lui faire quelque peu froid dans le dos.

    Qui que ce fût il approchait à présent, les bruits de pas étaient proches, la personne venait d’entrer dans la salle. Elle essaya de se maîtriser, l’Empire ne venait jamais seul, l’Empire venait toujours par cohortes et prenait un malin plaisir à saccager les restes Jedi par pur mépris de ses traditions. Un agent de l’Empire ne se serait pas risqué seul ici sans ses petits copains. A moins d’être...un Inquisiteur ? Elle ne savait pas si cette force spéciale était toujours présente chez l’Empire d’Astellan. Il y avait un bon moyen de s’assurer de qui était là, après tout. Toujours occupée à s’amuser avec le nexu - qui avait bondit, refermant sa mignonne petite mâchoire bien trop dentue à son goût autour de sa main gantée - elle ferma les yeux, se concentrant sur la Force. Les êtres laissaient tous une signatures dans la Force, plus ou moins intense et plus ou moins colorée selon ce qu’ils étaient et l’alignement de leurs actes, on pouvait en apprendre beaucoup sur eux de cette façon, elle s’attacha donc à essayer de savoir qui s’approchait d’elle et ce qu’elle ressentit était...familier. Elle connaissait cette trace et celle qui la portait, cette personne elle l’avait croisé à trois reprises mais elle revêtait souvent la forme d’un oiseau de malheur, c’était le corbeau, celle par qui les ennuis arrivent, pour rester polie.

      - Helera Kor’rial.

    Ou plutôt Fanrel Keto, de ce qu’elle avait appris lors de cette intéressante interview de la Grise. Ou plutôt de l’ex-Grise. Le problème avec Helera - comme avec l'entièreté des choses qui gravitaient autour d’elle - c’était qu’elle ne restaient jamais bien fixes. Miss Kor’rial avait une culture de l’entropie ironiquement assez développée et qui finissait aussi par l’atteindre si on en jugeait du funeste destin des Gris. Ca combinée avec son amour du mystère, on entrait assez rapidement dans de l’opaque qui n’aurait pas déplu à un Sith quand à à la menée de ses projets. De toutes les personnes qu’elle se serait attendue à voir ici, Helera était bien la dernière.

    Les bruits de pas s’étaient rapprochés, elle était à un ou deux mètres, à présent. Hayley retira son capuchon, tournant un visage inexpressif qu’elle présenta à la Grise, l’espace d’une ou deux secondes seulement, son oeil gauche se plissa, essayant de percer le mystère que représentait cette femme qui survivait à tout et à tous tout en changeant d’allégeance aussi vite que de culottes. Elle lui fit un signe de la tête, l’invitant à s’installer autour du feu.

      - Va pas geler sur place.
#35200
La lumière lentement se tarit, emportée par l’astre étincelant au-dessus d’elle. La reine y jeta un regard, ses pupilles se rétrécirent. Naturellement impossible pour être si parfaitement bien placé. Elle jeta un regard au niveau des volets de part et d’autres, vers ce dehors balayé par la tempête. La reine s’arrêta avant le cercle intérieur et redescendit le regard vers la silhouette encapuchonnée. Son esprit sonnait familier. Un esprit tout aussi orageux qu’était celui d’un guerrier, mais pour autant tourné vers le bien commun. Non pas la lumière, mais l’entraide, la coopération. Vers ces valeurs qui ne faisaient pas un Jedi ce qu’il était, mais qui était une composante même des Jedi. Ces bourrasques internes, elle avait pu les voir en œuvre dans un transport en partance pour Kuat. Il y avait eu des morts ce jour-là. Il y en avait eu un de son fait, par légitime défense. Un de trop, de toute manière. Mais le transport avait réussi à être sauvé, par l’intervention des deux sensitives. L’histoire ne retiendra seulement qu’une des deux, la Jedi. L’autre préférant l’anonymat de son intervention. La gloire n’était pas sienne, là où l’autre devait être la lumière qui éclairait les cœurs. Les Jedi en tant que symbole d’espoir et de paix dans toute la galaxie. Les autres n’étant que des phalanges de ce grand orchestre. Il ne fallait pas y voir un reproche cependant. Chacun avait sa place et ravir celle des autres était source de trépas annoncé. A l’inverse, aucun Jedi ne devait prendre la lumière des projecteurs pour un moyen d’accomplissement et de pouvoir. Situation dont beaucoup n’avaient pas su comprendre la subtilité. Mais dont son interlocutrice ne faisait pas partie.

Celle-là même qui intervint lors de la réunion pour repousser les sangs purs. Qui refusa toute action sensitive galactique combinée. Il n’y avait rien à blâmer, Helera n’avais jamais été faite pour diriger des factions adverses. Cela avait été le cas à l’époque. L’ombre des gris avait plané sur les Jedi, et jusque dans leur cœur étaient venus les narguer, les provoquer. Cela avait été une réussite tout le long, et ils avaient perdus de leur splendeur à cause de leur orgueil. Si les dirigeants de la lumière étaient cette fois à réprimander, Helera elle-même avait pu être confrontée à son trop plein d’assurance. Elle en avait payé le prix. Les gris finalement n’étaient plus, et c’était mieux ainsi. En fin de compte, il ne restait plus vraiment de Jedi, ni plus de gris. Juste deux reliquats d’un passé que l’on voulait éteindre. La jedi qui cherchait à mitiger son aura, et la Grise qui voulait être une Jedi. Deux personnalités si opposées qu’elles en étaient complémentaires. Son nom fut prononcé, Helera ne répondit rien, se contentant de poser ses mains sur ses hanches.

Sourcils froncés, ses yeux bleus étaient posés sur cette femme. Sa présence en ces lieux, aussi loin du centre, aussi proche de l’empire, aussi proche d’elle, était une coïncidence bien trop insolente pour en être une. Elle ôta finalement sa capuche et l’invita à s’assoir. Ou non, une invitation était cordiale. La maître Jedi se contenta de lui emmener à le penser. Rien n’était jamais si simple. Rien ne devait pourtant être compliqué. Helera étira un sourire et vint s’assoir près du feu en s’asseyant sur ses talons.

« Bonjour Hayley. »

Elle jeta un regard vers le petit animal qui lui mordillait les gants. Le Nexu la regarda d’abord et grogna, avant de se cacher derrière son maître. Helera se contenta de le fixer, sans tarir de son sourire. Elle ne tenta pas de communiquer avec, restant muette avec l’animal autant qu’avec sa protectrice. A chaque fois que les deux se voyaient, cela se terminait mal. Pour l’un ou l’autre, ou pour une tierce. En l’occurrence, il n’y avait personne sur Ilum. C’était alors le meilleur terrain pour se rencontrer. Si cela devait mal se terminer, c’est toute la planète qui allait en trembler. Le regard bleuté remonta vers la Jedi, la regardant à travers l’oscillation des flammes. Son visage déformé apparu flouté, dansant. Le sourire se tarit.

« Si tu veux t’installer ici, tu devrais partir de Palanhi mais t’arrêter avant Ansion. L’endroit grouille d’impériaux. Ensuite tu n’as plus qu’à filer droit jusqu’ici. La route est sûre. »

Une information comme une autre, elle en faisait ce qu’elle voulait. Helera prit alors une grande inspiration en bombant le torse et ferma lentement les yeux. La quiétude de cet endroit était trop importante pour l’y briser davantage. Un temple Jedi sur Ilum, comme à la grande époque, à deux pas de Bastion. Le plus beau pied de nez fait à Astellan.
#35203
    Et elle s’était installée, lui faisant face. Comme souvent. Comme toujours. Comme elles ne se l’étaient probablement jamais avouée. Une certaine rivalité s’était installée entre les deux ‘H’, assumée ou non. Enfin, plus souvent niée qu’assumée, il fallait rester réaliste. En prenant place, elle s’était insérée presque parfaitement dans les contours de l’Autre qui afficha un sourire en coin et adressa un clin d’oeil à la Jedi. Le message était assez peu subtil et elle le comprit sans trop de difficultés. De quoi la faire se renfrogner un peu plus, mais elle n’en fit rien. Au lieu de ça, elle laissa ses yeux verts observer la Grise dont l’Autre se désolidarisait pour s’installer juste à côté d’elle, exhibant toujours un franc sourire moqueur. Son regard se détacha de sa vision folle pour se poser sur Helera qui observait le feu et au travers de celui-ci la Jedi. Le feu. Il éclairait le visage de la kuati et révélait beaucoup plus qu’on n’aurait pu le supposer à première vue. A commencer par la fatigue, ses traces étaient visibles et Hayley se surprit à se demander qu’est-ce qui avait bien pu provoquer celle-ci. Et puis le temps. On voyait ses infimes marques traîtresses, elles n’étaient disposées que par touches, presque indécelables à vraie dire mais elle les voyait. Et à travers cette vision, elle ne pût s’empêcher de voir un reflet d’elle-même, ou plutôt un négatif. Le temps filait, la fatigue s’accumulait et pourtant elle continuait à se battre, absurdement. Elle était cette chevalière qui se battait contre des moulins à vent, s’étant donnée comme mission de pourfendre un mal qui l’avait elle-même corrompu alors qu’à l’opposé se situait Helera et sa réussite dans l’Empire, son mariage avec Althar et - mais elle l’ignorait - ses enfants. Envie et frustration s’entremelerent, tourbillonnant dans le coeur de la Jedi, de ce miroir qu’on lui tendait elle ne voulait absolument plus admirer son reflet, il ne faisait que la blesser et la ramener à sa propre condition, une condition d’échec constant qu’elle était fatiguée d’assumer. Avancer sans y penser lui avait permis d’occulter cette vérité, mais maintenant qu’elle la voyait… Elle ferma les yeux, pour chasser ces pensées de sa tête, torture inutile indigne de la Jedi qu’elle était, qu’elle voulait être.

    Elle ne releva pas les paroles d’Helera, au lieu de ça elle se contenta de concentrer son regard sur les flammes qui s’élevaient et retombaient en craquant, la lueur de celles-ci l’hypnotisait, une fascination naturelle qui s’agrémentait de celle qu’elle ressentait nostalgiquement en sachant toutes les choses terribles que l’on pouvait accomplir grâce à celles-ci. Un silence s’était donc installé entre les deux femmes, que brisait parfois le nexu qui après un petit moment de crainte s’était vite remis à bondir pour tenter d’attraper les doigts de la Jedi, miaulant parfois de dépit quand il n’y arrivait pas et parfois de contentement quand il rencontrait le succès. Un silence qu’elle brisa après cinq bonnes minutes :

      - De toutes les personnes que je me serais attendue à voir ici, tu es bien la dernière, Helera.

    Demie-vérité. Mais elle se serait attendue à bien d’autres personnes avant elle. Des Jedi. Des Sith. Elle lui lança un bref regard, s’interrogeant sur son propre comportement, devait-elle être irréprochable ? Devait-elle montrer l’image de la Jedi qu’elle souhaitait être ? Ou pouvait-elle se permettre d’être elle-même ? Helera avait connu bien des choses, mais elle n’avait eu affaire qu’à la Jedi, celle qui savait se montrer détachée et au-dessus de la mêlée la plupart du temps. Est-ce que cette figure avait eu une influence sur elle ? L’avait-elle poussée à se dépasser ? En fin de compte, qu’est-ce qu’était ou avait été Hayley pour Helera ? Et réciproquement ?

    La question s’imposait. Helera… Si elle faisait le bilan de ce que représentait cette femme c’était…la duplicité et la pragmatisme. Elle l’avait rencontré à trois reprises, au cours de son retour vers la Nouvelle République, puis celle-ci était venue la mander au Temple à Coruscant pour finalement la retrouver à sa petite réunion VIP de sauveteurs de la galaxie. Toujours, elle était restée dans l’ombre, organisant les événements dissimulée dans les ténèbres, un comportement qui attisait naturellement la méfiance de la Jedi. Pour autant elle avait tracé sa route pour accomplir ses propres objectifs en essayant - du moins le supposait-elle - de blesser le moins de gens possible dans l’opération. C’était respectable, en un sens. Mais sa frilosité à condamner les Sith et leurs actions avaient tendance à écoeurer la Jedi et le zèle qu’elle mettait dans cette mission qu’elle s’était elle-même confiée. Et puis, il y avait autre chose.

      - Tu es venue seule, dans un Temple Jedi, bien loin des territoires impériaux.

    Même si, techniquement, dans l’Empire elles y étaient toutes deux actuellement. Ses yeux se baissèrent sur les flammes tandis que son coeur commença à battre légèrement plus vite sous l’agitation de la chose. Lentement elle se redressa, presque aussi légère et preste qu’un félin. L’observation des nexus sur Cholganna avait eu cet effet là sur elle, qu’elle devait plus à un incroyable talent d’assimilation plutôt qu’à une observation prolongée. En vérité de ce côté là elle mûrissait des projets bien définis qu’elle rêvait de voir rapidement mis en application. Mais il lui fallait du temps et du calme, chose qu’elle était venue chercher ici et qu’on lui retirait à l’instant même. Oh bien sûr, Helera était effacée et elle aurait pu se plonger dans ses projets sans faire grand cas d’elle, mais elle ne voulait pas se sentir observée pendant la chose.

    Elle s’était levée donc, commençant à contourner le feu pour se diriger lentement vers Helera, lorsqu’elle s’estima être assez proche de l’ex-Grise elle mit sa main gantée à sa ceinture. Au loin, le nexu miaula, appelant à lui sa maman adoptive qui l’avait quitté bien trop tôt pour s’occuper de quelqu’un d’autre que lui. Et sa voix rompit de nouveau le silence qui s’était bien trop confortablement installée :

      - Dis-moi, comment se porte ton père, le Jedi ?

    Elle avait partagé une conversation avec lui, un homme qui lui avait paru somme toute très bien.

      - Comment a-t-il pris la trahison de sa fille ?

    Et ce faisant, elle infligea une gifle du revers de sa main droite au visage de l’impériale. De son autre main elle décrocha sa ceinture, l’envoyant au loin pour l’éloigner d’elle. Un geste symbolique mais qu’elle expliquerait.

      - Tu croyais que ça passerait inaperçu ? Tu croyais que je ne serais pas au courant, que personne ne le saurait ? La Loi Kor’rial. La légalisation de l’Ordre 66. Espèce de salope ! Ce n’est pas seulement les Jedi que tu poignardes mais également les sensitifs. Les gens comme toi.
#35205
Ambiance


La première phrase fut emportée par les vents qui lui murmuraient à l’oreille. La Force s’agitait autour d’elle, tourbillonnait de manière invisible. Peut-être seul le vent était le témoin le plus propice du phénomène. Le rapport qu’elle avait avec Ilum était bien plus important que n’importe qu’elle autre planète. Ou peut-être un peu moins que Nelvaan. Le silence qui s’en suivit, et qui précéda la parole, suffit à calmer ses doutes et ses inquiétudes. Tout cela existait, tapis au fond d’elle, sans vraiment ressortir. Le calme avait repris le dessus et l’enveloppait dans un réconfort si apaisant qu’elle aurait pu rester des minutes, voires des heures dans cet état. L’âtre du feu crépitait au devant, le temple sifflait, et Hayley continuait de parler. La quiétude qu’était le temple n’était rien comparé à ce qui bouillonnait en elle. Cela hurlait bien plus fort que les canons des vaisseaux spatiaux. Transcendait la matière, harcelait et insistait. La Jedi n’était pas bien. Quant à savoir ce qui l’embêtait, cela restait une question que seule la logique pouvait répondre. La reine avait rouvert les yeux et était concentré sur les flammes qui crépitaient devant elle. Hayley s’était alors levée et avait quitté sa place qu’était la sienne. Helera ne la regarda pas, mais expliqua. D’aucun l’aurait réprimandé pour ce geste d’irrespect.

« Et cela me fait le plus grand bien, je t’avoue. Les cités de duracier et autres métaux, ce n’est pas pour moi. Qui plus est, j’ignorais avoir passé la moitié de ma vie à côté de ce temple. »

Pas de jovialité, pas de provocation. Juste une évidence et un fait. Une énonciation de sa pensée la plus rudimentaire et la plus simple. Ce genre de pensée qui souvent dépassait le cadre de la bienséance, ce qui lui avait vallu par le passé moults écartades et aggressions de la part de ses interlocuteurs. Helera cependant n’ignora pas la menace qui était contenu dans cette phrase, sans pour autant s’y arrêter. Elle n’était pas là pour aggresser et comprenait la méfiance de la Jedi. La compréhension, l’empathie et l’écoute, au service des autres. Helera leva alors les yeux vers la Jedi et suivit ses mouvements jusqu’à ses côtés. La tête ainsi levée, elle fixait ses yeux verts, accusateurs, vindicatifs. Elle lui posa une question sur Carn. Helera ne bougea pas, ni son regard, ni ses lèvres. Cette question en appelait une autre, elle l’attendit. L’accusation ne tarda pas trop, la sentence suivit aussitôt. La cour n’avait pas appelé la défense, et avait déjà tranché sur la culpabilité. Les yeux verts dans les bleus, l’impact lui fit tourner la tête.

Le bruit résonna dans l’espace et occupa aussitôt tout le volume. Le tonnerre éclata au loin pour lui faire écho. La tête ainsi tournée, Helera croisa le regard du Nexu, visiblement apeuré par ce qui se tramait autour. La reine croisa son regard et il se posta lui aussi sur la défensive, montrant les crocs. Helera feula alors, imitant un bruit de Nexu. Elle continua ainsi, changeant de sonorités. La petite bête leva la tête et la pencha de côté. Tour à tour, elle regarda Hayley et Helera. Cette dernière lui sourit et expliqua :

« Tar matsak un jar es spokeraï. Tar ploal ? »

Il pencha la tête en avant et leva le dernier, émettant des petits gloussements tout en hochant la tête de gauche à droite. La reine prit un peu de glace dans sa main droite et serra. Lentement, le tout se solidifia et continua de progresser en une sorte de gros bâton de glace. La reine en cassa les pointes dangereuses et le posa à terre. D’un geste du plat de la main, elle l’invita à récupérer son dû.

« Tar ploal. » Répeta-t-elle.

Tout le long, elle avait fait patienter la Jedi. Patience. Tempérence. Son sourire disparut et elle se reconcentra sur son interlocutrice. D’abord elle évalua ses traits, ses rides, ses marques de bataille. Puis finalement, elle reprit la parole.

« Tu ne sais pas ce qu’il se passe dans le Nord. Les enlèvements avaient lieux bien avant mon arrivée. L’empereur mène une guerre personnelle pour éradiquer la Force. Il a des appareils pour tester la sensibilité chez une personne. Il les marque, les identifie, les emmène ... »

Helera hocha négativement la tête, dégoutée par cette situation.

« A l’origine, la loi n’avait pas été écrite dans ce sens, mais l’idée de base reste intacte. J’espérais qu’elle vous soit transmise. A tous les sensitifs de la galaxie. N’approchez pas de l’empire, sous aucun prétexte. »

La reine regarda ensuite les flammes qui crépitaient toujours, et le Nexu qui s’amusait avec son morceau de glace.

« Je suis enchaînée, mais ce n’est pas pour cela que je resterai inactive. Que l’on me porte toute la haine du monde, je m’en fiche. Il y a beaucoup plus d’impériaux qui veulent ma mort parce que je suis une femme sensitive, que de sensitifs dans l’empire aptent à le faire. Que les sensitifs parlent de moi, c’est une bonne chose, car cela veut dire qu’ils sont encore en vie. Pour le reste, cela ne m’importe pas. Seule la Force me jugera au moment du purgatoire. »

Et seule la Force saura reconnaître ou non son geste. La condamnation ou la compassion, tout restait affaire de perspective. Si jamais elle devait subir le pire des châtiments, alors elle l’assumerait avec l’assurance d’avoir suivi la voie qu’elle considérait être la meilleure pour le plus grand nombre.


#35210
    En frappant Helera - un geste impulsif indigne d’une Jedi mais qu’elle ne regrettait pas - elle s’était attendue à toute sortes de réactions, même les pires, c’était pourquoi elle avait lancé au loin sa propre ceinture utilitaire Jedi, pour s’éviter la tentation de sortir ses sabres et de tenter de trancher en deux la Louve. Elle savait l’Autre non loin et avec cette présence la tentation du Côté Obscur pouvait se manifester bien plus vite qu’elle ne pouvait l’anticiper, c’était d’ailleurs l’imprévisibilité de ce Côté qui le rendait dangereux, un danger qu’elle voulait s’éviter autant qu’elle voulait l’éviter à Helera. Le silence, la non-violence, l’absence de réaction était une possibilité qu’elle avait envisagé, après tout Helera n’était-elle pas la reine des coups de théâtre ? Son coeur continuait à battre à toute vitesse, sous l’effet de l’excitation et de l’anticipation, probablement. Elle espérait toujours une réaction violente, une provocation, n’importe quoi qui expliquerait la propre réaction violente de la Jedi. Mais toujours rien, le silence. Et l’écho de cette gifle qui remplissait l’espace, qu’il fut dans l’immense salle du temple ou dans sa tête ne semblait pas vouloir s’éteindre.

    Ce qui déstabilisa quelques peu la Jedi, ce fût le fait que Helera se désintéressa totalement d’elle au profit du petit nexu. Pas qu’elle se sentit vexée. Elle aurait pu, remarquez. C’aurait été de bonne guerre. Non, c’était simplement surprenant et pas dans le sens le plus agréable du terme. Et son attitude avec la bête semblait indiquer un lien naturellement plus développé avec les animaux que celui de la Jedi. Un qui pouvait supposer la Force, ce qui ne serait pas surprenant lorsqu’on connaissait un peu Helera, elle avait tendance à se sentir bien dans les mondes sauvages, affirmation qu’elle avait renouvelé à peine quelques minutes plus tôt.

    Alors Hayley avait respecté ce silence et s’était détournée d’Helera, croisant les bras tandis qu’elle observait le nexu réagir aux drôles de sons que produisait la Grise. Voir ainsi le nexu s’agiter et réagir correctement aux intonations d’Helera l’agaçait, ce qu’elle identifia comme une forme de jalousie, peut-être maternelle, mais elle n’en dit rien, repoussant bien au fond d’elle ce sentiment beaucoup trop humain pour être Jedi. Helera façonna un bâtonnet de glace qu’elle lança au nexu qui commença à s’amuser avec. Cela ne durerait pas, hélas. Le nexu restait bien trop près du feu pour que la fonte s’en trouve ralentie.

    Et Hayley reporta son attention sur Helera qui s’était retournée vers elle, se faisant la réflexion que la bougresse ménageait bien ses effets la plupart du temps. La Jedi n’avait pas bougé, toisant l’impériale avec suspicion, avec quoi celle-ci allait s’en sortir, vu que visiblement elle comptait parler. Oh, elle commençait à connaître Helera, c’était la reine des bonnes intentions avant d’être la Reine de Nelvaan, et les bobards qu’elle sortait avait en général pour objectif de couvrir ses petites erreurs et ses errements. Et encore une fois, Hayley ne s’était pas trompée. Pour l’ex-Grise il était question de protection des sensitifs, sa loi offrait un panneau d’avertissement clair même si à l’origine elle ne devait pas être ainsi.

      - Conneries.

    Le ton avait été net et tranchant, comme une lame qui s’abat sur un cou tendu.

      - Tu as avalisé le fichage et la traque des sensitifs. C’est ce que tu as fais. C’est pourquoi cette loi porte ton nom.

    Et elle n’allait pas s’en sortir avec l’une de ses habituelles pirouettes cette fois.

      - Tu as choisi de rejoindre l’Empire avec ta planète. Tu as choisi d’ignorer les cadres d’expression que t’offrait la Nouvelle République. Tu as choisi de collaborer avec l’Empire là où tu aurais pu rester dans ton coin et ne pas aider Astellan.

    Le ton d’Hayley montrait bien à quel point elle était furieuse, elle restait calme, bien sûr, mais elle n’en restait pas moins visiblement excédée par Helera et sa façon de se dédouaner de ses responsabilités.

      - On s’en fout de la Force ! La Force ne juge pas ! Tu dis que seuls comptent les actes ? Très bien, seul compte ton acte et cet acte sera perçu et jugé par les sensitifs et les non-sensitifs. Les premiers y verront une trahison qu’ils soient à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Empire, les seconds y verront l’image que tu t’échinais jadis à combattre : celle d’une opportuniste poignardant ses idéaux à la première occasion. Parce qu’il suffit d’observer et relier des points, comme le dit si bien ton cher Empereur, et dans ce cas précis la chose est simple : tu rejoins l’Empire et tu trahis les sensitifs. Tu t’es insérée dans le dangereux jeu de la politique, Helera, ce jeu que tu reprochais au Nouvel Ordre Jedi, pour rappel.

    Elle agita les mains en signe de négation.

      - Et même si on occulte la perception des gens, mettons qu’effectivement tu t’en fiches, ce dont je doute personnellement. Tu permets légalement le fichage d’une population avec ta loi. Tu t’en rends compte ?

    Ce n’était peut-être pas assez grave pour qu’elle s’en rende compte. Que faudrait-il de plus en ce cas ?

      - Où est passée la Helera qui prétendait vouloir protéger les Jedi ? Est-ce la même maintenant qui décide de leur traque sur les territoires impériaux ?

    Regard empreint de dégoût. Elle pouvait bien avoir les visées les plus vertueuses de la galaxie, ses méthodes laissaient à désirer.

      - En faisant ça tu as renié tout ce en quoi tu croyais. Tout tes principes. Est-ce que ça en valait la peine ? Je ne parle pas d’idéaux nobles liés à un ordre quelconque, je parle de tes principes personnels. Cela ne te fais rien ?

    Hayley ferma les yeux, expirant bruyamment comme pour signifier encore plus expressément sa déception.

      - Il y avait des tas d’autres moyens Helera. Mais tu as choisi un chemin…

    Peut-être valait-il mieux laisser ces mots en suspens et ne pas finir cette phrase.
#35213
Qu’est-ce qu’il y a avait à tirer de ce début d’échanger ? Pas grand-chose. Accusation et sentences furent de mises. Helera écoutait en silence, ne hochait pas la tête ni ne bougeait les yeux. Ils restèrent fixés sur Hayley, sans bouger. Elle écoutait, entendait, percevait toute la haine qu’elle avait en elle. Que ce soit pour la loi, que ce soit pour sa raison de rejoindre l’empire. Tout était ce qu’elle avait bien voulu partager au reste du monde. Ce monde qui sans une once de réflexion prenait ce qu’on lui mettait dans la bouche sans se poser de questions. Et heureusement d’ailleurs, car si toute le monde avait l’intelligence de la raison, aucun plan ne pourrait jamais voir le jour. Et l’empire serait sans doute le territoire le plus joyeux de la galaxie. Moult questions furent posées. Helera n’en répondrait peut-être pas à toutes, à dessein. Pour se propre sécurité en tous cas. Pour leur sécurité à toutes les deux en réalité. Le savoir, c’était une source qui entre de mauvaises mains pouvaient la faire tomber. Et surtout, tuer tout ce dont elle portait de l’affection.

La reine attendit finalement que tout soit terminé et que le silence retombe. Énième sentence, poudre aux yeux ingurgitées et illusionnant même la plus émérite des Jedi. Helera ferma les yeux et prit une grande inspiration. Le calme dont elle faisait preuve était son armure et sa raison d’être. Elle avait revêtu, et depuis plusieurs mois déjà, la position de l’observation. Ne pas frapper, ne pas tuer. Ecouter et tenter de comprendre. Fédérer ? Non, c’était inutile. Chacun avait sa perception des choses et elle avait compris que quoi qu’elle décide, quoi qu’elle énonce, quelqu’un serait contre. Alors elle avançait avec sa propre perception et la sagesse de la Grande Mère. Puisse-t-elle l’accompagnée jusque dans l’au-delà. Restant dans cette position de méditation, elle prononça quelques mots.

« Je suis responsable de mes choix et j’en assume les conséquences. Nous avons toujours été confrontés toi et moi, et cela sera sans doute à jamais. »

Un craquement sonore attira son attention. Elle ouvrit doucement les yeux et tourna la tête vers le Nexu qui venait de briser en deux son jouet. Ce dernier les regardait tour à tour, cherchant à savoir si elles l’avaient entendu. Helera sourit.

Image


« J’ai toujours trouvé dans les êtres semi-conscients une certaine compréhension, par rapport à ceux que l’on appelle intelligent. Et qui me sont totalement opaques, flous, compliqué. Rien ne l’est avec les instincts, la nature, l’existence. »

Nouvelle inspiration et elle souffla de morosité, tarissant son sourire une nouvelle fois, mais baissant les yeux.

« Ce serait inutile de me justifier là où tu m’as déjà jugée. »

Il avait ce que l’on voyait, et ce que l’on vivait. Le pourquoi, et le comment. Tout un dressant de CQQCOQP qui permettait de rendre une situation inexpliqué à un réseau compliqué de causes et conséquences. Avec cela, on pouvait tout comprendre, encore fallait-il prendre la peine de s’y plonger.

« Maintenant il y a deux situations, Hayley. La tienne et la mienne. Tu es dans la république, l’ennemi de l’empire. De nous deux, je suis la seule à pouvoir m’occuper des sensitifs impériaux. Comme tu l’as très bien dit, c’est politique. Cela l’a toujours été et je m’en suis rendu compte désormais. Ma position m’offre l’avantage d’avoir accès à certaines informations et à me déplacer … relativement … facilement, dans un système dictatorial et fortement poussé sur le tabassage de masse. »

Elle leva les yeux vers Hayley.

« Que tu crois que je suis l’instigatrice de cette lutte anti-sensitive, je ne peux t’en vouloir, car tu ne vois pas ce qu’il se passe dans l’empire. Que tu crois que j’ai craché sur mes principes, je ne peux t’en vouloir, car tu ne vois pas ce qu’il se passe dans l’empire. Tout se résume à cela. Jouer l’entre deux, jouer la justicière à lancer des guerres d’idéaux, cela va bien un temps. On se donne un rôle, on tente de faire des choses. On rate, souvent, mais on tente quand même. Puis-je dire la même chose à l’inverse ? Peut-être, je n’en sais rien. Je ne vois pas ce qu’il se passe dans la république. Maintenant, les républicains considèrent les Jedi comme des alliés, là où dans mon territoire, ils sont chassés. Sois tu te rends utiles, Hayley, sois tu fermes les yeux au paradis. Aucun jugement de valeur là-dedans, mais maintenant que j’y suis, je ne m’arrêterai pas. »

Et surtout, elle avait déjà la corde au cou. Difficile de le verbaliser, et surtout à la Jedi. C’était un jugement de valeur, contre sa propre personne. Mutisme de mise.

« Mais fi que tout cela. Ce ne sont pas que des querelles. Profitons de cet endroit oublié pour percevoir. La percevoir. »

Elle ferma de nouveaux les yeux.

« Dis moi comment vas-tu Hayley, et où tes chemins t’ont-ils menés ? »

La personnalité et les mœurs Nelvaaniennes polluait désormais sa pensée, et tout comme son peuple, elle était avide d’histoire. Surtout que l’endroit s’y prêtait particulièrement. Sous le regard avisé des Jedi, dans cet environnement glacial et face à ce feu de camp. Une sorte d’endroit parfait. Les délires de la politique étaient réservés à ceux qui avaient le temps d’en parler. Helera détestait en discuter. Maintenant, ce n’était peut-être pas le cas de la Jedi.
#36338
    Les paroles d’Helera, comme souvent, firent hausser un sourcil à la Jedi. Et même lever les yeux au ciel, à l’occasion. Elle avait le don d’être bornée, à sa façon. Et à la lumière de certaines de ses paroles, elle comprenait pourquoi le sort de la totalité des sensitifs lui importait au final si peu. Priser une forme de vie par rapport à une autre, voilà qui posait un problème certain. Helera préférait la compagnie des animaux qu’ils fussent sauvages ou domestiqués à celle des êtres sentients, les jugeant trop compliqués à comprendre. Oui, oui, c’était une réaction très certainement saine, refuser de voir en face le sort de ses congénères par incompréhension dans le meilleur des cas, par mépris dans le pire, il n’y avait pas mieux comme réaction. Où était passée la Helera qui cherchait à protéger toutes formes de vie ? L’anti-esclavagiste qui partait en croisade pour la liberté et l'autodétermination ? Etait-ce la même qui avait permis à Harlon de ficher les sensitifs et de préparer de près ou de loin leur arrestation pour le seul ‘crime’ d’être sensible à la Force ?

      - Il ne s’agit pas de toi et moi, Helera. Cette question n’a pas lieu d’être.

    Bien qu’elle devait avouer qu’à force, la kuati avait le don de l’agacer. Mais elle se fit réflexion que c’était peut-être dû au fait qu’elle avait les mêmes origines (plus ou moins) qu’elle qui l’agaçait, surtout que cette filiation en particulier était rejetée en bloc par la Jedi qui vomissait cette planète et son passé avec. Mais c’était psychologiser une chose qui n’avait pas lieu de l’être.

      - J’aimerais pouvoir vivre comme toi.

    Sans sens des responsabilités, sans prendre en considération les conséquences de ses actes. Ce qu’elle faisait déjà à demi en s’exilant plutôt qu’en reprenant la gestion de son propre Ordre. Cela sonnait donc sûrement comme hypocrite, mais la Jedi n’avait qu’une vingtaine de personnes à gérer quand Helera venait de prendre la responsabilité de la totalité des sensitifs de l’Empire qu’elle considérait avec peu d’intérêt, visiblement. En plus de surestimer son propre pouvoir et de passer sous silence le destin de ceux qui se trouvaient à l’intérieur de l’Empire. Allait-elle tous les sauver ? Pensait-elle sérieusement que le panneau d’avertissement qu’elle prétendait avoir créé avec cette loi la dédouanait de tout ? Harlon Astellan n’était pas né de la dernière pluie, une brève entrevue avec lui avait permis à Hayley de cerner quelques contours du personnage. Et le moins qu’on puisse dire c’est que le bonhomme est redoutable et loin d’être bête, deux caractéristiques qu’Helera semblait sous-estimer. Alors si lui prenait l’envie d’organiser une sorte d’évacuation des sensitifs intra-muros impériales ou quoi que ce soit dans le genre, il y avait fort à parier que l’Empereur le flaire. Mais c’était une vision bien trop optimiste de la situation, Hayley sentait en son for intérieur qu’Helera n’avait pas de plan et qu’elle ne faisait que réagir à mesure que les ennuis s’accumulaient sur ses épaules. C’est certainement pour cela qu’elle cherchait à changer de sujet.

    Fallait-elle qu’elle la juge si durement ? La question valait d’être posée, après tout. Helera faisait ce qu’elle pouvait avec les cartes qu’elle avait en main, non ? Mais la vie d’un bon paquet de sensitifs était entre ses mains et quelle que fût son plan, elle donnait surtout l’impression de ne pas en avoir et d’avoir causé une catastrophe qu’elle n’était pas à même de gérer. Bien qu’elle avait le sentiment qu’elle aurait dû botter les jolies fesses d’Helera pour ses actions, ce afin de lui faire comprendre qu’elle était en train de merder sur toute la ligne, elle choisit la tempérance, se gardant le droit de l’attendre au tournant et de lui couper un bras si les choses tournaient mal. Cette dernière idée lui décrocha un sourire tant la chose n’était pas sérieuse. Cela lui laissait le temps de réfléchir à quelque chose en tout cas, si Helera ne pouvait rien faire, peut-être elle pouvait trouver un moyen. Alors que commençait son analyse de la situation, elle répondit à la première question assez automatiquement :

      - Ca va.

    Ne cherchant visiblement pas plus à développer la chose. Et en même temps pour quoi dire de plus ? Ca va, Helera, on est pas vraiment potes mais bon tu sais, je vois un espèce de fantôme d’une partie de moi qui me pousse vers le Côté Obscur autant qu’il me rappelle qu’une partie de moi y a déjà cédé, voudrais-tu accepter que je te juge en sachant ça ? Merci. Reprendras tu un peu de cette tasse de thé pendant que nous allons parler de la perte de ma padawan qui m’a ravagé au plus profond de ma psyché, touchant probablement quelque chose de la maternité et de la bonne mère que j’aurais espéré être ? Ces biscuits sont délicieux, n’est-ce pas ? Parfait pour aborder ma tentative de suicide d’il y a quelques mois.

      - Tout va parfaitement bien.

    Et elle ne ressentait aucun doute en disant ça, ne laissant aucune possibilité à la Force de la trahir. Elle désigna d’un signe de tête le petit nexu qui s’était posé près du feu, s’étirant un brin avant de s’y allonger, ses queues fouettant le vide pendant un temps avant qu’il ne s’endorme :

      - J’ai recueilli cette petite chose sur Cholganna après qu’un incident ne survienne avec sa mère, hélas. Si je l’avais laissé seul sur la planète il aurait probablement finis dans la bouche d’un prédateur ou d’un des siens et je ne pouvais supporter que cette petite créature paie pour mes erreurs. Il est vif et taquin, je ne lui ai pas encore trouvé de nom, mais je songe à l’appeler Harlon.

    Elle fit un grand sourire entendu à Helera. La blague l’amusait particulièrement. Mais elle considérait sérieusement l'idée.

      - Et en parlant d’Harlon, je sors d’une entrevue avec lui, il y a quelques jours seulement. A Bogden. Ca ne s’est pas très bien passé, mais à quoi fallait-il s’attendre d’autre avec un tel mégalomane. Il a une haute opinion de lui-même.

    Elle exagérait peut-être un peu, m’enfin…

      - Et toi, Helera ? A part condamner les sensitifs de la nation impériale, quelle autre calamité a-tu accomplis ces derniers temps ?

    Bien que la pique fût facile, elle n’était pas dite sur le ton de l’agression, mais bien celui de l’humour qui permettait de dédramatiser un peu. On avait toujours besoin d’un peu d’humour.
#36339
Helera ne bougeait presque pas. Les mains recroquevillées sur ses cuisses, assise toute entière sur ses membres inférieures. Elle suivait la Jedi du regard, suivait ses mouvements, la détaillait sans une once de jugement. Dans ce temple à l’abri des vents violents d’Ilum l’ancienne maîtresse des gris semblait le plus à son aise. Calme et reposée, prête à encaisser les pires insultes et même les coups qu’on aurait pu lui administrer. Elle était en phase avec cette atmosphère qui ne l’avait jamais rejeté, à défaut de ses pratiquants. Ce n’était pas non plus leur faite et elle n’en voulait à personne. Tout comme les animaux apeurés, ils attaquaient sans tenter de comprendre. Tous n’étaient pas si différents pourtant. Quand la jedi resta interdite sur ses histoires, la reine n’en prit pas état. Si le choix d’Hayley était de rester dans le secret, alors elle se devait de le respecter. En réponse silencieuse, elle inclina la tête avec déférence et posa son regard sur le Nexu qui gambadaient à ses pieds, le morceau de glace dans la bouche.

« Harlon ? Puisse ce nom lui porter force et courage. »

Helera étira son sourire qu’elle porta au Nexu de nouveau, elle inclina la tête et d’un geste de la main sembla s’incliner, faisant danser sa paume jusqu’à l’extrémité de son épaule.

« Harlon namar es stranga. Jar Helera. »

La créature leva la tête et secoua la mâchoire pour déloger les morceaux de glace coincés dans ses gencives. Puis il fit quelques tours sur lui-même et plia le buste avant, posant la tête contre le sol et agitant le postérieur de droite à gauche. Dans sa position de chasse, Helera approcha la main, tournée cette fois vers la voute de pierre du temple. Le Nexu n’attendit pas son signal et comme un chasseur, sauta sur la proie, plantant ses crocs dans sa peau en mordillant son index. La reine se défit de son étreinte et lui caressa le haut du crâne, tandis que quelques points rougeâtres apparaissaient sur la surface de sa peau. Elle ne s’en inquiéta pas outre mesure et reprit vers Hayley.

« Tu as bien fait de le garder. Il saura être en sécurité avec toi. »

Ce qu’elle pensait sincèrement. La jedi saurait probablement lui trouver une place de choix parmi ses acolytes de voyage. Le petit Nexu deviendrait de lui-même un prédateur hors pairs.

« Si d’aventure vous croisez la route de l’espace Nelvaanien, il y a une planète abritant des personnalités de son espèce. Il y est le bienvenu. »

Cela et d’autres animaux encore plus gros qui tentaient de le croquer. L’esprit de la meute étant alors essentiel pour sa survie. Cela ne dépendrait alors que d’Hayley et de son apprentissage. Mais qu’importe. Elle bifurqua sur le sujet de l’empereur, qu’elle disait avoir entrevu. Helera ne put s’empêcher d’étirer un sourire.

« Pourtant tu es encore en vie, ce qui semble contraire à ma loi. L’empereur lui-même ne respecterait-il pas ce qu’il a ratifié ? Alors il t’a laissé partir, toi, l’ennemie de l’empire, sans aucune contrepartie ? J’imagine que tu lui as tapé dans l’œil. »

Connaissant Hayley, c’était peut-être même littéralement le cas, allez savoir ?

« Il n’est pas mégalomane, c’est un politicien. Tu t’attendais à ce qu’il diffère des autres ? Il obéit à ce qu’on attend de lui. En revanche, sa fascination pour la Force me laisse en tout point perplexe. Il a tout, sauf cela. Je crains qu’il ne cherche un moyen de la détruire. Et je dirai même plus, je crois qu’il en a trouvé un… »

Mais la Jedi continua avec une nouvelle pique et de nouveau changea l’attention vers elle, lui retournant la question posée plus tôt. Juste retour des choses, c’était poli.

« J’ai tenté de comprendre ce qu’il se passait sur Sullust. Quelque chose approche, quelque chose qui nous dépasse, nous, les sensitifs. La planète est perturbée, sa population se meure et sombre dans une sorte de folie. Il aurait fallu un Jedi pour enquêter, quelqu’un de compétent ayant été formé. J’ai besoin d’un troisième avis. »

Helera resta perplexe quelque instant, levant sa main parsemé de goutte de sang vers son menton. Elle remarqua ce dernier fait et le secoua sur le sol, puis passa son autre main sur cette dernière pour y refermer les plaies.

« Des intégristes ont également essayé de me tuer, en détruisant la moitié du palais impériale. Il y a une source noire qui agit dans l’ombre, sans que je n’arrive encore à percer son secret. J’ai rencontré alors une Sith, qui par deux fois à tenter de m’éliminer, mais n’est arrivée qu’à me prendre un bras. Je la ramènerai dans la lumière... Je suis cependant certaine que quelque chose de plus puissant agit dans l’ombre. »

La reine posa une main sur l’autre et conclut ce premier échange :

« L’empereur est littéralement le cadet de mes soucis. Il y a des entités qui s’agitent dans les ombres et qui menacent la galaxie. Sensitif ou non-sensitif, il n’y aura pas de différence. »

Puis son visage sembla soudain s’éclairer :

« Tiens, j’ai appris que tu avais formé un ordre sur Corellia. L’ordre vert non ? C’est comme cela qu’il m’a été présenté. C’était pour faire concurrence à l’ordre gris. On aura bientôt chacun notre couleur. »

La reine ricana d’amusement.
Bothawui [Solo]

L'instant d'après, j'étais à nouveau au sol. Mon m[…]

Secteur Bothan & Bothan Spynet

Effectifs totaux Vaisseaux : 9 Crois[…]

B ossk se comportant amicalement ? A croire qu[…]

Ouverture du pion en E4 [Espace Bothan]

Contenir sa haine par les apparences - – Pren[…]

https://i.gifer.com/6Mdo.gif […]

Un Hutt et des Jeux...

"Ha ha ha" Ce petit Sith avait osé […]