L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Discutez avec le reste de la galaxie
Image

Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#36042
Image

Espace Sauvage,
Flotte "La Huitième Frontière",
Vaisseau Amiral "Executor"


« Bien, Capitaine. » Pelleaon se lissa la moustache. « Vous apprenez vite. » Il choisit de laisser un sourire naître sur les lèvres de l'officier pour désapprouver ensuite. « Mais ce n'est pas assez bon. Vous pouvez faire mieux encore. » Il frappa dans ses mains deux brèves fois, et se tourna vers la fosse de commandement. « Combien de pertes accusées, agent ? » La Flotte s'exerçait. Chaque semaine, le vieil amiral proposait à ses officiers de s'aguerrir en mettant les Destroyers face à face, ordonnant à un ordinateur, reprogrammé pour l'occasion, de calculer les impacts théoriques des tirs à blanc des batteries turbolasers. L'Executor arbitrait sans dommage ces parties, où chaque Capitaine voyait ses performances évaluées. Il était le dernier de sa lignée, et il avait obtenu le meilleur résultat à l'exercice. Derrière la verrière, les chasseurs bougeaient, les membres "perdus" se rangeant sur le côté, à tourner au ralenti. « Votre dernière action, celle d'un ciblage concentré sur la zone du pont, a été audacieuse, et a payé. » Il agita le doigt. « Mais jamais vous ne devez mener une salve continue de cette intensité... vous avez puisé dans l'énergie des boucliers, et votre ennemi a condamné votre hangar, ainsi que dépressurisé toute l'aile bâbord de votre vaisseau. » Hangar et aile n'avaient rien bien sûr. Le personnel avait juste entendu un "vous êtes tous morts" et avait stoppé les activités. « Une salve continue se fait à intensité normale, un gain de puissance se fait par intermittence. Votre vaisseau doit rester une force de défense, même s'il attaque. Comprenez-vous ? - Oui, Amiral. » Pelleaon le salua. « Bien. Nous reprendrons l'exercice dans une semaine. D'ici là, veuillez... - Amiral ! »

Il était rarement interrompu. « J'écoute. - L'Empereur vous demande en salle de communications. »



Image

Columex,
Flotte "Le Septième Sceau",
Vaisseau Amiral "Senator"


« Et on compte... Allez... Cinquante neuf... Soixante... Soixante et un... Allez tas de feignasses ! Soixante trois... » Le hangar, à peine vidé de ses vaisseaux, conservait encore une place assez importante pour y parquer trois centaines d'hommes. Des fusilliers-marins, assez grognons, qui devaient subir un entraînement quotidien drastique par roulement. En personne, le Amiral tenait les comptes des pompes effectuées, passant dans les rangs, distribuant des coups de pied dans les reins, commentant chaque individu par des qualificatifs peu flatteurs. « Vous dormez ou quoi ? Vous pensez que les chasseurs TIE font la grimace pendant les tractions ? » Sa voie était grave, portant au loin, son air fou lui donnait une image de tyran sanguinaire, et son dos large comme un propulseur de JumpTrooper le rendait intouchable physiquement. « Vous allez sortir de là après vos cent pompes, sinon vous sortirez par le bouclier du hangar, je vous le garantie ! » Il tapa dans ses mains. « Allez ! Soixante-et-onze, soixante-douze, soixante... - Amiral ! Un message pour vous. » Le Amiral s'interrompit. Chaque soldat se détendit et s'allongea ou s'asseya. « Quoi, bande de larves ? Qui vous a dit d'arrêter ? En place, tout de suite ! » Le Amiral fixa le lieutenant. « Message, de...? - L'Empereur Astellan vous demande en salle de communication, Amiral. - Ah. » Fâcheux. « Bon, j'y vais. Remplacez-moi. »

Et, avant de partir, il crut bon de préciser : « Ils en étaient à Soixante. »



Image

Nirauan,
Centre de la "Main de Thrawn"


« Bien. » Le docteur caressa la peau. « Cette synthé-peau est parfaite. Excellent travail. » Les tissus furent prit avec délicatesse, et lentement, l'Amiral Thrumble commença à disposer des parcelles sur un des corps. Ce qu'il modelait le faisait suer à grosses gouttes. Il n'était pas là. Mais il était là malgré tout. Et cela l'angoissait. Il y en avait un déjà. Il y en aurait deux. C'était... terrible. Surtout de devoir travailler sur le deuxième. « Amiral ! » L'Amiral ne s'interrompit pas. Il appliquait quelque chose avec une infinie précaution. S'arrêter, c'était risquer une bourde. « Et bien ? Je vous écoute, mais n'approchez surtout pas... - Mille excuses, Amiral. L'Empereur vous demande en salle de communication. - Je suis occupé pendant les deux prochaines heures... Appliquer cette synthé-peau n'est pas de tout repos... - Mais... - Je sais ce que l'Empereur désire. Il faut demander au Docteur Sterning. Je ne suis pas compétent dans le sujet. »

Le sous-officier repartit sans un mot, et revint avec le Docteur Sterning aussitôt.



Image

Bastion,
Palais Impérial,
Salle de Communication


Image« TOUS LES PARTICIPANTS SONT CONNECTES. - Bien. Commence la réunion. » Le cryptage se mit en place. Tout était filtré, découpé, recoupé, chiffré... Il n'y aurait pas de fuite. Les trois étaient bien présent. Le Grand Amiral Pelleaon, dans son uniforme blanc, le Amiral Bligh, aux méthodes incomprises, et... où était Thrumble ? « Qui êtes-vous ? » Le troisième se présenta élégamment. « Docteur Sterning, pour vous servir. » Harlon ne répondit rien. « Bien. Il est temps de reprendre nos opérations. » L'Empreur ne laissa pas le temps de réfléchir à ses subordonnés. Il avait des ordres à faire passer. « Comme je l'ai dit lors de la dernière réunion du Conseil, l'Opération Zéphyr va reprendre son cours. » Harlon voulait un changement de direction. « J'ai demandé à ce qu'il vous soit convoyés des Droïdes Sondes, une dizaine chacun. Vous ferez un sondage complet des défenses présentes dans le secteur. Amiral, votre objectif sera la prise rapide de la ceinture d'Oseon. Utilisez tous les moyens que vous avez à disposition pour brouiller leurs communications. Evitez de déclencher des hostilités inutilement. Neutralisez-les et obtenez une reddition rapide. Si leurs défenses sont trop fortes, restez hors de portée de leurs senseurs, et attendez des renforts. - Bien, Votre Majesté. » Le premier personnage mourut. « Grand Amiral Pelleaon, vous serez chargé de passer Oseon et de prendre au plus vite la planète Erilnar, après examen de leurs forces. C'est un monde aquatique, n'oubliez pas de songer les eaux... - Erilnar n'utilise ses eaux que comme espace de transport dégagé, pas comme base militaire avancée. Ce n'est pas Mon Calamari. - Certes. Mais restez méfiant. Une fois la capitale capturée, envoyez des émissaires dans toute la Centralité. Qu'ils se soumettent à l'Empire et nous ferons de leur secteur un secteur unifié. - Bien, Votre Majesté. » Harlon le salua, et commença à parler au Docteur... en s'apercevant alors que le Grand Amiral restait présent. « Merci, Grand Amiral... vous pouvez commencer les opérations... »

Ce dernier coupa, visiblement à contrecoeur. Harlon put alors se préparer à la suite. Pelleaon n'était pas au courant. « Docteur, quelle est votre fonction exacte ? » Ce dernier lui offrit un sourire candide. Enfantin. « Docteur en chimie et en biomécanique, avec une spécialisation en armes bactériologiques... » Parfait. Harlon se rassura d'un bref coup. « L'Opération Algues Mortes va requérir vos bons soins. Vous devrez trouver de quoi véhiculer une bioarme en capacité de s'épendre dans les grandes étendues d'eau. » Le Docteur en resta dubitatif. « Compliqué, coûteux, mais faisable. Quelle étendue ? - Un monde aquatique. - Mon Calamari ? - Kamino. » Le Docteur parut surpris. « Nous vous donnerons des échantillons d'alien qui, seuls, devront sentir les effets d'une telle arme. » Le Docteur acquiesça. « Cela peut-il être fait ? »

Le Docteur ne laissa aucune pause. « Dans les plus brefs délais... »
La Chasseuse des Ombres

Son souffle exhala une dernière bouffée de fumée […]

Une délégation sénatoriale avait été prévue depui[…]

Président Werner L'ingénieur Retraité g[…]

Varier sa gamme

Tchouck Le vent soufflait, une fine tige en m[…]

La descente jusqu’au hangar ne fut pas de tout re[…]

La connexion sécurisée avait été établie entre le[…]

Mandalore [1/2]

Vrad écoutait la réponse de Misha attentivement[…]

Le mieux c'est que tu commences par dire où tu com[…]