L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Ilum, planète glacée située dans les régions inconnues . Ses cavernes millénaires abritent de précieux cristaux nécessaires à la construction du sabre laser, l'arme du Jedi. Ces cristaux ont la particularité de colorer la lame d'un bleu ou d'un vert très pur.
Contrôle : Ordre Jedi
#36904
    Si Helera ne connaissait pas An’ya Kuro, alors c’est que cette dernière avait bien fait son boulot et cette pensée déclencha un léger sourire sur le visage de la Jedi, difficile de penser que Kuro y verrait la moindre consolation, mais bon.

      - Ca ne m’étonne pas. J’ai pu en voir un bon exemple. Une raison précise t’as poussée à te diriger dans cette voie plus particulièrement qu’une autre ?

    La manipulation de l’énergie et de la matière, c’était un pouvoir dangereux mais puissant, elle avait pu le voir au gré des anciennes archives Jedi, ce qu’avait pu montrer Helera bien plus tôt ressemblait furieusement à du Tutaminis, un pouvoir que la Force donnait, permettant d’absorber l’énergie, ce qui était étrange c’est qu’il semblait avoir des effets sur son corps, une particularité que la Jedi n’avait lu nulle part jusque là. Etait-ce parce que Helera ne maîtrisait pas totalement la capacité ?

    A la question qu’Hayley avait posé concernant la discrétion, Helera répondit à côté, ce qu’Hayley interpréta comme quelque chose de volontaire. Un discours étrange, qui fit froncer les sourcils à Hayley, ce n’était pas une mauvaise réflexion, pour autant elle doutait que devenir une martyre puisse faire avancer quelque cause que ce soit. En tout cas pas celle d’Hayley :

      - Pour ma part je ne le recherche pas vraiment, mais l’affrontement est parfois nécessaire. Et je pense que Maître Skywalker serait d’accord avec moi. Je sais bien que tu apprécie moins les Jedi de notre génération que ceux d’avant, nous ne sommes pourtant que le résultat de ce que la Guerre Civile Galactique a fait de nous. Et peut-être sommes-nous plus violents.

    C’était certainement le cas, elle avait pu aborder la question avec Luke, il lui avait partagé son point de vue sur la question, apaisant les doutes de la corellienne.

      - Mais les Jedi du passé ont échoué et c’est nous qui avons dû récupérer la lourde tâche de transmettre leur héritage. Sans leur échec pas d’Empire et pas de Guerre Civile Galactique. Nous avons dû évoluer tout en nous inspirant d’eux. Si je te dis tout ça, c’est parce que nous avons jadis eût une conversation sur la place des Jedi dans la galaxie et je n’avais su répondre de manière satisfaisante à cette discussion, maintenant j’ai trouvé la réponse.

    Et même si elle ne venait pas d’elle, elle l’avait accepté, la faisant sienne.

      - Tu n’as pas à prendre sur toi tout le poids de cette galaxie. Tu n’as pas à subir la haine et les quolibets de tous, Helera.

    Et ce faisant, elle avança prudemment sa main, la posant tout aussi lentement mais dans un geste qu’elle voulait réconfortant sur l’épaule de l’ex-Grise. Ses yeux se posèrent sur le sol, elle avait du mal à assumer un tel contact avec Helera, elle n’avait de toute façon pas pour habitude de toucher les gens quand elle pouvait l’éviter.

      - Tu n’as pas à être un martyr.

    Elle n’avait toujours pas relevée la tête, mais n’avait pas déplacée sa main, elle n’arrivait tout simplement pas à accepter l’idée de pouvoir croiser le regard de la kuati. Elle reprit, d’une voix hésitante :

      - Tu sais si… si jamais…

    Elle inspira à fond.

      - Si jamais toi et les tiens avez des soucis, dans l’Empire, et que vous avez besoin d’aide, tu peux faire appel à moi. Les choses vont changer chez les Jedi et de toute façon chez les Verts on pourra toujours faire une place si vous êtes menacés. ‘fin…

    Elle se reprit, retirant sa main et se redressant un peu, essayant de prendre un air plus digne :

      - Je sais que tu sais bien te débrouiller, t’es une grande fille, mais bon, hein, voilà. Je voulais que tu le saches. Au cas où. Ok ?

    Pas besoin de s’étendre là dessus non plus, hein. De toute façon Helera avait d’autres amis, et des sûrement plus haut placés que la pauvre Jedi Corellienne. Mais elle avait rencontré Harlon et elle avait senti une certaine hostilité à son encontre lorsqu’elle faisait resurgir sa nature de sensitive, de là à songer qu’il avait généralisé cette hostilité il n’y avait qu’un pas, qu’elle était prête à franchir. Helera s’était relevée, se dirigeant vers l’un des murs où avait été taillé des représentations contant quelques traditions Jedi, Hayley la regardait faire, son index gauche continuant à caresser le museau du bébé nexu ce que ce dernier lui fit regretter, mordillant son doigt. Elle lui lança un regard furibond qui ne dura pas trop longtemps vu comme la créature était mignonne. C’est alors qu’Helera fit allusion à Tython.

      - Tython ? C’est une légende.

    Elle haussa les épaules à son tour.

      - Et quand bien même elle existerait, elle est peut-être déjà occupée par l’Empire sans qu’on le sache ? Ou même dans le territoire impérial ? C’est déjà le cas de certaines de nos anciennes planètes et c’est pour cette raison que nous n’y allons plus.

    Elle resta interdite. Tython pouvait peut-être exister, mais pouvait-elle apporter quoi que ce soit aux Jedi ? C’était un symbole, certes. Et là où était né leur ordre. Cependant… Non, retrouver Tython était important, ce n’était peut-être qu’un symbole, mais c’était un bon symbole et le Conseil serait heureux d’une telle découverte, elle en était certaine.

      - Pourquoi ne pas avoir déjà essayé de la retrouver par tes propres moyens, sans les Jedi ?
#36938
« La Force m’y a guidé. J’ai vu les flux très tôt et je m’y suis intéressée, par avidité de connaissance. »

Rien de très extraordinaire en soit, puisque ce n’était qu’un pan de la Force. L’apprentissage de cette partie avait éludé tous les autres. Une spécialisation, en soi. La conversation continua et se dirigea lentement vers le rôle des Jedi, sujet sur lequel elle n’avait pas envie de s’attarder, tant le sol glissant aurai tôt fait de l’envoyer valser. C’était cependant le genre de questionnement qu’elle avait pu se poser des années durant, comprendre pourquoi elle ne serait jamais une Jedi et pourquoi les Jedi n’étaient pas ce qu’ils devaient être.

« Je n’ai jamais établi de classement de préférence entre les Jedi de l’ancien et le nouvel ordre. Ils sont ce qu’ils sont, point. J’ai été formée par une Jedi de l’ancien monde, mais j’ai vécu dans le nouveau. Les choix que vous faites-vous appartiennent et je ne juge pas. Le miens en revanche, c’est d’éviter le combat, à tout prix. »

Elle avait parlé d’une voix calme et sereine, mais la dernière phrase avait laissé présagé une tristesse enfouit, qui résonnait d’un passé douloureux.

« Mais tout comme les Jedi de l’ancien temps, j’ai fait la guerre. Tout comme l’ancien soldat, je n’aspire qu’à la paix, c’est tout. »

Voir des choses, les vivres, c’était encore différent que de les imaginer. Un discours, c’était de l’émotion, c’était des tournures des phrases qui véhiculaient des sensations. Le vivre, c’était devoir lutter avec ces sensations, à chaque instant. L’odeur du sang, les cris de ses comparses qui se faisaient déchiqueter par le feu. La vision troublée par la chaleur dégagée par des flammes béantes qui léchaient son corps meurtri, provoquant au plus profond de son derme, une douleur homogène et horriblement efficace. En fin de compte, l’impuissance était le plus douloureux poison. La haine, la colère, la paix et toutes ces conneries n’avaient plus cours. Il n’y avait plus de concepts philosophiques, plus de beaux parleurs. Juste la douleur, soi et la mort. Alors Helera était devenue cet espèce d’ermite, ne vivant pas pour les Jedi mais acceptant leurs préceptes, tolérant les Sith, sur son territoire et sur la galaxie. Mais aspirant à une paix profonde et largement méritée.

« Ce n’est pas moi qui ai placé ce fardeau sur mes épaules. »

Lui répondit-elle, cette fois en plantant son regard bleu dans le sien. Un sourire triste se dessinant sur le côté de son visage, les yeux à la limite de la compassion qui cherchaient à taire tous sujets là-dessus. Car Hayley, tout comme Helera, savait qui avait placé des rumeurs sur elle, qui l’avaient traqué et qui avait monté une réputation. La Sith qui côtoyait les Jedi. L’inquisitrice infiltrée sur Coruscant. La Sith qui avait provoqué la séparation de Kuat. La dangerosité de la Sith repentie et de son ordre décadent, etc. Toute une série de nom donné par autant d’acteurs galactiques qui avaient simplement oublié une seule chose. Peut-être la plus importante et la plus fondamentale. Lui parler et l’écouter. Car dans tous les acteurs de la galaxie, certains avaient essayés, et tous étaient devenus ses amis. Helera était bien des choses, mais l’étiquette de traîtresse qu’on lui avait collée était sans doute la plus éloignée de la réalité.

« Ton offre t’honore, Hayley. »

Sur ces mots, elle pianota sur les quelques boutons de son com de poignet et envoya le message sur le récepteur de la Jedi.

« Ce sont les coordonnées de Nelvaan. Mais ne t’en approche sous aucun prétexte. L’empire surveille tout. Quand je ne serai plus apte à protéger ma planète et que ma vie sera en danger, tu auras une très petite fenêtre d’action pour sauver les Nelvaaniens. Avant ce moment, oublie tout cela et je le répète, ne t’approche sous aucun prétexte de l’empire. »

Dans sa phrase, il n’y avait pas de condition, pas de « si », juste une notion temporelle. Tôt ou tard, l’empereur se lasserait d’elle et de son peuple de sauvages. Et quand il en aura envie, la vitrification débutera. Les forces Nelvanniennes tiendront un temps, mais … Il ne fallait pas se leurrer, leur survie n’était comptabilisée qu’en minute. Suite à cela, elle s’était levée pour se rapprocher des fresques Jedi, laissant impoliment la Jedi dos à elle.

« Si Tython était occupée par l’empire, je le saurai. »

Peut-être pas, voire surement pas. Mais elle en avait du moins l’intime conviction. C’était la seule preuve qu’elle pouvait donner pour justifier de son utilité dans l’empire d’Astellan. La dernière question eut au moins l’avantage d’interloquée la reine, qui se retourna lentement, laissant encore une main machinalement sur le mur.

« Pourquoi me serais-je accaparée le sanctuaire des Jedi ? Il appartient à votre histoire et il est de votre devoir de le récupérer. »

Un devoir, et non un droit. Les Jedi devaient autant se battre pour leur survie que les Sith pour la leur. Car bientôt, il serait tant de faire front commun, pour un temps, face à un ennemi qui avait trouvé le moyen de détruire la Force. Hayley avait pu en avoir un avant-goût et Helera était restée avare sur ce sujet, pour ne pas alerter. Mais elle comptait bien tenter de trouver une contre mesure aux plans d’extermination de l’empereur. De plus, elle devait assurer la protection de son peuple. A n’importe quel prix.

« Si tu ne veux pas te lancer dans cette expédition, un autre Jedi devra en prendre la responsabilité. Je pense très sincèrement que c’est une question de survie et la présence d’un sanctuaire caché à la vue de tous serait peut-être la meilleure protection que je puisse vous fournir. »
#36951
      - Cette offre a seulement pour but de te sauver toi et ceux qui sont sous ta responsabilité.

    Éviter une Purge comme celle que les Jedi avaient connu à Helera serait une bonne chose, même si ça aurait pu aider la Louve à comprendre un tant soit peu ce qu’ils avaient pu subir par le passé et pourquoi ils étaient devenus ce qu’ils étaient. Encore qu’Hayley se doutait qu’elle avait dû subir son lot d’épreuves.

      - Vous ne méritez pas de finir réduit en cendres juste parce qu’une sorte de psychopathe l’aura décidé. Personne ne le mérite.

    Elle enregistra les coordonnées, elle s’occuperait de les crypter quand le moment se révélerait plus propice à ça.

      - Je ne me tiens pas autant au courant que ce que je devrais, surtout concernant l’Empire.

    Triste à dire, mais elle avait déjà pas mal à faire de son côté, toujours à chasser les ombres, à la recherche d’une info sur les Sith et même si on occultait cela, il y avait les problèmes inhérents à la Nouvelle République, à Corellia, au Nouvel Ordre Jedi, aux Verts…

      - Ce que je veux dire c’est que je n’ai pas de réseau d’espionnage. Si ce moment arrive, tu devras me prévenir, Helera. Ca implique que tu puisses anticiper ce moment. Tu t’en sens capable ?

    Harlon semblait plutôt imprévisible et il l’avait prouvé à de nombreuses reprises. Par ailleurs, elle se demandait bien comment elle pourrait faire pour évacuer toute une population planétaire en si peu de temps, proposer son aide était une chose mais elle n’était pas sûre de pouvoir assumer. Elle écarta cette idée, se faisant la réflexion que si besoin était elle pourrait certainement compter sur des anciens de l’Alliance Rebelle. La Nouvelle République ne serait pas fâchée d’accueillir la preuve vivante de la brutalité de l’Empire. Certes cela ravalerait Helera et son peuple au rang d’objet politique mais si cela leur permettait d’être sauvés alors…

    Elle quitta ses réflexions, reprenant la conversation concernant Tython :

      - Si ton Empereur se méfie de toi, il ne te donnerait pas les coordonnées de Tython, pas en sachant ce que cette planète représente, pas en réalisant combien celle-ci peut être liée à la Force. Tu serais certainement la dernière au courant.

    Courte pause.

      - Ce qui m’amène à me demander pourquoi il te garde à ses côtés, tu représentes une part de ceux qu’il semble le plus haïr. T’étudierais-t-il ?

    Elle la fixait du regard :

      - Et si tu sais qu’inéluctablement il s’en prendra à toi, pourquoi ne pas partir pendant qu’il en est encore temps ? Tu sais que ça va mal finir mais tu restes. Pourquoi ?

    Rester s’il n’y avait qu’elle dans la balance, pourquoi pas, elle pouvait le concevoir, elle avait déjà elle-même fait l’épreuve de ce genre de situations, mais il n’y avait pas qu’elle en jeu, il y avait les Nelvaaniens dont elle était reine, par conséquent la responsabilité du bien de son peuple lui incombait. Ce n’était pas rien. D’un autre côté abandonner la planète qui les avait vu naître…

      - Et qui nous dit qu’ils te suivraient loin de la planète qui les ont vu naître, le berceau de leur culture, de toute manière ?

    Elle haussa les épaules, elle n’abandonnerait pas Corellia dans la même situation mais elle savait que Corellia ne disposait pas exactement des mêmes ressources, de ce qu’elle avait entendu Nelvaan était une planète encore bien primale par bien des aspects, elle doutait que cette dernière puisse autant mobiliser pour sa défense que la scintillante Corellia. Elle revint sur Tython :

      - Tu aurais très bien pu y abriter les tiens, justement. Tython n’est qu’une planète pour toi, mais une planète aux coordonnées oubliés de tous, de quoi dissimuler les tiens. Et ce n’est qu’une des nombreuses raisons que j’aurais pu trouver à ta place pour prendre possession de l’endroit. Des tas de raisons auraient pu être louables dans le contexte.

    Vraiment, des fois, elle ne comprenait pas cette femme. C’était à se demander si la rationalité l’avait définitivement quitté. Ce qui n’aurait pas étonnée la Jedi.

      - Tython m’intéresse, mais ce n’est pas notre moment pour nous lancer là dedans, beaucoup trop de choses sont en mouvements à travers la Force et il est difficile de prédire l’avenir, je ne pense pas que s’engager dans une telle quête soit bien raisonnable alors que la galaxie semble en émoi. Et puis, nous ne sommes pas équipés pour un tel voyage. Je suis venue en chasseur alors que mon Havoc aurait été bien plus indiqué.

    Harlon miaula. Le petit nexu avait faim. Elle se pencha pour attraper son sac de voyage, y déballant quelques affaires pour finalement trouver des barres de nourriture recomposés qu’elle cassa en plusieurs morceaux pour les donner au petit nexu. Quant à elle, réalisant à quel point le combat l’avait fatiguée, elle arracha de son sac un sac de couchage qu’elle étala sur le sol à côté d’elle, non loin du feu. Pas spécialement disposée à bouger plus, elle finit par enlever ses bottes pour se glisser dans le sac, s’installant sur le ventre, la tête appuyée sur ses mains, observant Helera qui continuait à faire mumuse du côté des gravures. Puis finalement prit la décision de l’inviter :

      - Si tout comme moi tu es fatiguée, il y a de la place pour deux ici.

    Oui, elle parlait de son sac de couchage.

      - Rien de malhonnête, je le crains, je ne voudrais atteindre à la vertue de la noble Helera Kor’rial, mais la déperdition de chaleur dans ce genre d’environnement, c’est un vrai problème. Enfin, tu fais comme tu veux.
#36956
« Tu le sauras. D’une manière ou d’une autre. Fie toi à ton instinct, comme toujours. »

C’était là la seule promesse qu’elle pouvait lui donner. Elle n’aurait aucun moyen de la contacter à court ou long terme, car l’empereur était imprévisible et méthodique. Du moment où il aura décidé que leur vie ne vaut plus la peine, il n’y aura plus de possibilités pour eux de s’échapper. La reine continuait d’observer les gravures sur le mur, grattant la neige et faisant fondre le reste. Rainure après rainure, nettoyant précautionneusement le morceau de mur. Derrière, la Jedi continua de discuter, lançant quelques phrases qu’elle écouta d’une oreille distraite, bien qu’elle enregistrait chaque parole.

« Je suis tout ce qui lui manque. La Force. J’ai besoin de creuser, mais cet homme semble tout posséder, sauf cela. Et l’énergie qu’il déploie me porte à croire qu’il tentera quelque chose, d’une manière ou d’une autre. Le seul lien malléable qu’il a, c’est moi. »

Et la Force l’avait menée à cet homme, pour des raisons qu’elle seule semblait connaître. Des raisons qui lui échappaient encore et dont elle doutait récupérer le sens à temps. La reine termina d’ôter la neige sur la pointe du dessin d’un sabre laser, dont la poignée formait une étoile. Elle agita sa main pour y enlever le restant de givre et soupira lentement, exhalant de la vapeur d’eau condensée.

« Il est déjà trop tard pour moi. On ne part pas comme cela. Je n’abandonnerai pas maintenant. Si je n’ai aucune confiance en l’homme, je suis persuadée que sa volonté pour l’empire reste honnête. Et l’empire, a besoin de sa part sensitive. L’équilibre en dépend. »

En d’autre terme, elle n’abandonnerait pas les impériaux, même s’ils étaient odieux avec tout le monde.

« Tython n’est pas une colonie. C’est un sanctuaire Jedi et il devra le rester. Cette option, je ne la prendrai qu’en dernier recours. »

La piété de la reine était assez marquante que des années auparavant, on la voyait bafouer tous les préceptes d’à peu près tous les ordres. Sauf du siens, évidemment. La cheffe des Gris n’était définitivement plus, remplacée par une femme plus sage, croyante et armée de la volonté la plus inébranlable de la galaxie. Peut-être même était-elle encore plus dévouée à la cause que les Jedi l’étaient actuellement. Peut-être était-elle la représentation la plus parfaite de la croyance, poussée à son paroxysme, vers une bêtise qui lui couterait la vie. Oh oui, elle en avait conscience et savait que tout ne tournait pas rond. Mais … Elle l’avait vu. Elle, la Grande Mère, la représentation de la Force. La Mère de tout. Et son contact l’avait bouleversée à jamais. Elle avait su dès lors que son allégeance n’irait plus jamais à personne d’autre qu’Elle.

Quand elle entendit les bruissements du plastique froissé derrière elle, la reine venait de terminer son œuvre. Helera recula d’un pas et croisa les bras, observant la scène, montrant un Jedi, sabre laser tendu au haut de la colline, illuminant de sa lumière les peuples en contre bas. Les couleurs avaient disparu, mais il restait une forme de solennité dans cette fresque, et une signification qui ne cessait pas d’illuminer son esprit. Après une dernière expiration, elle se retourna, contente de son œuvre et se rapprocha de la Jedi.

« Viens, ce n’est pas un endroit adéquat pour se reposer. »

C’était également un endroit religieux et on n’avait rien à y faire d’autres que s’en occuper ou méditer avec les esprits de la Force. Ainsi était sa pensée. Le respect était de mise. Elle attendit qu’elle refasse son bagage et l’emmena lentement en dehors, les bras croisés l’un sur l’autre, dans un silence religieux. Au dehors, la tempête faisait toujours rage, sur cette planète où rien ne semblait bouger, même des années plus tard. Le froid la transit et pénétra sa peau dénudée, éreintée par le combat passé. Mais cela n’arrêta pas la reine qui leva la main vers le ciel et tira d’un coup sec, faisant tomber instantanément le vent. Le froid avec lui devient plus supportable, pour qui était un sensitif aguerri. La reine mena sa comparse jusqu’à une colline et s’arrêta à la base. Elle pianota sur son poignet et de cette colline apparut une rampe.

« Rentre et installe-toi. J’arrive dans deux secondes, le temps de vérifier si rien n’a gelé. »

Précaution d’usage. Elle avait tout de même gardé le vaisseau en veille et n’avait rien éteint pour éviter ce genre de risque. La reine était habituée, cela se voyait.
#36959
    Lorsque Helera lui demanda de quitter cet endroit, mettant en cause ‘l’inadéquation du lieu pour le repos’ cela provoqua un roulements des yeux d’Hayley dans leurs orbites. Ce n’était pas la première fois qu’Helera attendait qu’un fait soit accompli pour revenir dessus, bien au contraire. Cette femme avait le don de l’agacer presque aussitôt après avoir réussi à l’émouvoir. Elle s’attela donc à ranger ses affaires, renfilant ses bottes et quittant le confort de son sac bien chaud. Si elle avait appris les raisons qui poussait Helera réagir de la sorte, elle aurait certainement renoncée à la suivre. Les temples Jedi étaient certes des lieux sacrés mais c’était également des lieux de vie, on y célébrait autant la Force qu’on y partageait des tranches de vie ensemble, c’était le cas auparavant, ça l’était toujours aujourd’hui. Ronchonnant quelque peu, elle entreprit de ranger son sac, récupérer Harlon pour le glisser dans son décolleté et se rhabiller totalement pour affronter le froid arctique à l’extérieur de cette enceinte. Son regard attiré par les flammes qui continuaient à crépiter lui donna une idée et elle tendit la main vers les flammes. Certes déjà bien fatiguée par les efforts déjà fournie, elle trouva en elle l’énergie nécessaire pour mobiliser la Force, sentant le fluide s’étirer hors de ses mains pour entourer les flammes afin de les ramener à elle, la faisant graviter au dessus de la paume de sa main. Malheureusement, la fatigue avait affecté sa façon de puiser dans la Force, empêchant la Jedi de tirer comme elle l’avait voulu dans son énergie résultant en une simple flammèche luttant difficilement contre le froid mais assurant son rôle de chauffage pour la Jedi. Il n’y avait plus de feu dans le temple d’Ilum et la lumière y était pourtant toujours diffusée par l’immense cristal kyber qui les dominait toutes deux. Hayley lança un regard un peu triste vers le cristal, manifestement plus touchée qu’elle ne l’aurait souhaitée par le fait de quitter les lieux. Usant de la Force, elle referma les volets, condamnant la pièce aux ténèbres, seulement éclairée par la flamme qu’elle tenait dans le creux de sa main. Au fond de son esprit, elle ne pût s’empêcher de voir cela comme un sombre présage, voire le reflet d’une situation propre aux Jedi. Elle était peut-être celle qui éteignait la lumière dans l’Ordre, non ?

    Elles quittèrent le temple et Hayley ferma le portail gelé derrière elles, comme le voulait la tradition. Comme lui avait appris son père. Le dernier Jedi doit refermer la porte, jusqu’au prochain passage d’un autre Jedi, elle mobilisa la Force, verrouillant de nouveau l’endroit grâce à celle-ci. Ce n’était pas dirigé contre Helera, ça n’avait rien à voir avec elle, mais elle songeait qu’après avoir pris un peu de repos, elle quitterait les lieux, elle savait qu’Helera était en droit de rouvrir et de pénétrer en ces lieux mais paradoxalement à son propre rapport au sacré, Hayley se sentait comme poussée à réagir de la sorte, par respect pour les anciens Jedi qui avaient foulé ce lieu avant elle. Elle soupira, un cri du coeur qui ne passa pas inaperçu alors que le vent avait disparu sous l’impulsion d’Helera. Puis la suivit jusqu’à une colline qui se révéla en fait être son vaisseau, acquiesçant à cette dernière quand elle lui proposa d’entrer.

    Elle grimpa la rampe, éteignant les flammes en refermant la main, pénétrant dans ce qui semblait être la soute du vaisseau tout en examinant d’un oeil circonspect l’endroit qui semblait pouvoir accueillir bon nombre d’hommes. Tirée de ses pensées par le miaulement de Harlon, elle repéra une échelle qu’elle prit, débouchant sur ce qui semblait être la pièce de vie du vaisseau, rassemblant tables, rangements et même un bar un peu au fond, déclenchant un petit commentaire de la part d’Hayley :

      - Eh ben… on s’refuse rien…

    Mais qui disait bar, disait alcool et donc moyen de se réchauffer. Elle déposa Harlon sur le sol après avoir refermé la trappe de l’échelle, voulant éviter que le petit nexu tombe dans la soute puis se dirigea à toute vitesse vers le bar, à la recherche d’une bonne bouteille, s’accroupissant pour fouiller.

      - Ouais… Ouais… Non, ça c’est de la merde… Oh ! Voilà !

    Pas gênée, elle se dégota une bouteille de rhum corellien dont la poussière sur le récipient autant que le fait qu’elle était quasi pleine lui indiqua qu’elle n’avait pas dû recevoir beaucoup de visite. Après avoir récupéré deux verres et avoir mis un bol d’eau à disposition de Harlon, elle s’aventura dans les coursives de l’appareil - qu’elle ne reconnaissait pas d’ailleurs - et finit par trouver une chambre qui semblait avoir accueilli de la vie récemment, eût égard au lit défait. Quelques secondes de réflexion lui suffirent pour décider qu’après tout, même si c’était certainement la chambre d’Helera, autant s’y installer au cas où Miss Louve voudrait continuer à parler. Elle balança son sac dans un coin, ôta ses bottes et se laissa tomber sur le lit double, ôtant son jean pour se glisser sous la couette, ventre contre le matelas, avec seulement sa culotte et son débardeur pour protéger sa pudeur (et surtout celle des autres). Elle tendit le bras vers la bouteille, l’ouvrant pour se verser un premier verre qu’elle s’enfila cul sec. La brûlure de l’alcool passa de sa bouche à sa gorge, le goût du rhum était doux amer, une saveur qu’elle appréciait particulièrement pour son réalisme poignant et parallèle à l’existence.

      - On ne se refuse rien, visiblement. On prépare quelque chose ? On veut fricoter avec l’ennemi ? Ce ne serait pas ton premier reniement après tout…

    L’Autre était là, assise, à la contempler tandis qu’Hayley se reversait un autre verre de rhum. Elle savait qu’elle ne devait pas l’encourage, elle le savait bien, mais l’alcool aidant, sa maîtrise d’elle-même retomba quelque peu, tout au contraire du majeur de sa main droite qui s’éleva seul à l’encontre de son phantasme.

    L’Autre répondit par un grand sourire avant de disparaître aussi vite qu’elle n’était apparue, laissant la Jedi songeuse. Si à l’origine elle était venue à Ilum pour se débarrasser d’elle, ou du moins de cette partie d’elle, elle n’avait pu mener les choses à bien du fait de la présence d’Helera, refusant qu’elle voit cette partie d’elle-même. Et puis elle se rendait compte qu’Ilum était bien mal choisie pour régler cette histoire. L’Autre était l’émanation du Côté Obscur, ce Côté Obscur qu’elle avait été incapable de contrôler, il était donc nécessaire de la faire sortir grâce à celui-ci. Ilum était un endroit pur et sacré, hors de question qu’elle le souille avec ses problèmes, elle ferait ça autre part.

    Songeuse, elle fût tirée de ses pensées par des bruits de pas sur une échelle, suivi d’un miaulement étouffé pour qu’enfin les bruits de pas reviennent vers elle. Elle se retourna, s’installant sur le dos, il n’était plus grand chose de la digne Jedi pour Helera, installée dans son lit en petite culotte, la dignité on pouvait l’oublier. Elle offrit un sourire à Helera :

      - On a du Rhum Corellien ! On va pouvoir se réchauffer un peu !

Utilisation de la Force
Pouvoirs :
  • Pyrokinésie - Pratiqué
#36967
La première inspection de la journée commença sous un temps toujours aussi glacial, bercé par les neiges éternelles de la planète. Quand Hayley fut enfin rentrée, elle laissa retomber le pouvoir, laissant au vent la place qui lui revenait. La Reine avait l’habitude de ce genre d’environnement et était assez familière avec le froid pour le considérer comme un atout. Les autres, incluant les équipements, n’étaient jamais de cet avis. Surtout pas son vaisseau qu’elle avait laissé fonctionner pour éviter le gel. Sous les assauts du vent, elle se fraya un chemin dans la neige de la coque, écartant par monceaux la masse de neige qui bloquait son passage. Sous ses pieds résonnait la coque de métal de son vaisseau tandis qu’elle se dirigeait vers les réacteurs principaux. Quand elle parcourut la centaine de mètre qui la séparait de l’arrière, elle se laissa tomber dans la neige comme une tige dans l’eau, mais se rattrapa sur le côté du réacteur avant de sombrer dans la crevasse. La reine resta accroché sur le bord du réacteur et approcha sa main vers l’arrière, essayant de sentir la chaleur. A peine fut-elle à proximité que déjà fut-elle gênée par l’énergie dégagée. Elle acquiesça et visualisa approximativement le second et réitéra l’expérience.

Cette fois cependant, peu de chaleur. Alors elle gratta dans la neige sous ledit réacteur jusqu’au panneau de contrôle. Après quelques diagnostics, elle comprit que le ventilateur était défectueux. Alors seule solution, aller dedans. Premièrement, elle éteint cette partie pour ne pas carboniser sur place. Deuxièmement, elle se faufila, respirant à grande bouffée avant de s’immerger dans le tuyau de métal. Allongée à même le tube, les dents serrées, les bras levée vers le commutateur, elle grogna quand elle constata que plus rien ne bougeait. Dans un noir relatif, seules les mains cherchaient et pianotaient pour comprendre. Evidemment, la glace avait commencé à se loger à l’intérieur et elle dû les retirer une par une, grattant avec ses doigts dénués d’ongles féminins. Au bout de plusieurs insultes, elle réussit à retirer l’essentiel et faire repartir le ventilateur. Mais dû à la charge accumulée lors de sa prise en glace, il la libéra d’un seul coup avant de totalement s’arrêter. Assez de temps pour qu’une des pales n’entailles la paume de sa main droite, envoyant avec plusieurs morceaux de glace. De nouveau, elle jura et sortit lentement du tube avant de relancer la machine, puis reprendre la route du vaisseau.

La reine était désormais couverte de crasse, principalement de cette huile séchée mélangé à la combustion. Bref, des particules noirâtres sur le corps et le visage, en plus de saigner de la main. Où trouver la corellienne ? Dans un bar. Ce fut le premier endroit où elle la chercha, mais non. Puis dans la cuisine ? Non plus. Helera haussa finalement les épaules conclut sur sa rencontre en temps et en heure. Aussi par-delà quelques coursives pénétra-t-elle dans sa chambre, accueillie par la Jedi dans son lit en train de débuter les hostilités avec la pauvre bouteille de Whisky. Helera esquissa un sourire et hocha négativement la tête. Pourtant elle n’arrêta pas son mouvement et se dirigea directement dans la salle de bain, suite parentale oblige. Elle glissa quand même une dernière indication avant de s’enfermer :

« Tu as le thermostat dans la pièce, si jamais. »

Car oui, la reine ne dépassait jamais la température de 15 °C, dans tout le vaisseau et tout le temps. Le chaud l’endormait, l’empêchait de réfléchir correctement. Elle jeta un coup d’œil à son reflet, constatant que sa peau normalement pâle était recouverte de cette petite poussière. Ni une, ni deux, elle jeta dans un coin de la pièce ses affaires, dont les gants qui ne lui servaient plus à rien. Puis, directement la douche, nettoyage de sa main et récurage de la poussière intempestive. Une fois terminée, ce qui ne dura pas très longtemps, elle réapparut dans la chambre, une serviette autour de la taille, sans un regard à la Jedi, pour chercher quelques affaires dans son armoire, puis disparut de nouveau. Encore un bon couple de minute avant d’être enfin présentable. Les cheveux tirés en arrière en une queue de cheval, un débardeur en haut et un legging noir en bas. L’extravagance n’était pas son fort, mais personne ne l’ignorait. Enfin, elle constata le jean de la Jedi posé à côté du lit, et toujours derrière sa mine interdite, haussa un sourcil. Alternant entre l’habit et la Jedi, sirotant toujours le liquide brunâtre, qui n’était définitivement pas du Whisky.

Elle fit le tour du lit et s’installa assise sur le lit, un coussin en support dans le dos. Les bras croisés, elle ne les garda que jusqu’à ce qu’on lui propose un verre. Sans réfléchir, le regard dans le vague, elle l’avala cul sec et le retendit. Suite à cela, elle resta plusieurs minutes, dans le silence le plus complet, à regarder devant elle, le mur. Derrière elle, l’immense fenêtre horizontale qui ne montrait … rien, puisque la neige avait tout recouvert. Et elle attendit encore tout ce temps, songeant, doutant. Finalement, à terme, elle se retourna vers la Jedi.

« J’ai un fils, Hayley. J’aimerai si tu es d’accord, que tu deviennes sa marraine. »

Le regard bleuté de l’ex-inquisitrice resta planté dans celui de la Jedi. Helera avait plusieurs dons, mais probablement le plus remarquable, était sa capacité à casser n’importe quelle ambiance.
#36970
    Elle aurait pu effectivement monter le thermostat mais la présence d’une bouteille d’alcool à ses côtés la détourna bien vite de cette pensée, elle était bien trop occupée à se resservir un deuxième verre, vidant la moitié de celui-ci et versant du contenu de la bouteille dans le second verre qu’elle s’interdit de toucher, le réservant à Helera. Après avoir posée la bouteille au pied du côté de son lit, toujours allongée sur le dos, elle se passa la main dans ses cheveux bleus, contemplant le plafond de métal de la chambre d’Helera. Elle était songeuse, essayant de déterminer quelle serait la prochaine étape de son périple. Elle se retourna sur le lit, repassant sur le ventre, bougeant légèrement ses fesses de gauche à droite, comme pour donner un rythme à ses réflexions. Exhibant une moue qui signifiait une intense réflexion chez elle, elle essayait de déterminer comment trouver de nouvelles informations sur Les Harpies, sachant pertinemment que ce groupe ne se laisserait pas faire et ce, d’autant plus avec la mort d’Erynia. Les bougresses utilisaient les ombres pour se dissimuler et Hayley était certaine qu’elles se révélaient plus proches qu’elle ne voulait le reconnaître, elle avait retrouvée leurs traces sur Corellia et nul doute que tôt ou tard elles chercheraient à l’atteindre. Simuler sa mort avait été une bonne idée à cet égard, lui permettant de jouer la montre pour se donner les moyens de percer à jour cette énigme. A cette pensée, son attention fût irrémédiablement attirée par l’intérieur de son bras gauche dont une longue cicatrice traversait le bras dans sa longueur, affectant l’harmonie des couleurs d’une partie des tatouages tribaux sa main droite vint caresser la cicatrice, le souvenir d’un acte définitif et d’une volonté de mettre fin une bonne fois pour toute à tout ce qui la faisait souffrir mais elle cessa bien vite de peur de réveiller un démon qu’elle n’avait encore exorcisé.

    Elle se remit sur le dos, finit son verre, soupira et fût distraite de ses pensées par l’irruption d’Helera qui sortait de la douche, une serviette couvrant sa pudeur. Sa main toujours dans ses cheveux, elle se massa la tête, ses doigts se perdant dans sa masse capillaire tandis qu’elle l’observait faire sa vie, se permettant de ne pas penser pendant ce temps tout en se reversant un troisième verre qu’elle porta à sa bouche. Helera disparut de nouveau pendant quelques minutes, le temps de se changer. Hayley après réflexion songea qu’elle devrait faire appel à Miriana pour remonter la piste des Harpies, ses connexions dans le monde du crime pourrait certainement à récupérer l’information qu’elle cherchait. Elle fût tirée de ses pensées par Helera qui débarqua, s’installant en position assise à côté d’elle, ce à quoi elle répondit automatiquement en tendant le verre rempli de rhum corellien qu’elle avait versé quelques minutes plus tôt. Verre qu’Helera s’enfila en entier, sans broncher, déclenchant un commentaire de la corellienne :

      - Ça c’est le bon esprit !

    Elle versa un autre verre à Helera après avoir fini le sien, attaquant du coup son quatrième verre. La chaleur, elle la sentait, l’alcool faisait bien ce pour quoi elle l’absorbait et c’était tant mieux ! Alors qu’Hayley était bien partie, Helera, elle, s’était murée dans le silence, en d’autres occasions Hayley se serait enquise de ce qui provoquait tout cela mais son attention était concentrée sur son verre et rien d’autre. Après un moment, Helera se tourna brusquement vers elle, manquant de faire renverser le verre qu’elle portait à sa bouche à Hayley et, après qu’elle eût ingurgitée le contenu dudit verre, Helera lui annonça qu’elle avait un fils et qu’elle voulait faire d’Hayley sa marraine, faisant immédiatement recracher l’alcool qu’elle venait d’absorber, complètement sidérée par la proposition. Elle tourna son visage vers celui d’Helera, et force était de constater que peu de centimètres séparaient les deux. Cet air si sérieux autant que la demande déclencha un petit rire nerveux de la part d’Hayley :

      - C’est...c’est une plaisanterie, c’est ça ?

    Toujours nerveuse, elle se passa la main droite sur la nuque où elle sentait une tension apparaître, étrangement. Elle essaya de se concentrer sur autre chose, fermant d’abord les yeux et laissant le pouce et l’index masser légèrement l’arête de son nez, non loin des yeux pour essayer de se détendre, la nouvelle ayant brusquement accélérée son rythme cardiaque. Après quoi elle décida d’ouvrir les yeux, se concentrant sur les sillons d’encres que laissait apparaître les bras nues d’Helera, un tatouage aux formes très droites, qu’elle supposait être traditionnel, peut-être quelque chose de liée à sa planète, Nelvaan ? Ne détournant pas son regard du tatouage et devant le sérieux de la proposition, Hayley ne trouvait pas vraiment quoi dire :

      - Je t’en ai retourné une il y à peine quelques heures, te reprochant d’être la fossoyeuse des sensitifs dans l’Empire et tu me proposes d’être la marraine de ton gosse.

    Oui, c’était absurde et absurde pouvait être un synonyme d’imprévisible dans certaines conditions, le tout s’appliquant sans réel distinction pour Helera. Elle espérait qu’Helera réaliserait qu’elle avait un grain, mais doutait que la chose ne lui apparaisse très clairement, hélas. Elle remplit de nouveau le verre, s’enfilant celui-ci cul sec, espérant que ça l’aiderait à se réveiller et réaliser que tout ceci n’était qu’un rêve ou une mauvaise farce. Elle entendit des bruits dans les coursives et se redressa, jusqu’à apercevoir Harlon qui accourait vers eux, usant de ses griffes pour grimper sur la couette qui dépassait et se lover en boule entre les hanches d’Helera et Hayley, déclenchant un sourire en coin chez cette dernière devant tant de ‘mignonneté’.

    Mais impossible d’oublier la proposition d’Helera, ni d’y échapper d’ailleurs. Elle soupira et tenta de temporiser, le temps de retrouver ses esprits pour y réfléchir un peu.

      - Je pensais qu’on allait juste boire quelques verres et s’effondrer l’une contre l’autre en ronflant comme des masses. Et que j’allais partir avec un mal de crâne atroce demain matin. Ou midi.

    Elle leva les yeux au ciel.

      - Pourquoi, au nom de la Force, ton choix se serait porté sur moi ? On n’est pas si proche. Et doit bien y avoir une dizaines de personnes dans ton entourage immédiat qui mériterait un tel honneur, non ?

    Elle continuait à la fixer, interdite, sa main en arrière tâtonnant pour récupérer la foutue bouteille. Autant accélérer le processus à partir de maintenant, de toute manière il n’y avait plus que ça à faire.
#36992
A la première injonction, Helera ne répondit rien, observant la Jedi dans le blanc des yeux. Sans bouger et sans mot dire, resta-t-elle comme une statue de glace. Impérieuse créature insondable, à la ligne de conduite dont elle seule avait le secret. Assise sur le lit, les coussins derrière son bassin, les bras croisés l’un sur l’autre et une jambe cachant la deuxième, elle attendit qu’Hayley revienne de ses songes. Helera aurait bien pu lui donner milles conseils pour qu’elle se reprenne et se contrôle, mais sut été vain. Elle la connaissait comme le Nexu qui se présenta à eux. Une créature qui, lorsqu’elle était acculée, attaquait sans relâche. Comme tel était le cas, la reine ne chercha pas à titiller sa tanière, la laissant tirer ses propres conclusions. Elle brisa même l’échange de regard quand le Nexu vint s’endormir entre elles deux. Lui ne comprenait rien à ce genre de raisonnement et il s’en portait bien plus heureux.

« C’est justement parce que tu n’es pas une impériale et que tu as assez de recul sur les notions de bien et de mal que je te demande cela. Yredan est un sensitif, tout comme son père et moi. »

Un sensitif qui à son âge lançait déjà des assiettes par la cuisine quand une grosse colère le prenait. Fallait-il préciser qu’à ce rythme, c’est tout le château qui allait être ébranlé. Etant incapable de rester en place plus de cinq secondes consécutives, elle se leva doucement et se retourna simplement vers la verrière derrière le lit. D’un geste de la main, elle fit disparaître la neige pour montrer quelques étoiles lointaines. Une vue de l’espace, mais pas de n’importe quel ciel. Celui de Nelvaan. Une main croisée et l’autre à se tenir le menton, la reine restait interdite.

« Il est en danger avec moi, à chaque seconde qui passe, et je répugne la vie de m’avoir donné un bien si précieux, pour ne jamais pouvoir en profiter. Lors de l’attentat qui a bousculé les fondations impériales, il était également visé. Nous avons dû descendre un palais impérial en feu, sous une pluie de roches, évitant les flammes. »

Elle ne lança qu’un regard tuméfié de liquide lacrymal à la sensitive, bien que le visage, lui, n’avait pas changé d’une ride. Un simple regard lourd de conséquence, avant qu’il ne se tarisse et retourna vers l’observation des étoiles.

« Il est impossible de demander à mon entourage proche. Justement parce qu’ils me sont proches. J’ai assez confiance en toi pour assumer cette responsabilité et je te considère assez comme une amie pour te confier ma vie. »

Hayley enchaînait les verres, là où Helera avait déjà abandonné le sien sur le chevet. Elle y jeta un bref regard, mais n’y toucha pas, laissant la Jedi prendre tout l’avance nécessaire. Helera fit alors le tour du lit, marchant très lentement, décalant ses mains dans son dos, jusqu’au pied du lit. Là, elle s’arrêta et enfin la regarda en entier, forçant également son interlocutrice à faire de même. Elle s’arrêta quelques instants sur ses tatouages mais revint rapidement dans ses yeux.

« Tu ne peux pas me donner l’excuse de ton instabilité émotionnelle, malgré les marques sur ton bras. J’ai parfaitement conscience de ce que je fais et de ce que je te demande. Tu restes pour moi l’exemple des Jedi et leur digne meneuse. Du moins, quand tu auras compris ce que tu es vraiment. Et c’est pour ça, Hayley, que je te demande de m’aider, d’accepter ma requête. De prendre en charge mon fils, de l’accompagner, quand la Force m’aura rappelé. »

Helera avait tout le mal du monde à se contenir, pour ne pas s’effondrer en larme. Ses propres propos la faisaient terriblement souffrir et l’idée même de devoir abandonner ses enfants lui était inconcevable. Pourtant, chose la plus horrible encore serait de les perdre, de leur soumettre à une vie de heurts qu’ils n’ont pas choisi. De les contraindre au malheur. Pour cela, elle était prête à le confier aux Jedi, pour qu’ils assurent sa formation et fasse de lui ce qu’elle a toujours échoué devenir. D’un geste de l’avant-bras, elle essuya ses yeux et attendit la réponse de sa comparse.
#37005
    A la mention sur la cicatrice sur son bras, la marque honnie qui témoignait de sa tentative de suicide, elle dissimula bien vite celle-ci en cachant son bras derrière son dos tandis qu’une vague de honte s’empara d’elle, détournant le regard pour éviter celui de Helera qu’elle savait dénué de jugement mais qu’elle ne pouvait affronter. La chose restait fraîche, relativement, et elle n’était pas prête à affronter cette partie d’elle-même et les regards qui en découlait. Après quelques temps et non sans s’être enfilé encore un autre verre - abaissant dangereusement le niveau de la bouteille - elle amena ses genoux contre sa poitrine qu’elle entoura de ses bras tout en ayant posé son menton sur lesdits genoux. Le regard posé sur la couette qui recouvrait ses pieds, elle réfléchissait aux paroles d’Helera.

      - Nos rencontres ne m’ont jamais laissé l’impression que tu prisais à ce point mes vues sur la Force ou les Jedi ou même les Sith.

    C’était vrai, elle avait toujours eu l’impression de parler dans le vent quand elle devisait avec Helera, leurs visions étaient bien trop dissemblables et pendant un temps Hayley l’avait trouvée dangereuse. Mais les choses finissaient toujours par évoluer. Pour autant, elle devait bien reconnaître que Helera l’avait touché, recouvrant bien vite ce sentiment de honte personnel par un autre plus profond, dû à l’empathie qu’elle ne pouvait s’empêcher de ressentir. Helera savait toucher les endroits sensibles, bien plus là que pendant son duel contre elle, faire appel à cet instinct maternel dont Hayley était tacitement dotée et qui la titillait tout particulièrement depuis un bon moment, c’était bien joué. Mais plus que ça, c’était surtout de voir que, pour une fois, la Reine des Neiges s’était comme...libérée ou délivrée de cette carapace de glace qu’elle entretenait pour laisser transparaître une quelconque émotion, la rendant bien plus humaine, quelque chose qu’Hayley se satisfaisait de pouvoir enfin contempler. Helera était ce qu’elle était et la voir inquiète était rassurant, quelque part. Hayley inspira profondément, relevant la tête tout en adoptant un sourire qu’elle voulait rassurant :

      - Alors dans ce cas tu ne me demandes de tenir une promesse que je n’aurais jamais à tenir, Helera. Nous savons toutes deux que tu seras bien la dernière à rejoindre la Force.

    Une fin violente, elle n’avait jamais imaginé autre chose concernant son propre destin, elle mourrait sûrement des mains d’un Sith, c’était certain. Une sorte d’ironie du sort mélangé à un Destin particulier qui la forçait à déjouer chaque matin une programmation fatale de ce qu’il était censé advenir d’elle. La chose était entendue et acceptée, et en attendant elle cherchait à accomplir ses propres objectifs. Elle n’avait pas besoin d’un quelconque pouvoir de Force pour sentir que son interlocutrice était à deux doigts de craquer.

      - Oh… Allons… Tu es l’une des plus puissantes sensitives que je connaisse, tu es certainement la plus à même de protéger ton fils et même tous ceux que tu aimes.

    Quittant sa propre position, elle s’appuya sur sa main droite tandis que la gauche glissait lentement au niveau des hanches d’Helera, l’invitant doucement mais avec une certaine fermeté à se laisser tomber sur le lit, l’entraînant jusqu’à elle tandis qu’elle la prenait dans ses bras, sa main droite allant dans les cheveux de l’ex-Grise tandis que l’autre massait doucement le dos de celle-ci. Cette rencontre tournait à l’imprévisible sur toute la ligne, elle ne s’était pas attendue à finir par essayer de remonter le moral après l’avoir giflée à peine une heure plus tôt. La tête d’Helera contre sa poitrine, elle continuait à essayer de la consoler, conservant sa gestuelle tout en réfléchissant à ce qu’elle pouvait bien lui dire. D’ordinaire elle se contentait d’exalter la combativité de la personne quand la situation se présentait mais elle savait pertinemment que ce n’était pas ce que recherchait Helera pour le moment mais plutôt quelqu’un qui saurait l’écouter lui donner une perspective.

      - Allons Helera, tu n’es pas désespérée à ce point, enfin. Te rends-tu compte ? Tu confierais ton enfant au Nouvel Ordre Jedi ? Je te rappelle que Maître Morelion fait toujours partie du Conseil…

    Elle décala un peu son visage, observant Helera dans les yeux tout en affichant un pâle sourire. Ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour faire de l’humour, Helera semblait grave et atterrée, néanmoins la tristesse ne pourrait durer qu’un temps, toutes deux le savait. Et justement, un peu d’humour pourrait peut-être l’aider à aller mieux. Du bout des doigts, elle essuya une larme qui coulait le long du visage d’Helera, réfléchissant en même temps à une solution.

      - J’accepte le rôle de marraine, tu as gagné, mais c’est seulement parce que cela risque de se résumer à venir voir le petit aux côtés de sa maman tout les six mois au plus. Je sais que tu n’as pas à t’inquiéter, ni sur ton sort et ni sur le sien.

    Helera finit par briser son étreinte, laissant une Hayley songeuse sur la suite. Elle ne pouvait le nier, le risque était grand pour l’ex-Grise, son Empereur finirait certainement par se retourner contre elle, à un moment ou à un autre, probablement quand elle ne serait plus d’aucun intérêt à ses yeux. Il n'était pas improbable qu’il se soit servi d’elle pour pondre sa loi pourrie, se servant d’Helera comme d’une caution. Toujours absorbée par ses pensées, elle tentait de trouver une porte de sortie à Helera. Jusqu’à ce qu’une idée folle germe dans son esprit. Elle ne permettait pas de régler le problème dans l’immédiat, mais elle avait l’avantage de faire sauter pas mal de verrous. En parler ici était peut-être une erreur puisqu’elle ne pouvait pas garantir quoi que ce soit. Enfin, peut-être…

      - Je ne suis pas une Jedi exemplaire, je ne suis pas dupe de ce que je suis, j’ai mes propres obsessions, les Sith en tête et je gage que le Conseil désapprouverait celle-ci tant elle me rapproche du Côté Obscur d’une certaine manière. De la même manière je n’ai jamais cherché à mener, ce n’est ni ma voie, ni celle d’un Jedi. Nous ne sommes là que pour servir la Force et la vie qui en émane. Et protéger la démocratie, ce pourquoi nous nous sommes tous battus pendant la Guerre Civile Galactique. J'ai accepté tout cela pourtant, j'ai accepté ce que je suis.

    Helera devait bien se demander où elle voulait en venir. Elle y venait, justement.

      - Il y a un endroit où toi et tes enfants pourriez être en sécurité. Et tu sais lequel. Le Temple du Nouvel Ordre Jedi.

    Aux vues des implications, elle s’empara de la bouteille, se servit un verre et en versa à Helera.
#37012
« Tous ceux que je connais ont l’impression que je les ignore et que je provoque. »

Les bras toujours croisés, elle haussa les épaules et ne bougea toujours pas, dos au mur de la pièce. Depuis sa courte venue sur la scène galactique, elle n’avait cessé d’être l’ennemie de tout le monde, mettant tout en œuvre pour les protéger. Cette technique, inhérente à sa personnalité, s’était retournée contre elle, quand enfin elle avait compris qu’elle était dans l’erreur. Désormais, tous se méfiaient d’elle, pour de fausses raisons, dont elle était la seule responsable. Malgré les émotions qui la submergeaient, elle tentait de garder un calme olympien et de ne pas céder à la panique. Un travail de fond qui ne fonctionnait qu’approximativement.

« Non, je ne peux pas, Hayley. J’ai appelé l’empire pour deux raisons, parce que je trouve leur système politique en adéquation avec notre évolution, et pour qu’ils nous protègent de la république. Mais je n’ai pas pris en compte que l’empereur souhaitait notre annihilation à tous. Je me suis laissé avoir par le jeu de la politique et je suis la seule responsable de ce qu’il se passe. »

De nouveau, elle essuya les larmes qui scintillaient dans le coin de ses yeux, sans quitter leur perchoir. Mais tandis qu’elle bloqua sa vision, elle sentit le bruissement du drap et une main l’attraper et la tirer. La reine se laissa faire et avança vers le lit, tombant sur les genoux. La Jedi ne lui laissa pas le choix de la manœuvre et l’enserra contre elle. Une main dans ses cheveux, l’autre dans son dos. Helera savait la Jedi à cheval sur le code, mais de là à admettre que son cœur n’était pas de pierre, c’était beaucoup. Les Jedi était la compassion, mais Hayley n’était pas comme cela, elle traquait et tuait du Sith. Helera s’était fourvoyée. Elle garda la tête sur son épaule, passant sa main droite autour de son cou et essuyer de nouveau ses yeux, tandis que la gauche la retenait d’une chute dans le lit. Elle ne chercha pas à résister face à cet élan de bonté, car elle avait réellement besoin. La tension accumulée, les responsabilités etc ne lui laissait jamais de repos. Pouvoir se reposer sur quelqu’un était sans doute la meilleure chose qu’elle eut depuis ces dernières semaines.

« Je ne le confierai pas à l’ordre Jedi, mais à toi. Et si l’autre touche à un cheveu de mon fils, je reviendrai d’entre les morts pour l’y amener avec moi. »

Pas de demi-mot, même face à la Jedi parlant d’un autre. Morellion, elle le trouvait dangereux. Hayley décala son visage pour la regarder, disposant son trait d’humour sur son visage. Mais Helera ne rigolait pas plus, car ce n’étaient pas des paroles en l’air. La mère louve était particulièrement dangereuse quand ses enfants étaient impliqués. Elle aida Hayley à essuyer les larmes et n’étira un sourire que quand elle accepta son offre. Mais la Grise se retira alors de ses bras, croisant les jambes et les entoura également de ses bras, comme la Jedi plus tôt.

« Je suis sûr, Hayley, que tu prendras le recul nécessaire, quand tu seras prête. Que l’avenir n’est pas dans l’annihilation, mais plutôt dans la protection de la nouvelle génération, dans la formation du nouveau monde. Et enfin, que les Sith ne sont pas ce que l’on pense. Tu t’en rendras compte quand le moment sera venu. »

La reine étira de nouveau un sourire et inspira bruyamment, suite aux sanglots qu’elle venait enfin de pouvoir contrôler. Du reste, la politique, la démocratie, elle n’en fit pas mention, car pour la grise, ce n’existait pas dans la Force. Les sensitifs et la politique ne devaient jamais être mariés. Car eux, ils transcendaient la vie et les frontières politiques. A la dernière proposition, elle baissa la tête et resta un moment silencieuse.

« Je ne fuirai pas Hayley. Je suis déjà venue à plusieurs reprises dans le temple et le résultat a toujours été le même. De plus, j’ai encore à faire dans l’empire, et il y a des gens à sauver, tu sais. »

Helera tourna sur le bord du lit et s’y assis, laissant ses pieds sur le sol froid. Ses cheveux tombaient sur le côté de ses épaules, encore assez lourds d’humidité. Elle s’y arrêta et ferma les yeux quelques instants, essayant de se focaliser sur le moment présent. Mais elle fut de nouveau distraite par un verre qu’on lui tendit, derrière elle. Le liquide coulait en provoquant ce léger bruit de cristal. Elle le regarda, puis Hayley, constatant que le rouge de ses joues n’allait pas en s’arrangeant. Mais finalement, elle le récupéra et fit la grimace à la première gorgée. C’était pour cela que la reine n’en buvait jamais, elle n’aimait pas cela, et cela lui tapait sur le système.

« Ouvre en grand les yeux et ne bouge pas. »

Helera plaça un pouce et un index tantôt sur l’arcade sourcilière, tantôt sur les marques de fatigue et comme un médecin, observa le fond de l’œil. Son diagnostic fut sans appel.

« Tu devrais y aller plus doucement, tes pupilles sont dilatées. Tes joues sont rouges également. »

Elle fit une sorte de grimace de complicité, simplement là pour faire passer la pilule. Même si venant d’une corellienne, c’était peine perdue. Elle but une autre gorgée et regarda le contenu de son verre. Oui, c’était toujours ce même poison. Il était devenu évident qu’elle ne tiendrait pas la route face à la Jedi et que déjà allait elle chavirer dans quelques dizaines de minutes. Elle se redressa sur le lit et y fit glisser ses pieds, restant en tailleur.

« Deux questions. Tu as faim ? Et est-ce que tu as le temps pour visiter Yredan ? »

La faim les sauverait de l’ébriété, au moins.
Dhevad Hsyrn

http://www.swagonline.net/sites/defa[…]

[Scénario] Sauvages et brutaux

Il régnait une ambiance des plus étranges dans le[…]

Désormais borgne et obligé de porte un bandeau su[…]

Jessa

Très bien, merci pour cet effort. Je te souhaite[…]

Dhevad Hsyrn

Bonjour, Tu as posté au bon moment, quelle veine[…]

http://th00.deviantart.net/fs71/PRE/[…]

Appelons ça une divergence d'opinion !

Et beh ? Je parle de … de noblesse d’âme ! Les […]

[Dxun] L'appel de l'Ombre

Vrad suivait toujours le Mandalorien quand souda[…]