L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Monde glacé battu par les tempêtes de neige, la planète abrite aujourd'hui un mélange de Nelvaaniens et de colons issus de l'Ordre Gris. En effet, malgré son éloignement des grandes lignes hyper-spatiales, Nelvaan est aujourd'hui la capitale d'une jeune et discrète monarchie en expansion dans la Bordure Extérieure.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#34066
La réponse fut positive, Helera étira malgré elle un sourire. Leur relation, elle avait l’impression, était toujours la même. Helera se confiait, donnait, montrait, sans jamais rien en retour. Finalement, avec un peu de recul, son côté Sith, Ranath, n’était que l’expression de son comportement muet d’antan. Mya n’avait jamais rien offert d’elle à personne, même pas à celle qui la considérait jadis comme son amie. Et là encore, à la croisée des mondes, le scénario tournait de nouveau. Ici, c’était son cœur, son corps, son âme. C’était le talon d’achille qu’elle lui présentait, et bientôt c’est sa vie qu’elle placerait entre ses mains. Mais ici … Ici, l’œil de la Grande Mère veillait. Il observait tranquillement, jugeait et éclairait. Le sanctuaire de la tranquillité, le temple du repos et de la réflexion. Ici, tout était possible, tout était connu. Alors on ne parlait pas des holonews, pas des journaux. Non, on parlait de la Force. Omniprésente, transcendante.

« Tu repartiras quand tu le souhaiteras. Cette planète n’est pas une prison, et sur ma vie, ne le sera jamais. »

La reine esquissa de nouveau un sourire en emmenant son invitée dans le vaisseau d’escorte impériale. Les gardes tempêtes, de part et d’autres, les attendirent. Des hommes loups, ou fennec, avoisinant les deux mètres de hauteur une fois redressés. Portant armures massives, lance de métal au bras droit et blaster au holster sur la gauche. Une série de crocs parcourant les babines, des griffes entourant fermement leur arme. Le regard pourtant doux, souvent bleuté, parfois vert. Quelques peintures sur le pelage, des lignes qui s’envolaient aux grés de leur déplacement. Ils saluèrent à leur arrivée et grimpèrent à leur suite. Helera les imita d’un signe de la tête, donna quelques ordres en Nelvaanien, qui furent retenu avec quelques haussements de sourcils et grimpa à son tour. Elle installa la mirialan en face d’elle.

« Cette planète, c’est Nelvaan. Capitale de la civilisation Nelvaanienne, mon … royaume. Je suis reine en ces terres. Je veille sur les quelques planètes de cette empire. »

Helera croisa une jambe sur l’autre et doucement plaça ses mains sur le genou surélevé.

« Quand les Gris sont tombés, Jeny a fait en sorte de détruire toutes nos organisations psychiques. De sorte à ce que chacun soit coupés du reste de l’ordre. La procédure était la suivante, revenir sur Nelvaan. Aujourd’hui, l’ordre gris a été incorporé à cette planète, au peuple. Et tous ceux qui ont décidé de rester sont désormais des Nelvaaniens. »

La reine prit une grande inspiration, leva légèrement la tête, força sur les dorsaux pour se tenir droite et finalement ferma les yeux.

« Est-ce que tu la sens ? La Force. L’Orek, dans la langue. Partout, imprégnée dans chaque constituant de ce monde. Dans chaque roche qui constitue les montagnes gardiennes, dans chaque flocon de neige qui recouvre la planète de son manteau éternel. C’est la Grande Mère, Nelvaan. Elle nous parle à travers le vent, nous illumine de sa sagesse immaculée et nous guide au travers de ces préceptes. »

Son rythme cardiaque avait accéléré au fur et à mesure de sa description plus passionnelle que rythmé. La description du cœur avant celle de l’esprit. Elle ouvrit les yeux et les posa sur Mya, qui devait d’ailleurs vraiment la prendre pour une idiote.

« J’ai également longtemps cherché ma voie. Celle des Jedi, des Sith, des gris … Elle est ici. La Force m’a guidé, la Grande Mère m’a appelée. Et … »

Sa phrase resta en suspens. Le vaisseau venait d’atterrir. L’aura de la Reine n’avait jamais été aussi forte. Ici, elle était entière et pleinement en phase avec la Force. Cette planète Nexus, si l’on pouvait l’appeler ainsi, lui donnait la force et la détermination que nulle part ailleurs elle ne pouvait trouver. C’était sa maison.

« Je t’en prie, suis moi. »

Les gardes tempêtes se répartirent de part et d’autres du vaisseau, après la rampe. Posé à même une plateforme d’atterrissage métallique, à l’affleurement d’une montagne. Sur la gauche, il y avait les sommets des « Crocs de glace », les montagnes massives qui provoquaient le ciel. Sur la droite, il y avait le vide, avec tout un immense village, une ville même, qui s’étendait par-delà une énorme muraille. Des huttes, faites de peaux, de métales et de bois. Au-delà, la plaine immense avec quelques foyers des autres villages. Et en face, finalement, la bâtisse qui les toisaient de ses hautes tours. Le château de la reine. Rudimentaire pour l’époque. Un don du peuple.

Le vent faible soufflait en brise, mais la température déjà négative à cette heure avancée de la journée pouvait surprendre les non-initiés. Le froid était omniprésent, mais il était son domaine.

« Ranath. Bienvenue sur Nelvaan. »
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#34075
    Helera avait parcouru beaucoup de chemin depuis la disparition de Mya. Ranath s’en rendait à peine compte. À dire vrai, ça ne l’intéressait que très peu. Mais le constat de son propre immobilisme la rendait envieuse. Elle refoula cependant une partie de sa colère, concentrant son attention sur la découverte de cette planète mystérieuse.

    Nelvaan.

    Une planète comme tant d’autres. Toutes similaires, toutes différentes. Le climat de Nelvaan, les températures négatives, le vent calme qui caressait le flanc des montagnes, aidèrent la Mirialan à s’accomoder rapidement à l’odeur de la planète. Une odeur à la fois douce et amère que la Sith apprécia en silence avant que la voix de la Grise ne la tira de ses pensées. Ici, la Force semblait omniprésente. Sur ce point, Nelvaan était comparable à Yavin IV. On pouvait sentir sa présence partout, elle était ancrée au coeur de la planète et filtrait de la terre et de la roche. Au détail près que Yavin IV était obscure, Nelvaan paraissait plus apaisante. Cette planète était parfaite. Parfaite.

    Ranath emboîta le pas de la Reine. Elle la mena en sa demeure, le long de couloirs taillés dans la pierre. La Mirialan, pour l’instant silencieuse, laissait courir ici et là des pans de son esprit. Elle visitait l’endroit, au-delà des murs, elle prenait ses marques et s’ouvrait à la Force. Il devenait alors aisé de comprendre pour Helera s’était retirée en ces lieux. Une question mit cependant fin au mutisme de Ranath.

      « Comment as-tu découvert cette planète ? Dans quel secteur sommes-nous ? »

    Elle marchait à côté de la Grise, regardant fixement devant elle. Et quand il lui sembla que la pièce dans laquelle elles débouchèrent était leur destination, elle se laissa aller à faire part de ses interrogations.

      « Pourquoi choisir de m’amener ici ? »

    Il n’y avait pas une once de méfiance dans la voix de Ranath. Elle cherchait simplement à comprendre ce qui poussait Helera à lui dévoiler ce genre de secret.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#34076
« Te rappelles-tu des débuts de l’ordre gris ? Je ne sais plus si nous étions déjà éloignées à l’époque. Nous étions basées sur Arkania et collaborions avec les services du Monarque Naghin’ter, dont j’ai dû mal à prononcer toutes les syllabes. Pour faire court, nous avons dû fuir de la planète, emportant ce que nous avions sur le dos. Dans l’espace, il n’y avait rien, et nous n’avions nulle part où aller. Tu sais comme notre existence était controversée. La Force nous a … guidés ici, littéralement. Nous avons médité de longues heures, tous, ensemble, et une destination a semblé nous apparaître. Nous avons sauté en hyperespace à l’aveugle et voilà. »

Maintenant qu’elle le verbalisait, elle se rendait compte à quel point la romance de la découverte de Nelvaan était belle. Tout ici était magnifique, de l’histoire jusqu’à la géographie. Tellement magnifique qu’elle avait dû prendre les dispositions pour cloisonner tout cela. Peut-être un peu trop, d’ailleurs. Un choix assumé, comme tous les autres. Pendant sa réponse, elle avait emmené Mya à l’intérieur du château, laissant les Gardes loups derrière elles d’un geste de la main. Le côté intimiste était sans doute plus à la disposition de la mirialan. Supposément en tous cas, parce qu’Helera ne connaissait plus grand-chose de celle qui fut Jedi. Presque rien, en fait, mais passons. Nouvelle question. Oui, pourquoi ? Plusieurs raisons en fait, mais surtout une. Helera garda le silence quelques instants, passant à travers la salle du trône en amphithéâtre, sortant par l’arrière, se dirigeant vers la gauche.

« J’ai eu une demande, à laquelle je n’ai pas pu refuser. Une demande qui en a entraîné une autre, plus récemment. Succession de causes à conséquences. »

Cela ne voulait rien dire, mais elle allait devoir se contenter de cela. Elles arrivèrent devant l’une des tours et grimpèrent l’escalier en colimaçon. Helera n’allumait pas les lumières, se contentant de la luminosité extérieure et du ciel bleu pour illuminer l’intérieur. Dans les faits, l’on n’y voyait pas grand-chose non plus. Mais pour un sensitif, c’était suffisant. On entendait le vent qui soufflait à l’extérieur, s’infiltrant par les quelques interstices de la bâtisse. Seul bruits qui trahissait le silence, hormis leurs pas sur le sol de pierre. Une porte se présenta, elle l’ouvrit et fit entrer son invitée à sa suite. Les deux femmes débarquèrent dans ce qui ressemblait tout bonnement à un séjour. Une table avec six chaises autour, faites de bois, comme la plupart de l’électroménager. Au fond, un arc vouté d’où l’on voyait quelques éléments de cuisines. Tout était très rudimentaire et épuré. Il y avait quelques meubles de rangement fermés, des plantes bleutées dans un pot sur le sol et un petit conifère qui poussait tranquillement dans un autre coin.

« C’est chez moi, là où je vis. Installe toi je t’en prie. Lui dit-elle tout en lui présenta la table. Est-ce que tu veux quelque chose ? »

Mya allait penser qu’elle passait son temps à boire et manger. C’était sûrement le cas, qu’on on y réfléchissait. La tranquillité offrait certains avantages que la guerre ne permettait pas. Helera, grâce à Althar, avait appris à profiter de certains plaisirs de la vie. Chose qui lui avait été impossible tantôt. Après avoir répondu à sa demande, s’il y en avait, Helera commença.

« Ce château m’a été offert par le peuple et j’ai fait construire un appartement dans les sommets. C’est un peu rudimentaire, au vu de la place qu’il y avait, mais je n’aime pas tellement avoir trop d’espaces. »

Elle laissa traîner le silence, Mya n’en avait sûrement rien à faire de tout cela. C’est parce qu’elle n’arrivait pas à lui demander. Alors, seule solution, faire comme elle faisait chaque fois.

« Bon. »

La reine se releva et se dirigea vers une pièce fermée au fond d’un couloir que l’on ne voyait pas du séjour. Elle fit patienter Mya quelques minutes tout au plus, pendant lesquelles elle put admirer la beauté du village que l’on voyait à travers la fenêtre derrière elle. Finalement, la reine revint, avec un bébé gazouillant dans les bras. Ses deux mains serrées sur sa bouche, la petite se mangeait les doigts, croquant avec ses dents naissantes. Des cheveux foncés commençaient à lui pousser sur la tête, semblable à ceux que sa mère avait eus des années plus tôt. Elle avait les yeux de son père, mais le regard aussi déterminé et incisif que celui d’Helera. Pour le coup, c’est ses mains qu’elle épiait et toisait. Sa mère la tenait dans ses bras, allongée le long de son bras gauche et l’empêchant de tomber à l’avant avec le droit. Son aura s’était … amplifiée. Autour d’elle, mais surtout de sa fille. De sorte à ce qu’elle anéantisse tout ce qui essaierait de s’approcher par la Force. La louve protégerait évidemment sa fille coûte que coûte.

« Ranath, je te présente Lily, ma fille. Althar m’a parlé de toi, de ce que tu avais fait pour lui. Il en a été touché, vraiment. A la naissance de la petite, nous devions choisir une marraine, et il m’a demandé que ce soit toi, ce que j’ai accepté. Alors, je te le demande, est-ce que tu veux être la marraine de Lily ? »

C’était la première demande.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#34082
    Le récit de la découverte de Nelvaan, la fin de l'Ordre sur Arkania … ils avaient quitté un glaçon pour un autre … et il fallait croire que ce genre de climat n'arrangeait pas les gens. Helera se la jouait de plus en plus Reine d'Arkania. Un comble au vu de leur passif commun. Mais qui était-elle, simple Sith, pour juger les caractères de la haute. Haussement de sourcils discret et narquois. Toutefois, son propre conte paraissait émouvoir la Grise, aussi Ranath ne pipa mot.

    Puis la … louve, oui, elle aussi, était une louve … s'en alla fouiner au fond de sa tanière pour en extirper une frêle enfant qui ne savait alors pas même se tenir debout, on en était tout juste à se baver sur les doigts … la vision de cette mère cageolant son enfant répugna la Mirialan. Elle avait déjà assisté à ce genre de scène. Cette petite idiote de Sabina … calme-toi. La Dame Sombre se leva, comme pour saluer … Lily. Un rictus contrit lui tordit la bouche, cependant, elle écouta, et n'en revint pas.

      « Attends. »

    Sa main, comme elle en avait pris l'habitude, imposa un temps mort, ouverte et paume vers le sol. Il fallait déjà encaisser l'idée que la Grise avait un enfant, avec le Prince, et que … oh non, non, non …

      « Pourquoi as-tu accepté ça ? Que sait-il de moi ? Je … »

    Elle prit une inspiration, expira et dans le même mouvement, posa ses deux mains à plat sur la table. Elle était toujours debout et fixait Helera d'un regard sombre.

      « Es-tu en train de me demander de recueillir ta fille dès ta mort avérée ? »

    Elle se redressa, lui exposa ses paumes et laissa retomber ses mains contre ses cuisses. Un geste exécuté plus tôt par cette même Helera. Mais tout devenait limpide désormais.

      « Helera, honnêtement … mon Maître est un Sith. J’ai été initiée aux arts obscurs sur Korriban. Comment peux-tu accepter de me confier un jour, peut-être demain, ton enfant. Tu sais très bien ce qu'il adviendrait d’elle. Même si je ne la mêlais en rien à mes affaires, tu sais qu'elle ne grandirait pas dans la Lumière. »

    Bien que la Lumière et l'Obscurité s'avéraient être des concepts rejetés par la Mirialan, elle les évoquait sans sourciller pour se faire entendre et comprendre.

      « Tu confierais ta fille à un Sith ? Je pense que tu as besoin de plus de temps pour prendre cette décision. »

    D'un autre côté …

      « Si toutefois tu es sûre de toi, j'accepte, je protégerai Lily … et ce même avant ton retour à la Force. »

    Pourquoi ? Pourquoi s'encombrer d'un tel fardeau ? C'était ainsi. Elle l'avait fait pour Sabina, elle avait promis de lui enseigner la voie du pouvoir. Un fardeau. Elle l'avait fait pour Isabo, elle avait juré de veiller sur la Comtesse. Un fardeau. Elle l'avait fait pour Jeny, elle avait juré de voler à son secours si le besoin s'en faisait ressentir. Un fardeau. Et elle l'avait fait pour Marak, elle avait juré de l'aimer. Un fardeau. Alors … cette petite chose, l'enfant d'Helera … oh, non, elle ne promettrait rien à Helera, ni au Prince d'ailleurs …

    La Mirialan laissa vagabonder sa pensée, elle s’approcha de l'enfant, se heurta à la barrière mentale dressée par la Grise, fit demi-tour.

      « Je te promets, Lily, que tu pourras compter sur moi. »

    Son esprit tortueux alors se jeta sur un souvenir encore frais. Ophilia. Petite chose chétive et sans défense. La Sith ferma un instant les yeux. Elle s'interdisait de penser à l'enfant, et de penser à la Grande Soeur. Une décision, rappelle-toi, tu as pris une décision. Quand Ranath rouvrit les yeux, son regard d'or était posé sur le louveteau, et sa pensée était apaisée.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#34083
La réaction n’en fut que plus belle qu’elle était naturelle, et pas calculée par un plan futur. Une réaction brutale, qui repoussa la chaise sur laquelle son séant fut posée quelques secondes auparavant. Sans dire un mot de plus, Helera attendait que son interlocutrice ne digère l’information. Ses mains jouaient la mesure que la situation lui imposait, essayant de démêler les tenants et aboutissants de ce que cela impliquait.

« Ce n’est pas la question, Ranath. Althar saura s’en occuper si ma mort devait me surprendre. Je te demande de la protéger, simplement. Une sorte d’ange gardien de l’ombre. Peut-être au moins être là pour son anniversaire et lui témoigner l’affection qu’une marraine devrait témoigner à un enfant. »

Des banalités en soit, rien que des banalités. Ce genre de choses qui étaient pour eux tellement éloignées de leur conception qu’elles en devenaient extraordinaires. C’était contre cela qu’elle avait désormais porté étendard, contre leur vie de folie que leur condition leur imposait. Une vie qu’ils n’avaient pas choisi, pour beaucoup d’entre eux. Celle de la souffrance, du combat, du devoir. Toutes ces choses qu’elle ne voulait plus, pour elle ou ses enfants. Dans ses mains, Lily s’agita écartant les bras vers le visage de sa mère, ouvrant sa bouche béate en prononçant quelques sons. La regardant de ses deux yeux grands ouverts. La reine approcha la main droite et la lui présenta. La petite épia cette nouvelle venue, prit entre ses petits doigts potelés l’index et le majeur, puis les tira dans tous les sens. Elle approcha la main de sa bouche pour en goutter, ce qui ne lui convenu pas, comme l’indiqua sa mine déconfite. Helera gloussa et hocha la tête négativement. Pendant ce temps, Ranath.

« Ton maître est un tocard, tu es aujourd’hui ton propre maître. J’ai été initié aux arts obscurs de Dathomir, ceux de Korriban et des inquisiteurs noirs. Et aujourd’hui, je te demande simplement de veiller sur elle, si jamais j’en devais incapacité. »

Helera hocha négativement la tête, sans gloussement cette fois.

« Je me fou de la lumière, de l’ombre. Tu me connais assez pour savoir que ces mots n’ont jamais été pour moi que des bannières derrière laquelle on se rangeait. Je veux que Lily mène la vie qu’elle choisit de mener. Pas de guerre de sensitifs, pas de sang et de larme. Si elle veut être une sensitive, je préfère que ce soit par choix. Si elle veut être autre chose, et bien … Elle le sera. »

La reine était assez intransigeante là-dessus. Elle porta son attention quelques secondes sur le bébé, puis sur Ranath.

« Je confierai ma fille à toi, Ranath. Pas à un Sith, à toi. »

Elle accepta, tant mieux. Bon gré mal grés, mais elle accepta. Helera perçut qu’elle s’approcha de la petite et étira un petit sourire, quand elle se heurta à son attaque mentale. Trop tôt pour la confier toute entière. Il y avait deux trois actions à prouver avant tout cela. Patience est mère de sureté, et le symbole de l’accomplissement. Helera se rassit avec son enfant dans les bras, qui gasouillait tout en essayant d’arracher les vêtements de sa mère, en vain. Et en essayant de tout porter à sa bouche.

« Ceci étant dit, j’accepte ta proposition d’aller rencontrer Komus, le dévoreur de planète. Tes présomptions n’ont jamais été mauvaises, que ce soit pour ton destin ou celui de la galaxie. Inutile de mettre en défaut ton jugement. Laisse-moi cette journée pour me préparer, dors ici ce soir. Et demain à l’aube, nous partirons. »

Helera prit une inspiration, tout était devenu si compliqué.

« Cette planète est un sanctuaire Ranath, et Lily restera là, quoi qu’il en soit. Tu es evidemment la bienvenue ici, à condition que tu sois seule. La sécurité mise en place est tellement importante en orbite et dans le secteur que tu serais pulvérisée si tu ne respectais pas cela. Tout ici est sacré, et j’insiste là-dessus. En dehors des guerres. Je tiens à ce que cela reste ainsi. Est-ce que tu as des questions, des envies, des … je ne sais pas. Des besoins particuliers ? Tu fais parti de la famille dorénavant. »

Elle étira un petit sourire mesquin, un sourire entendu et complice.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#34090
    Une journée pour se préparer. La Mirialan n’avait rien à ajouter. Quant à ses envies … il n’y avait pas grand chose non plus. Ranath avait l’intention de chercher un nexus de Force, de s’immerger en Elle et de chercher Komus. Nelvaan semblait être l’endroit idéal pour ce genre d’exercice, mais il fallait compter sur le fait que la Reine ne prendrait pas ce risque. On ne savait pas quelles pouvaient être les conséquences d’une telle prise de contact.

    Mais il y avait quand même bien quelque chose …

      « Ranath est devenu mon nom de Darth. Me nommer ainsi n’a pas vraiment de sens. »

    Elle n’avait pas réellement voulu que Ranath soit associé à sa condition sith. La chose avait été officialisée presque naturellement, sans discussion. Elle avait déclaré s’appeler Ranath, et elle était devenue Darth Ranath. Mais Ranath n’était qu’un cache misère pour ne pas avouer qu’alors elle n’avait pas souvenir de son propre nom, Mya. Tout ceci n’avait plus lieu d’être, et entendre ce nom dans la bouche de la Grise … c’était étrange. La Mirialan haussa les épaules.

      « Mya n’a pas plus de sens, mais je préfère peut-être. À toi de voir. »

    Toute cette histoire était idiote. Que voulait dire un nom ? À peine une identité. Ranath en avait toute une collection. Mya, Ranath, Sio, Sibi, Liuhin … en sus de tous les mensonges proférés quotidiennement à ce sujet. Helera n’avait qu’à choisir. Cela n’avait pas de valeur. Cela n’en avait plus.

    La journée passa lentement pour la Dame Sombre qui n’avait rien à préparer. Elle erra donc dans le château, puis aux alentours, bravant le froid pour faire quelques pas dans la neige et tuer l’ennui. Tout ce temps aurait pu être mis à profit d’un entraînement quelconque, mais la Mirialan se tenait loin, pour l’instant, de toute pratique sensitive. Par appréhension, certainement, et par fatigue. Néanmoins, car on ne pouvait faire taire ses sens, la Force, ici, était omniprésente, et Ranath relativement à l’aise dans cet environnement qui lui semblait familier.

    Elle réalisa plus tard dans l’après-midi que Nelvaan avait des airs de Mirial, imprégnée de la Force, et paisible en surface. La Mirialan coupa court à tout éventuel relent de nostalgie. Elle se sentait attirée par sa planète natale. Quelque chose l’y appelait. Et cette sensation, presque nouvelle, la faisait frissonner. Une visite prochaine s’imposait, et ce serait également l’occasion de prendre des nouvelles de l’enfant.

    Le soir venu, la Sith gagna la chambre qu’on lui prêtait pour la nuit. Elle indiqua vouloir être seule. Et elle appréhenda de trouver le sommeil. Elle s’inquiéta tant et si bien de ses cauchemars qu’elle ne dormit qu’à peine, une paire d’heures avant le lever du soleil. Komus la hantait. Aussi fut-elle heureuse de constater qu’il était temps de rejoindre Helera, et se prépara aussi vite que possible avant de quitter sa chambre. La Grise l’attendait en bas. Sa présence, et son empreinte dans la Force étonnèrent la Sith, elle rayonnait.

    À l’issu de quelques échanges d’une plate banalité, le plan de bataille fut mis sur la table.

      « À mon avis, la recherche de Komus passe par une phase méditative indispensable. J’ai déjà essayé, mais le résultat était peu convaincant. »

    En témoignait son état actuel.

      « Je pense qu’il faut être au moins deux, l’une pour chercher, l’autre pour protéger ou supporter, je ne sais pas comment appeler ça. Et je t’avoue ne pas vouloir impliquer davantage de consciences. »

    On ne savait pas de quoi Komus était capable.

      « Et peut-être devrions-nous nous placer près d’un nexus, c’est un exercice exténuant.

      Qu’en penses-tu ?
      »
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#34097
Ambiance


« A ta convenance, Mya. »

Pour Helera, chaque mot avait son importance, et surtout une signification, un sens caché. Une fois dis, ils évoquaient une idée, un concept et un passé significatif. Ils étaient la marque d’une prise de position. Elle avait cessé de l’appeler Mya, dès lors qu’elle avait compris qu’il n’y aurait plus de retour de la Jedi. Il n’était alors resté que la Sith, Ranath. Une Sith atypique, mais qui mainte fois avait attenté à sa vie, et à ses objectifs. Les remords n’y avaient pas changé grand-chose et la remise en question avait été inutile. Pour autant, elle n’avait pu la nommer ainsi que récemment, quand enfin elle avait compris. La rappeler par son prénom, son vrai, relevait d’une bizarrerie dans sa bouche. Pour autant, ce n’était pas difficile et même coulait tranquillement. Un bon point ? L’augure d’un futur resplendissant ? Il était trop tôt pour le dire. Mya prit congé, digérant les informations qu’elle avait apprises au cours de la journée.

Helera quant à elle était restée seule avec sa fille. Une journée entre fille, pendant laquelle elle s’était préparée mentalement à l’affrontement futur. Peut-être pas physique, mais au moins onirique. La reine avait erré également dans les couloirs du château, l’enfant dans les bras, l’esprit avec celui de la Grande Mère. Se demandant ce qu’il convenait de faire, ou ne pas faire. Tout cela dans une confusion totale, mélange entre sentiments et devoir. Le seul réconfort à tout ce brouhaha mental fut les yeux marron de sa fille qui l’observait tranquillement. Repliée sous le tissu dans lequel elle l’avait emmitouflée, Lily ne bougeait pas et restait proche de la contemplation de sa mère. C’était étrange, comme point de vu. D’être considérée comme exemple, probablement, comme référence. Le meilleur devait ressortir de soi, et pourtant, on se demandait si tout cela avait du sens et ne serait pas mal interprété. Au terme de l’après-midi, elle était remontée dans sa chambre et avait posé sa fille dans son lit, petite boule de chaire dans ce si grand lit. Helera s’endormit à même le lit, sa fille dans les bras.

ImageAu matin, elle s’était rapidement préparée, laissant sa fille dormir paisiblement. Helera avait alors rouvert des pans de son placard qu’elle n’avait plus pensé rouvrir. L’uniforme l’attendait, saillant, flambant d’une aura éternelle, marquée par les combats et la guerre. Disposé sur des cintres, elle avait l’impression d’avoir une partie d’elle qui l’épiait. Le miroir de son âme qui se reflétait sur ce métal chromé, donnant une vague ombre de sa silhouette. Elle posa une main sur le plastron et en caressa la matière rigide. Puis arpenta les mailles de protection Nelvaan qui l’avait complété. Toute une partie de sa vie, toute sa vie même, résumé par un équipement. Qu’il était paradoxal de penser qu’il avait été donné par des Sith, pour ses services au sein de l’armée. Elle en équipa morceau après morceau, ajoutant cette protection à même sa peau, pour ce voyage vers lequel Mya l’avait entraînée. D’abord les jambières, puis le plastron et enfin les poignets. En passant par les épaulettes. Le tout solidement sanglé. Ce n’est que lorsqu’elle referma le tiroir que la glace qui y était fixée refléta son allure.

« Tu devrais t’habiller comme cela plus souvent. Pendant les carnavals, tu ferais fureur. »

Helera roula du regard et baissa la tête. Elle n’appréciait pas se revoir là-dedans, mais pourtant … Pourtant c’était sans doute la meilleure protection personnel qui existait.

« Mama ! »

La reine fronça les sourcils et se retourna. Sa fille à quatre pattes l’observait avec un grand sourire et avançait piteusement dans sa direction, faisant fi du vide qui arrivait vers elle. Helera la rattrapa avant l’inévitable chute.

« Doucement, mon cœur, doucement. Qu’est-ce que tu as dit ? »

La petite la regarda et se mangea la main. Helera la lui enleva et lui caressa le torse. Lily attrapa ses doigts entre les siens et regarda un instant cette main qui la frottait, puis posa son regard sur l’armure contre laquelle elle se tenait, avant d’enfin lever les yeux vers sa mère.

« Mama ? »

Helera esquissa un sourire.

« Oh, mais tu t’es mise à parler toi ! C’est Papa qui va être jaloux. »

La reine leva sa fille et l’approcha de sa tête pour l’embrasser, ce qui la fit éclater d’un rire sonore et non pas moins attendrissant. Elle s’agita dans tous les sens tout en rigolant. Helera aurait bien passé encore du temps avec elle, mais … il était temps. Et Mya ne devait pas attendre.

« Tonton va venir s’occuper de toi. Je dois partir mon cœur, reste sage. Je t’aime mon bébé. »

Sur ces derniers mots, elle reposa sa fille dans son landau, puis récupéra son sabre. Pendant quelques instants, elle le détailla, pensant davantage à son enfant qu’à ce qu’elle tenait dans les mains. Un soupir, un geste de la main, et la reine transmit ses ordres.




Elle retrouva Mya en bas quelques instants plus tard. Le sujet fut lancé sans autre forme de procès.

« Hm … Tu sais ce que cela implique que d’être toutes les deux dans la Force, Mya. Nous allons devoir penser comme une seule personne, si nous voulons être efficaces. Autrement dit, on va devoir aller dans la tête de l’autre. »

Cette conception ne l’enchanta guère, et elle était certaine qu’à l’inverse, c’était la même chose. A quel point était-elle prête à trouver Komus ? Devant l’arche d’entrée du château, les deux femmes se regardèrent en chien de faïence. Helera invita son interlocutrice à la suivre, pénétrant de nouveau dans le château, franchissant la salle du trône, se dirigea vers la droite, vers l’extérieur. Là, il y avait un a-pic, avec au centre un grand foyer aux buches prêtes pour un nouveau rituel. De cet endroit, on pouvait contempler toute la plaine. Tout le village et l’au-delà. La reine renifla l’air et regarda le ciel nuageux qui menaçait d’éclater d’un moment à l’autre.

« Hm … »se contenta-t-elle de dire.

D’un geste de la main, elle chassa une partie de la neige autour du foyer et montra à Mya un emplacement ou s’assoir.

« Tu ne trouveras nul Nexus sur cette planète, Mya. Mais nous n’en avons pas besoin. La planète elle-même est un nexus, je sais que tu le ressens autant que moi. »

Pas de sourire, pas de froncement de sourcil, juste l’évidence d’un message. Helera se dirigea vers le précipice et regarda le village en contre bas, réfléchissant à la bonne marche à suivre. Quelques minutes pendant lesquelles elle laissa la mirialan seule. Quand elle revint, elle alluma la lame blanche sans autre forme de procès et la plongea dans le bois. De ce dernier naquit les premières flammes qui embrasèrent l’ensemble du foyer. Elle vint s’assoir aux côtés de la mirialan.

« Notre entreprise risque de faire de Nelvaan une cible pour Komus. Quand nous l’aurons trouvé, nous ne pourrons attendre qu’ils viennent. . »

Que les choses soient dites.

« Tu es celle qui le connais le mieux, tu connais son emprunte et son aura. Je te protégerai pendant ce temps, mais tu devras avoir confiance en moi. Si ce que tu dis est vrai, je ne pourrais lutter contre lui si je te sens agitée derrière moi. »

Elles se parlaient de maître à maître, rien de nouveau. Helera tendit une main vers Mya.

« Prête ? »
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#34128
    Partager la même pensée. N’être qu’un. Ça lui était égal. Quelques semaines auparavant, le rejet aurait été catégorique. La seule existence de Sabina méritait d’être protégée. Mais depuis, la donne avait changé.

    La Mirialan suivit son hôte au sommet d’une tour qui offrait une vue imprenable sur la vallée et la petite ville tribale qui s’étendait au pied de la montagne. Ranath se tenait en retrait tandis que la Grise contemplait son royaume, observant un lourd silence avant de s’animer de nouveau. Et la proposition qu’elle formula, bien qu’elle abondait dans le sens du plan initial de la Sith, se vit opposer un refus.

      « Si nous pouvons trouver Komus, il peut nous trouver. »

    Ranath observait croître le feu au cœur du bûcher.

      « En restant ici nous mettons potentiellement Nelvaan en danger.
      Nous devrions partir, même si nous perdons du temps.
      »

    Tout contact sensitif pouvait être réversible. Komus pouvait très bien à son tour tourner son regard en direction des deux femmes, les trouver, et les rejoindre. Tout ceci n’était qu’une longue suite de suppositions dont l’exactitude ne pouvait être préalablement vérifiée. Et malgré l’éventuelle urgence de la situation, perdre du temps à trouver un monde désert en ferait peut-être gagner plus tard.

    Il y avait bien une poignée de planètes sur lesquelles se rendre sans risquer de compromettre la sécurité de tout un secteur. Quelques mondes isolés et oubliés. Il y avait l’Ancien Empire Sith, mais emmener Helera là-bas … et l’on risquait l’interception impériale. Il y avait Ilum. À l’autre bout de la Galaxie. Mais le plus sûr pour la Mirialan demeurait le vide infini de l’espace.

      « N’agissons pas précipitamment. »

    N’était-ce pas une démarche prudente que la Grise prônait ? Ranath était persuadée que Helera ne mettrait pas sciemment sa planète en danger, quitte à se retrouver piégée en hyperespace à invoquer les esprits.

    La Sith attendait la décision de la Reine.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#34136
Finalement, la proposition fut rejetée. Elle répéta ce que la reine avait dit tantôt, sans prendre en compte la décision de la reine. La vie de la planète l’intéressait à ce point ? Helera replia son bras et posa ses mains sur ses hanches. Des évidences furent prononcées, sans réelles solutions. Des précautions à prendre, sans direction vers laquelle se dirigeait. La reine avait cette impression étrange de devoir être la seule à décider. Que Mya avait mis dans ses mains toute cette opération. Su aurait été peu convenable, sachant qu’elle ne savait rien du tout de ce qu’il se tramait dans la galaxie. Et ne savait encore moins ce qu’une planète mangeuse avait à faire ici. Ni comment la Force pouvait permettre ce genre de création. Des entités pareils devaient probablement être soumises à des règles que seules elles pouvaient comprendre. Ne serait-ce que par la gravité qu’elle devait influencer sur les astres alentours. Il suffisait qu’elle se place au bon endroit pour dérégler les axes orbitaux de n’importe quel autre caillou et les sortir de leur zone d’habitabilité. Helera vint s’assoir à côté d’elle.

« Mya … Nous sommes définis par ce que nous sommes. Des êtres aux capacités extra ordinaires. Qu’on le veuille ou non, cela sera toujours ainsi. Nous cacher ne fera que retarder l’inévitable échéance… Ce que je veux te dire, c’est que cette planète, aussi puissante puisse-t-elle être, saura lire dans nos esprits. Elle y verra tout et Nelvaan sera dans tous les cas une cible. »

Elle regarda le feu danser devant elles. Comment lutter face à l’inexorable fin programmée ? Comment combattre ce qui ne pouvait l’être ? Helera était de ces femmes qui fonçaient dans le tas, alors que toutes les autres possibilités étaient réduites à néant. Elle n’avait pas peur de la mort, simplement de la trace qu’elle laisserait sur le monde. Une planète sans reine, sans dirigeante. Une famille sans femmes. Une mère absente. Mise à part cela, rien ne la retenait véritablement encore sur ce monde.

« Il y a bien Ilum. Mais je crains que rester sur la planète ne nous expose à son climat peu favorable et nous gêne. »

Une idée.

« Ou alors … Quand un sensitif meure, s’il est assez puissant, il peut créer des nexus de Force. Tu as déjà vu cela j’imagine, sur Korriban peut être. Je ne sais pas vraiment l’expliquer, mais c’est comme si le flux de la Force était déchiré autour de la personne et … Bref. Tout ça pour dire que l’on peut admettre que plus la personne est puissante, plus le nexus l’est. »

Helera se passa une main dans les cheveux et se tint le menton, réfléchissant à toute vitesse, répertoriant les données enregistrées dans sa courte vie. Elle chercherait une fracture assez puissante pour avoir déchiré tout le voile d’un coup. Assez nettement pour que toute la galaxie le ressente.

« Endor… L’impératrice a été tuée sur Endor et toute une flotte, comprenant la plus grosse station spatiale connue. Je suis certaine que tu peux trouver ton nexus là-bas. En revanche, je crains que ce dernier ne soit obscure, un des plus dangereux qui doit exister. A toi de voir Mya. Ici, Ilum ou Endor. »
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#34146
    Nelvaan. Ilum. Endor. Il y en avait tant d'autres. Korriban. Helera en parlait justement. Ziost. Athis. Yavin IV. Dathomir. D'autres encore qui ne se présentaient pas à l'instant aux frontières de sa pensée. Il suffisait de faire un choix. Jeter un dé ? Ziost. C'était Ziost que la Sith voulait. Là-bas … elle se sentait un peu plus chez elle que n'importe où ailleurs. Sur cette planète, elle avait laissé une part d'elle-même. C'était là-bas qu'elle voulait retourner.

    Retarder l'échéance … La Reine disait vrai. Ici, ailleurs. Il devait bien commencer quelque part. Manger Nelvaan et ses voisines, ou s'attaquer à un autre secteur, c'était du pareil au même, autant de victimes, et la mort pour les deux sensitives effrontées.

    La Mirialan prit une brève inspiration, ponctuation de sa réflexion sinueuse.

      « Tu as raison. »

    Et le verdict.

      « Restons ici. »

    Ranath posait sur Helera un regard plein d'appréhension. L'exercice qui les attendait ne l'enchantait en rien. Pire, elle le redoutait. Mais passer cette épreuve avec la Grise avait quelque chose de rassurant. Du déjà vu. Au fond d'elle, la Mirialan connaissait la vraie raison de ses retrouvailles avec l'Humaine, même si elle n'osait l'avouer tout haut. Helera avait toujours été là, comme soutien ou comme adversaire. Ranath s'était toujours tournée vers elle, et elle avait toujours répondu, toujours, le message ne s'était jamais perdu, aussi étonnant que cela put paraître. C'était inexplicable, mais c'était ainsi. La loyauté de la Grise n’avait aucune limite. Elle était fidèle à ses amis, et fidèle à ses ennemis.

    La Sith laissa échapper un soupir distrait. Le cours de sa pensée s'éloignait, se perdait.

      « Où s'installe t-on ? Je voudrais que nous soyons seules, mais … »

    Quelque chose la dérangeait encore.

      « Nous serons sûrement plongées dans une transe profonde et je voudrais que quelqu'un puisse venir t’en tirer si les choses tournent mal. Pourtant je ne voudrais impliquer personne d'autre. Tu comprends ? »

    Ranath craignait en vérité de devenir violente, de perdre le contrôle. Comme elle l'avait perdu sur Ilum, trompée par Andeddu. Comme elle l'avait perdu sur Terminus …

      « Je ne sais pas ce qu'il s'est passé la dernière fois. Je voudrais que quelqu'un nous … surveille ? »
Conjonction au Zenith [Harlon]

La viande morte, le dos vautré sur un siège d[…]

Confederate Tactical Corps - CTAC

https://zupimages.net/up/18/50/cz1a.[…]

Nostrom Company

La directrice de com se dirigea vers le gouverneur[…]

----- Modération Flash ----- Cela suffir[…]