L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Discutez avec le reste de la galaxie
Image

Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#36257
Image

Bastion,
Palais de l'Empereur


« L'accord que nous avions ne mentionnait pas de rétribution pour tes ingénieurs détachés en plus des honoraires habituels. - * Ils vivent chez toi, coordonnent les travaux, les assemblages, et la sécurité des informations ! Tu pourrais au moins leur fournir un logement de fonction ! * - Ce sont tes employés, pas les miens. - * C'est ça ou il n'y a plus d'accord. * - Parfait. Et c'est toi qui annoncera à ton Conseil d'Administration la perte de 15% de ton chiffre d'affaire ? - * Mais enfin ça te coûte quoi ! * - Un accord est un accord, revenir dessus demande de renégocier. Ou d'être compensé. - * ... Je pars en tournée de prospection à Liana la semaine prochaine. On peut s'y croiser et en discuter. * - Entendu. A la semaine prochaine. » Harlon termina la connexion sur un visage surpris de Valeria. Elle avait compris.

La soirée vint assez vite, et comme à son habitude, il laissa tomber l’apparat et se laissa aller à une peu de décontraction. Il se vêtit en chemise, en un simple pantalon, et en pantoufles fermées. Passer la journée dans des bottes était un enfer. Les troupiers devaient avoir hâte de se mettre pieds nus le soir venu, au moment d'aller à la couchette. Il se glissa un brandy devant les yeux, et commença à le déguster délicatement, le temps de prendre un datapad, et de regarder le dernier rapport en date. La semaine était tournée sur les questions de territoires souverains entre l'Empire et les Régions Inconnues. Des rapports de plusieurs plans, de plusieurs agences : les services diplomatiques se chargeaient de récolter les envies de collaborer sur les plans commerciaux, policiers, voire militaires. Des agents eux testaient la popularité impériale au sein des peuplades civiles. Et d'autres agents tentaient de s'infiltrer dans les organes des gouvernements pour en savoir plus sur l'infrastructure de défense.

Il fallait se préparer à tout, et de n'importe qui.

« VOTRE MAJESTE. PARDONNEZ CETTE INTRUSION. » Son droïde majordome. « UN RAPPORT DES RENSEIGNEMENTS IMPERIAUX FAIT ETAT D'UN CAS URGENT SUR NELVAAN. DOIS-JE TRANSFERER LE CONTENU A VOS GENS ? » Un cas urgent ? Cela pouvait concerner n'importe qui. Les Renseignements interceptaient les messages sur cette distance. Le relais impérial le plus proche était celui du Senex-Juvex, et à partir de là, tout était bien camouflé pour rester confidentiel. « Que mentionne le rapport ? - LA CAPTURE D'UN CONVOI HUMANITAIRE EN PARTANCE VERS SULLUST. » Harlon fronça les sourcils. « Qu'est-ce qu'elle va fabriquer sur Sullust... » Tout Helera, ça. Le Coeur sur la main, le Cerveau dans l'assiette. Elle disposait d'assez d'indépendance pour que l'Empire ne se mêle pas de ça. Et après tout, il n'avait donné aucune instruction. Il savait que ses Moff ne feraient rien. Surtout pour Sullust ! Mais si un convoi était capturé... « Non, demande à communiquer avec la Monarque de Nelvaan. Elle m'expliquera d'elle-même. » Le sort de Nelvaan, comme toutes les planètes d'importance moindre de l'Empire, lui importait peu dans leur individualité. Mais qu'on mette à mal l'intégrité du Peuple, c'était quelque chose de problématique. Pour qui mettait à mal cette intégrité. Et selon les circonstances, un coup politique pourrait peut-être se jouer. Harlon enfila des vêtements plus corrects, son armure semblait le minimum. Sa cape, et sa jupette. Il laissa tomber l'idée de s'habiller en bas de bottes et de ses grèves. « LA COMMUNICATION EST PRÊTE, VOTRE MAJESTE. » Harlon acquiesça et s'en vint en salle de communication. « Cadre moi à mi-cuisse. »

L'hologramme pouvait laisser admirer un buste convaincant de l'Empereur, et ce dès le début de sa communication. Il espérait avoir Helera Kor'Rial, mais n'importe quel individu capable de traiter pour elle ferait l'affaire. « Droit au but. J'ai entendu dire qu'un convoi a été détourné. J'aimerais le détail de ce convoi, sa composition, sa trajectoire, et le détail sur sa capture. »
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#36260
« Ma reine, une communication relayée de l’empire. C’est l’empereur qui te demande. Fréquence sécurisée comme le veut l’empire. Tu as deux trois vérifications à réaliser avant d’avoir le contact. Je t’envoie la procédure si jamais tu l’as oublié. »

« J’ai c’est bon. Fais le … patienter. Ce vaisseau n’est pas le Scavenger… Non oublie, ne dis juste rien. J’arrive. »

Elle se laissa tomber sous le siège et ouvrit le panneau de contrôle sous le tableau de bord. Divers fils, des boitiers, de l’énergie à en revendre et une monstruosité de complexité. Helera y repéra la petite boite fixé tantôt par ses équipes qui permettait actuellement de crypter les fréquences entrantes et sortantes. Une fois terminé, elle entama une dérive du vaisseau hors de portée et tenta de réarranger sa chemise et ses cheveux. En vain, elle n’était pas une dame de la cours et ne le serait jamais. Ses mains portaient des sabres lasers, pas des coupes de champagne. Une fois terminé, elle prit la conversation.

D’abord, elle salua de la tête, tandis que les ordres furent donnés. L’empereur restait pointilleux, ne l’oublions pas. Il n’aimait également pas être dérangé. De plus, il avait horreur d’apprendre des informations en retour. En fin de compte, il n’était surement pas content et ne manquerait pas de lui faire remarquer. Fait étrange, c’était qu’il gère en personne cette affaire. Ce n’était probablement pas pour ses beaux yeux. La reine garda ses distances tout de même. Quelques années lumières devraient suffire.

« Votre majesté impériale. En effet, le convoi humanitaire commandé par mon frère, Régent de Nelvaan, a disparu peu après son ravitaillement sur Eriadu. La flotte était constituée d’une corvette d’escorte et deux transports de fret. Ils transportaient des vivres et du matériel de première nécessité à destination de Sullust. Leur objectif était double, apporter du soutien à la population et comprendre ce qui avait pu se passer sur place. »

Première pause.

« Le plan de vol prévoyait de longer Enarc jusqu’à la voie Hydienne, ravitaillement sur Eriadu et direction Sullust. Les vaisseaux étaient banalisés et ne portaient pas d’étendards. Rien ne pouvait les relier à Nelvaan ou l’empire. Rien mise à part mon frère, dont le visage est connu, bien que dissimulé en permanence. »

Deuxième pause. Elle se rassit au fond de son siège et croisa les bras.

« Les suppositions d’une attaque pirate sont minimes. En revanche, les holo républicains parlent de l’arrêt d’un convoi impérial ayant violé leur souveraineté. Les Nelvaaniens se seraient alors fait capturer avant d’arriver sur Sullust, en territoire neutre. Puis, toujours d’après les informations, aurait été extradé par une autre équipe. Ce n’est pas nous, ni vos hommes j’imagine. »

Auquel cas il ne serait pas là.

« On nous désigne déjà comme les coupables. Les ravisseurs m’ont contacté il y a cinq jours pour me donner des coordonnées. J’y suis actuellement et je viens d'écouter leur message. Menace habituelle, ils tueront les otages en cas de contact avec l’empire, traque etc. Ils ne veulent pas de rançon, ce qui exclue définitivement la piraterie. En revanche, il demande toutes les informations dont je dispose sur Isard. Compte tenu des événements actuels, la coïncidence semble trop grosse. J’ai d’abord pensé que c’était le groupe d’Isard qui avait frappé, mais ce simple message suffit à me donner tort. Non, je pense que c’est une entité … trans-gouvernementale disons, qui tente de la retrouver. Je ne serai pas étonnée si son implication dans les attentats dans l’empire n’ait fuité de son fait. Aussi, les ravisseurs trouveraient en Isard une alliée de choix pour affaiblir l’empire. »

Les suppositions étaient lancées et menaient vers un seul candidat qu’Helera ne voulait pas nommer. Mieux valait-il que cela viennent de l’empereur lui-même, si tant est qu’il pense comme elle. Tout le long du discours, elle n’hésiterait pas à s’arrêter ou se taire si l’empereur le lui demandait. Ceci étant un résumé de toutes les informations dont elle disposait.
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#36261
« Qu'est-ce qu'elle fait ? » La communication mettait du temps à s'établir. Qu'on ne laisse point tout en l'air à sa mention, l'Empereur comprenait. Mais ils pouvaient faire semblant de prendre la communication rapidement. « A-t-elle été notifiée au moins ? » Il n'allait pas se fâcher maintenant. Il lui faudrait toute sa tête pour écouter, et prendre des décisions. « LA LIAISON S'ETABLIT. 3... 2... » Harlon carra les épaules et remonta le menton. Bon. Il donna ses ordres, et ils furent bien suivis. Harlon n'interrompit pas la femelle, la laissa s'exprimer, parfois hochant la tête pour signifier sobrement qu'il avait comprit. « Bon. » Il pouvait s'étaler sur beaucoup de choses. Le fait d'aider des Sullustéens était un peu anti-impérial. Mais il restait toute une vie pour s'épancher sur la prise de libertés obséquieuses de la Monarque grise.

« Écoutez, nous avons peu de temps devant nous. » Il gardait les mains bien croisées dans le dos. Parfois, il détachait sa main droite pour faire des gestes discrets, démonstratifs, impérieux. Comme pour bien montrer qu'il cadrait les mots pour cadrer les actes qui suivraient. « Qui qu'ils soient, s'ils détournent un convoi humanitaire impérial, c'est qu'ils ne plaisantent pas. Essayez d'obtenir une copie, la plus fidèle possible, de cet enregistrement. Repassez-le si vous pouvez, sinon déconnectez votre Boîte Noire pour qu'elle conserve la bande audio. » Les banques de l'Ubiqtorate auraient tôt fait d'identifier le salopard qui avait laissé passer sa voix. Il ne savait pas si c'était une bande pré-enregistrée ou une communication en direct. La deuxième solution assurait le coup, mais le vaisseau d'Helera, s'il subissait quoi que ce soit... serait invisible sur le fil temporel. « Est-ce que vous avez des informations additionnelles ? Peut-être... un bruit de fond, pour savoir dans quel genre de bâtiment le message a été passé ? » Il n'allait pas lui apprendre la Force. Mais il pensait, certainement justement, pouvoir lui en apprendre sur les Renseignements. Leur travail ne déplaçait pas de rocher par lévitation. En revanche, il déplaçait le temps et l'espace avec aucune autre puissance que celle de leur cerveau. « Dès que vous avez tout cela, envoyez-le moi directement, ainsi qu'aux Directeurs du Bureau et des Renseignements. » Il ne pourrait rien faire de plus, personnellement. « Je vais faire détacher trois cellules des Renseignements depuis le Senex-Juvex. Si vous entrez en communication avec un otage qui s'est enfui, dites-lui de se rendre à Karfeddion. » Il fallait qu'il le dise. « Si vous doutez de votre capacité à protéger les vôtres, envoyez un maximum de monde sur Karfeddion également. La Grande Moff Vaudron vous y donnera asile. » Ensuite il écarta les bras. « Je vais faire tenir une flotte prête au cas où. Mais sans certitude sur l'identité des ravisseurs, nous allons devoir miser sur la discrétion. »

C'était tout ce dont il serait humainement capable. « D'autres choses dont je devrais être mis au courant ? »
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#36269
Le discours de la reine fut ponctué de quelques « ce sera fait », ou encore « le calcul est en cours ». Elle suivait les instructions à la lettre, comprenant la logique de chacune des demandes, mais ne pouvant pas y répondre favorablement, se contenta de hocher la tête. Ce vaisseau avait beau être camouflé en vieux YT, il n’en restait pas moins lié aux supports du nom qu’il portait. Les renseignements impériaux ne pouvaient s’improviser autrement qu’avec des machines dédiées.

« Je n’ai pas capté autres bruits additionnelles, votre majesté impériale. Vous aurez les enregistrements sous peu. »

Dans sa jeunesse, Helera était plus sensible aux machines qu’aux êtres vivants. Elle considérait alors que ces derniers étaient voués à l’inconstance et qu’ils n’étaient voués qu’au trépas programmé. Les machines, elles, étaient éternelles. Pourtant avec le temps, elle s’était rendu compte que ce n’était pas la grandeur, ni la longévité, qui donnait sa valeur à un être. Mais sa capacité à transformer ses capacités en quelque chose de meilleur. Aussi avait-elle abandonné les sans vies, pour finalement répudier jusqu’à leur existence.

« Un natif a été récupéré. Il a été affamé en torturé. D’après les premières observations, ils auraient branchés un appareil dans la moelle épinière et il aurait subi plusieurs électrisations. Pour le moment, il est dans les mains de nos médecins, mais je ne manquerai pas de l’envoyer dans le Senex Juvex dès son réveil. Avec un traducteur… »

Enfin pour la proposition, qu’Helera trouva bienvenue, mais inutile.

« Je vous remercie pour la mobilisation d’une flotte. Celles de Nelvaan sont également en état d’alerte. Nous sommes capable de tenir un siège pendant plusieurs jours, et puis je suis persuadée qu’ils n’iront pas jusqu’à risquer un drame politique pour se satisfaire à leur orgueil. »

La reine restait très froide dans son approche. Les sujets de ses rancœurs se terraient comme des lapins, mais venaient tout de même de déclarer une guerre envers le royaume Nelvannien. Helera en profita :

« Cette attaque ne pourra pas rester impunie dans le royaume. Néanmoins, je ne voudrai pas qu’il arrive quoi que ce soit à mes sujets. Je serai d’avis de proposer un échange de prisonnier entre l’expédition et moi. Pour cela, je serai d’avis de contacter le Président Omas pour lui proposer cette offre. Je ne voudrai pas déclencher d’hostilité non plus tant qu’ils ne sont pas revenus. »

Difficile de prétendre pouvoir remplacer tout un équipage. Mais elle était certaine que les rouges auraient envie de faire parler la reine en direct plutôt que ses sujets. Après tout, elle était conseillère de l’empereur, jusqu’aux dernières nouvelles. Et puis, elle pourrait discuter des motivations de ceux qui prétendaient pouvoir leur faire plier le genou. De cela, la reine en était curieuse. Férocement curieuse.
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#36270
« Les flottes de Nelvaan sont en alerte ? » Intéressant pluriel. Ils en parleraient plus tard. « Évitez de partir en guerre. On doit rationaliser toute action aussi lourde en conséquences. » Qu'elle n'aille pas assaillir un fief au débotté, au risque de faire capoter des années de préparatifs, en plus de donner une bien piètre image de l'Empire dans la Galaxie en attaquant une potentielle population civile utilisée comme bouclier par des pirates. Les régions prises en otage pour couvrir des activités criminelles avaient monnaie courante dans la Bordure. « Interrogez-le rapidement. Essayez de lui tirer les souvenirs qu'il a pu emmagasiner. » Hypnose, intrusion mentale, lobotomie expérimentale s'il le fallait... « Récupérez le maximum de stimuli auxquels il a été exposé. Les agents du Bureau peuvent aider. Sans dommage. »

Il dut alors composer avec la fougue de la Conseillère Monarque Jedi etc. Et avec quelque chose de très particulier dans ses paroles. « Pourquoi parler du Président Omas ? Vous pensez que les ravisseurs sont des partisans ? » Si c'était le cas, le coup serait fatal. Il suffirait de fuiter ce qu'il fallait aux médias républicains. Le coup serait triple : Un, le gouvernement serait accusé de pratiquer les actes de piraterie, de barbarie et de meurtre sur civils comme l'aurait fait les Seigneurs impériaux de la "Grande Epoque", ce qui ne manquerait pas d'être croustillant aux JTs et au Sénat... De plus, ces mêmes JTs et Sénat seraient d'autant plus polarisées entre le camp qui estimait la pratique du génocide et du meurtre gratuit nécessaires pour l'avancement de la République, et ceux qui estimaient que les méthodes impériales et Hutts n'avaient pas leur place dans un système basé sur la liberté et le respect des êtres pensants, avec une approche plus convaincante encore vers la guerre civile. Et, enfin, les alliés en demi-teinte de cette même République verraient d'un oeil suspicieux cette tendance à se prendre pour des gendarmes agissant sans autorisation dans des territoires souverains. Signe que les déplacements de flottes sans autorisation, voire actes de guerre déclarés se feraient chez eux sans demander. De quoi en attirer bon nombre chez eux. « Si vous avez des soupçons sur l'identité de ceux qui vous ont arraché des geôles républicaines, dites-le moi tout de suite. Nous pourrons orienter nos recherches. »

Il balaya l'air de la main. « Cela ne m'empêchera point d'établir un canal vers la Présidence Omas. Je vous tiendrai informée des avancements de ce projet. » Il annonça la fin de leur entrevue ensuite. « Ne faites rien de précipité en attendant. Ne déclenchez pas de conflit armé. Nous pourrions le payer cher. Je vais donner d'autres ordres à mes services. Restez disponible dans les prochains jours si je dois vous contacter. » Il la salua et termina la com. « Contacte le Dirgé des Renseignements. Et sa cellule de crise. Qu'il ne me fasse pas attendre. »




Image

Station Ubiqtorate,
20 minutes plus tard


Le Directeur des Opérations vagabondait entre deux bureaux. Comme à chaque rapport qu'il devait faire à certains de ses subordonnés les mieux placés pour être "au courant". Ceux qui partaient en mission, ceux qui devaient réceptionner les informations, et ceux à qui il devait faire passer des instructions. Datapad à la main, les lunettes plongées dans son travail, il sortait juste d'un atelier technique quand il aperçut une marée humaine déferler dans la salle de réunion. Il aperçut le Dirgé - le Directeur Général - s'approcher vers lui une fois qu'il l'eut aperçu. « Qu'est-ce qu'il se passe ? On reçoit le chef de la Sécurité Hapienne ? » Le Dirgé n'avait pas l'air de plaisanter. « L'Empereur m'a contacté il y a 20 minutes. Il a demandé la cellule de crise. » Le DirOp parut surpris, sans rien en montrer. « On a perdu un agent infiltré ? - Pire. Un convoi entier, avec le frère et suppléant d'un gouverneur à bord. - Oké. » Les deux hommes se dirigèrent alors vers la salle. Rectangulaire, sobre, elle n'évoquait plus l'Empire, mais une pièce parlementaire vieille d'un siècle ou deux. La salle servait pour accueillir les dignitaires des renseignements étrangers, et se voulait donc neutre par flatterie. Une directive du Grand Vizir, habile diplomate, et qui avait le loisir de reposer les yeux de tout le monde. le blanc éclatant sur fond noir, ça tuait les yeux à la longue. Beaucoup travaillaient dans cette salle pour y retrouver un semblant de calme visuel.

La table était exclusivement humaine, et masculine à une exception près. Les Directeurs de chaque branche des Renseignements étaient là, ainsi que quelques Directeurs de Bureaux, et des adjoints. Chacun avait son terminal personnel pour y suivre les éléments à diffuser, mais on n'y viendrait certainement pas. Un compteur égrainait les secondes avant le début d'une conversation avec l'Empereur, qui allait distribuer une volée d'ordres en rapport avec un évènement récent d'importance galactique pour lui. Les discussions allaient bon train. On spéculait, on marmonnait. Finalement, l'un d'eux demanda le silence. « 5... 4... 3... 2... » Un... la liaison s'établit.

Image


Chacun s'était levé. « * Asseyez-vous. * » L'ordre suivit aussitôt. « * Messieurs, je n'ai pas beaucoup de temps. Un convoi à but humanitaire de Nelvaan en partance pour Sullust a été détourné par une flotte battant pavillon Républicain dans les limites de ce même système. * » Murmure dans la salle. « * Comme vous le savez, Sullust n'est plus membre Républicain depuis plusieurs années déjà. Ceci rendant illégal tout arraisonnage Républicain sur des territoires étrangers sans accord l'y permettant. Le plus grave est qu'une organisation, dont les soupçons se portent sur une branche séditieuse ou secrète de la Nouvelle République, a enlevé à la flotte de blocus les Nelvaaniens pour y pratiquer des actes de torture, en vue d'interrogatoires et de... distraction. * »

Les Renseignements n'aimaient pas le Bureau de la Sécurité Impériale. Pour ce genre de méthodes. Les voir appliquées par les Républicains attiseraient encore les flammes. « * Un rescapé a été envoyé sur Nelvaan avec des instructions. Dites à vos agents sur place de travailler sur les souvenirs de l'individu pour extraire la localisation de leur base d'opérations, ainsi que le nom de leur chef. * » Les Directeurs concernés acquiescèrent, et pianotèrent sur leur terminal pour lancer ses instructions, tout en continuant de suivre la conversation. « * Je sais que vous avez des noms d'agents républicains sur nos territoires. Contactez celui ou ceux qui seraient susceptibles de remonter une information à leurs supérieurs... Je souhaite m'entretenir avec Cal Omas sur une ligne privée. Et confidentiellement. * » Le Dirgé voulut parler et demanda la parole, qui fut accordée. « Votre Majesté, si nous entrons en contact avec un agent ennemi, ils sauront que nous avions connaissance de l'identité de l'un d'eux, quand elle devait rester officiellement secrète pour nous. Nous perdrions 4 ans de travail avec cette source. » L'Empereur secoua la tête. « * Sans importance. Vous grillerez sa couverture et vous devrez composer avec l'envoi d'un nouvel agent qui restera peut-être inconnu de vos services. Ainsi soit-il. * - C'est entendu, Votre Majesté. » L'Empereur hocha la tête. « * Messieurs, accomplissez votre devoir. * »




Image

Yaga Minor,
3 heures plus tard


Les dossiers aidaient aux opérations rapides comme celles-là. Un agent prit au détour d'un couloir avait juste besoin d'une grosse demie heure pour s'imprégner d'un dossier, et d'une heure ou deux pour en tirer le plan d'action. Restait ensuite à attendre de le mettre en place. Dans le cas de l'agent Samaritain, l'aubaine venait à point nommé. Sa cible était Jacob Yaklenha, un Clerc en charge des achats de matériel pour le Palais du Gouverneur de Yaga Minor. On le disait capable de passer Clerc ou même Aide pour le palais du Grand-Moff, voire Palais Impérial. Un sous-officier travailleur, compétent, et parfaitement à l'aise avec le système de dénonciation de ses collègues pour se tailler une place de choix. Mais ce que ses collègues ne savaient pas, et que savait l'Ubiqtorate, c'est que l'homme était surtout un agent Républicain infiltré depuis maintenant 4 ans. Une source précieuse, régulièrement abreuvée d'informations fiables qui donnaient l'illusion de sa parfaite intégration. Samaritain savait qu'il se rendait toujours au même coiffeur, pour se faire une coupe en fausse pagaille, comme l'Empereur, en plus de se faire raser au coupe-chou, dans un établissement très fréquenté par le personnel aisé des Palais Gouvernementaux, présents en masse sur la planète.

Samaritain arriva donc dans la salon, apercevant le patron en train de mettre en place le droïde coiffeur dernier modèle pour le fameux Jacob. Le patron termina, non sans lancer un "J'arrive Monsieur !", avant d'arriver pour de bon. « Bien ! Monsieur, vous aviez rendez-vous ? - Non. Mais j'imagine que vous pourrez me prendre tout de suite. » A ces mots, il glissa une plaquette de 1000 crédits sur le comptoir. Le patron ne répondit rien, balaya la pièce vers sa caisse, et inscrivit un nom, au hasard, sur sa plage de rendez-vous. « Tout à fait ! Nous allons donc passer à la mach... - Si vous pouviez m'accorder un moment intime avec le monsieur présent là-bas... » indiqua-t-il de l'index discrètement, « ... j'en serais ravi. » Et sur ce, il glissa une plaquette de 2000 crédits. Aussitôt remisée par le patron. Lequel alla dire à la cliente qui s'installait là qu'il avait pour elle une "bien meilleure machine" à lui accorder, ainsi qu'aux autres à proximité, presque tous en uniforme gris, qu'il passa dans une pièce adjacente, presque vide. Il installa ensuite Samaritain, qui salua l'agent Jacob. Lequel lui rendit cordialement. Lee droïde s'affairait déjà pour l'agent Républicain. Celui de l'impérial commença bientôt. « J'aime bien ce salon. On s'y détend vite. Pas vous ? » L'autre fermait les yeux, les rouvrant juste pour observer son voisin, tête en arrière. « Si... si si... c'est pas mal. Le droïde masse bien le cuir chevelu. - Ahah. » Pas de temps à perdre. « Mais surtout, j'aime bien cet endroit... parce qu'à y voir le monde qui le fréquente, on se dit que c'est ici que la politique impériale se joue. » Jacob pouffa, sûrement en réfléchissant au nombre d'uniformes gris à s'y trouver. « Ouais, c'est sûr. La moitié de mes collègues vient ici. Faut dire que les tarifs au rabais pour les agents du gouvernement, vu les prestations, ça vaut le coup. » Samaritain acquiesça. « Des fois, je me dis que, si j'étais un espion, c'est là que j'irais. » L'autre ne se démonta pas. « Pourquoi ? Il n'y a que du clerc et du chef de bureau ici. - Justement. Ces positions ont l'air de rien, mais chacun a accès à un bout de dossiers confidentiels. Si on les écoute tous les uns après les autres, on arrive à avoir assez de potin pour se retrouver dans la tête d'un directeur de branche. » L'autre mimait le clerc qui n'y avait jamais pensé, mais trouvait l'analyse pertinente. « Pas bête. Pourquoi, vous êtes espion ? - Ahah, non ! Non non... » Il attendit un peu. « Mais si j'en étais un, c'est là que j'irais pour en débusquer. » L'autre ne réagit pas. C'est alors qu'il remarqua qu'ils étaient seuls. Que le patron était parti. Et que les droïdes ne coiffaient et ne coupaient plus. « On aimerait que vous passiez un message à vos supérieurs. » Jacob le regarda comme s'il regardait un évadé de l'asile. « De quoi ? » Samaritain fit fi de cette attitude, légitime, mais futile. Il tira un flimsi plié et le tendit à Jacob, qui n'esquissa aucun mouvement. « L'Empereur veut discuter en tête à tête avec Omas. Sans que les services diplomatiques soient au courant. » L'autre continua à nier. « Comment ça ? De quoi vous parlez ? Vous êtes qui ? Qu'est-ce que j'ai fais ? » Samaritain sortir alors une photo d'un homme habillé comme à la Bourse. « Galek Arreston. On sait qu'il gère un parc d'hôtels et de boîtes de nuit qui financent les fonds secrets des Services Secrets Républicains. On l'a capturé il y a deux ans. On peut vous le restituer et permettre le ré-ouverture de trois boîtes de nuit. » Il retendit le flimsi plié.

Jacob hésita. Finalement, il prit le papier et le glissa dans sa poche. « Laissez-moi douze heures. - Pas plus de six. Au bar Bella Rossa, sur Astellan Plaza. - Je veux aussi l'immunité. - Vous serez libre de partir vers les territoires républicains. Mais votre séjour sur nos territoires s'arrête ici. »

Jacob partit. Maintenant, il fallait attendre.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#36271
« En effet, notre amiral a été mis au courant. »

Pour le reste de la mise en garde, la reine n’en eut cure. Déclencher une guerre ? Ce n’était pas dans ses prérogatives. Traduire en justice ceux qui avaient nuit à leur intégrité était plus dans ses cordes. Et puis, ce n’était pas à elle de prendre la décision. La grande Mère permettrait-elle de sacrifier la vie des siens pour venger ceux déjà tombés ? En prenant du recul, c’était idiot et loin de la sagesse dont elle se savait investie. Non, ce n’était définitivement pas à elle de choisir. Quant au Nelvaanien rescapé, elle hocha simplement la tête. Pour bien sûr ne suivre aucun de ces ordres. Il dira ce qu’il sait, on ne lui extirpera rien. Ainsi le traducteur servira également de protecteur.

« Je ne peux que présupposer, rien déduire. Eriadu reste une planète à forte présence républicaine, autant au niveau de l’espionnage que des flottes actives. Sullust est une ancienne colonie du gouvernement central. La république ne tolère pas ceux qui ne sont pas comme elle, donc tant qu’elle y sera, pirates et autres contrebandiers ne feront pas loi. Enfin, mon frère ne se serait pas laissé capturer par des pirates. »

Cela voulait dire qu’il l’aurait probablement fait avec des républicains ? Pourquoi ? A cause des Jedi qu’il continuait à considérer comme un exemple à suivre. Non pas que feu les gris n’avaient aucune place dans son cœur. Seulement il pensait que le dogme de Coruscant pouvait être généralisé à la galaxie. Nelvaan étant une représentation la plus parfaite de la Force Jedi. Elle inclina la tête en sentant la fin de l’entretien.

« Je reroute les communications vers moi. Je doute rester sur Nelvaan ou dans ce vaisseau cependant. A mon tour, je vous tiendrai informé quand nous les aurons retrouvés. »

Termina-t-elle. Suivit d’un dernier.

« Ce qui ne devra plus tarder... Merci pour votre aide, votre majesté impériale. »

Et elle attendit qu’il coupe le signal.




« Thunder leader à Thunder 1 et 2. Vérifiez votre tableau de bord. Nouvelles coordonnées. Terminé. »

« Bien reçu Thunder Leader. Terminé. »

Les trois chasseurs fantômes virevoltèrent en formation serrés, opacifiés par leur miroir réfléchissant. Sans les signatures thermiques des moteurs, impossible à repérer. Trop rapide qui plus est pour tenter de les poursuivre. Bijou de la technologie impérial de la fin de la guerre et dernière marque de la coopération entre le Triumvirat et l’inquistorius. Une époque bien lointaine que lui-même n’avait pas connue. L’on disait des choses sur cette époque, les médias en disaient une autre. Helera, elle, ne disait jamais rien. Alors on se contentait de suivre son instinct.

« Thunder 1 à Thunder Leader, qui a transmis l’info ? Terminé. »

« Le SSN sur Eriadu. Ils ont suivi la piste du régent. Ils n’ont pas pu poursuivre, parait que ça grouille de rouges là-bas. La piste menait dans les régions inconnues. Terminé. »

« Ils y sont allés ? Terminé. »

« Négatif, il y a eu un changement et ont perdu peu à peu la trace à ce niveau-là. Les résidus sont toujours présents, mais faute de temps … Bref, ils auraient longé la bordure médiane et depuis peu se trouvent dans l’hémisphère Est galactique. Terminé. »

« Et vu qu’ils ne sont pas dans l’empire, ni dans la république … On prend le reste. Terminé. »

El’syn acquiesça pour lui-même. Cela faisait un grand espace à sillonner. Cependant, ces régions étaient de celles qu’ils avaient contrôlées à une autre époque. Les ports francs lui étaient connus. Les autres un peu moins, mais les contacts s’y trouvaient toujours. D’anciennes bases étaient encore en fonctionnement dans le secteur. Tous avaient été mis au courant. Désormais, il s’agissait de sillonner l’espace tout en restant camouflé. Et surtout, en laissant la Force parler pour eux.
[Dromund Kaas] La dernière ombre

Dans le laboratoire de Lazharr | Arkania […]

Problématiques divines

Les candidats étaient reçus un par un, chacun un[…]

Naissance impie

La petite dame noire resta accrochée au joyau pou[…]

Mandalore [2/2]

https://media.discordapp.net/attach[…]

De Harold à Stlin, on fit passer le mot : feu ver[…]

Pour le meilleur

Ils avaient délaissé le texte préparé à leur int[…]

Karlya Zyn

Salut ! Merci pour le retour ! Je m'attèle au pl[…]

[En quête d'Ouranos suite]

- Un Mois plus tôt - Les mercenaires a[…]