L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Les défaites de Yavin et Endor n'ont pas entamé la foi du gouvernement de Yaga Minor dans la doctrine impériale. La Nouvelle République suppose d'ailleurs que les quartiers de l'Ubiqtorat sont toujours dissimulés au fond des grottes et des forêts de cette planète qui abrite également de puissants chantiers navals.
Gouvernement : Empire
#36658


Cela faisait un peu plus d'un an que l'Opérateur Umbaran avait envoyé ce message à la jeune femme. Cette simple question avait déclenché une série d'évènements qui culminait aujourd'hui en une situation tout à fait déplaisante. Alyxtra ne se doutait pas en répondant à l'Opérateur du BSI qu'elle allait passer les mois suivants à traquer un insaisissable malfrat... Mais une fois la mission acceptée, il était impensable d'abandonner. Ou peut-être que si, mais ce n'était pas dans le caractère de la timide Alyx d'oser demander s'il était possible d'arrêter, aussi était-elle partie du principe que ce n'était pas envisageable et que si elle échouait le Bureau la renverrait immédiatement dans sa cellule où l'attendait une couchette aussi dure que le crâne d'un zabrak. Et ça, non : plus jamais.

Le malfrat en question était un dénommé Skwalkiw, un ancien esclave Yaga qui était parvenu à se libérer dans le sang quelques années plus tôt et menait désormais un commerce de contrebande qui donnait du fil à retordre à la police locale. Les activités illicites de Skwalkiw avaient pris une telle ampleur que le BSI avait lancé une investigation pour faire sortir l'insectoïde de son trou ; et c'était là qu'entrait en jeu Alyxtra, l'ex-pirate Holonet reconvertie en gentille fleuriste innocente !
Malheureusement, la cible ne se montrait jamais au grand jour et opérait dans la plus grande discrétion, utilisant de nombreux intermédiaires (souvent mais pas toujours d'autres Yagais) qui lui étaient loyaux.

Ses compatriotes les moins soumis à l'Empire voyaient en lui un symbole de la résistance. C'était peut-être vrai - bien que la jeune femme s'en fichait totalement - mais ses méthodes n'étaient pas sans violence et il avait tué bien des gens pour accumuler son pouvoir et sa renommée, et pas que des innocents. En résumé, il s'agissait d'un écrou rouillé dans les engrenages bien huilés qui faisaient tourner Yaga Minor.

Les premiers mois, Alyxtra s'était contentée d'ouvrir une oreille attentive quand elle sortait en public (ce qu'elle faisait toujours furtivement et sans s'attarder). Le quartier où elle vivait n'était pas des plus réputés : à quelques clics d'un des plus anciens chantiers navals de la planète, plus pollué que la moyenne du reste de la planète, peuplé de plus de non-humains que toute autre ville, elle y avait jeté son dévolu car les loyers n'étaient pas chers et les rues rarement bien remplies. Ce n'était pas son but premier en résidant ici mais il se trouvait aussi que c'était un bon coin pour fricoter avec les citoyens les plus dissidents de la planète...

Et c'était donc ce qu'elle s'était forcée de faire afin d'assister le BSI à son niveau. Pousser d'anciens détenus à fricoter avec de la racaille n'était certainement pas la meilleure méthode de réhabilitation imaginable mais c'était un excellent moyen d'obtenir des informations directement de la rue. Enfin, un excellent moyen quand les détenus en question étaient capables de s'intégrer à ce genre de milieu, ce qui était loin d'être le cas d'Alyx !

Ce fut donc avec beaucoup de difficulté que la sliceuse parvint à offrir des informations à Argo tout au long de l'année. "L'ingénierie sociale" était encore une méthode de piratage qu'elle avait du mal à mettre en pratique. Mais il lui restait ses compétences de slicing plus traditionnelles, grâce auxquelles elle parvint petit à petit à mettre des noms sur le cercle qui entourait Skwalkiw...

- Fazer Daze, dit-elle en s'installant sur l'une des banquettes du restaurant familial où Argo et elle se retrouvaient une fois par semaine pour faire le point.
- Fazer Daze à toi. C'est une nouvelle expression à la mode ?
- N-Non, c'est... Le nom de..., répondit Alyx, perplexe, avant de réaliser que l'agent la taquinait. Hé, tu te moques de moi !
- Pardon, soyons sérieux, s'excusa-t-il en versant du soda dans son verre.

Alyx ne l'avait jamais vu boire d'alcool. Elle s'imaginait toutes sortes de choses sur l'Opérateur, notamment à quoi il ressemblait dans sa vie privée, sur son temps libre. C'était plutôt amusant, et ça l'aidait à se détendre en sa présence. Maintenant, elle arrivait à lui parler sans trop de difficultés - tant qu'elle ne regardait pas son visage, et qu'elle ne sentait pas son regard sur le sien.

- Et qui est ce mystérieux Fazer ? demanda l'Impérial en sirotant paisiblement sa boisson, les yeux fermés. Il commençait à comprendre le fonctionnement de l'informatrice et, à défaut de pouvoir la mettre à l'aise, savait comment ne pas rendre ces entrevues trop inconfortables pour elle.
- Il s'agit d'un ancien enfant à problèmes, un orphelin qui a fait plusieurs familles d'accueil. Il travaille au chantier mais ce n'est pas un ouvrier très diligent, récita pratiquement Alyx, qui s'était préparée. J'ai pira... Enfin, je me suis procuré... J'ai... Obtenu ?

La sliceuse fit la grimace alors que ses joues prenaient une légère teinte rouge. De quoi avait-elle peur ? Argo (et par extension le BSI) savait bien que les informations qu'elle leur fournissait n'apparaissaient pas par magie. Se reprenant, elle poursuivit :

- J'ai obtenu un enregistrement qui va vous intéresser.
- Très bien, on va regarder ça ensemble à l'abri des regards indiscrets. Non, reste assise, lui somma l'Umbaran en la voyant se lever, et goûte-moi ce flan yaga. C'est une spécialité locale.

Une vingtaine de minutes et quelques cuillères de flan plus tard...

Dans une petite ruelle éloignée de tous les regards, Argo et Alyxtra repassaient pour la deuxième fois la projection holographique de Fazer Daze. Il s'agissait d'un jeune Humain à peine entré dans la vingtaine, le crâne rasé et tatoué, grand et mince.

- ...-ouvelle cargaison arrivera ce soir à 1130. L'entrepôt habituel est surveillé alors cette fois on ira dans l'usine désaffectée de la vielle ville. Le boss veut qu'on vienne tous, le receleur a une sale réputation. 'y faut pas que ça tourne mal, c'est pas le moment...

La sliceuse n'avait pu recueillir que cet extrait de conversation. Assise sur une benne à ordure, elle attendait les yeux fixés sur ses chaussures que l'agent réagisse. Celui-ci se repassa le message pour la troisième fois avant de ramasser le projecteur et l'accrocher à sa ceinture.

- C'est dans trois quarts d'heure.
- ...
- Plus que suffisant pour envoyer une escouade épauler les forces de police... Mais est-ce que ce n'est pas une opportunité pour... Hum...

L'Umbaran réfléchissait à voix haute en faisant les cent pas. A travers les bribes d'idées qu'il lançait, Alyx comprit qu'il ne voulait pas simplement envoyer des troupes de choc arrêter Fazer, ses hommes et son revendeur. Il avait une autre idée en tête, et lorsqu'il s'arrêta de marcher et leva doucement les yeux sur elle, la jeune femme comprit qu'elle n'allait pas aimer.

- Si on les arrête tout de suite, ils ne parleront probablement pas plus que la dizaine qu'on attrapé ces derniers mois.
- E-Et pourquoi est-ce... Que tu me regardes... Comme ça..?
- Illusive, c'est soudain mais je vais avoir besoin de ton aide. Je n'ai pas d'agent à disposition dans des délais suffisants. Nous allons nous rendre à l'usine et espionner cet échange. C'est peut-être le seul moyen d'en apprendre plus sur notre cible !
#36676
Bien entendu, Alyx ne pouvait refuser l'appel à l'aide de l'agent. Elle s'en voulait déjà un peu d'avoir déniché ces informations si tard, inutile d'en rajouter ! C'est ainsi qu'Argo l'embarqua en motojet vers l'ancienne usine d'armes en bordure de la vieille ville, après avoir tout de même contacté la garnison locale pour leur demander de se tenir prêts à investir les lieux lorsqu'il en donnerait l'ordre. Les bras serrés très forts autour de la taille d'Argo, la jeune femme garda les yeux fermés tout le long du trajet, terrifiée par la vitesse de l'engin.

- Ne t'inquiète pas, je ne te laisserais pas te mettre en danger !, assura l'Umbaran, criant pour couvrir le bruit du moteur. Je veux juste que tu m'ouvres la voie. Et si on a de la chance, tu pourras prendre le contrôle des caméras ! S'il en reste en bon état...

Si ça devait la rassurer c'était raté. La dernière fois qu'elle avait infiltré une usine, celle-ci n'était pas infestée de malfrats probablement armés. Ce soir était très différent ! Alyxtra se surprit à penser à Elohim, la femme qui avait fait équipe avec eux sur Ord Mantell. Elle se sentirait plus en sécurité si l'agent était avec eux...

- Qu'est... Devenue... ELOHIM ?, hurla la sliceuse pour se faire entendre.
- C'est confidentiel. Tout ce que je peux te dire c'est que notre opération chez MantelDroids aura au moins profité à la carrière de quelqu'un.

Alyxtra se demandait si Argo insinuait que sa partenaire avait récolté tous les lauriers de la mission. Après tout, c'était un non-humain ; il était déjà surprenant qu'il travaille pour le Bureau. La jeune femme laissa échapper involontairement un petit rire nerveux, fort heureusement couvert par le vent et la motojet. Qu'il était absurde que le racisme soit encore si prévalent dans certaines strates de l'Empire... Mais peut-être se faisait-elle des idées. Ce n'était pas comme si elle était en position d'en demander plus à l'Umbaran. Celui-ci annonça qu'ils arrivaient, et elle osa ouvrir les yeux juste assez pour voir apparaître le sommet de l'usine, encore à quelques centaines de mètres.

Image


L'agent arrêta la motojet derrière la carcasse calcinée d'un camion-speeder renversé. Protégés par le speeder, personne ne devrait les voir depuis l'usine. Il posa par terre un petit dispositif holographique qui diffusa les plans des lieux.

- Qu'est-ce qui s'est passé ici ?, demanda la sliceuse en constatant l'état de la rue et, un peu plus loin, de la façade délabrée de l'usine.

D'autres véhicules brûlés étaient exposés autour d'eux. Des déchets abandonnés (bouteilles cassées, seringues usagées, restes de droïdes) complétaient le tableau. On aurait dit qu'ils étaient passés de Yaga Minor aux basfonds les plus glauques de Coruscant. En examinant bien les charpentes calcinées, elle repéra même des restes de TIE !

- La Guerre Civile Galactique est passée par là, expliqua l'Umbaran sans détourner le regard des plans holographiques. L'Empire a dépensé énormément de temps et d'argent pour restaurer ses systèmes mais certaines structures ont tellement souffert qu'il vaut mieux les raser. En l’occurrence pour notre usine, c'est prévu pour dans deux ans.
- ... Mmeh...

Alyx se rapprocha de l'hologramme pour mieux l'inspecter. Ces plans étaient très jolis mais ils dataient de l'époque où elle tenait encore debout ! Elle jeta un œil au bâtiment abandonné dont des pans entiers menaçaient de s'effondrer à tout moment.

- J-J'ai... Un mauvais pressentiment..., murmura-t-elle en croisant le regard d'Argo.
- C'est très bien, tu réfléchis déjà comme une agent du bureau, répondit-il en coupant la diffusion de l'hologramme.
Modifié en dernier par Alyxtra Ma-Oon le mer. 25 déc. 2019 17:36, modifié 1 fois.
#36686
Après un coup d’œil en direction de l'entrée, Argo quitta prudemment leur couverture et se réfugia derrière les décombres causés par un X-Wing qui s'était crashé. Là, il leva la paume de sa main en direction d'Alyxtra et la garda immobile quelques secondes, passant sa tête au-dessus des débris. Estimant que c'était sans risque, il fit alors signe à sa compagne de le rejoindre. Après une prière sans enthousiasme ni sincérité, elle trouva le courage de sortir de sa cachette derrière le speeder et rattrapa l'agent. Ils étaient encore à une cinquantaine de mètres de l'entrée.
Argo s'empara d'une paire de jumelles rangées dans sa sacoche en bandoulière et se risqua au-dessus de leur nouveau couvert pour observer la façade délabrée tandis qu'Alyx restait recroquevillée, se faisant le plus petit possible.

Ses yeux se posèrent sur le symbole rebelle des terroristes, encore visible aux trois quart, qui éteint peint sur ce qui restait du cockpit du X-Wing à moitié explosé, ce qui lui donnait l'air d'être planté dans le sol. Il n'y avait pas de squelette à l'intérieur - ce qui n'était pas plus mal car la situation était déjà assez effrayante pour la jeune femme -, le pilote avait probablement pu s'éjecter avant le crash. En revanche, il restait une unité R5 à moitié calcinée. Les fabricants de vaisseaux ne pensaient ni au confort ni à la sécurité des droïdes astromécanos, réalisa soudain Alyx. Elle avait plus d'empathie pour le pauvre R5 que pour le pilote dont le sort était incertain.

- Les ennuis commencent, chuchota l'Umbaran en se baissant précipitamment. Alyx releva la tête imperceptiblement, se mordillant le bout du pouce. Il y a un garde posté en haut. Je pense qu'il patrouille dans un couloir car je ne l'ai pas vu quand nous étions derrière le speeder.
- ... Je vais te croire sur parole, répondit l'Humaine en secouant la tête, incapable de ne serait-ce que sortir un petit doigt de leur couverture maintenant qu'ils avaient la certitude que les lieux étaient sous surveillance. Qu'est-ce qu'on fait... Dans ces cas-là..?
- Il n'a pas l'air de bouger. On pourrait attendre un peu qu'il reprenne sa ronde mais le temps est contre nous. Hum... Je vais faire diversion, reste à couv-Illusive ?

Argo s'interrompit en voyant la sliceuse s'avancer à quatre pattes, se salissant les mains par terre, en direction de l'arrière du X-Wing. Sentant peut-être le danger, l'Opérateur dégaina un blaster et en pointa le canon par-dessus son couvert. Alyx s'agenouilla derrière le moteur et fouilla dans ses affaires avant d'en extirper le matériel nécessaire pour retirer une petite plaque à moitié enfoncée, laquelle cachait un amoncellement de fils et de ports. Elle brancha son datapad à l'un d'entre eux. Après quelques manipulations qui violaient certainement la garantie de l'appareil, elle parvint à accéder à l'ordinateur de bord, et quelques secondes plus tard le R5 fut éjecté de sa nacelle avec un grand "Clac !" qui n'était pas exactement prévu.
Propulsé violemment au sol, le droïde retrouva une seconde vie et glissa aussi vite qu'il lui était possible à travers les débris au sol en lâchant une sorte de cri électronique entrecoupés de bips sonores, sa tête ronde tournant à toute allure sur elle-même.

- ... Oh..., articula Alyx en voyant l'astromécano déjanté foncer dans la vitre d'une petite cabine de contrôle qui servait probablement à la sécurité de l'usine autrefois. Le petit droïde avait quand même réussi l'exploit de briser la seule vitre encore intacte à cinq kilomètres à la ronde, ce qui n'était pas rien !

- Il est distrait, go, go, ordonna l'Umbaran, qui s'adaptait très vite à toute situation - y compris les plus improbables.

Le duo surgit des décombres du chasseur pendant que le garde observait avec incrédulité le grotesque droïde qui se donnait en spectacle. Cette fois, ils ne s’arrêtèrent pas avant d'avoir atteint l'usine proprement dite. Une fois à l'intérieur, Argo sa colla à un mur et consulta un bracelet à son poignet tandis qu'Alyx, haletante, reprenait son souffle.

- C'est une façon comme une autre de faire diversion, mais la prochaine fois... N'hésite pas à prévenir avant d'improviser, compris ? demanda l'Umbaran sans lever le nez de son bracelet électronique.
- ...
#36688
L'agent et son informatrice traversèrent le lobby abandonné, enjambant les blocs de permabéton en morceaux qui s'étaient écroulés lors de la dernière bataille de Yaga Minor. Il régnait un silence particulièrement pesant qui mettait mal à l'aise Alyxtra, qui était à l'affût de la moindre présence ennemie et s'attendait à voir surgir quelqu'un à tout instant. Sans la présence de ces malfrats, elle aurait pris un malin plaisir à parcourir les décombres et piller le matériel qui l'intéressait. Elle avait toujours rêvé de pratiquer de l'exploration urbaine, et le lieu s'y prêtait parfaitement !

- Où est-ce qu'on va ?
- Si tu étais une criminelle notoire avec des hommes sous tes ordres, et que tu devais rencontrer un receleur apparemment mal réputé, où est-ce que tu organiserais l'échange ?

Argo s'immobilisa et se tourna vers la jeune femme, qui manqua de lui rentrer dedans. Alyx croisa ses yeux et détourna aussitôt le regard, tournant plutôt son attention vers un texte en néons à moitié hors-circuit qui indiquait "LE PORT DU CASQUE EST OBLIGATOIRE". Elle croisa les bras, repensant au plan qu'ils avaient examiné en détails tout à l'heure.

- J-Je suppose... Que je voudrais un endroit assez grand pour placer tous mes hommes... De sorte à attaquer le contrebandier si quelque chose tournait mal...
- Mais encore ?, demanda patiemment Argo.
- Hum... Ah ! La fonderie ?

L'homme lui adressa un sourire et acquiesça. En-dehors des bureaux et autres quartiers administratifs à l'étage, ainsi que des locaux du staff (réfectoire, salles de repos et de détente, etc), il restait effectivement la fonderie. Tout comme celle de MatelDroids, celle-ci couvrait une très large surface dans les niveaux inférieurs. En plus d'être vaste, elle se payait le luxe d'être isolée de la surface et donc de toute intervention malvenue (sauf celle du BSI, évidemment). Ils reprirent leur chemin qui, constata Alyx, était celui du turbo-élévateur le plus proche. Argo savait évidemment déjà qu'elle était leur destination quand il avait posé sa question à la jeune femme. Était-ce une sorte de mise à l'épreuve ? Ou peut-être un moyen de l'aider à s'affirmer ? Au bout d'un long couloir fort heureusement vide, ils arrivèrent à l'ascenseur et pressèrent le bouton d'appel mais celui-ci prit une teinte rouge qui n'augurait rien de bon.

- Ils ont pris le contrôle de l'élévateur... Il reste donc des systèmes en bon état dans le bâtiment.
- ... Tu veux que je fasse mon truc ?, demanda Alyx en sortant déjà ses outils.
- Non, laisse-moi faire le mien et garde tes surprises pour plus tard.

Argo fit apparaître de sa sacoche un petit dispositif qu'il colla au milieu de la porte de l'ascenseur, là où elle s'ouvrait en deux. Il recula et fit signe à Alyxtra d'en faire autant avant de presser un détonateur qui enclencha une explosion parfaitement localisée, laissant un gros trou fumant dans le métal. La sliceuse acquiesça d'un hochement de tête impressionné. Argo s'approcha de la brèche encore brûlante et enfila des gants en cuir avant de forcer la porte en tirant simultanément des deux côtés, dévoilant la cage d'ascenseur et l'absence de celui-ci.

- Comme on ne sait pas ce qui nous attend juste à la sortie en bas, je préfère ne pas descendre par la voie plus... conventionnelle, expliqua l'Umbaran en s'accrochant à l'échelle de service.

Devant l'hésitation de la jeune femme, il tendit une main rassurante. Prenant bien soin de ne pas regarder sous ses pieds, elle accepta la main tendue et prit place sur l'échelle après lui. Ils entamèrent une longue descente à travers la cage, apparemment épargnée par les dégâts qu'avait subi le reste des installations. Après une dizaine de barreaux, la voix d'Alyx raisonna entre les parois, venant rompre le silence qui s'était installé.

- Est-ce que... Est-ce que tu sais qui a pris l'identité de Blank ?

L'agent Impérial ne répondit pas immédiatement. Alyxtra interrompit sa descente et l'observa brièvement, essayant de ne pas se concentrer sur le vide oppressant qui les entourait. Finalement, il lui accorda sa réponse sur un ton parfaitement neutre.

- Oui.
- ... E-Est-ce que... Tu comptais me le dire..?
- Non, avoua-t-il sans s'arrêter. Pour ne pas mettre trop de distance entre eux, la sliceuse se remit en mouvement. Je crains bien que tous les détails ne soient confidentiels et l'affaire est classée. Fais table rase du passé et continue plutôt de t'assurer un avenir.
- ... M-Mais... Huit mois...

Huit mois, c'était le temps qu'elle avait passé à croire en sa relation avec Blank. En vérité, un agent anonyme du BSI s'était fait passer pour lui pendant tout ce temps. Non seulement elle avait fini en prison, mais en plus la jeune femme avait eu le cœur brisé. Sans parler de l'année entière où, dans sa cellule, elle se faisait du mouron pour le sort de son ancien leader. Une fausse relation qui avait causé de véritables dégâts dans sa vie.
Mais Argo avait raison : tout cela était derrière elle, et même apprendre qui se cachait derrière le faux Blank n'allait pas la mettre en joie ou lui rendre cette période de sa vie perdue à jamais.

- On arrive.
#36704
Le turbo-élévateur était à l'arrêt tout en bas de la cage. Argo lâcha l'échelle et sauta dessus avec agilité avant de se retourner vers Alyxtra et lui tendre la main pour l'aider à descendre. La jeune femme essuya ses mains poussiéreuses sur le pantalon pendant que l'agent ouvrait la trappe de secours de la cabine. Une fois à l'intérieur de celle-ci, il fit signe à Alyx de se coller à l'opposé de la porte et dégaina un pistolet blaster. Son arme tendue droit devant, il appuya sur le bouton d'ouverture sans le regarder, paré à toute éventualité. Alyx sentit des frissons le long de son échine alors que s'ouvrait l'ascenseur... sur un couloir vide. L'Umbaran baissa son blaster mais ne le rengaina pas pour autant et avança prudemment à l'extérieur, suivi de près par sa partenaire.

Le corridor où ils progressaient n'était éclairé que par des bandes lumineuses en déclin situées au niveau du sol. D'après les plans, les portes sur le côté, devant lesquelles ils passaient sans s'arrêter, donnaient sur des salles de stockage. Les lignes de production se trouvaient dans une énorme salle ouverte dont l'entrée se trouvait tout au fond du couloir, là où ils se dirigeaient. Alyxtra se sentait quelque peu démunie sans arme dans cette situation, bien que paradoxalement l'idée d'en tenir une l'effrayait peut-être encore plus.
Ce n'est qu'une fois arrivés au bout du couloir qu'Argo redressa son blaster. Il se retourna vers Alyx, un index levé devant ses lèvres pour l'intimer au silence et à la discrétion absolus, et il ouvrit la porte.

Ils se retrouvèrent au début d'une passerelle en acier, laquelle surplombait l'immense fonderie qui prenait l'équivalent de trois étages. Le pont continuait une vingtaine de mètres devant eux jusqu'à un poste d'observation, probablement celui d'où le contremaître surveillait les bonnes opérations de l'usine à l'époque où celle-ci était en activité, puis bifurquait à droite où il longeait le long des parois de la fonderie pour en faire le tour et revenir à eux. Enfin, sur leur gauche se trouvait un long escalier en colimaçon qui menait jusqu'en bas, près de la chaîne de production.
Tout cela ne les surprit guère car les plans obtenus par Argo étaient suffisamment précis. En revanche, s'il y avait quelque chose à quoi ils ne s'attendaient pas... C'était probablement la carcasse de corvette de classe Raider qui fendait le toit, immobilisée en équilibre précaire au-dessus du vide. Un peu moins des 3/4 de l'appareil étaient coincés à l'extérieur, difficilement visibles de leur position.
Alyx et Argo contemplaient toujours la corvette échouée, fascinés par ce témoignage visuel de la bataille qui s'était déroulée sur Yaga Minor, lorsque des échos de voix leur parvinrent d'en bas pour les ramener à la réalité.

- Sérieux là, quand est-ce que Daze arrive ? J'ai pas que ça à foutre d'attendre toute la nuit !
- On s'en fout, tant que chuis payé j'ai pas d'problèmes à rester assis comme un con pendant 8h.

Deux hommes de main, visiblement envoyés à l'avance, attendaient déjà sur le lieu de l'échange. L'impatient était un Advozse qui faisait les cent pas devant son collègue, un Humain occupé à nettoyer son blaster, assis sur une caisse de matériel qui devait bien peser 100 kilos. Ni l'un ni l'autre ne s'inquiétaient de l'énorme vaisseau qui pendait une cinquantaine de mètres au-dessus de leurs têtes.

- Pas que ça à foutre, répéta le premier.

L'agent fit signe à la sliceuse de l'accompagner vers la salle de surveillance de l'autre côté de la passerelle. Se faisant encore plus discrète que d'habitude, Alyxtra avançait derrière Argo en essayant de ne pas penser aux 10 pires façons de mourir dans une usine délabrée et infestée de malfrats que son esprit angoissé lui récitait déjà, la numéro un étant "tous écrasés puis désintégrés par une corvette qui tombe et explose" (et la numéro 8 va vous étonner). Se sentant inutile depuis quelques temps déjà, elle regarda l'Umbaran ouvrir la porte et surgir à l'intérieur.

- Qu-Fazer, c'est toi-aaaaaah !

Alyxtra eut tout juste le temps d'apercevoir l'homme de main posté dans la salle avant qu'il ne se fasse propulser par terre par une technique impeccable de combat au corps à corps. La porte se refermait à peine derrière elle quand Argo, un pied sur la trachée de sa victime (un Humain), s'empara de l'arme et du comlink de celle-ci. Il rangea la première dans son dos et garda le deuxième dans sa main libre, l'autre braquant son propre blaster sur la tête de la petite frappe.

- Dis-moi immédiatement combien vous êtes déjà, et combien d'autres vont arriver.
- Pas -ahghh-... Pas ques... Tion..., articula difficilement l'homme.
- Tu peux finir dans une cellule directement, ou faire un saut à l’hôpital puis en cellule. Est-ce que tu veux réviser ton choix ?
Avatar de l’utilisateur
By Sareth
#36708
Nous sommes en orbite de Yaga Minor... Tournant lentement autour de la planète, le Wings of Liberty attendait patiemment à plusieurs centaines de kilomètres de la capitale impériale.


Image



- On bouffe quoi ce midi ? Demanda Sareth, allongé sur le siège d'artilleries à attendre des nouvelles de sa cible.
- Des poivrons sautés à la poile, répondit Rooker, en train de cuisiner dans une cellule du vaisseau reconvertie en cuisine.
- ENCORE ?! Cria le mercenaire, semblant exaspéré.
- On aurait sans doute pu bouffer du steak de Bantha si t'avais pas tiré au lance missile à bout portant sur le vaisseau de ce connard... Du coup on a bien dû payer 10 000 balles pour retirer la suie et réparer l'aile gauche, tu te rappelles de ce passage ? Grogna le pilote.
- Ouais ouais ça va je m'en rappelle...
- Bip bip bip boup bip bip bip ! Souligna le droïde Astromécano en traversant le couloir du vaisseau.
- Ne commence pas à prendre sa défense ! Et secondo si il aime pas ma cuisine il a qu'à la faire lui même !


L'écran du datapad de Sareth s'illumina alors pour lui signaler que sa cible était en mouvement, ce dernier, surpris, en tomba de son siège.

- Il a bougé !!! Ce salaud s'est enfin décidé à bouger !!!
- Sérieux ?! Répondit Rooker en accourant vers le siège de Sareth. Où est-ce qu'il va alors ?
- Il se dirige vers ce coin là de la carte... C'est une usine désaffectée avec des carcasses de Tie Fighters et de X Wings... Il est un peu con non ? Il suffit d'un tir de blaster mal placé et c'est toute l'usine qui s'écroule... Soit Fazer est parfaitement sûr que la transaction va se passer dans le calme, soit c'est vraiment un amateur...
- Moi ce qui m'emmerde dans cette histoire c'est que vas devoir t'y rendre pour récupérer sa cargaison... T'es vraiment SÛR de chez sûr pour cette histoire de Beskar ?
- Il y a qu'en territoire impérial qu'on puisse en trouver... Moi je pense que c'est vrai, et au pire je suis sûr que l'armée impériale sera très contente de savoir que je me suis débarrassé d'un des criminels les plus notoires de leur planète... En plus ces derniers temps leur économie est au beau fixe, je pense qu'ils nous payeront grassement.
- Ouais c'est sûr... Mais soit prudent d'accord ? Demande le Corellien avec une voix teintée d'inquiétude.
- T'inquiète... Je suis un filou, j'improviserai !



Rooker remarqua avec tristesse que ses poivrons étaient trop cuits... Boarf, tant pis, lui non plus n'aimait pas les légumes. Il se mit au pilotage et entra dans l'atmosphère de la planète, après une dizaine de minutes à chercher une place plutôt proche de l'usine désaffectée, le vaisseau se posa à l'extrémité de la ville. Après un instant de dépressurisation, la passerelle du vaisseau s'abaissa pour que Sareth en descende et la referme derrière lui. Le temps était compté, il commença donc à courir dans les rues en esquivant les passants, sortant quelques "Pardon je suis pressé", "Excusez vous poussez moi" dans le processus.

Image


Après 5 minutes de civilisation, il arrivait enfin dans la décharge. L'usine n'était plus très loin, la trouver n'allait pas être dur, on ne voyait qu'elle au milieu de ce cimetière de vaisseaux... En revanche ce qui allait poser problème, c'était d'y rentrer, car à moins d'être de réels amateurs, les criminels qui avaient investi les lieux devaient forcément garder le coin.
#36710
- Alors ?, insista Argo en renforçant la pression de sa botte sur le cou de l'Humain.

Pendant que l'agent interrogeait l'homme de main, Alyxtra déposa son sac devant l'un des trois terminaux de contrôle alignés devant une baie vitrée fissurée qui donnait une vue d'ensemble sur toute la fonderie. Elle passa la main sur la console sur laquelle avait jeté son dévolu, un grand socle noir d'environ un mètre cinquante, et en essuya la poussière qui le recouvrait. La mise en route n'était pas aussi simple qu'elle l'espérait : un message d'erreur s'afficha en lettres holographiques, l'informant d'une corruption de données. Regrettant de ne pas avoir un fauteuil où se recroqueviller pour se mettre au travail, la sliceuse s'attela au diagnostique de la machine, ne prêtant qu'une oreille à la conversation qui se déroulait derrière elle.

- ... Ok -ahg-, mais... Vire ton pied... Pitié !, supplia le malfrat à l'agonie. Argo acquiesça et l'aida à se relever sans le ménager.
- Combien êtes-vous ? N'essaie pas de mentir, si je découvre des petits camarades que tu as oublié, tu le regretteras.
- ... Sans me compter, s-six... Deux en bas, à côté de la chaîne d'assemblage principale.
- C'est là où vous devez rencontrer le receleur ?
- Oui...
- Et les autres ?
- Y en a un sur les toits de l'usine... Probablement le gaillard qui les avait forcés à faire diversion pour entrer plus tôt. Les trois derniers sont planqués au bout de la ligne de production, dans un container. C'est, euh, une "assurance" au cas où notre contact ne soit pas très négociant...
- Sérieusement !, s'exclama soudain Alyxtra, faisant sursauter l'homme de main.

Ce dernier jeta un regard un peu inquiet dans sa direction, mais Argo lui donna une petite claque pour le forcer à le regarder lui. La raison pour laquelle la sliceuse avait laissé échapper sa frustration n'avait rien à voir avec leur conversation mais tenait plutôt du système d'exploitation du terminal, un programme gouvernemental privé sur lequel elle n'avait jamais mis la main. On avait beau dire, l'Empire savait y faire en sécurité. Passant aux choses sérieuses, Illusive fouilla dans son sac à la recherche de quatre clés sur lesquelles elle avait préchargé des programmes d'intrusion de sa propre conception. Ce n'était pas souvent qu'elle y avait recours, et ils étaient par nature "consommables" et donc non-réutilisables. "Désolée, tu mérites mieux que d'être sacrifié ici", pensa-t-elle tristement en choisissant le plus adapté à la situation avant de le brancher sur un port libre.

- Te distrais pas. Comment tu t'appelles ?
- Je... Qomid.
- Ok Qomid, tu te débrouilles bien pour l'instant. Dis-moi quand est-ce que Fazer Daze arrive et avec combien d'hommes.
- Il est censé arriver très bientôt... Je sais pas combien ils seront...
- Vraiment ?
- J'le jure ! Je... Il a toujours des gardes du corps, deux frères Yagai... Mais il viendra peut-être avec plus de monde !
- Très bien. Et votre contact ? Qui c'est ?
- J'sais pas moi, j'suis pas assez important pour qu'on me le dise !
- Je te crois sur parole là-dessus. Est-ce que tu sais au moins ce que vous devez négocier ?
- Euh... Comme d'habitude ? Du matériel, des armes... J-J'crois que Fazer a mentionné que le gars qu'on doit voir à des relations hors de Yaga Minor...
- Dernière question. Pour qui bosse Fazer ?
- Il bosse pour quelqu'un ?

De toute évidence, Qomid n'était pas très haut placé dans la hiérarchie. C'était le problème avec toute cette opération de contrebande, seuls les "grands noms" étaient en contact et connaissaient l'existence du chef, Skwalkiw. Malheureusement ils étaient peu nombreux, et les rares que le BSI parvenait à capturer ne parlaient jamais, même si on promettait de les libérer et les mettre dans un de ces programmes de protection de témoins qui coûtaient des millions à l'Empire.
L'Umbaran s'empara d'une paire de menottes magnétiques et en passa une au poignet du gangster et l'autre autour d'un tuyau en plastacier. Même un Wookie aurait eu des difficultés à se libérer !

- Aha !, lança la sliceuse en parvenant enfin à allumer le terminal correctement et accéder aux fonctionnalités d'administration. Elle pianota sur le clavier virtuel du terminal, faisant défiler sur un grand écran les commandes disponibles. Turbo-élévateurs, caméras, portes de sécurité... Ah, je peux même relancer la chaîne d'assemblage !
- Excellent travail, Illusive. Bon, Qomid : tu vas rester ici bien sagement et attendre que tout soit fini. Je ne manquerais pas de mentionner ton attitude très coopérative.
- Merci...
- Oh... Nos invités arrivent.

Argo se rapprocha de la jeune femme pour constater sur l'image retransmise par l'une des caméras qu'une bande de motards arrivaient à proximité de l'usine. Il en compta six, dont deux grandes silhouettes qui devaient être les Yagai mentionnés plus tôt. Étaient-ils liés à Skwalkiw ? La réponse attendrait plus tard. Le gang s'arrêta juste à la sortie sans prendre le soin de cacher leurs motojets comme Alyx et l'Umbaran l'avaient fait en arrivant. Déjà, ils passaient hors du champ de la caméra extérieure... A leur rythme, ils seraient sûrement en bas de l'ascenseur d'ici dix minutes.

- Et lui, ça doit être le contact, murmura Argo en voyant maintenant apparaître à l'écran un grand Dévaronien en costume d'apparat. On aurait dit un riche homme d'affaires qui voulait étayer sa fortune à la vue de tous. Et il arrivait pile à l'heure, juste après Fazer... Était-il au courant que l'homme qu'il devait rencontrer était accompagné par une dizaine de gros bras, ou est-ce qu'il allait avoir la surprise ?
- ... Dans ce cas... Qui c'est lui ? demanda la sliceuse en pointant le doigt sur un invité surprise, un homme à la carrure athlétique et plutôt grand pour un Humain.
Avatar de l’utilisateur
By Sareth
#36712
Sareth leva les yeux en direction des toits pour se rendre compte que c'était bien gardé... "Si jamais l'endroit s'écroule c'est pour sa pomme" pensa-t-il... Fazer devrait bientôt arriver, il fallait donc trouver un moyen rapide et efficace de rentrer sans pour autant alerter tout le monde et mettre fin à l'échange... Il commença à faire joujou avec un écrou trouvé par terre tout en se cachant derrière une carcasse de TIE pour réfléchir à son plan... Sareth savait très bien qu'il n'était pas un génie stratégique, mais il savait que les meilleures idées venaient toujours de ce qui nous entoure... Tout à coup il remarqua que le vent soufflait fort aujourd'hui, et qu'il soufflait certains débris, des gros débris, en direction de l'usine, quand Sareth remarqua un énorme baril assez gros pour faire rentrer quelqu'un dedans, il se félicita d'être un tel génie de l'improvisation. Le garde vit seulement un gros baril dévaler une pente pour s'arrêter violemment contre un des murs de l'usine, mais c'était rien de plus qu'un autre débris qui s'était perdu dans la décharge, rien d'anormal en somme, il se remit donc à guetter en direction de l'horizon pour regarder si Fazer approchait. Sareth remercia sa solide constitution de l'avoir protégé de l'impact, il n'empêche que ses os lui faisaient plutôt mal et que sa tête n'allait pas bien du tout non plus. Il s'extirpa du baril avant de vite se cacher à l'intérieur de l'usine pour se tenir la tête. Rooker communiqua avec lui par son oreillette.

- T'as réussi à rentrer ? Demande le Corellien, circonspect.
- Yep... J'ai juste l'estomac en vrac et la tête prête à exploser... Murmura Sareth.
- Quelle technique foireuse t'as encore utilisé pour entrer sans te faire voir...
- Je me suis mêlé à mon environnement comme un parfait maitre du camouflage...
- Tu t'es encore caché sous un carton c'est ça... ?
- Eh ben même pas ! C'était un tonneau...
- Bon sang de bonsoir, le jour où te feras repérer tu pourras boire un grand verre de "Je te l'avais bien dit"...


Bien que son coéquipier avait parfaitement raison, Sareth décida d'ignorer ce détail et avança discrètement dans les ruines de l'usine. C'est alors qu'il remarqua les deux hommes devant la ligne de production. Nickel, il a trouvé ce qui ressemble au lieu de rendez vous... Ou en tout cas, l'endroit où Fazer va être accueilli ! Il décida donc de rester caché derrière un groupe de barils en attendant que le rendez vous ait lieu.
#36717
L'Humain mentionné par Alyx ne resta sur l'écran qu'une seconde avant de disparaître derrière une carcasse de TIE. Argo et la jeune femme observèrent l'image quelques secondes avant de voir un baril de carburant dévaler la pente à pleine vitesse avant de s'éclater contre un mur, non sans rappeler le droïde suicidaire qui avait fait diversion plus tôt. Pour le moment, Argo remis son blaster à son holster, et rangea celui de Qomid dans sa sacoche.

- Qomid ?
- Je pige pas, si c'est pas notre contact, et qu'il est pas arrivé avec mon patron... Euh, ben alors c'est qui ?

L'incrédulité du malfrat était sincère, et la méthode qu'avait utilisée l'intrus pour rejoindre l'entrée laissait penser qu'il voulait s'infiltrer comme ils l'avaient fait tout à l'heure. Il avait certainement dupé le garde posté dans les étages, et il serait passé totalement inaperçu si Alyxtra n'avait pas réussi à réactiver les systèmes de sécurité de l'usine. Malheureusement, il n'était apparu que très brièvement à l'écran, et de loin, comparé au Dévaronien dont ils avaient pu examiner jusqu'à la texture des cornes.

- ...
- Illusive, essaie de le suivre à travers l'usine, demanda l'agent en désignant les autres écrans qui faisaient défiler les caméras de l'intérieur, et vérifie où se trouve Daze et les autres. Je vais me positionner en bas tant qu'il est encore temps. Verrouille la porte derrière moi, et si tu entends quelqu'un essayer de la forcer, cache-toi.
- Et... Et moi ?
- Désolé, mais je ne peux pas courir le risque que quelqu'un te libère et que tu nous mettes en danger.

L'agent se rapprocha de l'Humain et, avant que celui-ci ne puisse réagir, lui planta une seringue dans la nuque. Alyx poussa une petite exclamation de surprise en voyant le gangster s'effondrer comme une masse, les bras pendus en l'air à cause des menottes qui le retenaient.

- Il vivra, la rassura Argo.
- P-Peut-être mais... Préviens la prochaine fois... Que tu fais ça...
- Reste vigilante, dit-il en tendant l'index dans sa direction, juste avant de sortir de la salle de surveillance.

La sliceuse hocha la tête en silence, concentrée sur plusieurs écrans à la fois. D'un côté, l'ascenseur de Daze était à mi-chemin alors que le Dévaronien s'impatientait en haut en attendant qu'il remonte. Quant à l'inconnu, il était sorti de son baril et longeait les murs.
Elle jeta un regard en direction de la porte avant de se rappeler qu'Argo lui avait demandé de la verrouiller, ce qu'elle avait failli oublier et régla immédiatement. La sécurité n'était pas très perfectionnée mais arrêterait toute personne qui n'avait pas la patience ou les compétences techniques rudimentaires pour la crocheter. En revenant à son terminal, Alyx aperçut une série de casiers le long du mur. La plupart étaient défoncés et leur contenu répandu par terre (des blocs de données et autres babioles), mais il y en avait encore deux en état. Si le pire arrivait, elle devrait pouvoir se cacher là-dedans...

- Illusive, où sont nos invités ?

Alyxtra retourna précipitamment à son poste et consulta la position de Daze et ses gros bras, du Dévaronien, et de l'homme mystérieux qui s'était joint à eux.

- L'ascenseur de Crâne-Rasé et ses copains vient d'arriver... Cornu attend encore en haut, et Beaux-Cheveux est vingt mètres derrière lui. Cornu ne se doute pas de sa présence.

Elle avait détourné son attention des retransmissions vidéo quelques secondes seulement et cela avait suffit à l'Humain pour pratiquement rattraper le Dévaronien, tout en échappant à sa vigilance. Qui était ce gêneur qui venait s’immiscer dans leurs affaires ? Un assassin envoyé pour tuer le contact ?

Modifié en dernier par Alyxtra Ma-Oon le mer. 1 janv. 2020 18:32, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Sareth
#36725
Ça ne s'annonçait pas une partie de plaisir... Sareth était persuadé d'arriver avant tout le monde, mais visiblement c'était plutôt l'inverse qui s'était produit. Au moins personne ne l'a repéré, se dit il pour se rassurer. N'ayant pas de meilleure cachette pour l'instant il commença à guetter toutes les issues, pièges et solutions de secours à sa disposition. Il remarqua d'abord que dans toute la zone, les carcasses de vaisseaux et de droïdes étaient nombreuses, un tir bien placé suffirait à les faire s'écrouler sur ses potentiels agresseurs. Ensuite, il détourna son regard vers la chaine d'assemblage et ses tapis roulants, une autre cachette potentielle. Il remarqua juste après une grille d'aération de l'autre côté du mur, mais peut être qu'elle était trop petite pour lui, l'idée lui quitta donc l'esprit.
Alors que son regard oscillait de droite à gauche, il remarqua le Dévaronien impatient à 20 mètres de lui, il approchait du but... Quand soudain, un frisson de malaise envahit les épaules de Sareth, comme pour le prévenir que quelque chose n'allait pas. Il connaissait bien cette désagréable impression : Celle de se faire observer. Cela lui rappelait un passage très désagréable de sa vie avec un Acklay sur Felucia, depuis cet incident regrettable qui l'avait à demi traumatisé, il était TRÈS paranoïaque et cherchait toujours à être parfaitement caché.
Il scruta donc les lieux pour enfin trouver la source de ses angoisses : Une caméra de surveillance. C'est un jeu de regard qui se fit entre l'appareil et Sareth, ce dernier plissant les yeux pour savoir si elle était active ou non... L'éclat rouge à l'intérieur de la caméra ne laissait aucun doute, il était observé. Cependant c'était étrange, la caméra le voyait parfaitement mais personne ne donnait l'alerte à Daze ou au Cornu... Si il y avait quelqu'un à cette caméra, il était soit crédule, soit n'était pas du côté de Fazer... Ou peut être que les caméras marchaient toujours mais que personne n'avait trouvé la salle de vidéo surveillance, mais cette dernière hypothèse lui semblait un peu tirée par les cheveux... Certes il n'était pas très bon en informatique mais il se doutait que ce genre de système avait besoin d'un petit redémarrage au vu de la vieillesse de l'endroit. Il en déduit donc qu'il était bien observé... Mais par qui ?
Il continuait de regarder fixement la caméra avec un air méfiant et agressif pendant ce temps, comme pour faire peur à son silencieux observateur. C'était d'une part pour espérer provoquer une erreur humaine de sa part, mais également lui faire payer l'angoisse que Sareth ressentait en ce moment à cause de l'incertitude. Comme exaspéré par le fait qu'on le regarde, le jeune Mercenaire communiqua son mécontentement à la caméra en langage des signes, une langue un peu saugrenue qu'il avait appris à force de côtoyer les Tuskens.

- Qu'est-ce que tu me veux ? On ne t'as jamais dit que c'était impoli d'observer les honnêtes gens ? Souligna Sareth d'un mouvement de main assez agressif, il ne disait pas le moindre mot mais si il le pouvait il grognerait.


Sachant très bien qu'il ne pourrait rien faire de plus, il se concentra sur le cornu et partit se cacher derrière une des nombreuses machines de la chaîne d'assemblage pour se rapprocher et mieux entendre l'échange entre Daze et lui.

Il était une fois... Dans une galaxie lointaine[…]

A bord du Hermes - Dashel Nelievar [4/5]

https://i.pinimg.com/564x/62/06/83/[…]

Ella Tulan

FICHE FORCE https://i.pinimg.[…]

Prison Break [PV]

https://jolstatic.fr/www/captures/850/1/[…]

MandalMotors le Retour

Salutations, Je suis Vrad Kist, Ver’alor de Co[…]

A la recherche de boulot.

Fiche de scénario Nom du lanceur du scén[…]

[Uyter] Scénario Pirate.

Le Capitaine Rock n’en croyait pas ses yeux. Le[…]

A insi, cette aventure de Dashel Nelievar s'ach[…]