L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Dantooine est restée éloignée de la modernité, son histoire n'en est pas moins riche. Heureusement, les colons ont conservé jusqu'ici leur mode de vie calme et agricole. Certains racontent que se trouve ici une ancienne base de la Rébellion, abandonnée depuis la fin de la guerre.
#34132
Acte I : Le plan ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Un nouveau jour se lève sur la paisible Dantooïne. Les plaines encore brumeuses et humides ne sont pas encore perturbées par le travail agricole intensif qui sévit depuis peu. Mais d’ici quelques minutes, l’activité sera intense.
La faute à qui ? Au Groupe Malora et à sa patronne. Fort d’un investissement important, la ‘Super’ (enfin, selon elle) Directrice du-dit groupe fit bâtir une giga structure agricole à la place d’un de ses champ, du jamais vu dncore sur Dantooïne. En faisant cela, Alison comptait envoyer un message fort : le Groupe visait haut, très haut.

Il fallait avouer que la pyramide technologique qui faisait office de ferme ne passa pas inaperçu à Cole-City, on la voyait même depuis la ville, illuminée jour et nuit. Beaucoup voyait ça d’un bon oeil, ça donnerai plus de valeur à la ville, et créait de l’emploi. Mais pour les réfractaires, ce pseudo-industrialisme risquait de mettre leur mode de vie campagnard en danger, sans compter les agriculteurs locaux qu’ils l’avaient mauvaise.
C’est ce qu’espérait la Directrice Malora. Les concurrents les moins téméraires accepterait sûrement des propositions de rachats sans broncher. Par contre, il fallait redouter les plus hostile, histoire qu’ils ne viennent pas tout caillasser.

Pour parler de tout ça et plus, Alison avait convoqué son Comité, composé pour l’heure du superviseur Amos et du comptable Dongllow. Comité parfait pour discuter de sujet sérieux, mais très mauvais pour faire la fête, une chose à laquelle il faudrait aussi remédier ... rapidement !

Les trois membres du Groupe se retrouvèrent donc dans la demeure d’Alison, demeure qui contrastait avec la structure High-Tech non loin.
Amos était arrivé cinq minutes à l’avance, Dongllow pile à l’heure, pas une seconde de plus, pas une de moins. Alison,bien que chez elle arriva avec cinq minutes de retards et en peignoir.

«-Messieurs.

-Madame la directrice.

Dongllow hocha la tête.

-La Super Directrice s’il vous plais ! Allez entrons.»

Le Comité avait pris l’habitude de se réunir dans l’ancienne sale à manger des Malora. Pièce spacieuse, la vieille table familiale avait tenu le poids des ans, même si elle n’en menée pas large sous la pile de dossiers.
Alison convia tout le monde à s’asseoir et leur sourit avant de faire de même.

«-Bon les amis, j’ai du café et des biscuits si ça vous branche.

--Je prendrai bien un café s’il vous plaît.

Dongllow fit non de la tête.

-Bien, tenez Amos, elle servit le chagrien, je vais faire pareil tiens, je me sens fatiguée un peu.»

Laissant une minute à tout le monde pour se mettre à l’aise et entamer leur café, la Jedi-noire en profita pour pousser un bâillement à s’en dérocher la mâchoire. Elle entra ensuite dans le vif du sujet.

«-Bien, le sujet du jour : l’avenir. Je vais vous soumettre plusieurs propositions via des devis que j'ai trouvé à la capitale, allumés vos datapads je partagerai chaque dossiers avec vous. Amosounet, je compte sur votre avis pour m'aiguiller au mieux, Dongynou pour nous dire si la solution est viable sur le plan monétaire.

-Allons y alors.

-Donc, pour commencer. Nous allons produire énormément avec l’exploitation des champs et la giga ferme de ‘La Lancée’. Notre petit cargo suffira pour gérer les exports intra-planétaires mais il va falloir penser à plus sophistiqué pour l’extra-planétaire. J’ai donc regardée ce qui était disponible à Dantar-City. Il y avait deux cargo HT-2200, cela me semble un bon compromis rapport qualité prix pour être tranquille un petit moment. Je vous envoie les données.

-Intéressent, le tonnage nous permet de voir large dans l’avenir, le prix est correct.

-Projet viable.

-Bien, content que cela vous plaise à tout les deux, et content d’entendre enfin votre voix Dongllow. Je valide donc cet achat et j’y ajoute deux droïdes porte charge, un par vaisseau. Je compte aussi acheter quatre droïde ouvrier et un moissonneuse pour la ferme, histoire de la faire tourner vingt-quatre heure sur vingt-quatre.

-Viable

-Bien, pour continuer. Nous allons faire des jaloux, je veux sécuriser les installations, elle ne sont pas données et je n’ai pas envie de changer les vitres tout les jours, ou me faire saccager l’exploitation. Je compte recruter deux escouades de milices pour patrouiller sur tout le site, une de jour et une de nuit. A voir pour développer dans le futur une force armée louable pour aider les gens ayant de l’argent. A ce sujet, pour encadrer la milice il nous faudra un type expérimenté qui gérera la sécurité du groupe et qui rejoindra le Comité.

-Logique, mais veillez à ne pas développer cet aspect trop tôt, cela risquerait de créer des tensions sur une planète comme Dantooïne, encore plus à Cole-City.

-Viable.

-Je prends note et je comprends vos inquiétudes Amos’, merci de vous exprimer pleinement. Maintenant, sur un plan plus personnel, je compte m’adjoindre un YT-2400 pour mes déplacements privés. Pour ma sécurité, que ce soit ici ou en voyage un petit droïde IG-86 m’a fait de l’oeil. Il me faudrait aussi un droïde protocolaire, indispensable je pense et enfin dix droïdes souris pour ma demeure, qui fait office de siège social je vous le rappelle, je ne vais quand même pas faire le ménage moi même !

-Hum ... certainement.Il poussa un soupir.

-Viable.

-Bien récapitulons, deux cargo HT-2200, un YT-2400. Côté personnel, de quoi former deux escouades de milices. Niveau droïdes, un moissonneuse deux porteurs, un protocolaire, dix souris et un IG-86. Vous avez une demande particulière ? C’est le Groupe qui régale, ça me fait plaisirs !

-Heu ... si je puis me permettre, parcourir l’exploitation c’est compliqué vu la taille maintenant. J’ai parfois besoin de me rendre rapidement d’un point àun autre, si vous pouviez commander un ou deux swoops ...

-Bien vu Amos’, ce sera même utile pour aller à Cole-City, j’en commande cinq ! Dongllow ?

-Viable.

-Oui je me doute merci, je vous demande si vous désirez quelque chose ?

-Non.

-Je m’en doutais, bon, merci de votre attention et votre présence, je vous libère, bonne journée à tous la famille !





#34465
Acte II-1 : Bataille sanglante ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Au lendemain de la réunion, la directrice du Groupe avait une mission bien précise : trouver un futur responsable de sa branche sécurité. Sur Dantooïne, petite planète rurale, cela risquait de s’avérer un peu compliquer, surtout à Cole-City. Le mieux serait de regarder du côté des anciens mercenaires ou militaires qui pouvaient résider à Dantar-City, la capitale de la planète. Voilà une bonne occasion d’aller en ville, histoire de faire du shopping, trouver un bon restaurant et le tout sous couverture de ‘travail’, ah et en passant, elle devait récupérer son futur droïde protocolaire, son ancien propriétaire était visiblement pressé de s’en débarrasser, étrange mais qu’importe. Enfin un peu de temps pour soit !
Il est vrai que depuis quelques semaines, Alison ne s’était pas accordée un seul moment à elle, et en ville elle pourrait peut être renouveler sa garde robe, trouver des meubles et remplir sa cave à bouteilles ... en espérant que le cargo puisse supporter les dépenses de la Jedi-Noir ...

Aller, il était temps de se préparer. La directrice enfila son ancienne bure, une chose à changer rapidement, histoire de trouver un truc un peu plus classe pour une personne de son rang. Elle donna ses directives à Amos’, plus pour la forme que par besoin, le chagrien savait très bien ce qu’il avait à faire, et elle décolla à bord du GMA Premier en direction de Dantar-City.


Un peu plus tard ...


La silhouette rondouillette de la Jedi-Noir se fondait parfaitement dans la foule civile de Dantar-City, elle se déplaçait avec aisance et affichait un sourire détendu et bienveillant, qui aurait-pu la soupçonnait d’être une utilisatrice de la force telle quel ? Personne, du moins elle l’espérait ! Vivre sous l’Empire n’était pas désagréable en soit, le régime était peut être un peu plus autoritaire qu’ailleurs, mais ainsi la sécurité était assurée et les bonnes décisions prisent quand elle s’avéraient nécessaires. Ses quelques déplacements dans les mondes républicains lui avaient fait prendre conscience que la démocratie s’avéraient être un frein pour résoudre les problèmes, et c’était une porte ouverte à la corruption. Bien sûr, l’Empire n’y échappait pas non plus, mais cela s’avérait bien plus rare aux petits échelons. Et les magouilles des très grands n’impactaient pas souvent sur la vie des citoyens. Au final, une seule tête dirigeante, c’était un choix pragmatique et logique, dommage que les utilisateurs de la Force soient traqués dans ce régime, ils pourraient s’avérer être de formidables atouts dans les institutions militaires. Peut être cela changera t-il un jour ?

Mais pour l’heure autant se concentrer sur les choses du présent, et vu la-dite heure, il était temps de passer à table ! Alison avait planifiée son départ pour que son arrivée coïncide avec l’ouverture des restaurants, un bon stratège ne fait jamais rien au hasard.
Pour choisir l’établissement qui ravirai son estomac grondant, la Jedi-Noir se laissa porter par les fumets appétissants émanant des diverses échoppes. Après une inspection minutieuse, Alison jeta son dévolu sur le ‘Tendre Iriaz’ et pénétra à l’intérieur. Aussitôt un droïde serveur l’invita à s’asseoir à une table et lui amena le menu. Ayant rapidement fait ses choix, la jeune Malora procéda à l’analyse de l’édifice. Le bâtiment était un peu rustique, mais cela avait du charme et l’ambiance tamisée était reposante. Les assiettes et couverts propres et de bonne facture, en revanche sa serviette était tachée en de multiples endroits... Elle ferait sans, ce qui risquait de compliquer la mission qu’elle s’était confiée en entrant : ‘manger proprement pour une fois’.
En parlant de manger, le droïde serveur revint prendre la commande. La Jedi-Noir lui annonça tout ce qu’elle désirait et le droïde eu un temps de réaction d’une demi seconde de trop puis repartit délivrer son message en cuisine.
A peine eut-il passé la porte qu’un grognement émergea des-dites cuisines.

«-Foutue boite de conserve ! Encore une commande prise n’importe comment ! J’ten foutrais moi du droïde dernière génération, même pas capable de comprendre ce qu’on lui dit, comme si une personne seule allait commander autant de plats !»

Le cuisinier sortit furieux des cuisines et se dirigea vers Alison. Aussitôt son attitude changea et il s’adressa d’une voix toute mielleuse à sa cliente qui avait les yeux ronds comme des ballons.

«-Veuillez m’exscusez brave dame mais il semblerait que mon droïde n’est pas pris votre commande avec exactitude, vous allez rire mais il est revenu avec deux entrées, quatre plats et deux desserts, il éclata de rire, je que ce n’est pas logique, je vais donc prendre votre commande à l’ancienne, et exscusez moi encore du dérangement.»

La Jedi-Noir, les yeux toujours aussi ronds, ouvrit la bouche mais aucun son ne sortit. Elle ne savait pas comment formuler sa phrase. Visiblement ce n’était pas le droïde qui était défectueux mais bien ce cuisinier qui était prêt à une révision du système ! Comme si un personne lambda ne pouvait pas avoir un repas normal et décent !

«-Et bien ... il ne s’est pas trompé ...

-Vous voulez dire que ... son visage se décomposa, vous allez mangez tout ça ?

-Bah oui ... »

Ne sachant quoi dire, le cuisinier garda sa mine déconfite et après analyse de sa cliente, et notamment de son léger ventre rond, il sourit et lança.

«-Ah oui, je vois que vous mangez pour deux, un heureux évènements en approche, il faut que ça sorte gaillard ces petits trucs, allez je vais mitonner tout ça !.

Le cuisinier s’en alla aussitôt, laissant là, une Alison complètement déprimée, jouant avec sa brioche pour en constater l’étendue réelle. Pff, ce cuisinier avait un gros déficit de la vue !
L’humeur de la Jedi-Noir changea quand les plats qu’elle avait commandée arrivèrent enfin. Le chef se contenta d’un ‘bon appétit’ et sortit visiblement pressé de la salle.

L’heure du combat était arrivée ...

S’armant de tout son courage, et brandissant la fourchette avec autant d’aisance que son sabre-laser, Alison engagea ses premières forces sur la salade. La malheureuse n’opposa que très peu de résistance, et la première ligne de défense tomba rapidement sous les coups assassins de la jeune femme. La seconde entrée, un assortiment de petits-fours et fritures en tout genre n’arrêta pas l’insatiable appétit de son adversaire.
Cette première manche gagnée, la Jedi-Noir reprit des forces pendant que le droïde serveur nettoyait le champ de bataille en vue du prochain assaut : quatre plat principaux ... cette prochaine escarmouche serait décisive pour la suite du conflit !
Alors que la table était vide, soudainement, le droïde refit surface déposant les renforts : un steak d’iriaz, un rôti d’iriaz, de l’iriaz en sauce et ... un assortiment de légumes (avec boulettes d’iriaz), pour la conscience. Avec ce genre de carte, inutile de se demander pourquoi l’établissement se nommait ainsi.
Analysant les quatre assiettes qui lui faisaient face, la Jedi-Noir comprit qu’elle avait peut être sous estimés ses adversaires. Il fallait changer de tactique ! Plus de place pour la pitié, ni la propreté, elle se rua sur le steak en premier. C’était le plus fragile, son fumet délicieux invitait également à commencer par là. Pour reprendre des forces avant le prochain gros plat, le léger assortiment de légumes vint ensuite. Se goinfrant avec fureur, Alison ne remarqua pas les morceaux de légumes collés sur sa joue avec la sauce. Un petit enfant qui venait de se faire gronder par sa mère car il ne mangeait pas proprement, lui, l’avait vu, et l’observait avec un regard teinté de jalousie et d’envie. Sa mère se contenta de faire les gros yeux, que Alison choisit d’ignorer tout simplement, elle avait assez d’ennemis pour cette bataille, inutile d’en rajouter, et de toute façon, même avec de la sauce elle n’avait pas l’air digeste.
Achevant ainsi ses adversaires restants à l’aide d’un rôt sonore (mais qui ne devait pas l’être) la jeune femme comprit qu’elle avait eut les yeux peut être plus gros que le vente, car il restait encore la réserve : les desserts, et la fatigue de cette bataille ardue commençait à poindre.

Indubitablement, le droïde serveur débarrassa les plats vides comme prévu par sa programmation, triste spectacle d’un carnage sans nom, ce qui annonçait ainsi l’arrivée du grand final. La dernière escarmouche qui déterminerai le vrai vainqueur ...

La Jedi-Noir médita un instant, faisant le vide en elle (sauf dans son estomac, qui était trop plein) et se prépara à repartir en guerre. Le droïde revint en trombe, déposant les deux desserts ... un coupe monstrueuse de six boules de glaces, aux divers parfums de fruits et un petit gâteau hyper calorique. Jaugeant ses ennemis du regard dans un silence, que ni les glaces, ni le gâteau osèrent troubler, la jeune femme asséna le premier coup, dévorant littéralement deux boules de glaces d’un coup. Mais les infâmes traîtresse malmenèrent son palais et ses dents avec une froideur extrême. Et le visage figé de la jeune femme, avec un bouche étrange amusa le petit garçon qui se fit tirer l’oreille par sa mère offusquée.
Ok, laissant de côté les glaces, Alison reporta son attention sur le gâteau, très alléchant avec son glaçage brillant au caramel. Mais l’estomac venait d’être malmené par le froid toujours présent des glaces, et un gargouillis des plus horrible en émana. Serait-ce la fin ? Non !
Faisant la moue, plissant les yeux, la Jedi-Noir reprit son combat et en l’espace de deux minutes écrasa ses adversaires.
Elle avait gagnée ...

Mais une dernière chose risquait de l’achever ... l’addition ! Le droïde déposa le funeste document sur la table en débarrassant pour la dernière fois les plats.
Prenant son courage à deux mains, Alison se hissa hors de sa chaise, le ventre ballonné, elle se dirigea au comptoir. Ici nul droïde pour encaisser, mais bien le chef, qui avait accouru comme un chien kath affamé, pour prendre les si précieux crédits.

«-Alors madame ça a été ? 128 crédits s’il vous plaît.»

La jeune femme déglutit, jeta un coup d’oeil à gauche, puis à droite, personne ne lui portait attention. Elle balaya l’air devant elle d’un revers de la main.

«-Non cela ne me plaît pas.

-Cela ne vous plaît pas.

-Je vais donc partir, et vous allez me souhaiter la bonne journée. Oh ! Et vous allez me donnez un petit bonbon du bocal derrière vous, mais pas un blanc, ils sont pas bons !

-Je vous souhaite une bonne journée, et prenez donc un de ces bonbons, mais pas un blanc, ils ne sont pas bon.»

Alison sortit du restaurant. Utiliser la Force à ce genre de fin, c’était possible à petite échelle mais il fallait toujours veiller à ne pas être observer, et elle ne l’aurait pas fait si elle ne s’était pas emportée sur les commandes. Néanmoins sans remords, la jeune femme déambula difficilement dans les rues, les multiples dépouilles des plats défunts cherchant à se venger.
Comprenant qu’il était temps de laisser la digestion faire son travail la Jedi-Noir chercha un petit banc à l’abri du soleil et s’y allongea de tout son long. Une petite sieste et après elle irait chercher son droïde protocolaire, c’était le plus près.
Mais pour l’heure elle ferma les yeux dans un sourire, et un énième rôt ...



#34508
Acte II-2 : Chasse au dragon et chevalier protecteur ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


C’était un début d’après-midi paisible sur Dantar-City, comme à son habitude. Les commerçants revenaient ouvrir leur échoppe après une pause déjeuner bien méritée et les ouvriers repartaient à leurs emplois respectifs. Les touristes et visiteurs recommençaient à peupler les rues et les personnes âgées reprenaient leurs places attitrées sous des bancs ombragés. Pourtant, un léger bruit venait perturber la quiétude ambiante de la ville, un bruit d’animal au grondement sourd, dont la plainte trahissait une certaine colère qu’il ne valait mieux pas éveiller. Du moins, c’était ce que trois enfants du quartiers avaient imaginés pour trouver une cible de valeur dans leur jeu fictif. Dans la réalité,c’était juste une jeune femme assoupi sur un banc qui ronflait un peu trop fort.

«-Allons y mes amis mandaloriens ! Il faut vaincre ce dragon krayt !

-Il est énorme Commandant ! Comment allons nous le pourfendre ?

-Boumboum, envoie lui une grenade pour l’affaiblir, ensuite nous l’attaquerons en profitant de l’effet de surprise !

-Reçu Commandant, à terre ! Pour la gloire !Le gamin mima l’allumage d’un détonateur thermique et envoya un caillou sur sa cible.

-PSCHHHHHHFIIOUF ! A l’assa ... »

Le terrible dragon krayt se réveilla en sursaut, tombant lourdement du banc sur lequel il s’était posé, sans doute pour garder son précieux trésor.

«-Qu’est-ce ... Sales morveux !

-Fuyez camarades, il est trop puissant pour nous !»

Les trois gamins détalèrent à une vitesse ahurissante au coin de rue, laissant le terrible dragon encore sonné, ruminer sa rage.
Dans un bâillement sonore, tout en se massant le derrière de la tête, la jeune femme, qui n’était pas un dragon, reprit ses esprits. Les quelques passants la regardaient d’un oeil étrange, petite masse dont le postérieur était rivé sur le sol, avec le regard vide.
Qu’importe, la Jedi-Noir se souvint de ce qu’elle faisait ici. Il lui restait à trouver ses droïdes, ramenez les vaisseaux commandés et si possible trouver un instructeur pour sa milice.
Il y avait du boulot, heureusement que l’après-midi commençait juste ...


Vingt minutes plus tard ...


Alison se tenait devant la façade d’un grand hôtel, c’était ici qu’elle trouverait son droïde protocolaire. La jeune femme entra dans l’édifice. Aussitôt un droïde l’accosta et lui demanda sa réservation. La Jedi-Noir epliqua le but de sa venue et le petit droïde s’en alla chercher son maître. Un homme tout rondouillet, à la calvitie précoce, et ayant l’air de supporter le poids du monde sur ses épaules arriva aussitôt.

«-Merci, oh merci ! Enfin quelqu’un pour emporter ce droïde de malheur !»

Alison haussa un sourcil, un droïde de malheur ? Ce bonhomme ferait un mauvais vendeur.
Et sans même attendre de réponse, le petit rondouillet attrapa la jeune femme par la main et l’emmena rapidement devant le placard de l’entretien. Épongeant la sueur de son front, le petit homme expliqua les faits.

«-Pardonnez moi,ce droïde me fait suer. Je ne compte plus le nombre de cliente qu’il a importuné, je suis obligé de l’enfermer dans cette remise ! Je ne vous mentirai pas, je le brade. Dans l’état actuel il ne convient pas à la tâche de service. Depuis que des gosses l’ont caillasé dans la rue en le prenant pour un dragon krayt, ce droïde est complètement détraqué. Et la reprogrammation est hors de prix, pour le même tarif, je peux m’acheter un droïde tout neuf, c’est pour cela que je le vends dans l’état, par pitié prenez le et débarrassez moi en !»

Ouvrant la porte, la Jedi-Noir n’y distingua tout d’abord que le noir absolu. Soudain, deux lumières rondes s’allumèrent, une rouge et une verte, et une silhouette émergea de l’obscurité. C’était un droïde protocolaire en somme tout à fait basique et bien entretenu, sa seule différence provenait du fait qu’il était affublé d’un haut de forme ridicule, et qu’un cigare était scotché sur son vacabulateur, oh et sans oublier ses yeux vairons.

Image
CN-58


Le droïde analysa sa nouvelle interlocutrice et s’adressa à elle avec des intonations électriques bizarre.

«-Hey hey hey ! Mais voilà donc une nouvelle femelle qui surchauffent mes circuits !il ôta son chapeau, et essaya de mimer une courbette malgré ses rotules mécaniques.-Enchantez ! Je suis CN-58, et je serai ravit, oh grand ravit d’assouvir tout vos plaisirs ma belle dame !

-Oh non ne commence pas ! Cesse tes idioties devant cette da ...

-Dis donc le moucheron, ce n’est pas une façon de se tenir devant une si belle demoiselle, ce malotru vous importune t-il ?

-Heu ... c’est vous qui lui avez mit un chapeau ?

-Non ! Je ne sais même où ce fichu droïde de malheur l’a trouvé !

-Hey le nabot ! Surveille ton langage devant la femelle !

-Mais ce droïde est ... génial ! Il parle toujours toute les langues ? Si oui je le prends !

-Croyez moi ma pt’ite dame si j’avez une langue j’en userai pour vous ravir !

-Oui je comprends, il est complètement foutu et vous n’en voulez pas ... Quoi ?! Vous le prenez ?! Loué soit le ciel ! Il se baissa au sol, ce qui n’était pas très compliqué vu sa taille, et le l’embrasse à de multiple reprise.

-Hey poupée, ne faites pas attention à lui il est complètement détraqué ...

-Oui il parle toute les langues, seule sa programmation est à revoir. Mais il est vraiment opérationnel.»

Après les échanges de crédits convenus, la silhouette d’une jeune femme et d’un droïde fort étrange émergèrent de l’hôtel. A l’intérieur, un petit homme sautillait partout en poussant des ‘youpi’ de joie.

«-Hey douce femelle, je serez votre chevalier protecteur, avec moi, vous ne craindrai plus rien, et c’est un bonheur que d’être la propriété d’une si belle créature que vous. Nul malotru ne viendrai vous importunez j’en fais le serment, fois de CN-58 !

-Comment ai-je pu vivre sans toi ? Ah et par contre, à partir de maintenant je vais t’appeler ... humm ... Prolo !


#34509
Acte II-3 : Concurrence chevaleresque et formateur...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le prochain rendez vous était pour le droïde IG que Alison avait demandée pour sa protection rapprochée. Il ne serait que très rare de sortir son sabre laser à l’avenir dans les mondes civilisés pour résoudre un conflit, et pour conserver sa couverture de citoyenne normale un gardien était indispensable.

«-Je vous ai déjà raconté la fois où j’ai décalqué ce mercenaire prétentieux ? Il l’av...

-Attends petit frimeur, on est arrivé.

-Ah et où donc ? J’espère dans un endroit intime ... En guise de clin d’oeil, il fit clignoter la diode de son oeil vert.

-Petit coquinou va, en fait c’est ici que je viens chercher mon droïde de combat.

-COMMENT ?! Un rival ? Venez douce femelle partons d’ici, vous n’avez pas besoin d’un autre que moi !»

Ignorant les plaintes de son nouvel ami, la Jedi-Noir entra à l’adresse fournit. Cela ressemblait à un entrepôt de stockage, à la différence que celui était presque vide. Un homme et un droïde en veille attendaient dans le fond. L’humain fit signe à la nouvelle venue.

Image
Raek Bolgar


«-S’lut, c’est vous qui venez pour le droïde ?

-Doucement le maraud, on t’a pas sonné ! C’est ce droïde là derrière qui doit me faire concurrence madame ? HEY ?! Toquard va !»

Le droïde en retrait émergea de sa veille. Une lueur rouge et menaçante s’alluma aussitôt, et dans une voix grave et métallique s’adressa à son homologue protocolaire.

Image
Vigie


«-Acquisition de la cible, démarrage des protocoles d’élimination.

-Juste ciel !»

Prolo se réfugia aussitôt derrière sa maîtresse, la tenant par les épaules, ne laissant entrevoir que son haut de forme.

«-Doucement Vigie, repos.

-Reçu, mode repos enclenché.

-Heu dites, votre droïde ... il a pas un problème ? Sinon moi c’est Raek, Raek Bolgar, enchantez. Il lui tendit la main

-Ne faites pas attention à lui, il est juste un peu trop génial pour ce monde. Elle lui serra la main. Moi c’est Alison Malora. Joli modèle..

-Pfff.

-Vigie ? Ouais c’est un sacré droïde, je l’ai un peu modifié mais que dans l’bon sens j’vous assure. Pour tout les protocoles de combat, défense et assassinat, il est au top.

-Je veux bien vous croire, pourquoi vous vous en séparez ?

-Boarf, j’ai un peu trop roulé ma bosse, je cherche à me poser maintenant. Cette planète m’a l’air bien tranquille pour ça. J’ai formé pendant quelques années des escouades de mercenaires pour le compte de mon ancienne bande, puis j’ai dépanné quelques forces privées en formant des équipes de sécurité. Mais bon, j’ai jamais eu la bougeotte, et courir dans toute la galaxie me fatigue. Je vais vendre Vigie, me trouver une petite bicoque sympa et voir pour trouver un job pépére.

-Dans la formation de soldats ? Écoutez j’ai peut être une solution qui pourrait nous satisfaire tout les deux.

-Mouais, dites toujours ...

-J’ai relancé une exploitation agricole pas trop loin, et je compte diversifier mes activités. Pour sécuriser mon exploitation, je vais former deux escouades de miliciens pour tourner jour et nuit. Selon comment les choses évoluent, je compte développer la branche sécurité de mon groupe. Si vous vous y connaissez, moi je vous propose un poste amené à évoluer rapidement, un bon salaire garanti, et une place tranquille à la campagne, y’a de la surface vous pourrez même construire votre maison à l’avenir. Et du moment que le résultat est là, je vous laisserai faire tourner la branche sécurité à votre convenance. Intéressé ?

-Vs’avez dit bon salaire ? Et je pourrai mener ma barque comme je le souhaite en restant peinard à la campagne ? Je pense que si tout s’passe, comme vous l’dites, y’a moyen que ça corresponde à ce que je cherche. Vous avez besoin de moi quand ?

-Tout de suite, je peux vous héberger le temps que vous trouviez une maison pas loin du domaine.

-Nikel, j’ai deux conneries à régler et je peux venir, laissez moi l’adresse. Ah et au fait Vigie, voilà ta nouvelle patronne, ce fut un plaisir mon grand.

-Mise à jour des données, changement des protocoles : propriétaire. Salutation maîtresse Malora. Vigie pour vous servir.

-Toquard.»


#34523
Acte II-4 : Des vaisseaux et une invitation de marque ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Bon, les emplettes étaient presque terminées. Après les droïdes et l’instructeur (qu’elle n’aurait pas pensé trouver aussi facilement), il ne restait plus que les vaisseaux et les swoops. Et tout ceci se ferait au même endroit, chez un des plus gros revendeurs de véhicule de la capitale, et donc de la planète. D’après le catalogue visionné sur l’holonet, il aurait accès à une quantité importante de vaisseaux en tout genre, via une maison mère basée ailleurs. Le slogan disait même : ‘si on l’a pas, ou vous le trouvera !’

«-Sérieusement on a pas besoin de lui maîtresse, il n’a pas l’air très costaud en plus, du moins pas autant que moi. Larguez à la première décharge !»

Ah oui, Alison apprit très vite que se balader avec Prolo et Vigie en même temps n’était pas de tout repos pour les oreilles. Le premier invectivait l’autre dès qu’il le pouvait et l’autre se contentait de ne rien relever, si ce n’est de lancer au hasard des protocoles d’éliminations en vue de freiner son homologue, qui ne se calmait, hélas, que pendant l’espace de deux ou trois minutes. Quel duo ...

«-Aller ma belle, dites moi que c'est une blague, je ...

-Chut, on y est.»

Effectivement le hangar était ici, et immense. En même temps pour stocker des vaisseaux il n’en fallait pas moins.

«-Bien, que personne ose approcher de vous, ma douce, ou il aura affaire à moi !

-Heu en fait ... restez ici vous deux, j’aimerai éviter de me ridiculiser devant des, peut être, futures partenaires commerciaux.

«-Moi ?! Rester avec ce ... porte flingue bas de gamme ?! Que vous ai-je donc fait ma mie ?

-Permission d’annihiler le sujet si débordements successifs ?

-Hum ? Tiens oui bonne idée, soyez sage maintenant, je fais vite.

«-Juste ciel ...»

Alison entra dans le bâtiment, qui était plutôt plein. Du monde s’affolait en tout sens, client comme vendeur. Et beaucoup de mécanicien courrait partout également, comme si ça leur permettait d’échapper à leur problème. Tout cela contrastait étonnement avec le reste de Dantooïne, qui était plus paisible. C’était peut être pour donner l’impression d’être une société dynamique et moderne.
Un dévaronien, officiant derrière un guichet lui fit un signe de la main pour qu’elle s’approche, le tout avec un grand sourire. Il se présenta, c’était un vendeur de la boite, et il présenta également le fonctionnement du magasin. Guichet 1 à 8, encaissement, 9 à 12, SAV, 13 à 15 demande de réparation, 16 à 20, les achats, le 21, il n’était jamais ouvert et le 22 à 24, c’était ici, pour expliquer le fonctionnement. Bonne journée et au suivant.
Bon direction heuuu .... guichet ... 15 ? Hé bien non, une chiss lui expliqua que ce guichet n’était pas pour les achats et qu’il fallait aller à celui de gauche, mais pas cette gauche là, la sienne, et un petit bonne journée puis suivant.
Bon guichet 16, c’est ici donc. Alison donna le motif de sa venue, son nom et ce qu’elle avait donc commandée, ce que le vendeur retrouva aussitôt. Il lui expliqua que tout était déjà prêt et l’invita à le suivre afin de lui montrer les vaisseaux. Tout les cargos étaient là, les deux transporteurs, et le privé. Les Swoops étaient chargés dans le premier cargo, le vendeur, lui montra chaque véhicule, lui donna le suivi d’entretien effectué ici même et lui expliqua que une fois la transaction rempli (entre les guichets 1 et 8 donc), le société envoie aussitôt les vaisseaux à l’adresse convenue. Des questions ? Non, bonne journée, suivant.
Au guichet 4 Alison régla donc la transaction. Ce fut la partie la plus pénible de la journée à coup sûr, la facture était salée mais il fallait savoir investir.
Bon les vaisseaux allaient donc être livrés et vu l’heure, il restait encore à Alison le temps de renouveler sa garde robe ... Direction shopping !

Une heure et demi plus tard, la jeune femme était dans son vaisseau, prête à quitter Dantar-City avant la nuit. Les habits étaient ici et elles s’étaient vraiment faite plaisirs sans trop dépenser et ... une minute ... les droïdes ?!

Ailleurs ...

«-Elle nous a pas dit qu’elle faisait vite ?


Cole-City, dans la soirée.

Le superviseur chagrien attendait à la résidence Malora sur le domaine. Aujourd’hui encore, les ouvriers avaient travaillés dans la bonne humeur et sans traîner. Les récoltes seraient abondantes et la nouvelle ferme high-tech permetait de faire croître des pousses avec une vitesse ahurissante, le tout en reproduisant un climat idoine et propice au développement.
En résumé, les produits sortaient d’ici vite, et étaient de grande qualités nutritives.
Le chagrien n’était pas du genre à se jeter des fleurs, mais il aimait à penser qu’il était pour une partie de cette réussite. Et jamais il n’aurait imaginé voir un développement aussi rapide de l’entreprise, la petite avait de l’énergie à revendre, il avait lui même du mal à suivre, mais c’était là sa tâche, rester en retrait et s’assurer que rien ne se cassait la figure derrière.

Enfin, alors qu’il se tenait droit devant la maison, le cargo GMA Premier atterrit faisant voler la poussière. La rampe s’abaissa et la silhouette rondouillette d’Alison émergea, le sourire traversant son visage d’une oreille à l’autre et en agitant sa main en tout sens pour faire coucou. A sa suite un droïde étrange, qui croulait sous le poids de piles de vêtements maugréait en tout sens, et encore derrière un autre droïde à l’allure sinistre avançait lentement tout en analysant l’environnement.
La petite n’avait pas chômé, une fois de plus.

«-Hey coucou Amosounet ! J’ai charbonné comme jamais, vous avez vu mes deux nouveaux amis ?

-Oh non encore un mâle de plus ?

-...

-Oh et faut que je vous raconte, un type va arriver très rapidement pour former nos milices !

-Content de vous revoir madame, votre suite ... est haute en couleur. Mais venez, rentrez donc vous asseoir j’ai moi même des choses à vous dire.

Cinq minutes plus tard, dans la salle à manger, toujours vieillotte, qui servait de lieux de réunion. Deux verres de whisky servit, Prolo congédié et Vigie en veille dans un coin de la pièce, Amos et Alison discutait.

-Rien à signaler au niveau de la récolte aujourd’hui madame. J’ai vu les vaisseaux arrivés un peu avant vous, j’ai demandé à un ouvrier si il pouvait les surveiller, le temps de construire une piste ou un hangar dédié et d’avoir des milices opérationnelles.

-Bien beau boulot, et bonne initiative, comme toujours.

-Allez y jetez lui des fleurs ...

-Prolo, arrêtes d’écouter aux portes !

son inaudible

-Il ne vous reste plus qu’a trouvé un nom pour les vaisseaux et je pourrait officiellement les déclarer.»

Ah, un nom ? Alison n’y avait pas du tout pensé, vite une idée ... Peut être dans l’environnement ...

-Pour les cargos ... on aura le GMA Fourchette, ... oui Fourchette, et après ... le GMA Ficelle ! Voilà ! Et pour le mien, ce qui n'est pas rien, il faut un truc qui claque ... heu le GMA Oiseau de Dantooïne, parce que je viens de Dantooïne voilà, et que je suis gracieuse comme heu ... un oiseau.

-Dire qu’il y a à peine un mois,c e genre de remarque m’aurait étonné ..., je note donc les noms.

-Bienvenue dans le merveilleux monde de la folie Amos’ ! Bon pour recentrer le sujet, un certain Raek Bolgar va venir, il va diriger donc le GMS, notre branche sécurité et s’occupera de former les milices et mettre en place les routines de patrouille.

-A ce sujet, j’ai déjà trouvé quelques personnes prête à travailler pour nous.

-Parfait je peux toujours compter sur vous. Je crois qu’on a fait le tour du coup non ?

-Il reste ... une dernière chose."

Le chagrien sourit comme jamais laissant sa phrase en suspens.

"-Tiens, vous savez sourire vous ? Je veux dire à ce point ?»

Sans rien dire il lui tandis un papier.

Image


«-C’est arrivé ce matin, peu après votre départ. Via un livreur pas très loquace d’ailleurs. C’est dingue non ? Vous imaginez les perspectives ? Représenter Dantooïne, rien que ça ?»

Effectivement, quelle perspective, et pas des moindres. La jeune femme était cependant partagée. La chef d’entreprise et citoyenne voyait là une occasion en or, et l’Empereur en personne ! Mais d’un autre côté qui dit Empereur, dit sécurité, et peut être sécurité anti-Forceux ? Le trouble était là, mais impossible de refuser, et de toute façon, l’occasion était trop belle.

"-Bien Amos’, je vais prendre mes dispositions pour rejoindre au plus vite ce salon et y répondre favorablement. Je vous laisse, une fois encore, les clés en mon absence."

Quoi qu’il en soit, à son retour de ce salon, il y avait de grande chance pour que plus rien ne soit pareil ...



HRP : Suspens de ce RP le temps de mener à bien celui du salon.
#35387
Acte III-1 : Dispositions et développement ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Cela faisait quelques jours à présent que la Directrice Malora était partie au salon organisé sur Yaga Minor. Depuis, rien à signaler si ce n’est une petite incursion de nuisibles récemment qui en voulaient aux Iriaz. Par chance les nouvelles milices remplirent parfaitement leur rôle et aucun dégât ni perte ne fut à déplorer. Milices formées par le récemment arrivé Raek Bolgar, dirigeant du GMS qui séjournait actuellement dans la résidence des Malora le temps que son logement se construise. Amos’Korn, le chagrien superviseur n’avait que peu échangé avec l’humain, mais il lui semblait être quelqu’un de droit et fiable, sachant de quoi il parle, et ce même sous ses airs désabusés. Après tout, ce genre de personne de par son métier assiste forcément à des évènements que certains qualifieraient de ‘amoral’. Vouloir tirer un trait sur tout ça était certainement la meilleure solution à faire, et pour lui comme pour beaucoup, le Groupe Malora représentait de nouvelles perspectives d’avenir et surtout : un but.

Quoi qu’il en soit, la journée touchait à sa fin, et comme à son habitude, le chagrien scrutait l’intégralité du domaine, fièrement debout, les mains croisées dans le dos face au coucher du soleil. Il était aux premières loges planté sur le balcon de la résidence. Ce dernier avait été habilement positionné au plus haut de la bâtisse pour donner une vue imprenable aux alentours, et permettre au maître des lieux de surveiller ses possessions.

Tout était calme.

Même le bruit des chants du soir Dantaris ne polluaient pas l’environnement, au contraire cela ajoutait un charme audible nul part ailleurs, telle une signature.
Au loin les milices de jour et de nuit se passaient le relais et le vent ramenait l’odeur des pommiers.
Le superviseur profitait un dernier instant de tout cela, avant de rentrer enfin chez lui.
Mais malgré tout cela, il manquait une dernière chose caractéristique à son nouveau quotidien : la présence de sa nouvelle patronne. Certes, haute en couleur, un peu trop active et folle pour lui, il s’était finalement résolu à apprécier le jeune femme pour ce qu’elle était, et, au fond, son absence dérangeait plus que sa présence. C’est en pensant justement à elle, que sa fréquence de Holo-Appel résonna, le chagrien décrocha ...

Quelques minutes plus tard ...

Comment diable une personne peut elle jongler entre réussite et problèmes avec autant de rapidité ? En moins de temps qu’il n’en fallait, la patronne s’était faite remarquée au salon par un politicien étroit d’esprit et allait être envoyé deux semaines en ‘formation’ dans un centre du BSI ... Les nouvelles n’étaient pas joyeuses, mais en bonne patronne, Alison donna quand même ses directives, et elles avaient de quoi occuper largement le planning de ces deux semaines à venir ...

Le lendemain matin, Amo’s Korn convia les membres du comité de direction afin d’aborder les demandes de la directrice. Dongllow, et Raek Bolgar étaient donc présents. Les trois responsables se mirent donc d’accord sur les démarches et les ressources allouées. D’après le comptable Arcona, la trésorerie permettait aisément de mener à bien le projet le plus ambitieux demandé par l’humaine : la construction de deux nouvelles super-fermes : «La Continuité» et «La Suivante».
Sur le plan plus technique, la place ne manquait pas, les cargos pouvaient encore assurer le tonnage, mais si il y avait multiplications des routes commerciales, ça allait se compliquer. Sans compter le besoin en sécurité et transports pour couvrir toute la surface. Consciente de ces problèmes, Alison avait spécifié s’en remettre à ses ‘experts’, dont elle avait entière confiance pour les choix et solutions à mettre en place. Le débat fut long, mais tout le monde tombait d’accord avec une synergie parfaite. Le seul point noir fut l’évocation de la récupération de Prolo une fois le salon terminé ...



Compte rendu et décision de la réunion exceptionnelle du jour :

-Constructions de 2 super-fermes.
-Formation de 2 Milices supplémentaire pour palier le besoin de sécurité.
-Achats de 10 Swoops, pour permettre aux milice de couvrir plus d’espace avec des effectifs réduits.
-Achat de 1 Navette Kappa, pour éviter de monopoliser un cargo pour les déplacements relationnelles et sécuritaires.
-Achat de 1 Cargo Moyen HT-2200 pour multiplier les routes commerciales.



#35442
Acte III-2 : Retour ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Alors que la soirée tombait, laissant inexorablement la nuit reprendre sa place légitime dans le cycle journalier, certaines personnes continuaient malgré tout à vaquer à leurs occupations comme si de rien n’était.

Par exemple l’énigmatique Arcona Dongllow, un être vivant programmé comme un droïde, ayant finit sa journée décida d’aller se promener à l’extérieur du domaine pour compter les petits cailloux qui composaient les chemins pavés connectant les bâtiments les uns aux autres. Ne sachant rien faire d’autre que d’occuper son esprit avec des nombres, le comptable alien s’occupait comme il le pouvait, et surtout cela faisait deux soirs de suite que le résultat n’était pas le même, chose anodine en soit, mais qui le perturbait profondément.

De l’autre côté du domaine, adossé à une barrière en bois, Raek Bolgar, le dirigeant de la branche sécurité concevait de nouvelles routines de patrouilles, faisant en sorte d’optimiser les trajets pour laisser le moins de temps possible les parcelles de terres et les fermes sans surveillance.

Et enfin, le superviseur chagrien, Amos’Korn, archivait les rapports de la journée en l’absence de la directrice officielle, le tout confortablement assis dans son fauteuil, qui étrangement tout en accusant le poids des années se révélait être assez solide pour le soutenir.
Le bureau qui lui avait été attitré n’était autre que celui de feu Andrew Malora, le père de Alison, une marque de confiance et de respect de la part de l’humaine envers son plus loyal et fidèle assistant.

Alors que ses yeux fatiguaient, et que son énergie diminuait à vitesse grand V, le chagrien décida de se faire couler un thé histoire de reprendre des forces pour finir son travail. Amos’Korn s’était prit d’affection pour cette boisson. Au début, s’était pour simplement se remettre des boissons fétiches de la directrice, amoureuse de bon alcools, elle ne rechignait pas à faire partager sa passion avec son entourage. Et il n’était pas rare de voire quelques bouteilles à côté du café et des biscuits lors des réunions. Cette pause salvatrice à base de thé était donc fort bienvenue pour son organise.

-Alors ça y est ? Je pars deux semaines et on se met à boire des cochoneries ?!

Le chagrien faillit renverser sa tasse de surprise et manqua tout autant de s’étouffer.
Levant les yeux il reconnut là, une fois encore, la silhouette légèrement rondouillette de celle à l’origine de toute cette entreprise : Alison Malora.
S’essuyant le coin de la bouche avec une serviette qui fut tout à fait la bienvenue, le superviseur essaya de ne pas paraître trop perturbé ... peine perdue.

-On ne vous avez pas annoncé madame.

La Jedi Noire mima un bruit d’interphone avec ses mains plaquées sur sa bouche.

-Oyez oyez, à l’intention de la brave populace, votre magnifique et talentueuse ainsi que sublime, qui je vous l’accorde fait doublon avec le premier terme mais disposant néanmoins de toute son importance, reine est de retour !

Elle attrapa d’une main le dossier d’une chaise qui traînait par là, l’attira à elle pour mieux s’affaller dessus, puis elle posa ses deux jambes sur le bureau.

-Sans déconner, ça roule par ici ?

Amos’Korn ne prit pas ombrage de cette désinvolture, restant debout, joignant ses deux mains dans son dos, se raclant la gorge, il annonça avec sa quiétude habituelle :

-Madame, si je puis me permettre, à votre place j’aurai choisit une autre chaise de meilleure constitution.

Haussant un sourcil, la jeune femme demanda des explications.

-Pouvez vous dévelo ...

La chaise s’effondra ...


#35444
Acte IV-1 : On remet ça ... mais en mieux ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Plus tard dans la soirée au Hutt Risolant, la meilleure (et seule) cantina de Cole City.

Suite à son retour, Alison avait tenu à inspecter d’elle même les nouvelles infrastructures du domaine, à savoir les deux Super-Fermes récemment bâties. Très satisfaite du résultat, elle invita Amos’Korn à manger avec elle à la cantina de Ragh, ce afin de pouvoir discuter un peu et de remercier le chagrien pour son travail, qui une fois encore, était impeccable.

Alors que les deux personnages entrés donc dans l’établissement, Ragh les salua avec un grand sourire.

-Alison Malora ! Ça fait un paie que l’on t’avait pas vue dis donc, les habitués commençaient à s’inquiéter ! Ah et voilà le grand Amos'Korn !

-Salut Ragh, j’ai été pas mal pris par les affaires récemment, mais je compte bien rattraper le temps perdu ! A boire camarade !

Le chagrien se contenta de lâcher un discret «Et zut» que personne ne remarqua. Suite à quoi, l’Advosze installa ses deux clients à une table, située dans un renfort du mur pour plus d’intimité. Prenant leur commande il s’en alla un instant. La Jedi Noire, un sourire d’enfant sur le visage tapa des poings sur la table et se frotta les mains.

-Ah enfin de la bonne bouffe !

-J’imagine que de ce côté là, vous n’avez pas été choyé. Comment c’est passé votre séjour ? Vous allez bien ?

-Mieux que jamais, j’ai des idées et on va passer à la vitesse supérieur Amosounet ! Quand au stage ... ma foi, ça aurait pu être bien pire. Voyez, je suis ici et avec un diplôme de citoyenne rien que ça.

Elle éclata de rire tout en tirant le-dit diplôme de sa poche. Le papier encore roulé dans son étui, elle l’agita au nez du chagrien.

-Ce petit papier nous sera grandement utile pour être tranquille par la suite. Bref. En dehors des fermes tout se passe bien ?

-Hé bien pour commencer notre nouveau collègue Raek Bolgar fait un travail formidable concernant la division sécurité. Cela me soulage et me décharge enfin de certaines responsabilité. Actuellement j’ai cru savoir qu’il formait deux nouvelles milices, ce qui selon lui était nécessaire au vu de la rapidité avec laquelle nous nous étendons. Je suis d’accord, sans compter les crises de jalousies possibles de nos rivaux. Personne ne s’est lancé dans quelque chose d’aussi ambitieux que vous jusqu’alors. Jugez par vous même regardez dehors.

La Jedi Noire jeta un coup d’oeil par la vitre qui lui faisait face. Au loin, là où trônait encore récemment une seule ferme, deux autres silhouettes similaires s’étaient ajoutées. Personne ne pouvait ignorer le phare étincelant dans la campagne que représentait la Super-Ferme de la Lancée, et ce même à des kilomètres. Allumée jour et nuit, afin d’activer les récoltes, l’édifice était le plus remarquable de Cole City. Autant dire qu’à trois bâtiments du même genre, cela ne passait pas inaperçu ...

-Tout le monde ne parlait que de vous madame, et majoritairement en bien. Vous apportez la richesse et surtout de l’emploi, car votre politique d’utiliser les droïdes ouvriers seulement la nuit en remplacement des équipes de jour se révèle être populaire. Ces Super-Fermes, sont un symbole du progrès qui attend la ville. Bien que vos rivaux craignent une concurrence à laquelle ils ne peuvent faire face.

Alison grimaça en haussant les épaules.

-Bah ! Qu’importe, cela fait des années qu’ils auraient pu faire quelque chose de leur terre, ils ont gâchés de précieuses ressources, à nous d’en user, et d’en faire profiter la ville. A ce propos, suite à notre participation au salon, l’Empire nous accorde une aide financière non négligeable étalée sur un an.

-Ah oui, cela avait pas mal chiffonné Dongllow qui ne comprenait pas l’origine exact de cette rentrée d’argent.

-Au moins ça a du l’occuper, bref. On va frapper fort. Avec cette aide on va ouvrir un centre médical sur le domaine.

Le chagrien haussa les sourcils au même moment où Ragh amena les rafraîchissements. Les deux clients trinquèrent avant de reprendre leur discussion.

-Si vous me permettez, à quel fin ?

-C’est bien simple. Tout d’abord bien que l’accès aux soins de base soit gratuit, trouver un établissement dispensant ces services relève du miracle sur Dantooïne. En dehors de Dantar-City, très peux de villes sont d’envergures, au mieux tout est comme ici. Des exploitants, des familles de travailleurs, des commerces connexes qui fleurissent autour et guerre plus. Cela fait pas mal de chemin pour se faire soigner donc. Mais si nous créons un centre médical au domaine, non seulement les gens ne pourront pas passer à côté de la grandeur de notre entreprise à chaque visite, mais en plus on se fait de la bonne presse. Car on va glaner des visiteurs de pas mal de kilomètres à la ronde. Sans compter que nous pouvons suivre nos employés nous même et ainsi s’assurer de leur bonne santé.

-Et qu’y gagneront nous financièrement nous ? Vous avez dit que les soins de bases sont gratuits.

-Effectivement, il faut voir ça comme un acte d’altruisme. J’aime à penser que nous participons à l’essor de notre ville et notre planète. Après, pour faire fonctionner le bâtiment, je compte sur les soins de ‘confort’ qui eux sont payants bien évidemment.

-C’est une bonne initiative madame. Aider les gens et en profiter pour avoir bonne réputation.

-Effectivement, bon je vois que Ragh arrive avec nos plats, arrêtons un peu de parler affaire le temps de manger, je pense qu’une pause vous fera le plus grand bien.

Le superviseur ne contesta pas, et les deux amis mangèrent avec appétit leur repas tout en discuter de choses plus triviales. Cela permit aux deux de souffler un coup, et au vu de l’avenir, ils en avaient bien besoin.
Alors qu’ils relâchèrent donc la pression, ils remarquèrent enfin que autour d’eux, il y avait une certaine effervescence dans les propos et beaucoup d’animation. Curieuse, Alison en demanda l’origine à Ragh qui passait par là, chargés de plat. Il lui fit signe d’un sourire qu’il allait arriver. Moins d’une minute plus tard, l’Advosze était revenu, les mains délestées de leur fardeau.

-Dis moi Ragh, il s’est passé quelque chose dernièrement ? Tout à l’air animé par ici.

L’alien parut étonné et expliqua la chose.

-Vous n’êtes pas au courant ?

-J’ai été absente.

-Pour ma part, je n’ai pas eu le temps de me consacrer à autre chose que mon travail en ce moment.

-Ce sont bientôt les élections municipales, et le maire sortant, le vieux Symaeon ne se représente plus, c’est la première fois depuis une trentaine d’années au bas mot. Du coup, Cole City va avoir un nouveau maire. A ce jour, seul le deuxième plus grand exploitant de la ville se présente : Laerthe Vanowl. Ton concurrent direct, qui d’ailleurs n’est pas très apprécié de grand monde. Mais à coup de ‘généreuses donations’ il s’assure une bonne place, même si personne ne se présente en face. Après tout, les gens d’ici ne veulent pas se compliquer la vie en règle générale, mais il mon petit doigt me dit que si Laerthe se présente, ce n’est pas pour le bien de la ville.

Ayant fournit ses explications, Ragh s’excusa et prit congé pour répondre aux demandes de ses autres clients, laissant Amos’ et Alison seuls.

-Amousounet ?

-Oui madame ?

-Il est temps de se lancer en politique !


#35467
Acte IV-2 : Votez pour moi, je suis sympa ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le lendemain.

Alison s’était levée tôt ce matin ci. En cause, un planning chargé. Pour commencer la journée, la directrice et fondatrice du Groupe comptait partir à Cole City s’inscrire en tant que candidate à l’élection municipale à la mairie. En revenant, elle devait évaluer avec Amos’Korn le site le plus adéquat pour accueillir le futur centre médical, puis retrouver Raek Bolgar pour savoir où il comptait ériger sa petite résidence et prendre des nouvelles de la branche sécurité. Autant dire qu’il ne fallait pas chômer !

Après un petit déjeuner des plus titanesque (comme à son habitude) la Jedi Noire emprunta un swoop et fila dans la campagne de Dantooïne. Il était encore assez tôt et la plaine sentait la rosée matinale, le tout dans un silence des plus bienvenue, ce qui procurait un sentiment de calme relativement apaisant. Respirant pleinement le bon air, la jeune femme se vida l’esprit, comme elle le faisait avant une mission quand elle était encore Jedi. Elle arriva ainsi à Cole City complètement détendue.

La petite ville était peu animée, les gens étant réglaient comme des horloges, tout le monde était déjà au travail. Par chance, la mairie ne serait pas prise d’assaut. Et en parlant de mairie, l’édifice était en vu. Bâtiment administratif des plus simple et à l’architecture typique de la planète, il accusait un certain âge avec des panneaux en bois grisâtre ou remplis de mousses. En revanche l’écusson sculpté sur plaque à l’effigie de l’Empire, trônant au dessus de l’entrée de la mairie était lui parfaitement conservé, de même que les étendards impériaux flottants fièrement au vent.

La Jedi Noire entra donc, chose qu'elle n'avait pas fait depuis son enfance, Amos'Korn s'étant occupé de tout le coté administratif à sa place. Étrangement, les meubles étaient placés aux mêmes endroits, la peinture était identique, et, elle aurait mit sa main à couper que le tapis de l’entrée était d’origine, en somme rien n’avait changé. Ce qui fit affluer quelques souvenirs de son père la tenant par la main enfant, à la même place où elle se tenait, ils étaient alors venus pour une raison trop obscur pour une petite fille.

Mais pour l’heure, elle était venu afin de s’inscrire à la course municipale. L’hôtesse d’accueil, et la seule, lui adressa un sourire et l’invita à la rejoindre devant son guichet. Répondant aussi en souriant, Alison s’exécuta et présenta le motif de sa visite. A l’évocation du-dit motif, l’hôtesse parut soulagée et expliqua que pour rien ne monde elle n’aurait voulue travaillé avec Laerthe Vanowl, l’autre et le seul concurrent pour le poste. Remplissant les documents officiels administratifs, présentant ses pièces d’identités et tout ce qui s’ensuit, la jeune femme allait partir quand quelqu’un l’interpella.

-’Son ?

L’intéressée se retourna et aperçut le maire sortant Simaeon Hardston. Un homme carré, imposant et au regard bienveillant. Il devait avoir entamé la soixantaine mais il en faisait presque vingt de moins, ses cheveux et sa barbe encore noire, qu’aucun poil blanc n’osait souiller de sa présence. C’était une personne brave, pleine de compassion et intègre. Rare étaient les personnes de Cole City à ne pas apprécier leur maire.

-Monsieur Hardston ?

-Monsieur Hardston ?il éclata d’un rire franc et sonore.Hé bien la petite Malora a bien grandit, la dernière fois que je t’ai vu tu m’appelais encore Simion. C’est époustouflant comme tu ressemble à Lana au même âge !Son visage se fit plus grave.Toutes mes condoléances à ce sujet. Enfin, qu’est ce qui t’emmène par ici ? C’est plutôt ton acolyte Amos’Korn que l’on voit venir en ton nom d’habitude.

-Hé bien monsieur Hards ...

-Simaeon.

-... Simaeon, je suis venu prétendre à votre poste.

Surpris, le maire haussa un sourcil, parut réfléchir un instant.

-Voilà qui est ... intéressent. M’accorderais tu un peu de temps ? Depuis les quelques mois où tu es revenues, nous avons jamais eu l’occasion de discuter.

-Bien sûr.

Avec un sourire, le vieil homme tapota l’épaule de sa possible remplaçante et l’enjoigna à le suivre. Les deux silhouette se faufilèrent derrière un petit renfort et passèrent dans un petit couloirs à l’éclairage défaillant. Simaeon ouvrit la dernière porte du couloir, qui grinça à en réveiller les morts et déboucha sur un escalier qui montait, montait haut. Là une nouvelle porte qu’il ouvra puis alluma la pièce. Il invita la jeune fille à s’asseoir devant une cheminée et il fit de même. Bien que petite, et sombre la pièce était chaleureuse. Un bureau en bois massif, des sièges des deux côtés, deux larges bibliothèque entourant la cheminée sur le côté, et en face les deux fauteuils (confortables) et une table basse entre les deux. Au fond de la pièce une petite fenêtre d’où, avec cette hauteur, on pouvait voir la ville entière. Et enfin, le détail parfait : une armoire à bouteille dans le coin vide.

-C’est un peu rustique, mais j’ai fait en sorte que ce soit chaleureux, à l’image de notre petite ville.

Alison ne dit rien et continua d’examiner la pièce. Le maire lui fit de même mais avec son interlocutrice. Il coupa le silence d’un soupir las.

-Ton père, Andrew était un ami des plus proche, une belle personne et fidèle à ses principes. Et Lana ... disons qu’ils se complétaient bien. Si tu as hérité ne serait-ce que du tiers de leurs qualités, tu dois être quelqu’un de bien Alison.

La jeune fille ne parla pas, plongée dans ses souvenirs.

-La dernière fois que je t’avais vu, tu devais avoir six ans il me semble, c’est à ce moment là que tu as disparue. D’après ton père, un Twi’lek t’aurais enlevé. Je serais curieux de savoir ce qui s’est réellement passé ce jour là, car moi aussi j’ai perdu quelque chose ce jour là : deux amis.Sa mine devint plus triste.Andrew et Lana ... ne méritaient pas un tel drame, et une telle fin.

La voix légèrement enrouée à l’évocation de tout ces souvenirs, la jeune fille se remémora ce jour là, où Arthan’Flek, le jedi qui l’avait ‘kidnappé’ avait modifié à jamais son existence. L’évocation de son premier mentor fut tout aussi difficile que celle de ses parents.

-Oui, c’est vrai ... un Twi’lek m’avait enlevé, mais inconsciente je l’avais suivit de mon plein gré. Ce n’était pas une mauvaise personne, et ce que j’ai appris à ses côtés... n’a pas de prix. C’est ... dommage que les choses se soient passées ainsi ici.

-Que faisait-il ? Andrew parlait d’un homme poli et visiblement bienveillant, il ne comprenait pas comment cela avait pu se passer.

-C’était un ... mercenaire. Mais pas comme on le conçoit ... il parcourait la Galaxie pour aider les gens et réparer les injustices. Il avait eu besoin de moi ... dans ce but. Pour aider plus de personnes.

-Cela n’a pas aidé tes parents.

-Il s’en ai toujours voulu. Mais ce qu'il m'a apprit ... n'a pas de prix

Simaeon parut plongé dans ses réflexions pendant une longue minute.

-Si toi, tu n’a pas souffert de tout cela, c’est en soit une consolation pour la mémoire de tes parents. Je ne veux pas t’importuner plus avec ces ... choses. Parlons d’autre chose. Café ?

-Volontier.

Le vieil homme tapota l’accoudoir de son fauteuil avant de s’en extraire et partit servir le liquide noir. Il revint rapidement, servant une tasse à son invitée puis à soit même. Il but une gorgée et reprit la conversation.

-Bon. Tu te présentes donc, c’est bien, très bien. Seul Laerthe Vanowl est inscrit en dehors de toi. Connaissant le personnage, mon petit doigt me dit qu’il a soudoyé ses potentiels adversaires et je ne serai pas rassuré de le savoir à ma place. Cet homme est égoïste et profondément désagréable, si il se présente c’est seulement par intérêt. Vois tu, être maire n’est pas à prendre à la légère. A ce poste, on devient le représentant de toute une communauté, leur garant en somme. Il faut savoir être impartial et bienveillant, mais surtout intègre, nous représentons l’Empire. Vanowl n’en fera rien, moi je l’ai fait pendant trente cinq ans.

-Si je puis me permettre, pourquoi ne pas vous être représenté dans ce cas ?

L’intéressé sourit affectueusement.

-C’est en partie ta faute.

-J’avoue ne pas comprendre.

-Regarde, tu n’es pas revenu depuis un an et tu as réalisée des choses ... qui me dépasse. Cela me fait comprendre que ce n’est plus moi qui fait avancer le monde, mais que c’est lui qui me porte maintenant, je me fais vieux. Et les jeunes comme toi on la force et l’envie d’améliorer, d’avancer, il faut savoir passer la main, c’était mon heure.

-J’essaie simplement de m’en sortir. Il faut juste s’en donner les moyens.

-Et tu te les ai donné, c’est pourquoi ta candidature me ravit de tout coeur. J’espère que tu me succéderas à la mairie. Si tu es aussi dynamique pour Cole City que pour ton entreprise, tu feras de grandes choses. Mais ne jamais oublié une chose : on ne fait pa de la politique pour soit, mais pour les autres.

La jeune femme ne releva pas, pensive, aucun des deux n’osa perturber le silence et en profitèrent pour finir leur breuvage en toute quiétude.
Finalement, Alison prit congé et remercia Simaeon pour l’accueil et la discussion. Ce dernier lui souhaita toute la réussite possible, et lui assura de son soutien lors de l’élection à venir.

Il était temps de rentrer.




#35510
----- Modération Flash -----
Poste de Secours


En terres d'Empire, les soins se voulaient gratuits quand commissionnés ou urgents. En cas d'esthétisme, tout était à charge du patient, ou, pour ceux qui en avaient, des mutuelles de droit privé. Dantooine était dans le tiers pauvre de la partie galactique impériale. Récupérer de l'argent sur un Poste de Campagne, au milieu de pauvres, au matériel peu dévolu à ce genre de chose, d'autant que l'emploi de personnel qualifié pour ce faire laisser à désirer, relevait de l'impossible. Aussi n'allait-on enregistrer aucun gain sur l'établissement.

Dans la mesure où la santé était un chapitre important d'un régime social, les entretiens seraient entièrement subventionnés par l'Empire.

La bonne stratégie avait été de la construire avant d'annoncer les ambitions communales de Malora. Le Maire local, qui servait en fait sous l'influence d'un Major dans l'Armée de Terre, accepta donc la construction à proximité de Dantar City. Grand mal en fit au Major d'un tel cadeau électoral pour Malora... Même si tout pourrait se rattraper avec quelques coups bien placés. Car, il allait sans dire que l'Ancien Maire, ne se représentant pas, le Major se décida à candidater directement...




En résumé :
- La construction coûte 3 millions de crédits ( tu fais appel au BTP comme entreprise, donc à du privé )
- L'entretien est rattrapé par les subventions impériales
- Pas de gain, pas de pratique des soins de confort faute de personnel et de demande pour ce service
- Appui électoral :
    - 5% d'intentions de vote pour Malora
    - 15% d'intentions de vote pour l'exploitant
    - 80% pour le Major
La traque

Les marches trop dures éreintaient son séant. Les[…]

La Bataille pour Concord Dawn

Quelques minutes avant le décollage, on sentait t[…]

Vers une nouvelle aventure

[ BALMORRA - Base Stellaire 23 - Bureau de l'Amira[…]

Signaler une absence

Comme vous avez pu le voir, je suis en perte de[…]

Nuit

Tout ça était vraiment trop compliqué pour le simp[…]

Connivence

"- J'ai comme l'impression qu'ça pue. "[…]

[Dromund Kaas] Ils sont partis par là

Était-il surprenant d'apprendre que Jeny avait été[…]

[Molavar] Portée par un souffle

La gamine ne répondit rien, attendit devant la ve[…]