L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Darth Vaar
#36969
Un Chasseur sachant chasser II



Région d'Expansion – Vendaxa
Skillet - Feel Invincible



L'Antre sortir d'hyperespace à proximité de Vendaxa, la nouvelle destination choisie par Rengo pour éprouver ses compétences de chasseur et celles de ses compagnons. Malgré la perte de Syphania, le jeune Sith n'avait pas abandonné l'idée de chasser les créatures qu'il voulait voir à son tableau de chasse. Et il avait décidé d'y inclure les redoutables Acklay. Anoyan et Klan avaient d'ailleurs bien essayés de lui faire changer d'avis mais rien à faire, quand le Togorien avait une idée en tête, il ne l'avait pas ailleurs et n'était pas encore né celui qui le ferait revenir sur sa décision.

Tandis que ses deux compagnons étaient dans le cockpit, le Chasseur Fou s'était volontairement maintenu à l'écart afin de faire le point sur ce qu'il avait ressenti au cours du trajet en hyper-espace. Son affinité avec la Force ne cessait de croître, de jour en jour, avec lenteur certes mais il sentait qu'il parvenait petit à petit à mieux l'appréhender. Ses sens invisibles, comme il les appelaient, l'avait attiré tel un aimant vers cette luxuriante planète. Comme lorsqu'il avait été attiré sur Roon pour y rencontrer celle qui était devenue son Maître. Plus il en découvrait sur la Force et plus il était impressionné par les possibilités qu'Elle avait à offrir à ses utilisateurs. Mais qu'était-ce donc que la Force ? Il n'aurait su le dire et l'absence de réponse le frustrait quelque peu. Peut-être que cette nouvelle partie de chasse l'aiderait à faire la lumière sur toutes ces zones d'ombres. Et peut-être que ce qui l'attirait tel un aimant avait les réponses à ses questions sur la Force, ce qu'Elle était et sur comment s'en servir. Il regrettait que Ranath ne lui en ait pas plus enseigné lors de leur rencontre. Était-ce volontaire de la part de son Maître ? Voulait-elle garder son Apprenti dans l'ignorance ? Encore une fois, il n'aurait su le dire. Et ne pas savoir était quelque chose qui déplaisait au Togorien.

Patience Rengo, patience... Nous sommes là nous et nous t'aiderons à trouver les réponses que tu convoites tant. Rappelle toi que jamais nous ne te quitterons.

Je le sais Oxat, je le sais... Mais que voulez-vous de moi ? Vous n'avez jamais daigné répondre à cette interrogation...

Cherche mon jeune Chasseur, cherche. Tu connais la réponse mais tu ne veux pas te l'avouer. Nous sommes partie intégrante de toi, ce que nous savons, tu le sais également.

Faire de moi le plus grand Chasseur de tous les temps ? Est-ce là votre seul objectif ?

Oui et bien plus encore... Nous ignorions que tu étais sensible à la Force... Tu peux devenir bien plus qu'un simple Chasseur... Tu peux voir plus loin, plus grand, plus haut. Qui donc pourrait te résister une fois que tu seras un Chasseur et un sensitif accompli ? Qui donc oserait te tenir tête avec nous Quatre en toi pour s'assurer que rien ne t'arrive ? As-tu seulement conscience qu'avec nous à tes côtés, tu pourrais devenir invincible ? A tout moment, nous pouvons prendre le contrôle de ton être pour t'apporter notre aide et notre savoir.

Dahi'Zhe confirme cela... Je serai là au cours de ta partie de chasse et je t'aiderai, bien plus que je ne l'ai fait lors de notre escapade sur Alaris Prime. Il suffit de le demander et je t'apporterai mon concours.

N'oublie pas cependant que si la situation l'exige, nous pouvons être amené à prendre le contrôle, que cela te convienne ou non. Nous ne permettrons pas qu'il t'arrive quelque chose qui puisse te nuire et donc nous nuire à nous par extension.


Le Togorien soupira, cela faisait quelques temps que les Quatre ne s'étaient pas manifestés... Devrait-il vivre avec cela toute sa vie ? Etait-il condamné à être cet être fou et dérangé ?

La folie n'est qu'une histoire de point de vue mon cher, te considères-tu comme tel ? Le jour où tu seras en mesure de répondre à cette interrogation, tu auras fais de grands progrès.


Mais comme pour bien d'autres questions qu'il se posait, il n'avait pas encore la réponse. Aussi décida t-il de remettre ses questions existentielles à plus tard. « L'Antre » venait de se poser et déjà, ses deux compagnons de chasse le rejoignaient dans la salle principale du cargo corellien, attendant désormais que Rengo donne ses ordres avant de se mettre en chasse. Mais pour le moment, le Chasseur Fou était troublé par ce qu'il percevait au travers de la Force. Ce qu'il avait ressenti durant le voyage n'était pas loin. Et ce qu'il ressentait, ce qu'il percevait était infiniment plus puissant que ce qu'il avait perçu lors de sa rencontre avec Ranath. Déjà que par rapport à la puissance de son Maître, il se sentait bien faible... Mais cette fois-ci, il se sentait tout petit. Comment pouvait-on avoir une telle puissance ? La Force permettait-elle d'obtenir un tel pouvoir avec du temps et de la pratique ?

Encore et toujours des questions... Cesse donc de te tourmenter inutilement et va au devant de ce que tu perçois. Il n'y a qu'ainsi que tu obtiendras des questions à tes réponses. Mais si je peux me permettre, tu ne devrais pas mêler tes partenaires à tout ça, vas y seul. C'est toi qui est sensible à la Force, pas eux. Ce que tu as à découvrir sur Elle ne les regarde en aucune façon...


Oxat marquait un point. Il était, et le prouvait encore, le plus réfléchi des Quatre. Nouveau soupir avant qu'il ne s'étire et se lève, fixant ses compagnons tout en prenant ses armes fétiches avec lui. Pas besoin de blaster ou autre, il n'accordait de toute façon que peu de crédits aux armes à distance.

« Je vais partir en reconnaissance, vous m'attendrez ici. Et il est inutile de chercher à discuter. Le premier qui essaye de me suivre, je lui envoie une baffe dont il se souviendra toute sa vie ! »


Sur ces mots lourds de sens, le Togorien laissa en plan l'Humain et le Zabrak, quittant le vaisseau. Il lui fallait des réponses, il voulait savoir ce qu'était la Force, il cherchait à la comprendre mais il n'avait eu que bien peu de réponses à ses questions par son Maître. Peut-être... Oui peut-être que la source de cette puissance qu'il ressentait pourrait l'aider. Il progressa donc rapidement à travers la luxuriante végétation planétaire vers ce que ses sens lui indiquaient. Mais il n'oubliait pas pour autant qu'il était sur le territoire des créatures qu'il était venu ajouter à son tableau de chasse. A tout moment, sa route pouvait croiser celle d'un Acklay. Aussi faisait-il preuve d'une grande vigilance. Il ne venait pas pour chasser, pas encore tout du moins.
#38207
Se pourrait-il qu’Elle l’ait trompé ? Il était pourtant persuadé d’avoir ressenti quelque chose (ou quelqu’un) d’une puissance supérieure à celle de son Maître. Mais alors qu’il avait continué sa progression à travers la luxuriante et sauvage végétation de Vendaxa, force était de constater que la Force ne lui dévoilait plus rien quant à la raison de sa présence en ces lieux. Ses sens invisibles lui faisaient ressentir une multititude d’autres choses mais rien concernant cette aura… Il en grogna de déplaisir, il n’aimait pas perdre son temps ! Mais ce voyage n’était pas inutile… Pas totalement en tout cas ! Il se rappella que ses compagnons l’attendaient à l’Antre et qu’ils étaient venus étoffer leur tableau de chasse en espérant pouvoir y ajouter les redoutables Acklay. Le Togorien était déterminé à avoir un trophée de l’une de ses créatures mais il se souvenait aussi de la perte que la Main Noire avait subie sur Alaris Prime parce qu’il n’avait pas su faire preuve de patience, privilégiant un affrontement frontal contre les Gundark. Et cela avait coûté la vie de Syphania. La mort de la Chiss ne l’affectait pas outre mesure mais il savait que cela avaient touchés ses deux compagnons. Et il était hors de question que quelqu’un d’autre soit blessé ou pire encore.

Ne t’ais-je pas dit que je pouvais t’apporter mon aide dans cette partie de chasse ? Je suis Kary’Udo, l’esprit même de la Chasse qui vit en toi ! Laisse-moi t’aider et te montrer comment un Chasseur doit procéder ! DONNE MOI LE CONTRÔLE !!!


Et avant que l’Apprenti n’est le temps de protester, tout son corps se mit à trembler, comme pris d’une crise de convulsion. Quand cela passa, le Togorien était tout bonnement différent. Sa posture, auparavant droite, était désormais celle d’un prédateur, il s’était recourbé, les jambes légèrement fléchies et une main, la droite, posée à même le sol. Ses deux yeux, l’organique comme le cybernétique, scrutaient les environs avec une attention toute particulière tandis qu’il humait l’air environnant afin de déceler une odeur bien particulière qui pouvait changer avec ce que son puissant odorat avait pu ressentir. Et profitant de cette affinité avec la Force, Kary’Udo usait de ses sens invisibles afin de ressentir toute approche dans les environs immédiats. Il se redressa et activa son comlink afin de contacter ses partenaires,

<< Klan, Anoyan, sortez du vaisseau, je vous rejoins ! >>


Il coupa aussitôt le comlink et dégaina ses armes fétiches, sa vibro-épée et sa vibro-hache, et refit le chemin en sens inverse. Ses compagnons avaient dû remarquer son changement de voix, elle était basse, presque un murmure. L’Esprit de la Chasse n’éprouvait guère le besoin de parler fort et encore moins lorsqu’il se livrait à son activité favorite. Il progressa à une vitesse modérée et avec autant de discrétion que son gabarit le lui permettait. Et il restait sur ses gardes, vérifiant constamment que rien ne risquait de lui barrer le chemin. Il n’était plus si loin que ça de l’Antre et il pouvait commencer à percevoir la présence des deux autres membres de la Main Noire quand il s’arrêta brusquement. Un cri perçant se faisait entendre autour de lui. Et la créature à l’origine de ce cri arrivait à vive allure vers lui. Se fiant à ce qu’il ressentait et ne pouvant compter que sur lui-même, il fit face vers la chose qu’il apercevait enfin. Un Acklay. Et il n’en avait jamais affronté jusqu’à ce jour. La seule chose qu’il savait c’était que ces redoutables prédateurs n’avaient que peu de points faibles. L’affronter de front n’était clairement pas la meilleure des solutions s’il voulait s’en sortir. Fuir non plus. Il devrait faire preuve de ruse pour parvenir à terrasser ce prédateur là.

Faisant courageusement face, du moins en apparence, le Togorien put admirer l’Acklay qui se trouvait désormais près de lui. Un magnifique spécimen mais n’eut guère le loisir de l’admirer que, dans un nouveau cri, la créature le chargea, utilisant ses deux puissantes pinces pour transpercer celui qu’il considérait désormais comme sa proie. Mais les deux pinces labourèrent le sol sans toucher au but. Le jeune Sith avait fait le choix de se téléporter dans le dos de son adversaire, tentant vainement de lui sectionner les deux paires de pattes lui permettant de se déplacer. Revoyant rapidement sa stratégie, le Togorien dut effectuer une roulade sur le côté car déjà, l’Acklay lui refaisait face et revenait à la charge, se servant toujours de ses pinces dans l’espoir de tuer celui qui l’importunait en ne se laissant pas attraper facilement. Il avait fait et il ne comptait pas perdre plus de temps en vaine tentative aussi continua-tilde marteler inlassablement le sol et toujours le Chasseur esquivait de son mieux, usant soit de bonds sur le côté soit de téléportation pour se mettre momentaménet hors de portée de sa proie. Aux yeux d’un spectateur de cet étrange affrontement, il était difficile de savoir qui était le chasseur et qui était la proie car n’ayant aucune possibilité de pouvoir trancher la paire de pattes du Acklay, le Togorien était en bien fâcheuse posture. La caparace de cette créature était indestructible et il n’y faisait aucune entaille. Il lui fallait trouver autre chose.

Un nouveau cri. Une nouvelle charge. Une nouvelle esquive. Mais cette fois, puisant une fois de plus dans la Force, Kary’Udo prit une puissante impulsion et sauta par-dessus la créature et tenta de lui sectionner l’arrière du cou. Nouvel échec. Cette partie de son corps aussi était protégée. Se réceptionnant sur le dos du Acklay, il effectua un second saut et se retrouva à nouveau derrière lui. Il commençait à fatiguer et s’il ne trouvait pas rapidement une solution, il finirait dévoré par celui qu’il était venu chasser. Que faire ? Avant que son adversaire se retourne, il l’observa encore une fois et remarqua un détail lui ayant échappé jusqu’à maintenant. Toute la partie supérieure était belle et bien protégée mais toute la zone où devait logiquement se trouver son estomac semblait dépourvu d’une protection similaire au reste de son corps. Il n’en était pas sûr mais il se devait d’essayer sinon il lui servirait de repas. Effectuant une nouvelle roulade sur le côté pour échapper à sa fureur, il se redressa rapidement et effectua une fois de plus une téléportation pour réapparaître sur le flanc droit de la créature, presque collé à elle et d’un mouvement rapide, il tenta d’enfoncer sa vibro-épée dans son abdomen, en priant pour qu’il ait vu juste.


#38251
La planète Vendaxa faisait partie de ces mondes dont l'écosystème et la constitution de la faune se voulaient si denses, que s'aventurer en terra incognita était synonyme d'arrêt de mort. Dans ce monde jungle résidait une créature qui fut poussée à évoluer pour s'adapter à son environnement et devenir une véritable machine à tuer. Aussi à l'aise dans la jungle que sur les plaines, l'Acklays créature aux allures de mante religieuse se voulait être l'un des prédateurs dominants. Elle ne savait ni construire de nid ni creuser de terrier. La raison de sa survie n'était due qu'à un mortel attirail offert gracieusement par dame nature. Mais aussi d'une formidable armure surmontée de petits pics recouvrant la quasi-totalité de son corps. Peu étaient les créatures de Vendaxa en mesure de rivaliser avec un tel prédateur. Marchant d'un pas léger, mais rapide, le Togorien se dirigeait vers ses hommes de la Main Noire. Il devait faire vite. Il était certes une créature imposante parmi les hommes, mais ici-bas, il n'était qu'une proie de taille moyenne. Ainsi isolé de ses pairs, il était vulnérable face aux nombreux dangers tapis dans la luxuriante forêt. Il y était presque, ses sens surdéveloppés lui permettait de sentir ses compagnons. Encore une petite centaine de mètres.

ImageSoudain, un effroyable cri fit voler en éclat le silence jadis éternel des lieux. Une créature aussi imposante que repoussante se fraya un chemin à travers l'épais mur de feuillage. À chaque pas, la terre tressaillait tel un corps en sursaut après qu'une arme blanche se soit frayé un chemin à travers les chairs. Par un heureux coup du sort ou une chance malheureuse, Rengo se trouva bientôt nez à nez avec l'un des maîtres de ces lieux. N'ayant de territoire propre et devant se se nourrir en permanence, l'Acklay était une créature d'on la vie était rythmée par la chasse. Il préférait les Lemnai, une créature nocturne native de Vendaxa, mais appréciait également les humains et autres denrées exotiques. Le Togorien se voyait être malgré lui le futur repas de la bête. Et celle-ci se trouvait entre le Chasseur et ses frères d'armes. Nulle échappatoire possible…
De ses puissantes pattes pointues, il chargea en direction du Chasseur. Du haut de ses 3 mètres et demi, ses pinces s'enfonçaient profondément dans le sol le transperçant tels des pieux. Laborant le sol dans de puissantes gerbes de terre. La téléportation était une solution comme les autres, mais les armes de type vibro se révélaient inefficaces face à une armure de plaque solide comme le roc. Se précipitant une fois de plus sur le félin au pelage de neige, c'est d'un bon énergique qu'il dut son salut. Esquivant ainsi la ruée mortelle de son opposant.

Roi de la jungle au sommet de la chaîne alimentaire, l’Acklay n'avait pas l'habitude d'un combat aussi… Statique. Dans le jour clair comme dans la nuit noire, la chasse au Lemnai se voulait être fort sportive ; s'étalant parfois sur plusieurs centaines de mètres. Cette proie à l'allure fort particulière s'était révélée particulièrement coriace. Malgré des charges et des coups de pinces frénétiques, le repas venait toujours à esquiver le coup de pince salvateur. Le monstre lâcha de nouveau un cri strident dans un élan de rage. Il était si puissant, qu'il en était à la limite du supportable. Malgré un bond ahurissant le plaçant dans l'angle mort de la bête. D'un coup puissant, il essaya de sectionner sa nuque, nouvelle tentative infructueuse. L'arme vint rebondir sur la carapace du prédateur. Une collerette protégeait son coup en plus de la rendre difficilement accessible. Il était clair que la partie supérieure était insensible à toute attaque. La solution se trouvait peut-être en dessous ?

La fatigue guettait petit à petit. Chaque esquive, chaque bond le rapprochaient de l'erreur qui lui coûterait la vie. Un combat sur la durée n'était pas envisageable. Le Chasseur serait certain de perdre à ce petit jeu. L'Acklay se voulait être le maître de l'endurance, ses journées n'étaient rythmées que courses incessantes et parties de chasse. D'une habile manœuvre, le Togorien se retrouva derrière son ennemi. Quelques secondes, c'était le temps qu'il disposait pour évaluer son adversaire sous ce nouvel angle. Un détail flagrant le marqua. Dans cette lumineuse forêt, l'imposante taille du prédateur avait baigné son thorax dans l'ombre. Mais une fois derrière lui, les quelques rayons lumineux qui touchaient le sol permettaient désormais au Chasseur de mieux cerner sa "proie". L'estomac de la créature se voulait distendu, il savait qu'il n'était pas son premier repas et ne serait certainement pas son dernier. À cet endroit précis, la peau se voulait dépourvue de plaque protection. L'endroit était donc vulnérable, mais… Cela voudrait dire qu'il faudrait venir à bout de ses 6 pattes dont l'extrémité des mains préhensiles était tridactyle et aussi pointue qu'un épieu… Roulant sur le côté une énième fois pour échapper au prédateur qui lui assénait un coup de patte ; il se téléporta à un pas du flanc droit de la bête. D'un geste vif et puissant, il propulsa la vibro-épée en direction de l'abdomen. Un peu de chance. Il n'espérait que ça. Le temps semblait se dilater, ralentir. L'extrémité de lame s'approchait avec lenteur de la peau verte grise de l'animal hexapédique. Elle se fraya avec douceur un chemin lent à travers la chair. Le coup avait touché ! La première goutte de sang venait de perler sur le sol. Mais eut-elle le temps d'être absorbée par le sol spongieux, que l'Acklay poussa un rugissement. Touchée la bête l'avait été, mais à se concentrer essentiellement sur la cible à toucher. L'on en obstrue le reste de son environnement. Et leTogorien parfaitement placé pour frappait se trouvait par la même occasion à quelques pouces des pattes effilées et meurtrières de la monstruosité rugissante. Kary’Udo, l’esprit même de la Chasse dans un élan de lucidité empêcha son hôte un funeste destin. Car à ce même instant l'appendice pointu de l'Acklay se dirigeait vers lui ! Un pas de recul, c'est la seule action qu'il put faire dans le peu de temps qui lui était imparti. Le coup mortel avait été esquivé, mais s'en suivit un chassé de la patte se trouvant derrière lui. Le projetant à pleine vitesse sur l'arbre le plus proche. Le choc fut brutal et la douleur vive ! Suffisamment pour arracher à Rengo un grognement. La bête ne lui laissait pas le temps de reprendre ses esprits que d'un pas décidé, celle-ci s'approchait en sa direction. Le Chasseur pouvait ressentir chaque pince marteler le sol avec force. À travers la Force, il sentait les petits yeux noirs du prédateur se poser sur lui. Mais aussi un son régulier, faire "ploc". Est-ce le sang qui perlait le long de la plaie de la bête ? Ou sa salive dégoulinant de ses mâchoires ? Une chose était certaine… Bientôt ses pinces transperceront son corps sans vie et ses dents très acérées et solidement enracinées dans ses mâchoires se repaîtront de sa tendre et musculeuse chaire.

Le Togorien qui caressait le rêve de devenir l'Ultime Chasseur n'était qu'une proie aux yeux de son ennemi.
Devrait-il envisager la fuite ?





#38435
Il avait visé juste. L’abdomen était le point faible de l’Acklay qui ne semblait nullement apprécié de s’être fait blessé par ce qu’il devait assurément considérer comme une proie. Et la fatigue, liée aux incessantes esquives et à l’utilisation de la Force, commençait à se faire sentir. Et l’Acklay, malgré sa blessure, restait clairement avantagé dans ce duel. Faire durer davantage le combat n’était donc pas la meilleure solution pour le Togorien, possédé actuellement par Kary’Udo. Le formidable Chasseur qu’il était ne voyait qu’une seule solution tandis que les sens invisibles du Togorien l’informait de l’approche imminente de ses compagnons de routes. Mais hors de questions de devoir se reposer sur l’aide d’un tiers. Il avait engagé cet affrontement. Il le finirait. Quitte à y laisser des poils !

Il effectua une nouvelle roulage pour esquiver les pinces acérées de son adversaire suivi d’une seconde afin d’arriver là où il l’avait espéré. A proximité des flancs de la créature et tout en se redressant le plus vite possible, il frappa à nouveau vers l’abdomen de l’Acklay. Sachant désormais qu’il avait localisé son point faible, il devait se hâter d’en finir avant de servir de repas à celui qu’il était venu ajouter à son tableau de chasse. Aussi décida t-il de puiser dans ses denrières forces et dans la Force afin de s’offrir son trophée de chasse. Il effectua une enième roulade et frappa à nouveau dans l’abdomen de sa cible. Et allant chercher dans ses dernières limites, il sauta et enchaîna les roulades, frôlant l’épuisement total dans le seul but de parvenir à tuer l’Acklay qui lui faisait face.

Mais puiser ainsi dans ses dernières forces n’était pas sans conséquences et après une ultime tentative, le Togorien était épuisé, vidé de ses forces dans son intégralité. Il se retrouva sur les rotules, peinant à retrouver son souffle. Désormais, il ne restait plus qu’à attendre et voir ce qu’il adviendrait de lui.. Avait-il triomphé de l’Acklay ou finirait-il dévoré par celui qu’il avait follement défié ?
#38469
Ambiance


L'Acklays ne se voulait pas être une proie facile et à la portée de tous. En mauvaise posture, il l'était ! Il n'y avait nulle ombre d'un doute quant à l'issue du combat. L'Acklays de par sa morphologie se voulait imbattable dans une telle guerre d'usure. La rapidité et l'imprévisibilité se voulaient être les facteurs clés de la réussite. Redoublant d'efforts jusqu'à atteindre dangereusement ses limites, le Sith usa de bonds savamment dosés afin d'esquiver les coups de son ennemi tout en consommant le moins d'énergie possible. Bien que la Force soit de son côté, l'immonde créature n'en était pas moins matoise. Elle avait observé avec une attention toute particulière les pas de danse du Togorien. Avec le temps, le prédateur avait percé à jour le but du chasseur devenu proie. Fendant l'air des pattes puissantes, l'Acklays fulmina de rage dans un sifflement strident. Pris d'une faim insatiable qui le tiraillait depuis bien trop longtemps, de ses mâchoires s'échappaient désormais de longs filés de salive gluants. C'est cette frénésie incontrôlée qui permit au félidé de frapper sévèrement son adversaire.

À travers la Force Rengo ressentait ses compagnons d'armes se rapprocher de lui à grandes enjambés. Mais son orgueil démesuré lui clamait de mettre à mort soit même sa proie, et ce sans aide extérieure. Qu'il en soit ainsi ! Sur de ses capacités, il mettait un peu plus sa vie en danger lors chaque tentative. Et le dramatique moment arriva. Bête féroce et calculatrice, l'Acklays finit par déduire le prochain angle d'attaque du Sith. D'un mouvement ample et puissant. Il percuta de plein fouet le Togorien qui para au dernier instant le coup mortel. Non sans y laisser des poils… Son pelage blafard s'empourpra au fil des secondes. La blessure se voulait suffisamment profonde pour arracher au chasseur un grognement bestial.

Désormais leur sang se mêlait à la terre dans un tout visqueux et odorant. L'air chargé en humidité imprégnait celui-ci d'une fragrance métallique. Enflammant instantanément l'instinct de prédation de l'imposante des deux colosses. Sans perdre le moindre instant et défiant toute réflexion logique. La bête chargea d'un seul tenant espérant cette fois-ci piétiner mortellement le Togorien pour enfin se repaître de ses entrailles chaudes. Le temps se dilata pour le Sith. Sa perception fut poussée à l'extrême, il ressentait ce qui l'entourait avec une omniscience à toute épreuve. Kary’Udo, l’esprit même de la Chasse avait pris l'ascendant sur Rengo.

À travers son œil organique, il apercevait avec netteté les muscles de sa proie rouler sous ses plaques d'os. Ses mâchoires se contracter à chaque pas, prêtes à mastiquer la chair filandreuse du fauve. Et de son globe cybernétique les pupilles de l'Acklay se dilater sous l'effet de la dopamine diffusée en quantité par son cerveau. Dans une dualité parfaite permettant de prendre pleinement conscience de son environnement.
Son ouïe surdéveloppée lui permettait d'entendre les poumons de la bête brasser de l'air, mais aussi ses battements de cœur discernant tout ceci malgré la cacophonie créée par ses camarades allant à son encontre.
Son flair distinguait sans le moindre mal les différentes fragrances dégagées par sa sueur liée à son hémoglobine. Canine dehors, sa langue râpeuse humait déjà les douces saveurs de son prochain repas tandis que sa poigne de fer se refermait de plus belle sur son arme. Il était à cet instant, Rengo était l'Ultime Chasseur. Dans son for intérieur résonnaient les paroles de Kary’Udo:

Chassez les faibles et vous survivrez peut-être.
Chassez les forts et vous vivrez vraiment !


Effectuant une énième roulade suivie d'un bond sur le côté, il déstabilisa complètement les prédictions de son adversaire. La détente apportée par la Force et ses sens exacerbés lui permirent d'éviter un coup qui l'aurait sans aucun doute sectionné en deux. Amorçant un demi-tour, l'Acklay fulmina de rage devant planter profondément dans le sol ses pinces dans l'espoir d'arrêter net sa course. Choix judicieux, si son ennemi se trouvait encore à porter. Or Rengo était désormais dans l'angle mort de la bête. Dans une estocade dévastatrice, le Sith perfora la chair de son ennemi. Ne laissant aucun répit à la monstruosité, il plongea ses griffes acérées dans ses intestins encore chauds. Dans un hurlement bestial s'entendant à travers l'épaisse jungle, il déchira la cage thoracique de l'Acklay. Répandant ses viscères suintants sur le chasseur. S'écroulant sur l'instant, la bête terrassée lâcha un ultime cri de douleur. Arrachant un sursaut aux frères d'armes du Togorien. Arrivés à l'instant sur le lieu du carnage, ils ne virent point leur chef. C'est alors que parmi la dépouille sanguinolente de la proie s'extirpa à bout de souffle le félin. Genou à terre, son visage comme le reste de son corps étaient imbibés de sang et de fluides. Le mélange se voulait chaud, sucré, mais rendu âcre par le goût du fer. Le Sith empestait dès lors la pourriture des cadavres qui s'étaient décomposés dans les entrailles caverneuses de l'Acklay. L'odeur se voulait si repoussante, que l'un des compagnons de chasse régurgita le contenu de son estomac.

À bout de souffle, blessé, mais bel et bien vivant. Rengo de nouveau lui-même voyait une idée germer dans son esprit. Quel trophée allait-il prendre ? Le crâne ? Une plaque d'os ?
Tandis que la bête était dépecée, un effroyable cri fit voler en éclat le silence de mort. Au loin, l'épais manteau feuillu se voyait balayer par des formes imposantes. À chaque pas, la terre tressaillait avec plus d'intensité encore ! Malheureusement pour le Togorien, la chasse n'était pas encore terminée.

#38470
Ses efforts surhumains avaient finis par payés. Au prix d’une ultime roulade l’amenant dans l’angle mort du prédateur qui l’avait blessé plus tôt, il était parvenu à lui donné le coup de grâce d’un puissant coup de sa vibro-épée dans l’abdomen.Ne cherchant pas à laisser le temps à l’Acklay de reprendre ses esprits, il lâcha son arme et enfonça ses griffes dans les intestins du monstre, Poussant un féroce rugissement résonnant dans la jungle, il lui déchira la cage thoracique, répandant au passage les viscères de sa proie sur lui-même. Et dans un dernier râle d’agonie qui fit sursauter les compagnons d’armes du Togorien, l’Acklay rendit l’âme. Et l’odeur de ce qui s’échappait de l’abdomen du monstre était tout bonnement insoutenable si bien qu’Anoyan en régurgita son dernier repas. Et c’est un Rengo désormais “libéré” de Kary’udo qui s’extirpa tant bien que mal du cadavre encore frais de sa nouvelle victime qu’il comptait bien ajouter à son tableau de chasse.

Il était recouvert de sang, que ce soit le siel coulant de son bras et celui de l’Acklay, et des restes des repas de la monstruosité qu’il venait d’éliminer et il était à bout de force. Mais il ne comptait pas repartir sans un trophée digne de ce nom. Ce combat avait été éprouvant et aurait pu lui coûter la vie mais avec l’aide de l’un des Autres, il avait triomphé et prouvé qu’il était un Chasseur digne de ce nom. Aussi, après avoir repris possession de sa vibro-épée, il s’approcha du cadavre et commença à décapiter la bête à la base de sa nuque quand des cris stridents l’arrachèrent à sa besogne et attirèrent l’attention de ses compagnons. D’autres Acklay approchaient de leur position et le vacarme causé par le précédent affrontement avaient du les attirer dans l’espoir de se repaître de la proie de leur congenère. N’ayant pas le temps de finir sa décapitation en bonne et dûe forme, le Chasseur Fou récupéra une des dents acérées de la créature et se tourna rapidement vers les membres de la Main Noire qui attendaient ses directives.

« On se dêpeche de regagner le vaisseau le plus vite possible. Je ne pourrai relivrer un combat contre ces créatures une seconde fois, pas dans cet état là et je crains que vos blasters se révèlent inefficaces contre leurs exosquelequettes.

Doc, si tu as quelques grenades flash à balancer pour nous couvrir et les aveugler temporairement le temps de nous permettre de regagner l’Antre, je suis preneur. Ca sera notre meilleur chance de leur échapper. »


Tout en ayant donné ses ordres, le jeune Sith avait commencé à battre en retraite à travers la luxuriante jungle, sentant le sol trembler à l’approche des Acklay qui s’approchaient. Le doc lança rapidement une grenade flash mais il n’en avait que deux sur lui et il n’aurait plus qu’un seul essai. En espérant que le Togorien ait eu raison ! Sinon, l’un d’entre eux risquait assurément de servir de repas aux prédateurs de Vendaxa.
#39099
L'écosystème de Vendaxa était sans pitié et fouler du pied cette planète à la végétation dense était synonyme de mort. Le danger était partout et le moindre relâchement condamnait le vivant à une fin funeste. Après un combat qui faillit bien lui coûter la vie, le Sith couvert de sang se retrouvait être un appât olfactif surpuissant. De sa sanglante lutte s'était échappée des cris stridents se propageant à toute la forêt et l'hémoglobine qui empourprait le sol avait fait le reste du travail. Bientôt le groupe auquel appartenait l'Acklay gisant sur le feuillage, apparut dans un chahut sans précédent. Le sol trembla de terreur tandis que la broussaille se faisait balayer par leur course erratique. Leur cœur battait tels des chevaux de course, leurs sens aiguisés étaient focalisés la respiration haletante de Rengo. Sa forte odeur attisait avec force leur insatiable faim, de leurs mâchoires s'échappaient de longs filés de salive gluants anticipent le festin à venir. Mais dans leur regard froid et sombre se brulait la flamme de la vengeance. Un des leurs venait de trépasser… Leur chance de survie avait été drastiquement réduite et ils ne pouvaient se permettre de voir ce prédateur inconnu faire courir le moindre risque au reste de la meute.

ImagePrédateur ultime de la planète, l'Acklay était une véritable machine à tuer. Doté d'une formidable armure surmontée de petits pics recouvrant la quasi-totalité de son corps et d'une mâchoire capable d'ébrécher le plus solide des blindages. Venir à bout d'un de ces monstres relevait de l'exploit, mais éliminer une meute entière était chose impossible. En infériorité numérique certaine et sans un équipement lourd capable de transpercer leur exosquelette, un assaut frontal relevait du suicide. Il était dès lors question de fuite, mais fallait-il pour autant stopper leur implacable course. Car le vainqueur au petit jeu de la vitesse et de l'endurance était déjà tout désigné. Le fauve blessé n'était qu'un poids pour l'équipe qui était venue à son secours. Le laisser derrière leur assurait une chance de survie, avec un minimum de chance, la dépouille sanguinolente de Darth Vaar aurait de quoi occuper les créatures pendant de précieuses minutes ? Seconde ? De quoi creuser la distance entre eux et leurs bourreaux. Dans un grognement, Rengo clama à ses coéquipiers de préserver leurs munitions de blaster. Sage idée car elles leur seraient d'aucune utilité face à eux. Le blindage en os des Acklay se voulait bien trop résistant pour être entamé par quelques tirs de blaster. Comprenant qu'il était primordial de gagner du temps, le Sith ordonna à Doc de se munir des grenades flash qui l'accompagnait tout au long de ses périples. Acquiesçant de la tête, il envoya la première grenade en direction des prédateurs tandis que dans un ballet coordonné ; la compagnie accourait en direction de l'Antre. Il ne fallut que quelques secondes à la grenade pour donner, un flash puissant chassa l'obscurité l'espace d'un instant. Eclairant le chemin à suivre tout en aveuglant les poursuivants qui dans un hurlement stridant clamèrent à la fois leur surprise et l'inconfort causé par la déflagration lumineuse.

Tout en foulant le sol à grandes enjambées, le Doc tâta la sacoche qui se balançait sur son flanc droit. Il ne restait plus que 3 grenades… Le groupe avait décidé de faire preuve de malice afin de sortir de ce mauvais pas. Cependant, Rengo était un poids pour son équipe qui devait faire un intense effort afin d'aider celui-ci à bout de souffle à soulever ses deux-cent-dix kilos de muscle. Le par terre se remit à trembler, les feuilles à s'agiter en tous sens. Ils étaient de retour, après leur brève interruption, ils repartaient en chasse. L'odeur du sang qui perlait le long du pelage pâle du Togorien leur assurait une traque facile. La peur qui avait quitté les proies pendant un bref instant les prit de nouveau aux tripes. Les cris horrifiques se faisaient de plus en plus proches. Ils pressèrent d'avantage le pas poussé par l'énergie du désespoir. Seulement deux cents mètres les séparés de leur vaisseau. Ils le voyaient désormais à travers la végétation, splendide et imposant. Une tâche dans le décor verdâtre et chaotique de Vendexa. Une autre grenade fut lancée derrière eux et le scénario se répéta encore une fois. Ils gagnèrent de précieuses secondes, le gros de la meute les prenait encore en chasse tandis que certains apeuré par cette nouvelle explosion lumineuse ; décidèrent de rebrousser chemin. Leur instinct naturel leur clamant de ne pas aller plus avant.

Cent mètres. Une nouvelle grenade éclaira de sa blanche lueur l'épaisse jungle. De nouveaux Acklays s'enfuirent poussant des cris de frustration mêlés de peur. Tandis que les quatre chasseurs restant pressaient d'avantage le pas. Leur faim commençant à les tirailler avec insistance. Prit dans une frénésie sanguinaire, ils se bousculèrent les uns les autres voulant goûter le premier la tendre chair des fuyards. Cinquante mètres… La dernière grenade fut lâchée, les humanoïdes n'auraient pas le droit à une seconde chance. Ils venaient de jouer là leur dernière carte. L'Antre semblait à la fois si proche et si loin. Avec Rengo à leur côté, chaque enjambée se révélait être une épreuve, le moindre faux pas et c'était la fin. La sueur dégoulinait sur leur front, leur visage se tordait sous l'effort et la peur. Ils y étaient presque, la détonation vint leur assurant la certitude de gagner assez de temps pour entrer en un seul morceau dans l'habitacle de métal du vaisseau. C'est alors qu'avec effroi, ils sentirent de nouveau le sol trembler… Et avec lui un cri guttural et puissant faire frissonner leur être d'un seul tenant. Un rapide coup d'œil derrière eux permit de justifier cette crainte qui alourdissait leur estomac. L'Acklay le plus imposant de la meute chargeait droit sur eux. Plus grand, puissant et rapide que tous les autres, sa fureur était telle qu'il était passé au travers du flash lumineux. Il ne s'était pas laissé surprendre cette fois-ci. Teinté d'une couleur violette, il était recouvert de cicatrice. Sans nul doute capturait afin de se battre dans une arène, il avait dû s'échapper de l'enclos dans lequel il avait été retenu captif. Les vingt derniers mètres semblaient interminables, le monstre ne se trouvait désormais plus qu'à une dizaine de mètres du groupe. Qu'est-ce que cela représentait pour l'imposante créature ? Quelques foulées ? Peut-être moins ? La mort n'avait jamais semblée aussi proche.

Dix mètres. Son ombre les enveloppait désormais, tel le linceul de la mort. Ils pouvaient discerner en dans celle-ci l'imposante patte griffue se lever afin de frapper. Ils avaient une certitude, l'un d'entre eux arriveraient dans l'Antre et s'en sortirait. Mais une si ce ne sont plusieurs vies seraient fauchées si rien n'était fait. Mais que pouvaient-ils faire de plus hormis compter sur la chance ? Ils n'avaient guère plus de Grenade flash, leurs blaster ne leur seraient d'aucune utilité. Était-ce la fin pour Anoyan ? Klan ? Rengo ? Ou celui-ci avait-il une dernière carte à jouer ? Un dernier soupçon d'énergie lui permettant de sauver la vie de lui et ses compagnons d'infortune ?

#39484


Un tel affrontement n’avait pu passer inaperçu et le Togorien, mal en point, ne pouvait compter désormais que sur l’aide du Zabrak et de ses grenades flash dans leur course effrénée pour regagner l’Antre avant que la meute d’Acklays à leurs trousses ne les rattrapent et ne fassent d’eux leur repas. Et au jeu de qui serait le plus rapide, tous connaissaient le vainqueur. Surtout avec un blessé à devoir aider dans le groupe. Mais à aucun moment, Anoyan et Klan ne songèrent à se délester de leur meneur pour espérer avoir une plus grande chance de survie. Ils l’aidèrent, quitte à ce que ce fut là leur dernière action en ce bas monde.

Mais la poursuite allait toucher à son terme. Alors qu’ils étaient enfin sur le point d’atteindre l’Antre, l’Acklay Alpha, à la carapace violette et barrée de cicatrices sûrement liés à une vie de captivité en arène, chargea à travers la luxuriante forêt de Vendaxa et rattrapa rapidement les fuyards. L’alpha semblait bien plus rapide et devait aussi et plus fort et plus puissant que ses congénères. Et la peur s’empara alors des membres de la Main Noire car avec un tel monstre à leurs trousses, leurs chances de survie s’amenuisait davantage. Que faire ? Il avait complètement ignoré la dernière grenade flash lancée par le Zabrak et les tirs de blasters seraient inefficaces contre son exosquelette. Mais il leur restait une solution car la Peur eut un effet des plus étranges sur le Togorien blessé. Il avait maintes fois frôlé la Mort mais jamais d’aussi près. La patte de l’Alpha qui menaçait de s’abattre sur lui et le Doc fit qu’il vit sa vie défiler en une fraction de secondes. Et il était inconcevable que cela se finisse ainsi. Et la peur se mua en une sourde colère. Il VOULAIT vivre. Il le DEVAIT. Et alors que la puissante griffe de l’Alpha allait s’abattre sur eux, il trouva en lui une force et une énergie renouvelée et il se jeta sur le côté, emmenant le Zabrak dans sa chute, leur évitant ainsi une mort certaine.

Se redressant rapidement, grâce à cette nouvelle montée d’adrénaline liée à la Peur et à la Colère qu’il ressentait en ce moment, le Togorien s’empara de sa vibro-hache et de sa vibro-épée et décida de faire face à ni plus ni moins que l’Alpha. Il avait déjà affronté et éliminé un Acklay, l’Alpha de la meute serait un adversaire bien plus coriace mais il en viendrait à bout. Où il périrait et offrirait ainsi à ses compagnons le temps nécessaire pour regagner l’Antre et quitter la planète. Dans tous les cas, peu importe l’issue de l’affrontement à venir, il serait assurément dantesque et digne des plus belles parties de chasse de la Galaxie. Le Chasseur Fou passa les premières minutes à esquiver de son mieux les assauts furieux de l’Alpha mais ce nouvel apport d’énergie n’était pas illimité et il commençait déjà à se fatiguer à force d’enchaîner les roulades sur le côté ou en arrière. Il devait essayer de prendre l’avantage de l’offensive. Il avait désormais connaissance des points faibles d’un Aclay et il se devait de mettre ce savoir à profit s’il voulait espérer s’en sortir vivant. Aussi saisit-il son courage à deux mains et fit le choix de bondir entre les pattes du Acklay, concentrant toute la puissance que la Force avait encore à lui offrir dans la force de son bond et dans ses armes, désirant par la même occasion les rendre pour un bref instant aussi résistantes et tranchantes qu’un sabre laser. C’était là le seul but de sa manœuvre aussi désespéré qu’audacieuse. Quitte à y laisser des poils au passage !


#39488
Ce post contient des scènes explicites ou de nature à choquer.


ImageL'ombre de la faucheuse recouvrait de son sombre linceul les membres de la Main Noire. Bientôt son mortel tranchant viendrait faucher ces vies innocentes. Seule la force du désespoir donnez encore assez de force à Rengo pour tenir sur ses frêles appuis. Il était un poids mort, un boulet que traînaient ses confrères sur plusieurs mètres. Leur vaisseau était leur seul refuge, leur seule planche de salut. Dans ce monstre de métal, ils seraient à l'abri des créatures environnantes n'attendant que de se repaître de leur tendre chair. Dix malheureuses foulées les séparaient de l'engin salvateur. Pourtant, cette si courte distance leur semblait désormais bien loin. Ici-bas, l'ombre de la mort étendant sa pince meurtrière en guise de faux pointant vers le ciel prêt à s'abattre sur eux à tout instant. Une fraction de seconde, c'était le temps à leur disposition pour échapper à un funeste destin. Ils n'étaient que des hommes, la mort était inscrite dans leur existence. Et dans une telle situation, ils ne seraient pas maîtres de leur destin, leur sort reviendrait à une monstruosité affamée. À l'allure imposante et effilée. Au regard sombre comme la nuit et à l'appétit éternel comme celui de la mort. Rengo pourtant, se détachait de sa condition de simple mortel. Une force supérieure avait fait de lui un sensitif. S'élevant parmi le commun des mortels afin de devenir l'ultime chasseur. La Force fut de son côté pendant ce bref instant, trouvant en lui les ressources nécessaires pour sauver une vie. Mais en sacrifiant en retour une autre. Tandis que le Togorien et le Zabrak s'effondraient au sol, la faux s'empara d'Anoyan. S'enfonçant dans sa cage thoracique, la pince se fraya un chemin à travers la chair et les muscles. Déchirant les intestins et brisant les os. Dans un râle d'agonie, l'humain hurla à gorge déployée. Dans son regard tournoyaient terreur et tourment, de ses fines lèvres s'échappaient désormais du sang à profusion. S'élevant vers le ciel, telle une offrande aux dieux voraces de ce monde sauvage, Anoyan sentit ses viscères se reprendre sur ses doigts tremblotants. Dans une vaine tentative de survie, l'humain les empoigna évitant ainsi celles-ci de se reprendre sur le sol feuillu. Quelque chose s'échappait de son corps de manière de continu, le sang, la source de la vie l'abandonnait. Pendant tel un animal mort sur le crocher d'un boucher, il n'était dès lors plus que le triste spectateur de sa mise à mort. Des mâchoires de l'Alpha s'échappaient de longs filés de salive gluants. Impuissant face au destin de leur partenaire, Anoyan n'avait plus qu'à attendre le coup de grâce de son opposant. Mais la délivrance n'arriva point. Une masse au pelage pâle comme la neige chargea en dépit de toute raison le maître de la jungle. De ses yeux injectés de sang brûlait la flamme de la haine et de la vengeance. Le temps se dilata à l'extrême, les secondes devenaient des heures pour le Sith. La raison du Togorien pouvait basculer à tout moment et à cet instant précis une question s'imposait à lui. Devait-il reculer ? Fuir ? Abandonner son frère d'armes à une mort certaine ? Mais survivre ! Ou bien faire un choix plus dangereux… Affronter la créature la plus redoutable qui soit, laisser place à toute sa rage et noyer cette forêt sous des flots de sang. Cette option bien qu'elle puisse peut-être sauver la vie de son partenaire obligerait le chasseur à bout de force à mener une lutte qu'il pouvait bien perdre… L'Aklay Alpha était une créature vicieuse et malsaine qui aimait à s'amuser avec ses proies. Fixant du regard le chasseur, il fit tournoyer le corps sanguinolent et inerte d'Anoyan dans les airs avant de s'écraser dans un fracas retentissant.

Ambiance

La réalité revint à lui. Et avec elle ses affres, la douleur de ses membres épuisés, ses chairs lacérées et son cœur accablé par la perte imminante du Bespinien qui avait décidé de suivre le chasseur Fou. Cet ennemi qui lui avait pris un œil d'un seul tir. Le sith fit son choix, le peu de raison qui était en lui à cet instant s'évapora. Rengo n'était plus. Il n'était plus le chasseur. Il n'était plus un Sith. Il était un monstre. Une créature ne vivant que pour le sang et le massacre. La vie du compagnon d'infortune ne signifiait plus rien pour lui. Rengo la personnalité centrale qui contrôlait cette montagne de muscle n'était plus qu'une bête sauvage et Kary’Udo l’incarnation même du chasseur se retrouva impuissante face à tant de fureur. Tandis que Dahi’Zhe riait dans le palais mental du félin désormais en ruine. Le sang et la mort ravageraient les environs, peu importe la fin pour vu qu'il coule…

Bondissant à la vitesse d'une étoile filante entre les pattes de l'Acklay. La Force n'était plus sous son contrôle, sa nature la plus sauvage et agressive l'étreignait. Enveloppant l'arme au poing de Rengo, la vibro-épée devint tranchante comme un sabre laser et résistante comme du duracier. La fulgurance du coup dépassait de loin la compréhension humaine. Cependant l'attaque fut arrêtée nette. Une vive douleur lui irradia le bras. L'Alpha était une créature maligne et s'attendait à une telle tentative. D'un geste précis elle perfora le bras du félin qui mit genoux à terre. Rugissant de douleur, Rengo faisant fit de la souffrance continua son geste déchirant son biceps brachial droit afin d'atteindre son opposant. Tranchant dans le vif, l'arme s'enfonça dans la chair arrachant à son tour à la monstruosité un rugissement strident.
Je vais ! Je frappe !
Tant de sang…
J'adore ça !

Laissant place à toute sa fureur, le chasseur planta ses crocs dans la pince qui entravait son bras. Le membre rompit sous les assauts répétés de l'animal fou l'envoyant quelques mètres plus loin. S'effondrant sur le Togorien, l'Alpha ficha l'une de ses pinces dans le dos du Togorien l'attirant à lui afin de le dévorer. Les ennemis jurés s'observèrent pendant d'interminables secondes. Les fluides corporels se mélangèrent dans un tout sombre, odorant et visqueux. Les bruissements de feuilles furent l'élément déclencheur, les rivaux se jetèrent dessus. L'Aklay tendit son imposante tête afin d'arracher celle du félin. La lutte à mort atteignait là son paroxysme. Chacun hurlant leur rage et leur douleur ; les ennemis se jetaient à corps perdu dans la bataille. La douleur, la perte d'un membre, même la fin de leur propre existence importait peu. Dans cet ultime instant, ils étaient les hérauts du carnage et de la destruction. Évitant de justesse le coup de mâchoire de son adversaire Rengo mit à profit cette courte fenêtre de temps afin de lacérer le visage de l'Alpha. Crevant l'œil de la mante religieuse géante, le chasseur devenu fou laissa échapper un grognement de satisfaction sauvage devant l'imposante bête qui gémissait de douleur. Mais le plaisir de voir celle-ci se tordre de douleur tandis que le liquide provenant de son sac lacrymal s'échappant de son orbite sanglante fut de courte durée. Car une douleur jusque là oubliée revint à lui, la pince fichée dans son dos s'enfonçait avec lenteur sectionnant le trapèze fibre par fibre. Le sang perlait le long de ses canines écarlates, il ruisselait le long du troue béant laissé par ce poignard planté dans son dos. Leur prochaine tentative serait la dernière, ce serait tuer ou être tué. Aidé par la Force, le fauve engouffra sa vibro-épée dans la mâchoire de l'Acklay et ce jusqu'à l'avant-bras. Perçant de part en part sa cavité buccale jusqu'à la gorge, la pointe effilée de l'épée apparaissait désormais à la lumière du jour. Étincelante telle une étoile rouge teintée par le sang. Toute puissante était cette main qui avait su donner un redoutable coup à son opposant. Il fallait l'extraire au plus vite sous peine la perdre, d'un geste vif elle s'extirpa de la mâchoire béante de la créature. Mais celle-ci ne le laissa pas faire mordant l'avant-bras du Togorien au pelage de neige. La puissance de la morsure était implacable rien ne stoppa celle-ci. Broyant os, chairs, muscles. Dans une gerbe de sang, Rengo vit avec effroi son avant-bras droit disparaître dans la bouche de la bête. Il ne restait que de celle-ci une main pendante retenue par quelques lambeaux de peaux rougeoyants. Épuiser et gravement blesser les deux prédateurs s'effondrèrent au sol. À bout de souffle, se vidant de leur sang la fureur qui était la leur ne disparaissait pas pour autant de leur regard… Tous deux étaient mus d'une soif inextinguible de meurtre, espérant avoir encore une once d'énergie afin de mettre à mort son rival. Mais rien ne vint, la vie les quittait à leur tour peu à peu. Le par terre se remit à trembler, les feuilles à s'agiter en tous sens. Ils étaient de retour, après leur brève interruption, ils repartaient en chasse. L'odeur du sang qui perlait le long du pelage pâle du Togorien leur assurait un festin de roi. Le vacarme s'intensifia, il voyait désormais la lueur qui brillait dans le regard de ses bourreaux, il n'en avait plus pour très longtemps …

RENGOOO !!!
ATTENTION !!!

ÉCARTE-TOI !!!!


À qui appartenait cette voix ? À qui s'adressait-elle ? Rengo ? Rengo … Qui était-il ? Ce nom lui paraissait si lointain. Noyées dans un océan de tourment et de rage, ces paroles n'étaient que des échos s'échouant sur les rivages brisés de son esprit en ruine. La puissance qui était sienne s'échappait chaque seconde, il n'avait plus la force d'obéir à ces ordres inconnus. Le destin lui échappait à son tour. Finirait-il comme Anoyan ? Pendant un bref instant il sentit son corps se soulever et être balayé par le vent telle une forte morte avant de lourdement s'écraser au sol. Quelque chose se brisa en lui, l'onde de choc parcourait sa jambe. Remontant le long de son torse meurtri avant de lui vriller les tympans. Une ombre gigantesque l'avait survolé, la puissance de sa course faisant décoller son corps du sol tout comme celui-ci de son ennemi. Puis rien… Rien hormis un fracas semblable à nul autre pareil et des rugissements d'agonie. Conscient il ne le serait plus pour très longtemps. Scrutant de son seul œil valide les environs. Il observait les masses difformes qui l'entouraient. L'Alpha gisait à dix mètres de lui, son ennemi était à peu de chose près le même que le sien. La Main Noire, son vaisseau, sa seule porte de secours se trouvaient désormais bien loin encastrés dans un arbre gigantesque écrasant de tout son poids le groupe d'Aklay qui étaient revenus à la charge. De ceci il ne restait plus qu'un amas de chair difforme et sanguinolent gémissant par moment.

Rengo, le chasseur ultime n'avait jusqu'à ce jour jamais perdu face à une proie. Pourtant … Il venait aujourd'hui de connaître l'une de ses plus grandes défaites. Ses blessures étaient si sévères qu'il se trouvait dans l'incapacité de bouger. En équilibre entre la vie et la mort, écrasé par la douleur, le fauve ne pouvait être que le triste spectateur de la vie qui le quittait. Un bruissement de feuille se fit entendre, l'Alpha bougeait encore. Maintenue en vie par l'énergie du désespoir et la rage qui l'habitait, la monstruosité rampa misérablement sur le sol. S'aidant de ses pinces pour tirer sa carcasse sanguinolente vers le Togorien. Celui-ci sentit une sinistre présence caresser les frontières de son esprit. Dahi’Zhe l'Architecte des carnages et de la désolation lui murmurait encore des paroles empoisonnées.

Encore un petit effort Rengo …
Rampe jusqu'à lui et mets fin à sa pitoyable existence …
Toute vie se nourrit d'une autre …
Tue !


Tandis que Doc sortait du vaisseau afin d'aller au secours de ses partenaires blessés, le chasseur Fou senti une force nouvelle le posséder. Une infime énergie lui donner la force de ramper jusqu'à son rival et lui assener le coup de grâce…

#39731
Si le chaos pouvait être imagé, l’affrontement titanesque qui venait de se dérouler dans la luxuriante jungle de Vendaxa en était la parfaite illustration. Deux prédateurs enragés s’étaient livrés à un duel acharné, chacun puisant dans ses ultimes réserves pour tenter de prendre l’ascendant sur son redoutable adversaire. Et un Zabrak désespéré et désemparé par une charge d’Acklay furieux n’avait eu d’autre choix que d’écraser l’Antre sur la meute pour éviter à Rengo une mort certaine. Et pour couronner le tout, Anoyan gisait inerte sur le sol, après s’être transpercé l’abdomen par l’Alpha. Il ne devait son salut qu’à un sauvetage audacieux (et complétement fou) de la part du Togorien qui n’avait pas hésité l’ombre d’une seconde à charger le prédateur au péril de sa vie. Et désormais, il ne restait du Togorien qu’un simple tas de poils maculés de sang. Ses blessures étaient graves et nombreuses. De son avant-bras droit, il ne restait qu’une main pendante à un lambeau de peau, le reste ayant été déchiré par l’Alpha au cours du duel. Son biceps brachial droit était déchiré tout comme son trapèze, son dos avait été lacéré à maintes reprises lors du précédent affrontement et sa jambe gauche était brisée. Et au vu de la quantité de sang qu’il perdait, il ne devait lui restait guère plus de temps qu’à Anoyan. Finirait-il ainsi, sans avoir réussi à éliminer la créature qui lui causait tant de souffrance ? Cette chose devait-elle continuer de vivre alors que son bras droit et lui-même étaient à l’article de la mort ?

A la simple pensée de cette cruelle injustice, la colère et la rage s’emparèrent à nouveau du Chasseur Fou. Non, son histoire ne pouvait se finir ainsi. Il aspirait à une mort plus épique, plus mémorable que celle qui le guettait en ce moment. Aussi chercha t-il en lui des ultimes forces pour se mouvoir de son mieux vers l’Acklay Alpha qui semblait avoir eu le même raisonnement que le Togorien. Les deux adversaires progressaient avec une incroyable lenteur et le Doc les entendait tour à tour crier de souffrance à chacun de leurs mouvements. Cette scène surréaliste, peut-être même encore plus surréaliste que le choc de titans auquel il venait d’assister, le laissait sur place. Il était tout bonnement impressionné par la détermination qui animait son compagnon d’armes. Il souffrait le martyr, cela se voyait aussi distinctement qu’un nez sur un visage mais il ne renonçait pas. Et le Zabrak sut alors ce qu’il avait à faire. Il arrêta d’être stupéfait parce qu’il voyait et décida d’aller aider Darth Vaar à en finir une bonne fois pour toutes avec cette infâme créature. Car chaque seconde était désormais précieuse pour espérer sauver aussi bien le Togorien que le Bespinien. Aussi se hâta t-il de rejoindre le Sith afin de lui proposer son aide.

Laisse moi t’aider à te relever, je ferai de mon mieux pour te soutenir.


Non…. C’est… C’est un combat… que j’ai commencé seul… Je le finirai… Je le finirai seul… Ou bien j’échouerai en essayant… Mais… Mais je ne veux aucune aide…. Va plutôt t’occuper…. Essaie de le sauver !


Même parler, le simple fait de communiquer demandait énormément d’efforts au Togorien. Mais même blessé, sa fierté et son entêtement demeurait intact. Il n’accepterait l’aide de personne. Et il reprit sa progression avec une lenteur qui l’exaspérait au plus haut point mais il ne pouvait faire autrement. Pas avec une jambe brisée et un gros morceau d’avant-bras en moins. Il était obligé de se tortiller sur le sol à la manière d’un serpent, rampant vers la raison de sa fureur. Sur la courte distance qui le séparait désormais de l’Acklay, il aperçut l’une de ses vibro-épée et il parvint à la récupérer. Juste à temps pour faire face une dernière fois à son vis-à-vis. ils le savaient tous les deux, un seul en ressortirait vainqueur. Et tandis que l’Alpha s’apprêtait à empaler le Togorien, celui-ci fit appel une fois de plus à la Force pour renforcer son arme afin de la rendre aussi tranchante qu’un sabre laser et alors que la pince s’abattait vers lui, il la trancha de son bras gauche, arrachant un nouveau cri de douleur à la créature qui s’effondra sur le sol. Et la vibro-épée frappa une dernière fois, fendant le crâne de l’Alpha. C’en était fini de lui et le Togorien tenta de rugir pour célébrer sa victoire mais le seul son qui sortit de sa gorge fut un atroce cri de douleur. L’adrénaline des dernières minutes s’en allant petit à petit, elle laissait désormais place entière à la douleur. Entendant cet appel à l’aide, le Doc accourut une nouvelle fois vers Rengo et sans chercher à lui demander son accord, il l’attrapa par son bras gauche et le releva, non sans mal. Passant le bras poilu de son leader autour de son cou, le Zabrak cru bien faire en voulant prendre la direction du vaisseau endommagé mais en voyant où se portait le regard du Chasseur Fou, il comprit qu’il voulait voir Anoyan en priorité. Et il l’emmena voir l’Humain qui était extrêmement pâle. Anoyan luttait de toute ses forces pour ne pas fermer les yeux et à la vue du Sith, il tenta bien d’esquisser un sourire. Mais cet effort lui arracha un nouveau râle de souffrance et il cracha une gerbe de sang. Il était vraiment dans un triste état. Et cela peinait profondément le Togorien, qui était impuissant face à la détresse de son frère d’armes.Et d’ailleurs, celui tentait de prendre la parole, d’une voix si faible et lointaine que Rengo devait tendre l’oreille pour pouvoir comprendre ce qu’avait à lui dire son bras droit.

Je… Je ne sais que dire Rengo… Tu t’es sacrifié pour que cette chose ne me dévore pas et pourtant…. Je n’aurai pas la force nécessaire pour tenir jusqu’à l’hôpital le plus proche…. Je les utilise en ce moment pour te parler une dernière fois…


Il cracha une nouvelle gerbe de sang et un gémissement de douleur lui échappa. Puis il reprit, avec la même faiblesse dans la voix.

Je veux être incinéré ici-même. Tu n’auras pas la force de le faire toi-même Rengo… Mais le Doc lui peut le faire… Oui il peut…. Il…


Suivit d’un silence. Un très long silence. Il avait toujours les yeux ouverts mais son regard s’était éteint. Il avait réellement usé de ses dernières forces pour parler une dernière fois avec ses compagnons et cela lui avait coûté la vie. Peut-être que s’il avait gardé le silence, il aurait pu survivre. Ou peut-être pas en fin de compte. Et tandis que le Togorien se perdait dans ses pensées, assailli par toutes sortes d’émotions contradictoires, le Zabrak décida de d’abord s’occuper du Sith en premier, son état nécessitant des soins plus qu’urgents, et de revenir ensuite offrir des funérailles décentes à Anoyan. Aussi aida t-il Rengo, qui sautillait sur sa jambe droite, à rejoindre le vaisseau légèrement endommagé afin d’utiliser l’un des kit de premiers secours pour espérer stabiliser l’était du Togorien le temps de trouver un hopîtal qui pourrait lui administrer les soins qu’il nécessait. Il l’allongea sur la banquette de la pièce centrale et se hâta d’attraper un kit de secours dans l’un des rangements de la dite pièce. Il le stabilisa de son mieux et gagna rapidement le cockpit afin de faire décoller l’Antre et de survoler à vive allure la jungle de Vendaxa, cherchant sur le radar et des yeux une grande ville disposant d’un hopîtal.

Le vol avait duré plus de deux heures et, il en était persuadé, l’état du Togorien ne s’était pas améliorer. Mais après avoir posé le vaisseau en urgence dans un statioport en expliquant de son mieux la situation actuelle avant le dit-atterrissage, les deux derniers membres de la Main Noir n’eurent pas à attendre très longtemps les services d’urgence qui venaient chercher le Sith. Direction l’hopîtal !
[Gizer]Le Citoyen Chiss

Dans la cabine sombre juxtaposée au travers de le[…]

L'appel de la destiné [Luna]

Le regard de Luna était bloquée sur le miroir noi[…]

Leur périple arriva enfin à terme après de longues[…]

[Scénario] La règle des deux

Elle déambula autour de l’artefact, laissant sa m[…]

https://cdn.discordapp.com/attachm[…]

Ils étaient déjà prêts à repartir, le plus biolo[…]

En quittant la salle d’entraînement je prends d’a[…]

Cet enfoiré ne l'avait pas raté, le plan éta[…]