L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Arkania, dans le système Perave, est une planète au climat inhospitalier. Couverte de toundra et de glaciers, elle abrite cependant de nombreuses mines qui sont sa principale source de revenus. Arkania est également connue pour ses centres d'expérimentation génétique qui furent à l'origine de la création de nouvelles races.
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#32357
Rien n'avait été très pensé. Harlon avait, pour une fois, laissé la décision à son coeur. Pas à sa tête. Mais rien ne restait incertain, même dans la spontanéité. Il lui restait encore une série de plans pour que son trône ne vacille pas. Les lois contre la discrimination étaient passées sans que le sang ne coule en public. La propagande avait vendu la station Adasca et le cerveau Arkanien. Une espèce considérée comme au moins égale à la leur. Petit à petit, il ferait admettre que l'union avec une Arkanienne était un symbole eugéniste. Les officiers voudraient trahir. Ils se trahiraient eux avant de le trahir lui. Harlon ne faisait pas charcuter des amiraux déchus pour les besoins du paysage. Il s'était constitué une armée de tueurs secrets pour qu'ils agissent un jour. Harlon n'avait pas prémédité ce mariage.

Mais il avait prémédité une série de jokers à utiliser au bout moment. Un bon moment comme celui-ci. Et dans le pire des cas, il lui restait une armée privée que son entreprise finançait intégralement.

Ses moyens étaient légions.

Aussi, pour l'heure, il ne restait qu'un Oui.

Elizabeth...


Il se relevait maintenant. Sous les larmes, un visage rougi au niveau des yeux, mais tentant de reprendre la froide dignité de l'Empereur Astellan. Il voulut la prendre dans ses bras. Il l'entoura doucement, passant sa tête près de la sienne. Dire quelque chose. N'importe quoi. Qu'il n'aura pas pu s'imaginer loin de son bras.

On se devine à peine.
Vous voyez la noirceur d'un long manteau qui traîne...
J'aperçois la blancheur d'une robe d'été.
Moi, je ne suis qu'une ombre... et vous qu'une clarté !
Vous ignorez pour moi ce que sont ces minutes,
Si quelquefois je fus éloquent...


Il n'avait que ça à l'esprit. Un vers d'une pièce lointaine qu'il avait du lire entre deux récits d'espionnage des rayonnages populaires d'une bibliothèque quelconque.

Je t'aime... Eli.


Un temps.

Ma Reine...


Encore un temps.

Mon amour...





L'émotion ne retombait pas, mais il affichait une mine plus... ouverte. Moins tiraillée par l'étendue émotive de tantôt. Il avait voulut boire quelque chose, sa gorge sèche l'empêchant de parler plus avant. Ses yeux perdaient un peu du rouge qui ne lui ressemblait pas, mais il ne se départait pas de son sourire en coin de baroudeur.

Si tu savais ! Ces fleurs poussent au milieu d'un océan d'eau ultra corrosive. Mais on l'a fait ! Maintenant, elle ne se refermera jamais.


Il sirotait un thé chaud trop infusé - comme il les aimait - à base de baies de Gala.

J'ai pris des dispositions avec mes Conseillers. Mon rôle sera moins représentatif et plus axé sur le bon déroulement des opérations. J'envisage d'installer mon bureau de travail sur Nouane.

On pourrait... loger chacun chez l'autre, mois après l'autre. Rester souverains, mais... ensemble.


Il tapota sa tasse.

Notre Union... je ne pense pas que ça posera des inconvénients. A personne.


Pas longtemps, du moins.
Avatar de l’utilisateur
By Elizabeth Civicius
#32405
    Désormais, il avait l’enthousiasme d’un enfant. Émerveillé par la fleur qu’il avait lui-même apporté, et plein d’une énergie révélatrice de ce qui semblait être de l’impatience. Jusqu’à confesser que certaines dispositions avaient déjà été prises. La Reine posait sur lui un regard curieux. Elle s’approcha finalement du cadeau et posa ses petites mains sur le dôme transparent.

      « Alors … tu as pris des risques ? »

    Un léger sourire se dessina sur ses lèvres, elle n’attendait aucune réponse. L’Empereur avait pris ses aises, un thé, et bien que l’Arkanienne l'eût invité à l’asseoir, elle se tenait toujours près de la fleur, détaillant silencieusement le relief délicat de ses feuilles. Les mots d’Harlon lui donnaient à réfléchir.

    Rester souverains …

      « La chose politique requiert un engagement auprès de nos nations, et j’estime, une certaine dose de protectionnisme. Crois-tu que nous pourrions nous unir et continuer chacun de gouverner des nations qui ne sont qu’alliées ? »

    La Reine pivota vers son homologue impérial. Si elle avait été touchée par la demande de son aimé, elle retrouvait désormais sa froide prestance. Tête haute et épaules en arrière, elle toisait l’Humain de sa petite hauteur, ce qui ne durerait pas s’il lui prenait l’envie ne serait-ce que de se lever.

      « Je ne gouverne pas Arkania, je suis cheffe des armées. C’est une nuance qui, somme toute, m’impose un choix. »

    Et malgré sa fière posture, Elizabeth se laissa aller au désarroi.

      « Je ne sais si je devrais démissionner ou investir le Dominion. »

    La confidence était attendue et révélait une question depuis longtemps en suspens pour l’Arkanienne. Le poste de Monarque avait cela de confortable que les affaires intérieures étaient gérées par le Dominion, mais l’inconvénient de voir alors définies certaines limites au pouvoir extérieur et militaire. Dès les premiers mois qui avaient suivis son couronnement, Elizabeth s’était interrogée : après l’Unité, et sa farce de Dominion égalitaire, les plein pouvoirs ?

      « Quitter Arkania est peut-être la seule chose sensée à faire. »
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#32440
Pris des risques ? Pour un tel effet, non. L'histoire complète devrait être passée sous silence en revanche. Ne pas mentionner le botaniste Bith. L'acide qui puait même derrière les filtres. La cendre qui recouvrait tout. Les bêtes féroces qui pouvaient venir de n'importe où. Les Sith qui rôdaient à proximité.

Mais pour marquer l'esprit de celle qu'on aime, cela comptait-il vraiment ? Par esprit de partage, il avait offert de généreux congés et primes aux Troopers de son escorte.

Pour toi, aucun risque n'est trop grand je présume.


La suite serait moins triviale. Oui, la situation était un peu tendue. Pas spécialement entre eux. Juste... tendue.

    « La chose politique requiert un engagement auprès de nos nations, et j’estime, une certaine dose de protectionnisme. Crois-tu que nous pourrions nous unir et continuer chacun de gouverner des nations qui ne sont qu’alliées ?

    Je ne gouverne pas Arkania, je suis cheffe des armées. C’est une nuance qui, somme toute, m’impose un choix. Je ne sais si je devrais démissionner ou investir le Dominion. Quitter Arkania est peut-être la seule chose sensée à faire.
    »

Harlon manqua se brûler avec son breuvage trop peu refroidi, et du se racler la gorge assez violemment, même s'il fit ce qui fut en son pouvoir pour être le plus discret et élégant possible. Elizabeth se posait des questions. Sur elle, sur lui, sur eux. Un mariage d'amour. Plus compliqué qu'un mariage d'alliance. Harlon avait déjà pesé les implications d'une telle proposition. Son sang non humain lui vaudrait la visite de nombreux surins nocturnes. On voudrait sa mort plus que maintenant. On pourrait compter des révoltes chez les puritains. Les progressistes opprimés pourraient en devenir des soutiens inattendus, même si très restreints et contrits. Impossible de jouer la conquête politique, Arkania était trop petite. Jouer l'envie d'apaisement et de discrédit de la Nouvelle République - épouser une alien sans grande influence galactique comme pied-de-nez aux clichés sur les dirigeants impériaux en somme - serait trop osé.

Assumer l'amour. Mais composer avec les besoins de gouverner. Elizabeth sur Arkania, pour Arkania, Harlon dans l'Empire, pour l'Empire. Mais ne pouvait-on pas gouverner à distance la moitié du temps ? Si Arkania devenait une nation en collaboration étroite, elle sera considérée par défaut comme une sorte de nation sous protectorat. La Reine gouvernerait, mais sous l'oeil de l'Empire.

On pourrait la voir comme la p#&!n d'un dictateur.

Elizabeth... tu devrais renoncer à Arkania autant que je le devrais à l'Empire. Nul n'a à faire ce choix.


Il se réchauffa les mains sur sa tasse, observant Elizabeth près de son présent. Si belle... et si douce au fond. L'illusion des premiers instants avait laissé place au pragmatisme des études politiques dont il était firand malgré lui. Il savait qu'ELizabeth n'était que son penchant féminin dans une mesure approximative. Il la savait capable de tuer s'il le fallait, d'affamer un peuple s'il le fallait, de distribuer les sentences de mort s'il le fallait. Comme lui. Mais ils avaient su se réserver l'un à l'autre des preuves de tendresse ordinaire. Sous les tabliers ensanglantés demeuraient des coeurs meurtris en mal d'amour.

Prendre le contrôle d'Arkania te permettrait d'éviter les critiques. Le Dominion... si tu savais comment l'Empire se porte mieux depuis que la Diète est dissoute.


Dissoute par démission de ses membres, le dernier Triumvirat avait subit une attaque sur ses intérêts dont il avait résulté la gouvernance de paille de l'Empereur Stele. Et quand Harlon avait reprit le pouvoir, il planait la promesse de nouvelles nominations pour la Diète, cette parodie de Sénat Impérial qui se voulait moins fantoche que le Sénat de la République.

Harlon s'était contenté de ne jamais appeler à de nouvelles nominations. Si une voix lui rappelait ce devoir, il annoncerait la dissolution complète de cette Diète imbécile.

Tu n'auras pas à quitter ton peuple. Tu peux nommer des régents. Garder le contrôle mais prendre du recul. Venir avec moi à la frontière tout en gardant les rênes.

Mon rôle aussi va s'appuyer de plus en plus sur la figuration. Garder le pouvoir, mais l'échelonner en partie pour me libérer des contraintes habituelles. Autant de façons de nous laisser du temps libre.


Leia Organa s'était appuyé sur un Conseil complet couvrant la gestion courante, lui permettant des escapades privées et le droit de souffler entre deux séances officielles. Harlon jugeait alors cela irresponsable. Quand il n'avait pas envie de passer son temps aux côtés de quelqu'un qu'il aimait.

Quitter Arkania... non. Il est temps, au contraire, de la saisir complètement. Tu seras... une Impératrice. Il est normal que le pouvoir de ce rang te soit échu.

Cavalière. Avait-il choisi ce mot innocemment, ou […]

Une visite décisive

En descendant de sa petite navette, Kurt Werner, […]

L'accomplissement

Sam: Bonsoir Ranath… certaines rumeurs laiss[…]

Medium Perfectus

Pris des risques ? Pour un tel effet, non. L'[…]