L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

D'apparence pacifique, avec ses forêts et ses mers, Kuat est en réalité l'un des bastions de l'armement impérial. Les chantiers spatiaux de la CNK entourent littéralement la planète, et emploient des millions d'ouvriers, afin de produire notamment les Destroyers Stellaires Impériaux.
Gouvernement : Empire
#36163
Une délégation sénatoriale avait été prévue depuis des semaines.

Deux sénateurs arrivaient donc pour rediscuter avec les dirigeants Kuatis de leurs relations avec la nouvelle république. Dans ses Bagages le Sénateur Ernesto Garcia avait amené le duo de Commerciaux de la GRF : Roger Burton, le génial professeur d'ingénierie mécanique spatiale, et Enrico Vespucci le commercial multitâches.

Image


Même si en public il essayait de ne pas l'afficher le sénateur Irvin Lagos des réactionnaires, de la majorité avait un profond mépris pour le sénateur à moustaches issu des classes populaires et fier de l'être parce que son éducation n'était pas tout à fait exemplaire.


En effet même si il la travaillait, et l'améliorait sans cesse, sa présence, comme chaque parcelle de son être dans ses déplacements dans son port de tête et notamment dans sa façon de manger tout hurlait qu'il n'avait pas été élevé dans la haute société.

Par-dessus tout le sénateur avait peur que ses fautes de Goût et de bienséance ne pénalise la mission diplomatique qu'ils étaient en train de mener.

Pourquoi avait-on envoyé un tel rustre de Metellos? Peut-être certains voulaient faire échouer la mission?
Ce gars comme on disait élevé dans le béton était intelligent et débrouillard... Mais il lui semblait que sa tenue parfois pouvait être un désavantage important dans un salon feutré.


Ils avaient fait déjà une pré-réunion avec le personnel diplomatique de Kuat afin de se mettre en jambes et de savoir précisément de quoi ils allaient parler lors de la rencontre...

Un accord pouvait raisonnablement être envisagé.

Tout tournerait autour de la situation de Kuat, de son intégration éventuelle à la République, des bénéfices, des commandes et des impôts que le chantier naval obtiendrait en plus ou en moins qu'en position de neutralité ou d'affilié.


Une délégation diplomatique était venue les recevoir.

À la sortie vaisseau, en effet, les sénateurs furent accueillis par le protocole habituel réservé aux chefs d'État étranger où à leurs envoyés.

Des soldats de part et d'autre formaient
Une sorte de figure stylisée, que notre moustachu préféré, reconnut comme le logos de la CNK .. discrètement mais symboliquement annonçant ceux qui avaient le vrai pouvoir ici.


Une des ministres en charge pour venir les accueillir à leur navette les invités de marque :

«
Sénateurs, avez-vous fait bon voyage ??
»


« Certainement madame merci de vous en inquiéter. »

Nous sommes ravis de faire votre connaissance, et ravis que l'on nous ait confié à nous deux une tâche aussi importante et aussi prestigieuse,que de parler au nom de la République au gouvernement d'une planète aussi importante, prospère et si chargée d'histoire comme peut l'être Kuat.

Elle les remercia et conduit à leurs appartements diplomatiques réservés au corps diplomatique habituel où il passèrent une bonne et agréable nuit
Le lendemain matin ils furent amenés dans une salle de réunion, où se trouvaient Hannibal Marsh Ministre les affaires étrangères et un diplomate Christian Nash pour le seconder dans sa tâche.

«
Messieurs les valeurs de la République sont proches de celles des Kuatis, une meilleure intégration permettrait de paris message commerciaux avec plus de confiance et de passer des commandes à grande échelle..
»


Le Rustre après avoir demandé la parole était tout de suite parti dans le dur de la discussion, ce qui déstabilisa complètement le diplomate Kuati, peu habitué à une entrée en matière aussi directe...
#36384


Après quelques instants de silence, le Ministre des affaire étrangères se mit à rire doucement...

« Le travail des diplomates est d'amener peu à peu les gens à établir une sorte de relation de confiance, ou du moins d'empathie, afin de pouvoir dévoiler ses cartes et ses intentions peu à peu...
Il semble Mr Nash que le Sénateur Garcia souhaiterait que l'on se passe de vous...
»


« Pourtant les diplomates sont très utiles dans le monde civilisé, et nous le savons, seulement notre ami n'est pas très au fait de ce genre d'approches précautionneuses, qui permettent de savoir peu à peu, à tâtons, ce que chacun peut espérer de l'autre afin d'affiner les négociations... »

Derrière ses grosses moustaches on devinait un petit sourire du secrétaire général du P.O.M. et d'un des progressistes les plus en vue au Sénat.


« Oui j'aime être aussi direct que possible lorsque c'est nécessaire.

Vous êtes l'un des fleurons de la Galaxie pour la technologie et les chantier spatiaux, tout le monde le sait (un petit compliment bien placé et vrai n'a jamais fait de mal à personne).
Votre Monde vit pour et des commandes des chantiers navals. Votre principal client a toujours été l'Empire... et votre prospérité économique était à son maximum au moment où l'Empire régnait.

En vous libérant de l'Empire, nous vous avons aussi libéré d'un certain nombre de vos commandes régulières et je suis le premier à le regretter...

Dans le civil, je travaille dans l'industrie de l'Armement, je fabrique des blasters de moto-jets... je sais ce que représente la perte d'un contrat... surtout de cette taille là.
»


« Oui bien sûr que la liberté nous a apporté aussi une perte de commandes.
Le chômage a augmenté un peu, mais nous savons aussi que vous ne pouviez laisser au sein de la République un chantier dédié à vos ennemis...

Seulement la population Kuati, voit son niveau de vie qui a baissé, les chantiers qui tournent moins qu'avant, ils font notre fierté vous savez...
»


....

Ernesto leva la main brusquement interrompant son collègue qui s'apprêtait à parler... le rendant rouge de honte.


« Nous souhaitons que Kuat rejoigne la République, vous le savez, et vous avez souhaité resté neutres pour le moment...
Nous avons, vous le savez, des moyens bien plus importants que ceux de l'Empire.
Nous pensons qu'établir une entente sur une grosse commande ponctuelle, et une commande annuelle régulière, pourrait vous permettre d'envisager un avenir aussi radieux que le passé et même plus et de présenter votre Union avec la République sous le meilleur jour possible à votre population.
»


« Vous en avez parlé au Sénat? »

«
J'ai l'accord de quelques dirigeants principaux et du président bien sûr.
»


« Nous avons leur accord »

« Oui pardon cher ami..

Vous savez qu'il n'y a pas dans la galaxie de meilleurs clients potentiels que nous...
Et que construire pour l'autre client important ne passerait pas inaperçu...
»


« Mais enfin Ernesto, ça ne se fait pas.... »


Il lui jeta un regard noir... l'autre lui rendit...


Le diplomate se dit qu'il y avait peut-être une faille entre eux deux... qu'il faudrait peut être en profiter...

« Messieurs, je me dis que nous avons bien avancé l'introduction de cette entrevue, négociation, pourparlers .... appelez cela comme vous le voudrez...
Les bases sont plantées.. »


« Il va nous falloir vous vous en doutez en référer plus haut avant de continuer, il va nous falloir quelques jours comme prévu, vous êtes nos invités, nous avons bon nombre de réceptions à vous proposer dont un moitié proposées en l'honneur de l'Amitié République et Kuat.
Et demain commence les rendez vous attendus entre nos industriels respectifs ... il faut leur laisser quelques jours pour finaliser une bonne partie des contrats, dont les négociations sont déjà souvent peaufinées depuis des semaines.

Je vous dis donc à demain Messieurs pour la Réception brunch de la "Sarturnladies", vous verrez c'est très surprenant...
»
#36608
Marsh et Nash finirent d'écouter les représentants, trouvant tout ceci... encore bien peu à leur avantage. Tout était question de commerce pour qui dirigeait à la fois Kuat et les CNK. Sullust avait connu la situation d'un mélange des intérêts autrefois, et Kuat avait reprit cette vision au départ de la gouvernance impériale. La vie de Kuat tournait autour du commerce à présent. Et ils le disaient bien eux-mêmes, les républicains avaient coupé une belle source d'approvisionnement.

Enfin, officiellement.

Rien n'aurait fait plus plaisir que vendre à tout-va à la Nouvelle République. Mais quels modèles kuati avait-elle adopté, à part sa vieille frégate Nébulon-B qui ne se construisait plus ? Les rebelles d'alors avaient trouvé leurs fournisseurs sympathisants. Incom, la CTC, Rendili... Tous avaient abreuvé le marché militaire républicain des balbutiements rebelles à l'état fort d'aujourd'hui. Il n'y avait plus aucune marge pour CNK, à moins d'un appel d'offre massif qui mettrait au rebus l'ensemble des forces armées républicaines. TOut le monde savait que ce ne serait jamais le cas : les forces armées, trop nombreuses, ne seraient jamais intégralement remplacées, surtout après une longue période de tests réels qui avaient prouvé la supériorité des X-Wing, et les profils idéaux des Destroyers Calamaris.

Le miel du Sénat n'était qu'un opportunisme qui coûterait à Kuat sa liberté retrouvée ; et sans aucun gain autre qu'un vote dans un Sénat corrompu tourné vers les intérêts de Coruscant et de ses sénateurs. « Le Conseiller Brugemaggi a accepté de vous rencontrer plus tard, pour discuter de... tout ça. » Le Conseil faisait tout en circuit fermé. Un Ministre Kuati n'avait aucun pouvoir, et ne servait qu'au décorum d'une planète qui avait tué l'embryon démocratique de toute négociation. « Profitez des bienfaits de la Cité Intérieure en attendant. » Casinons, bars branchés, restaurants haut-de-gamme... Le tout contrôlé par des filiales des Conseillers Kuati, bien sûr. L'argent tournait en circuit fermé.




« Sénateur Erneste Garcilla, et Ivan Cargo. C'est bien cela ? » Brugemaggi était un genre de vieux lion que le milieu connaissait bien. Chef incontestable et incontesté du BTP kuati, sa fortune officielle venait de l'absolu monopole de ses concessions immobilières, de son entreprise de permabéton au service rapide et complet, ainsi que de ses judicieux placements dans les CNK, le rendant apte à y siéger en personne. Le revers de la médaille, c'était son imposante position dans la pègre planétaire. Issue d'une famille émergente pendant la Guerre, il s'était fait un nom depuis le bas de l'échelle en trafiquant de l'épice avec la complicité grandissante de l'Empire, là où ses rivaux voulaient le faire sous son nez. Fournissant des infos sur le crime non contrôlé par l'Empire aux autorités, et évitant les meurtres de fonctionnaires, il avait fini par asseoir sa légitimité en se faisant l'ami intime du gouverneur de l'époque de Delaviel, avant de tourner autour des affaires, son argent sale servant à investir dans des affaires légales, parfaites pour se couvrir - et qui, à son étonnement, rapportaient presque autant, voire plus quand les CNK traversaient des périodes de grosses commandes.

Bref, un homme qui pouvait tout se permettre, et qui, dans une certaine mesure, possédait plus de pouvoir que quelques collègues du CA des CNK. Exceptée Valeria Kuat, héritière de la famille, bien sûr. « Qu'est-ce que vous voulez exactement ? »
#36648
Image




En rentrant après la réunion avec le Ministre à leurs appartements les deux sénateurs mirent du temps à se reparler, la tension entre les deux hommes était évidente...

Arrivé à l'abri de leur suite, et après détection anti-espionnage, le sénateur réactionnaires s'insurgea :


« Pourquoi avez vous dévoilé notre jeu si rapidement? »

« Ils n'étaient que la mise en bouche... il fallait rapidement passer à l'étape supérieure...

Les vraies négociations commenceront demain matin... »



« Vous auriez du leur en dire moins sur nos intentions... »

« Mais nous avons encore des petits secrets, et comme cela ils ont le temps de s'habituer à l'idée de collaborer avec nous. »



« Je ne souscrit pas à votre optimisme, ils vont nous renvoyer dans nos cordes.... »

A ces mots, Garcia sourit et se détourna pour aller prendre un bain...les négociations de demain matin seraient capitales...
----------------------------------------



« Kurt Werner, Président de Métellos et Actionnaire principal de la G.R.F. »

« Caporal Marcus Istrian »

Pendant ce temps la délégation venue avait quartier libre pour la soirée:


Le soleil se couchait depuis quelques minutes sur Kuat, lorsque Roger Barton essaya de rassurer Enrique Vespucci sur le choix de la brasserie choisie.

« Roger Burton, ingénieur Mécanicien génial, ancien Impérial, désormais l'un des pilliers de l'école de Formation de la GRF. »
Enrico ne vous en faites pas je sais qu' il n'a pas l'air très engageant comme ça de l'extérieur mais en réalité il est très correct et surtout les vins et la bière sont d'une qualité exceptionnelle.


« Je ne sais pas si je peux vous croire sur ces qualités, mais je vous concède qu'il a l'air miteux à souhaits. »

« Faites-moi confiance...vous me connaissez maintenant..
Ça fait déjà plusieurs mois qu'on se fréquente avec toutes ces tournées commerciales.

J'ai habité Kuat pendant presque 5 ans, vous pouvez me faire confiance je ne vous amènerais pas n'importe où.

De toute façon vous savez très bien que vous ne risquez rien du tout, Le Rohanoa est assez tranquille par rapport au quartier.
»



Image


Il entrèrent finalement dans le petit restaurant de quartier conseillé par Roger.


Le repas se passa sans encombres, Enrico appréciant finalement les plats servis.

L'établissement était composé de deux salles principales en plus du vestibule, se terminant au fond par les cuisines.  

La salle de gauche était le restaurant dans lequel ils se rendaient, l'autre sur une salle de bar moins bien fréquentée que le restaurant lui même.

Les gens qui venaient au bar étaient souvent des gens du quartier, mais aussi toutes sortes de voyageurs de l'espace et de voyous de tout ordre.


Enrico se sentait mal à l'aise dans ce bar restaurant, mais Roger semblait sûr de lui.. il alla voir le barman et commanda deux bière brunes.

Ils s'installèrent a une table dans la salle de restaurant près du mur du fond.

Roger, parfaitement l'aise dans son bar préféré,parlait de tout de rien avec Enrico, qui jetait des coups d’œil dans la salle, toujours pas franchement rassuré.

En réalité à l'époque il était mieux fréquenté, mais peu à peu l'affluence avez baissée avec le départ de l'Empire et donc des officiers et sous officiers impériaux qui fréquentaient souvent ce bar, peu à peu remplacés par des voyous.

Roger très content se laissait aller à la nostalgie.. il passait un très bon moment même si en réalité il ne connaissait pas grand monde dans la pièce, même le barman avait changé à peine reconnaissait-t-il que quelques piliers de comptoirs, à qui il ne parlaient jamais...


Au bout d'une demie d'heure, alors qu'ils finissaient leur desserts, un petit homme aux cheveux ras, barbe fournie poivre et sel avec une chope à la main se rapprocha de la table et leur dit d'un air un peu pompette :

« Mais toi.. je te connais... t'es pas... ais oui.... comment tu t'appelais... Roger ? »


Roger hésita un instant en se demandant qui était cette personne.

Il reprit de plus belle tout excité : Mais si Roger chef mécano je me souviens maintenant... ai servi avec toi sur le même vaisseau « le foudroyant ».« Mais toi.. je te connais... t'es pas... ais oui.... comment tu t'appelais... Roger ? »

Roger eut d'un coup eut l'air inquiet, il regarda Enrico qui regarder autour de lui flairant les embûches...

« Mais toi.. je te connais... t'es pas... ais oui.... comment tu t'appelais... Roger ? »
Mais si j'étais Darius Biggs enseigne et ingénieur moteurs et écrans.

Euh Roger je te croyais mort

« Je ne l'étais pas »

« Mais toi.. je te connais... t'es pas... ais oui.... comment tu t'appelais... Roger ? »
Mais tu n'es pas mort dans l'explosion ? Je croyais ?

« Non, tu vois bien ... tu as du me confondre avec quelqu'un d'autre.... »


Roger se dit alors que puisque son interlocuteur est un petit peu pompette peut-être qu'il serait facile à manipuler.


« Et toi qu'est-ce que tu deviens vieille canaille ?tu n'es plus impérial... »

« Mon officier m'avais mis au fers pour lui avoir tenu tête dans une dispute au sujet d'une pute...ils sont partis en catastrophe et m'ont abandonné à mon sort..J'ai du changer de vie.

Mais je sers encore l'Empire !
»


Roger commanda une nouvelle tournée de bière pour tous les trois.

Ils continuèrent de parler ainsi quelques minutes, parlant chacun de leur nouvelle vie, de ce qu'il été devenu. Roger resta vague...

Il était presque devenu un professionnel à force de vendre avec Enrico le commercial fou, d'avoir régulièrement parlé à Lilianna Vassily et Kurt.
Il se concentra pour enregistrer mentalement tout ce que son ami lui disait notamment les révélations sur ses anciens camarades qui étaient certaines des cibles potentielles à recruter car elles pourraient leur offrir soit de changer de Camp soit de recevoir de l'argent pour lui fournir des informations complémentaires dont il avait besoin.



Voyant qu'il ne pourrait pas partager tellement d’anecdotes avec son nouvel ami, il décida de recommander plusieurs tournées de vin et de bière, sans en abuser lui-même afin de saouler un peu plus ce cher Darius.
   Roger, quand il pensa que cela était assez s'aventura à redemander après le sujet qui l'intéressait au plus haut point :


« tu dis que tu sers encore l'Empire ? »

« Parce que actuellement... mais chut...... il faut rien dire Roger !
C'est que parce que c'est toi...
Je suis sur un projet de construction... d'un nouveau bâtiment énorme pour qui tu sais... mais il faut pas le dire...
Les rebelles pourraient l'apprendre et le prendre mal alors chut dis rien...
»



« Tu peux compter sur moi je dirais rien »

« Je dois bientôt me rendre dans une destination secrète pour le travail...sûrement en territoire impérial pour construire un gros truc...et qu'ils puissent le protéger et nous protéger aussi d'ailleurs

...mais je ne sais pas où précisément..

Peut-être... peut-être... viendra de bonnes choses... la libération de Kuat bientôt.. et peut être toute la galaxie grâce à ce nouveau vaisseau...
»



« Tant mieux, tant mieux ! on va enfin chasser ces racailles.. »


Soudain Darius eut l'air affolé... Il quitta précipitamment la table et voulut sortir de l'établissement l'air de rien, en contournant un homme balafré se dirigeant vers le côtés bar ... quand un TwileK costaud l'attrapa par le col et le ramena doucement à la table de Roger... Enrico quitta lui aussi son Banc pour s'asseoir sur celui du côtés de Roger contre le mur.
Les deux voyous s'assirent en face des 3 gentlemen un peu alcoolisés.


« Hola doucement mes amis dit Roger : je peux vous offrir un verre ? »

« Alors vous êtes des amis de Darius ça tombe bien Darius nous doit beaucoup d'argent.

Peut-être que vous voudrez bien payer sa Dette? »



Enrico commença à dire : « Ecoutez monsieur nous ne voulons pas d'ennuis ... c'est une connaissance de bar que depuis quelques minutes... »

Roger lui dit : « Non c'est mon ami je ne vous laisserai pas lui faire du mal... »
En mettant la main sur son blaster

Ils étaient deux, des voyous qui devaient avoir l'habitude à priori et lui ne savait pas très bien tirer au blaster et le savait... ce serait vraiment la dernière solution pour lui.


« Écoutez les gars je travaillerai pour votre patron, je vous payerai je le jure.. »


« Le temps est dépassé Darius tu le sais et tu pourras jamais rembourser Mauro t'as trop prêté et sa patience est épuisée.

C'est dur pour toi mais malheureusement tu ne peux pas t'en tirer comme ça

Alors les amis ? est-ce qu'on paye et les cinquante mille crédits qu'il nous doit ?

Si vous ne me fait pas dégagez de la tout de suite ! »


« Non je refuse je ne vous laisserai pas le tuer. »


Darius fit pipi dans son pantalon, Enrico se mit à pleurer en se jetant dessous la table au moment où Roger essayait de dégainer son arme mais,
avant qu'il n'ait plus le faire il entendit le bruit d'un blaster raisonner...
il était mort...
il avait été tué avant d'avoir pu sortir sans arme...
finalement ça se termine bien pour lui :
Pas de souffrance, repus dans son bar préféré, après une bonne soirée entre potes...ou presque..
Il regarda une dernière fois ses ennemis et les vit tout deux s'effondrer tout leurs armes à la main.

Ils avaient été comme prévu bien plus rapide que lui, mais pas assez.

Il avait trop bu, ses sens étaient émoussés, comme ceux d'Enrico aussi il avait complètement oublié le caporal Marcus Istrian, qui les suivaient pour les protéger.

Il s'était placé à un banc à la table d'à côtés, une bière à la main, qu'il but d'un trait tout en clouant d'un seul tir les deux séides l'un à travers le cou, le second en pleine tête le cou finissant au plafond.


« Il se rapprocha et dit à Roger : chef vous ne devriez pas provoquer c'est pas c'est gentil c'est trop dangereux vous auriez du laisser mourir l'ivrogne. »

« Oh j'avais confiance en toi Marcus dit Roger tout en pensant qu'il l'avait complètement oublié.. »

« Il est avec toi celui-là? » demanda Darius...tout humide

« Oui tu sais on travaille pour une société privée qui fait forme des soldats comme lui et des équipages de premier ordre.. »


Ils montèrent rapidement dans leur Speeder et retournèrent rapidement au vaisseau.

Il fallut plusieurs heures à Darius pour décuver.

Ils parlèrent alors sérieusement quelques minutes avant que Darius n'avoue qu'il avait une dette de 50000 crédits.


« Roger tu m'as sauvé la vie, je ne sais pas ce que je peux faire pour te remercier.


J'ai une dette envers toi.
»



« Tu dois l'argent à qui est comment tu as perdu cette somme ? »
« Des paris aux courses, je dois l'argent à un caïd, Gorki Kane Mauro. »


« Darius je ne travaille plus pour l'Empire tu le sais... mais dans le privé maintenant mais toi aussi tu me travailles plus pour l'Empire pourquoi tu me dis que tu travailles pour l'Empire encore ? »

« Je devrais pas te le dire Roger. »


« Peut-être mais tu me l'as déjà avouer hier soir. »

« Disons qu'il y a une grosse commande d'un gros client et compte tenu du matériel et des vaisseaux commandés ça ne peut être que l'Empire. »


« Mais tu sais quand ça va commencer et quand ça finira ? »

« Oui je sais, c'est jeudi que je dois partir... »


« Quand tu connaîtras les coordonnées secrètes, tu me les donneras ,
Et si tu as les plans ou tout convoi de livraison de marchandises précises tu les donnera aussi.
»


« Mais Roger ce serait trahir... »


« Trahir ? Mais Tu ne sers plus l'Empire !

Et tes employeurs ne te payent pas assez.

Fais ce boulot pour moi, et tu n'auras plus de dette envers moi ni envers Mauro.
»



Après quelques minutes de réflexion, il demanda :
« Tu es sûr Roger ? »


« Si tu es d'accord ,Je vais confirmer auprès de mes employeurs et amis et reste ici 2h et te donnerai une confirmation précise. »

--------------------------------

Il contacta Kurt qui fut ravi d'avoir quelqu'un sur place :
«
Tu es bien sûr qu'ils le prendront avec eux ?
»


« A part moi c'est l'un des meilleurs mécaniciens et ingénieur sur écrans que je connais de par la galaxie. S'ils ont un gros chantier, ils ne pourront pas le faire sans lui. »

« C'est un gars fiable? »

Roger acquiesça :« je le pense ! »

« Je vais contacter Vassily je vais lui dire de prendre en charge la dette et d'être avec lui un peu plus patient que Mauro.. maintenant la pression mais en expliquant qu'il a un peu plus de temps pour payer et que s'il nous sert, sa solde permettra de payer les échéances, ce qui lui évitera un tabassage en règle régulier...puis tué par la suite s'il ne paie pas...
Il n'aura donc pas le choix...
»
#36714


Image

Le rendez-vous s'était achevé comme prévu sur une prise rendez-vous avec un ponte de l'économie Kuati, preuve s'il en était que la démocratie sur kuat n'était tout au plus qu'une vaste mascarade.

Une grande illusion destinée uniquement à tromper les naïfs, les ignorants et les étrangers naïfs et ignorants.

Ils rentrèrent dans les appartements alloués aux sénateurs et passée une brève algarade de son compagnon de jeu, Ernesto put profiter de la soirée en toute quiétude.


Juste après le dîner il reçut dans son salon une visite prévisible : celle de Dounia dite : Dounia la brune, petite brune et boulotte aux cheveux tressés et aux habits noirs sévères.
« Sénateur, je vous apporte ce que j'ai pu apprendre des autorités de Métellos mais aussi de nos « amis » sur Kuat. »

La puissance des syndicats dans une Kuati pas démocratique était simple : ils n'existaient pas.... même si les revendications légitimes des gens existaient quand même, come dans le reste de la galaxie, qu'ils soient affiliés au P.T.G.(Parti Travaileurs Galactiques ) ou non, ils se savaient tous solidaires dans la même lutte pour leurs droits en général. Aussi partout dans la Galaxie, Ernesto Garcia avait des amis à rencontrer et il ne se privait pas de le faire.

Ses amis estimaient que si Kuat rejoignait la République ils auraient beaucoup à y gagner.

Le conseiller Bruggemaggi semblait être à peu près l'inverse parfait du Sénateur Garcia.
A peu près tout ce qu'il détestait en terme de loyauté, de cupidité et de soif du pouvoir.

Lui était pragmatique aussi mais il ne cherchait pas à favoriser ses intérêts personnels...


Il fit profiter de ce rapport à son collègue qui sembla surpris qu'il ait tant d'informations.


----------------

Le Lendemain ils furent reçus par le Conseiller dans un Salon privé feutré destiné aux discussions diplomatiques.

Le vieux lion trempant dans la pègre et capable de tout commença par volontairement écorcher leurs noms, puis les toisant pour voir leur réaction il leur sortit :


« « Qu'est-ce que vous voulez exactement ? » »



Ernesto ne laissa pas Irvin Répondre : il dit tout simplement :

« Mr le Conseiller nos noms n'importe guère, ce qui compte c'est que nous parlons au nom du Sénat, des millions de planètes et de ces milliers de milliards d'habitants...

Je me permettrait cher conseiller comme toute discussion diplomatique l'exige de vous signaler que je porte ici ...
»

Il sortit un petit objet qu'il posa sur une table basse entre eux
.... un brouilleur que je branche immédiatement afin que nos propos ne restent parfaitement secret à toute autre personne qu'à nous trois...

Irvin repris surpris :

Nous sommes là afin d'établir de façon active des liens aussi proches que possibles entre la République et Kuat, de tisser une alliance qui je l'espère sera fructueuse et permettra à Kuat de sortir de la situation économique dans laquelle les aléas de la guerre, nos victoires répétées, les libérations qui s'en sont suivies et notre arrivée, l'ont plongée.

Il va de soi que perdre un client comme l'Empire a du affecter le rythme de production de vos chantiers navals.

Nous souhaitons vous faire des propositions de commandes régulières afin de vous permettre de voir l'avenir sereinement, de vous permettre de faire beaucoup d'affaires intéressantes dans la République.

La République a de grands chantiers à réaliser, et des moyens extraordinaires pour régler ses clients...

Un rapprochement avec la République serait synonyme pour Kuat de prospérité économique...

Qu'en pensez-vous Conseiller ?


Alors qu'Irvin proposait un rapprochement et que les yeux du Vieux Lion semblaient fixer Alternativement les deux diplomates, Ernesto, s'était levé, se tenait derrière sa chaise les mains dans le dos jointes l'une à l'autre la moustache sévère les yeux fixant le lion, apparemment guettant une réaction sur le visage de BruggeMagi.

Ses Yeux brûlaient intérieurement devant se personnage...

Aux abords de Coronet • • • https[…]

Je vais donc demander une validation sur cette pr[…]

Des excuses, ça vous va ?

https://medias.spotern.com/spots/w64[…]

Délivrance perdue

Quand elle commença à échanger par télépathie ave[…]

[Dxun] L'appel de l'Ombre

Vrad avait pris le chemin de la montagne qui se […]

Vous saurez quand ça se produira

Hot Blood - Kaleo Un bon professeur ? Moi[…]

https://media2.giphy.com/media/3ornj[…]

Ce post contient des scènes explicites ou de n[…]