L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#36250
L’électrisation percuta son corps et la conscience lui fut imposée. Son corps se tendit tandis qu’il sentait la brûlure des électrons parcourir son corps à vitesse subluminique. Il cria mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il tenta de bouger mais aucun de ses muscles ne répondaient. Alors de ses bras et ses jambes, les amorces se tendirent. La douleur, intensifiée par le poison lui monta à la tête. A côté de cela, il y avait toujours les toxines qu’on lui faisait ingérer. De nouveau il allait s’effondrer dans l’inconscience, quand tout lâcha. Les amorces de ses bras et de ses jambes lâchèrent. Il percuta le sol et les perfusions s’arrachèrent de sa peau sans une once de douceur. Il resta là, la face contre la froideur et la dureté du métal. Ses pouvoirs ne faisaient plus effet, il n’avait plus la force de continuer, plus la Force pour l’aider. Au-dessus de lui, des gouttes de sang et de produits tombaient à intervalle irrégulier. Il resta là, âme solitaire malmené trop rapidement. Tout son corps le faisait souffrir et en même temps, il n’avait le contrôle sur rien. Soudain, un cri déchirant l’enveloppa dans la salle. Loran serra de nouveau les dents, tandis que les plaintes de son père lui arrachèrent l’esprit et la raison. Il bougea le bras, puis la main et la lança devant lui, attrapant le bord du projecteur. Se tirant lentement, il fit tout de même par tomber sur le sol.

Une lumière aveuglante explosa devant ses yeux. Des traits verdâtres explosaient autour de lui et des chasseurs TIE le pilonnaient. Loran sursauta et se positionna en position fœtale, grelotant et délirant tant que son cerveau le lui permettait. Les cris de son père se mêlèrent à ceux des rebelles sur un auto-rail en perdition. Un haut le cœur, le Jedi se retourna et vomit tout ce qui lui restait dans l’estomac. Trouvant assez de force pour se redresser, il fit quelques pas à quatre pattes et chercha de sa main la poignée de la porte. Derrière, il faillit se faire écraser par une patte de marcheur, passant à quelques centimètres de sa tête. Des soldats parcoururent le couloir, l’ignora. Des traits de lumière dans tous les sens. Lui, il n’avait qu’un but : Ramper jusqu’au bout. Des trois couloirs, il prit celui vers le poste de contrôle, bien que son esprit soit concentré vers son père. Autour de lui, il sentait les esprits de ses compagnons qui s’éteignaient. Un à un. De nouveau il serra les dents et s’écroula à l’interception. Mais Loran ne s’arrêta pas.

Tandis que ses jambes ne répondaient plus, ses bras eux, étaient encore en activité. Traînant derrière lui des gouttes de sang, les iris aux diamètres trop développés, avançant dans le noir complet… Le Jedi se hissait petit à petit vers l’esprit du père. Un destroyer stellaire fit alors vibrer ses tympans et il fut stoppé. Il hurla de tous ses poumons, pour la première fois, en se bloquant les tympans. La pression sur son crâne fut intense pendant encore plusieurs secondes et s’atténua petit à petit. Dans le noir complet, il vit des formes qui l’observaient, des sombres silhouettes qui lui tournaient autour. Des monstres lui déchirant la peau. Il n’était plus très loin, mais il n’avançait plus, allongé sur le sol à implorer qu’on le vienne en aide dans des murmures presques inaudibles.
Avatar de l’utilisateur
By Tyrus Dugalles
#36251
- Monsieur je crois que nous l’avons … -


Depuis les visières des soldats tous apparaissaient dans une couleur verte, on distinguait au loin une forme rampante et tremblante. On aurait pu croire à une bête agonisante... La chose se hisser à l’aide de la tuyauterie sur le côté du couloir, se recroquevillant sans raison. Les jambes pendouillaient seules les bras semblaient gérer l’action motrice. Et puis à quelques dizaines de mètres du groupe de sécurité, l’ombre grouillante hurla de douleur et se mit à gémir. Les soldats se lancèrent quelques regards, ils pensaient d’abord à une feinte puis les minutes défilèrent et le général s’avança. Posant sa patte griffue sur l’épaule de l’homme le retournant doucement de manière à voir son visage, le gris ce débattu à peine. L’homme félin secoua sa tête, aucune expression sur son visage, simplement son poing droit fermé qui s’ouvrit, et son autre main rangea son sabre laser sith, fin de l’alerte…
L’un des soldats posa ses deux doigts sur sa tempe, il fallut atteindre quelques secondes puis la lumière fut. Une lumière rouge, la sirène s’était coupé, une porte blindé derrière les soldats s’ouvrit avec fracas, raisonné un écho dans le couloir le bruit de pas de lourde bottes. Un homme dans une tenue sombre s’avançait lentement, deux larges épaulettes dorées, une plaquette de médaille sur le torse. Les quelques soldats se mirent au garde-à-vous, le lion regardait le nouvel arrivant avec dédain.


- Que lui avez vous fait ? -


- Ce qui devait être fait, les sédatifs n’auraient servi à rien. -


Un soufflement de narine, l’homme lion repartit en direction de la salle de contrôle sans rien ajouter.

-Vous deux levez le. -


Deux soldats s’exécutèrent et levèrent le corps de Loran.

- Je ne pense pas qu’il soit en état monsieur. -


-Vous n’avez pas été sélectionné pour penser. -


Le ton de l’officier était sec et froid. Ce dernier se rapprochait lentement du corps flasque tenu par les deux gardes. Il attrapa de sa main ganté le visage du maître gris, il rapprocha son visage à quelques centimètres du sien. De son autre main il souleva les paupières closes du jedi brisé par la douleur, ce dernier murmurait quelques gémissements. Il le força à contempler un regard vert d’abord d’émeraude dans lequel dansait une flamme verte éclatante qui rapidement s’assombrit avant de n’être plus qu’une lueur maladive et putride.

- Tu souhaitais me rencontrer d’homme à homme, me voilà. -


Le vieil officier saisit plus violemment le visage du condamné pour le tourner de force afin de murmurer quelques choses à ses oreilles.

- Maintenant cessons de jouer, je sais que l’inquisitrice Helera est toujours en vie dites moi ou est-elle… -


La voix n'avait plus cette pointe de mégalomanie, plus de suffisance, seulement une haine froide.
À moitié hallucinant, un homme aussi fort soit il son esprit devenait malléable et prompt à obéir. On continua de faire souffrir doucement les compagnons de Loran pour que leurs cris à travers la force résonne comme un écho funeste pour le tenir conscient le temps qu’il donne sa réponse. Selon cette réponse de l’homme la torture prendrait fin ou non.

Une semaine plus tard


Les survivants de l’équipage Nelvaan reçurent le strict minimum de soin et à peine de quoi se nourrir et boire. Des échanges entre le chef du septième Bureau et les dirigeants de l’Alpha Blue s’étaient enchaînés, il parlait sans cesse d’un projet à propos d'un navire de guerre, la base commença à recevoir plus d’effectif les sensitifs pouvaient le sentir. Les tortures avaient cessé pendant cette période, on avait changé le collier d’esclave de chaque captif avec un modèle plus particulier.
Aujourd’hui reprenait les interrogatoires avec le reste des prisonniers, a tous, on leur demandera les coordonnées de Nelvaan et le maximum d'information sur la famille des Kor’rials.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#36252
Le terrain s’embrasa. Des lueurs rougeâtres de tous les côtés, tel un immense feu. Une fournaise atroce, déchirant sa peau, la détachant de part en part. Ses muscles à vif, sa tête brûlée, il était consumé sans aucune possibilité de rédemption. Et au milieu des flammes, il était là. Une face dégarnie et remplie d’une haine profonde. Un rouge émanant de lui qui se reflétait sur toutes les surfaces. Qui broyait absolument tout ce qu’elle touchait. Les engouffrait à travers son aura démoniaque et les annihilait sans aucune considération. Le visage du mal en personne. Loran hocha la tête d’un côté, et de l’autre, lourde et sans os pour le retenir. Pourtant, malgré toutes les souffrances, il étira un sourire tandis que ses yeux restèrent clos.

« Non … d’être vivant … à … être vivant … Tu n’en es pas un … plus maintenant… »

Il lui saisit le visage par les joues et le força à garder son regard sur lui. Mais regard resta clos malgré les menaces. Loran ne bougea pas. Les bras et les jambes ballants sur le sol toujours aussi gelé. Il n’y avait plus rien qu’il le retenait désormais.

« Elle est là … Tout autour de nous … Elle observe … La tempête … approche. Elle … approche … »

Puis il perdit définitivement connaissance. Autour de lui, dans les cellules, les morts s’accumulaient. Les plus faibles périrent en premier, les gens normaux. Quatre cadavres de plus à additionner sur la note de son âme. Son père perdit connaissance et son état fut très rapidement critique. Le dernier sensitif resta maître de sa vie, sans pour autant garder conscience. Enfin, les Nelvaaniens natifs plus résistants tinrent également bons.




La semaine qui suivit fut placée sous le joug du silence. Isolés, chaque nelvaanien passait le plus clair de son temps à méditer. On ne leur donna que très peu pour garder de l’énergie, et c’est à travers ces exercices qu’ils gardèrent encore la foi. La foi et un soupçon de vitalité. Karm resta dans le coma, Loran dans une cuve de Bacta. Si l’état de santé du premier restait critique, le deuxième était moins engagé. Bien qu’il allait probablement souffrir d’une fragilisation du système immunitaire et probablement divers maladies qui viendront avec. L’on ne s’amusait pas impunément avec le corps humains, ni celui d’autres êtres vivants. Ensuite, il fut placé en cellule. Et les interrogatoires recommencèrent.

Pour les natifs, ils firent mine de ne pas comprendre ce qu’on leur demanda. Ce qui était en partie vrai. Ni Kor’rial ni les coordonnées n’étaient en leur connaissance. Ils ne faisaient que parler de tambours de Guerre, d’Orek et de Holt Kazed. Le sensitif interrogé quant à lui préférait mourir que trahir les autres. Ils préféraient tout autant que son équipe meure plutôt qu’un plus grand nombre soit mis en danger. Choix judicieux. Quant à Loran, il gardait la tête baissée constamment. Il mangeait peu et ne répondait pas quand on lui parlait. Il était tout simplement comme éteint.
Avatar de l’utilisateur
By Tyrus Dugalles
#36254
- Ainsi donc elle est toujours en vie… -


Dugalles souris intérieurement en voyant le jeune homme brisé, sa souffrance était un amuse-gueule suffisamment nourrissant pour apaiser les flammes infernales qui brûlaient dans son corps. Il fit signe au soldat de maintenir en vie la pauvre âme. Pas par charité, le pion servira plus tard.

- Faites revenir les techniciens de communication, je veux la ligne la plus sécurisé possible. -


L’Amiral rendit son rapport au directeur du septième bureau, il soupçonnait que la dénommée Helera Kor’rial avait encore survécu. La première étape s’était passé comme prévu, les choses sérieuses pouvaient commencer. Malgré les moyens employés aucun des captifs ne lâchèrent la moindre information sur Nelvaan, les chacals refusaient d’abandonner les leurs, on allait devoir procéder autrement.
On proposa à l’un des Nelvaaniens de délivrer un message à leur reine, afin de discuter sur les conditions de libérations des membres de sa famille, le message était renfermé dans une boite en obsidienne noire scellée. Le Nelvaanien serait drogué pendant le voyage puis lâché à la surface d’un monde du noyau ou un contrebandier payait par de mystérieux individus devait le conduire aux coordonnées indiquées par son passager.



Sur place, la reine ne trouverait qu’un vieux relais holonet de la bordure extérieur, le code de communication permettait d’accéder à une ligne ultra-sécurisée, seulement la reine était prévenu, si personne n’enclenchait les codes le jour J, on ferait fusiller les otages.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#36255
Dès lors que le Nelvaanien fut libérée, les choses s’enchaînèrent d’une manière étrange et particulièrement rapide. Un contrebandier, payé pour l’occasion, eut le privilège de le ramener en terre sainte. Et dès lors qu’il entra dans cet espace souverain si secret, seuls les rugissements de son compagnon eurent pour effet de lui laisser la vie sauve. Pour un temps seulement. Son vaisseau fut saisit et on le mit en état d’arrestation. Du reste, l’empire déciderait du sort de ce dernier. Empire qui d’ailleurs fut prévenu des évènements qui agitaient la capitale Nelvaanienne. On expliqua ce que l’on savait, c’est-à-dire rien, et le contrebandier ainsi capturé servirait probablement à ceux qui savaient faire parler. La reine ne comptait plus prendre de gant avec personne. Car si la galaxie avait de nouveau décidé de l’embêter, alors ce n’est plus les beaux discours qui allaient en changer quelque chose. Le Nelvaanien quant à lui fut pris en charge et les guérisseurs eurent tout le loisir de panser les blessures de son corps et d’écouter celles de son esprit.

Des informations qu’ils en retirèrent, les conclusions purent être tirées. Des conclusions qui ne pouvait souffrir d’aucun doute et qui, de ce fait, ne pouvaient être énoncée pour le moment. La Reine convoqua ses généraux pour une contre-attaque :

« Augure, les SSN doivent retrouver la trace de la flotte. Tu as différents objets leur ayant appartenu. Lyana saura t’aider à ce sujet. Prenez le Scavenger, vous aurez de quoi être discrets. »

Vers l’homme à la crête.

« Alfarh, protège-les et si vous retrouvez leur trace, tu contactes la capitale et tu interviens. N’attends pas notre support. Ils ne vous feront pas de cadeau, force létal admise. »

Enfin vers le dernier aux cheveux de charbon, bras croisés et signe de fatigue sous le regard :

« Alek, j’ai une tâche spéciale pour toi. J’ai besoin de tes deux meilleurs pilotes. Et on va avoir besoin de l'amiral également. »

On éluda les différentes questions et les conversations cyniques sur l’intérêt de ne pas tuer. Dans ce cas présent, ce genre de doctrine ne fonctionnerait pas. Alors chacun put retourner à ses occupations et commencer la mission de sauvetage. Quant à la Reine, elle se prépara pour son long voyage à travers la galaxie. Sans nul doute, là où elle allait était un piège. Sans nul doute, on lui demanderait de choisir entre Nelvaan et sa famille. Et sans aucun doute, ils allaient devoir répondre du crime qu’était celui de l’inciter à choisir. Les choses n’étaient plus si faciles désormais. Nelvaan était lente, mais elle s’était désormais réveillée. La Grande Louve, entité alpha du secteur, saurait croquer ses ennemis et protéger ses alliées.




Ainsi, cinq jours plus tard, dans ce cargo banalisé qu’était le YT dans lequel elle voyageait, Helera atteint les coordonnées envoyées. Elle vérifia dans un premier temps que le satellite n’était pas piégé, tout de même et qu’aucun explosif, détonateur ou autre ne s’y trouvaient. Puis, connecta le code dans le cargo. Ce dernier obéissait aux procédures du saute-mouton, ancienne procédure de défense grise servant à brouiller les pistes. Qui plus est, des dizaines de coordonnées étaient encore inscrites dans la base. Ceci étant fait, elle attendit qu’on ne la contacte.
Avatar de l’utilisateur
By Tyrus Dugalles
#36258
L’Alpha se mit en Branle, le général Jen’Dar connaissait les arts de la force, il informa Dugalles du risque que représenter de garder sur place les gris. Il fut décidé de charger les trois sensitifs à bord d’un vaisseau. Ils étaient placés dans des blocs de stase, avant d’être déchargés dans un vaisseau banalisé qu’on chargera à ras bord d’explosifs quelques pilotes en tenue civile dévoués corps et âmes à l’Alpha Blue était chargés du vaisseau, au moindre signe d’abordage, ils se feraient exploser avec le cargo. Les Nelvaaniens eux avaient été déplacés très loin dans l’espace Hutt avant d’être exécuté sommairement.



Du côté de la République, on annonça que l’une de ses flottes s’était fait aborder après avoir arrêté un convoi non-déclaré à bord duquel un représentant d'un mondes impérial a traversé les frontières de la République à bord d'un transport banalisé et sans autorisation, bafouant la souveraineté de la République. L’extradition des membres de l’équipage clandestin par un groupuscule inconnu s’est faite avec une rare violence et les envahisseurs n’avaient pas hésité à éliminer tous ceux qu'ils n'avaient pas pu être récupéré tout en tuant de nombreux républicains, une enquête est lancée pour trouver les responsables, la plupart des médias Républicains désignent coupable d’office l’empire. * A modérer.




Le jour J un voyant rouge s’alluma, quelqu’un venait d’activer les codes de communication. Une ligne fut établie depuis une antenne holonet, Dugalles répondit depuis un vaisseau émettant depuis un amas d’astéroïdes du dédale de Rimma. Depuis une baie baignant dans une lumière rouge sanguine, l’Amiral se tenait droit les deux bras dans le dos.



- Lancez la communication. -




Les officiers responsables des appareils de com s’exécutèrent en silence, ils s’assurèrent qu’on ne puisse pas remonter leurs traces. Plusieurs filtres étaient appliquées pour la communication, une absence d'image et un trucage de la voix était à noté, Dugalles entonna de son côté avec un ton ferme et froid.



- Kor’rial, nous détenons votre frère et votre père. Obéissez et ils vous seront rendus. Je connais vos pouvoirs à vous et vos jedis tentez de retrouver la trace des membres de votre famille et ils seront exécutés, tentez d’enquêter à notre encontre et ils seront exécutés, refusez d'obéir et ils seront exécutés, tentez de faire appel à l'empire pour vous aider contre notre intérêt et ils seront exécutés. -





Une pause, quelques secondes à peines avant que la voix rendue bien plus grave par le filtre vocal reprenne.



- Donnez nous l'entièreté des données se référant à l'ancienne directrice des bureaux impériales Ysanne Isard. Débrouillez-vous pour les obtenir, vous possédez des à présent d’un délai de 3 semaines, dépassez ce délai et nous abattrons votre père et votre frère.

Au sein de la station holonet vous trouverez la suite des instructions. -



La communication se coupa nette, Dugalles ne cherchait pas le dialogue, ils avaient l’ascendant. Elle était peut-être le loup Alpha, sa meute était tenue en joue par des chasseurs... Ses chasseurs...


En décortiquant le vieux relais holonet on pouvait trouver de nouvelles coordonnés et deux nouveau codes un code de communication et un code pour transférer des données sur un serveur inconnu.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#36259
La communication se lança dès lors que les codes furent rentrés. D’abord il y eut des grésillements puis une voix résonna. Helera croisa une jambe sur une autre et un bras sur l’autre. Elle fronça les sourcils et attendit quelques secondes avant de déclarer :

« Allô ? Vous me recevez ? »

Quelques secondes passant et elle donna des coups contre la machine et éteint d’elle-même la communication avant que l’interlocuteur ne termine. Impossible alors d’être certain que le message était passé. Un satellite défectueux ? Bien possible après tout. Les têtes tomberont de l’autre côté, mais cela n’était pas son problème. Le message était désormais passé. Nelvaan ne négociait pas avec les terroristes. Il lui manquait la fin de la phrase, les instructions cachées dans le relais, qui de toute manière serait décortiqué. Elle resta dans l’espace à dériver, silencieuse et imperturbable. Mise à part la république, personne n’avait les capacités de les faire chanter. Les hutts n’étaient plus que l’ombre de ce qu’ils étaient et ils savaient les représailles grises terribles. Seuls les rouges avaient l’audace de se mesurer à eux, de les provoquer et de les tuer, alors même qu’ils ne demandaient rien à personne. Il n’y avait que la république capable de rejeter l’aide des autres, après tout. Cela la conforta dans une chose certaine : Le choix dans l’Empire était le meilleur. Le camp avait été choisi assez aléatoirement et basé sur des observations dogmatiques et des évolutions sociétales. Bien que beaucoup fussent le fruit de la communication du gouvernement, il résidait en l’empire à travers quelques bribes de groupuscules une notion qui était abandonné dans beaucoup d’autres gouvernements : Le respect.

Maintenant, pourquoi Isard ? Pourquoi maintenant. Pourquoi encore ? L’ancienne chef des renseignements impériaux lui collait à la peau. D’abord elle essayait de la tuer, ensuite elle organisait un complot contre l’empire. Enfin, les méchants s’intéressaient à elle. Si le puzzle s’assemblait de lui-même dans son esprit, rien n’était simple. L’ancienne cheffe des RI était introuvable. Et pour cause, dans le cas inverse, elle serait morte. Elle était la seule personne dans cette galaxie qu’Helera pouvait tuer de sang-froid. Mais peut-être qu’une deuxième venait de se rajouter à sa liste. Perdue dans ses pensées, son comlink bipa en rouge. Elle attendit quelques instants que le cryptage soit réalisé, et dès lors que le rouge devint vert, elle décrocha.

Dans sa tenue de protection spatiale, dans le vide absolue, se mouvoir était une chose particulièrement délicate. Les mouvements étaient lents, approximatifs et il n’y avait pas d’horizon. C’était très perturbant. La reine était accrochée au satellite de relais et décortiquait les panneaux de commandes, les soutes, etc. L’objectif était de trouver des indices, des traces, des flux dans la Force. Helera y trouva la prochaine partie du jeu de chasse. Les coordonnées d’un ancien relai et deux codes différents. Ce qu’elle devait vérifier maintenant, c’était l’emplacement de ses deux relais.

La lame de l’Arkanien s’éteignit, seules chantai[…]

Problématiques divines

Les candidats étaient reçus un par un, chacun un[…]

Naissance impie

La petite dame noire resta accrochée au joyau pou[…]

Mandalore [2/2]

https://media.discordapp.net/attach[…]

De Harold à Stlin, on fit passer le mot : feu ver[…]

Pour le meilleur

Ils avaient délaissé le texte préparé à leur int[…]

Karlya Zyn

Salut ! Merci pour le retour ! Je m'attèle au pl[…]

[En quête d'Ouranos suite]

- Un Mois plus tôt - Les mercenaires a[…]