L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Dantooine est restée éloignée de la modernité, son histoire n'en est pas moins riche. Heureusement, les colons ont conservé jusqu'ici leur mode de vie calme et agricole. Certains racontent que se trouve ici une ancienne base de la Rébellion, abandonnée depuis la fin de la guerre.
Gouvernement : Empire
Avatar de l’utilisateur
By Alison Malora
#35515
Image



Chapitre I : Un siège, trois postérieurs ...









Une semaine paisible s’était écoulée depuis la candidature officielle de Alison au poste de Maire. Étrangement, la petite ville de Cole-City était en effervescence. Habituée à un calme typique d’agglomération éloignée de toute civilisation avancée, la perspective d’un ‘combat’ politique entre deux nouveaux candidats animait chaque conversation à la cantina et en dehors. Pour ainsi dire, partout.

La foule était à conquérir. Pour beaucoup, Alison était une arriviste qui bousculait beaucoup trop vite leur quotidien, ce qui malgré les atouts qu’en retirait la ville avait de quoi apeurer les conservateurs et aspirants à la tranquillité. D’un autre côté, son nom, Malora, donnait une légitimité à travers la mémoire de ses parents et Simaeon, le maire sortant avait publiquement soutenue la jeune femme et la création du petit centre médical lui avait valu de bonne opinion. Ah et sans compter sur le soutien de ses quelques amis piliers de bar à la taverne !

Concernant l’opposant répondant au nom de Laerthe Vanowl, c’était une tout autre histoire.
L’homme, bien connu de la petite communauté avait mauvaise réputation vis à vis des autres exploitants, et ses employés le savait hautain et dédaigneux. Cependant, la population appréciait ses qualités de chef d’entreprise, qui bien que peu scrupuleux, avait permit durant des années d’employer bon nombre de citoyens qui aurait sûrement du quitter la ville faute de mieux. Ayant toujours vécu à Cole-City, il semblait le plus légitime à la succession et sa femme Irhauna était une personne très appréciée des gens, bienveillante, patiente, l’opposée de son mari, mais qui allait sans aucun doute attirer de la sympathie à ce dernier. Autant dire que pour l’instant, Laerthe partait favori.

Et pourtant ...

Quelques jours seulement après la candidature de Alison, un major impérial ambitieux avait fait dépôt de sa candidature. Basé à Dantar-City, le personnage était donc au centre du pouvoir planétaire et assez haut pour détenir les leviers administratifs idoines pour semer d’embûches les campagnes électorales de ses rivaux. En outre, il pouvait aussi mener une inquisition personnelle envers chaque habitant de Cole-City. La petite ville étant un mélange ethnique important, les aliens avaient peurs, tout comme les humains.
Avec autant de pouvoir, le major détrôna sans surprise Laerthe Vanowl dans les sondages.





Début du rp :

- 5% d'intentions de vote pour Malora
- 15% d'intentions de vote pour l'exploitant
- 80% pour le Major


(source : Destin hey Manu, tu descends ?!)

Avatar de l’utilisateur
By Alison Malora
#35577
Chapitre II : Lutte d’esprits ...





La nuit était déjà bien ancrée dans le ciel, et pourtant la directrice du groupe Malora n’avait pas encore mangée. Fait des plus étrange pour la jeune femme à l’appétit de rancor, mais elle était pleinement plongée dans ses réflexions concernant le poste de maire.
Elle s’était attendu à affronter un rival équitable mais l’arrivée du major perturbait tout les pronostiques. Son pouvoir était trop important pour l’attaquer de front, contrairement à Laerthe qui lui était égal en terme de moyens.
La mine sombre, Alison s’arrêta de faire les cents pas sur son balcon et arracha rageusement de ses dents le bouchon en liège qui fermait une bouteille de whisky. Bouteille qu’elle tenait en main depuis le début de soirée et qui s’était vue diminuer drastiquement.

Les yeux rougis, la gérante d’entreprise observa avec difficulté le nouvel établissement qui trônait sur son domaine : un centre de santé. Avec une moue de satisfaction, la Jedi Noire descendit d’un trait le reste d’alcool et tituba jusqu’à la rambarde du balcon, là, elle s’affala de tout son poids sur la pauvre structure qui n’en demandait pas temps.

-Che ... truc. Pt’ain y dé ... d ... défonce !

Effectivement la bâtisse était la nouvelle fierté du groupe. D’architecture moderne, le poste avait été construit à l’orée du domaine, afin que tout les visiteurs puissent voir la richesse et la puissance de l’entreprise, mais aussi pour éviter que trop de personnes inconnues ne se promène au sein même des installations, juste au cas ou ...
Concernant le personnel, le faible taux de salariés compétents disponible avait limité l’offre aux soins de bases. Au total, cinq docteurs et deux vétérinaires étaient présents. Plus qu’assez pour offrir les soins voulus avec la création du centre.
Le bâtiment ne rapporterait rien compte tenu des lois Impériales sur le système de santé et les coûts de construction avait triplé par rapport au prix de base. En revanche, l’Empire prenait à sa charge les frais de fonctionnement et de toute façon, ce bâtiment n’avait pas pour but d’être une source de revenus.

-Santé, toast à ... la ... réussite !

Alors qu’elle s’apprêtait à boire à nouveau, la Jedi-Noire constata avec tristesse que la bouteille était déjà vide. Étrange, elle ne se souvenait pas d’avoir finit son whisky. Perplexe, elle regarda autour d’elle pour trouver le fautif.
Personne.
Cela voulait donc dire ... que des fantômes de Force étaient présents ! Sûrement d’anciens Jedi assoiffés dont le désir d’alcool les empêchaient de trouver la paix. Mais Alison ne se laisserait pas faire !
La jeune femme brisa sa bouteille sur (la décidément malheureuse) rambarde, puis, d’un bond se releva gauchement, brandissant son tesson devant elle et l’agitant de part et d’autre.

-A ... ar ... rière ! Vils soif... *hips* choiffard !

Image
Fantômes d'anciens Forceux très assoiffés


Elle perdit l’équilibre et tomba. Probablement une feinte arrière d’un fantôme. Le combat allait être ardue à n’en pas douter. La Jedi-Noire était contrainte de s’en remettre à la Force pour triompher. Fermant les yeux, la jeune femme médita, vidant son esprit. Dérivant dans ses souvenirs elle trouva enfin ce qu’elle cherchait dans ses pensées les plus noires : l’obscurité. Canalisant sa haine, elle ressentit le côté Obscur l’envelopper de son étreinte rassurante et chaude. Un sursaut d’énergie, elle était invincible.

-C’EST PAS VOT’ GNÔLE !

Alison se releva avec un saut acrobatique et se réceptionna sur une jambe, de l’autre elle envoya un chassé directement au visage d’un esprit qui lui faisait face. Elle virevolta, tournoyant sur sa jambe et asséna une volée de coup à tous les fantômes assez fous pour oser s’approcher. Elle stoppa sa danse mortelle en s’accroupissant et évitant ainsi un coup porté en traître. Celui ci allait le regretter ! Furieuse, la Jedi-Noire fit léviter le fantôme, appliquant une étreinte sur sa gorge afin de l’étouffer. La victime se débattait pitoyablement cherchant à se soustraire à la poigne de Force, en vain. Un crac sourd émana de la gorge du malheureux et satisfaite, Alison envoya le corps inerte s’écraser contre un mur avec violence.

Image
Par la Force du whisky, je brise mes chaînes (passage potentiel du code Sith)


-Alo ... alors, qui d’autres ?! Hein ?! HEIN ?!

Les fantômes avaient désertés le lieu, conscient de leur infériorité. Triomphale Alison jetta son tesson à terre et entama une danse de la victoire. Dans sa fougue, elle glissa sur quelque chose et se ramassa par terre ... ce fut le noir complet.




Pouvoir utilisé : Étranglement.
Avatar de l’utilisateur
By Alison Malora
#35707
Chapitre III : Demande d’entrevue ...





Il était 10h passé. Le chagrien Amos’Korn était confortablement installé dans son bureau. Travaillant avec professionnalisme et ardeur il ne s’était pas rendu compte de l’heure qui tournait. La directrice Malora ne s’était toujours pas manifestée, étrange. Bonne vivante, elle n’était en revanche pas connue pour être une grande dormeuse. Le chagrien décida de monter à l’étage, où se situait le bureau de la directrice. Il avait reçu une demande de rendez vous qui ne manquerait pas de piquer la curiosité de la jeune femme.
Montant consciencieusement les marches, une pile de dossier à la main, Amos’Korn s’étonna de n’entendre aucun bruit. Il s’arrêta devant la porte, se racla la gorge et tapota légèrement avec son index recourbé à la porte.

-Madame ?

Pas de réponse, il réitéra sa demande.

-Excusez moi de vous déranger, j’ai à vous parlez madame.

Toujours rien. Inquiet, le superviseur sortit le double des clés du bureau, dont il était le seul détenteur et ouvrit la serrure. Elle n’était pas fermé, étrange. Entrant silencieusement dans le bureau qui était toujours allumé, le chagrien ne vit personne. En revanche la porte du balcon était grande ouverte. Déposant la pile de dossiers sur la table la plus proche, Amos’ sortit et tomba sur un étrange spectacle. Plusieurs jardinières avaient étaient éclatées, à sa gauche au pied du mur, un conifère d’ornement avait été jeté contre le mur, et le sommet de l’arbre était pendant dans le vide, tordu, menaçant de céder sous peu. La table du balcon était retournée et la parasol enfoncé dans la barrière via un angle étrange. Pour finir le tableau une statue avait été jeté sur la toiture. Et au milieu de tout ça trônait Alison.

Affolé le chagrien se précipita vers la jeune femme, cependant il marcha sur quelque chose qui crépita sous sa chaussures. Inspectant, il constata que cela n’était que des débris de verre, une bouteille d’alcool vu l’odeur résiduelle. Soupirant, mais soulagé d’avoir trouvé le coupable, il se releva essaya de réveiller sa gérante.

-Madame ?

En grognant, la jeune femme s’éveilla difficilement.

-Hein ? Heu ... ah ma tête.

Redressant son torse, la jeune femme se gratta la tête en soupirant.

-Les esprits ... ils sont partis ?

Le chagrien regarda autour de lui sans conviction.

-Il semblerait.

-Bien ... bien.
L’humaine se releva lentement, un oeil encore fermé.

-Bonjour à vous Amos’, elle leva l’avant bras en signe de salut. J’imagine que vous me cherchiez, si vous le permettez je viendrai vous trouvez après un café et une douche froide.

-Excellent remède, n’oubliez cependant pas de vous hydrater avec de l’eau. Je vous attendrai en bas.

Une vingtaine de minutes plus tard, la Jedi-Noire était en pleine forme. Elle dévala les escaliers à une vitesse folle et entra dans le bureau du superviser, puis frappa. L’ordre n’était pas le bon, mais les étapes étaient là. Elle tomba dans le fauteuil faisant face à son superviseur puis croisa les jambes et les bras.

-Alors, que vouliez vous m’annoncer ?

Imperturbable, le chagrien annonça.

-J’ai reçu un holo-appel ce matin, Laerthe Vanowl souhaiterait avoir une entrevue avec vous.

Haussant un sourcil, la directrice du groupe eue la curiosité piquée.

-Étrange, vous a t’il dit pourquoi.

-Négatif madame.

-Bien, alors dites lui que j’accepte.

-Hé bien, il devait s’en douter car il vous attendra au Hutt Risolant à 16h.

-Je ne lui ai pas encore parlé, mais il m’énerve déjà. J’y serais donc, inutile de l’avertir si il es doué de prémonition.

Amos’Korn se contenta d’hocher de la tête et retourna à ses occupations. Alison en fit de même.

La Jedi-Noire se dit que si son concurrent venait à 16h, elle devrait arriver plus tôt histoire de visualiser le lieu. Et pourquoi pas, prendre une petite bière au passage ...


Avatar de l’utilisateur
By Alison Malora
#35709
Chapitre IV : Face à face, aveux, condamnation ...





Alison arriva au Hutt Risolant aux alentours des 15h40, histoire d’avoir de la marge de manoeuvre. Garant son swoop à l’emplacement prévu, la jeune femme pénétra dans l’édifice, savourant déjà par la pensée sa bière fraîche. A peine entrée, elle aperçut Ragh, elle lui souria et l’Advosze lui rendit un sourire plutôt timide. Étrange. Mais la Jedi-Noire comprit le pourquoi du comment quand elle aperçut Laerthe Vanowl, confortablement installé dans un box privé du fond de l’établissement. Le pauvre Ragh devait appréhender la rencontre des deux dans son établissement, heureusement à cette heure ci, il n’y avait que peu de monde.
Alison se dirigea vers le box, en rassurant Ragh au passage.

Image
Laerthe Vanowl


A son approche, Laerthe ne bougea pas, se contenta de la fixer des ses petits yeux vigilants. Sa rivale se contenta de s’asseoir en face de lui, sans un mot.
Ils s’observèrent quelques temps avant de parler, ce fut Laerthe qui brisa le silence le premier.

-Bien, tu es venue, je savais que tu le ferrais. C’est amusant, tu ressembles trait pour trait à ta mère.

-Si vous le dites, maintenant dites moi pourquoi vous souhaitais me voir ?

La lourde silhouette de Laerthe se pencha plus en avant, ses sourcils arqués dans un angle mauvais. Il parla plus doucement, afin que personne d’autre que Alison ne l’entende.

-Cette ville est une terre d’opportunité. Ces habitants sont incapable de prendre la moindre initiative, les autres agriculteurs sont de vulgaires analphabètes, il n’y a aucun visionnaire. J’étais le roi dans cet océan de faibles ... J'avais des projets ... Il se redressa, puis balaya l’air devant lui de sa main. Puis, tu es arrivée. Une rivale, aussi avide de pouvoir et d’argent, je le sais, je le ressens dans ton regard. A nous deux, nous pourrions dominer la région, être encore plus riche ... Mais je ne suis pas du genre à partager, ton arrivée à chamboulée mes plans, j’ai voulu m’assurer que tu ne serais pas une gêne persistante et j’ai utilisé cet imbécile de Jisaak pour te nuire. Malheureusement cet idiot n’a pas réussi. A peine si il t’a ralentit. Et tu as prospéré ... encore. Et une nouvelle opportunité s’offre à moi avec le départ du vieux Simaeon. Des années que j’attends ça, et voilà que tu te présentes, toi et ce foutu militaire. J’ai été trop gentil, trop patient, mais maintenant je vais t’écraser, puis je m’occuperai d’évincer ce major. C’est un avertissement, quitte cette planète ou tu finiras comme tes parents.

Alison sentit la colère monter en elle, ce porc était à l’origine de l’intrusion du rodien sur sa demeure, et maintenant il insultait la mémoire de ses parents.

-Ah une corde sensible ? Hé oui, tes pauvres petits parents, morts dans une attaque de pillards ? Dommage que personne n’ai su vraiment ce qu’il s’était passé. Je crois que le shérif en faction ici avait reçut des pots de vins pour fermer l’oeil, bizarre d’où cet argent pouvait bien provenir ? Et pourquoi des pillards raseraient une ferme isolée ? Que de questions, non ? C’est bête, une personne a tuée le shérif il y a quelques années, nous n’en saurons pas plus. Voilà ce qui est arrivé à tes parents, ils me gênaient à l’époque, et j’ai fait en sorte de les évincer de l’échiquier, et tu risque de partager leur sort d’ici peu. Ce sera mon seul avertissement.

Alison fut prise de vertige l’espace d’un instant, comme aspirée par l’univers qui l’entourait. Ses parents étaient morts à cause de Laerthe ? Ce misérable l’avait privée de famille ?! La colère grandit en elle, le côté obscur l’assaillait, lui demandant d’éradiquer cet homme, de le faire souffrir, là maintenant.
Alors que Laerthe se levait pour quitter la table, la Jedi-Noire lui attrapa le bras, tremblante de rage, et sans même le regarder, lui annonça avec une voix sourde.

-Misérable chien ... Je vais détruire ton univers, démanteler tout ce que tu as construit, te briser. Et je serais là à la fin, à te regarder sombrer, tu ramperas devant moi, en pleurs, je te le promets. Tu es condamné à la souffrance !

Laerthe se désengagea d’un geste bref, et s’en alla en ricanant ...




Avatar de l’utilisateur
By Alison Malora
#35839
Chapitre V : Premier souci, première riposte ...





La colère ... Le carburant du côté Obscur de la Force. Cela faisait longtemps que Alison ne s’était pas plongée en son sein. Et cela s’avérait être revigorant. Lorsque Laerthe Vanowl lui apprit être l’instigateur principal de la mort de ses parents, la jeune femme lutta avec elle même pour ne pas le découper sur place. Encaissant avec difficulté le choc, Alison choisit de garder ce secret pour elle. Personne ne devait être dans la confidence, tout devait continuer comme si de rien n’était. Et de toute façon, un tel scandale, visant son rival comme par hasard au moment d’une élection n’aurait eu comme effet que de la discréditer. Non, il fallait ruser, accumuler la colère et s’alimenter de sa noirceur pour vaincre ses ennemis. Il y avait des sorts pire que la mort, qui elle pouvait se montrer trop douce, trop rapide. Voir son univers s’effondrer, tout ce que l’on aime disparaître ... tel était le sort qu’elle réserverait à son ennemi.
EN parlant de celui ci ...

Il ne fallut pas longtemps pour que Laerthe ne mette ses menaces en actions. Deux jours suivant l’entrevue de la cantina, la directrice du groupe, Alison Malora, fut informée d’un problème grave sur l’exploitation. Apparemment, le troupeau d’Iriaz souffrait d’empoisonnement, les individus les plus faibles décédèrent tour à tour à une vitesse alarmante. Aussitôt informée, la Jedi-Noire se rendit sur place.

Le grand enclos des Iriaz étaient bien silencieux en ce jour. Seules des plaintes de souffrance émanaient des animaux pourtant joyeux en temps normal.

ImageUn Iriaz


Amos’Korn et Raek Bolgar étaient déjà sur place à discuter des évènements, penchés au dessus du cadavre d’un jeune Iriaz. La directrice les salua de la main.

-Bonjour messieurs, bon je veux tout savoir.

Les deux hommes échangèrent un rapide coup d’oeil avant de répondre.

-Bonjour madame, comme je vous l’ai dit lors de mon appel, l’enclos a été empoisonné. Les individus en bonne santé sont affaiblis mais leur pronostique vital n’est pas engagé, en revanche pour les plus fragiles ... Il désigna le corps devant eux. Le constat est moins ... encourageant.

Examinant de plus près le cadavre, Alison donna ses directives.

-Amos, allez trouver nos vétérinaires et dites leurs de venir ici dans les plus brefs délais. Je veux qu’il stabilise l’état de tout les Iriaz et qu’ils examinent les mangeoires de l’enclos. Qu’ils examinent également les réserves de nourritures, on ne sait jamais.

-Bien sûr madame, j’y vais de ce pas.

Le chagrien s’éloigna aussitôt. Quand au responsable de la sécurité, sa mine devint aussitôt plus sombre. Il s’approcha de sa patronne et parla d’une voix basse.

-M’dame, j’air rien dit devant Amos’, mais je suis certains que l’on a un traître dans nos milices.

-Qu’est ce qui vous fait dire ça ?

-Bah ... j’ai établi des itinéraires de patrouilles minutieux. D’après mes calculs, un endroit du domaine ne reste pas à découvert plus de deux minutes et demies. Si un garde s’endort à son poste, le patrouilleur suivant lui tombe dessus quasi de suite . Il ne peut y avoir de failles dans nos rondes. Et ... de ce que j’ai pu obtenir comme info’s, personne n’a entendu d’agitation provenant de l’enclos dans la soirée. Si un inconnu se serait approché des animaux, ces derniers se seraient aussitôt affolés. Donc c’est quelqu’un de chez nous, et de la patrouille.

-Vous pensez qu’il a eu le temps d’empoisonner le troupeau avant qu’un de ses collègues ne passe donc ?

-Le plus logique serait qu’il est fait cela en plusieurs passage, un par mangeoire peut être. Si vous me le permettez, je vais immédiatement convoquer l’équipe de nuit et mener un interrogatoire.

-Allez y donc, et tenez moi informée de l’avancement, je veux parler à ce que vous soupçonnez.

-Bien compris m’dame. J’ai aussi pris la liberté d’affecter plus d’homme autour de l’enclos, apparemment l’odeur des Iriaz affaiblis à attirer quelques chiens Kath.

Tiens donc ...

-Bonne initiative. Je vais vous laisser continuer donc, j’ai ... quelques affaires à régler, appelez moi pour l’interrogatoire.

La jeune femme s’éloigna pensive. Donc l’odeur des Iriaz affaiblis attirait leurs prédateurs ... Un plan germa aussitôt dans l’esprit de Alison.

Plus tard, à Cole-City ...

Il était 17h30, l’école de la ville avait fermée il y a trente minutes. Comme d’habitude, les enfants jouaient ensemble dans les rues en attendant que leurs parents ne viennent les chercher. Et parmi toutes ces petites têtes blondes, ou à antennes, se trouvait Truhk Vanowl, le fils de Laerthe et Irhauna Vanowl, âgé de dix ans.

Truhk jouait avec des camarades à lui au ballon, dans une petite allée. Alison se posta dans un angle de rue adjacent et désert. Analysant minutieusement la situation, le plan d’attaque lui vint aussitôt. Alors que les enfants s’amusaient bruyamment, la Jedi-Noire attendit patiemment que Truhk obtint la balle et ne tire. A ce moment là, grâce à la Force, Alison utilisa la télékinésie pour diriger le ballon non loin d’elle, faisant astucieusement le contour de l’angle de la rue de façon ‘naturelle’.
Devant le fait, les petits camarades de Truhk se moquèrent de lui en prétextant qu’il n’avait qu’à aller chercher la balle lui même si il voulait tirer aussi loin. Résigné, l’enfant s’attela à la tache.

Trottinant sans conviction, Truhk dépassa l’angle de la rue et trouva son précieux ballon. Il se pencha rapidement pour le ramasser et retourner à sa partie quand une silhouette lui fit face. Avant qu’il ne put dire un seul mot il entendit la femme lui dire :

-Ce soir, vers deux heures du matin, tu vas avoir envie de jouer dans le jardin. Tu t’éclipseras discrètement de ta chambre et tu rejoindras l’extérieur sans réveiller personne. Tu ne m’as jamais vu.

La dernière chose que se souvint l’enfant fut de voir la main de la femme faire un tracé horizontal devant elle puis ... plus rien. Il ne se souvint pas de ce qu’il s’était passé mais l’enfant savait une chose, ce soir il voudrait jouer dehors ...

Plus tard dans la journée ...

Munie d’un ciseaux, la gérante du Groupe Malora, sous couvert d’inspecter son troupeau, coupa plusieurs mèches de poils des Iriaz les plus faibles, qu’elle fourra aussitôt dans sa poche. Lorsque sa récolte fut suffisante, la jeune femme rentra chez elle et poursuivit sa journée comme à son habitude ...

Le soir venu, quand la pénombre s’était suffisamment installée, Alison décida qu’il était temps d’agir. Elle se dirigea vers sa garde robe, et enfila sa fidèle bure sombre. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas enfilé les habits de son ancienne vie. Bien que sobre, ces vêtements se révélaient êtres confortables et sans entraves pour les mouvements. Et surtout, discret. Une fois habillée, elle se munie du sachet contenant les poils des Iriaz et au cas où, alla chercher son sabre-laser. Soigneusement cachée dans un renfort de sa garde robe, l’arme emblématique l’attendait patiemment, elle s’en saisit. La poignée était froide, Alison fit glisser sa main le long de l’appareil, caressant délicatement les gravures qu’elle avait ajoutée au fil du temps pour terminer sur la courbe caractéristique de son arme. Instinctivement son doigt se posa sur le bouton émetteur, mais elle n’alla pas plus loin. Elle glissa l’arme dans un renfort de sa bure et sortie discrètement.

Pour ne pas éveiller les soupçons, elle se déplaça à pieds, sans Swoop. Longeant les champs, la jeune femme esquiva une à une les patrouilles. Facile pour un Jedi, mais pour n’importe qui d’autre ... Raek avait fait du bon boulot avec ces rotations, et effectivement la faille ne pouvait venir que de l’intérieur.

Finalement, la Jedi-Noire arriva en périphérie de ses terres. Bien jusqu’à présent, il ne lui restait plus qu’à foncer vers le domaine de Vanowl ... à quelques kilomètres de là ...
Un exercice physique qui malgré sa légère rondeur, ne lui posa pas de soucis particulier. Elle fila à travers la campagne tout en semant quelques poignées de poils d’Iriaz dans son sillage. Une vingtaine de minutes plus tard, elle arriva aux abords du terrain de Vanowl. Par chance ce pingre de Laerthe payait des gardes pour surveiller ses exploitations, mais pas sa demeure. Grand bien lui fasse, car ce soir là ...
Alison s’avança dans la cour, évitant de rester à découvert, et éparpilla les derniers poils qui lui restait. Ensuite elle repartit aux abords et se cacha au sommet d’un arbre, priant pour que les chiens Kath aient suivis sa piste. La jeune femme lutta pour rester éveiller, ce n’était pas encore l’heure. Puis vint le deux heures. De son perchoir la jeune femme ne pu distingur si Truhk avait obéi mais en revanche elle entendit les chiens Kath qui arrivaient sur le lieu tout en reniflant la piste.

ImageUn chien Kath


Le plan était en passe de fonctionner ! Elle n’éprouva aucun remords face à ce qu’elle allait faire. Cet homme lui avait fait du mal, et il allait aujourd’hui recevoir la monnaie de sa pièce. Elle regretta une seule chose, la douleur que Truhk allait subir. Tuer est une chose, mais être dévoré vivant par une meute de chien Kath ... Mais le spectaculaire devait faire partie du stratagème pour ébranler l’homme, et pour n’éveiller aucun soupçon.

Puis vinrent les cris, terrible, inhumain, à glacer le sang ...

-Ça fait un à un ...


Mairie Sanglante

Chapitre V : Premier souci, première riposte […]

Un séjour ordinaire

Le dortoir était sage. Les filles de la chambrée[…]

Pince-sans-rire, le gamin. Accusé d'avoir vo[…]

La fin du voyage

La voix grave de l’inconnu résonnait dans la cav[…]

HRP : Ce RP fait suite à l’aventure de Marak e[…]

La Bataille pour Concord Dawn

Les traceurs furent donc envoyés sans trop de mal[…]

[Molavar] Portée par un souffle

Et l’ombre dévora l’illusion. L'évanescence […]

The Gray's Fall II: La confession

Appareil non identifié, vous entrez dans un esp[…]