L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Jeny Mikerley
#35849
La démonstration sembla plaire à la Dame Sombre, tant mieux. L’artifice, la mise en scène … Tout cela était assez important pour créer de la poudre aux yeux. De l’artifice pour convertir une idée par une autre, pour changer l’allégeance de l’organisation. Le sbire fut appelé, sauvagement tailladé dans une démonstration d’entraînement. L’idiot ne sachant pas plus tenir un sabre qu’elle savait comment être aimable. Les échanges furent brefs mais multiples et la concentration de Grez faiblissait à chaque tentative. Comme si la Dame Sombre allait pouvoir progresser avec ce truc … Elle revint vers elle après avoir terminé ses tentatives pour les expliquer le plan. Un plan simple, mais pas simpliste. Mya d’un côté était avec l’illusion le protecteur, tandis que Vkoh serait l’assaillant. Son objectif était de tuer Eicall illusionné et de se faire repousser ensuite. Pour cela, rien qui n’indique son origine, bien qu’elle pouvait se faire passer pour un de ces aliens de l’ombre dont le lui échappait. Pas de blaster non plus, car elle aurait tôt fait de s’en servir de projectile dans son incapacité à comprendre le fonctionnement. Alors, c’était l’utilité des sabres d’entraînement avec lesquels elles venaient de s’entraîner. Elle n’avait pas de dague, donc impossible de faire autrement.

Vkoh hocha la tête négativement. Il n’y avait rien à dire de particulier à ce plan. Il était simple, c’est tout. Les problèmes viendraient avec l’improvisation, plutôt que dans la planification. Un plan trop étroit restreindrait la prise en compte de l’aléa. Un plan trop large au contraire le provoquerait. Celui-là semblait assez structuré pour fonctionner. A la dose de nutriment, elle hocha de nouveau négativement la tête. Le fluide était assez puissant pour lui tenir plusieurs heures, ou même jour. Et puis elle n’en avait pas un stock infini. Elle préférait garder un maximum de ces petites gélules en cas de coup dur. Son corps ne fonctionnant plus qu’à 30 % de ses capacités, cela permettrait d’espacer de manière conséquente chaque prise. Non négligeable. La dernière suggestion fut un ordre. Vkoh d’un simple regard vers les hauteurs de la cabine, examina les pulsations cardiaques à travers la tôle. Elle fronça les sourcils et de sa main naquit la lance de son trépas. Propulsée à travers la salle, elle traversa l’ensemble de la cabine dans un fracas assourdissant. Un trou en résida désormais, et par ce dernier, des morceaux d’organes et du sang s’en écoulaient pour s’écouler plus bas. Macabre mais rapide. Pas de temps en niaiserie particulière. D’un simple regard, elle revint vers Mya.

« Ce que je te propose, c’est que tu commences dès maintenant à infiltrer les rangs. On se retrouve lors de l’attaque. Si tu me cherches, et bien… Disons que tu m’appelleras par le sang. »

C’était bien la piste la plus prometteuse qui permettrait de remonter jusqu’à elle. Ou à défaut, de l’enjoindre à revenir. Ne restait alors que cet objectif : Le convoi, dans le désert. En plein cœur de la nuit, elle attaquerait.
Avatar de l’utilisateur
By Ranath
#35864
    Tout semblait prêt. La Dame Sombre distribua encore quelques ordres dans son comlink. Et les deux Sith se séparèrent.


    * * *


    Eicall marchait lentement, il affichait cet air abattu que son fils lui détestait. À côté de lui, la femme qui l’accompagnait paraissait également préoccupée. Le jeune homme vint à leur rencontre, arme à la main.

      « Comment ça s’est passé ? C’est qui ? »

    Son père ne lui répondit tout d’abord pas. Il allait insister quand l’autre émit finalement un son.

      « Ca s’est bien passé. C’est … »

    Maintenant, il lui semblait malade. Était-ce ce triple meurtre qui l’inquiétait à ce point ? La Mirialan prit aussitôt la relève.

      « Je travaille pour Uchai. »

    Le fils fronça les sourcils. Il raffermit la prise sur son arme.

      « Nous avons eu vent des incidents récents.

      - Pourquoi ça l’intéresse ? »

    Le père, soudain, sembla se réveiller.

      « C’est pas la question. Arrête avec ça. »

    Il fit mine d’avancer, son fils le laissa passer, et tous trois entrèrent finalement. Eicall s’enferma plusieurs heures dans son bureau avec la Mirialan.


    * * *


    L’illusion s’évanouit sur le tapis. C’était épuisant. Ranath n’aurait jamais cru si difficile de gérer deux paroles en situation de dialogue. Le fils allait sûrement se méfier. Il se méfiait. La Sith profita de cette entrevue factice pour souffler une heure. Une heure pour se reconcentrer et poursuivre son plan. Elle se savait attendue de l’autre côté. Elle n’échapperait pas aux questions. Mais elle ne pouvait faire face au fils si elle devait surveiller un Eicall illusoire. Le plan avait des failles, de nombreuses failles. Il lui fallait éviter de tomber dans les pièges les plus évidents. Elle espérait, également, que Vkoh saurait jouer sa partition.

    La Dame Sombre projeta son esprit par delà la porte du bureau. Le couloir était vide. Elle quitta la pièce, et jouant d’un peu de Force, fit tourner le loquet, verrouillant la porte, comme de l’intérieur. En bas, le fils attendait, assis à table face à ce qui semblait être une bière. Il se leva en apercevant la Mirialan.

      « Où est Eicall ?

      - Dans son bureau. Il veut être seul.

      - Quoi ? »

    Ca ne le convainquait pas, pas du tout. La Sith abandonna la question du père.

      « Comment tu t’appelles ? »

    L’autre parut surpris. La Mirialan s’assit. Elle était calme, presque sereine. Son regard se promenait dans la salle. La méfiance du jeune homme ne représentait en rien une menace pour elle. Elle était la menace. Son esprit se glissa à l’oreille de l’Humain, prêt à murmurer les douces promesses de la confiance.

      « Euh … Jiko. »

    Il restait perplexe.

      « Et toi ? »

    Le regard d’or se posa soudain sur lui.

      « Jama. »

    Pas un sourire, pas un haussement de sourcil. Jiko se rassit et plaça machinalement ses deux mains autour de sa chope en inox.

      « Eicall m’a dit pour le convoi, ce soir. »

    Il répliqua aussitôt.

      « Il s’inquiète trop. Il trouve ça bizarre que les attaques tombent en même temps que ce plan-là.

      - C’est pas un peu trop gros comme convoi ? »

    Il parut surpris.

      « Nan. »

    Et se ravisa.

      « Puis faut bien payer Madom.

      - Tu ne penses pas que les deux sont liés ? »

    Jiko haussa les épaules.

      « Lui le pense. Mais j’vois pas … Si, p’t’être.

      - Ce n’est pas le signe de Madom ?

      - Si. »

    L’esprit d’Eicall avait livré bien des secrets avant son trépas. Dont celui-ci. Et quelques autres détails intéressants.

      « Je peux en avoir une ? »

    Du doigt, elle désigna la bière.

      « Ouais. »

    Il se leva aussitôt et revint avec une bouteille en verre.

      « Tiens.

      - On part à quelle heure ? »


    * * *


    À la tombée de la nuit, la bande d’Eicall se mettrait en route pour le lieu de l’attaque. Quand le convoi arriverait dans la combe, ils torpilleraient le premier véhicule, puis s’en prendrait aux autres, massacrant les gardes jusqu’au dernier. C’était le plan. Les choses se passeraient légèrement différemment.



Avatar de l’utilisateur
By Jeny Mikerley
#35948
Et elle attendit. Jeny était retournée dans la première ville, là où elles avaient une chambre. Mais elle n’y dormit pas. Dans la chaleur de l’après-midi, elle s’était faufilé dans un garage du coin pour y subtiliser un propulseur, un sacré morceau, encore en état de marche. La fin de la journée se solda en réparation avec les maigres outils qu’elle avait à disposition. Elle modifia l’injection d’énergie pour y admettre un flux continu et sans protection. Ainsi, arrivé à surchauffe, l’appareil ferait ce qu’ils font à chaque fois, un joli feu d’artifice. Sans prendre le temps de se reposer, la Sith avait enchaîné directement et eut près d’une heure d’avance. Elle s’était faufilée dans le convoi de marchandise sous un des transporteurs. Contorsionné entre les deux répulseurs, elle avait bloqué son appareil à cet endroit et avait entendu le départ pour sortir. Dans le silence absolu, les gardes avaient été tués. Presque tous. Dès lors qu’ils avaient commencé à remarquer les absents, ils n’étaient plus qu’à quelques minutes du lieu de l’attaque. Vkoh avait simplement brisé des nuques et s’était par la suite dissimulé dans le dernier véhicule. Elle sentait, voyait les allées et venues des mercenaires qui tentaient de comprendre, en vain.

Quand le moment de l’attaque fut venu, tout se passa très rapidement. Le transport de tête explosa en une gerbe enflammée qui illumina l’espace. Ensuite, les assaillants s’approchèrent de parts et d’autres et pris sous un feu croisé, diminués également, les gardes ne purent résister bien longtemps. Jeny attendit son moment. Les premiers pirates s’approchèrent pour sécuriser leur marchandise, toujours plus proche, et elle attendit. Et tandis qu’ils n’étaient plus qu’à quelques mètres, un transporteur explosa, avec les personnes vivantes autour. C’est à ce moment-là qu’elle choisit de sortir de sa cachette, le sabre prêté par Mya dans la main. Elle avança dans les premiers rangs contrebandiers et en massacra quelques-uns. Par moment, elle lança quelques tentacules de force qui se confondaient avec la nuit. Ils ne s’attendaient pas à de la résistance, et cela se voyait. Maintenant, elle n’attendait que la présence de l’illusion.

Pendant ce temps, le sabre volait de part et d’autre. Tranchait ce qu’il pouvait trancher, assommant le reste. Quelques corps furent projetés ça et là pour appuyer sur le spectacle. Les flammes prenaient naissance de partout, attaquait et ravageait ceux qui osaient s’approcher du convoi. Des morceaux crépitants s’envolaient dans le ciel et retombaient plus loin. La scène avait de quoi être spectaculaire, sans aucun doute.
Avatar de l’utilisateur
By Ranath
#35969
    La détonation retentit dans la combe, suivie d’une intense explosion éclairant la roche ocre et soulevant la poussière. Tout le convoi s’immobilisa. Pendant quelques secondes, on eût dit qu’il ne se passa rien. Puis soudain, les mercenaires se mirent en activités, et ce fut toute une fourmilière qui se mit à grouiller dans et autour des véhicules encore intacts. Depuis le surplomb, les tirs fusaient dans la nuit, et quand l’un des flancs du convoi fut enfin allégé de ses gardiens, les pilleurs s’élancèrent vers leur proie. Jiko, du coin de l’œil, surveillait son père qui n’avait dit mot depuis le départ. Il évoluait désormais au côté de Jama, vibrolame en main. On ouvrait déjà les lourdes portes d’acier des cargos à l’arrêt. Soudain, une autre explosion retentit, un nouvel éclat lumineux, une série de cris de terreur. Il se passait quelque chose, à l’arrière, quelque chose d’imprévu. À la lumière des hautes flammes, apparut soudain la silhouette d’un ennemi qui massacrait mercenaires et pilleurs, sans distinction. Eicall s’immobilisa, Jama derrière lui. Après un temps d'effarement, il se mit à crier.

      « C’est lui ! »

    Jiko couru près de son père.

      « C’est quoi ? »

    Les ombres dansaient autour de l’assassin au visage masqué.

      « C’est ça qui a tué Prant et les autres ! »

    Ca ne faisait aucun doute. De la destruction de l’immeuble de la caserne, on rapportait un être étrange, entouré d’une ombre, qui allait de victime en victime. Les ruines avaient été signées, tout comme les deux autres cadavres. Il était évident que cette chose était l’exécutrice des trois meurtres. De rage, Eicall se précipita à sa rencontre, son blaster dans une main, sa lame dans l’autre. La créature se tourna vers lui, abandonnant momentanément ses autres adversaires. Elle s’avança vers lui, un pas après l’autre, lentement, et une vague de ténèbres surgit soudain, happant le contrebandier qui disparut en criant. Sans une hésitation, Jiko arma et tira en direction du monstre. Son trait toucha à l’épaule. Vkoh ne devait pas blesser Jiko. Ranath entra à son tour dans la danse, tandis que l’ombre se retirait pour laisser voir au fils le cadavre décharné de son père. Et alors qu’il s’en approchait, choqué par cette vision d’horreur, le squelette collé de chair brûlée tomba en cendres et disparut dans la poussière du champ de bataille.

    Délivrée de son illusion, la Sith se jeta au contact de la louve. Les lames s’entrechoquèrent avec violence. Leur combat n’avait rien d’épique, chacune retenait ses coups. C’était une danse brutale. Parfois, elles s’autorisaient une estafilade. La scène de leur petite supercherie n’était éclairée que par les flammes dansantes de l’incendie du premier véhicule. Quand Ranath estima avoir fait durer l’affrontement suffisamment longtemps, elle saisit la louve à la gorge et libéra aussitôt l’énergie qu’elle concentrait depuis le début du combat en une brusque Vague de Force qui envoya valser la poussière tout autour des deux duellistes. Le mur de sable qui s’éleva entre elles et le convoi, donnait à Vkoh une occasion de disparaître.

      « File. »

    Un ordre murmuré entre les dents alors que la prise de la Sith lâchait la gorge de l’Humaine et détachait le lourd manteau noir prêté dès leur arrivée sur Molavar. En quelques secondes à peine, la louve aurait gagné l’obscurité totale, et serait hors de portée bien avant que la poussière ne regagnât le sol. Et pour lui donner un délai supplémentaire, Ranath revint auprès des pirates.

    Jama sortit du nuage de poussière telle une silhouette fantomatique, titubant vers le groupe des pilleurs qui s’étaient rassemblés en lieu et place de la disparition de leur chef. Jiko se leva en apercevant la Mirialan.

      « Il est mort ? Où il est ? »

    Elle lui désigna le nuage de poussière, et le jeune pirate se mit en tête d’aller retrouver le cadavre. Il fit quelques pas, alors que le brouillard de sable se dissipait, et trouva ce corps démembré dont la tête avait roulé un peu plus loin, le visage couvert du masque que Jiko put reconnaître. Il tendit la main, et comme si son geste avait destructuré la matière autour de lui, le masque, la chair, le crâne, tout partit en cendres. Ne restait que ce morceau de tissu noir, une cape, peut-être un manteau, que le jeune homme ramassa en silence.

      « C’était quoi ?

      - Je ne sais pas ... »

    Il observa le vêtement un moment avant de relever le nez vers Jama.

      « Merci … »

    Le gamin était abattu, écrasé par le poids de sa perte. Les autres terminèrent de vider les cargo, et l’on fit place nette.

    Plus tard, la bande reconnut en Jiko leur nouveau meneur, et avant que Jama ne s’en fût, le jeune chef lui confia quelques mots.

      « Evidemment on va tout stopper avec Madom … Tu pourras remercier Uchai pour son soutien. »

    Il la salua et retourna avec ses frères d’armes, sans prendre la peine de la regarder partir, il s’en fichait. Une fois seule, Ranath rendit compte à Harm Gado. À eux, désormais de prendre la suite, et de renouer le lien avec Jiko et sa bande. Elle avait rempli un quart de son contrat.


    * * *


    De retour à la cantina, la Dame Sombre retrouva la louve dans la chambre miteuse.

      « Beau travail. On a fini ici. »

    Ranath avait envisagé de traîner Vkoh sur trois autres planètes. Mais elle réalisait désormais que la louve avait un potentiel bien au-delà de ces petites missions d’infiltration auprès du réseau criminel de Roon. Sa nouvelle nature la rapprochait des impénétrables voies du Côté Obscur.

    La Mirialan s’assit en face de l’Humaine.

      « Dromund Kaas abritait jadis une puissante cité Sith. Elle n’est aujourd’hui plus qu’un tas de ruines, mais les flux obscurs y sont, parait-il, encore puissants. Darth Varadesh doit se rendre là-bas. Je voudrais que tu l’accompagnes dans cette épreuve, je voudrais que tu la guides vers le véritable Côté Obscur. Me rendrais-tu ce service ? »


    Fin.






La face cachée du destin

L'homme balafré n'en rajouta pas plus, p[…]

Dovi Desilijic

IDENTITE https://image.noelshack&#[…]

Ils étaient sur leur 31. Des criminels, chefs de[…]

Le Palais de Cendre

CT-01823 venait de se faire reprendre par l’Empe[…]

----------- Bureau de la Sécurité Impériale […]

État major de la nouvelle république, 3 heur[…]

Mairie Sanglante

Chapitre IX : Un heureux accident ... […]

Signaler une absence

Présent en demi teinte suite à une grosse blessure[…]