L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Perdue au fin fond de la Bordure Extérieure, Mustafar est un monde cauchemardesque et volcanique, où la lumière du jour ne perce jamais. La République n'a même jamais envisagé d'intégrer cette minuscule planète à son territoire.
Contrôle : Côté Obscur
Avatar de l’utilisateur
By Vrad Kist
#36053
CT-01823 attendait les ordres en compagnie de l’Empereur et du Seigneur Jax au centre de commandement. Il ne savait pas trop quoi faire et il préférait attendre qu’on lui dise ce qu’il devait faire. Le Mandalorien avait déjà suffisamment fait d’erreur dans le protocole pour aujourd’hui. L’Empereur parlait avec un officier quand il s’adressa directement à CT-01823.

« Caporal... Vous venez de gagner une chance de perdre un de vos blâmes... Allez réquisitionner deux commandos pour vous accompagner à la forteresse. Vous serez largué sur le toit par une navette. Trouvez un moyen d'entrer, d'ouvrir la porte, et de vérifier la présence d'une garnison sur place. » L'Empereur croisa les bras.« Ne me décevez pas. »

CT-01823 salua respectueusement l’Empereur ainsi que le Seigneur Jax et il se dirigea dans le baraquement des StormTroopers. Le Mandalorien prit son équipement juste avant d’arriver au baraquement et son arme de service. Son fusil blaster E-11 qu’il avait obtenu depuis qu’il était rentré dans le corps des StormTroopers ainsi qu’une grenade explosive au cas où. CT-01823 se dirigea ensuite vers le baraquement des commandos Impériaux. A son arrivée au lieu de rassemblement des commandos un Lieutenant vient à sa rencontre. CT-01823 le salua conformément aux procédures militaires de l’Empire et il engagea la conversation.

« Caporal CT-01823 de la 501e, Lieutenant sur ordre de l’Empereur en personne je réquisitionne deux commandos afin d’investir le palais de Vador.

- Si c’est l’Empereur en personne qui le demande. »
Il se tourna et montra du doigt une dizaine de commando qui était en rang serré.« Voici mes meilleurs hommes Caporal chacun avec des compétences particulières.

- J’aurais besoin d’un slicer ainsi que d’un artilleur mon Lieutenant. »


Le Lieutenant ajusta son uniforme et désigna deux hommes. Il leur expliqua que le Caporal avait une mission confiée par l’Empereur et qu’ils devaient le suivre. Ce qu’ils firent sans poser de questions.

Image


CT-01823 se dirigea ensuite vers les plateformes d’atterrissage. Il traversa la plateforme où plusieurs chasseurs Tie étaient arrimés avant d’arriver devant plusieurs navettes. Là il demanda à un pilote d’une Navette Sentinelle qui se dirigeait vers son vaisseau de le débarquer avec ses hommes au sommet du palais de Vador. Le pilote commença à se poser des questions mais quand le Mandalorien signala au pilote que c’était l’Empereur en personne qui avait donné cet ordre il alla s’installer aussitôt au poste de pilotage. CT-01823 monta par la rampe d’accès et les deux commandos avec lui firent de même.

La navette pris son envol et au bout de quelques minutes de vol elle arriva juste au-dessus du palais. CT-01823 fit signe au pilote de rester en vol stationnaire afin que le petit groupe puisse descendre en rappel de la navette. CT-01823 ouvrit la porte d’accès et accrocha son câble d’acier de sa ceinture à l’anneau à côté de la porte. Il fit signe aux deux commandos de le suivre et ils descendirent l’un après l’autre sur le sommet du bâtiment. CT-01823 fut le premier à poser le pied sur le toit du palais de Vador. Il se devait de ne pas décevoir l’Empereur. Il prit son arme et il chercha un moyen d’accéder à l’intérieur du bâtiment grâce à des conduites de ventilation. Il découvrit une trappe à l’extrémité nord du toit. Il l’ouvrit facilement grâce l’aide des deux commandos.


« J’y vais le premier vous me suivez derrière. »

CT-01823 accrocha un nouveau câble d’acier pour descendre par la trappe de ventilation et surtout afin de pouvoir ce replié si la situation l’exigeait, mais le Mandalorien devait tout faire pour mener à bien cette mission s’il voulait prouver à l’Empereur qu’il était capable d’effectuer ce genre d’opération. CT-01823 rentra dans le conduit et au bout d’un long moment à marcher recourbé sur lui-même il se retrouva au-dessus d’une salle avec deux gros ventilateurs. Il avait trouvé la salle de ventilation du palais. Il frappa avec ses bottes la grille qui bloquait l’accès à cette salle. Il fut suivi par les deux commandos et il demanda au slicer d’essayer de pirater et de dénicher des informations sur ce lieu. Pendant ce temps-là il avait ordonné à l’artilleur de sécuriser la salle et surtout de mettre en place des pièges au cas ou, s’il devait fuir rapidement de la zone afin de couvrir leur point de retraite.
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#36236
Slicer, et Artilleur. Les commandos sortirent du rang, similaires dans leur armure, leur casque, leur ceinture. Ce qui les différenciait déjà, c'était leur position respective. Le premier, courbé, ses doigts farfouillant l'air en coups vifs. Le second, le dos droit, les bras ballants et secs, taillés dans le grès. « Je vais chercher mon terminal d'accès. » Et l'Artilleur, sans mouvement de la tête, autre qu'un détour mécanique pour regarder CT comme une machine, à annoncer froidement : « Je vais à l'armurerie. » L'autorité, c'était acquis. Pas inné. CT serait respecté sur une base : sa valeur au combat. L'équipement du Caporal n'échappait à personne : c'était un StromTrooper. Un simplet des basses couches académiques des StormCorps. Il dirigeait des Commandos. En sortie d'usine, ces gaillards, même moins gradés, valaient plus que certains sous-officiers de la branche de CT. Ils obéiraient. Mais ils ne manqueraient pas de montrer qui, selon eux, porteraient la mission.

Le Slicer s'équipa d'un fusil E-11 classique, son bras en revanche s'était chargé d'un terminal complet, avec trois bases connectiques qui pointaient vers l'avant de son poignet. Les fils se tiraient sur un mètre, et se rétractaient sur ressort, comme un fil d'aspirateur. L'artilleur avait sobrement choisi un DLT-19, un cutter à fusion qui battait sa cuisse et une bandoulière de grenades et de cartouches de munitions. Il allait jouer la mule pour le trio, semblait-il. « Une navette affrétée pour nous ? Quelle chance. » Le trio grimpa sans mot dire. Les plate-formes installées étaient déjà déménagées. Il ne restait maintenant plus grand chose, et vite, les 8 en permabéton posés sur le sol irrégulier allaient se pousser un kilomètre plus loin. « Les bâtiments impériaux ont souvent des conduites d'accès par le toit. » Et de là, classique : descente en rappel, longer quelques passes d'accès pour les services de maintenance, jusqu'à trouver un accès qui suffise. « Restez en arrière. » Le cutter grilla le métal qui soudait l'accès, chacun prenant leur temps. Au-dessus d'eux, les moteurs jumelés de TIE crièrent dans l'horizon, entourant le Palais pour en faire une reconnaissance suffisante. « Encore une mission bizarre... - Ca ne vaudrait jamais celle de Sluis Van, pas vrai ? »

L'accès ouvert, le trio partit billes en tête, l'Artilleur ouvrant la marche, alors que le Pirate la fermait. Dans ce couloir ventilé, l'odeur dégagée évoquant le moisi et la charogne. Ce qui décrédibilisait la fonction d'un tel système, conçu pour évacuer l'humidité - surtout en tenant compte des filtres odorants des casques de chacun. C'est quand le Slicer fit remarquer que l'humidité sur une planète volcanique était anormale que chacun commença de se demander : qu'est-ce que c'était ce bordel. « Là ! Une sortie. » Une grille au sol. Il frappa de son talon une fois... Deux fois... Il sortit son cutter, découpa quelques portions, et redonna un grand coup... Clac ! La grille tomba au sol cinq mètres en contrebas. On sortit trois pointes de rappel, on les souda au sol de la conduite, et on passa un noeud pour une corde. Chacun avait un grappin à disposition dans sa ceinture. Mais les pignons eux, étaient tous utilisés. Il faudrait se dire qu'ils n'avaient qu'une sortie assurée avec ça...

« On dirait une salle des ventilations... » La VMC du château complet. Le sol était grillagé, laissant voir un vide infini plongé en abysses sous leurs bottes. Des tuyères en tout genre couvraient les parois de ce vide infernal, certaines couvertes de buée, d'autres en pleine action de réfraction. Des conduites d'eau ? Ou de procédés de temporisation thermique pour des moteurs ou des générateurs. La chaleur naturelle de la planète rendait aussi la production énergétique thermique très facile. L'Artilleur fit le tour du petit complexe, assez massif s'il en était vu la fonction primaire qu'il tenait. Il distingua deux entrées possibles, deux portes se faisant face de part et d'autre de la pièce. « Je posé une claymore sur la sortie Sud. » Le Slicer, lui, tentait de se connecter au seul terminal disponible. Il pianota sur son clavier un certain temps, patientant entre chaque séance de clics sur ses boutons. Finalement, il obtint un plan holographique. « Fichtre... il ne concerne que les parties ventilation. » Quelques accès de part et d'autre. Il siffla derrière son casque, et envisagea même de l'enlever pour s'essuyer le front, avant de le remettre. « Bon... à voir les circuits de refroidissement qui converge vers cette position... » Il désigna un gros cube vide dans le Palais, « ... ça doit être la salle des générateurs. » Mais aucun trajet à en tirer. Les circuits de ventilation ne seraient pas aussi pratiques. « Et j'ai deux grosses tuyères à chaleur qui montent de sous le château. » On le voyait bien : deux énormes cylindres qui avaient le triple de la taille du palais, plongeant au-delà du plan holographique. « Bon. Je suggère qu'on parte et qu'on passe les portes, jusqu'à ce point là... » Ce point là, c'était encore un gros cube vide, devant les portes d'entrée. « Ca ressemble à un Hall. De là on pourra certainement actionner les portes et s'orienter au poste de sécurité. »

On fit feu. Un droïde s'écrasa en piqué sur le sol métallique. Le photorécepteur rouge mourrut sous leurs yeux. « Des droïdes-rats qu'on les appelle. Les Destroyers en ont plein les coursives pour vérifier les anomalies... et les intrusions. » Un petit objet volant, sans arme apparente, mais avec une grosse antenne sur le haut. « Quoi qu'il se cache ici... Ca sait qu'on est là. »
Avatar de l’utilisateur
By Vrad Kist
#36327
CT-01823 était accompagné de deux commandos Impériaux pour cette mission. Ils devaient investir le Palais de Vador sur Mustafar. Tous les trois avaient réussi à pénétrer dans ce bâtiment et ils s’étaient infiltrés en passant par le toit. Ils étaient arrivés dans une salle de ventilation grâce au commando artilleur et son cutter laser. Au bout de quelques secondes les soldats avaient déjà fait un repérage tactique des lieux. Le Slicer avait commencé à pirater un terminal de données tandis que l’Artilleur avait sécurisé la salle en y plaçant une claymore sur l’entrée sud. CT attendait le retour du Slicer en montant la garde et au bout de que minute il lui montra ce qu’il avait trouvé.


Image



C’était un plan du Palais mais il ne concernait que la ventilation. Le Slicer expliqua à CT que le plus simple serait de se diriger vers le Hall qui se trouvait au centre du Palais. A cet endroit des consoles d’accès permettraient au Slicer de pirater un terminal et ouvrir les portes principales afin que les troupes de la 501e puissent pénétrer dans le Palais et ainsi en prendre le contrôle. C’était la mission qui avait été confié à CT-01823 par l’Empereur en personne et le jeune homme n’avait pas le droit d’échouer. Soudain des coups de feu retentirent dans la salle. CT vit que l’Artilleur avait détruit un droïde souris, malheureusement cela signifiait que le petit groupe de soldats avait été repérer et qu’il devait absolument se déplacer.

« Bon on a plus le choix les gars, on dégage d’ici et on suit les recommandations du Slicer, vous avez des noms, moi c’est CT-01823 mais appelez-moi CT. »

CT attendait la réponse de ses hommes. Il cacha la grille qu’ils avaient enfoncée pour entrer dans la salle afin que les ennemis ne sachent pas d’où ils arrivaient et il reprit les câbles qui leur avaient servi pour descendre dans la salle. Il fit le tour de la salle et tout avait l’air propre, seule une étude approfondie de la pièce aurait pu déceler que des intrus avaient investi le Palais. Puis le Mandalorien fit signe à ses hommes de le suivre et ils sortirent par la porte nord. CT prit la tête des opérations et grâce à la carte que le Slicer lui avait donnée, il essaya de se repérer dans ce dédale de couloirs. Le petit groupe de soldat s’infiltra dans le bâtiment en passant par les coursives de maintenance. Ils ne rencontrèrent personne ce qui fut le plus surprenant vu le message reçut quelques heures plus tôt au centre de commandement.

Les trois hommes continuèrent leur chemin dans les dédales des couloirs qui se ressemblaient tous plus ou moins. Le Mandalorien continuait à essayer de se repérer quand soudain il entendit de bruit de pas. Il fit signe avec son poing en le fermant à ses hommes de s’arrêter. Il regarda autour de lui et il vit une porte sur sa droite. Les bruits de pas se rapprochaient de plus en plus et il fit signe à ses hommes de rentrer dans la pièce qu’il avait vue.


« Bon la suite va être compliquée si quelqu’un de vous à une idée je suis preneur. »

CT attendait de voir si l’un de ses commandos avait une idée. Les bruits de pas se faisaient de plus en plus pressants. Le Mandalorien n’arrivait pas à décerner si c’était des pas de robots ou de soldat mais il était presque sûr qu’ils étaient au moins une dizaine. Tandis que de son côté il n’était que trois, mais le plus important était qu’il ne devait pas se faire repérer et ce n’est pas en tuant tout le monde que leur mission allait être un succès.
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#36378
« Ne vous embêtez pas à cacher la grille. Ils sauront d'où on vient. » Un commando s'infiltrait sans laisser une seule trace. Mais face à un autre commando formé à l'école de Carida, un autre Commando formé à l'Académie du Nord laissait des traces aussi visibles qu'étaient des pattes de Rontho sur une plage mouillée pour un chasseur Tusken. « Vous avez des noms, moi c'est CT-01823 mais appelez-moi CT. » Les deux rangèrent leurs affaires, s'observant un moment sans rien dire. « Moi c'est Slicer. - Mais c'est Artilleur. » Le premier rangea les câbles de son pad, avant de déployer la crosse de son fusil, et de l'épauler. Il se préparait à un affrontement, depuis que le droïde était tombé sur eux. « Appelez-nous Sly et Arty. Si ça vous chante. » Ricanement de l'Artilleur. Arty. Pourquoi pas après tout. Pour la mission au moins.

Battant les grilles au sol, le trio se dirigea, rapidement mais en totale maîtrise de leur environnement, vers la seule voie d'accès qui s'offrait à eux. Les Claymores posées, la discrétion mourrait dès que retentirait le premier colis laissé au sol, en attente des imprudents qui chercheraient à qui appartenait les armures croisées dans les hololentilles du droïde fouineur. Traverser les contrôles de l'endroit était facile, mais angoissant. Les vapeurs de condensation, de relâchement de la pression des tuyères donnait sous leur pied un lit de brouillard qui leur couvrait la vue sur une hauteur de trois mètres, et les obligeaient à avancer avec des filtres thermiques pour distinguer leurs trois silhouettes. Arty en tête, Sly en fermeture, tous trois dans leur élément le plus total. Ils avançaient genoux pliés, fusil à l'épaule, l'oeil vif et la bouche sèche, mais leur allure ne faiblissait pas, et leur coeur continuait à battre au rythme d'une respiration lente et silencieuse.

Ils finirent par quitter les grillages sales et les jets vaporeux pour un couloir en dur, mais encore très fonctionnel. Des lumières aux murs éclairaient les passes d'un halo blanc blafard, des câbles pendant des hauteurs, accrochés par des pontets enfoncés au pneumatique, comme dans une base souterraine récente. L'endroit ne se prêtait guère à la visite des officiers ou du maître des lieux, pour autant que ce dernier ait un intérêt à imposer du décorum dans des endroits aussi triviaux de son Palais.

Le sol en dur eut le loisir de les prévenir d'une arrivée. Le caporal leur fit signe d'investir une pièce adjacente. Leur simple approche suffit à la faire coulisser rapidement, dans un bruit caractéristique. Les deux commandos espéraient juste que le bruit ne serait pas détecté... Finalement, la porte se ferma. Sly ouvrit le boîtier de commande et écrasa une résistance de son poing. Une gerbe d'étincelles vint lui piquer les doigts, et la porte resta sourde. Le métal était épais et froid. Mais on entendit distinctement ce qui passait. Chacun d'eux avait entendu les mêmes, dans ses garnisons.

Le passage d'un peloton. « Bon la suite va être compliquée si quelqu'un de vous à une idée je suis preneur. » Sly et Arty se fixèrent. « Pourquoi parler aussi vite ? Vous avez peur de manquer de temps ? » Le Caporal parlait d'une traite, comme s'il devait placer des mots en enfilade, sans pause. C'était étrange. « Ils sont trop nombreux. Même en rusant ils finiraient par nous avoir. » Arty semblait aussi pessimiste en secouant sa tête. « Et ça, c'est juste pour vérifier si personne ne s'est infiltré... S'ils peuvent envoyer un peloton complet pour un incident aussi banal, c'est qu'il y a une sacrée réserve aux étages inférieurs. » Sly reprit le plan 3D du Palais et suivit du doigt son trajet précédent. « Si on arrive à passer les baraquements qui se tiennent devant nous, on atteindra des ensembles de pièces avec suffisamment de caches pour passer inaperçus. » Cela demandrait de l'adresse et de la célérité. « Dans dix minutes ils seront dans la salle de ventilation. Tes Claymores vont déclencher l'alerte. On doit passer dans ce laps. »

Pari tenu ? « Je réactive la porte... » Remplacer une résistance se faisait avec un fil en rab. Mais pour une opération seulement. La résistance absorbait une énergie trop grande. Sans résistant, l'énergie serait déchaînée... La porte chuinta, et laissa le trio passer. Rien ne put la fermer derrière eux. « Pas un bruit ! Surtout. On passe dans les zones d'ombre, et on neutralise à la vibrodague. » Arty acquiesça, et rangea son fusil en bandoulière, sortant à la place une lame effrayante d'un métal bleuté, qui avait l'air de couper. Sly sortit de son côté un styletto, fin et élancé, genre de pic à glace qui avait du connaître plus de carotides que de bloc froid pour le martini. « On vous suit, Caporal. »

Ensemble des Forces Militaires localisés : […]

[Delchon] Anéanti

Ambiance Félonie ? Que nenni, elle était la […]

Lex est quod notamus

:r2d2bd: Moderation Rendili avait la main lo[…]

Appelons ça une divergence d'opinion !

A la remarque sur les Jedi, Helera esquissa un so[…]

https://luxurystylecentral.com/wp-conten[…]

https://www.fanactu.com/medias/star-[…]

Linkin Park - Rebellion Alayna resta quelqu[…]

Comme la vilaine petite fille qu’elle était, les […]