L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Avatar de l’utilisateur
By Darth Varadesh
#34403
Un très rapide et presque imperceptible soupir de soulagement. La tempête avait semblé être enfin passée sur elle sans trop la toucher, un bon point déjà. On pouvait dire qu'une relation entre Sith était de bonne augure si l'un ne manifestait pas d'envie particulière d'égorger l'autre pour une raison ou une autre. Autant dire que celle entre la Nagai et la Pantoran augurait du bon. D'un autre côté, un entretien avec quelqu'un d'aussi névrosé et lunatique qu'une Dame Sith n'était jamais une partie de plaisir mais plutôt un parcours du combattant ou chaque obstacle pouvait vous valoir un aller simple pour aller rencontrer votre mort.

Varadesh haussa un sourcil, étonnée. Comment ça, la Sith ne savait quasiment rien de son maître ni de ce qu'il s'était passé au sein de l'Ordre ? Voilà qui était surprenant, elle aurait eu tendance à croire que la fausse hapienne disposait d'espions pour la tenir informée ou du moins d'un moyen ésotérique de se tenir au courant. Avait-elle surestimé les capacités de tout ces Sith plus puissants qu'elle et qui semblaient au final pas plus actifs que ça ? Comment comptaient-ils se maintenir à leur place ou même disputer la préséance à la Dame Sombre s'ils se contentaient de vivre dans l'ombre sans aucune ambition ?

Pardonnez-moi ma Dame mais je ne comprend pas. N'est-il pas exact que toujours les membres de l'Ordre Sith se sont entre-déchirés pour le pouvoir ? N'est-ce pas le fondement de nos doctrines que ces luttes internes permettent de trier le bon gain de l'ivraie ? Dans ce cas, l'Ordre ne peut que se renforcer, pas disparaître. Ai-je tort ?

La pluralité des opinions étant quelque chose d'assez peu à la mode chez ceux de leur engeance, elle était vraiment curieuse de connaître l'opinion de la Nagai à ce sujet. De fait, cela pourrait lui permettre d'un peu mieux la cerner, voire, pourquoi pas, d'en apprendre plus sur son opinion à propos de l'Ordre actuel et son maître. Des informations très intéressantes, surtout glissées dans les oreilles adéquates. L'apprentie avait beau être une véritable ignorante en matière de manipulation et d'intrigue, elle commençait à développer le coup de main.

D'un geste, elle fut invitée à s'asseoir au sol, face à la Dame et adopter une pose propice à la méditation. Elle s'exécuta, intriguée de savoir ce qui allait se passer. Une épreuve peut-être ? Ou un autre genre de test, c'était possible avec les Sith, on ne devait jamais rien tenir pour acquis. Mains posées sur ses jambes en tailleur, la Pantoran observait d'un peu plus près la Nagai face à elle. Une beauté classique, ni trop ni trop peu et un visage presque avenant, s'il n'y avait cette impression de faux qu'elle avait, comme si tout ça n'était qu'un masque. Surement que ça venait de leur premier contact un peu froid, rien de bien grave.

Sans un mot, l'apprentie se plia au souhait de la sorcière, ferma les yeux et se concentra. Elle ressentit d'abord les vents du côté obscur qui soufflaient autour d'elle et savoura la sensation de puissance que cela lui procurait toujours. Puis, ouvrant son esprit à cette réserve de pouvoir, elle tendit les mains mentalement pour y puiser, se gorger de ce réservoir. Se faisant, elle canalisa et dirigea cette source de puissance en direction de la Nagai dont l'esprit lui était légèrement plus décelable à présent. L'aura de la jeune femme était peut-être vaguement ouverte à examen, elle n'en était que plus sombre encore.

Tant d'obscurité régnait en elle, Varadesh se sentait bien frêle en comparaison. D'abord jalouse de ce constat, elle devint amère puis de nouveau envieuse. Cela lui appartiendrait un jour, elle s'en était fait la promesse. Des images lui parvinrent alors, fugaces et à peine compréhensibles pour son cerveau peu habitué à ce genre de communion. Chaque fois qu'elle essayait de se saisir de l'un de ces souvenirs ou une de ces visions, elle échouait lamentablement. Tout était trop rapide, trop insaisissable. Pourtant elle parvint à capter une image rapide, celle d'une femme humaine grande et très belle qui se tenait au-dessus d'une enfant.

Cette vision apportait avec elle une sensation de... Haine ? Et de fierté, peut-être. Mais qui ressentait quoi et qui était qui ? L'humaine lui avait fait froid dans le dos malgré sa très brève apparition. Finalement, le contact fut rompu aussi vite qu'il était arrivé et elle se retrouva de nouveau dans le silence de son propre esprit, rejetée du flot de visions. Elle ouvrit les yeux, incertaine de ce qu'elle avait vu. La Nagai l'observait sans mot dire. Elle sentait qu'il lui fallait dire quelque chose.

J'ai vu... Une femme et une enfant. Vous et votre mère ? Non, c'était une humaine et vous ne semblez pas en être une... Votre maître ? J'ai senti des émotions rattachées à cette vision, un mélange de rage et d'orgueil... Elle vous a choisi comme apprentie parmi d'autres ? Ou alors peut-être que vous n'avez pas eu le choix...

Réfléchir à haute voix n'était peut-être pas la meilleure idée qui fut, le juge en face ne faisait pas partie d'une caste réputée indulgente. Tant pis, le mal était fait.

Avatar de l’utilisateur
By Darth Lyria
#34409
Darth Lyria choisit d'abord d'éviter de répondre à la première question de l'apprentie. La duchesse ignorait la nouvelle politique de l'Ordre Sith et préférait attendre avant de se faire la critique de la Règle de Deux. Autrefois, avec Darth Oxious et Darth Odion, les Sith avaient décidé de mettre de côté cette vieille doctrine de Bane. Or, voilà que des puristes pourraient lui en tenir rigueur et un conflit idéologique était la dernière chose dans laquelle voulait s'embarquer la sorcière.

Tout le temps que Varadesh navigait dans un flot incessant de souvenirs et de visions toutes aussi indéchiffrables les uns que les autres, Lyria l'observait en silence. Lire l'esprit des gens demeurait la base de leur manipulation et si la Pantoran parvenait à percer l'un des multiples secrets de la sorcière, cela s'avèrerait un bon premier apprentissage.

L'image de la femme frappa Darth Lyria tout comme elle frappa Darth Varadesh. À l'exception qu'un sourire se dessina sur les fines lèvres de la Nagai alors qu'un frisson traversa l'apprentie qui ouvrit alors ses yeux.

Qui était cette femme? Lyria soupira.


« Nous avons toujours des choix, Darth Varadesh. L'enfant que tu as vu a choisi la route de la connaissance, du savoir et du pouvoir. »


Elle planta son regard émeraude dans celui de la jeune femme. Nul doute que l'enfant était bien la sorcière Sith.

Dans l'esprit de Darth Lyria, le tonnerre de Nagi gronda comme il grondait le soir où elle avait été prise sous la coupe de son maître.


« Mon maître, Darth Traetius, était quelqu'un de très puissant, rusé, habile manipulatrice. Peut-être la connais-tu sous le nom de Gwa Cir-Delaviel, notre bienheureuse impératrice déchue? »


La Nagai se releva alors, signifiant que l'exercice était terminé. En quelques pas, elle gagna plutôt un poste informatique qu'elle alluma et y pianota quelques commandes. En s'exécutant, la Sith leva le voile sur les prochaines activités de l'apprentie dans l'Amas d'Hapès.


« Ce que Traetius m'a appris à la Cour impériale, je tâcherai de t'en apprendre un peu ici, dans le Consortium. Les Hapiennes sont beaucoup plus rusées et espiègles que ne pouvaient l'être les bougres nobles de l'Empire, il faudra donc te montrer plus rusée qu'elles... »


Une carte holographique du Consortium se dessina alors sous leurs yeux. Darth Lyria fit s'agrandir la projection pour que les lunes de Relephon soient bien visibles.


« D'ici quelques jours, nous nous rendrons vous et moi sur les lunes de Relephon pour une soirée organisée par la Maison AlGrey. Notre mission là-bas y sera triple: d'abord parfaire votre connaissance de la noblesse hapienne, tous les grands noms du Consortium y seront à l'exception de la Reine-Mère qui se déplace rarement pour ce genre de soirée.

Ensuite, j'aurai besoin de votre maîtrise du sabre pour y assassiner dans le plus grand des secrets Lady Isabeth Caidin, capitaine de la Marine royale hapienne et rivale de quelques officiers issues de la Maison Noctua.

Finalement, votre présence sera possiblement utile quand viendra le temps d'accomplir l'objectif principal de cette visite, soit la corruption de l'esprit de Lady AlGrey, prétendante au trône royale. »


Darth Lyria s'interrompit, laissant à Varadesh le temps d'assimiler toutes ces nouvelles informations.


« Je ne vous cacherai pas que mon travail dans le Consortium tourne autour de cette délicate opération qui pourrait mener l'Ordre Sith à contrôler indirectement l'une des plus grandes puissances de la Galaxie. J'ose espérer que Dame Ranath a su me confier un élément digne d'accomplir avec brio cette tâche... »
Avatar de l’utilisateur
By Darth Varadesh
#34420
Eh bien voilà qui était très intéressant. Traetius elle connaissait ce nom, utilisé par Gregor sur Thule pour nommer une ancienne Dame Sombre dont la jeune fille ne connaissait rien. Les archives dont elle disposait sur l'histoire Sith étaient très fragmentaires et à part le tristement célèbre Vador et l'ancien maître de Ranath, Darth Krayt, elle ne savait quasiment rien de ceux qui avaient pu précéder. Ainsi donc, l'ex-Impératrice ayant régné sur toute la galaxie pendant 30 ans avait été le maître de la Nagai. Il y avait donc à parier qu'elle était également l'ancienne Dame Sombre de l'Ordre. Vraiment très intéressant.

Je ne comprend pas, l'apprenti de Traetius était Vador, exact ? Si vous l'étiez également, cela signifie qu'elle ne suivait pas la Règle des Deux millénaire ? Pensait-elle qu'elle avait fait son temps et ne valait plus la peine d'être suivie ? Et vous, quelle est votre opinion sur le sujet ?

Elle se sentait un peu perdue dans tout cet imbroglio d'opinions contraires. Traetius avait atteint son rang par le biais de la doctrine de Bane mais avait ensuite refusé de s'y plier. Il semblait évident que la sorcière Sith n'était pas non plus trop versée dans ces choses-là, car la mort de son maître l'aurait en principe placée en héritière toute désignée. Odion lui-même lui avait signifié son mépris pour ces préceptes, sans oublier que son propre maître ne semblait guère y être attachée non plus. Mais alors restait la question : quelle règle devait-elle suivre, quel précepte la guiderait sur la voie des Sith ? La frustration de n'avoir aucune réponse d'un maître muet et perpétuellement absent la rongea de nouveau.

Une carte de l'Amas d'Hapes l'attendait là ou la Dame s'était dirigée après s'être relevée. Elle l'étudia attentivement. Le Consortium était un territoire vaste, bien qu'il restait largement petit en comparaison aux autres grandes puissances galactiques. C'était un mystère qui l'intriguait et elle partagea ses réflexions avec la Nagai.

Hapes n'est pas très étendu. Comment ont-ils pu résister à l'appétit expansif de l'Empire ? Comment parviennent-ils à maintenir leurs frontières et leur territoire inviolés ?

Des questions, toujours des questions, encore des questions. Constamment curieuse de tout et désireuse de savoir, l'apprentie oubliait souvent la prudence et posait ses questions sans même les peser d'abord. Elle écouta l'exposé de la situation et l'avenir qui l'attendait aux côtés de la sorcière. Apprendre, tuer et aider, voilà quelles seraient ses tâches à cette soirée festive. Des tâches relativement simples l'une dans l'autre et dont elle avait l'habitude, ça n'allait pas trop la dépayser. Mains croisées dans le dos, Varadesh tourna la tête en direction de la Nagai.

Je ne vous décevrai pas, dame... Comment dois-je vous appeler ? Je ne connais pas votre nom et j'imagine que vous nommer Dame Sith en public ferait tâche. Quant à moi, je prendrai le nom de Serena Jama pour tout autre que vous.

A présent, une ou deux questions concernant le briefing donné.

Que vous rapportera la mort de Lady Caidin, le soutien de la Maison Noctua ? Quelles sont les chances de Lady AIGrey en tant que prétendante au trône, à supposer que la Reine-Mère ne l'occupe plus ? Pourquoi ne projetez-vous pas de vous asseoir en personne sur le trône alors que vous êtes visiblement de la noblesse hapienne vous aussi ? Quelle sera mon identité à cette soirée ?

Cette dernière question la laissait songeuse. Elle s'imaginait plutôt probablement en tant que servante ou domestique de la Nagai. Invisible aux yeux de la bonne société et libre de ses mouvements tant elle serait insignifiante. Du moment qu'elle aurait un moyen de faire passer son sabre laser en douce, elle ne doutait pas de sa capacité à tuer sa cible. D'un autre côté, la Force pourrait tout aussi bien lui permettre de réaliser cette tâche. Une certaine excitation la gagnait, à présent qu'elle savait que les choses sérieuses allaient bientôt commencer. Une nouvelle occasion d'agir, de briller, d'apprendre et de montrer son potentiel à l'un des sombres maîtres Sith.
Avatar de l’utilisateur
By Darth Lyria
#34424
Encore toutes ces questions sur le fonctionnement que devait avoir l'Ordre Sith. Lasse, Darth Lyria répondit prestement aux nombreuses questions de l'apprentie.


« La Règle de Bane, les enseignements millénaires de certains Seigneurs Sith, le Code Sith lui-même... Ce sont toutes des règles qui, en un sens, peuvent se montrer contre-productives à la véritable vocation d'un Seigneur ou d'une Dame Sith: le pouvoir. S'enfermer dans des carcans n'apportera rien à l'Ordre que de ralentir sa montée en puissance et la destruction des Jedi. »


La Nagai marqua une pause et enchaîna.


« D'ailleurs, n'est-ce pas la faiblesse des Jedi, leurs règles et leurs restrictions? Montrons-nous plus avisés qu'eux en nous libérant des chaînes que peuvent être ces lois millénaires. »

« Il n'y a qu'une seule loi, Darth Varadesh, et c'est celle du plus fort... »


Puis vint le sujet du Consortium et, encore une fois, plusieurs questions sortirent de la bouche de l'apprentie.


« Le Consortium d'Hapès est une puissance militaire qui peut très bien tenir tête à la flotte impériale. Traetius et ses successeurs ont toujours respecté cette région et préféré ne pas s'embourber dans un conflit coûteux et inutile. »

« Ici, je suis connue sous mon véritable nom: duchesse Alemidna Zannar-Maad. Vous serez donc une invitée diplomatique de Tanaab. Vous n'aurez qu'à vous faire passer pour une représentante d'une firme voulant profiter de l'ouverture économique récente de l'espace hapien. »

« Les Maisons Caidin et Noctua se vouent une lutte incessante pour l'influence au sein de la Marine royale. L'assassinat de Lady Caidin ne sera qu'une belle façon d'attirer l'attention de cette dernière sur les récentes activités politiques de la Maison Maad. J'ai autre chose à leur offrir pour conclure une alliance plus stable. C'est d'ailleurs à travers ce jeu d'alliances que l'ascension de Lady AlGray devrait se faire sans trop d'encombres. »


Nouvelle commande sur le poste, de nouvelles images holographiques apparurent, soit les portraits de plusieurs duchesses et lady. Toutes membres de la fameuses Ligue Héritage...


« La Ligue Héritage est un mouvement politique secret qui cherche à renverser la Reine-Mère actuelle. Mouvement alimenté par une crainte de l'extérieur que j'ai volontairement exploitée en ouvrant les frontières de ma propre Maison. Certains dames sont au courant de mes... habiletés avec la Force, d'autres non. »


Darth Lyria résuma alors brièvement les quelques jeux de pouvoirs auxquels elle s'était adonné pour consolider son influence au sein de la Ligue. Ne restait plus qu'à s'assurer de la loyauté de quelques dernières maisons avant de porter le coup de grâce. D'ailleurs, pourquoi n'allait-elle pas elle-même sur le trône?


« D'abord car le sang royal ne coule pas dans mes veines, un détail auquel accorde beaucoup d'importance la noblesse hapienne. Puis les fonctions de reine-mère me tiendrait beaucoup trop occupé pour avoir la liberté de poursuivre mes connaissances du Côté Obscur de la Force. »

« S'il y a bien une chose qu'Odion et moi-même avons retenu du règne de Traetius, c'est que pouvoir politique et pouvoir mystique ne font pas bon ménage. L'on perd vite le sens des priorités... »

« D'autres questions, Darth Varadesh? »


Autrement, la sorcière et elle se dirigeraient vers le hangar personnel de la Sith où les attendait la mercenaire Piriena Frietz. Là, elles prendraient une navette pour gagner Sheddu Maad, capitale de la Maison Maad, où Darth Lyria continuerait à instruire l'apprentie sur les us et coutumes d'Hapès jusqu'au jour de la soirée tant attendue...
Avatar de l’utilisateur
By Darth Varadesh
#34434
S'il est inutile de suivre des règles, pourquoi enseigne-t-on aux apprentis le Code Sith et d'autres doctrines dans ce cas ? S'il n'existe aucun encadrement dont nous devrions tenir compte, sommes-nous vraiment plus forts que les Jedi ou sommes-nous moins que des Sith ? La Règle des Deux n'a-t-elle pas permis l'émergence d'un Empire galactique par la volonté de l'Ordre Sith ?

Encore des questions, un flot de questions. Intarissable, l'apprentie l'était assurément. Et plus elle obtenait de réponses, plus cela engendrait de questions et plus elle elle voulait en savoir. Elle se rendait compte à présent que le temps passé loin de son maître lui avait été insupportable car elle n'apprenait pour ainsi dire pas grand-chose hors du carcan de son mentor. Alemidna représentait une forme de compensation, un maître temporaire qui lui apprendrait. Et la soif de savoir était donc revenue, plus dévorante que jamais.

Vous pensez qu'en abattant l'obstacle que représente la Maison Caidin, vous obtiendrez de l'influence sur la Maison Noctua et à travers elle la Marine ?

C'était censé, tout bon coup d'état qui se respecte devait nécessairement avoir le soutien de l'armée s'il voulait pouvoir réussir, pas forcément pour déposer le chef en place mais pour pouvoir rester sur le trône une fois que c'était fait. Et vu l'étendue du territoire hapien, avoir dans la poche la Marine qui gérait les flottes et les mouvements des armées, c'était disposer des clés de tout le secteur. Maad avait finement pensé son plan et pouvait être fière d'elle.

Puis ce fut le moment d'en apprendre un peu plus sur la Ligue Héritage, conjuration crée par la Sith pour rassembler ceux qui souhaitaient visiblement changer de dirigeante. Et à en croire les explications de la Nagai, tous n'étaient pas exactement d'accord pour suivre ses ordres. Au début, Varadesh ne comprit pas. Pourquoi créer toute une conjuration contre la Reine-Mère si c'était pour la remplir de Maisons qui se détestaient toutes entre elles et surtout la Maison Maad à laquelle appartenait la Sith ?

Puis elle y réfléchit tandis que Zannar lui expliquait pourquoi elle ne tenait pas à être elle-même sur le trône. Peut-être que son plan incluait de faire en sorte que les autres Maisons ne soient pas conscientes d'être sous sa coupe pour mieux les manipuler ou peut-être qu'elle projetait de d'abord s'assurer de la loyauté de chaque membre de sa ligue avant de frapper. Il était tout aussi possible, plus simplement, qu'elle eut dû faire avec ce qu'elle avait et qu'il était impossible de réunir de puissantes maisons nobles qui par défaut seraient toutes ses vassales. C'était surement l'explication la plus crédible.

Vous connaissez Darth Odion, Dame Maad ?

L'étonnement perçait dans le timbre de sa voix. Tout les Sith de la galaxie semblaient se connaître décidément, sauf elle à qui on ne disait rien. Une ombre de ressentiment refit surface. Toujours mise à l'écart, jamais tenue au courant de rien, toujours la dernière à savoir, toujours à devoir obéir en silence. Si elle était assez maligne pour savoir se taire et faire comme si de rien n'était pour le bien de son avenir, force était d'avouer que sa volonté d'indépendance nouvelle et grandissante la faisait accepter mal ce rôle de servante. Elle n'avait pas été libérée de sa vie d'esclave pour en embrasser une sous une autre forme.

Le véritable pouvoir est dans les mains de celui qui se tient à côté du trône, pas celui qui y siège...

Elle avait dit cela presque sans y penser, pour elle-même, sans se rendre compte qu'elle l'avait dit à haute voix. Songeuse, elle médita sur cette idée et se promit de ne pas l'oublier. Cela lui serait utile à l'avenir. Finalement, un hochement de tête affirmatif à l'attention de la Nagai pour lui signifier qu'elle était prête. L'avenir appartient aux Sith qui agissent tôt après tout et elles avaient à faire.
Avatar de l’utilisateur
By Darth Lyria
#34515
« Elle a été la cause de cet Empire et la raison de sa chute, le pouvoir étant concentré autour de deux seules personnes... »


Lyria soupira, vint la question sur Odion. Comment qualifier leur relation? Ami-ennemi-rivaux-holocron-aficionado-détesteurs-de-Traetius?


« Darth Odion et moi-même avons à quelques reprises collaborés. Sans plus. Maintenant suffi les questions: nous devons nous préparer pour le grand soir! »





Image


[Salle de bal du palais de la maison AlGray – Relephon – Amas d'Hapès]
[Trois jours plus tard...]


Et le grand soir vint rapidement! Après avoir débourser quelques milliers de crédits pour habiller convenablement l'apprentie Sith, la sorcière l'accompagna tel que prévu sur Relephon, dans le fief de la puissante maison AlGrey, pour y accomplir la volonté des Sith. Une simple navette fut mobilisée pour le voyage et elle se faufila habilement entre les dizaines de navires de guerres hapiens qui orbitaient autour des lunes. Les AlGrey avaient bâti leur réputation autour de leur puissance militaire et il fallait être soit cinglé ou foutrement bien entouré pour oser s'attaquer à cette maison noble.

Tel n'était pas le but des deux Sith ce soir... du moins pas officiellement! Révisant une dernière fois l'alibi de Darth Varadesh – ou Serena Jama jeune cadre de la firme Agroplex – Darth Lyria ajusta ses boucles d'oreilles et le col de son manteau. Habillée assez sobrement, la duchesse de Maad s'était fiée à la styliste de la maison pour lui concocter une tenue de soirée fonctionnelle et aux goûts de la dernière mode hapienne. Évidemment, son sabre-laser étant discrètement dissimulé et prêt à être utilisé si jamais...

La navette se posa, les deux femmes furent accompagnées jusqu'à l'entrée du palais puis jusqu'à la grande salle de réception sur deux étages. Un ensemble y jouait les pièces magistrale du répertoire contemporain et, déjà, une armée de majordomes s'assuraient que les moindres désires des invités étaient comblés. Plusieurs hautes pointures de la noblesse hapienne étaient présents: la duchesse Starfyre, le duc Zerbe, Lady Galney, une jeune lady de la maison Vespasian, Duchesse Juun et, évidemment, Lady AlGrey qui s'assurait que tous étaient satisfaits de la soirée. Aucune trace cependant de Lady Isabeth Caidin, qui n'était possiblement pas encore arrivée. Les deux Sith avaient donc le temps de s'adonner aux jeux de la cour avant de passer aux choses sérieuses.

Vint justement Lady AlGrey à leur rencontre, tout comme un droïde protocolaire argent portant un plateau sur lequel étaient déposées des flûtes de champagne.


« Duchesse Zannar-Maad, un heureux plaisir de pouvoir compter sur votre présence ce soir! Et... votre accompagnatrice? Les personnes en charge des réservations m'ont informé de la présence d'une jeune femme de... l'extérieur? »


Sourire forcé, main tendue de la part de Lady AlGrey. Alemidna inclina respectueusement la tête et laissa à son invitée le soin de se présenter elle-même avant de saisir un breuvage.
Modifié en dernier par Darth Lyria le mer. 19 déc. 2018 00:26, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Darth Varadesh
#34522
Image


Inspirer une grande bouffée d'air, expirer lentement. Fermer les yeux jusqu'à ce que le sas du transport qui les menaient à la riche demeure hapienne ne s'ouvre. Alemidna lui avait glissé cette petite astuce juste avant que la navette ne parte pour Relephon, lui expliquant que cela permettait de garder son calme et ne pas succomber au trac. Elle allait en avoir sacrément besoin pour cette soirée. Malgré les bons soins de la Nagai qui avait eu à coeur de l'éduquer autant que possible sur les manières de cour et Hapes en général, elle savait avoir de cruels manques en la matière, notamment de pratique.

Et par-dessus, elle avait terriblement conscience d'être une étrangère en milieu hostile qui n'était pas du tout au même niveau que la bonne société dans laquelle elle s'embarquait. Rien dans son apprentissage auprès de Ranath ne l'avait encore préparée à devoir se faire passer pour une autre au milieu de la noblesse méprisante et hautaine. Cela allait être une expérience inédite, dans les bons sens du terme comme dans les mauvais. Malgré sa nervosité, la jeune fille n'avait pas l'intention d'échouer, bien consciente des enjeux. Elle était impatiente de faire ses preuves aux yeux de la sorcière et de lui montrer qu'il fallait compter sur elle autrement que comme un simple outi.

Pour l'occasion elle avait choisi un haut d'un violet plutôt foncé, à la fois moulé pour discrètement accentuer ses formes et en même temps plus suggérer que réellement montrer, le tout restant confortable et ne gênant pas beaucoup ses mouvements. En prime, ce haut comportait une poche intérieure contenant son propre sabre laser, idéal en cas de situation alarmante. Un pantalon noir et des bottes de soirée complétaient l'ensemble et le tout lui conférait une allure à la fois gracieuse et élégante, avec un petit côté rebelle. Elle avait pensé qu'étant donné l'opinion toute faite et probablement impossible à changer des indigènes envers les étrangers, il était inutile de chercher à se démarquer en terme de faste et de grande pompe. Mieux valait jouer la carte de "l'effet waouh" quitte à scandaliser et choquer. Après tout, les hapiens n'en attendaient pas moins de ces cuistres d'étrangers.

Lady Zannar-Maad quant à elle semblait plutôt avoir opté pour ce qui devait être à la mode à la cour. En toute honnêteté, Varadesh lui trouvait un air d'araignée prête à frapper, pas vraiment de dame noble alliant prestance et beauté. Non que la Nagai fut laide mais elle ne se mettait vraiment pas en valeur. Et non, elle n'avait pas partagé son ressenti avec la sorcière, considérant que c'était le meilleur moyen de se prendre une gifle agrémentée d'un étranglement pour la forme. Le caractère névrosé des aînées Sith elle avait déjà donné merci bien. Elle risqua un coup d’œil rapide en direction de la sorcière, laquelle avançait un mètre devant elle tandis qu'elles se dirigeaient vers l'entrée de la demeure.

Une fois les invitations examinées, les serviteurs les laissèrent entrer. Elle surprit un regard noir de l'un des pages, ici même le petit personnel se prenait pour des rois et des reines comparé aux aliens. Cette suffisance ne fit que s'aggraver lorsqu'elles pénétrèrent dans la salle de balle et les grands halls à proprement parler, provoquant l'intérêt de nombreux invités déjà présents. Les regards allant du méprisant au dégoûté en passant par le concupiscent ne les épargnèrent pas, bien que les 2 premiers lui furent surtout réservés. Elle éprouva un sursaut de colère en voyant tout ces individus nés avec une cuillère en argent la juger sans rien savoir d'elle mais la réprouva avant que cela ne devint trop voyant.

Si elle bouillonnait intérieurement, elle sut présenter un visage indéchiffrable aux yeux du public. Elle aperçut les visages d'individus que Zannar lui avait dit être importants pour ses plans mais n'eut qu'à peine le temps de mémoriser leurs visages plus avant lorsque la maîtresse des lieux se présenta devant elles pour accepter leurs salutations et sacrifier aux règles de l'hospitalité. Hospitalité quasiment inexistante pour la Pantoran étrangère qu'elle était, précisons-le. Varadesh rendit le regard perçant et acéré de Lady AlGrey puis fit une révérence à l'hapienne. Tel qu'on le lui avait expliqué, excepté un chef d'Etat, aucun étranger ne pouvait se prétendre l'égal des nobles hapiens et encore moins des Ladies.

Lady AlGrey, permettez-moi de me présenter, Serena Jama, de la mégacorporation Agroplex. Je suis profondément honorée d'avoir été conviée à cette magnifique fête et je ne peux que louer l'hospitalité dont vous faites preuve. Je suis ici pour conclure une affaire avec Zannar-Maad.

Elle n'obtiendrait probablement jamais leur respect et celui-ci lui était de toute façon bien égal, mais elle pouvait au moins retenir leur attention en établissant que toute inférieure qu'elle leur fut, elle amenait avec elle l'odeur de l'argent. Une langue commune, elle le savait fort bien, à toutes les espèces de la galaxie, qu'elles se prétendent l'élite ou non.

Ces torches-culs me regardent comme si j'étais sortie d'une poubelle. Je me demande comment vous faites pour réprimer l'envie de les éventrer d'un coup de sabre ma Dame.

La voie de l'apprentie résonna dans la tête de la sorcière. Très pratique comme moyen de discuter ou comploter via la Force. La supériorité hapienne pouvait bien la regarder de haut, elle ne disposait pas du pouvoir que manipulaient les Sith. Et cela causerait leur perte. Incertaine à propos de son droit à prendre elle-même un verre d'alcool, elle préférait laisser les 2 nobles choisir pour elle histoire d'éviter une bévue.

Avatar de l’utilisateur
By Darth Lyria
#34572
La jeune Lady AlGrey regarda de bas en haut la Pantoran avec une moue mystérieuse: mi-intriguée, mi-réservée par cette étrangère qui avait pourtant réussi à se glisser aux côtés d'une des maisons nobles hapiennes. Un silence suivit la présentation de Varadesh. Lyria regarda au sol, secrètement amusée par cette tension diplomatique alimentée par des relents de xénophobie institutionnalisée.

Puis, un sourire illumina le visage de l'hôtesse de la soirée qui saisit une flûte de champagne et la tendit à la Pantoran.


« Les amis des Maad sont mes amis, Madame Jama. Profitez bien de la soirée! »


La Nagai releva alors la tête et glissa, avant que la jeune noble ne les quitte pour de nouveaux invités:


« Ma Dame, je devrai m'entretenir avec vous – en privé – lorsque vous aurez un moment... »


Sous-entendu: il s'agit des affaires de la Ligue, ce que comprit la jeune femme au regard insistant de la sorcière Sith. Lady AlGrey répondit d'un timide sourire, précisant qu'un majordome viendrait lui dire lorsqu'elles pourraient se voir dans son bureau. Puis la noble laissa les deux femmes à elles-mêmes.


« Ces torches-culs me regardent comme si j'étais sortie d'une poubelle. Je me demande comment vous faites pour réprimer l'envie de les éventrer d'un coup de sabre ma Dame. »


Darth Lyria réprima un sourire lorsqu'elle entendit les propos de l'apprentie dans sa tête.


« Cultive cette colère, jeune apprentie. Elle te sera utile pour ta mission. Une colère qui mûrie est beaucoup plus puissante qu'une colère spontanée. »


Et justement... La sorcière indiqua à Varadesh d'un geste de la tête de regarder vers sa droite. Vêtue de l'uniforme militaire hapien, la capitaine Isabeth Caidin était arrivée dans la salle de bal et discutait avec Lady Galney et une autre militaire que Lyria ne connaissait pas.


« Une idée de comment vous allez procéder, jeune apprentie? »


Avatar de l’utilisateur
By Darth Varadesh
#34581
La tension avait été présente dès le moment ou la maîtresse des lieux avait remarqué la petite chose étrangère et alien qui suivait les pas feutrés de Dame Maad. Et elle n'avait pas cessé durant le temps qu'elle prit pour l'examiner du regard sous toutes les coutures. Elle cherchait quoi ? Deviner à quel point elle était supérieure à la bleue ? Comme si ces trublions avaient tous besoin d'une raison pour se placer au-dessus de la mêlée alors qu'ils n'étaient bons qu'à savourer leurs petits fours et leur alcool hors de prix pendant que dehors la galaxie continuait de tourner. Bénis soient les bienheureux ignorants qu'il disait...

Ce sera avec grand plaisir, Lady AlGrey.

Elle accepta volontiers le verre de champagne et observa avec intérêt le rapide échange entre les 2 nobles dames. Ah oui, c'est vrai qu'il y avait entre autres ce projet d'ensorceler la belle durant la soirée. La perspective fit sourire l'apprentie. Par la Lady, elles contrôleraient un jour tout Hapes. Chacun de ces imbéciles et ces idiotes présents à cette fête et tout ceux dans le Consortium deviendraient un jour prochain leurs larbins. L'idée était séduisante et avait un goût délicieux de revanche.

Elle but une gorgée d'alcool et frissonna au goût incroyablement riche du breuvage. Elle avait bu plus qu'à son tour quelques jours plus tôt sur Chandrila lors de sa rencontre avec la belle princesse et n'aurait pas cru pouvoir goûter meilleur alcool. Il faut croire que les hapiens ne prenaient que le meilleur, par orgueil exacerbé ou par raffinement, difficile à dire. Elle laissa ses pensées s'égarer brièvement au sujet d'Alayna, se demandant à quoi la jeune fille pouvait bien être occupée. Est-ce qu'elle pensait elle aussi à leur folle soirée ? Elle voulait y croire.

Mais évidemment, avec le souvenir de Chandrila vint celui, beaucoup moins agréable, de ses adieux à... Lui. Elle ne parvenait toujours pas à prononcer son nom, même intérieurement. La décision qu'elle avait prise avait beau avoir été nécessaire, elle n'en avait pas été facile pour autant. Et à présent qu'elle y repensait involontairement, une question lui venait en tête. Pourrait-elle jamais se remettre du crime commis ? Puis ses sombres pensées furent interrompues par la voix aux accents étrangement mélodieux de la Nagai dans sa tête. Elle se figurait le caractère de la sorcière exactement comme ça : en surface avenante, sociable et sympathique mais à l'intérieur, rongée par la soif de pouvoir, l'ambition et d'autres émotions plus sombres encore.

Comme tout les Sith.

Je reconnais Isabeth Caidin, celle qui doit mourir mais pas les 2 autres. Se peut-il que l'une de ces 2 femmes soit une Noctua, la fameuse Maison rivale ? J'imagine que les coups de couteau et autres joyeusetés doivent être dissimulés sous les sourires et les poignées de main, de fait ça ne m'étonnerait pas beaucoup. Je vais déjà aller accoster ces demoiselles puis papoter un peu pour apprendre à les cerner. Ensuite je trouverai un moyen de nous éclipser, moi et Caidin et j'accomplirai ma tâche.

Elle avait vaguement une ou 2 idées. Trouver un terrain d'entente pour de fausses négociations commerciales alléchantes en exclusivité pour la Maison Caidin et prétexter le besoin d'en parler loin des oreilles indiscrètes. Il y avait aussi la possibilité, si la militaire était de ce bord-là, de la séduire et sous prétexte de prendre du bon temps, de l'envoyer dans l'autre monde. Tout les moyens sont bons après tout. Histoire de se donner du courage et oublier un peu la nervosité qu'elle sentait monter (première fois dans la haute société), elle but une autre gorgée de son verre, prit une longue inspiration puis se lança.

Heureusement qu'elle n'avait pas été forcée de porter ces fichus talons aiguilles extrêmement inconfortables dont semblait raffoler la noblesse hapienne sinon elle aurait eu toutes les chances de trébucher. Il n'aurait plus manqué que ça que la seule étrangère présente tombe par terre et qu'elle se couvre de honte, rien de mieux pour se faire remarquer dans le plus mauvais sens du terme. Heureusement, le trajet de quelques mètres se passa bien. Lorsqu'elle fut proche, Caidin tourna la tête vers elle et la vit. Elle tendit la main non pas pour la saluer comme on aurait pu le penser mais... Pour prendre le verre qu'elle tenait.

Vous tombez bien, j'allais sonner pour qu'on m'apporte à boire. Vous êtes encore là ? Disposez !

Varadesh fronça les sourcils. Ah oui, évidemment elle aurait dû se douter d'un truc du genre. Voilà qu'on la prenait pour une domestique tout juste bonne à servir à boire aux nobles invités. Elle parvint à maîtriser son expression pour ne pas froisser ces nobles dames mais intérieurement, elle bouillait de rage. Oh, si ça continuait comme ça, cette soirée allait finir en bain de sang. Elle se força à se calmer, se souvenant du conseil de la sorcière. Attiser la colère mais la garder à l'intérieur jusqu'au bon moment. Elle s'inclina respectueusement en une révérence gracieuse, au moins autant que celle pour en l'honneur de Lady AlGrey.

Veuillez m'excuser mesdames, je ne suis pas une servante. Serena Jama, représentante d'Agroplex. Je suis une connaissance de Dame Zannar-Maad. Enchantée de vous rencontrer.

Avatar de l’utilisateur
By Darth Lyria
#34703


L'apprentie s'éclipsa pour aller faire des courbettes aux jeunes militaires qui ne se doutaient pas sur qui elles allaient prochainement tomber. Restée à sa place, Dame Zannar-Maad porta lentement sa propre flûte de champagne à ses minces lèvres et bu une gorgée, ne lâchant pas du regard la Pantoran qui tâchait de se présenter aux autres. Puis, quelque chose dans la Force fit légèrement trembler la main de la Sith. Une présence qu'elle n'avait pas prévu et qui venait compliquer leur mission.

Alors qu'elle avait cette réflexion, une dizaine de femmes à l'uniforme pourpre se glissèrent dans la salle de bal. Telles des ombres: imperceptibles pour le commun des mortels, mais bien visibles pour l'oeil averti de la Dame Sith.


« Darth Varadesh, nous avons de la compagnie. Imitez les autres. »


La musique s'arrêta nette.


« Mesdames et messieurs », tonna une voix féminine. « Son Altesse royale hapienne! »


Tous, la Dame SIth comprise, mirent un genou à terre et baissèrent les yeux au sol.

Si l'opulence pouvait s'incarner en une personne, il devait s'agir de la Reine-Mère hapienne. Un véritable maelström de bijoux, de tissus, de couleurs, de textures, se présenta au sommet de l'escalier principal, flanqué d'autres gardes pourpres. La reine descendit lentement, sous les applaudissements de la foule qui s'était redressée.

Discrètement, Darth Lyria gagna l'apprentie Sith pour lui glisser à l'oreille: « la Reine-Mère Nihalé est secrètement une sensitive. » Puis la Sith sourit de ses blanches dents légèrement pointues au passage de la souveraine qui ne porta aucune attention à la Pantoran. Un troupeau de courtisanes s'agglutina immédiatement autour de la Reine-Mère qui débuta une série de discussions légères. Les invités retournèrent à leurs activités précédentes et Darth Lyria resta avec Varadesh qui pouvait reprendre avec les trois militaires.


« Agroplex? », questionna Isabeth Caidin. « De quel monde s'agit-il exactement? Êtes-vous de ce que les étrangers appellent l'Empire? »


Lyria ne prêta pas attention à cette stupide question de la noble et jeta un regard vers la Reine-Mère. Rien ne semblait trahir une visite motivée par une personne ayant révélé quoi que ce soit sur la raison de sa propre venue ici. Mais l'on était jamais trop prudente dans le Consortium d'Hapès...
La face cachée du destin

Pour un murmure, l'Empereur pouvait se montr[…]

La traque

Docile et obéissant, l'agent s'assit à côté d'elle[…]

Tiens plus fermement la poignée du sabre, tu […]

[Molavar] Portée par un souffle

La louve avait un protégé. Elle lui garantissait[…]

A nouveau mois nouvelles arrivées. Le Dr Schwartz […]

https://image.noelshack.com/fichiers[…]

La Bataille pour Concord Dawn

Quelques minutes avant le décollage, on sentait t[…]

Vers une nouvelle aventure

[ BALMORRA - Base Stellaire 23 - Bureau de l'Amira[…]