L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Orbitant autour de la planète des Hutts, Nal Hutta, Nar Shaddaa est le spatioport du monde Hutt, connu dans toute la galaxie pour ses immenses gratte-ciels, ses mécaniciens spatiaux réputés, mais aussi pour sa fréquentation douteuse, composée de tout ce que le secteur compte de hors-la-loi. Surnommée la Lune des Contrebandiers, Nar Shaddaa est effectivement une plate-forme active pour la contrebande dans les bordures Médiane et Extérieure.
Gouvernement : Hutts
#38146
Il était une fois... Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

Une nouvelle aventure impliquant action, meurtres et combats ainsi que monnaies sonnantes et trébuchantes pour notre jeune Mandalorien !

Image


Aaaaaaaaah... Nar Shaddaa, la lune des contrebandiers, sans doute le coin favori de Sareth dans toute la galaxie, un lieu sans aucune juridiction où la seule règle c'est la force brute, l'argent et le pouvoir. Un endroit parfait pour exercer sa profession, en somme ! Mais aujourd'hui il n'y était pas pour le travail, il y était pour partager un bon verre avec ses amis, après tout cela faisait bien des années que le groupe ne s'était pas permis une petite pause, entre missions suicide, épreuves mortelles, réceptions mondaines et traque de criminels divers, nos chasseurs de primes n'avaient jamais vraiment pris le temps de se poser le temps de boire un verre et rigoler un bon coup. Ils se trouvaient dans une de ces cantinas comme on en voit des milliers de milliers sur Nar Shaddaa : Néons roses, hologrammes de Twi'Lek en train de danser, droïdes serveurs déambulant en tout sens pour servir les clients assoiffés le plus vite possible, le jukebox jouant toujours les mêmes pistes, les rires, les bagarres... En bref, ce qui faisait le charme habituel de ces lieux exotiques et conviviaux. Assis à une des tables du fond, nos protagonistes rigolaient à gorge déployée, sauf Seven qui lui n'y arrivait pas mais qui semblait très heureux d'être ici.

- L'moins qu'on puisse dire c'est que tu t'es fait un bel équipement mon salaud, rigola Rooker à gorge déployée en avalant sa bière.
- Je te le fais pas dire, je suis pas mécontent d'avoir trouvé du Beskar aussi vite, mais bon, quelle galère cette histoire de Dragon.
- Tu aurais dû m'appeler, j'aurais adoré le voir en action, répondit Seven.
- Je devais le faire seul, désolé, mais ne t'inquiètes pas, la prochaine fois on se fera une chasse au Dragon à deux !
- Et pour ce qui est de ces épreuves sur Dxun ?
- Hum... Eh bien ma foi j'ai rencontré des personnalités... Intéressantes. Mais je m'étendrais pas trop là dessus, ce que j'ai vu dépasse l'entendement.
- A quel point ?
- Au point où j'ai pas envie d'en parler, changeons de sujet, rigola Sareth.


Tout à coup, quelqu'un de tout à fait inattendu entra dans la cantina... Cette silhouette noire de deux mètres de haut poussa un grognement et guetta chaque personne se trouvant dans ce lieu n'étant éclairé que par la lumière des néons. Après avoir jaugé chaque personne, un sourire arbora le visage du Trandoshan, puis ce dernier alla se poser comme si de rien était à la table de Sareth. Un colosse de Trandosha portant une légendaire tenue orange et empestant une vague odeur de Dioxis... Bossk, le tristement célèbre chasseur de primes. Tout le monde le guetta un court instant avant de retourner à ses occupations, ne souhaitant pas attirer l'attention de cette brute trop longtemps.

- Ssssssalut petit.
- B-Bossk ! Ça pour une surprise !
- On me dit sssssssouvent ça... Dis, est-ccccce que tu as envie de te faire un paquet de blé, Mando ?
- En général je suis partant, pourquoi boss ?
- Parcccccce que tu es sur la bonne planète pour te faire 50 000 crédits.
- ... Précisez votre pensée ?
- Eh bien c'est ssssssssimple... La guilde recherche activement un ccccccertain Hidame Kojido, il n'est pas recherché par un particulier, cccccc'est nous qui le cherchons car on a besoin de lui. Il le ssssssait, donc il a envoyé un message à tous nos QG et nous a mis au défi de traverser son château sur Nar Shaddaa et d'arriver jusqu'à lui.
- Combien y sont allé ?
- Une bonne vingtaine, mais aucun n'est revenu... J'y irais bien moi même mais j'ai un type sur liste noire à aller chercher, je me suis donc dit que ça t'intéressssssserait.
- Je vois... Pas la moindre information sur ce château ou sur le bonhomme ?
- Absolument rien sur le château... Et l'attaquer en vaisseau ne marchera pas, il est ssssssssolidement protégé et on a besoin de lui vivant. Quand au loustic on sait qu'il est développeur d'holo jeux et qu'il est accessssssssoirement très riche, suffisamment riche pour avoir à sa botte une petite armée de troufions. Tu devrais y aller maintenant si tu veux tenter ta chance, à tout moment un concurrent peut te piquer ta place, termina-t-il en rigolant. Bon, c'est pas tout ça mais j'ai un type sur liste noire qui m'attends dans cette cantina.


Sans prévenir, Bossk se leva et dégaina son fusil blaster avant de tirer sur l'un des clients du bar qui se mit à fuir le plus vite possible par l'arrière boutique.

- Crotte... Je l'ai manqué, bon, va au Nord d'ici si le château t'intéresse, tu peux pas le rater, cccccce type adore foutre son nom partout, bon, je te laisssssse, mon fric va pas se gagner tout ssssssseul, termina Bossk avant de courir après sa cible.


Alors que le groupe de Sareth et lui même écarquillèrent les yeux en voyant cette scène surréaliste arriver, ils se mirent tous lentement à se regarder alors qu'un énorme boucan provoqué par Bossk et sa cible se faisant entendre à l'extérieur.

- Du coup... Tu y vas... ? Demanda Rooker en se remettant de ce qu'il venait de voir.
- Que veux tu que je te dise... Oui, évidemment que oui ! On se retrouve au vaisseau, merci pour la bière, c'était les deux heures les plus sympas de ma vie !
- A plus tard Sareth, termina Seven.


En quittant ce bar, même sans le savoir, ce qui devait être une simple promenade de santé allait devenir une nouvelle épopée au travers de cette galaxie lointaine, très lointaine... Une aventure mêlant monde réel et virtuel, mercenaires fous à lier et guerres internes.
#38147
Et voilà que notre chasseur de primes Mandalorien se dirigeait guilleret vers le Nord de la ville, utilisant ses propulseurs pour voler dans les airs et virevolter entre panneaux, passants et speeders. La ville était comme à son habitude pleine de vie, les éclairages multicolores et les rues bruyantes. A droite des échanges de tir avaient lieu parce qu'un malfrat en avait mal regardé un autre, à gauche un dealer d'épice vendait sa came à qui voulait bien s'arrêter pour l'écouter crier, en haut un Hutt local faisait la promotion de son entreprise d'holo-films pornographiques... Le chaos et l'anarchie se lisaient partout sur cette planète de fous furieux, et c'est peut être ça qui plaisait autant à Sareth, ce sentiment grisant de liberté. Mais alors que son esprit divaguait, il tomba nez à nez avec un intriguant panneau publicitaire différent des autres, non, celui là était... Unique en son genre. Il mettait en scène un humain faisant la quarantaine, peut être un peu plus, habillé d'un élégant costard noir, portant des lunettes et arborant une coupe de cheveux courte. Il semblait essayer de paraître sérieux mais un petit sourire narquois parasitait toujours son visage de temps à autre... La publicité commença d'abord par un petit "Cette publicité vous est proposée par Hidame Kojido".

Image


- Chasseurs de primes de tout poil, mercenaires à la gâchette facile, brigands de tous horizons... Bien le bonjour à vous, ce message est pour vous ! Je suis Hidame Kojido et je suis... Recherché. Oui oui, vous m'avez bien entendu, la Guilde veut me mettre la main dessus ! Et moi, vous savez, j'ai toujours aimé les jeux, c'est même grâce aux jeux que je suis riche aujourd'hui ! Alors voilà... Si l'idée de vous faire un paquet de crédits en me capturant vous fait envie, n'attendez plus et rejoignez mon manoir aux mille et un pièges ! Nous vous attendons mes hommes et moi, montrez vous dignes de me capturer, et le jackpot promis par la guilde sera à vous ! C'était Hidame Kojido, bien à vous, malfrats de Nar Shaddaa !


Les coordonnées de son manoir fringuant furent ensuite diffusées, une fois la publicité finie, une langue bande de crédit passa pour remercier le monteur, le directeur de la photographie, le réalisateur et tous les gens ayant participé de près ou de loin à la réalisation de cette publicité... Et sans surprise, le seul nom qui apparaissait sur cette liste, c'était celui d'Hidame Kojido. Un tel égocentrisme assumé était assez... Étrange à voir, la seule personne que Sareth ait jamais rencontré qui débordait d'un tel narcissisme c'était Jack Crypston, et ce type, il n'y en avait pas deux comme lui dans cette galaxie. Autant dire que cet Hidame devait être un sacré personnage, et pour cause, il était tellement égocentrique qu'au lieu de se cacher comme n'importe quel homme recherché l'aurait fait, il préférait se mettre en scène et inviter la galaxie toute entière à aller le chercher, comme si il était persuadé d'être invincible... Mais, outre son melon cosmique, il devait avoir un plan bien rodé, il serait donc très mal avisé de le sous estimer.

Après avoir suivi les coordonnées, Sareth arriva devant le fameux Manoir aux mille et un pièges... Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce manoir perché sur une plate forme flottante ressemblait plus à un genre de forteresse imprenable, à tel point qu'elle s'élevait au dessus des nuages. Le style de construction était vraiment à part comparé au reste de la ville, ce Kojido semblait vraiment avoir sa propre patte d'artiste et ne voulait jamais rien faire comme les autres. A l'entrée de ce bâtiment fantasque se trouvait un immense tapis rouge, sans doute pour inviter les arrivants à rentrer... Et pourtant, à l'entrée, beaucoup attendaient mais peu osaient entrer. Il y avait une vingtaine de mètres qui séparaient le début du tapis rouge de l'entrée, et tous sans exception se tenaient devant le tapis rouge sans y poser les pieds.

Image


Le jeune homme s'approcha alors et, voyant que personne n'allait se décaler, commença à bousculer les trouillards qui n'osaient avancer avant de constater qu'un cadavre bien frais se tenait à quelques mètres de l'immense porte d'entrée entrouverte, le crâne dans un état lamentable, le corps percé comme une passoire. Quelqu'un lui avait tiré dessus à la gatling sans la moindre pitié de toute évidence... Il observa ensuite plus précisément les lieux et remarqua deux droïdes de sécurité embusqué plus haut qui guettaient les venues et les allées. Dans un geste taquin, Sareth posa le pied dans le périmètre où personne n'osait s'avancer et, sans surprise, les droïdes s'activèrent et tirèrent à l'endroit exact où se trouvait le pied de notre protagoniste. Une fois le pied retiré du périmètre de sécurité, les droïdes se remirent en veille et arrêtèrent de tirer. Évidemment, cet acte provoqua la panique chez les nombreux mercenaires qui entouraient Sareth, aussi, ils reculèrent par réflexe et laissèrent enfin notre protagoniste respirer !

Il aurait bien tenté de descendre ces gardes, mais ce petit malin de Kojido avait caché ses droïdes derrière un puissant bouclier énergétique, rendant ces droïdes impossibles à canarder, il allait donc falloir passer en force... Soit, Sareth avait justement le bon équipement pour ça ! Il pencha la tête à droite puis à gauche pour provoquer un doux craquement dans sa nuque puis s'étira afin que ses autres articulations se détendent et craquent à leur tour. Une fois bien préparé, le jeune homme activa le champ de force énergétique à sa ceinture, frappa ses bottes l'une contre l'autre et fonça droit vers la porte. Les droïdes s'alarmèrent bien évidemment et commencèrent à déchaîner leur artillerie sur le Mandalorien volant qui zigzaguait de droite à gauche. Son bouclier encaissa un tir, deux tirs, trois tirs, quatre, cinq... Puis au bout du dixième il finit par lâcher. Qu'importe, Sareth était juste devant la porte ! Mais au moment de passer la porte, le Mandalorien se prit un tir en pleine tête, il s'écroula alors sur le sol en arrivant au rez de chaussée... Avant de calmement se relever en se tenant la tête. La vache ! Il n'avait presque rien senti, le Beskar était vraiment efficace !

Le premier commité d'accueil était passé, maintenant il restait un château tout entier à traverser.
#38154
- Oh, quelle surprise, un nouveau visiteur plus courageux que les autres... Je commençais à me dire que personne ne viendrait m'arrêter tu sais ? Clama la voix de Kojido depuis un projecteur holocom dans la pièce.


Sareth se trouvait dans une salle d'accueil tout ce qu'il y a de plus classique avec une droïde de protocole réceptionniste à l'entrée, des escaliers sur la droite et sur la gauche, la décoration principale des murs de bronze reluisants dans la pièce était... Des tableaux mettant en scène Hidame Kojido dans diverses scènes épiques comme la bataille d'Endor, la bataille de Hoth, au sommet de la cité des nuages sur Bespin, en train de s'échapper de la bouche d'un Sarlacc, face à un Rancor à mains nues... Il y avait tant de tableaux et de scènes différentes que cela donnait le tournis, était-il mythomane en plus d'être narcissique et mégalomane ? Ce qui choqua également Sareth c'était la présence d'un cadavre décapité juste à côté de la réception...

- Vous aimez bien vous mettre en scène, je me trompe ?
- Nooooon, c'est un simple hommage à ma propre personne motivé par l'art et par la passion !
- ... A n'en point douter.
- Bon... Présente toi à la réceptionniste avant de choisir la droite ou la gauche, attention, une route est piégée, l'autre non, bonne chance pour trouver laquelle !


L'hologramme de Kojido disparut, laissant enfin le chasseur de primes tranquille. Le droïde de protocole attendant à la réception avait des membres fins et courbés pour lui donner des airs plus féminins ainsi qu'une tenue de maid tout à fait clichée tout droit sortie d'un mauvais holo porn. Malgré ses airs nunuche, la machine devait savoir quelque chose. Il s'approcha donc de la réceptionniste... Avant de dégainer son blaster pour le pointer droit vers la tête de cette dernière sans une once de civisme. Il n'avait pas de temps pour la politesse et les devinettes.

- Quelle route est la bonne ? Répond vite tas de ferraille j'ai pas toute la journée.
- Lâchez votre arme monsieur ! Répondit le droïde à la voix féminine.
- Pas avant que tu me dises quelle route est la bonne.
- Dernier avertissement, lâchez votre arme monsieur !
- Je te préviens, je vais tirer.
- Trop tard, répondit le droïde alors que sa voix prit un ton grave et que ses yeux devinrent rouges.


C'est alors que la machine protocolaire, habituellement statique et à peine capable de bouger ses bras, se déplaça avec une souplesse tout à fait inattendue et révéla une lame tronçonneuse cachée dans son poignet droit qu'elle utilisa dans le but de décapiter Sareth, ce dernier, peu emballé par l'idée, se recula et tomba en arrière avant de dégainer ses deux blasters pour canarder son adversaire. En une pirouette, la machine à tuer esquiva les tirs avant de sauter au plafond et s'y accrocher pour ensuite se laisser tomber droit sur Sareth, orientant ses talons aiguille tranchants comme des rasoirs vers sa cible. Pour éviter ce destin tragique, le mercenaire roula sur le côté avant de se relever en un culbuto et révéla sa vibrolame au poignet gauche avant de frapper le droïde à la tête, mais ce dernier esquiva et révéla une lame tronçonneuse au niveau de son autre bras, le manoir se révélait déjà rudement difficile et ce n'était que la réception.

Le Mandalorien rengaina ses blasters en vitesse avant de s'armer de sa pique de force pour rapidement la positionner sur le mode létal. Alternant entre attaques aux lames tronçonneuses et frappes aux talons aiguille tranchants, cette créature de métal était rudement rapide et semblait danser entre chaque coup, Sareth reconnaissait ce style de combat, c'était du K'Thri, l'école de combat traditionnellement opposée au Teräs Kasi de part leur différence radicale de mouvements. Le Teräs Käsi se concentrait sur des attaques précises, lourdes, ancrées au sol alors que le K'Thri était aérien, rapide, plus gracieux. Les deux adversaires dansaient et virevoltaient en tous sens dans la pièce, l'un restant au sol, solide sur ses appuis, profitant de l'environnement à son avantage alors que l'autre sautait à chaque coin de la pièce, utilisant les murs comme appuis pour ses attaques plongeantes mortelles. Du moins jusqu'à ce que lors d'une de ses attaques plongeantes, la machine se prenne un coup de pied haut droit dans la figure et ne dévie de sa trajectoire pour rejoindre son bureau de réceptionniste et le briser en mille morceaux. Voulant en finir, le droïde se releva et tentade frapper Sareth au torse d'un coup de pied fatal, mais ce dernier se décala et trancha la jambe de la machine d'un coup sec de vibrolame avant de planter sa pique de force dans la tête du droïde qui s'écroula sur le sol, désactivé.

- Joli combat ! Alors, tu as aimé la réceptionniste ? Je me suis inspiré d'un droïde qui a fait pas mal parler de lui à son époque, Triple Zéro, ça te dit un truc ?
- Jamais entendu parler... C'était qui ce droïde ?
- Un activiste pro droïde un peu bizarre mais sacrément bien conçu si tu veux mon avis... 'Faut dire que sa conceptrice avait de sacrées miches.
- Ah, enfin un sujet sur lequel on peut se mettre un peu d'accord, elle s'appelait comment la demoiselle qui l'a conçu ?
- Docteure Aphra !
- Je chercherais ça sur l'Holonet...
- M'étonnerait que tu trouves quoi que ce soit sur elle, mais écoute, si jamais tu arrives à mon bureau je te montrerais à quoi elle ressemble !
- Vendu !


Le Mandalorien retira sa pique de force de la tête du droïde d'un coup sec avant de désactiver son arme puis la ranger dans son dos... Ce droïde était un bon adversaire, mais ça ne vaudrait jamais la sensation grisante d'avoir face à soi un adversaire humain capable de s'entraîner et d'improviser. En tous les cas il n'était pas plus avancé que ça sur quel chemin prendre... Il décida donc de régler la question en choisissant le chemin de droite menant sur un long couloir semblant mener à un grand salon. Une fois dans le couloir, il dégoupilla une grenade avant de la faire rouler tout le long de la pièce. Trois scies circulaires se levèrent, puis deux pendules tranchants, puis cinq pointes métalliques sortant du mur de droite, puis une trappe menant sur des piques, faisant donc tomber la grenade dans ce trou piégé. Les pièges n'étaient déclenchés que par de vulgaires plaques de pression à peine cachées sur plancher, il suffit donc à Sareth de les contourner pour arriver à la pièce suivante.

- Mais... Pourquoi ne pas être passé par la gauche si tu as vu que la droite était piégée ?
- La gauche aussi était piégée.
- ... Tu le savais vraiment ?
- Non, j'ai bluffé.


Agacé de s'être fait avoir à son propre jeu, le maître du manoir grogna un peu avant de souffler un coup et de se calmer.

- Tu es un petit malin, mais attends de voir ce qui t'attends dans mon magnifique salon !


Ce qui attendait Sareth dans cet immense salon, outre la décoration toujours aussi luxueuse et centrée sur le maître des lieux, avec notemment une statue de lui en plein milieu de la pièce, c'était de nombreuses portes menant dans toutes les directions... Génial, en tant que développeur, Hidame devrait pourtant savoir que les pires passages dans les holo jeux sont les labyrinthes.
#38159
Sareth poussa un court soupire avant de se tourner vers la projection holographique du maître des lieux, ce dernier ne pouvait pas le voir à cause du casque en Beskar, mais le regard du Mandalorien était un regard criant pitié, comme si il voulait bien traverser toutes les épreuves du monde sauf celles là. Le mercenaire se tourna ensuite vers les diverses portes et observa ce salon dans son ensemble. Comme toujours l'immense tapis rouge était au rendez vous et grimpait tout le long d'un gigantesque escalier central avant de s'arrêter droit devant une immense porte blindée. Outre cet escalier et la statue d'Hidame Kojido faite d'or massif, sur les côtés se trouvaient sept portes différentes avec, sur chacune, un idéogramme de couleur différent.

- Eh bien mon cher Mando, tu ne semble guère emballé par la pièce, que diable t'arrive-t-il ?
- Disons que j'ai jamais été fan des labyrinthes.
- Allons, ça n'est pas un labyrinthe, considère cette zone comme le Hub central de ma forteresse ! Chaque porte te mène à un ascenseur qui lui même te mènera dans une des sept grandes pièces de ma tour. A la fin de chacune se trouve une carte colorée qui une fois toutes réunies face à la porte blindée te permettent d'accéder à la zone finale... Ma zone privée où je me prélasse dans des piscines alors que des top modèles me rejoignent en maillot de bain pour profiter de ma divine compagnie !
- Je ne sais pas pourquoi la Guilde te recherche, mais t'es un sacré numéro.
- Oh, ils ne t'ont pas dit pourquoi ils me cherchaient ? Miséricorde... On te raconte que tu peux te faire 50 000 crédits faciles et toi tu fonce ? Pardonne moi si la question te vexe, mais n'aspires tu pas à quelque chose de plus grand que la simple richesse ?
- Ne t'en fais pas, j'aspire à beaucoup de choses, et là, dans l'immédiat, j'aspire à te capturer.
- Je te comprends, qui ne voudrait pas me rencontrer ?
- Cela t'arrive-t-il de ne pas t'aimer ?
- AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH !!! Kojido s'étouffa avant de tomber par terre pour se relever péniblement. J'ai bien peur de ne pas pouvoir répondre positivement à cette question, ahahahah !
- L'important après tout c'est l'honnêteté, termina Sareth en retenant un ricanement.


Il allait donc falloir finir ces sept étages avant d'enfin rencontrer ce mégalomane rutilant... Soit ! Cela faisait un moment que notre chasseur de primes n'avait pas apprécié un bon challenge bien relevé, il affronterait donc les pièges et les hommes que ce malade mental de Kojido mettrait sur sa route. Il s'étira et se dirigea vers la première porte à gauche... Il y avait un symbole de dunes sur cette dernière. La porte s'ouvrit devant lui, menant sur un ascenseur, il entra et attendit patiemment que ledit ascenseur le mène au bon étage de la tour... Les portes s'ouvrirent, révélant une immense zone désertique semblable à Tatooine. Ce mégalo était donc à ce point dans l'amour de la mise en scène pour transformer son immeuble en simili de paysages naturels... Cela avait le mérite d'être beau et sacrément réaliste, prouvant que cet immeuble était plus grand qu'il en avait l'air, mais le jeune homme sentait également venir les pièges et les ennemis redoutables.
#38250
Ce lieu semblait si réel, en soi il était réel, il ne pouvait être le fruit d'une simulation, mais il restait malgré tout un artifice, un simili de réalité fabriqué dans un immeuble aussi délirant et fringuant que son créateur. Combien de millions de crédits ce malade jetait-il par la fenêtre pour ses expérimentations grandiloquentes ? Seul lui pouvait le dire, et encore, lui même ne devait sans doute pas se rendre compte du gaspillage qu'il opérait innocemment dans son narcissisme et son perfectionnisme. En tous les cas, ce qui était sûr c'est que Sareth se retrouvait à présent dans un véritable morceau de Tatooine déposé sur Nar Shaddaa avec délicatesse et attention, et qu'il allait devoir venir à bout des épreuves cachées dans ce désert miniature pour passer à la zone suivante...

Ainsi, le Mandalorien avança lentement alors que le vent soufflait dans son manteau et que le sable tentait de se frayer un chemin entre les vêtements bruns drapant l'armure chromée de notre protagoniste. Le casque et les épaulettes de Beskar reflétaient quand à eux la lumière du faux soleil avec une intensité intensité rare qui permettait au cowboy de l'espace de respirer malgré la chaleur ambiante... Non pas qu'il craignait la chaleur, il commençait à avoir l'habitude de ce genre de climat à force d'arpenter les planètes du secteur Hutt, mais un peu de répit était toujours le bienvenu en ces moments où il fallait rester le plus concentré possible. Alors que notre chasseur de primes continuait lentement mais sûrement d'arpenter ces étendues d'or semblant ne jamais s'arrêter, un village de grande taille perça l'horizon et occupa rapidement tout le champ de vision de notre mercenaire errant. Ce lieu ne devait pas être là par hasard, l'épreuve se déroulait ici à n'en point douter. Usant de la vision binoculaire de sa visière, Sareth guetta cet étrange bidonville à ciel ouvert qui lui faisait face.

***


Image


Une reproduction quasi à l'identique de la ville de Mos Eisley, ville tristement célèbre pour avoir été la propriété des doigts visqueux et boudinés de Jabba le Forestier... A se demander jusqu'à où pouvait allait la folie et le sens du détail de Kojido. Cependant, à l'inverse de la ville originale, il n'y avait pas de passants, de marchands ambulants ou de Jawas dans le coin, seulement des hommes armés qui patrouillaient dans la ville. Combien étaient-ils ? Une vingtaine, une trentaine ? Peut être une cinquantaine ? Il était difficile de faire le compte tant ces hommes étaient nombreux... Génial, le mercenaire s'était donc embarqué dans une mission bien plus complexe que prévu, mais rien d'impossible sans un peu de ruse et d'astuce !

    Sareth : Tu n'y es pas allé de main morte Kojido... Soit, moi non plus je ne retiendrai pas mes coups.

Face à une armée nombreuse et bien équipée, certes le désavantage du nombre se fait sentir, surtout si vous êtes seul, mais si vous parvenez à créer autour de vous une aura menaçante, l'armée aura l'illusion qu'elle est faible face à vous. Un seul homme peut facilement manœuvrer, se cacher, attaquer de manière imprévisible et disparaitre aussitôt sans laisser de traces, il n'a pas à se soucier du moral des troupes, de la coordination ou du travail d'équipe, il est seul et a le contrôle sur chacun de ses actes, l'armée ennemie le sait, et c'est bien ce qui peut créer en elle cette peur indicible de l'unique ennemi invisible. Si en plus de ça vous avez la chance de vous être fait un nom ou d'appartenir à un groupe respecté comme celui des Mandaloriens, vous démarrez avec un gros avantage. Le physique de l'ennemi obéit à des règles simples : Il est touché par un tir, il s'écroule. Mais le moral, lui, est mille fois plus complexe, rempli de nombreuses failles qu'un fin tacticien peut exploiter pour retourner le cours d'un combat en sa faveur... En clair, toute la stratégie de notre mercenaire allait être d'inverser les valeurs, et transmettre à ses adversaires le sentiment pernicieux de se sentir proie alors qu'on était prédateur. C'est en tous cas ce qu'aurait dit Mith'Raw'Nuruodo si ce dernier pouvait prodiguer ses conseils pleins de sagesse à Sareth. En bon lecteur des préceptes du Chiss, notre petit Renard avait déjà un plan bien rodé.

L'idée était simple, pour commencer il fallait se faire remarquer sans pour autant se révéler. Et, en l’occurrence, rien de mieux pour cela que de faire usage d'une arme mortelle n'impliquant pas de se retrouver au cœur de la mêlée, un fusil de précision serait donc à privilégier ! C'est ce que fit notre mercenaire qui, dans un souci de propreté, dégaina le lourd fusil jusque là attaché à son dos et se coucha sur le ventre pour poser l'instrument de mort correctement et réduire le plus possible le recul et les tremblements parasites. Caché par une dune, notre tireur embusqué se trouvait dans les conditions optimales pour harceler l’adversaire quelques minutes sans que sa position ne soit immédiatement révélée, il se trouvait à 200 mètres de la ville, ce couvert était plus que confortable et sécurisé.

***


    Bandit peu lucide : Ça fait un bail que des chasseurs de primes sont pas venus, tu crois qu'ils ont eu la frousse en voyant les autres se faire tuer comme du gibier ?
    Bandit écervelé : J'avoue que j'en sais rien, en plus le dernier chasseur était vraiment pas loin de se barrer avec la carte clé, on a eu chaud !
    Bandit limité : 10 000 crédits par chasseur tué, le plan de rêve, ce Kojido est vraiment le pigeon le plus rentable qu'on ait jamais volé !
    Bandit peu lucide : Tu l'as dit ! Tiens, c'est quoi ce bruit sourd... ?

Hélas pour le bandit limité, il ne verra jamais ses 10 000 crédits, car au moment même où il se moqua de son employeur et de sa générosité, sa tête éclata comme une pastèque suite à un tir de sniper qui le toucha en plein crâne, répandant ses fluides corporels dans un large rayon et éclaboussant ses deux collègues dont l'expression passa de joie à panique en passant par la surprise puis le dégoût. Le bandit peu lucide se jeta sur le côté dans un acte salvateur, mais sa jambe ne suivit pas sa demande car cette dernière fut moissonnée par un second tir de sniper tout aussi destructeur que le premier. Le troisième, le bandit écervelé, porta bien son nom car, dans son ivresse apparente, il prit au bas mot trois longues secondes pour se rendre compte de ce qui se passait et fut à son tour séparé de son chef dans une explosion sanguine peu ragoutante. Le peu lucide était donc le seul encore en vie et, dans sa douleur et sa terreur, criait à l'aide dans l'espoir que quelqu'un sonne l'alerte et vienne le chercher, répandant donc déjà la panique dans la ville. C'était le plan de Sareth, laisser un témoin qui transmettrait effroi et frayeur au reste de l'armée, une tactique cruelle mais payante car toute la ville commençait déjà à s'agiter.

Les tirs de sniper continuèrent à pleuvoir pendant quelques minutes un peu partout, laissant des estropiés et des morts dans toute la ville ! En vérité, les morts n'étaient pas si nombreux que ça, il restait encore des dizaines et des dizaines de malfrats prêts à en découdre, mais la simple présence de ces cadavres sur le sol de la Fausse Eisley suffisait à faire passer un message clair comme de l'eau de roche aux truands qui défendait la ville : Ils étaient particulièrement vulnérables. Le message était bien passé, à présent plus une seule âme ne prenait le risque de traîner dans les rues de la ville, tous se cachaient dans les maisons et tiraient en direction de Sareth depuis les fenêtres. Les tirs étaient imprécis, brouillons, mais la dune qui servait de refuge au Mandalorien commençait lentement mais sûrement à être sous un feu nourri. Soit, c'était exactement ce que notre mercenaire voulait, maintenant il allait pouvoir exécuter la seconde partie de son plan.

***


Ce moment était celui de la lueur d'espoir, les bandits pensaient enfin tenir leur adversaire entre leurs doigts sales et bouffis et bombardaient sa cachette de tir avec entrain, la désillusion et la surprise qu'ils ressentiraient lorsqu'ils se rendraient compte que leur ennemi se trouvait déjà sous leur nez n'en serait que plus glaçante. En effet, profitant de l'immense nuage de sable et de poussière levé par les tirs de blaster, le mercenaire rampa dans le sable et quitta sa dune, à l'abri des regards, contournant la ville sans se faire remarquer alors que le talus sableux qui lui avait servi de couvert continuait de se faire arroser de tirs. Ainsi, il s'approcha lentement de la ville, un Westar-34 dans chaque main, se craquant la nuque sur la route, prêt à vider les maisons rondes de leurs occupants.

Il entra par surprise dans une première maison en brisant sa fenêtre et leva ses deux blasters pour abattre deux bandits qui rejoignirent le sol avant de le teinter d'un liquide pourpre. Les trois autres malfrats logés là levèrent leurs armes dans la panique mais le premier d'entre eux reçut un Mandalorien lancé à vive allure dans le ventre, perdant son souffle dans le processus, avant de se faire utiliser comme bouclier humain sans aucune vergogne. Après avoir encaissé trois ou quatre tirs de blaster tout en passant de vie à trépas, le cadavre du pauvre Rodien rejoignit ses deux compagnons d'armes sur le sol, et il fut bientôt rejoint par ses deux derniers confrères qui perdirent la vie en se faisant brûler vif par un lance flamme au poignet.

L'odeur du brûlé et la fumée envahirent rapidement les rues, incitant les bandits alentours à s'approcher de la maison pour l'attaquer, mais lorsqu'ils ouvrirent la porte et canardèrent les lieux dans l'espoir de ne laisser aucune chance à leur adversaire de s'en tirer, ils perdirent rapidement leur rage de vaincre en se rendant compte que dans cette bicoque ne trônaient que cinq cadavres et un détonateur thermique enclenché dont le bip bip frénétique commençait tout juste à retentir.

BOOM !!!

Image


L'explosion engloutit la maison et les malfrats postés autour dans un tourbillon de feu, de cendres et de poussière, répandant toujours plus de panique et d'incompréhension dans les lignes ennemies déjà effrayées. Nous étions passé à la phase 3 du plan, l'effet de surprise était gagné, il fallait maintenant tuer, tuer, tuer, tuer jusqu'à ce que l'armée adverse n'abandonne tout espoir et ne fuie lâchement pour sauver sa vie. Sareth s'était échappé par la fenêtre qu'il avait précédemment brisé et traversait les rues en courant comme un dératé, aidé par les servomoteurs de son armure. Et à mesure que les ennemis le remarquaient et tentaient de l'abattre sans succès, des cris répétant tous la même chose se répandaient au travers de la ville, tous accompagnés de la frayeur et de la peur qui allaient avec :

UN MANDALORIEN !!!


Et oui... Les guerriers d'élite à la visière en forme de T avaient sinistre réputation depuis qu'ils existaient, et encore plus depuis qu'on les comptait sur les doigts d'une main dans le milieu de la chasse à la prime. Dans le monde criminel, on craignait bien plus les Mandos que les Jedi, car un Jedi ne tuait pas et appliquait la loi républicaine qui se voulait juste et réhabilitatrice, là où le chasseur de prime Mando appliquait la loi des Hutts, une loi égoïste et arbitraire impliquant souvent mort, torture ou enfermement dans la carbonite. Sareth en avait parfaitement conscience et exhibait son masque de Beskar à la vue de tous alors qu'il traversait les rues sans pudeur dans le but de semer l'effroi parmi les rangs ennemis. Mais cette course au travers de la ville n'avait pas pour seul but d'exposer enfin son identité, dans le même temps, notre guerrier de métal semait derrière lui des détonateurs thermiques, tel un petit poucet pyrotechnicien. Ainsi le passage de notre mercenaire dans une rue de la ville était toujours accompagné de cris, de tirs de blasters puis d'une explosion retentissante et rutilante, soulevant des nuages et des nuages de sable et de fumée dans le processus. Peu à peu le ciel était voilé par toute cette fumée, ce qui contribuait à rendre l'ambiance de la ville sinistre et effrayante...

A présent, il ne restait plus qu'à tirer parti de toute cette peur et de toute cette tension palpable pour mettre la main sur la carte clé et foutre le camp d'ici en vitesse. Notre chasseur de primes cessa donc sa course endiablée au travers des rues, pique de force à la main, vibro lame au poignet déployée, puis se jeta au travers de la vitre de la cantina de la ville. Lorsqu'il rejoignit l'autre côté, la plupart des hommes cachés là prirent leurs jambes à leur cou, mais certains, enhardis par l'énergie du désespoir, se préparèrent pour le combat de leur vie. Le premier à rire au visage de la mort fut un Dévaronien armé d'une vibro hache qui se jeta tête baissée contre le Mandalorien avant de le frapper dans un mouvement de fendoir. Un pas de côté, un coup droit à la vibro lame et voilà que le diable rouge se fit transpercer le foie par la lame impitoyable de Sareth qui en profita pour donner un coup de pied dans le corps de son adversaire. Le lourd cadavre du grand gaillard cornu vint se perdre à toute vitesse contre le comptoir et percuta l'un des bandits posté là, le pauvre bandit perdit connaissance sur le coup lorsqu'il se retrouva compressé entre son compagnon d'arme et le fragile comptoir qui, d'ailleurs, se brisa sur le coup. Deux pour le prix d'un ! Il ne restait plus que trois hommes, trois mercenaires tremblants et de plus en plus hésitants, surtout en voyant avec quelle aisance Sareth avait vaincu le plus costaud d'entre eux.

    Sareth : Eh les affreux... Ça vous dirait de rester en vie ?
    Bandits apeurés : Comment ça... ?
    Sareth : Je veux la carte clé, si vous me la donnez je ficherai le camp aussi sec... Alors allez me la chercher et vous vivrez. Mais n'essayez pas de me doubler, l'une de mes puces traqueuses est accrochée à vous, ça sera très facile pour moi de vous retrouver et de vous faire saigner. Oh, et n'essayez même pas de la détacher, vous ne voulez pas savoir ce qui vous attend si ça arrive.
    Bandits apeurés : Ou..Ou... Oui monsieur !

Ainsi... Sareth sirota tranquillement un verre dans la cantina, et la carte clé lui fut rapportée dans un délai très rapide ! Lorsque le Mandalorien quitta la ville à pied en sifflotant, il remarqua en ricanant, carte clé à la main, que tout le monde avait foutu le camp de l'endroit à toute vitesse. Visiblement le Mandalorien leur avait donné la peur de leur vie. Il disparut donc de la ville fantôme et, après un trajet retour à travers le sable et les dunes, reprit l'ascenseur qu'il avait emprunté en soufflant un coup, se disant que ce n'était que la première épreuve et que la suite serait sans doute encore pire.

    Kojido : Tu es fier de toi j'imagine ?! Tu as détruit cette magnifique ville que je m'étais fait chier à faire fabriquer, brique par brique, avec les matériaux d'origine et tout et tout ! Quelle perte de temps et d'énergie...
    Sareth : J'étais à un contre cent, tu m'excuseras d'avoir usé les armes à ma disposition ! Et puis c'est de bonne guerre, tu me lâches dans un guet-apens, je casse tes jouets en retour, c'est la loi du talion !
    Kojido : Tsssss... Ne crois pas que les prochaines épreuves seront aussi faciles à gagner, petit malin.

La première épreuve a été couronnée de succès... Mais qu'en serait-il de la suivante ? Ça, nous ne tarderons pas à le découvrir.

https://cdn.discordapp.com/attachm[…]

Dashel Nelievar Bonjour tout le monde,[…]

Les épreuves [Dashel - Kit Fisto]

https://i.imgur.com/YH1H1.jpg […]

Des atouts dont seule elle avait le secret, c'[…]

Projet Bellator

Une silhouette escortée s’introduisit dans le c[…]

Les Sorcières de Dathomir https:[…]

L es choses sérieuses commençaient. Le grand p[…]

https://cdnb.artstation.com/p/asset[…]