L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

#38749
Image


Alors que nos deux lames restaient fusionnées, le sergent Pherroc fut le premier à réagir. Au dessus de nous, l’horrible créature était prête à nous dévorer avec les débris de métal. Mais le soldat pris les devant pour la distraire. Ce qui énerva passablement notre chasseur. Le son du blaster contre les parois métalliques détourna son attention de moi et du sensitif. C’était le soldat qui était pris en chasse. Le monstre qui ne pouvait voir les étincelles de nos sabres laser s’en alla à la poursuite de mon allié. C’était risqué. Et j’espérais qu’il s’en sortirait. Mais il me donnait le temps d’évaluer la situation et de comprendre qui était cet intrus.

    - Qui es tu ? Que viens tu faire ici ?

Mais le guerrier ne semblait pas vouloir discuter. A l’extrémité opposée de son sabre, une seconde lame jaune se déploya. Pivotant sur lui même, il lui fit décrire une arc de cercle pour atteindre mon épaule. Pourtant ma tête était tout autant accessible. Si j’avais été face à un danger mortel, j’aurais visé la tête. Peut être ne voulait il pas me tuer ? Quoi qu’il en soit, je n’avais pas le temps de lui poser la question. Je devais rester en état de combattre. Mon bras se plia, libérant la lame de son emprise pour empêcher qu’il ne m’atteigne.

C’était la première fois que je combattais un double sabre laser. Mais ce n’était pas bien différent des éléctrostaffs des magnagardes. J’en avais combattu plus d’un au cours de la guerre. Et ce n’était pas non plus la première fois que j’affrontais un sensitif pouvant frapper avec deux lames. Hayley m’avait bien entrainé et depuis ma défense s’était améliorée. Aussi, quand il continua d’attaquer, mon corps bougea naturellement pour intercepter ses attaques. Mais je savais que cela n’allait pas être suffisant. Sa maitrise du Zez’Kai était supérieur à ma maîtrise du Soresu. Je n’allais pas tenir indéfiniment. Je devais contrattaquer rapidement. Faisant le vide alors que mon sabre décrivait des cercles dans l’air, je fis appel à la Force, puisant dans son courant. Pendant un instant, mon adversaire pensa avoir le champ libre et s’élança dans ma direction. Mon arme créa alors un bouclier, fait de lumière entre nous deux. Son arme heurta ma barrière de sabre et fut repousser. Le choc me laissa un instant de répit pour passer à l’offensive.

Je changeais totalement de style de combat. J’oubliais la défense pour passer à l’attaque. L’Ataru était le style que je maitrisais sans doute le mieux. Avec son double sabre laser, son amplitude était suffisante pour parer bon nombre de mes coups, mais il n’était pas infaillible. Hayley m’avait prouvé la puissance de cette technique. Plongé dans la Force Vivante, je laissais mon esprit errer, réagissant instinctivement. Tel un essaim de sabre laser, j’attaquai rapidement mon adversaire. Tournoyant, virevoltant, pivotant, sautant, accolant toujours un peu plus. Jusqu’à ce que finalement, nous soyons en dehors du conteneur et qu’il se retrouve dos à un autre. Mon sabre s’arrêta à quelque centimètre de son bassin, protéger par sa propre lame. Dans mon dos, non loin de nous, une explosion retentit. Je devais en finir rapidement pour retrouver le sergent. Combattre avec cet adversaire m’avait donné une petite idée de qui il pouvait être. Je ne pensais pas qu’il s’agisse d’un Sith. Ni même d’un Jedi noir.

    - Ecoute… Je n’ai pas le temps de te combattre. Mon coéquipier a besoin de moi. Vas tu nous aider ou nous combattre ?

Une voix grésillante provenait de mon adversaire. On aurait dit qu’elle était émise par un comlink. Je tendis l’oreille pour mieux l’entendre. Il n’était pas seul ? Je devais en savoir plus pour agir.

    - Nous sommes en position.

Il leva ses yeux vers moi. Pendant l’espace d’une seconde, j’eu l’étrange sensation de le connaitre. Il ne me disait rien. Je ne le connaissais pas. Et pourtant, c’était comme si nous avions un passé commun. Je n’aurais pu l’expliquer. Mais tandis que nos sabre restaient mêlés l’un à l’autre, je commençais à penser qu’il était dépourvu de la moindre intention hostile. J’avais devant moi un Jedi. Cette pensée, me fit perdre ma concentration. Mon arme se relâcha légèrement. Il le sentit et en profita pour répondre à son allié.

    - Allez y.

Une déflagration monstrueuse retentit au dessus de nous. Dans une gerbe de métal et de sable, le toit du complexe explosa pour laisser filtrer une avalanche de sable sur nous. L’explosion me fit me détacher du Jedi et regarder vers le haut. Mais il n’avait pas perdu de son attention. Plongeant à son tour dans la Force, il déclencha une vague mentale puissante dans ma direction. C’était comme de percuter un mur de plein fouet. La puissance du souffle m’envoya loin en arrière jusqu’à m’écraser contre un mur de métal. Je tombais au sol, sonné, à moitié conscient. Tout juste assez pour voir la lumière filtrer à l’intérieur et des hommes arriver avec elle.

Je n’aurais pu dire combien ils étaient avec précision. Une dizaine peut être. Ils tombèrent au sol, sans cordage, comme si la gravité n’avait pas d’emprise sur eux. Des Jedi ? Non… je ne voyais aucun sabre laser. Pourtant la pièce entière semblait tout à coup soumise à la Force. Elle en était emplie. Tout se groupe s’agitait autour du Jedi que je venais d’affronter. J’avais du mal à voir ce qu’il se passait. Des tirs de blaster et des rayons laser éblouissaient mon champ de vision amoindri. Et au milieu de tout ça, le monstre. Il était assailli de toute part. Les guerriers semblaient réussir à prendre le dessus. Mais je n’arrivais pas à voir où était Pherroc. Etait il avec eux ? La créature avait elle eut raison de lui ? Je n’en savais rien. Je pouvais simplement espérer.

Alors, le fracas des combats prit fin. Le vacarme cessa avec le lui. Et aussi rapidement qu’ils étaient arrivés, les combattant disparurent, remontant avec le Jedi par l’entrée qu’ils avaient créé au dessus de nous. La dernière image que je pu voir était un vaisseau, gigantesque, surplombant le complexe. Puis ce fut le nor le plus complet alors que je perdais connaissance.



Utilisation de la Force :

Pouvoirs :
  • Barrière de sabre [ Latent ]

Formes de combat :
  • Soresu [ Développé ]
  • Ataru [ Eveillé ]
#38756
Les tremblements du sol ralentissent avant de cesser complètement. Une mauvaise nouvelle pour moi qui n’a même pas encore réussi à reprendre mon souffle. Mes oreilles continuent de siffler. Je sens un liquide chaud couler le long de mon dos. Toujours assis contre un conteneur, je me penche en braquant ma lampe vers l’abomination, baissée, respirant le sol. La poussière qui vole créer un rayon lumineux qui s’agite avec les expirations du monstre. Je me remets derrière la boîte de métal et prends une longue inspiration avant de pousser trois souffles rapides, chassant la douleur. Je pousse sur mes jambes en grognant pour me remettre debout, m’appuyant avec mon dos contre le conteneur pour ne pas tomber. Je jette maintenant un regard du côté de la position de Dashel et aperçoit toujours la lueur de leurs sabres. Lui faut-il encore du temps ? Je sursaute quand je sens les pas de la bête faire vibrer la caisse contre laquelle je m’appuie. Le bruit dans mes oreilles commence à s’atténuer mais le son du grognement de la créature me parait encore étouffé.

Je ne peux pas rester là, je bouge, m’appuyant d’un bras contre la paroi d’acier pour passer de l’autre côté, mon second bras braquant toujours le fusil et la torche devant moi. Un stupide jeu de piste et de cache-cache que je ne peux pas gagner seul. Mon bras blessé finit par me trahir et une faiblesse dans mon poignet me fait basculer contre le métal, provoquant un bruit que je perçois encore comme étouffé sous un coussin. Le hurlement qui le suit lui par contre m’est bien audible. Je me tourne, braque ma lampe pour voir l’abomination à l’autre bout du couloir de métal et de poussière, ouvrir grand la bouche pour pousser un rugissement agrémenté de bave sombre et de sang épais. Trainant ses tripes nauséabondes dans le sol. Je pousse un souffle nasal amusé, voilà ce que je gagne à explorer un tombeau avec un Jedi pour le compte de la Nouvelle Republique. La mort. Une veuve. Un fils sans père. Des dettes éternelles. J’aurais mieux fait de rester dans mon atelier de merde à réparer des droïdes dépassés. Au moins ma famille ne se retrouverait pas seule au milieu de la violence et de la misère des bas-fonds. Maudite République ! Maudit Empire ! Maudit Empereur ! Maudit laboratoire ! De rage je trouve la force pour lever mon arme, sentant un regain de force pour arroser la bête putride devant moi. Je ne mourrais pas sans me battre !

A l’instant de presser la gâchette une vive lumière m’éblouit, précédé par un son d’explosion et de metal plié. L’instant d’après je me retrouve emporté loin du monstre par une avalanche de sable. Je lutte pour ne pas que ma tête soit noyée par les grains alors que des bruits de combat parviennent à mes oreilles encore bourdonnantes. Je ferme les yeux pour ne pas que le sable y pénètre, il ne me reste que le toucher pour sentir ce qu’il se passe. Des tremblements, des vibrations. Je me débats pour ne pas avoir du sable dans la bouche et le nez jusqu’à ce qu’un lourd tremblement secoue le hangar et que tout s’arrête.

Je parviens à m’extirper du banc de sable qui me recouvre. Je grogne, je râle, je jure mais au moins j’y vois clair. Un trou béant dans le plafond laisse pénétrer la lumière du jour, éclairant le cadavre de l’abomination criblé de brûlures et de signes d’impacts. Titubant, je me dirige vers ma carabine pour la ramasser, la repérant grâce à la torche toujours allumée.


« Dashel ! »

Hurlais-je en m’avançant vers le fond du hangar. Je mets un instant un genoux à terre pour me reposer. Rien qu’une seconde avant de grogner pour me remettre debout.

« Dashel ! »

Répétais-je en scrutant les environs des conteneurs. Je l’aperçois soudain, inconscient contre le mur du hangar. J’accélère le pas pour l’atteindre, posant mon index et mon majeur sur son cou pour sentir un pouls. Ouf. Il est en vie et à part son épaule il n’y a pas d’autres blessures à noter. L’enfoiré s’en tire mieux que moi au final. Je pousse un nouveau souffle amusé en y pensant. Je m’empare de son com-link pour joindre son vaisseau.

« Ici le sergent Pherroc. Est-ce que vous m’entendez ? Dashel est inconscient. Nous avons besoin d’une extraction. Cherchez un trou dans le désert. Est-ce que vous me recevez ? »

En terminant ma phrase, je jette un œil vers le Jedi et perçois ses paupières bouger. Une chance. Je n’aurais pas à le porter. Je lui tends ma gourde d’eau et attends qu’il reprenne ses esprits tout en le rassurant en lui apprenant que l’abomination est morte.

« Alors, c’était qui ce type ? »


>>>
Modifié en dernier par Camren le dim. 17 janv. 2021 20:22, modifié 1 fois.
#38760
Image


Ma tête me faisait un mal de chien. J’entendais mon sang battre jusque dans mes tempes. Sans compter le bourdonnement continue dans mes oreilles. C’était comme si mon cerveau s’était décollé de ma boite crânienne et qu’il flottait dans du liquide. J’aurais voulu secouer la tête pour récupérer mes esprits, mais la douleur que cela provoquait me donnait envie de vomir. A la place, je me contentais de cligner des yeux en inspirant longuement, essayant d’ignorer la voix du sergent qui criait mon nom.

    - Doucement Pherroc… Je vais bien. Mais vous allez finir par me détruire les tympans… Bon sang ce que j’ai mal à la tête… Ca va laisser une sacrée bosse…

    - Dashel ? Sergent ? Que s’est il passé ? Ella nous contactait via le comlink vaisseau. On a entendu une explosion; tout va bien ? Vous avez dit que Dashel est inconscient ?

    - Je vais bien Ella. Mais fait ce que dis le Sergent. Il y a un trou au dessus du complexe. Venez nous chercher là bas. Je t’expliquerai tout après.

    - D’accord… On arrive.

Je commençais à y voir un peu plus clair. Le sergent était agenouillé à côté de moi. Il semblait allait bien malgré sa blessure. Un morceau de metal pointait en dehors de son dos. Mieux valait que ça reste là pour l’instant. Mais il s’en sortirait. Moi aussi. Mon épaule me faisait mal, ma tête aussi. Peut être une ou deux côtes. Mais j’allais vivre. Ce qui me dérangeait le plus ici, c’était le nombre de questions que j’avais en tête.

    - C’était un Jedi. Ou presque… Je n’en suis pas sur. Mais je n’ai aucune idée de qui étaient ces types avec lui. Ni ce qu’ils voulaient. Mais il a pris quelque chose. Un livre. Le livre qui a permis à Dark Sidius de créer les abominations. Je ne sais pas ce qu’ils comptent en faire mais ce livre ne doit pas rester entre de mauvaises mains…

Il allait falloir que je retrouve leur piste. Pour l’instant, c’était trop tard. Et je n’étais pas en état de faire grand chose. Mais Je pouvais peut être commencer par me relever et évaluer l’étendu des dégâts. Je m’appuyais sur le mur dans mon dos, m’aidant à me redresser. Ma tête tournait dangereusement. Je prenais bien soin d’inspirer longuement et de souffler avant de regardait autour de moi. Mes yeux se posèrent d’abord sur le Sergent.

    - Comment allez vous ? Votre blessure n’est pas trop profonde ? Il faut retirer ce morceau de metal. Laissez moi vous aider. Je vais l’arracher, puis je cautériserai la plaie. Il faudra nettoyer et protéger la blessure une fois au vaisseau, mais ça devrait faire l’affaire pour le moment.

J’aidais donc le sergent. Il se tourna, me laissant attraper l’éclat. D’abord lentement, j’essayais de trouver la bonne position pour l’extraire sans faire de dommages supplémentaires. Je savais que c’était douloureux, j’avais eu mon lot de blessure. Mais c’était nécessaire. D’un coup sec, une fois le bonne angle trouvé, j’arrachais le bout de métal. C’était plutôt encourageant, aucune fusion de sang, ni un jet continu. Le sang coulait le long de son dos avec un filet léger et régulier. J’attrapai alors mon sabre laser, l’allumai et le passai rapidement sur la blessure. Ca devait être encore plus douloureux. Mais le saignement s’arrêta.

    - Désolé… C’était nécessaire. Votre plaie ne saigne plus. Ca devrait tenir jusqu’à l’arrivée du vaisseau. Mais ménagez vous. En attendant, nous devrions chercher ce qu’il reste dans les conteneurs. Après tout, nous avons encore une mission à accomplir.

Je me dirigeais vers les boxs recouverts de sable et éventré. Nous allions devoir fouillé à l’intérieur pour trouver ce que l’Ordre et la République nous avaient envoyé chercher.



La croisière s'amuse

" - Vous me devez 50 crédits, Commandant. &qu[…]

https://cdnb.artstation.com/p/asset[…]

Oblitus reliquia

La confiance de la Maîtresse reposait sur la noti[…]

https://i.pinimg.com/originals/4b/[…]

https://imgur.com/hStRUUj.jpg […]

L'espoir sous les mers.

La nautolan vint me retrouver plus tard dans la s[…]

Shu-Torun venait de débloquer les fonds alloués[…]

La prise de risque pour la banque était considér[…]