L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Avatar de l’utilisateur
By Scott Knox
#31919
Décidémment, cette planète donnait bien du souci, que cela soit au niveau du gouvernement que de la T.I.M.E...

Précédemment, une exploration avait été décidée par la compagnie, avec l'aval gouvernemental qui avait dépêché, deux émissaires à son bord, l'un appartenant à la Marine, l'autre aux forces de police, afin de constater que tout se fasse selon les règles.

Les 2 croiseurs, représentant une force de frappe non négligeable, progressaient lentement, l'Amiral tapa quelques codes secrets et les champs de mines spatiales apparurent tout autour de Kuras 3.


- Messieurs, je tape les codes de désactivation des engins sur notre couloir d'approche, les autres, restent actifs, soyez prudents.


Avançant en échelon décalé, les deux bâtiments moyens commençèrent leur exploration à l'aide de leurs scans.

Ils repérèrent les défenses au sol et envoyèrent leurs codes d'identification...par précaution, les boucliers des 2 vaisseaux étaient positionnés...Tandis que des appels radios sur toutes les fréquences furent émis.


- Contrôle au sol Kuras 3, ici le "Vengeur" et l'"Indomptable" de la T.I.M.E, c'est l'Amiral Gerson, responsable des opérations militaires qui vous parle. Je suis envoyé par le gouvernement en tant que représentant de son autorité légitime, la T.I.M.E a bien voulu nous mener jusqu'à vous puisque des sondes d'exploration, envoyées dans votre orbite n'ont plus donné de signe(s) de vie. Quelle est votre situation ???

Coupant l'intercom extérieur et passant sur une fréquence cryptée (avec l'autre croiseur) :

Messieurs, l'heure du combat a sonné, si une "opposition non identifiée" a pris le contrôle au sol (en cas d'hostilités)...Ordre à toutes les batteries ioniques de viser le canon à hypervélocité, faites décoller la chasse et couvrez-la avec les batteries ioniques sur la dca, le temps que les chasseurs puissent les neutraliser...Nous, nous chargerons ensuite des turbolasers et du canon à hypervélocité !

Alerte à tous les pilotes, (chasse et chasseurs bombardiers) à vos postes ! Les chasseurs bombardiers : détruisez sur ordre le canon à hypervélocité puis les turbolasers, la chasse se chargera de la dca par lancement de missiles et tirs de couverture !


Pendant ce temps, l'Amiral demanda confirmation aux postes scanners si les défenses avaient été activées ou non...Il fallait s'attendre au pire...Les pilotes et artilleurs étaient prêts à intervenir aussi sur ordre ! Munitions chargées et appareils prêts à être largués !


Au M.J : pour les défenses au sol, aller sur le lien et déployer le spoiler.

Quelles sont les réactions du contrôle au sol ??
Avatar de l’utilisateur
By Destin
#32481
Image


Le silence. Comme un tambour rendu muet. La peau tendue s'est déchirée. Sans un bruit, le bruit cessera à tout jamais. Le silence appelle au silence d'une action sourde. La planète, elle aussi, rend un écho aussi banal qu'inattendu. On pensait trouver là des gens accueillants. Ou à tout le moins, des gens...

Euh... Capitaine ? Capitaine !


La console... elle affichait...

Je... je ne saurais pas dire s'il y a un signe de vie en fait. Il n'y a... rien. Aucun retour signal. Et... C'est...


Oui. On comprenait ce qui clochait maintenant.

On dirait... de la... brume ?


Qui fusillait tous les scanners. Rendait la planète insondable. Et silencieuse.

Comme une fosse commune. Tombeau à ciel ouvert.




Ca te ferait pas de mal de jouer un peu plus traditionnel pour changer !
Avatar de l’utilisateur
By Scott Knox
#32571
Devant le rapport laconique de ses hommes, l'Amiral Gerson réfléchissait..."L'opposition" avait mis en place un brouillage puissant, si on pouvait le dénommer ainsi...Il fallait coûte que coûte localiser la source et la neutraliser...Les sondes avaient échoué, les scanners inefficaces...Peut-être qu'un signal à haute fréquence allait ouvrir un passage dans cette "purée de pois non-identifiée".

- Ordre à toute la flotte de riposter en cas d'agression...A tous les opérateurs scanners, radios et radars, spécialistes en signaux electroniques, identifiez la fréquence qui a pu mettre en place ce "brouillage", une fois, cela fait...Nous allons émettre un contre-signal pour le "percer"...Que l'on prenne aussi toutes les précautions pour isoler nos systèmes, considérez que cette "brume" peut être hostile et "réagir"...

Il coupa l'intercom et dit en marmonnant : - et j'en sais f..t.e rien comment !

Comme le dit l'adage "devant un problème inexplicable, solution de même acabit"...Par ses homologues, il avait pris connaissance que l'Etat-Major avait crée une école pour "prodiges", peut-être que l'un d'entre eux ou plusieurs, seraient en mesure de les éclairer.

- Ouvrez-moi une liaison sécurisée avec l'Etat-Major.

Une fois établie, l'Amiral fit son rapport avec images à l'appui et une copie en temps réel du journal de bord de la flotte et fit part de sa demande, à savoir, bénéficier du conseil du personnel basé sur Coyn.

Une fois cela transmis, la flotte se déploya, formation en "V", boucliers en place, canons chargés...Les spécialistes en electronique étaient sur le pied de guerre, évaluant autant que se peut, l'étendue du brouillard, sa densité et son taux d'absorption electromagnétique qui le rendait si "opaque"...Il faut le dire, jusqu'ici, rien n'a formé ce personnel qualifié à un tel obstacle mais il fallait bien une première fois !

L'Amiral émit ses ordres :


- Vérifiez notre position, l'état de nos équipements et restez en dehors de ce brouillage, pour l'instant, nous avons affaire à quelque chose de "passif".

- Navigation, si notre position est ok, faites-moi une projection holo, par rapport à nos coordonnées actuelles, ce qui devrait être devant nous (en espace normal) avec la localisation de la base et l'arc de sa couverture de tir, que nous nous en tenions hors de portée.


L'Amiral Gerson n'aimait pas attendre, c'était un homme d'action mais face à l'inconnu, il se devait de réfréner sa propre nature en attendant une faille ou une faiblesse dans le dispositif ennemi. Si les machines échouaient, il faudrait sans doute envoyer un pilote avec le grand risque de ne pas le revoir...Il ouvrit de nouveau l'intercom de la flotte.

- A tous les pilotes embarqués, nous sommes face à une source hostile d'origine inconnue qui manifestement cache ses intentions pour nous nuire. Nos scanners n'ont pu nous donné de réponse(s) fiable(s) quant à la nature de cette menace. En tant que pilote, la reconnaissance des forces ennemies fait aussi partie de vos devoirs et...Je me vois obligé de vous demander cette tâche périlleuse, la/le volontaire qui partira risque fort de ne pas en revenir...Mesdames/Messieurs, j'attends de vous le sacrifice suprême, pour ceux que vous voulez préserver...Ni plus, ni moins.


Un bref moment de flottement parcourut la flotte puis l'Amiral reçut une liste des pilotes volontaires, la première fut une femme,



...Déjà plusieurs milliers d'heures de vol et une acrobate émérite, ce qui lui a valu aussi plusieurs rétrogradations et blocage de solde pour violations des règlements de sécurité mais dans le cas présent, c'était ce qu'il fallait !

- Lieutenant Varsity, vous êtes l'heureuse élue, répondit l'Amiral. Nos voeux de réussite vous accompagne !

Dans son cockpit, le Lt Varsity, fit son check-up et s'élança dans la noirceur hostile, tous signaux et caméras émettant à 100% de leurs possibilités. Tous les systèmes étaient ok...pour l'instant.

La voix de l'Amiral s'activa dans ses écouteurs :


- Lieutenant, nous allons tirer une torpille non armée dans une trajectoire parallèle à la vôtre, munie de caméras, réduisez votre vitesse et laissez-la vous dépasser. On verra ainsi quelle est la la limite à ne pas dépasser. Nous vous envoyons une formation de soutien qui se positionnera à mi-chemin, entre vous et nous

- Bien compris Amiral, je réduis ma vitesse...

Les artilleurs expédièrent la torpille dont le radôme en transpacier contenait une caméra holo HD...Elle ne tarda pas à rattraper le chasseur isolé. Pendant ce temps, 4 autres pilotes volontaires s'élancèrent...


Au M.J :
- Que perçoit la torpille de reconnaissance ?
Avatar de l’utilisateur
By Destin
#32621
Non, non, vous ne comprenez pas Amiral... il n'y a pas de brouillage.

C'est juste qu'il n'y a aucun signal.


La nuance était claire. Personne ne tentait de leur empêcher de contacter quiconque. Ou d'être contactés. C'était juste... silencieux. L'Amiral demanda une mise en disposition capable d'accueillir dans un gros piège à loup n'importe quelle flotte ennemie arrivée par l'arrière. Aucun scan n'annonçait néanmoins d'arrivée proche ou lointaine.

Excusez-moi Amiral, mais ne devrait-on pas vérifier l'intégrité des mines au sol ?


S'élancer en reconnaissance d'une flotte qui n'existait pas - encore ? - était un excès de prudence, on ne pouvait pas non plus en ôter la logique fondamentale. Mais on pouvait aussi commencer à explorer la surface, pour gagner du temps au moins.

Torpille en dépassement Amiral.


Le lieutenant Vassily - une femme, pour changer - suivit à distance raisonnable la torpille GoPro® qui s'aventurait vers l'espace normal, au-delà des astéroïdes en ceinture stationnaire. Le temps s'allongea. Chacun sursauta quand Vassily répondit enfin.

Confirmation. Aucun trace d'élément hostile. Vassily, à vous.


Et, pour corroborer la version du lieutenant... pas de trace-retour de la torpille.
Avatar de l’utilisateur
By Scott Knox
#32652
Au fur et à mesure des informations collectées, on aurait pu croire que la base de défense de Kuras 3 était déserte alors d'où venait cette brume ? Où étaient passés les équipes au sol ? Les défenseurs ??

Il fallait prendre une décision :


- Lieutenant Varsity, procédez à une reconnaissance visuelle des installations, faites deux passages à vitesse réduite, relayez-nous les images.

- Opérateurs scanners, balayez la surface de la zone (base et mines), relevez-moi toute trace thermique, s'il y a de la vie ou de la chaleur dégagée par une machine, on va vite le savoir...J'attends votre rapport avant d'envoyer des équipes d'assaut...Execution.

- Aux équipes d'assaut au sol, procédure standard appliquées, identification requise de tout élément et en cas de réponse insatisfaisante ou d'hostilité : feu à volonté. Vigilance maximale...L'ennemi a peut-être piégé nos installations.


Dans les entrailles des vaisseaux de la flotte, les Marines FéDéraux se préparaient au combat, vérifiant leurs équipements et munitions.

- A toute la flotte, procédure de débarquement en cours de préparation, la chasse se déploiera en couverture. Lancement de 20 sondes tactiques sur la base, je veux que rien ne nous échappe !


Le Croiseur s'avança, le Dédale lui couvrait son flanc droit, légèrement en retrait, tous à bord étaient sur le qui vive. Les radaristes et scanners, organes essentiels, scrutaient inlassablement leur environnement, prêt à réagir à la moindre hostilité.


Au M.J :
Rapport d'activité au sol (détection d'émission thermique) ?

En cas d'absence, lancement de navettes d'assaut avec une escorte de 4 chasseurs par engin de débarquement.

Assaut au sol : 5 navettes (125 hommes) + 20 chasseurs d'escorte
Espace : 20 chasseurs déployés pour les deux bâtiments
Réserve(s) : 116 chasseurs
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#32711
« Et c’est ainsi que l’on parle plutôt d’un ensemble probable d’évènement et pas une seule ligne directrice. Ne voyez pas cela comme une fonction affine. Mais comme plusieurs, s’entrecroisant entre elle. La perception est d’autant plus délicate que ce que vous voyez, ne peut être le fruit, soit de votre imagination, soit la visualisation d’une de ces lignes. »

Une main levée, perçue sans utiliser ses yeux, tandis qu’il traçait des lignes sur le tableau informatique dans un référentiel deux dimensions. Un jeune garçon assis au deuxième rang. Un bon élève, très curieux, quoi qu’un peu solitaire, de ce qu’il avait pu en voir. Un élève des plus appliqué, en soi, qui faisait la fierté de beaucoup de professeur. Le professeur, maître, ou quel qu’il soit, réajusta ses lunettes et d’une main distraite désigna le garçon.

« Vous dites que tout cela est d’un aspect purement onirique, basé sur une interprétation et l’expérience que chacun aura eue. En revanche, comment est-ce que l’on peut rationaliser et systématiser un tel procédé ? »

« Non non, vous ne pouvez pas. Nous ne sommes pas dans le cours de Madame Ström. Les mathématiques dont je vous parle ne sont pas réelle au point de vu sensible. Sensible faisant référence à vos 5 sens. Ici, vous êtes sur la dimension extra-sensible. »

La sonnerie retentit dans la salle de classe high tech, ce qui obligea le professeur à arrêter là son discours. Il confirma avec son lecteur horaire personnel et conclue enfin.

« Mais nous verrons cela en cours pratique. J’aimerai que vous travailliez pour … on se revoit quand … Pour dans deux jours, les avantages et inconvénients d’une telle perception psychique. Et n’oubliez pas de réviser vos positions méditatives, Monsieur Grant compte renforcer le programme ! »

Mais ils étaient déjà tous partis. Herak Zarm était un ancien lieutenant du blazing chain. Il était dans l’entraînement de la bleusaille, comme il le disait à l’époque. L’enseignement avait toujours été pour lui un point central dans l’éveille d’une personne. Aussi quand on lui avait trouvé ce post, il n’en avait été que ravi. Du coup, il avait troqué ses anciens vêtements pour un uniforme complet, venait coiffé à l’école, propre et parfumé. Un changement de vie radicale qu’il appréciait particulièrement. Cependant, il craignait pour son poste, à cause des récents évènements qui avait bousculé la sphère de l’ordre et la proclamation d’un code 5 hasardeux. Depuis, il n’était pas retourné sur Nelvaan, se sentant investi de sa mission auprès de ses élèves. Les messages affluaient de partout dans la galaxie des Gris perdus aux quatre coins. Il y avait eu comme … Une aura obscure qui avait submergé leurs esprits. Sombre histoire, en réalité. En revanche, il avait eu confirmation par Ganon, chargé d’affaire bien connu des services Fédéraux, que tous avaient été récupérés et que la reine s’affairait à calmer tout ce beau monde. La guerre était terminée à ce que l’on disait et désormais ils n’étaient plus Gris, mais ressortissant Nelvaanien. Pour la plupart d’entre eux, dénués de foyers planétaire, c’était une aubaine. Ils avaient une patrie à défendre désormais, et dans laquelle prospérer en paix. Dans son cas cependant, il considérait son travail plus important que sa patrie, mais s’était juré de retourner sur Nelvaan pendant les congés scolaires. Ne serait-ce que pour apprécier les brises glacés de la planète qui était sienne désormais.

« Monsieur Zarm ? »

Il leva la tête, collé à son tableau, il avait pris la pause d’une statue de cire, sans s’en rendre réellement compte.

« L’état Fédéral aurait besoin de vous. C’est classé confidentiel. Le président de l’université vous a recommandé pour cette mission. »

« Fort bien, quand est-ce que nous devons recevoir ces gens ? »

L’homme à la cravate mal attaché, secrétaire général de l’école, petit mais très dynamique et surement un peu plus jeune que Zarm se gratta l’arrière de la tête. Des démangeaisons ?

« En fait, ils sont déjà là. »
Avatar de l’utilisateur
By Scott Knox
#32712
Deux hommes se présentèrent, en costume noir, chemise blanche, une épinglette de la Marine FéDérale au revers de leur veste.

- Monsieur Zarm ? Enchanté, nos noms n'ont aucune importance, sachez juste que nous représentons la Marine FéDérale, nous sommes ici pour faire appel à vos talents particuliers mais nous ne pouvons pas le faire dans cette enceinte, uniquement dans une aire sécurisée...Si vous voulez bien nous suivre...

Invitant le "professeur" à partir de son amphi, son départ coïncida avec l'atterrissage d'un transporteur rapide juste en dehors de l'école...Prenez vos effets personnels, nous nous chargeons de vous amener le reste...

Une fois à bord et confortablement installés :


- Veuillez nous excuser de vous interrompre en plein cours mais des événements graves viennent de survenir près de nos frontières dans le secteur nord-nord-ouest, en orbite de Kuras 3. L'un de nos avant-postes...militaires.

- Suite à une prospection minière dans le secteur de la part d'une entreprise privée, la T.I.M.E, ses sondes n'ont plus donné aucun signe d'activité. Une patrouille armée a été envoyée pour éclaircir ce mystère et nous avons été confronté à un silence absolu...Plus d'activité en surface, plus d'activité radio, ni aucun signe electronique...Rien...Comme si la base était désaffectée donc à cause anormale, une réponse de même calibre se doit d'être apportée, c'est pour cela que vous êtes ici.


- Nous n'allons pas tarder à plonger en hyper-espace...


Et l'engin s'engouffra en un éclair dans les étoiles qui se transformèrent en une myriade de traits lumineux.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#32724
Herak était réellement ravi d’apprendre que pour les fédéraux, l’école n’était pas sécurisée. Cela voulait-il dire que le premier péon pourrait s’y aventurer ? Pourtant, les mesures prises par Dagger avaient été complètes, et de son souvenir, il y avait une sorte d’excès de protection. Les étudiants étaient sa préoccupation première et on lui avait vendu du rêve. Et le rêve, ça vaut cher. Quoi qu’il en soit, les fédéraux ne lésinèrent pas la procédure. Pas de thé, de petits gateaux et autres joyeusetés pour gâter l’estomac. Rien que la froideur d’une mission de plus et, bien évidemment, de ses talents particuliers. Il commençait à croire que son étiquette était bien trop marquée au fer rouge sur sa tête et que plus jamais il n’aurait la liberté d’être quelqu’un comme tout le monde. Avec les mêmes volontés qu’un autre. Ses capacités n’étaient pas un moyen de le ficher, et il ne laisserait jamais le faire. Mais qu’importe, encore une fois. Dans tous les cas il était bien trop tôt pour penser à ce genre de chose. Il n’avait pas le temps de vraiment penser tandis qu’on le bourlinguait d’un transport à l’autre. Les affaires personnels, puisqu’on en parlait, furent de quoi se changer et simplement son sabre. On ne lui avait pas dit combien de temps cela allait durer, ni même si il allait être disponibles pour ses cours du lendemain. « Confidentiel », « sécurité », « exécution » furent les mots récurrents dans un dialecte dont il semblait qu’ils en occupaient la place principale. Zarm détestait les militaires, justement pour ça.

Une fois dans la navette, sa petite valise sur les jambes, les mains jointes au-dessus du cuir lisse (oui cela avait coûté plusieurs milliers de crédits tant la rareté était à noter. Mais en fin de compte, il l’aimait bien, cette valise. Un petit plus de ses escapades de jeunesses dans cet espace si propice au vol et à la délation qu’était l’empire Hutt. Récupérer en échange de matériaux de base qui lui avait valu deux trois cicatrices. Rien de bien méchants, c’était pour la bonne cause. Il adorait ce cuir. A ne pas confondre avec quelques frivolités sexuelles que les plus entreprenants pourraient imaginer. Non non, cette valise, c’était son graal. Loin d’être sa raison de vivre cependant.) Alors on le briefa, comme une lettre à la poste, pour ceux qui comprendront la blague. Ce fut court, mais intense. Et une question lui vint en tête directement.

« Comment cela se fait qu’une entreprise privée puisse faire appel à l’armée ? Non oubliez. Confidentiel. »

Notez cependant que ce point était assez étrange. Cette étrange devait avoir l’influence nécessaire pour se payer les services des gros bonnets de la gâchette.

« Réponse du même calibre ? Je ne comprends pas. Votre base ne donne plus signe de vie, et bien ? Envoyez des militaires, des scientifiques ou que sais-je. Ils seront sans doute plus capables que moi de savoir ce qu’il se passe. Connaissez-vous le principe de la case de Faraday ? Du nom d’un monsieur qui s’appelait surement Faraday. C’est une enceinte si l’on peut dire, constituée d’un matériau conducteur ou semi-conducteur qui bloque totalement les champs électromagnétiques. C’est une sorte de super brouilleurs. Ou alors la base s’est pris une éruption solaire, ou encore tout simplement que vos scanners sont défectueux ou que votre équipe sur place a subi une impulsion électromagnétique qui a coupé tous leurs appareils électriques. »

Il restait dos droit sur son fauteuil tout en expliquant les différentes théories. Sans sourciller, comme s’il avait en face de lui ses étudiants.

« Loin de moi l’idée de désavouer votre expertise, mais vous avez vérifié toutes ces possibilités, avant de faire appel à une réponse du même calibre ? »
Avatar de l’utilisateur
By Scott Knox
#32725
L'agent des services de la Marine avait perçu un agacement net dans les réponses du professeur, ce qui, était assez logique...Si on vient vous réquisitionner en plein cours avec le minimum d'explications...Donc, il allait devoir être plus diplomate...

- Je crois que nous avons grillé toutes les étapes du protocole et nous, sous-entendu, la Marine, nous nous en excusons auprès de votre personne, hiérarchie et élèves mais les circonstances nous y ont poussées. Et pour répondre à vos questions, c'est l'entreprise en question qui a fait appel à l'Etat, des enquêteurs FéDéraux et un amiral sont sur le point d'atteindre la base, dans les deux bâtiments qui composent cette patrouille de reconnaissance, équipages inclus.

Ecoutant le professeur, l'autre acolyte répondit aimablement :

- C'est peut-être une possibilité, tout ce que l'on sait, c'est que nous avons procédé à de nombreux scans et reconnaissances visuelles, une brume d'une nature indéfinie fait...écran, plus de signes de vie, plus d'activité(s) alors me direz-vous pourquoi faire appel à vous ? Parce que cette base dispose d'un potentiel défensif non négligeable dont 3 champs de mines spatiales...Si elle est "inactive" et que des moyens conventionnels ont échoué à nous donner une réponse claire, votre présence se justifie...pleinement...Nous ne voulons pas vous retenir plus que nécessaire, croyez-le bien.

Le ton se fit plus grave, le premier acolyte apporta au professeur de quoi boire sous forme de jus de fruits tandis qu'au-dehors, la silhouette de deux bâtiments massifs se dessinait...

- Contrôle à navette, permission d'atterrissage accordé, vous êtes attendus sur le pont par l'Amiral.

- Professeur Zarm, nous vous invitons à bord, nous laissons cette navette refaire le plein et la disposer prête au décollage sur votre ordre...Après que nous ayons bénéficié de vos conseils experts, bien sûr !

Le vaisseau aborda le croiseur Dédale d'où l'Amiral avait lancé ses reconnaissances, les présentations furent faites puis on laissa le professeur prendre l'initiative. De mémoire d'Amiral, jamais un navire de guerre n'avait été mis entre les mains d'un civil.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#32726
« Hm hm … » fut sa seule réponse face à ce qui ressemblait être des excuses.

En fait, il n’en avait pas perçu le sens profond, et puis, pour ainsi dire, il n’en avait pas vraiment besoin. La Force était bien sa seule alliée capable de lui prodiguer tout ce dont il avait besoin pour progresser. Les fédéraux étaient les responsables de l’école dans laquelle il enseignait et sa nation d’accueil. Il allait les aider par devoir … patriotique ? Oui, un truc dans le genre pour se donner bonne figure. Dans tous les cas, les fédéraux ne semblaient pas non plus avoir proposé, mais plutôt imposé. Cas de force majeure, comme on disait. Ainsi ils rejoindraient la patrouille. Il ne comprenait toujours pas réellement en quoi il allait être d’une grande aide dans cette affaire. Ni surtout pour qui ils le prenaient vraiment. Si en face de lui, cela avait été l’empire, il se serait retrouvé sûrement dans une position délicate. N’étant pas le cas, il restait à son aise et attendait le bon moment pour se manifester. Des fois qu’il trouve réellement une solution à ce problème.

« Non je vous prie de m’excuser, mais je ne comprends pas. Qu’est-ce que vous voulez que je fasse au juste avec le champ de mine ? Ou même avec des défenses ? Je sais manipuler les systèmes électroniques de base, mais aucunement n’ai de compétences de hacking avancées. Quant à cette brume, vous avez analysée sa composition ? Vous avez appelé cela de la brume, et pas de la fumée. Cela veut dire qu’il y a une histoire d’eau dans la réaction. Ou bien les températures locales sont froides, ou bien il y a eu une saturation. Si vous dites que cette brume fait écran et bien … »

Il réfléchit, une main sous le menton, les yeux en l’air. Une brume composée de nano technologie ? Humidité et électronique, pas bon ménage. Un écran de réflexion électromagnétique pourrait être possible, dans l’idée, mais ce n’est pas une brume qu’il faudrait, mais … une tempête ! Ensuite, pour ce qui est de l’équipe sur place qui n’aurait pas de communication, on pouvait aisément penser à un dysfonctionnement à cause de l’humidité. Ou alors les créatures locales qui y auraient trouvé nourritures à leur convenance. Vu la quantité d’information qu’il avait, il ne pouvait statuer sur rien.

« Et bien nous verrons en temps utile, j’ose espérer. »

La navette ainsi posée sur le pont d’un des croiseurs fut vidée de ses occupants. L’on emmena alors le professeur devant l’amiral de cette petite flotille. Vraiment très petite. Le civil qu’il était serra la main à cet amiral, puisqu’il n’avait aucun lien ni n’avait eu de lien avec les militaires de cette contrée. Chacun à sa place. Aussi, des grands sourires furent tirés et un silence lourd était tombé, tandis qu’ils le regardaient. Herak Zarm, professeur de son actif dans un lycée particulier leva les mains en l’air et leva un sourcil dans une figure de questionnement.

« Amiral, et toute votre équipe. Merci de m’avoir proposé de me joindre à votre mission, mais je ne peux rien dire sur quoi que ce soit sans avoir eu un rapport de vos relevés. Des faits, des preuves. Le type d’atmosphère, la taille de la zone embrumée, la composition de cette brume, etc etc. De plus …
»


Il fit une petite pause et cette fois mis ses mains sur ses hanches.

« Otez moi d’un doute amiral, mais quel genre d’expert avez-vous besoin ?
»
L'empereur de fer et la reine des neiges

Il avait bien fallut qu'elle bloque la porte.[…]

La seule victoire, c'est la fuite

Marak: Comment vas-tu ? Ranath: Ça […]

Après son entretien avec la Banque Durable des Co[…]

Le ton, bien que cordial, était monté d'un cran..[…]