L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Orbitant autour de la planète des Hutts, Nal Hutta, Nar Shaddaa est le spatioport du monde Hutt, connu dans toute la galaxie pour ses immenses gratte-ciels, ses mécaniciens spatiaux réputés, mais aussi pour sa fréquentation douteuse, composée de tout ce que le secteur compte de hors-la-loi. Surnommée la Lune des Contrebandiers, Nar Shaddaa est effectivement une plate-forme active pour la contrebande dans les bordures Médiane et Extérieure.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#31466
Continuant à tourner comme une enfant, sans s'arrêter, Jeny se concentrait sur un point fixe sans vraiment de consistance physique. Un point imaginaire. Jeny n'avait pas le tourni pourtant et son oreille interne se portait à merveille. Pourtant, malgré son apparente concentration, la phrase de la mirialan la tira de sa rêverie. Elle s'arrêta de tourner sur place, étant dos à Mya. Etait-elle sérieuse, d'essayer de la provoquer ? Ses dents se serrèrent tandis que la rage commençait à monter. Elle n'allait pas lui sauter dessus, c'était un suicide pur et simple qui n'aurait d'autre résultat qu'une mort veine. Pourtant, qu'est ce qu'elle pouvait l'énerver, la femme en vert. Lentement, elle se retourna vers elle, le visage noir de la haine qui se dessinait. Balmorra, l'endroit où elle s'était faite éclater contre un arbre, où elle avait embrassé le pavé, où elle était resté agonisante pendant plusieurs heures sur un banc. Là aussi, elle avait attendue que la mort ne vienne la chercher, mais il n'y avait eu personne. Alors de quoi est-ce qu'elle lui parlait. Pourquoi la provoquer ? Elle s'apprêta à répondre quand elle fit un mouvement de main qui lui imposa le silence. Deuxième question, sur Ilum. La dernière fois qu'elle y était allé, c'était pour découvrir le côté obscure, découvrir son passé, un pan de son avenir. C'était pour visiter un nexus de Force avec la première génération. Elle savait qu'Helera avait toujoiurs regrettée de les avoir emmené là bas, sans vraiment leur dire. Mais elle l'avait vu, car Jeny connaissait son maître.

« Je t'ai promis deux réponses, et c'est deux réponses que tu auras. Oui, je me souviens que tu m'as frappé à mort sur Balmorra. Non, je ne me souviens pas l'avant, et je ne ferai aucun effort pour m'en souvenir. »

Ceci était dit, déjà.

« Deuxièmement, je ne suis au courant de rien à propos d'Ilum, ni même si Helera avait caché quoi que ce soit là bas où si elle fricotait avec les Sith, bien que j'en doute. Depuis qu'elle a perdu son bras, elle est restée plus éloignée et ... »

Elle fit une pause, se rendant compte de quelque chose. C'est vrai, quand Helera a perdu son bras, elle était sur Chandrila avec sa soeur. Du moins c'est là bas qu'elle l'avait appris. Ensuite, elle était partie seule elle ne l'avait revu qu'une ou deux fois. Finalement, elle se rendait compte qu'elle n'avait pas non plus été là pour elle, qu'elle ne l'avait pas aidée ou supportée dans cette épreuve. Cela semblait diminuer la responsabilité qu'elle lui incombait pour son propre ... truc. Non, cela ne le diminuait pas, elle était quitte, c'est tout. Rien à dire de plus, point.

« Et elle a été sage de me le cacher, j'imagine, si c'est le cas. Maintenant, si tu veux mon aide pour trouver du Sith, tu t'adresses à la mauvaise personne, je ne suis pas une archéologue ni ne trempe dans ce genre de ... recherche. Les sith c'est de la connerie. »

Mya en était une, ou un semblant de Sith. Jeny ne savait pas trop comment la qualifier. Une Jedi traître, une nouvelle Sith, une adepte obscure. Tant de mots si vide de sens. Elle haussa les épaules, une provocation contre une autre, elle l'avait bien cherché.

« Par qui ? Est-ce qu'un chasseur doit nommer sa proie avant de la tuer ? Je me fou de qui, je veux tuer, comme toi tu cherches à boire. »

Elle regarda ses deux mains qui ne tremblaient plus du tout et les leva vers le plafond, les suivant de son regard.

« C'est quoi du coup ? On est les meilleures amis du monde maintenant ? J'ai répondu à tes questions, tu m'as offert un repas, on planifie des meurtres dans ce cockpit. A quand les soirées pyjamas. »

Tout cela sentait le sarcasme. Mais finalement, elle se reconcentra une dernière fois et plaça ses mains sur ses cuisses, approchant son visage de la direction de Mya. Son jean totalement déchirée laissait voir un morceau de peau. Elle gromela et essaya de placer la couverture sur ces dernières, au moins pour les cacher à elle.

« Tu es quoi au final ? Tu fais quoi ? Tu veux tuer Helera au final ou la faire souffrir ? »
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#31637
    Non, non, non. Ce n'était pas possible. Il n'y aurait jamais ni dialogue ni confiance. La louve gardait les yeux clos sur l’impair initial. Balmorra. Alors comment la Sith pouvait-elle la considérer. Un parasite ? Une erreur de parcours ? Un outil à qui il fallait mentir ? La dernière option semblait la mieux engagée. La Grise n’adhèrerait jamais à ses projets. Que faisait-elle là ? Pourquoi avait-elle accepté l’invitation ? Son discours était incohérent. Elle voulait détruire la Galaxie mais ne planifiait rien en ce sens. Que faire d’un tel fardeau …

      « Je me fous d’Helera. Ça ne m’intéresse plus. »

    La gamine était insolente et insultante. Elle méritait une deuxième correction, qui ne ferait qu'envenimer la situation. Toutefois, la nécessité était évidente. Mya cependant lui donna une dernière chance.

      « Alors … tu projette la destruction de la Galaxie, seule et sans plan particulier ? Au hasard… ? Si je puis dire. »

    Une explication, un éclaircissement était requis. C'était tout de même incongru. À partir de là, la Mirialan entama une réflexion malsaine. La Grise était un outil. Puissant et violent. Un outil qui demandait un investissement certain, de temps et de patience. Mais l'investissement serait-il rentable, à terme. Cette peste valait-elle la peine qu'on s’attarde sur son cas. Ou bien était-il préférable de la tabasser, comme elle disait, une seconde fois avant de la larguer dans l'espace. La question se posait réellement. Et même si Mya était d’apparence très calme, cette pensée suivait son cours. En quoi s’alourdir de la louve était-il profitable ?

    La Galaxie regorgeait de potentiels inexploités. Et bien plus dociles que celui-ci. Alors fallait-il encore chercher ? Ou s’acharner à dompter celui-là ? La Grise n’avait aucune envie de côtoyer Mya. À la différence de Sabina. Qui montrait respect et mesure. Jamais la Mirialan ne ferait de la louve son apprentie. Elle le savait. Alors … à quoi bon ? La gamine ne voulait la compagnie de personne, pourquoi s'en encombrer.

    Mya attendait l'explication. Elle voulait comprendre.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#31696
Y avait-il chose plus agaçante qu’une personne qui ne répondait à ses questions ? Jeny avait toute l’envie du monde de ne pas lui répondre, de prendre la première capsule de sauvetage et de tenter le grand saut dans l’espace. Où allaient-elles ? Qu’étaient-elles en train de faire toutes les deux ? La mirialan qui cherchait un moyen sith pour se servir d’elle, et Jeny qui n’en avait juste rien à faire de tout cela, voulant juste de la compagnie. C’était juste cela, finalement, dont elle appréciait davantage. Une compagnie qui parlait et qui était encore vivante. Cela changeait des cadavres et des animaux. On pouvait dire ce que l’on voulait, mais la chaleur sensorielle avait ses atouts. Helera finalement n’était plus dans le giron de la Sith, intéressant. Jeny se remit à tourner sur sa chaise, joingnant un de ses genoux seulement au niveau de son menton, qui lui servit de présentoir. Est-ce qu’à l’inverse c’était la même chose ? Peut-être que son ancien maître allait débarquer avec la flotte grise et tenter de tuer Mya. Ce serait marrant. Quelle partie prendre ? Surement aucun, tuer le plus possible, voler un chasseur et fuir. Pensaient-ils les rattraper ? Oh non, elle était la meilleure pilote de tout l’ordre gris. Mya le savait-elle ? Probablement pas. Mieux vallait-il cacher ce genre de talent pour l’instant. Cela donnerait de quoi négocier quand le sabre rouge serait sous sa gorge. Ou violet. Ou quelle que soit la couleur peu importe. Maintenant, le plan.

« Exact. C’est impossible. »

Elle s’arrêta de nouveau face à la mirialan de nouveau.

« C’est un rêve impossible. Certains cherchent le grand amour. D’autres le contrôle de la galaxie. Que sais-je … Moi je veux que la galaxie brûle. Mais seule c’est impossible. »

Avant que Mya ne puisse penser quoi que ce soit, elle continua.

« Il faudrait une armée, et une organisation de fer. »

Des gens sur toutes les planètes, endoctrinés comme l’étaient les gris, capable d’obeir au doigt et à l’œil. Capable de s’oter la vie pour la grande cause. Des Gris de l’ombre, en soit. Impossible de recruter ce genre de crétin qui en plus devaient être doués de compétences particulières. Jeny laissa retomber sa joue sur son genou.

« Du coup j’ère. »

Et elle tuait ce qui pouvait l’être. Mais cela, il était inutile de le préciser. Son regard jaunâtre se fixa sur celui de la mirialan, fixant derrière son oreille une mèche imaginaire. L’habitude.

« Et toi tu cherches quoi ? »
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#31793
    Leur destination ? Nar Shaddaa. Elles en venaient. Elles y retourneraient. Darth Ranath avait là bas une affaire à conclure, et ce petit imprévu - la louve - ne faisait que retarder l’échéance. Quand la gamine irait dormir, la Mirialan contacterait à nouveau Kein. C'est alors qu'elle se prit à réfléchir, à peser le pour et le contre. Jusqu'à prendre une décision, qui n’avait plus rien à voir avec Kein.

    La Grise exprima à nouveau son désir le plus cher. Et reconnut cette fois avec raison le côté irréalisable de la chose. Mya ne put qu’acquiescer en silence. Seule contre tous, oui, c’était impossible. Il était nécessaire de s'entourer de pions, plus ou moins conscients de leur rôle. À nouveau, la pensée de la Mirialan s’égara. Elle avait un pion pour l'instant. Un seul. En était-ce vraiment un ? La question était de mise. Elle savait unilatérale l’affection portée. Alors oui, il valait mieux que ça reste un pion. Varadesh serait bientôt suffisamment puissante pour servir convenablement les intérêts de son maître.

    En réponse à la question de la louve, le songe se forma de lui-même.

      « J’imagine une main pourvue de milliers de doigts. Chacun posé sur une planète. Et tous reliés à une paume attendant le moment opportun pour s’abattre. »

    En parlant, elle mimait le geste de sa main droite posée de ses cinq doigts sur l’accoudoir du fauteuil. La métaphore fut interrompue par un haussement d’épaule.

      « Dans les faits ça ressemblerait plus à un roncier étendant ses branches souples et épineuses de planète en planète. »

    L'image de la ronce était plus propice à illustrer la pensée de Darth Ranath. Depuis la racine, son influence se propagerait d’un système à l’autre, plaçant ses pions partout dans la Galaxie, attendant la fin pour déployer ses épines. Les lèvres sombres de la Mirialan s’arquèrent d'un sourire mauvais. C'était une utopie. Mais elle s'était promis d'investir toutes ses forces dans l’atteinte de cet objectif fou. Elle poursuivit, sa main brassant l'air devant elle.

      « Je cherche … une armée. »

    Elles avaient, semblait-il, un désir commun. À moins que l'une ou l'autre ne se fut compromise en un mensonge odieux. Au fond d’elle, mille voix criaient à Mya sa nouvelle félonie. Contrôle était devenu destruction. Et quelque chose, enfouie en son for, refoulée, venait de se réveiller.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#31823
La comparaison était palpable. Mya s’y croyait. Peut-être un peu trop. Mais l’image avait de la texture et de la forme. Une sorte de toile d’araignée, un réseau fantôme, un empire d’influence. Ou à un roncier. Un arbre à ronce, vraisemblablement. Pourquoi pas du chientdent ou encore des pissenlits ? La comparaison était tout aussi noire que voulait se le prétendre Mya. La Sith lui paraissait finalement très … humaine. Très normal. Ces rêves de grandeurs, ils les avaient tous et tous se faisaient engloutir par ses desseins, devant la vague. L’apothéose précède la chute. Jeny esquissa un sourire et reprit son tourniquet sur sa chaise. Le piedestal était brisé et s’effondrait. La femme qui lui avait encastrée la machoire dans un banc n’avait plus que sa force pour être supérieure à elle. Tout le reste, c’était … plat. Sans saveur et sans texture. Sans rebondissement. Jeny aurait bien été déçue si elle s’était attendue à autre chose. Mais un sith était un sith, passionné par sa chute et fier de se lance dans son trépas. Que pouvait on faire face à sa condition. La Force était joueuse, mais ses cartes restaient standards, tandis que le deck ne changeait pas.

« Une armée… »

Savait-elle dans quoi elle se lançait ? Avait-elle au moins déjà guidé des soldats ? Des hommes et des femmes qui n’attendent qu’une chose, c’était que le chef les inspite. Les esclaves étaient un choix, mais attendaient la moindre défaite pour s’enfuir. Tout cela semblait bizarrement dénu d’intérêt. Pourtant si armée il devait y avoir, si tel était son désir, alors pourquoi pas ? Non, Jeny n’était pas dans les plans de la mirialan. Elle hésita. Se vendre ou retourner dans son trou. Tuer par millier, ou un par un. Le choix était fatalement inexorable. Mais avant, il fallait répondre à une question.

« Pourquoi faire tout cela ? »

Jeny ne s’arrêta pas en continua à tourner. La question était peut-être vide de sens pour la mirialan, mais elle était parfaitement logique pour la petite. Pourquoi faire tout cela, crapahuter à travers les mondes, croître, avoir une armée, conquérir, devenir le roi ou la reine. Imposer à la galaxie sa volonté. Se faire poignarder dans le dos. La question se devait d’être posée. Elle attendit la réponse, puis enchaîna.

« Si je t’aide à créer une armée, qu’aurai-je le droit ? Hormis la vie sauve, j’entend. »

Elle se leva d’un bond après un ultime tour et se frotta le menton.

« J’ai guidé des batailles pour les gris, je suis la pilote la plus douée de l’ordre et même de tous les autres sûrement. J’ai tué pour conquérir, j’ai formé pour tuer. J’ai l’expérience de la guerre et des batailles, tout comme je n’ai pas peur de la mort, ni ne flanche devant l’adversité et la difficulté. »

Jeny haussa les épaules et se retourna vers Mya. La lettre de motivation était succinte, sans grande saveur, ni même de nouveauté. Elle était une ancien chevalier grise après tout. Qu’allait-elle avoir de plus ?
Medium Perfectus

Son nom. Son prénom. Son identité, sa conscience,[…]

Les choses prenaient un tour très désagréable...J[…]

Chasse à la prime : Tu tires ou tu pointes

La silhouette d'Ardus était visible, couché le lon[…]

[Public] Salle du Conseil

Gwindor se trouvait dans une salle d'étude du Tem[…]