L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Quatrième satellite de la Géante Gazeuse du système Yavin, la lune sanctuaire de Yavin 4 est une planète totalement recouverte d'une épaisse jungle qui étouffe les ruines d'un sombre passé. Sur ce monde isolé, loin des routes fréquentés, dans les profondeurs de la jungle se cachent des secrets enfouis, perdus à jamais.
Contrôle : Empire
#38148
Image


Ella se tenait face à moi, assise en tailleur sur le canapé dans la salle de vie du Hermes. Nous filmions à la vitesse de la lumière à travers la galaxie, en route pour se rendre à Coruscant. Après tout, je n’avais plus d’autre destination pour l’instant. J’avais fini par trouver Ruusan ; j’avais exaucé le dernier souhait de Nissa en sauvant sa fille sur Dathomir ; mon équipage avait été agrandie avec l’aide de Aslan et Feran ; je voyais déjà en la jeune fille mon apprentie. Il ne pouvait en être autrement. Elle avait beaucoup à apprendre. Elle ne connaissait que ce qu’elle avait pu voir des soeurs de la nuit. La Force, celle des Jedi, lui était encore inconnu. Et je considérais que cela était à moi de lui enseigner. Au temple, les Jedi restant s’occuperait d’une partie de sa formation. De mon côté, je devais encore retrouver Hayley pour qu’elle finisse la mienne. Alors je deviendrais chevalier et je pourrais prendre sous mon aile la jeune femme. C’était ce qu’aurais voulu Nissa. J’en étais persuadé. Je profitais de cet instant de paix pour commencer à lui apprendre les bases de notre pensée et les voix de la Force. Avoir retrouvé ma pleine maitrise aidait dans cet exercice.

« Mais alors… Il y a plusieurs sorte de Force ? Celle des Jedi et celle des Soeurs ? Et celle des Sith ? C’est ça ? »

« Non. C’est beaucoup plus simple et subtil à la fois. »

« Je ne comprends pas… »

« C’est normal… Ça viendra. Mais il n’y a pas vraiment plusieurs types de Force. Mais des théories, des façons de l’interpréter et de s’en servir. La Force est une tout. Ses utilisateurs font des choix et s’en servent selon leurs préceptes et leurs envies. Ça peut être bénéfique, altruiste, comme très dangereux. »

«  Donc… Il n’y a que la Force, une seule Force. Et les Jedi en utilise une partie, les Soeurs une autre et les Siths encore une autre ? »

« C’est déjà plus proche de la vérité. La Force est un tout. C’est une puissance qui nous dépasse et nous unis tous. Tous les être vivant sont liés à travers elle. C’est un champ de force qui nous entoure et nous pénètre et nous lis en un tout unis. Les Jedi en tire leur pouvoir, les soeurs et les siths aussi. Mais à des fins différentes. »

«  Pourquoi les Jedi s’en servent ? Quel est leur but ? »

« Les Jedi sont les gardiens de la paix et de la justice. C’est un ordre composé de membre sensible à la Force. Ce n’est pas parce que tous les êtres vivants sont touchés par elle, que tous peuvent s’en servir et l’entendre. Comme je te l’ai dis, je pense que tu en es capable. Merar, Aslan, ou Feran, ils n’en sont pas capables. Et donc ces membres, se servent de la Force pour maintenir l’équilibre dans la galaxie. Nous servons la paix et combattons le côté obscure de la Force. »

« Le côté obscure ? »

« Le côté obscure est l’opposé du côté lumineux de la Force. Les Jedi utilise le côté lumineux pour lutter contre les ténèbres. Les Siths eux, utilisent le côté obscure. Le côté Obscure est attrayant. Ses adeptes recherchent la puissance et pensent la trouver à travers lui. Ta mère y a succomber. Mais le côté obscure ronge l’âme et change l’être le plus pur en une ombre pale. Les Sith sont rongés par la violence, la haine et la peur. Ils sont prêt à tout pour devenir plus fort, au prix de la vie des innocents. C’est ce qui les rends si dangereux. Et c’est pourquoi nous devons lutter contre leur menace.  »

« Tu as déjà failli succomber au côté obscure ? »

« Je me suis perdu plus d’une fois. J’ai douté, j’ai eu peur. Cela arrive à tous les Jedi. J’ai connu de grands maîtres, puissant dans la Force. Ils avaient peur eux aussi. Il ne faut pas redouter de succomber. Un des plus grand maître que j’ai connu nous disait que la peur mène à la colère,  le colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance. La peur est le chemin vers le côté obscure. Le rôle des Jedi est de combattre cette peur. Ca n’est pas de ne pas avoir peur. Le côté lumineux aide à lutter contre la tentation en apportant la paix. Et avec le temps, tu apprendras à t’en servir. »

« Je pourrais faire comme toi ? Utiliser la Force. »

« Oui. Il y a bien des pouvoirs dans la Force. Tu apprendras à t’en servir. »

« Quand ça ? »

« Tu es bien pressée. Prends ton temps. Les Jedi sont patients, persévérants. Il faut beaucoup d’abnégation pour devenir un Jedi et beaucoup de pratique. Tu apprendras à ne faire qu’un avec la Force et à puiser dans ses ressources. La Force n’est pas une chose qu’on utilise ou qu’on essaie de dresser. C’est un fleuve, puissant, qu’on ne soumet pas mais auquel on se soumet pour utiliser son courant à notre avantage. C’est une allié, en aucun cas un outil. Mais puisque tu le demande, je te propose de commencer maintenant. Tu te souviens quand tu as utilisé la Force avec le livre des soeurs ? Tu as du ressentir un courant d’énergie te parcourir. Je vais te demander de faire pareil. Mais cette fois c’est la paix que tu dois rechercher. Assis toi en tailleur, et concentre toi. Tu dois faire la paix en toi. Tu dois être le plus calme possible, pas d’impatience, c’est compris ? »

« Oui… »

« Maintenant, cherches ce fameux courant que tu as déjà ressenti. Cherche à le toucher du bout des doigts. Essaie de faire appel à ce courant et utilise ton esprit, avec toute la concentration dont tu es capables. Une fois que tu sentiras ce fameux courant, je veux que tu déplaces ce stylo par la pensée. Visualise le, et utilise toute la force de ton esprit pour le faire s’éloigner et le faire revenir. Comme ça. »

Je faisais exactement ce que je lui avais demandé. Je fermais un instant me concentrant sur le stylo devant moi. Une main tendue en avant, je faisais appel à la Force et puisait dans son courant. Alors le stylo bougea. D’abord une petite poussée. Puis une attraction. Le stylo était revenu à sa place.

« Tu as compris ? »

« Je vais essayer… »

Ca remarque me fit sourire.

« Qu’est ce qu’il ya ? »

« Juste quelque chose que mes mentors me disaient. Je veux que tu y penses toi aussi. »

« Quoi ? »

« Il n’y a pas d’essai. Fais le ou ne le fais pas. Pour réussir ce test, tu ne peux pas te contenter d’essayer. Tu dois y croire. Avec toute ta force de conviction tu pourras faire bouger le stylo. Si tu doutes, tu échoueras. Tu comprends ? »

« Oui. »

« Bien. Vas y. »

Ella ferma les yeux, cela dura plusieurs minutes. Elle était concentré sur sa tache. Je décidais de ne pas intervenir, la laissant chercher ce lien avec la Force. Pendant ce temps, Merar entra dans la pièce. Je lui faisait un signe de la main pour qu’elle ne la dérange pas. Le stylo bougea légèrement. C’était faible. Mais c’était un bon début. J’avais raison de croire en elle. Il bougea encore, très faiblement et dans l’autre sens.

« Très bien Ella. Continue comme ça. »

JJe me dirigeais vers Merar. La laissant seul avec Feran qui venait d’entrer.

« Veille sur elle. »

« Toujours. »

« Elle doit rester concentrer. Ta présence pourrait l’apaiser. Reste à ses côtés. Elle est douée. »

« Je n’en ai jamais douté. »

Je quittais la salle pour aller dans le cockpit avec Merar et prenait place dans mon siège.

« Qu’est ce qu’il y a ? »

« Il va falloir faire un détour. »

« Pourquoi ? »

« Je sais que tu veux aller sur Coruscant. Et je ne veux pas te détourner de ton chemin. Mais tu as promis de m’aider… »

« Oui. Et je compte tenir ma promesse. »

« Utopia a besoin de fond… Et j’ai une solution. Pour l’équipage et pour la fondation. J’ai un contrat de 3 million de crédit qui attend. Je ne voulais pas t’en parler avant. Ruusan était plus important. Mais j’ai besoin de ton aide… »

« 3 millions… C’est une sacrée somme. Comment as tu fait ? »

« Tu te souviens du bal masqué ? »

« Oui. »

« Son organisatrice cherche trois dragons. Elle offre 1 million par dragon. J’ai demandé à Aslan de voir où on pourrait en trouver… Il a trouvé des hydres sur Yavin 4. Ça correspond parfaitement à ce qu’elle demande. J’aimerais que l’équipage s’y rende pour les lui livrer. »

« Ce n’est pas vraiment dans mes habitudes de kidnapper des être vivants… »

«  Je sais Dashel… Mais cela n’implique pas de tuer. Elle m’a assuré que ce n’était pour pour en faire des bêtes de foire… »

« Je n’ai pas vraiment le choix. Je vais t’aider Merar. Mais si je considère que ça va à l’encontre de mes principes je ne te garantie pas de continuer. »

« Je comprends… »

« Des dragons… Ca ne va pas être facile. On est pas assez nombreux. Et on a pas la place pour les transporter. »

« Je sais. Aslan à déjà envoyé un contrat pour des mercenaires. On leur donnera 500 000 crédits. On garde le reste. Je demande 1 million 5 pour Utopia. L’équipage se partage le reste. La personne qui m’a donné le contrat prend en charge les frais de transport. Aslan a déjà trouvé une Barge Spatiale X-23 StarWorker. Elle nous attend sur Yavin. »

« Je vois que tu as déjà tout prévu. »

Aslan entra dans le cockpit.

« Tu lui as dit ? »

« Oui. »

« Parfait. J’ai eu une réponse pour le contrat. Les mercenaires nous rejoindrons à Yavin. Voila les coordonnées où on devra les retrouver. »

« Bon cap sur Yavin 4. »

……….

« Ils ne devraient plus tarder. »

Nous attendions les mercenaires sur une plaine dégagée de la planète. L’Hermes était stationné à côté du transporteur que nous avions récupéré pour l’occasion. De son côté, Ella s’entrainait toujours à la poussée et l’attraction de Force, assise dans l'herbe fraiche. Feran la regardait en silence. Aslan, Merar et moi scrutions le ciel en attendant de voir arriver le vaisseau de nos futurs alliés.
#38149
Vide Spatial, Wings of Liberty.

Image


Le Patrouilleur Firespray se reposait paisiblement sur un astéroïde, de même que son équipage... Rooker roupillait sur le siège de pilotage alors que Sareth, lui, était comme à son habitude enfermé dans sa cabine, dormant avec deux hololivres sous le bras... Cela faisait une ou deux heures que le groupe dormait comme des loirs. Pendant ce temps, ceux qui n'avaient pas besoin de dormir, Seven et Rippley, discutaient ensemble de tout et de rien. Il y avait une belle synergie qui se formait peu à peu entre les deux droïdes, les deux avaient vu beaucoup de choses dans leur vie, toujours à se coller aux hommes et à les aider dans leurs aventures les plus délirantes les unes que les autres. Simplement que l'un réparait alors que l'autre chassait et tuait...

- Tu as été assemblé il y a une éternité... Cela fait bizarre de se dire qu'un droïde aussi petit puisse être mon aîné, expliqua Seven alors qu'il nettoyait le canon de son arme.
- Bibibip ! Bibiboup bibip !
- En revanche ce n'est pas vraiment la maturité qui t'animes, malgré ton âge, ajouta alors le droïde assassin.
- BIIIIIIP ! répondit l'astromécano en colère.
- Il est facile de te faire marcher... Tiens, une annonce est passée sur mon récepteur holonet.
- Bibiboup ?
- Une capture de Dragons sur Yavin-4... Beaucoup ont reçu la demande mais aucun n'y a répondu, je crois que les sacs à viande ont peur des Dragons.
- Bibibibip ! Bibiboup boubip !
- Tu n'as pas tort... Je m'occupe de réveiller Rooker, va réveiller Sareth, termina Seven.


L'assassin mécanique rengaina son arme dans son dos avant de s'approcher de Rooker à pas de loup... Pendant ce temps, l'astromécano roulait silencieusement vers la chambre de son maître et ouvrit la porte avant de se placer juste à côté de lui. Lorsque les deux furent positionnés, les deux suivirent un compte à rebours dans leur processeur et produisirent de puissants ultrasons en même temps. La réaction fut sans appel, Rooker se réveilla en sursaut et appuya sans le vouloir sur le bouton d’activation des canons lasers, détruisant un astéroïde n'ayant rien demandé. Sareth quand à lui donna un coup de poing par réflexe et percuta le mur métallique de sa cabine avant de serrer les dents et de retenir ses cris, essayant tant bien que mal de rester digne face à la douleur et la honte.

- Qu'est-ce qui nous retient de vous envoyer à la casse déjà... ? Demanda Sareth en dégourdissant son poing et en s'habillant.
- Faire du tort à un vieil homme comme moi, vous les droïdes n'avez aucun civisme... Bon, pourquoi vous nous réveillez, tas de boulons ?
- Une mission à 500 000 crédits a été postée sur l'holonet, elle est accessible à tous les mercenaires mais personne ne l'a prise... Elle implique des dragons se trouvant sur Yavin, il faut capturer trois bébés.
- Yavin ? Planète maudite... Il y a des bestioles étranges et corrompues partout, sans parler des indigènes qui vivent là bas...
- Des indigènes ?
- Je crois qu'il parle des Massassis.
- C'est ça, des saloperies rouges sans cervelle extrêmement agressives de deux mètres de haut...
- T'en as déjà affronté ?
- Oooooh non, je me félicite de les avoir évité, certains utilisent de la magie.
- Donc tu ne vas pas y aller ?
- Tu déconnes ?! Évidemment qu'on y fonce, pour 500 000 crédits je me baigne dans Mustafar ! Allez, tu viens avec moi Seven, tu vas adorer la faune !


Sareth répondit positivement à la demande postée sur l'holonet puis, ni une ni deux, le Wings of Liberty se remit en marche et le groupe s'envola vers le système Yavin ! Après une heure ou deux de voyage hyperspatial, le large vaisseau arriva sur Yavin 4 aux coordonnées prévues avant de remarquer que des gens ainsi qu'un vaisseau se trouvaient déjà au sol, il devait sans doute s'agir des clients... Le Patrouilleur Firespray se retourna donc sur lui même et se posa sur le dos, la passerelle s'ouvrit pour révéler un Mandalorien au long manteau avec un bon paquet d'armes dans son dos et à sa ceinture... Son casque et ses épaulettes reluisaient d'un éclat chromé, l'éclat du Beskar. A sa droit se trouvait son collègue Seven, un droïde caché derrière un épais et confortable manteau avec dans son dos un sac à dos plein de pièces de rechange et de nourriture pour animaux, sur le côté droit du sac à dos était attaché un fusil de précision, sur le côté gauche du sac était attaché un bâton électrique datant de l'ancienne république. Les deux descendirent de la passerelle avant de saluer leurs trois clients.

- Salutations messieurs, mesdames, on a reçu votre annonce et on y a répondu positivement il y a de ça deux heures... Je suis Sareth, mercenaire et chasseur de primes et voici mon collègue Seven.
- Salutations, je suis Seven, droïde chasseur de primes spécialisé dans la chasse et la traque.
- Ce n'est pas tous les jours qu'on nous demande de nous poser sur une planète maudite pour y chercher des machines à tuer bicéphales, j'ignore ce que vous comptez en faire mais j'espère que vous avez de la place dans votre cargo, termina Sareth en ricanant.
#38150
Image


Un vaisseau se dévoila à la surface de la planète. Il se dirigeait directement vers nous. Il ne faisait aucun doute qu’il s’agissait des mercenaires. Qui d’autres auraient décidé de venir se poser au milieu de nul part sur une planète à la population hostile ? Il allait arriver ici dans quelques minutes. De notre côté, nous attendions. Sauf Ella, qui continuait de s’entrainer et de faire bouger une petite pierre au sol. Je gardais une oeil attentif sur la jeune femme. Mais je me devais d’arrêter son entrainement.

« Ils arrivent. Aslan. Pas de fourberie. Feral, ne leur rentre pas dedans si tu ne t’entends pas avec eux. On a besoin de ces crédits. ok ? »

« Moi ? » Aslan réagit à sa façon. « Qu’est ce que tu veux que je fasse ? »

«  Moi je ne promets rien. »

Je sentais déjà que les choses allez être compliqué… Je laissais échapper un soupir d’exaspération.

« Tenez vous à carreau. C’est tout. Autre chose. Ne leur dite pas que je suis un Jedi. Si je peux m’en passer, je n’utiliserais pas mon sabre. »

« Même contre des dragons ? »

« On verra. Et ne dites pas que Ella est sensible à la Force non plus. Tant que nous n’aurons pas rejoint Coruscant je veux rester le plus discret possible. Compris ? »

« Oui. »

« Oui. »

« Oui. »

« Oui. »

« Parfait. Au cas, où : nous sommes des contrebandiers. Ils sont là. »

J’avais bien fait de revêtir ma tenue de contrebandier : un simple pantalon, des bottes, une chemise et ma veste. Mon sabre était bien au chaud dans la poche cachée de cette dernière. Mon blaster était à la vue de tous dans son holster. En voyant le vaisseau s’approcher et faire bouger l’herbe, Feran se leva et bomba son torse nu, son imposante hache dans le dos. Je comptais surtout sur lui pour cette mission. Hors de question de blesser Merar, un simple médecin. Aslan n’était pas taillé pour la chasse. Bien que ses jambes lui permettait d’être plus rapide que chacun d’entre nous. Et Ella devait rester à l’abris. Hors de question de la faire participer. Heureusement Feran serait d’accord avec moi.

Le vaisseau était maintenant au sol. Les réacteur cessèrent de gronder et la passerelle s’ouvrit, révélant deux silhouettes qui marchaient vers nous. Un droïde. Taillé pour le combat apparemment. Et un homme, à sa démarche. Non. Un Mandalorien plus exactement. Son casque ne trompait pas, tout comme le metal qui le constituait. Instinctivement, mon poing se crispa. Je n’étais pas à l’aise en leur présence. Il ne fallait pas oublier que les clones avaient été créés à partir d’un Mandalorien. Sans compter que les affrontement Jedi/Mandalorien avait souvent fait de nombreux morts. Je ne leur faisais pas confiance. Mais je ne pouvais le laisser paraître. Nous avions une mission à mener à bien.

« Ca va ? » Merar avait remarqué mon geste.

« Oui. Ne t’en fais pas. »

Ils étaient maintenant à notre hauteur et se présentèrent. Sareth et Seven. Deux chasseurs de prime. Au moins, il connaissait leur métier et les risques qu’il comportait. Avoir un spécialiste de la chasse et la traque serait une bonne chose. Surtout avec Feran en renfort. C’était un excellant chasseur de bête.

« Bonjour. » La Nautolan parla en premier. « C’est moi qui ai envoyé le contrat. Merci d’y avoir Je m’appelle Merar. Je vous laisserez voir la suite avec notre capitaine. » Elle pointa un doigt vers moi, me laissant la suite.

« Je suis Dashel. Un contrebandier. Voila mon équipage. Merar, ma copilote, est médecin. Feral, le Zabrak là bas, est un chasseur. Ella, sa fille, nous accompagne. Et lui, c’est Aslan. Notre Slicer. Il a réunit quelque informations utiles à l’intérieur. Suivez moi. »

Je me retournais pour monter dans le cargo. Sur la passerelle, je m’arrêtais un instant.

« Ah et ne vous en faite pas pour la place. Le transporteur un peu plus loin est à nous. »

Je les invitais à me suivre à l’intérieur, les emmenant dans la pièce principale du cargo. D’un signe de main, je sur proposais de s’installer. Alors j’allumais l’holoprojecteur récemment installé. Une image de dragon à deux têtes fit son apparition.

« Voila le dragon en question. Celui là est un mal. A l’âge adulte. En tout cas d’après ce qu’on a pu trouver… »

Aslan prit la parole.

« Ça n’a pas été facile. Il y avait peu de dragon qui répondaient aux critères de notre client. Les seuls traces d’information que j’ai trouvé conduisent ici, à ces fameuses hydres. Les enfants que l’on recherche sont bien plus petits et souvent assez timides. La seul chose vraiment dangereuse chez eux, c’est le dard venimeux au bout de leur queue. Mais chez les adultes, c’est autre chose. Surtout que les femelles sont plus grandes que les mâles… Ils sont puisants, peuvent voler, ont deux têtes, leur queue est empoisonnée et leur écailles sont renforcées… »

« Voila pour leur points forts. Heureusement, elles ont quelques points faibles. Ces créatures chassent seules. Et elles sont particulièrement bêtes. » Les cours de Rodrale me revenait en mémoire. Aslan n’avait pas pu trouver tout ça. Je connaissais mal ces créatures mais je me souvenais de quelque passage les concernant. Après tout, elles avaient été utilisées par les Sith. Nous ne pouvions l’ignorer. « Leur bouche ne contient pas de venin. Seul la queue. Et c’est créature rapportent toujours leur proie dans leur tanière. Aussi, tant qu’elles volent, elles ne se serviront que de leur dent ou de leur queue. Jamais de leur griffe. C’est uniquement au sol qu’elles deviennent dangereuse. » Voila pour les points faibles, si tant est qu’elles en aient… « Maintenant il nous faut un plan. Avant toute chose, nous devons trouver leur tanière. C’est la que seront leurs petits. Nous devons en récupérer trois et les charger dans le transporteur. Etant donné que Seven est un chasseur, j’aimerais qu’il fasse équipe avec Feran pour retrouver leur trace et leur nid. Ensuite, tout reste à déterminer. Ca vous va ? »

« Oui. » Feran avait prit la parole. « Et j’ai un plan. On trouve le nid et on attaque. »[/color][/b]

Ma main frappa instinctivement mon front.

« Feran. Ne fais aucun plan. Toi tu t’occupera juste de retrouver leur trace pour l’instant. »

La brute soupira en s’assaillant.

« Ah. Une dernière chose avant d’en discuter. Je veux éviter de tuer les dragons. Nous prenons les enfants et nous partons. Tant que nos vies ne sont pas en danger, je veux pouvoir garder les adultes et les autres bébés saufs. Vous êtes d’accord ? »
#38151
Le moins que l'on puisse dire c'est que ce groupe qui faisait face à nos deux chasseurs était pour le moins hétéroclite... Un contrebandier tout ce qu'il y avait de plus classique habillé dans une tenue de cuir tout aussi classique, même si il ne semblait pas être animé par la fougue pour laquelle ces hommes étaient habituellement connus. En tous cas il ne devait pas être très célèbre car personne ne le recherchait encore pour ses activités de contrebande, tant mieux, si jamais la Guilde apprenait que Sareth travaillait avec des criminels ça pourrait rouspéter... Enfin, non, en fait pas du tout, compte tenu que Bossk, Boba, 88 et Dengar sont les premiers à mélanger légal et illégal dans leurs jobs, ça serait se foutre de la charité lorsqu'on est une station médicale. En tous les cas le petit Dashel semblait légèrement nerveux, était-ce Sareth qui le mettait dans cet état ? Il était trop tôt pour le dire.

Il y avait également un bonhomme habillé dans une tenue de ville possédant un bon paquet d'améliorations, ayant déjà rencontré une maestro du piratage comme Illusive, Sareth devinait sans trop de souci qu'il avait face à lui un slicer. Ensuite se trouvait une Nautolan maniérée ainsi que physiquement très sympathique, mais Sareth n'avait pas la tête à ça aujourd'hui, outre les divagations du cerveau reptilien du mercenaire, il remarquait sur elle pas mal de matériel médical dans des sacoches, une soigneuse donc. Il y avait également un gros balourd de la race des Zabraks armé d'une lourde hache, un guerrier qui transpirait le défi et la gloire du combat, Sareth l'aimait déjà... Enfin, plus discrète, se trouvait une jeune femme au teint pâle et au comportement assez timide, le jeune homme lui aurait bien jeté un petit sourire pour la rassurer mais derrière un casque ça serait difficile, d'autant que le balourd à la peau jaune semblait y tenir comme à la prunelle de ses yeux... Sans doute étaient-ils de très bons amis, voire de la même famille. Le capitaine Dashel les invita à le suivre, nos deux protagonistes hochèrent la tête.

- On vous suit... Joli vaisseau, il a un petit nom ?


On lui répondit qu'il s'agissait de l'Hermès... Ça n'avait pas autant de bouche que Wings of Liberty, mais c'était élégant. Le mercenaire s'accouda à un mur et observa la démonstration de Dashel attentivement pendant que son ami droïde analysait chaque information qu'on lui envoyait avec curiosité. Ce serait donc une mission de braconnage en bonne et due forme dont la cible principale serait des bébés hydre... Ces bestioles n'étaient pas extrêmement dangereuse mais il ne fallait pas sous estimer leur venin. En revanche ce qui allait poser problème ça serait les parents. Il fallait donc capturer ces petits et si possible se tirer sans tuer personne... Bien que c'était indiqué dans le contrat, le jeune homme soupira en sachant qu'il ne pourrait pas tester ses nouvelles armes sur un dragon encore plus enragé que le précédent. Seven allait devoir pister les dragons avec le Zabrak, ils passeraient donc devant.

- Le plan m'a l'air simple mais efficace... Bon, c'est profondément cruel de demander à un guerrier Mando'a de ne pas livrer bataille face à un ennemi aussi glorieux qu'une hydre, le plan de Feran m'avait l'air déjà plus drôle, souligna-t-il avec humour, mais c'est vous le patron alors je me tiendrais à ce que vous avez dit, de toute façon j'ai des armes non létales pour que les petits ne nous posent pas de problème.
- La partie du plan me concernant me semble acceptable... Au fait, nous en discutions dans notre vaisseau, mais ne craignez vous pas de croiser des tribus Massassis ?


La question était légitime, croiser ces bestioles ne serait vraiment pas souhaitables, d'autant qu'ils pullulaient pas mal sur la planète, suffisamment pour qu'on puisse craindre de les croiser en tous cas.
#38152
Image


« Ils arrivent. Aslan. Pas de fourberie. Feral, ne leur rentre pas dedans si tu ne t’entends pas avec eux. On a besoin de ces crédits. ok ? »


Tout le monde écouta en silence jusqu’à ce que je termine. Certains hochait de la tête pour ponctuer mes explications. Ella était très attentive, Feran moins, déjà trop sur de lui. Aslan connaissait déjà tout par coeur. Et Merar suivait songeuse, imaginant surement les potentielles blessures à soigner. Il était difficile de savoir ce que pouvait bien penser nos deux invités. Le robot était par définition stoïque. Et le Mandalorien ne laissait pas apercevoir de réaction avec son casque brillant. Mais ils semblaient tout deux d’accord pour l’instant. Dans les grandes lignes en tout cas. J’étais soulagé que la chasseur de prime accepte de ne pas tuer. Et assez étonné également. Son peuple n’était pas connu pour sa finesse. Sa remarque l’illustrait parfaitement. Néanmoins, s’il était bien le guerrier qu’il prétendait, la mission avait ses chances. Je remerciais son accord d’un signe de tête.

« Parfait. Endormir, ou immobiliser les enfants semble relativement simple. Nous avons de quoi les immobiliser dans le transporteur. Reste à savoir comment on va se débarrasser des parents… »

C’était bien là mon plus gros problème… Mais la solution viendrait en temps voulu. J’espérais pouvoir les écarter, les appâter à l’écart. Si ce n’était pas possible, j’espérais que ses armes non létales pourraient les immobiliser suffisamment longtemps. Quoi qu’il en soit, nous devions d’abord trouver leur tanière. Et le robot semblait avoir accepter cette partie là. Mais il avait aussi une question. Pas des moindre…

Les Massassis… Je savais de qui il voulait parler. Les cours d’histoire de l’ordre n’avait pas manqué de les mentionner. Ces abominations étaient le fruit des expériences des Siths. Brutaux, puissants, dangereux, ils étaient une émanation du côté obscure de la Force.

« Les Massanis ? »

Ella ne savait pas de qui il s’agissait.

« Ce sont des créatures qui vivent sur Yavin 4. Des hommes ont fait des expériences sur eux et après de nombreuses mutations ce sont devenus des monstres primitifs. Ils sont dangereux et attaques sans raison. Il sacrifie les êtres qui peuplent la planète. Heureusement ils sont peu nombreux. Leur nombres à beaucoup chuté après qu’un homme ait décimé leurs tribus. Avec un peu de chance nous ne croiserons pas leur route. Et si c’est le cas, nous nous battrons. Au vue de con équipement Sareth, tu as de quoi leur tenir tête. Contre eux, pas d’armes non létal. » Ce n’était pas dans mes habitudes de parler ainsi. Ces créatures n’avaient tout simplement pas eu de chance… Mais ils faisaient parti du côté obscure, des descendants des Sith. Nous devions donc les combattre. « Quand on se déplacera, pour chercher les dragons, il faudra rester en formation serrée. Aslan possède un Scanner. Il pourra nous avertir si quelqu’un entre dans son champ de vision. » Je me gardais bien de dire que je resterais sur mes gardes, scrutant à travers la Force ces émanations du côté obscure.

« Très bien. » C’était Merar qui avait pris la parole. « Mais que fera-t-on si on trouve les dragons, en espérant ne pas affronter les Massassis ? Il nous faut un plan. »

« Dans l’idéal, il faudra appâter les parents à l’extérieur. Quand ils chassent, il laissent leur enfants seuls. Si nous pouvons au moins éloigner la mère, ce sera déjà ça. Mais ceux qui s’en chargeront devront peut être se battre contre elle… Si on a de la chance, ce ne sera pas nécessaire. Sinon, il faudra tenir le plus longtemps possible. Le temps que les bébé soient chargé dans le transporteur et que nous venions récupérer ceux qui se battent. »

« Et si ça ne fonctionne pas ? »

Je me tournais vers Sareth et Seven.

« La chasse semble être votre domaine. Une idée ? »
#38153
La discussion se déroulait sans accroc, tout le monde semblait carré, et ça plaisait à Sareth, le professionnalisme était la clé de la réussite... Évidemment, de l'improvisation était toujours bienvenue, mais dans ce genre de mission il valait mieux prévoir des plans de secours à l'avance. La question des Massassis fut rapidement élucidée, néanmoins, si la chance n'était pas au rendez vous, la mission serait bien plus compliquée. Au final, se débarrasser des petits et les embarquer serait en réalité le moins difficile, en revanche distraire les parents serait une autre paire de manches... Ils laissaient leurs enfants seuls quand ils chassaient, deux solutions se présentaient donc : Attendre qu'ils chassent d'eux même ou bien rabattre des proies vers eux pour les appâter. Sareth comptait sur les compétences de Seven pour ne pas avoir à patienter.

- Je vois deux solution... Soit on attends patiemment que nos dragons partent chasser, classique mais un peu long... Soit on rabat des proies vers eux, et figurez vous que ça tombe bien car nous avons justement un ami dresseur !
- J'ai des fioles de phéromones dans mon sac, d'autre part je sais reproduire les fréquences ultrason et infrason des animaux pour communiquer avec eux, il me faudra juste les étudier pour comprendre leurs méthodes de communication, mais une fois fait je pourrais facilement les contrôler, ça me peine de devoir jeter mes propres animaux domestiques à l'abattoir mais si c'est pour la réussite de la mission...
- Pour ce qui est du cas, catastrophique, où rien ne marche... J'ai des propulseurs anti gravité dans mon armure, ça ne coûte presque pas de carburant, ça ne fait pas de bruit et c'est très rapide, j'aurais juste à tirer au blaster une ou deux fois sur les parents pour les agacer puis fuir en sens inverse et les promener un peu partout le temps que vous embarquiez les gosses.
- Tu n'as vraiment peur de rien...
- Je suis un professionnel très passionné.
- La passion est donc l'ennemie de la raison ?
- ... Tu n'es pas si loin de la réalité, depuis quand tu sais philosopher ?
- En tant que sentient je m'y efforce chaque jour !
- Je te prêterais mes holo livres alors... Fin de la parenthèse ! Retour à la mission !


Les questions avaient plus ou moins toutes été traitées, la théorie était plutôt bien réfléchie, maintenant il allait falloir passer à la pratique, et entre théorie et pratique se trouvait un monde de différences. Sareth jaugea le regard d'un peu tout le monde afin de voir si il avait été clair ou si certains étaient encore dubitatifs. Après tout, étant donné que Dashel était réticent à tuer des animaux, il serait peut être réticent à utiliser d'autres animaux comme appâts, mais en même temps, ce n'était pas vraiment du meurtre... Il fallait plutôt considérer ça comme un usage opportuniste du cycle de la vie entre chasseur et chassé.
#38157
Image


« Ils arrivent. Aslan. Pas de fourberie. Feral, ne leur rentre pas dedans si tu ne t’entends pas avec eux. On a besoin de ces crédits. ok ? »


Nos deux invités faisaient la pair. Ça n’avait rien détonant venant de deux chasseurs de prime. Quoi que professionnels, ils avaient tendance à sous-estimer le danger ou surestimer leurs forces, pouvant dévier de leur conversation vers ce genre de banalité. Avec un peu de chance, ils maitrisaient suffisamment leur métier pour se le permettre. Et puis un Mandolarien dans son équipe pouvait être un bon atout. A condition que je parvienne à lui faire confiance. Et j’avais confiance en leur robot. Parce que la spécialité de Aslan était leur piratage, en cas de problème. Mais surtout parce qu’ils étaient programmé pour être efficace dans un domaine particulier. Et si celui du droïde était la chasse, tout ne pouvait que bien se passer. Je l’espérais en tout cas.

« Si ces questions sont réglées, je propose que l’on passe directement à la suite. Pour l’instant nous devons trouver leur trace. Ensuite nous verrons si nous pouvons les séparer et éviter le danger. Vous avez l’air de savoir quoi faire. C’est parfait. J’ai déjà une idée de par où commencer pour suivre leur trace. Nous avons fait un peu de repérage en arrivant. Il y a de large zone de forêt abattu. Par des créatures suffisamment grande. Ce n’est pas l’oeuvre des Massassis. Il y en a une pas très loin. Je propose de nous y rendre et de laisser Seven et Feran faire leur travail sur place. Merar. Reste ici avec Ella. »

« Quoi ? Je veux venir. »

« Non. Tu n’es pas encore prête. Et c’est trop dangereux. Te protéger face à des dragons ne sera pas la même chose que face à quelques gardes. Ca risquerait de tous nous mettre en danger. »

« Il a raison. » Savoir que Feran me soutenait était un bon point.

« Ecoute. » Je m’abaissais à sa hauteur. Chuchotant presque. « Un Jedi doit savoir faire la part des choses et évaluer une situation. La Force est sa plus forte allié. Mais c’est son esprit, sa determination et sa rigueur qui sont ses armes. Bien plus que son sabre laser. La vie d’un jedi est faite de choix. Certaines iront contre ce que tu désires faire. Mais il faut les faire pour le plus grand bien. Les Jedi se doivent de rester sage. Tu comprends ? »

« Je crois… Mais ça ne me plait pas… »

« C’est normal. Mais profites en pour aider à ton niveau. Fais ce que Merar te demandera. Et entraine toi. D’accord ? »

« D’accord… » Je me redressais.

« Veille sur elle Merar. »

« Oui. »

« Mettons nous en route. »

Je sortais du vaisseau, Aslan et Feran dans mon dos. Seven et Sareth n’étaient pas bien loin. Nous quittions la plaine pour rejoindre la forêt, là où les dragons avaient dû venir chasser.

« A partir d’ici, restez sur vos gardes. On ne sait pas ce qu’il peut se trouver sur notre chemin. Aslan. Ouvre la voie. Surveille ce qu’il se passe avec tes scanner. Feran. On ne s’éloigne pas les uns des autres et on garde toujours un oeil sur notre voisin. Feran, ferme la marche s’il te plait. »

Aslan avança donc dans la direction qu’il avait noté. Nous le suivions tous, prudent dans cette forêt hostile. Du mieux que je le pouvais, je plongeais mon esprit dans la Force, essayant de détecter les potentielles menaces. Mais ma concentration était troublée face au casque du Mandalorien qui marchait non loin de moi. Les souvenirs étaient encore douloureux.
#38161
La phase de discussion était donc terminée, maintenant, place à la traque et à l'action. Sareth s'étira, prêt à partir et à découdre, mais le groupe fut interrompue par la discrète jeune femme qui semblait vouloir accompagner Dashel dans ses palpitantes aventures, mais ce dernier lui refusa et lui chuchota quelque chose... Ce n'était pas vraiment le genre du Mandalorien de s'immiscer dans les discussions des autres, mais comme tout un chacun il était curieux se savoir ce qui se racontait dans son dos, aussi il ne laissa rien paraître mais nota intérieurement qu'il faudrait demander à Seven si ses capteurs avaient entendu quelque chose d'intéressant. Pour l'heure il fallait traquer les dragons et trouver leur nid... Pour ça le groupe devait enquêter sur une forêt qui a été abattue par de très grandes créatures et déterminer si il s'agissait de nos reptiles ailés bicéphales.

La marche commença et nos deux chasseurs observèrent les alentours, sur leurs gardes, Feran se trouvait derrière eux et guettait tout ce qui était à sa portée avec ce regard méfiant et froid qu'il arborait en permanence et dont lui seul avait le secret. De temps à autres Sareth activait sa vision thermique pour voir si il détectait quoi que ce soit d'inhabituel, mais à part de petits animaux inoffensifs se cachant dans les fourrés, il n'y avait rien de bien intéressant dans cette forêt. Seven quand à lui était toujours aussi alerte qu'à l'accoutumée, mais il ne détectait rien de bien suspect non plus... Pour l'instant, Yavin 4 n'avait pas encore décidé de révéler aux aventuriers sa nature corrompue, meurtrière et imprévisible, mais nulle inquiétude, ça allait sans doute venir plus tard.

Alors que Sareth avançait tranquillement, il remarquait que Dashel jetait de nombreux regards un peu anxieux à son casque... Il avait déjà l'air nerveux la première fois qu'ils s'étaient vu, le mercenaire pensait à une coïncidence, mais cela faisait maintenant plusieurs fois que ce contrebandier semblait se méfier de lui, peinant à cacher la détresse qu'il ressentait. Craignait-il d'être arrêté par la guilde, ou bien était-ce une rancune personnelle à l'égard des casques à la visière en T ? Tout ce que le chasseur de primes espérait, c'est que la mission se passe bien, aussi, histoire de prendre la température, il posa tout bêtement la question à son interlocuteur, si il y a bien une chose qu'il n'aimait pas c'était les non dit et les incessants tours autour du pot. Il n'avait pas vraiment envie de coopérer avec un équipier distrait et silencieux, autant régler ça avant d'arriver au vif du sujet. Si jamais la discussion ne donnait rien, tant pis, il ferait avec...

- Tout va bien Dashel ? Vous m'avez l'air un peu distrait.
#38162
Image


Je n’aimais pas ça. Pour tout un tas de raison… J’aurais dû être à même de passer outre. Après tout le Mandalorien semblait trop jeune pour avoir pris part au combat de la guerre des clones. Il n’était pas responsable des actes d’un seul membre de son peuple. Un membre à part et les ayant trahi qui plus est. Ce n’était pas de sa faute si les clones s’étaient rebellés contre leurs alliées. Palpatine était le seul responsable. Et pourtant je n’arrivais pas à mettre ma rancune de côté. Chaque fois que j’essayais, son casque me rappelait ceux des stormtroopers. Et venait avec eux le souvenir de la mort de mon maître, se sacrifiant pour ma survie. Je la voyais, sautant vers le chasseur dont j’avais pris le contrôle, déviant les tirs en plein vol, jusqu’à ce que l’un d’eux l’atteigne à la poitrine, lui laissant tout juste le temps de me donner ses derniers enseignements… Les dernières phrases de Taydan se rappelaient à mes oreilles.

*Dashel… Tu ne dois pas me pleurer…*

« Tout va bien Dashel ? Vous m'avez l'air un peu distrait. »

La voie du Mando me tira de mes pensées. Je cherchais son regard masqué par ce casque iconique. Comment aurais-je pu ne pas la pleurer. Je n’avais pas été à la hauteur à l’époque. Je m’efforçais de l’être aujourd’hui. Et ce n’était pas évidant. Mon maître n’aurait pas souhaité que j’en tienne rigueur un innocent les actes d’un autre. Il n’était pas coupable de tout ce que j’avais vécu. C’était à moi de gérer ma rancoeur et non à lui de la subir. Mais j’avais des difficultés à appliquer cette résolution. Je toussais donc pour reprendre contenance avant de lui répondre.

« Désolé. Votre casque me rappel de mauvais souvenirs. J’ai déjà eu à faire à des Mandaloriens. Ça c’est mal terminé… Ils ont tués de nombreuses personnes qui m’étaient chers. Ne le prenez pas personnellement, mais votre casque me rappel ces souvenirs que j’aurais préféré oublier. Je sais que vous n’y êtes pour rien. Ne vous en faite pas, je saurais faire passer la mission en priorité. »

Feran accéléra le pas pour se mettre à notre hauteur. Il bougeait la tête en tout sens, à l’affut d’un potentiel ennemie. Mais pour l’instant, la forêt était calme. Aslan continuait de nous guider et il ne semblait pas y avoir de danger. Mais je pouvais presque voir la question bruler les lèvres du Zabrak.

« Dites… Comment le robot il fait pour chasser ? »

« Comment ça ? »

« Bah… Un robot, ça a pas de nez, donc ça peut rien sentir. Et puis il a pas d’oreille, donc il fait comment pour entendre ? Et il a pas de peau, donc il ressent pas la terre, le vent… Et je vous parle pas des yeux… Donc il fait comment pour chasser sans tout ça ? Quand je chasses, tous mes sens sont utiles. Je sens ma proie, je l’entends. Je touche les pistes dans la terre, je les gouttes… Alors lui il fait comment ? »
#38252
Image


***


Comme Sareth le pressentait, le jeune Dashel semblait avoir eu des différents avec des casqués à la visière en forme de T... Ce qui, en vérité, était assez étonnant et intrigant. Les Mandaloriens n'avaient plus fait parler d'eux depuis bien longtemps, aussi, le jeune homme se demanda à qui son patron voulait bien faire référence quand il parlait des Mando'a. Peut être parlait-il de Mandalore l'Imbattable et de ses hommes, après tout ce fou furieux avait fait usage d'armes oubliées sur certaines planètes innocentes après que le sinistre leader n'ait pas eu de réponses satisfaisantes en trois semaines de siège. Si c'était le cas, Sareth se sentait désolé pour le p'tit gars qui n'avait vraiment pas eu de chance, mais si jamais il n'en était rien et que le contrebandier faisait référence à une autre époque, le chasseur de primes était d'autant plus curieux.

A sa connaissance, les dernières batailles auxquels les Mandos ont pris part si on exclut les règnes tristement célèbres de l'Imbattable et d'Era dataient de la guerre des clones lors du siège de Mandalore par les Deathwatch. Non, ça ne pouvait pas être ça, il avait l'air bien jeune pour avoir connu cette époque. Quoi qu'il en soit, l'idée n'était pas de changer la vision que Dashel avait des Mandos ou de chercher à savoir ce qu'il avait vécu, l'idée était surtout de calmer l'ambiance le temps de la mission. Aussi, dans un objectif de détendre son coéquipier et de lui rappeler qu'il y avait un peu de vie derrière cette visière métallique, Sareth la retira de devant son visage aux cheveux longs et à la barbe diffuse avant de sourire.

    Sareth : Je le déplore, notre peuple a connu beaucoup de différents avec... Un paquet de gens. Certains diraient que c'est dans nos gênes mais je n'en suis pas ardemment convaincu, après tout il fut un temps où nous avons même collaboré avec nos ennemis mortels, donc tout est possible !

Un léger rire anima le visage du guerrier aux yeux noisettes, ah ça, si on lui avait dit que Jedi et Mandos s'étaient alliés, il ne l'aurait pas cru, et pourtant... Lors du siège de Mandalore, Deathwatch et Jedi avaient fait front commun contre le guerrier de l'ombre Maul et sa sinistre milice. C'est du moins l'histoire que lui racontait son père quand il était petit, qu'elle soit vraie ou fausse était une autre paire de manches.

    Sareth : Mais si ça peut vous détendre un peu, dites vous que durant l'époque où Mandalore l'Imbattable était dirigeant de notre peuple, il a commis des actes horribles et a cherché le conflit partout où il le pouvait... Certains l'ont aveuglément suivi, mais certains ont refusé et ont pris le nom de Daran avant de partir en exil en arborant leur animal fétiche : Le Renard. Hélas le temps a peu à peu emporté tous les membres du clan, je suis aujourd'hui le dernier des Daran ! Et mes ancêtres n'ont pas été tué par des Impériaux ou par des Républicains, mais bien par d'autres frères d'armes Mandaloriens pour la plupart, alors pas d'inquiétude, je crois que dans le fond je comprend ce que vous ressentez.

En temps normal le mercenaire aurait évité de raconter cette histoire car les Daran étaient encore mal vu par certains clans Mandaloriens, mais dans le cas d'un contrebandier qui n'aimait pas les Mandaloriens, il n'y avait aucun risque que cette information se propage, et puis comme ça, avec un peu de chance, le contrebandier se calmerait ! A présent que Sareth avait fini, c'est IG-77 alias Seven qui eut droit à son lot de questions, en l’occurrence c'était Feran qui se questionnait quand à la façon qu'avait le droïde de chasser... Et à vrai dire, le droïde n'aimait pas trop ces questions, car le Zabrak sous entendait que le droïde n'était pas vraiment un être pensant en raison de son incapacité à ressentir le monde comme le ferait un être de chair. Cependant, ce doute quitta bien vite les programmes de la créature mécanique sentiente, après tout ce guerrier avait l'air un peu trop bourru pour être un militant anti droïde. Il était juste... Primitif, mais pas méchant.

    Seven : En effet les odeurs ne me parviennent pas, par contre je peux analyser avec précision les particules qui composent l'atmosphère, ce qui revient sensiblement au même. Les sons me parviennent en revanche, sinon je serais incapable de répondre à vos questions, d'ailleurs je détecte les changements de ton dans la voix et les bruits les plus éloignés ainsi que les ultrasons et les infrasons... J'utilise ces fréquences inaudibles pour communiquer avec les animaux et imiter leur langage, pour tout vous dire. Pour ce qui est de la peau, je n'ai en effet pas la chance de ressentir le monde qui m'entoure comme le ferait un être de chair, ma structure métallique ne frissonne pas, mais je m'en satisfait, et puis malgré cela je détecte les perturbations du vent et les changements de température ! Pour ce qui est de ma vision elle est bien plus avancée que la votre, je peux zoomer sur ce qui m'intéresse et voir des détails qu'un œil nu peinerait à voir. Sans parler de ma vision thermique qui révèle ce qui se cache dans les fourrés, seules les créatures capable de moduler leur température corporelle peuvent échapper à mon regard. Mais je ne fais pas de jugement de valeur sur qui a raison ou tort, je respecte les gens qui comme moi ont dédié leur vie à la chasse, car la chasse est ma raison d'être et j'accorde beaucoup d'attention à ceux qui partagent avec moi cette passion, c'est bien pour ça que je suis Sareth dans ses aventures d'ailleurs.

    Sareth : Yep ! La chasse est sans doute le meilleur entraînement pour faire d'un homme un guerrier accompli, ça mêle stratégie, combat, précision, discrétion et chaque sens est usé à bon escient... Un chasseur mérite le respect ! Je sais de quoi je parle, mon paternel m'a emmené sur tout un tas de planète pour y chasser ensemble, Felucia reste mon terrain de jeu favori, et vous Feran ?

Alors que le groupe discutait avec passion, il continuaient d'avancer et de s'approcher du lieu tant attendu, bientôt il allait falloir se remettre au travail sérieusement, Sareth le savait et remit son casque sur sa tête avant de se craquer la nuque, prêt à en découdre en cas d'imprévu. Mais quel genre d'imprévu attendait nos pisteurs ? Telle est la question, et elle allait sans doute se révéler épineuse.

L es choses sérieuses commençaient. Le grand p[…]

https://cdnb.artstation.com/p/asset[…]

Lorsqu’ils se retrouvèrent hors de danger, ils pur[…]

https://cdn.discordapp.com/attachm[…]

La bataille de Kamino [Dashel Nelievar]

https://media1.tenor.com/images/39b[…]

○ Un emprunt pour l'avenir ○ La pla[…]

Mise à jour : Pacte de renonciation à la guerre d[…]