L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Les défaites de Yavin et Endor n'ont pas entamé la foi du gouvernement de Yaga Minor dans la doctrine impériale. La Nouvelle République suppose d'ailleurs que les quartiers de l'Ubiqtorat sont toujours dissimulés au fond des grottes et des forêts de cette planète qui abrite également de puissants chantiers navals.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#34758
« Vice-amiral Truc » ? Helera lui jeta un regard noir. Ce n’était pas une manière de parler à un officier, même d’une autre branche. Pour qui se prenait-il, ce directeur des renseignements ? Pour ne pas briser des relations qui auraient pu s’avérer fructueuse à l’avenir, la reine ne fit aucun commentaire, se contentant de le regarder. Avec la même condescendance qu’il prenait pour rabaisser le pauvre vice-amiral, qui rappelons le, avait les bonnes grâces de sa majesté impériale. Le directeur n’eut alors droit qu’à un haussement de tête. Quand enfin il quitta la pièce, l’amiral éclata d’un rire sonore, tandis qu’Helera roula des yeux en hochant la tête négativement. Elle se retourna vers l’officier et lui envoya un sourire. Le comique de situation laissait penser à une mauvaise pièce de théâtre, mais la Moff n’était pas femme à s’extasier. Elle gardait son sang-froid, entraînement sensitif oblige.

Par la suite, il expliqua en quoi consistait sa présence dans la pièce, et dans cette réunion. Il se prit même d’un monologue puisque ni la Chiss, ni l’humaine, n’ouvrirent la bouche. C’était souvent le cas avec les personnes trop pleines d’enthousiasme. Néanmoins, cela ne gêna pas la reine qui l’écoutait seulement, lançant par moment des regards à la Chiss pour qui les paroles étaient destinées. Et tantôt vers l’amiral, qui eut droit à des sourires pour lui partager son enthousiasme. Il avait l’air d’un chic type. C’était rare dans cet empire où la totalité des personnes voulaient la voir virer pour hérésie sensitive, parce qu’elle était une femme, ou parce qu’elle dirigeait des non-humains. Cela la rendait méfiante et particulièrement morose en ces temps. Il y eu finalement un échange de plaque, des explications peu claires à l’impériale, et la Chiss quitta la pièce sans un mot de politesse, ce qui tira un sourire à l’humaine. Aucun commentaire cependant, elle ne jugerait pas l’alien à ses manières.

Alors les choses sérieuses purent commencer. Déjà, Helera se leva, parce que l’assise sur ce coin de bureau était tout bonnement insupportable pour son royal séant. Elle s’étira le dos légèrement et discrètement, croisa les bras, avec une main levée au niveau de son menton. Le regard allant du sol au vice-amiral.

« Vous assurément. Deux questions me viennent alors. »

La première.

« Pourquoi elle ? Sauf erreur, ce n’est pas moins de sept grades qu’elle vient de franchir en une fois. Quelles sont ses compétences ? Comment justifier une telle montée en grade ? Si je ne connaissais pas si bien l'empire, je dirai que ce n'est pas pour ses compétences que vous la faite monter, je me trompe ? Il y aurait besoin de quelqu'un d'assez gradé pour une mission, impliquant... sa race peut-être ? »

La deuxième.

« Vous êtes vice-amiral, elle est une agent des renseignements. Pourquoi la pistonner ? Sans me parler de ce qui relève du secret défense, je ne comprends pas qu’est ce qui relie les deux services ou fonction. »

Elle prit une pause.

« Ah et il y en aurait bien une troisième. Comment faites-vous pour pistonner et sur quelle personne appuyer ? J’imagine que l’on doit avoir des contacts pour cela, non ? »
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#34818
Touchant. Les histoires misérabilistes l'émouvaient toujours autant, après tant d'années. Il se désolait pour chacun, pour chaque malheur que le destin avait désigné pour ceux qui auraient mérité une vie heureuse. Touchant. Il avait pleuré sur le compte d'Elizabeth Civicius. Et il n'avait plus de réservoir lacrymal destiné au tout-venant. Il n'en avait pas non plus l'empathie, ni même la volonté de prétendre le contraire. Ariès, là aussi, allait en apprendre sur les humains. Notamment que les questions posées ne naissent pas forcément d'un intérêt. « C'est troublant... » Il fallait que quelqu'un l'exprime : « A peu de choses près, votre expérience pourrait être interchangée avec celles du Grand Amiral Thrawn et de l'ex-Consule Thoryn. » Etait-il le seul à trouver les histoires Chiss semblables ? Toujours question d'exil avec ce peuple. « En désespoir de trouver dans les vôtres la voie de la guerre, vous venez dans l'Empire trouver autre chose que la paix. » Encore une fois : « Touchant. » Il soupira, sifflant presque au passage. « Ce qui me paraît étrange, c'est cette propension à ne pas vouloir porter la guerre au-devant de ses frontières. Partant du postulat que ce que nous détruisons est systématiquement ce que nous attaquons, je me demande comment l'Ascendance a put s'épandre de façon aussi spectaculaire que ce qu'en disent les rapports préliminaires. »

Se levant, il lui tendit le bras pour l'inviter à se lever. « Les Chiss n'ont jamais négocié qu'avec des Chiss, pour établir des traités de non-agression. Chose ridicule compte-tenu de leur doctrine. Nous allons porter un message plus direct à leurs contrées. » Il balaya l'air de sa main. « Rien de belliqueux. Juste directif. Vous serez une facilitatrice et une interprète. » Il posa sa main dans le dos de la Chiss, la poussant petit à petit vers la sortie. « La mission ne commence pas avant un mois. Vous serez notifiée de notre départ peu avant le départ. Possiblement la veille au soir. Vous aurez alors le détail de votre mission expliqué en détail par mon aide. Ou par moi, qui sait ? » Il ponctua sa dernière phrase en lui posant l'index sur sa plaque. « Tout ceci serait peut-être bien la chance de votre vie, après avoir laissé filer votre destin par la faute des vôtres. Ne la gâchez pas. » Ce n'est que là qu'il sortit de la pièce. L'entretien était terminé.




« Des contacts, ça oui. Après, les copains d'académie, ça sert à ça ! Mais sinon, vous n'avez pas idée de ce que ça... » Il désigna d'un geste ample la ligne bleue sur sa manche, « ... ça ouvre comme possibilités. Ca impose un sacré respect de montrer manche bleue. » Au lieu de montrer patte blanche, clin d'oeil clin d'oeil. « Après la nomination, deux choix, soit la personne est compétente, donc on la place à un endroit où elle pourra faire ses preuves, après un temps à trouver sa légitimité auprès de ses hommes. Soit, elle n'est pas compétente, et on la place dans un endroit sans intérêt, où son titre ne sera que symbolique. Vous avez eu des pistons pour nommer des Moff. D'autres pour être gouverneur. Mais je vous le dis, ça fait mieux d'être gouverneur à Yaga Minor que Moff à Dantooine ! » Quand les deux se pistonnaient, il fallait comprendre que le piston avait toujours la quantité de crasse qu'on attribuait au porteur du titre. « Ah, attendez... » Le comlink de l'amiral bippa, signalant l'arrivée d'un message. « Ah, entrevue terminé. Ca n'a pas été très long... »
Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#34890
L'agente se retourna vers l'Empereur après son long monologue. Son visage était de nouveau inexpressif, aucune émotion ne transparaissait. Malgré le fait que son tempérament ait quelque peu changé depuis son exclusion, l'agente avait su conserver sa remarquable capacité à reprendre le pas sur ses émotions, à ne laisser rien apparaître. Astellan pouvait s'amuser à sonder la jeune femme comme bon lui semblait, il ne verrait rien. Rien hormis le calme, un calme imperturbable mêlé à de la froideur. Une froideur tout ce qu'il y avait de plus Chiss.

C'est troublant...
A peu de choses près, votre expérience pourrait être inter-changée avec celles du Grand Amiral Thrawn et de l'ex-Consule Thoryn.


La chose n'était point étonnante, la quasi-totalité des Chiss vivants à l'extérieur de l'Ascendance était des exilés. La raison de celle-ci divergeait selon les cas, mais la sanction était toujours la même.

En désespoir de trouver dans les vôtres la voie de la guerre, vous venez dans l'Empire trouver autre chose que la paix.

Il était vrai qu'Ariès aurait souhaité trouver la paix et la stabilité à son arrivée dans l'Empire afin de mieux résister à la fracture qu'avait été son exil. Mais à défaut d'avoir pu trouver la paix dans sa nouvelle Nation, l'impériale se l'était elle même forgée.

Touchant.

L'Empereur soupira.

Ce qui me paraît étrange, c'est cette propension à ne pas vouloir porter la guerre au-devant de ses frontières. Partant du postulat que ce que nous détruisons est systématiquement ce que nous attaquons, je me demande comment l'Ascendance a put s'épandre de façon aussi spectaculaire que ce qu'en disent les rapports préliminaires.

La colonisation de l'Ascendance s'effectue de système en système. Et de manière pacifique bien sûr. Nos lois interdisent toute forme d'attaque préventive ou d'agression quelconque. Comme je l'ai dit, cette stratégie d’expansion a pour but de sécuriser les mondes entourant les colonies habitées. La Flotte d'Expansion, qui dépend également de la Flotte de Défense assure l'expansion du territoire. Elle patrouille aussi le long des frontières afin de déterminer les potentielles menaces et les repousser dans le cas où celles-ci venaient à attaquer l'Ascendance.

À défaut de pouvoir attaquer directement, s'ils jugent une provocation suffisante de la part d'un ennemi, ils ne reculeront devant rien. Ils observeront et planifieront soigneusement leurs contre-attaques. Puis ils se lanceront dans la bataille. Elle celle-ci ne prendra fin que lorsque l'ennemi sera mit en déroute ou lorsqu'il sera annihilait. Moyen efficace de s'assurer qu'il ne représente plus une menace. Une fois l'ennemi en déroute ou anéantit, le monde se retrouvera vierge et sans population. L'Ascendance pourra donc avoir la main mise en ayant un adopté un comportement purement défensif ; n'ayant usait des armes quand cas de dernier recours pour protéger les siens.


Le silence prit place quelques instants dans la pièce avant que la Chiss ne reprenne.

Voilà la raison d'une telle expansion.
Jusqu'à ce jour, peu nombreuses sont les nations qui ont eu le courage ou la folie de se lancer dans une guerre contre l'Ascendance Chiss. Certains voient la passivité de l'Ascendance comme une faiblesse, je vois cela comme une force. Quelle nation hormis l'Ascendance peut se targuer de nos jours d'être en paix ? Et de pouvoir prospérer et grandir en adoptant un état d'esprit pacifique et une attitude purement défensive ?
...
Aucune.


Les Chiss n'ont jamais négocié qu'avec des Chiss, pour établir des traités de non-agression. Chose ridicule compte-tenu de leur doctrine. Nous allons porter un message plus direct à leurs contrées.

Le regard de l'agente se dirigea vers l'Empereur. Extérieurement elle était aussi inerte et froide qu'un bloc de glace. Intérieurement c'était autre chose. D'un côté elle comprenait les motivations de l'Empereur mais de l'autre elle digérait mal ses propos. La possible menace que faisait peser l'Empire sur l'Ascendance lui déplaisait fortement. Ariès n'appréciait certes pas les siens après ce qu'ils lui avaient fait subir, mais elle ne pouvait rester insensible face à un possible conflit entre l'Empire et son espèce.
L'agente prit son temps avant de dire quoi que ce soit.


Je ne doute pas de la puissance de notre flotte. Mais je crains qu'en cas de conflit avec l'Ascendance, leurs flottes, leurs prouesses tactiques et leurs avancées technologiques mettent les nôtres à rudes épreuves. Je n'ai aucun doute sur nos chances de victoire, mais les pertes seraient...incalculables...

Si l'Empire pouvait se targuer d'avoir de fins stratèges comme Thrawn ou Palleon. Ils ne pouvaient faire le poids face au nombre astronomique voir analogue d'on pouvait faire part l'Ascendance. Sans compter le précipice béant séparant le sang froid auquel pouvait faire part un Impérial et un Chiss. Autant dire que la jeune femme ne voulait penser aux pertes potentielles d'un tel conflit.

Rien de belliqueux. Juste directif. Vous serez une facilitatrice et une interprète.

L'humain posa sa main sur le dos de l'agente, la poussant gentiment vers la sortie. L'entretient touchait donc à sa fin.

La mission ne commence pas avant un mois. Vous serez notifiée de notre départ peu avant le départ. Possiblement la veille au soir. Vous aurez alors le détail de votre mission expliqué en détail par mon aide. Ou par moi, qui sait ?

Compris.

L'index de l'Empereur se indiqua la plaque se trouvant sur le pectoral droit de la Chiss.

Tout ceci serait peut-être bien la chance de votre vie, après avoir laissé filer votre destin par la faute des vôtres. Ne la gâchez pas.

Bien.

L'agente s'inclina en signe de respect avant de quitter la pièce. Revenant sur ses pas en direction de la salle où elle avait passé sa "promotion", Ariès eut un sentiment mitigé. D'un côté elle était avec l'Empire, elle suivrait les ordres quoiqu'il advient mais de l'autre elle ressentait de la réticence à engager une quelconque action agressive ou qui pourrait porter préjudice à l'égard des siens.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#34916
De toutes les questions, il ne répondit qu’à la dernière. Rien du pourquoi et du comment ne fut évoqué. Tant pis, cela resterait dans les songes de la femme aux cheveux blancs. Quant à savoir qui était vraiment cette Chiss, s’en était devenu presque impossible à présent. Il y avait tellement de nouvelles têtes à mémoriser, tant de … nom à se souvenir. Mais qu’importe, son comlink bipa, le faisant commenter l’entrevue qui touchait à sa fin. Le sien ? Non, celui de la Chiss. Helera avait encore plein de questions, et autant qui resterait sans réponse. Quelque chose de détaché alors.

« Qu’avez-vous réalisé pour être nommé par l’empereur ? »

La question qui permettait d’obtenir manche bleu. Pas pour elle, assurément. Elle était déjà presque tout en haut de l’échelle sociale. Quoi qu’en même temps tout en bas, de par sa qualité de porteuse d’enfant. En faisant une moyenne des deux, on arrivait quand même à une hauteur relativement correcte. Du reste, la Moff croisa les bras en attendant la réponse du vice-amiral, si jamais elle venait un jour. Et tout autant croisé pour attendre le retour probable de la Chiss, puisque visiblement, c’était d’elle que l’on parlait. Il n’y avait finalement plus qu’à attendre.
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#34925
A partir dans des monologues barbants, la Chiss prenait le pas sur ses compatriotes exilés qui avaient la bonne intelligence de ne pas trop s'étaler sur eux. Ou, à tout le moins, par bribes. Recevoir un pavé qu'on aurait pu sortir d'un holocube d'étagère poussiéreuse était un exercice que l'Empereur ne se réservait même pas pour les longues soirées d'Hiver. Après la troisième phrase, quand il fut évident qu'elle en aurait encore pour un moment, il se permit de l'interrompre. « La Flotte d'Expansion, qui dépend également de... - Merci, agente, mais je comptais mettre à profit notre voyage d'une semaine pour discuter plus avant de tout cela avec vous. » Baissant sa main, il passa à autre chose. « Pardonnez-moi d'avoir un emploi du temps assez rigoureux. » Consacrer plus d'une minute consécutive à une agente, même passée Cheffe de Planète, était un exploit très particulier. Lui prendre du temps en plus relevait de la belle utopie. Et surtout d'une entrave aux affaires d'Etat. L'Empereur n'avait pas à savoir la dernière histoire sur la colique de la petite. L'Empereur n'en avait rien à faire des vies des petites gens. L'Empereur n'avait pas à le redire à chaque fois... Cela coupa court à la conversation, et permit à Ariès de ne pas prononcer, une fois encore, le mot de trop. Dire que les Chiss étaient les seuls à prospérer hors des combats était un mensonge qui valait la corde, pour calomnies.

Mais pouvait-elle encore dire un mot de trop. « Je ne doute pas de la puissance de notre flotte. mais je crains qu'en cas de conflit avec l'Ascendance, leurs flottes, leurs prouesses tactiques et leurs avancées technologiques mettent les nôtres à rudes épreuves. Je n'ai aucun doute sur nos chances de victoire, mais les pertes seraient... incalculables... » Harlon fronça les sourcils. Etait-ce là un cinquième Empire qui sommeillait, avec des moyens capables de mettre l'Empire à mal ? La Galaxie se partageait déjà entre l'Empire, la Nouvelle-République, la CSU émergente et une Hapès endormie mais bien assez forte pour mordre avec sérieux la main qui la giflait. Rajouter les Chiss allait rendre la carte géostratégique trop complexe à gérer. Il convenait de pas attaquer ces individus, sans cas de force majeure. « Rassurez-vous. Nos pertes ne seront pas élevées. Nous avons déjà génocidé des espèces par le passé. On peut recommencer. La ruse sera le composant essentiel d'une guerre avec des individus exemplaires dans la tactique martiale. » La Chiss pouvait compter sur son sang froid pour analyser les probabilités technologiques si elle le voulait. Les humains et leur sang chaud pouvaient compter sur autre chose : la fourberie. Un art qui se mettait trop souvent à jour pour qu'on la contre durablement.

Sur la fin, elle eut la bonne conscience d'esprit en se contentant de vocalises monosyllabiques. Idéal pour l'Empereur. Un langage binaire qui faisait gagner un temps fou à tout le monde.




Le vice-amiral truc sourit, tapotant sa manche avec fierté. « Je lui ai tapé dans l'oeil, un jour spécial. Je ne vous dis pas le début, je pense que je vous la raconterai d'un coup plus tard... mais disons que... j'étais sans domicile fixe. Et après une rencontre fortuite, il m'a fait embaucher comme Quartier-Maître dans sa flotte. J'ai signé quelques traités de stratégie qui ont plu, et après la gestion éphémère d'un croiseur contre des pirates sur la voie qui nous relie à l'Académie Du Nord, j'ai su m'imposer comme Lieutenant de Frégate. A partir de là, j'ai passé les étapes une à une. De la patrouille, jamais vraiment dans le combat pur et dur, et dans le maintien du calme au sein de la Marine... C'est fou ce qu'on doit gérer comme affaires mineures au jour le jour... » Il lui passa un clin d'oeil, et revint vers la porte qui s'ouvrait. « Je vous dirai une autre fois... Alors ! Cheffe ! Ça s'est bien passé ? »
Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#35020
Comme le disait une expression humaine: "retour à la case départ", la voilà de nouveau devant la salle de réunion du début de journée. Rien ne semblait avoir changé entre temps, hormis sa promotion en attente qui serait plus ou moins enviable selon le résultat de sa mission au sein de l'Ascendance. Tandis qu'une partie de ses pensées étaient tournées vers la tâche qu'elle devrait remplir au sein de sa patrie de sang ; l'autre partie s'affairait tant bien que mal à s'accrocher à la réalité. Faisant marcher les fonctions motrices de l'agente à travers les dédales de couloirs tout en usant sa vue perçante afin de ne pas percuter un corps étranger. Et ce fut un corps étranger aux reflets argent qui l'extirpa de sa réflexion. Revenant à elle-même son regard reprit de son vivant, son esprit était concentré sur l’instant présent. Reprenant conscience, la jeune femme reprit son sérieux et salua le duo humain avant d'attendre que l'un d'entre eux ouvre la bouche. Ce fut le Vice-Amiral qui engagea la conversation en posant une question des plus simples. L’humain semblait curieux de savoir comment s’était passée l’entrevue avec l’Empereur.

Je vous dirai une autre fois…Alors ! Cheffe ! Ça s'est bien passé ?

Le regard rougeoyant de l'agente translata de la Nelvannienne jusqu'au Vice-Amiral. Encore une fois aucune expression faciale, le vide et le froid. Ni plus ni moins. Une expression faciale tout ce qu'il y avait de plus Chiss. A priori elle avait coupé le duo humain en pleine conversation. De quoi parlaient-ils au juste ? Sûrement de l’agente à n’en point douter. Ariès n'avait que faire de l'opinion que pouvaient porter les deux indivis à son égard. De toute façon les humains en général n’aimaient guère les aliens, ils avaient toujours un avis négatif à adresser envers eux et trouvaient toujours quelque chose à redire.

Affirmatif.
J'ai eu de plus amples connaissances sur la nature de ma promotion ainsi que l'objectif à atteindre pour l'acquérir pleinement.


L’agente se tourna en direction d’Helera. Du peu qu'elle savait d'elle ; la Moff Kor'Rial était en observation et rien d'autre. Sur son visage planait la même expression qu'elle abordait au commencement de la réunion. L'humaine semblait piquée par la curiosité. L'agente devina sans la moindre difficulté la question qui devait brûler les lèvres de la Moff.

"Comment une alien pouvait se voir décerner une telle promotion ?"

L'humaine avait peut-être déjà réfléchi à la question. Qu'avait été sa conclusion ?
La première conclusion que la Moff pouvait avoir à l'esprit était la plus dégradante pour la Chiss. L'Impériale pouvait très bien envisager la possibilité que l'agente ait écarté les jambes auprès d’un supérieur hiérarchique pour pouvoir prendre du galon.

À moins que celle-ci n'imagine le fait que l'agente soit dotée de facultés exceptionnelles permet à celle-ci de se voir décerner une promotion en plus d'une entrevue avec l'Empereur. Mais à ce stade, la jeune femme devait vraiment être hors du commun. Ce qui a son plus grand regret n'était pas le cas.

Enfin, la Moff Kor'rial pouvait penser à un concours de circonstances. Peut-être que l'agente avait la "chance" d'appartenir à la "bonne espèce" et donc être mandatée pour une mission requérant en particulier son espèce. Une mission diplomatique peut-être. Que la Nelvanienne se pose ce genre de question ou non, cela ne changeait pas grand-chose. Quelque chose semblait la travaillait et l'agente voulait le savoir. Et ce n'était pas en se terrant dans le mutisme qu'elle saurait ce qu'elle voulait savoir. Ainsi donc le regard rougeoyant de l'agente translata une fois de plus, mais cette fois-ci en direction de l'humaine.


Vous semblez perplexes Moff Kor'rial, quelque chose semble vous...gêner...

Le mot mourut avant d'arriver à ses lèvres bleutées, il était presque inaudible.

travailler...


Elle pouvait certes en dire plus à la Moff, mais celle-ci se refusait d'en dire plus. Après tout dans son métier son rôle était de récupérer des informations et non dévoilés les siens. La Chiss considérait l'acquisition de sa promotion comme complète dans l'optique où celle-ci venait à remplir parfaitement sa mission. Le prestige de la planète à laquelle la jeune femme serait affectée, dépendrait de sa bonne volonté et celle de ses supérieurs. Le regard fixé sur l'humaine, immobile et inexpressive. Celle-ci patientait sans frémir tels les pics de glaces de Csilla balayaient par le blizzard.
[Nouane] Paradis perdu

La journée allait être longue. Cela, il l'avait di[…]

Les actions menées par la Confrérie pour donner un[…]

Les photo-récepteurs de l’unité prennent une tein[…]

Le fait que le AA9 soit complètement vide de sens[…]

Les demandes de l’homme sont pour certaines presq[…]

Protéger sa cargaison ça faisait toujours plaisi[…]

Connivence

La nuit était tombée. L’appartement était vide […]

[Molavar] Portée par un souffle

Pilote de chasse ? Était-ce là de la nostalgie ?[…]