L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Planète volcanique d'où les sullustéens sont issues, Sullust fut l'un des Mondes fondateurs de l'Alliance Rebelle. Paradoxalement, si la planète est profondément républicaine elle choisie de ne pas rallier la Nouvelle République à la chute de l'Empire et poursuis depuis sa marche vers l'avant à la tête d'un des secteurs les plus riches du dédale de Rimma.
Gouvernement : Neutre - Petites affinités avec Nouvelle République
Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#36322
Sullust, qu'en restait-il ? Après le cataclysme inconnu qui l'avait frappé toute forme de vie semblait avoir disparue de la surface de la planète. Plantes, animaux, habitants la quasi totalité de celles-ci avait été annihilée dans des circonstances des plus mystérieuses. Il était difficile de faire un constat précis de l'ampleur de la catastrophe. Les différentes informations collectées par le Bureau des Analyses étaient toutes les mêmes. Les pertes avaient été colossales. L'on parlait de dizaines de milliards de morts. D'un taux de survivant n'allant pas au dessus d'un pour cent. Et la voilà, en orbite de la planète dans un Cargo Léger YT-2400 modifié ; accompagnée de 2 agents ainsi que 3 ingénieurs.
Leur mission était la suivante atteindre les coordonnées de l'usine impériale abandonnée, s'y introduire, faire une analyse du lieu ainsi que l'inventaire des armes et matériaux en état pouvant être récupérés. La tâche semblait aisée mais il fallait avant tout ne pas se faire remarquer. Depuis le sinistre événement sur Sullust les grandes nations se portaient à son secours. Excepté l'Empire, resté de marbre, sourd et muet face à toute demande d'aide de la part de Sullust. Un flux incessant de convois utilitaires arrivait des quatre coins de la galaxie amenant matériels et provisions. Si ce n'était l'asile chez le bon samaritain qui avait daigné leur tendre la main.
L'embarcation était petite, rapide, d'un type commun et surtout muni de masque de senseurs lui permettant d'être partiellement invisible aux yeux des radars ennemis.Le pilote privilégiât les couloirs de circulation utilisés par une foule de vaisseau diverses et variés. De ce fait, elle pouvait aisément se noyer dans la masse. N'être qu'une goutte d'eau dans le flot de vaisseau en partance d'autres mondes. Le trajet s'avérait plus long et fastidieux mais bien moins risqué qu'un couloir surveillé et emprunté par la république ou tout autre nation de grande envergure.
Depuis l'espace le spectacle était à la fois saisissant et morbide. D'une planète où fourmillait la vie, il n'en restait plus qu'un astre ravagé, stérile. Un sombre linceul semblait l'avoir recouvert pour toujours. Ne laissant dans son sillage qu'un lourd silence, un silence de mort.

Qu'est-ce que cela vous inspire Ariès ?

Rien de bon Docteur Aukhyns.

Pouvez-vous être plus précise ?

Ce silence, cette lourdeur. La fin de toute chose, de tout espoir.
Comment ? Comment tout ceci a-bien-t-il pu se produire ?


Je n'en sais guère plus que vous ma chère.

Les pertes dépassent l'entendement...Comment cette planète peut-être aussi mortifère ? Qu'est-ce qui a bien pu causer tout ceci... Un virus ? Une arme ?

C'est à vous de trouver les réponses à ces questions. Je ne fais que répondre aux questions qui vous concerne pas celles qui concernent les autres.
Comment vous sentez-vous pour cette mission Ariès ?


Sur mes gardes. Nous ne savons pas à quoi nous attendre. L'inconnu est dangereux. De plus nous sommes cernés de toute part par les autres nations. La moindre erreur et c'est l'échec de la mission. Il va falloir avancer à pas de velours si nous voulons rester invisible à leurs yeux.
J'en ai fini avec vous Docteur Aukhyns vous pouvez disposer.


Au plaisir de vous revoir.


Ariès r'ouvrit les yeux cette impression de lourdeur, ce poids invisible sur les épaules. Ce n'était pas une impression mais bien une réalité. Depuis l'intercom le pilote fit part de la traversé imminente de l'atmosphère. Les turbulences commencèrent à secouer l'habitacle.

Traversé de l'atmosphère en cours. Assez-vous bien nous passons une zone de...bon sang... La planète est ... méconnaissable.

Depuis les cieux le spectacle était encore plus saisissant que depuis l'espace. Ici-bas à la surface, le portrait d'une Sullust anéantit avait de quoi donner des sueurs froides. Personne pas même la Chiss n'avait vu un tel spectacle. Irith la planète sur-pollué semblait un paradis à côté de cet enfer. Il n'y avait que désolation, désolation à perte de vue. Devant un spectacle un des ingénieurs s'exclama.

Comment diable l'usine peut-elle encore être debout après tout-ceci ? Regardez moi ça ... Les quelques avant-poste et autres infrastructures scientifiques sont dans un état déplorable...

Le collègue de celui-ci rétorqua.

Aussi solide qu'un château de carte...

Vous savez ce qui aurait pu impacter à ce point les édifices Sullustéens ?

Le plus silencieux des trois prit la parole.

Je suis en fonction depuis plus de trois décennies. Au cours de ma vie, j'ai visité d'innombrables planètes toutes aussi hostiles que Sullust. Et je n'ai pourtant jamais vu un pareil cas.

Ci c'était un cas isolé, il y aurait forcément une explication rationnelle à cela. Mais...

...A l'échelle d'un monde... cela dépasse l'entendement.

Les turbulences arrêtèrent enfin permettant à l'équipage de se préparer avant la descente.

Atterrissage imminent ! Soyez prêt !

Vous savez ce qui nous attend ?

Pas la moindre idée... On se sait pas sur quoi l'on pourrait tomber. Alors vous faites ce que l'on vous dit. On bouge, vous bougez. On s'arrête, vous vous arrêtez. Si l'on venait à rencontrer une présence hostile concentrez vous sur nos bottes, concentrez-vous sur notre voix et tout devrait se passer sans accroc.

Image
Usine secrète imépriale


Impossible d'avoir un meilleur endroit... L'usine est à flanc de ravin. D'après nos informations, il y avait une ancienne plateforme mais... Comme vous pouvez le voir, elle est recouverte de lave. Il va falloir descendre jusqu'à l'usine...

Bien faisons sortir les Droïde sonde Viper qu'elles fouillent les alentours à la recherche de la moindre trace de vie. Quand nous auront la certitude que rien n'y personne n'est dans les parages nous pourront entamer la descente.




Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#36348
Voilà qu'ils entamaient la descente du flanc escarpé du ravin. Assurés, ils ne couraient aucun risque. Depuis les hauteurs du ravin, le pilote observait la scène se dérouler sous ses yeux. Il ne descendrait pas, il serait le seul à faire la sentinelle à l'extérieur. Afin de s'assurer que leur seul moyen de partir de ce monde mort soit intact. L'agente descendue la première compila les rapports des sondes Vipers lâchées un peu plus tôt. Rien à signaler, les alentours étaient déserts ; il n'y avait nulle âme qui vive. Sullust semblait belle et bien morte. Une fois tous en bas, ils inspectèrent le toit de l'arsenal abandonné. Les options étaient limitées. Depuis l'attaque de la Rébellion, le niveau de la lave avait monté d'une manière exponentielle. Toutes entrées étaient désormais noyées sous la lave.


Il va falloir trouver une entrée moins conventionnelle.

Il y a-t-il un moyen d'accéder à l'usine ? Autre que les accès principaux ?

Des archives que nous avons en possession nous pouvons utiliser les tuyaux servant à expulser la vapeur et autres gaz.

Le chemin le plus rapide, mais aussi le plus dangereux. Sans la protection adéquate, nous ne tiendrons pas longtemps. Nous pourrions tout aussi bien essayer de nous frayer un chemin à travers le métal. En le découpant à coup de torche à plasma. Mais cela prendrait plusieurs heures.

Qu'elle est l'envergure du tuyau ?

L'on peut faire passer un individu sans problème. Leur diamètre est aussi grand qu'un homme.

Avec nos tenus, nous serons protégés de la chaleur comme des radiations. Sans compter les VargeCorp Masque Respiratoire qui nous empêcheront de respirer je ne sais quel gaz toxique.

Bien, attelez-vous à découper un morceau de taule afin d'avoir accès au conduit.

Bien.

Quant à nous, nous allons poser un Droïde caméra à proximité. Il couvrira ainsi nos arrières. Avec le pilote, les Sondes Vipers qui balayent les alentours et les droïdes caméra que nous laisserons derrière nous. Nous nous prémunissons de tout revers ennemi.

Après de longues minutes, le morceau de taule céda sous les efforts répétés des ingénieurs.

Et voilà le travail ! Qui passe en premier ?

Je me charge d'ouvrir la marche, je veux que l'un d'entrevous ne me quitte pas d'une seule semelle. Cet endroit vous est bien plus familier que pour moi. Vous êtes à même de savoir les dangers et les pièges qui nous attendent.

Je ferme la marche ?

Affirmatif, posez un droïde caméra si vous pensez qu'il en est nécessaire. Faites attention, il ne nous en reste que deux. Gardez à proximité les deux autres ingénieurs.

Compris.

Je garde l'unité D9 avec moi. Nous en aurons surement besoin pour passer les portes. Soyez prêts. Notre incursion commence.


Avançant avec une extrême lenteur, le groupe s'engouffra dans le conduit les uns derrière les autres. Blaster à la main, la Chiss fit dut mieux qu'elle put pour garder une cadence régulière. La perception de l'environnement était difficile. Un épais manteau de fumé couleur ocre rendrait le discernement des dangers hasardeux. Tout semblait se passer pour le mieux lorsqu'un des ingénieurs vit une de ses jambes passer à travers le métal usé par des années de service. Le cortège stoppa nette son avancée. Avec une précaution infinie, ils le remirent sur pied en faisant attention de ne pas arracher sa combinaison tout comme sa jambe sur les rebords tranchants du trou qui se trouvait sous ses pieds.

Bon sang j'ai bien cru que j'allais perdre ma jambe !

Les conditions de vie de Sullust ont mis à rude épreuve la fiabilité des matériaux de l'usine. L'on peut être heureux ne pas t'avoir vu plonger la tête la première dans de la lave... Il va falloir redoubler de vigilance...

L'agente ferma le point faisant mine à l'équipe de ne point bouger et garder bouche cousue. Elle montra le sol du bout de l'index.

Le tuyau commence à s'incliner à l'horizontale. Il va rapidement être impossible de continuer. Nous devons trouver un autre chemin.

Un instant...Si l'arsenal est dans l'état dans lequel je pense... Il va falloir se contenter du niveau -5.

Seulement ?!?

Les portes de l'arsenal ont été verrouillées lorsque l'incident s'est produit dans l'usine. Sans cela l'usine entière serait engloutie par la lave. L'on peut remercier le protocole d'urgence.

Nous devons donc revenir en arrière de 7,3 mètres. Nous devrions être à la bonne hauteur. En faisant le découpage approprié, nous arriverons dans le corridor au niveau -1. Il faudra faire le reste à pieds...

Entendu.

Je prends la tête du groupe.

Affirmatif.

Revenant sur leur pas. Les ingénieurs se mirent au travail. S'arrêtant de temps en temps afin de s'assurer que le métal se trouvant sous leurs pieds ne cède pas. La chaleur se faisait présente, mais supportable. Une fois dans le cœur bouillonnant de l'arsenal. Elle serait rapidement insupportable.

J'envoie l'unité D9 en repérage.

Faisant un tour dans le niveau -1. Le droïde revint peu de temps après. Le niveau était désert, il semblait être encore en état. Du moins, dans un meilleur état que les niveaux inférieurs. La chose était ... encourageante. Équipée de petits bras articulés, l'unité D9 pouvait soulever des charges allant à la vingtaine de kilos. Sous les ordres de l'agent, celui-ci prit un petit caisson contenant du matériel. Le lâchant depuis le passage créé dans le conduit, la caisse s'écrasa au sol. Rependant son matériel sur la surface de celle-ci.

Ça devrait faire l'affaire. Nous pouvons descendre.

Se laissant tomber sur le sol, l'agent vérifia de lui-même l'absence de présence dans le corridor avant de donner le feu vert. L'un après l'autre, ils descendirent. Laissant comme seul moyen de remonter, un câble trouvé sur le sol, solidement attaché au conduit menant vers l'extérieur.

Où sommes-nous ?

Image

Dans un niveau plutôt bien conservé, il faut croire...

Nous devons nous trouver dans la zone de recyclage des métaux. Outre son apparence rustique, c'est l'un des endroits les plus surs qui soient. Assez proche de la surface en cas de problème. Et "hors de portée" de la lave en profondeur.

Que pourrons-nous trouver ici ?

Si les quelques tableaux de bord ne sont pas hors services, l'on peut espérer avoir un rapport plus ou moins détaillé de l'état de l'arsenal à ce niveau-là. Savoir si le niveau inférieur est inondé par la lave. Mais rien de plus j'en ai bien peur.

Les données exploitées seront fiables ?

Je pense qu'elles seront en grands partis corrompus. Son état est alarmant... Et avec ce qu'il vient de se passer sur Sullust... Je ne donne pas chaire des niveaux inférieurs. L'on peut s'estimer heureux d'avoir un niveau viable pour le moment...

Nous pouvons faire des réparations mineures. Débloquer certains accès, mais sans plus. Nous n'avons que le strict minimum et nous ne savons pas ce qui peut nous attendre ici-bas.

Entendu faites votre travail. Nous nous chargerons de faire le nôtre.

Séparons-nous. Nous pourrons couvrir un champ d'action plus large. Restons quoiqu'il arrive en contact.

Affirmatif.

[i]Se retrouvant seule avec un ingénieur, l'agente laissa l'individu ouvrir la marche. Sur ses gardes prête à presser la gâchette, Ariès restait concentrée. L'atmosphère était pesante et lourde. Aucun moyen de s'accommoder de la chaleur ambiante. Le duo cessa sa marche lorsque l'impérial se retourna en direction de l'alien.


Que fait-on si l'on croise quelqu'un ?

Il n'y a aucune raison qu'une telle chose se produise.

,Mais si cela devait arriver ?

Et bien quelque soit la nature de la chose nous l'éliminerons.

Vous tueriez un survivant Sullustéen ?

Sans le moindre doute.
Notre mission est de faire un état détaillé de l'arsenal.
Pas de venir en secours à la population de Sullust. Ils ne sont donc pas notre priorité.
La raison du cataclysme produit ici nous est inconnue. Nous ne savons pas à quoi nous avons à faire. Une arme biologique ? Un virus ?
Qui peut le savoir.
En absence de réponses, nous devons considérer ces individus comme des individus dangereux et donc à éliminer.
Cessez de vos questions. Faites votre travail et laissez-moi faire le mien.
N'oubliez pas. La mission avant tout.


Oui... La mission avant tout.



Sujet mis au frigo jusqu'au 16 Décembre 2019. Dom[…]

Jour après jour, face au levant

Depuis l’immense caveau souterrain la forme qui s[…]

[Opération Zéphyr] Le Coup du Berger

Oseon n°2795 Capitaine, on signale que […]

Mourir pour ses rêves

Helera écouta les paroles porteuses de nouveauté.[…]

Le 1er Bureau

Après sa réponse, la Nagai expliqua le déroulé de[…]

http://i.imgur.com/QlcnS5K.png […]

Le Palais de Cendre

Ne vous embêtez pas à cacher la grille. Ils sa[…]

La fin du voyage

On lui avait montré la voie de la tanière, en éch[…]