L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

#38018
C’est le vent qui réveilla la zeltronne. Un vent froid qui vint chatouiller son corps nu. Son corps… Nu ? L’effet du somnifère étant encore actif, elle eu du mal à ouvrir les yeux, mais elle sentait son corps ligoté autour d’un poteau, debout, nue, n’entendant que le bruit de crépitement d’un feu. Après quelques secondes à se battre contre un mal de crâne, elle ouvrit enfin les yeux, et vu l’homme avec qui elle a passé la soirée, assis en tailleur devant elle, à environ 2 mètres de distance, son équipement à ses côtés. Le regard fatigué, venant de se réveiller après une bonne dose d'anesthésiant, elle reprit son sourire charmeur, se mordit la lèvre inférieure en penchant légèrement la tête, regardant la personne devant elle avec des yeux brillants et brisa le silence.

"- Alors comme ça tu es ce genre d’individu ? Je suis à ta merci, sans aucune défense, entièrement nue. je me demande ce que tu vas vouloir faire de moi. Tu es bien plus entreprenant que je le pensais... Si tu voulais jouer à ce jeu, tu aurais pu me demander, ça aurai été avec joie que j’aurai accepté tu sais. Je me doutais que tu adores dominer quand tu passe à l’acte, que ta compagne soit complètement à ta merci. Mais j’ignorais que tu aimais le faire à l'extérieure. Ma foi, pourquoi pas.”

Lorsqu’elle termina sa phrase, elle reprit un aire sérieux, fronçant les sourcils. Presque menaçant. Ce ne sont plus ses formes qu’elle mettait en avant, mais ses muscles, gonflant ses abdos d’acier, ses épaules larges, ses bras et cuisses pouvant faire éclater un crâne avec une pression dessus.

“- Par contre, pour m’amener ici, tu as touché à mon casque. Et ça, ce n’est pas la même histoire. Tu vas devoir m’expliquer, et j’espère pour toi que tes explications seront valables !”

Jessa n’arrivait plus à cacher sa colère. Cet homme à poser ses mains sur son casque, la chose la plus précieuse aux yeux de la zeltronne. Elle savait qu’elle n’était pas en position de force, de menacer. Ne pouvant pas bouger, il ne serait pas difficile pour l’homme masqué de la descendre. Mais s’il l’a amené ici, c’est qu’il la voulait vivante.
D’ailleurs justement, la raison de l’avoir amené ici. Jessa se doute bien que la raison principale n’était pas pour son corps, il devait avoir une autre raison. Il ne devait pas réussir à parler avec toutes les tentatives de drague et les phéromones, alors il a dû l’amener au milieux de nul part, sans équipement, assez éloignée, pour ne plus en recevoir. Peut-être voulait-il également être en position de force, espérant que sous les menaces et la peur elle acceptera plus facilement…
#38019
Je me souviens, quand j’avais commencé cette mission, n’appréciant aucunement échanger mots avec mon ex camarade, avoir procéder à quelques modifications de mon matériel. Cela avait pris du temps, demandant beaucoup de ratés au début pour insonoriser l’intérieur et installer des dérivations d’enregistrement pour l’audio. Que voulez-vous, je suis un original. Un excentrique diront certains sur Csilla. Il m’arrive de parler tout haut et seul. Pensant à haute voix. Mais révéler à tous -qui sauraient entendre- mes pensées était inimaginable. Impensable.

C’est donc ainsi que je pus répertorier dans mes notes vocales les réactions intéressantes de la Zeltronne. Sans pour autant qu’elle ne puisse l’entendre. J’aurai pu faire de même pour l’annonce du poison mais c’était un plaisir personnel.

Pour en revenir à l’instant présent, je répertoriais ses réactions qui se succédaient assez rapidement: l’érotisme, la moquerie, la peur, la colère et l’interrogation. En si peu de temps, cela prouve une fois encore que cette race est pleinement déraisonnable. Pour elle, je ne bouge pas du tout ni ne dit mot, elle doit également me voir tourner à présent le regard vers son équipement pour prendre lentement son casque d’une main. Le temps pour dériver ma voix sur les hauts parleurs dissimulés dans des interstices externes de mon casque.


- Ça ? Un casque ? À qui l’avez-vous volé ?

Je repasse sur l’insonorisation interne. Afin d’énoncer à moi-même ses prochaines réactions.
#38020
Non, ne cède pas, garde ton calme, il essaye de jouer avec tes nerfs !
La situation était difficile pour la mandalorienne. Elle serra les dents lorsque son interlocuteur toucha le casque, et c’est alors qu’il le prit d’une main. En réaction, La mandalorienne tenta de se détacher, forçant de toutes ses forces. Malgré sa force, les liens étaient trop solides. Du sang finit par couler de ses poignets lacérés, mais cela n'empêcha pas la zeltronne de continuer. Et lorsqu’il demanda à qui elle avait volé le casque, elle lança un regard rempli de rage, avant de cesser de se débattre. Elle baissa la tête, des mèches de cheveux devant ses yeux, et après quelques secondes de blanc, une larme tomba de son menton.

“- Comment oses-tu dire cela ? Tu ne sais pas qui je suis, tu ne sais pas l’importance de ce casque pour moi ! En prononçant ces mots, tu n’insultes pas uniquement mes origines mandaloriennes, mais surtout la mémoire de son ancien propriétaire.”

Les yeux vides, mélancoliques, des souvenirs remontèrent dans la mémoire de Jessa, des souvenirs très douloureux. Dès qu’il avait compris qu’elle y tenait, l’homme a voulu jouer avec son casque. Pourquoi ? Pour la déstabiliser ? Se venger ? Inverser les rôles du dîner ?

“- Je n’ai pas volé ce casque, on me l’a donné, transmis, il y a des années de cela. Ce don a changé ma vie à jamais, et a fait ce que je suis aujourd’hui.”

Elle leva la tête, la colère ayant cédé à un regard haineux.

“- Ce casque est le dernier souvenir de ma défunte mère, elle me l’a donné juste avant de mourir lors d’une mission qui a foiré. En me donnant ce casque, elle a mis fin à mon enseignement de mandalorienne, et désormais je perpétue son héritage, et par sa mémoire l’héritage mandalorien. J’ignore si cela te touche, et je m’en fou. Je ne te demanderai que deux choses, homme au masque. En premier lieu, de reposer ce casque, puis de tout m’expliquer. Tu veux des réponses, et tu comptes utiliser la menace et la force pour me forcer à t’obéir c’est ça ? Ça ne marchera pas, je fais ce que JE veux quand JE veux, c’est pour ça que je suis devenue indépendante. Je choisis mes missions sur MES critères, et si tu veux que je travailles pour toi, tu rêves. Si tu voulais un service, j’aurai accepté, en échange d’une contrepartie. Mais je n’obéis pas.”
#38021
Que... elle pleure ?

- Note n°2: Il semblerait que émotions d’une Zeltronne sous sujet de stress exprime des états émotionnels variés en un temps plutôt court. D’ailleurs selon ses dires, la raison de ses pleurs résiderait dans le fait que je « tienne » ... son ... non, le casque de sa ... mère.

C’est alors que je me pris dans un élan de rire dans lequel j’étais absolument incapable de calmer. J’en étais à me tenir la tête dans ma main droite. Je ris d’un son cristallin, franchement et devenant de plus en plus hilare. Quand j’imaginais le spectacle que je donnais ça pouvait porter à confusion. Car silencieux, je pouvais avoir l’air d’être peiné par ses propos. Et mon rire reparti de plus belle.

La tête en arrière, je mordais la langue pour cesser ce moment, tandis que je sentais des larmes de rire me couler sur les joues.

Drôle ? Oui, les mères sont des harpies, qui nous mettent au monde mais ne songe qu’à elles. Et là encore, la sienne a mit sur la tête de sa descendance un « casque ». Ahahah. Qui lui semblait importante et qui rend malheureuse sa fille. Son état m’importe peu, entre nous, mais je lui en dois une pour m’avoir rappelé ce point: ma mère paiera.

M’intimant au calme, je me redresse et pose sur le côté le casque. Poursuivant en dérivant le son pour me faire entendre cette fois-ci.

- Eh bien, tu as raison en ce sens que tous décident ce qu’ils veulent. TU fais ce que TU veux quand TU veux. Bien. Moi de même. J’ai décidé de cet instant, de cette rencontre, de t’injecter de ce poison qui te rongera petit à petit. Oh navré, je ne l’ai pas encore fais.

Je pointe mon avant bras vers elle et, ne disant aucunement la commande oralement, je m’en occupe manuellement. Lui envoyant ainsi un virus qui se veut létal pour les faibles immunités. Pour un zeltron d’âge moyenne, l’effet devrait prendre du temps. Cette race ayant une bonne défense immunitaires cela devrait laisser assez de temps pour discuter.

Je reprends ensuite:

- N’aie crainte, si je souhaitais une esclave, il y a divers marchés qui propose une bien meilleure qualité. Je requiers en effet tes services pour une durée indéterminée mais limitée. Oh et la contrepartie la voici:

Je montre une fiole à côté de moi, la prenant pour qu’elle puisse y voir un petit liquide verdâtre.

- Ta survie.
#38025
Le silence. Jessa venait de craquer, ayant laissé malgré elle ses sentiments prendre le dessus. Elle est certes très émotive, mais se laisser aller comme ça, mélanger colère et tristesse devant un inconnu, est tout bonnement pathétique, et elle le sait. Elle imaginait diverses réaction de sa part, mais le voir silencieux pouvait en signifier beaucoup. A quoi pensait-il ? Il détenait encore le casque de la mandalorienne, mais plus la nuit tombait plus il était difficile d'identifier les formes et gestes de l’individu.
La zeltronne respira un bon coup en fermant les yeux, avant d’expirer lentement, et ce plusieurs fois de suite. Elle essayait d’évacuer ces émotions négatives en elle, de se calmer. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, son regard avait changé, toute la colère en elle s’était dissipé. S’emporter dans la situation actuelle ne l’a rendue que pathétique. Sentant le sang de ses poignets couler le long de ses poings, elle détendit ses muscles. Elle ne pouvait rien faire, rien du tout. Elle regarda son agresseur, attendant une action de sa part. Son regard était calme, attentif.
Cette situation elle l’avait déjà vécu il y a 2 ans de cela, alors qu’elle n’avait que 18 ans. Et elle avait finit avec un collier électrique pendant plusieurs mois. Il était hors de question que cela ne se reproduise, alors autant ne pas provoquer celui qui a le dessus. Elle dû reconnaître sa défaite, et devait se contenter, impuissante, d’attendre. Attendre le bon moment. Ce n’est pas la première fois qu’elle se ferait vendre comme esclave, elle a prit l’habitude de s’attirer des ennuis, et désormais elle sait comment s’échapper de ces situations. Une zeltronne dans la fleur de l’âge, pleine de vie, peut se vendre très chère. Mais elle eu un doute. Non, ça ne peut pas être ça. S’il la voulait comme esclave, il aurait profité de son anesthésie pour la préparer et lui mettre le collier.

L’individu se leva et reposa le casque. Enfin. Il reprit la parole, et la mine de Jessa se décomposa. Un pervers narcissique dominateur, voilà ce qu’il est. Elle en a rencontré plusieurs, mais lui surpassait les autres. Du poison. Avec le poison et l’antidote, la maladie et le vaccin, une personne peut tenir n’importe qui au creux de sa main. Lorsque la dose se propagea dans son corps, Jessa serra les dents, pour s’empêcher de crier, mais la dose était trop forte. La douleur la faisait souffrir, mais Jessa aime la souffrance, poussant un cri mélangeant douleur et plaisir. Lorsque la douleur prit fin, on pouvait revoir le sourire en coin habituel de Jessa, les dents visibles, le regard vers le haut, un air de défi.
Des esclaves de meilleur qualité qu’elle ? Il était intelligent, mais peu renseigné sur le sujet.

Puis, enfin. Il venait enfin de dévoiler son plan. Certes, Jessa s’en doutait, mais l’entendre de sa bouche rend la théorie indiscutable. Le voilà avec l’antidote

“- Tout ça pour ça hein ? T’es pas du genre à utiliser cette méthode en dernier recours toi, pour temps essayer de trouver un compromi aurait pu être plus productif et rentable pour toi. Moi je vis ma vie au jour le jour, mais toi tu dois avoir des objectifs, ce poison aurait pu t’être utile pour autre chose, mais non il a fallu que tu l’utilises sur moi, une zeltronne ouverte d’esprit !”

Avant la fin de sa phrase, Jessa fut prise de fou rire. Elle eu du mal à continuer. Un rire malsain, presque fou. Puis se calma avant de reprendre.

“- Bon, c’est quoi la suite du plan, on baise ?”

Dans ce genre de situation, les hormones de Jessa étaient plus actifs plus jamais. On pouvait presque voir des coeurs dans ses yeux. Extrêmement enjôleuse pour évacuer ce mélange d’émotions subies en peu de temps...
#38041
Blablablablabla.

Si je m’étais douté un seul instant que les fameux guerriers mandaloriens pouvaient être aussi instable psychologiquement, je me serai préparé autrement. Non, il est évident qu’il ne s’agit que d’une brebis galeuse. Et puis elle ne dispose aucunement de son armement, ni de toute son énergie. Il faut que je prenne garde à ne rien sous-estimer.

Interessant. Tout cela ne serait-ce qu’un simulacre pour baisser ma garde ? .. hm.

J’inspire profondément. Je me vide la tête un instant et me centre sur l’instant présent. Les astres lumineux ont disparus à l’horizon depuis le début de la conversation. Elle s’est mise en colère à son réveil, elle a été frustrée et a souvent changé d’humeur. Sans cela je crois que ses capacités auraient pu influencer d’avantage ma vision claire. Il faut donc l’occuper.

Me levant, j’effectue ma ronde autour du camp pour m’assurer qu’il n’y a aucun signe de potentiels secours. Revenant face à elle, sa dernière proposition d’un coït citée -enfin « dernière »- je parle calmement, articulant chaque syllabe, accentuant chaque silence.

- Il y a un débat éternel sur les deux constantes fondamentales de l’existence. « La vie et la mort, lequel profite le plus ?  »

M’aidant de gestes, je poursuis.

- Il est dit que la mort est des plus rentable, la vengeance, le nettoyage ou purge, diront certains impériaux, ou même l’honneur selon nombres de vos clans guerriers.

- À l’inverse, l’on dit également que sans vie, pas de guerriers, pas d’empire, pas de moyens ni de profit. Mais l’on va plus loin à chaque fois. Pour l’art, une oeuvre vaut bien plus au décès de son artiste créateur, des ruines valent des fortunes si sa civilisation est éteinte. La mort est un business certain. Mais la vie également.

- Mais tout ce que je dis là, tout ce qu’ils se disent. N’ont pour toi, qui est dans la balance de ces deux constances, aucune importance. Qu’importe que ta physionomie soit résistante, la douleur qui croît, ton essence qui s’échappe peu à peu. Dis moi quel est le plus important pour toi ?


Fléchissant les genoux pour, malgré la distance de sécurité, parvenir à son niveau. Je démontre une fois encore dans la main gauche, de façon claire l’antidote.

- La vie ...

Et dans la main droite, soulevant de son arrondi côté et de sa visière spartiate, son casque de mandalorienne.

- ou la mort ?



Et au moment même où elle allait répondre, juste avant je lui lache d’un petit ton acerbe, me risquant une légère, minuscule, satisfaction:

- Indice, une seule réponse valable, et le sexe n’en fait pas partie.
#38051
“- Pfff quelle question” Répondit la zeltronne en soufflant sur une mèche de cheveux. “

Plus coincé tu meurs, pensait-elle. Comment un homme pouvait résister aussi longtemps ? Même marié passer autant de temps sous les avances et les phéromones d’une zetronne dans la fleur de l’âge sans céder relève d’un self contrôle impressionnant. Après tant d’effort investis, certains verraient du temps perdu, mais la curiosité sexuelle de Jessa la pousse dans un chemin sans retour. Elle devait connaître son secret, pour pouvoir à l’avenir battre ceux qui comme lui peuvent lui résister. La drague est son principale arme de négociation, d’interrogation, et le sexe reste son loisir préféré. Reprenant son air de défi, souriant à pleines dents, baissant la tête tout en leva le regard droit dans les yeux son tortionnaire et reprit la parole.

“- Tu t’attend à ce que je réponde la vie, et bien évidemment ça sera ma réponse. J’accepte ton offre bien généreuse, et je découvrirai le secret qui t’entoure sur ta résistance à mes avances, même si certains y verraient plus de la stupidité venant de toi, mais ça c’est autre chose. Mais sache une chose, j’ai mes principes et mes manières de réussir mes missions. Il est évident que si tu veuilles mes services tu me laisses carte blanche sur mes actions, sinon je ne serai pas très efficace. En gros, tu me donnes la mission, et je la réalise à ma façon, au final tu as ce que tu voulais et moi je m’amuse comme je le veux. Deal ? Je rigole, je sais que tu accepteras, il serait stupide de ne pas utiliser tous les outils à disposition tout en s’handicapant. Et maintenant ?”

Il était une fois... Dans une galaxie lointaine[…]

A bord du Hermes - Dashel Nelievar [4/5]

https://i.pinimg.com/564x/62/06/83/[…]

Ella Tulan

FICHE FORCE https://i.pinimg.[…]

Prison Break [PV]

https://jolstatic.fr/www/captures/850/1/[…]

MandalMotors le Retour

Salutations, Je suis Vrad Kist, Ver’alor de Co[…]

A la recherche de boulot.

Fiche de scénario Nom du lanceur du scén[…]

[Uyter] Scénario Pirate.

Le Capitaine Rock n’en croyait pas ses yeux. Le[…]

A insi, cette aventure de Dashel Nelievar s'ach[…]