L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

La planète du fromage est une planète tout en fromage, où la guerre du fromage a déjà fait plusieurs millions de morts. Si l'empire espère bien que ses mines de fromages continueront à fonctionner malgré les tensions, la république a des vues sur le fleuve de l'hémisphère sud, principal pourvoyeur de fromage concentré de la galaxie
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#34068
Ambiance


Une peau si parfaite, douce au touché, lumineuse sous l’aura des loupiottes, chaude et … parfaite. Helera faisait passer ses mains sur leur joue, a demi assise entre les deux landaus. Les coudes posés sur les rebords, une main sur chacun, le bout des doigts qui caressaient sans ennui. Son regard qui passait de son fils à sa fille. Ses deux bébés qui n’en étaient bientôt plus et qui pourtant le resteront à jamais. Ces deux petites bouilles aux cheveux foncés du paternel, ou même comme les siens, jadis. Noirs charbon, noirs de suie. C’était sans doute sa fille qui tirait le plus vers cette couleur d’antan. Yredan était le portrait craché des rois de Têta. Peut-être le futur roi ? Peut-être sa fille la future reine ? Aucune idée. Althar et Helera était d’accord là-dessus, chacun choisirait sa destinée. On naissait dans des cases, c’était certain, mais autant l’un que l’autre avaient été assez agacé par les leurs qu’ils donneraient le choix. C’était simple, c’était pourtant censé. Surement plein de privilèges. Avoir le choix, c’était tout ce qu’ils pourraient jamais leur offrir de plus précieux. Nul empire, nul royaume ne pourrait arriver à la hauteur de cela. Jamais. Sur ces pensées, Helera posa un baiser sur le front de Lily, puis d’Yredan. Elle veilla à laisser la porte ouverte et baisser très légèrement la petite lumière de fond. La petite étoile qui dansait au-dessus d’eux, emportant avec elle tout un système solaire. Cette chambre, c’était celle en face de la leur, juste au fond du couloir. Celle qui n’était plus utilisé depuis bon nombre d’année. Et qui, finalement, n’avait que peu été utilisé tout court.

Sur le seuil de la porte, elle jeta brièvement un regard derrière elle, vers ses petits, qu’elle avait toujours du mal à quitter des yeux. Une mère poule ? Sûrement. Un peu trop quelque fois. Comment se comporter face à des enfants, il n’y avait pas science exacte, et il n’y en aura jamais. Pour les siens, elle comptait tout leur donner, absolument tout ce qu’elle avait en sa possession. Ils en feront ce qu’ils voudront par la suite. Dans un silence monacal, elle se décida enfin à retourner dans le couloir, mais n’alla pas directement dans sa chambre. Non, d’abord la cuisine. C’est pied nu qu’elle se dirigea à travers le vaisseau. Malgré la température ambiante raisonnable, le sol était presque gelé. Sûrement à cause du métal qui laissait passer la chaleur un peu trop facilement. Rien d’insurmontable au final pour la reine des glaces. Ses jambes s’agitèrent néanmoins vivement pour ne pas perdre trop de temps, elles aussi nuent. En fait, elle ne portait qu’une légère nuisette bleutée, portée par sa poitrine, jusqu’au bassin, puis une culotte pour protéger sa pudeur. Pour le reste, il n’y avait rien que les trois habitants de ce vaisseau n’aient déjà vu. Ses cheveux quant à eux était à peu près attachés. Sa petite famille, ses trois amours, dans son vaisseau, son foyer ambulant, fidèle transporteur toujours trop grand pour eux, qui arpentait la galaxie à la recherche de monts et merveilles. Et qui finalement ne trouvaient jamais plus précieux que s’il contenait déjà. C’était sûrement bête, mais c’était cela, l’amour, pour Althar, pour ses enfants, qui suffisaient à la rendre heureuse. Probablement rien d’autres n’aurait pu la contenter. Ni la richesse, la gloire, l’honneur ou le prestige. Juste l’amour de sa famille, leur bonheur et leur réussite. Finalement, on passait sa vie à courir après un idéale, et l’on n’était jamais mieux servi que par la proximité des gens que l’on aimait. Les derniers en l’occurrence. D’abord Cyniosis, Mya, puis Jeny et enfin Maya. Toutes ces personnes, ces amis, morts, ou perdus. Tout cela au nom des causes qu’ils cherchaient à défendre. Au nom des grands principes de la vie. Pas envie d’être morose, Helera chassa ces idées noires de sa tête quand elle arriva dans sa cuisine. Elle observa un moment ce groupe froid, se rappelant des moments passés avec Althar, et la gêne qu’elle avait provoqué chez lui avec Booros.

Elle se rappela également à quel point le vieux chaman avait failli détruire tout le système de rafraîchissement. Il avait d’ailleurs fallu décrasser tous les évaporateurs qui avaient été encrassés par la suie, mais passons. Elle sortit deux tasses, mit de l’eau à chauffer, et chercha une petite boite métallique dans la multitude de conserves qui dans le placard aérien, attendaient patiemment. Là. Une boite verdâtre, décorés avec des fleurs et des feuilles, reliées avec des dessins de bois. Helera passa sa main sur le couvercle, tout en se grattant le mollet avec son autre jambe, se tenant comme un flamant rose au milieu d’un étang. Maintenant, il fallait choisir un goût. Elle passa son nez sur chaque petit paquet qui contenait les herbes odorantes. « Fleurs des bois et fruits sylvestres ». Oh ? Cela allait pouvoir lui rappeler des choses. Elle étira un sourire et en rempli le fond des tasses, recouvrant le tout avec de l’eau jusqu’à ras bord. La vapeur s’échappait déjà des tasses, fumant autant que la surface le lui permettait. Trop chaud pour boire, le voyage aurait surement raison de ce désagrément.

Plus lentement cette fois, elle fit le chemin inverse, et au lieu de tourner à droite, parti à gauche, vers sa propre chambre. Les deux mains prises, elle leva son coude métallique et appuya sur l’interrupteur, ouvrant de ce fait la porte.

« Coucou ! Ils dorment enfin. »

Elle lui étira son plus beau sourire et chassa une mèche rebelle qui lui parait le visage, en essayant de souffler dessus, tant les tasses l’encombraient. Althar allongé sur le lit, avait remonté les coussins pour avoir une position à peu près assise, consultant son datapad posé sur son ventre. Sans un bruit de plus, elle posa la tasse sur sa table de chevet, la gauche, puis celle d’Althar, la droite. Enfin, elle fit de nouveau le tour du lit, défit ses cheveux pour les laisser retomber en cascade et se glissa sur les couettes. La reine se lova sur son fiancé et posa sa tête à demi sur son épaule et sur le coussin. Sa main droite, la vraie, entoura son torse jusqu’à son pectoral gauche, tandis que sa main gauche accrocha son avant-bras sur élevé. Elle plaça une de ses jambes entre les siennes, l’entre croisant comme un serpent afin de conclure sa position de confort sur le prince. Son regard passa enfin sur le datapad et demanda par pure curiosité.

« Tu lis quoi ? »

Sauf si c’était important ou l’affectait, alors elle s’y concentrerait. Bien qu’en réalité, c’était par pure convenance. Chacun son jardin secret et la reine n’avait pas envie de s’immiscer plus au-delà dans ses lectures. Malgré l’apparence actuelle, elle n’était pas toujours sur lui. Elle avait une question qui lui taraudait au fond de la tête. En fait non, elle en avait des centaines. Liées à leur destination future, vers le centre de la galaxie. Pour autant, elle n’avait pas envie de le déranger en lui exposant ses doutes et angoisses. Elle patienta quelques secondes, parcourant aléatoirement le torse de son futur du bout des doigts, regardant les lignes sur le datapad sans les lire. Finalement, elle se décida à lui demander :

« Comment elle est ta maman ? Dans votre culture, j’imagine que les femmes dirigeantes ont une importance particulière. Je pense à l’Impératrice Têta notamment. Enfin … Tu penses qu’elle va m’apprécier ? Je n’ai juste pas envie de la décevoir. »

Elle réfléchit quelques secondes.

« En fait, je n’ai pas envie de tous les décevoir. En tant que reine, je débarque de nulle part, je n’ai jamais été formée à cela et … Gérer les Nelvaaniens, ce n’est sans doute pas comme diriger un peuple comme le tiens. Je n’ai pas envie qu’elle me sépare de toi parce que je suis trop faible ou trop … je sais pas… Trop immature ? »
[Thule] Mon type de ville

Gregor ne fit pas de commentaire lorsque la jeune […]

Le château de cartes

La jeune Lady AlGrey regarda de bas en haut la Pa[…]

La fin du voyage

La moto jet solitaire filait à vive allure, levan[…]

Toujours de l'avant

La confession du grand Vizir fut surprenante. Hel[…]